Partagez | 
 

 Voler une banque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 14:46

Le combat tourna court, comme souvent lorsque c'était William qui se battait. Il élimina en premier Jack, et fit ensuite face à Madison et Ivy. Les deux semblaient redoutables et je déglutis, en proie à de mauvais souvenirs face aux boules de feu de la jeune femme, et de ses barrières brûlantes. Mauvais souvenirs, effectivement. Mais j'allais devoir faire avec, de toute façon je savais que mes réflexes agiraient à ma place face au feu... Je réfléchissais à cela lorsqu'un fracas énorme me fit relever la tête. William s'était cassé la gueule... dans une armoire ? Qu'est-ce qu'il foutait dans une armoire ? Et... Pas le temps de réfléchir plus, le garçon sortit vite fait de là, fit un croche patte à Madison avant de coincer Ivy avec son couteau. La brune leva les mains en l'air, rieuse, et déclara sa défaite :

- Je capitule c'est bon ! Enlève ce couteau !

Un fois cela fait, elle lui adressa un clin d'oeil amusé que je remarquai tout à fait. Et pour qui elle se prenait celle-là ? Non mais... Ivy aida Madison à se relever, et rejoint Jack qui se frottait l'arrière de la tête en foudroyant William du regard. Il n'y avait pas été de main morte, c'était certain. Le brun revint vers moi, et je lui souris avant d'étouffer un bâillement. Rose se tenait à ma jambe puis se mit à courir vers Ivy pour lui sauter dans les bras. Je reportais mon attention vers William quand la meneuse du groupe m'interpella :

- Anaïs à toi !

Ah. Bah en fait je parlerai à William... Pas tout de suite. Je lui lançai un regard peu convaincu et peu convaincant par rapport à ce qui allait se passer dans les minutes à suivre et je me frottai le coude, signe de mon malaise croissant. Respire Anaïs, ça va le faire. Fais confiance à ton don, et tout ira bien... Tout ira bien. Après tout, tu étais en pleine forme, et tu n'avais pas du tout envie d'aller te recoucher...
Un plan d'action ? Plan d'action, euh. Je devais faire comme William et neutraliser Jack en premier, et si pas le neutraliser, trouver un moyen pour que son don n'ait pas d'impact sur moi. Alors... Avec mon don ? La neige, ouais peut-être. La neige avait comme caractéristique d'atténuer les sons, non ? Normalement oui. De la neige... dans les oreilles. Dis comme ça, ça ne donnait pas trop envie, mais c'était une solution comme une autre, et bientôt, je sentis le froid caractéristique de mon don proche de mes tympans. A partir de là, les sons, les voix paraissaient étouffés, plus éloignés, et lorsqu'Ivy donna le signal de départ, je l'entendis à peine. Jack ouvrit la bouche, mais je ne compris rien à ce qu'il racontait. ça marchait ! Déjà un d'éliminé, enfin presque ! Mais pas le temps de fêter cette mini-victoire que Madison se préparait déjà et je me jetai sur le côté pour éviter le feu. Ok ok ok, en fait ça ne marchait pas du tout parce que je ne m'étais débarrassée que du don le moins offensif ! Je sentis la chaleur caresser ma peau, une chaleur désagréable que j'avais juré de ne plus jamais laisser approcher. Alors, quand une boule de feu faillit m'atteindre, je relançais mon propre don en une violente bourrasque de neige. La boule de feu ralentit progressivement, jusqu'à disparaître. Alors, pour se venger, Madison contra ma bourrasque avec une gerbe de flamme, et je dus maintenir la pression pour ne pas me la prendre dans la gueule. C'est à ce moment qu'Ivy décida d'agir, par derrière. Je ne l'entendis pas à cause de mes bouchons de neige, et de ma concentration, mais elle ne se gêna pas pour me donner un coup à l'arrière du genou, me faisant flancher et perdre ma prise. Je dus me jeter en avant pour éviter le feu de Madison. Putain de merde ! J'avais, en cet instant, des envies de meurtre envers Ivy. Qu'elle crève qu'elle crève ! Je me retournai brusquement vers elle, et lançai des pics de glace qu'elle évita, et comme j'étais plus folle de rage que calme et attentive à ce que je faisais, aucune de mes armes ne toucha la cible, et heureusement d'ailleurs. Ces quelques instants d'inattention... Madison crut pouvoir s'en servir contre moi, mais je parvins à hérisser un mur de glace dans mon dos. Les flammes avaient beau attaquer ma glace, l'eau fondue était immédiatement remplacée par une nouvelle couche de glace, tandis que je continuais de viser Ivy.
C'est lorsque Madison parvint à me brûler que je me retournai brusquement, la fusillant de mon regard glacé, et Ivy se lança contre moi. Réaction trop lente, j'allais être prise en tenaille lorsque la colère jumelée à la peur du feu éclata enfin. C'est ma main tendue vers Madison qui devint de glace, puis tout mon corps fut sujet à cette même métamorphose : je n'étais plus qu'une statue de glace amovible. La voleuse tenta de me frapper, elle ne fut pas surprise de rencontrer une surface dure, froide, qui aurait pu lui briser la main si elle y était allée plus fort. La grimace qui déforma son visage me fit sourire, et je me retournai vers Madison, qui me dévisageait avec de grands yeux surpris. Elle essaya de se protéger en me balançant toute sa puissance dessus, mais rien à faire, cette armure de glace demeurait intacte, puissante. Je la fis valdinguer d'une redoutable attaque où étaient combinés un vent puissant de neige et un coup de ce bras de glace. La jeune fille finit dans les débris d'armoire que William avait cassé, et je me retournai vers Ivy. Elle n'était plus tout à fait sûre d'elle, et l'air autour de nous continua de se refroidir. Définitivement, elle était dans la merde. Elle avait joué trop longtemps avec moi, me prenant pour une incapable, me foutant des tâches inutiles et dégradantes... Elle avait cru sérieusement pouvoir approcher de William sans que je ne dise rien ? Que je ferais l'enfant sage ..? Les puissants vents glacés s'élevèrent autour de moi et s'apprêtèrent à geler la voleuse dans la meilleur des cas quand soudainement, il n'y eut plus Ivy, mais William, qui venait de se téléporter entre moi et elle. Je sursautai et fis tous les efforts du monde pour dissoudre la glace, qu'elle ne s'abatte pas sur lui et qu'il reste indemne. Je fus prise d'un violent tournis sous l'intensité de ces forces, de cette énergie qui je ne contrôlais plus. Elles finirent par s'éparpiller dans toute la pièce, leur coeur, moi, arrachée de sa concentration pour les maintenir et les diriger. Je parvins à me tourner, essoufflée, pour qu'il ne se prenne pas toute cette explosion de magie dans la gueule et, lentement, mon corps perdit ses reflets transparents pour retrouver une couleur chair, bien que un peu pâle. Bordel, j'avais failli le blesser... Il s'en rendait compte ?! Depuis quand il faisait ça, hein ?! Ma colère gonfla une nouvelle fois dans ma poitrine, mais mon don n'utilisa pas ces sentiments pour se déployer, heureusement. Heureusement pour lui.
Je me tournai violemment vers William, le fusillant du regard, et avançant à grands pas vers lui.

- Non mais ça va pas de te mettre en plein milieu comme ça ?! J'aurais pu te blesser, et tout ce que tu trouves à faire c'est te foutre un plein milieu ! T'as pas d'autres trucs stupides dans ce genre à faire encore ?!

Je ne remarquai pas immédiatement que tous me fixaient avec des yeux de merlan frit, j'étais juste... trop en colère pour regarder l'environnement autour de moi.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 15:40

          Ils forçaient en quelque sorte Anaïs à combattre... Qu'est-ce que ça allait donner ? William, inquiet, se tut et les laissa faire. Il fallait qu'il fasse confiance à Anaïs, il était bien placé pou savoir combien elle pouvait être dangereuse si elle se mettait à l’œuvre. Le problème était que son don offensif était une véritable arme de destruction qui devenait complètement instable lorsqu'elle répondait aux émotions de la jeune fille. William qui avait toujours suivi l'enseignement militaire et de personne très diverses, s'étaient souvent entendu répéter qu'il fallait garder la tête froide, toujours la tête froide. C'était pour cela que chez lui, c'était un des seuls moments où il oubliait tout le reste, entièrement focalisé sur son adversaire. Laisser ses émotions prendre le dessus, c'était risquer de déraper et de tout gâcher, voire de mourir. Sauf que, face à Madison, il y avait fort à parier que les souvenirs remontent à toute allure dans la mémoire d'Anaïs. Le combat commença et... Dégénéra. Anaïs était forte, trop forte. Elle empêchait Madison d'approcher, contrait ses attaques, et pour la première fois, sa peau se couvrit de glace en réaction à celles qui l'assaillaient. Elles la poussaient dans ses derniers retranchements !.. Raphaël retint William, jusqu'à ce que le jeune homme se téléporte. Ivy était la proie d'Anaïs et n'allait pas s'en sortir vivante, il ne pouvait pas la laisser tuer quelqu'un ! A cet instant, elle était effrayante de puissance et tout le corps du jeune homme lui criait danger, mais il n'en avait rien à faire. Il s'interposa juste, l'air glacial lui brûlait la gorge et le vent lui fouettait le visage, ses yeux pleuraient tout seul et sa peau rougit. Les pouvoirs d'Anaïs étaient hors de contrôle et c'était juste à lui de l'arrêter. Elle parvint et heureusement pour William, à éparpiller cette magie dévastatrice. Le jeune homme se rendait bien compte qu'ils étaient passés à un cheveu de la catastrophe, et réaction normale (ou pas ?) il se fit engueuler proprement dès qu'elle eut retrouver allure normale. Il la serra dans ses bras. En fait, il s'en foutait. Il était soulagé de voir qu'elle était toujours elle, parce que quelques minutes avant, on aurait dit une autre personne... Il entendit vaguement Jack parler à Ivy dans son dos :
          "Bon, je crois qu'on peut s'avouer vaincu...
         - Ce serait intéressant de les voir l'un contre l'autre.
         - Ils ne vont jamais accepter, regarde-les.
         - Tu n'as qu'à... leur dire qu'ils combattent tous les deux des ennemis.
         - Euh, t'es sûre de toi là ?
         - Ouais ouais vas-y, si ça tourne mal tu leur dis d'arrêter."
          De quoi est-ce qu'ils parlent ?..
          "C'est pas correct... Mais tant pis. William, Anaïs est ton ennemie... Anaïs, ce n'est pas William qui est devant toi, mais un adversaire."
           Un ennemi, où est-ce que... ? Merde ! Qu'est-ce qu'il fichait, il y avait un... La chose qu'il tenait dans ses bras, il... William fit un bond en arrière, puis se téléporta carrément de l'autre côté de la pièce. Son imagination prenait le dessus. Cette fille... C'était un estre ! C'était un estre qui avait pris la forme d'Anaïs, qui l'avait certainement tuée ! Il fallait, il fallait le tuer tout de suite ! William, ivre de haine, ne laissera pas cette créature vivre plus longtemps. Il passa en mode automatique. C'était simple, un petit leur et... Il pouvait couper le fil de sa vie avec tant de facilité... Il attaqua sur la droite. La chose répliqua, peu importait comment il n'était déjà plus là. Non, il était derrière elle, un couteau apparut dans sa main, il était à deux doigts de la poignarder, le coup partit et...
            "ARRÊTEZ ! C'EST ANAÏS !"
             C'était trop tard. William ne comprit pas mais eut le temps de dévier son coup de quelques centimètres avant qu'il ne frappe la personne, qui que ce soit, qui était devant lui. La silhouette de cheveux blonds s'écroula devant lui, et son cerveau mit du temps à comprendre l'horreur qui venait de se produire. C'était Anaïs ! C'était Anaïs qui était étendue devant lui, une flaque de sang commençait à l'entourer. Il s'entendit hurler, supplier de l'aider, des gens accoururent, elle ouvrit finalement les yeux, mais aucune larme ne sortait. Il ne comprenait pas. Il avait son sang sur les mains, pour de vrai cette fois, et il était incapable de bouger pour aider, incapable de réfléchir sur ce qui se passait, de comprendre que Raphaël venait de la soigner à peine quelques minutes plus tôt et qu'elle allait bien, que Jack lui disait que William n'était plus son ennemi, que Madison s'inquiétait de son manque de réaction et le secouait gentiment avec des "ça va William ?".
         Non, ça n'allait pas. Il venait de poignarder Anaïs. Et son cerveau refusait de se rendre à l'évidence.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 16:54

A ma plus grande incompréhension, William me serra contre lui, et je ne pus bouger, coincée comme je l'étais dans ses bras. Ma colère fondit peu à peu et je me laissais là, sans trop savoir pour quoi. Derrière nous, Ivy et Jack parlaient mais je ne pus rien entendre.
C'est après, que leurs paroles prirent du sens, lorsque celui qui me tenait dans ses bras devint le tueur de Louis. Il était mort pourtant, je l'avais tué ! Comment pouvait-il être ici ?! Pourquoi me tenait-il dans ses bras ? Il se téléporta, aussi surpris que moi, et nous nous dévisageâmes avec tant de haine... Mais il avait tué Louis, c'était normal ! Bien sûr que j'allais me venger, j'allais le tuer une seconde fois, je l'avais déjà fait... Les mains devant moi, j'allais lancer une attaque quand finalement, l'estre se chargea d'avancer, essayant de m'attaquer sur ma droite avant de... se téléporter. Et je ne m'en rendis compte qu'en sentant la lame déchirer ma chair dans mon dos. J'écarquillai les yeux, quelqu'un d'autre cria dans la pièce, mais tout devenait flou, et je finis par m'effondrer sur l'estre, malgré tous mes efforts. Et bien le combat n'avait pas duré longtemps, j'étais faible encore, terriblement faible, la preuve : en une feinte il m'avait eue. Et j'allais sûrement finir ici, crever là, en me disant que l'assassin de Louis resterait vivant... Je fermai les yeux, absorbée par un néant irrésistible.
Quand je rouvris les yeux, une éternité plus tard, l'estre était toujours au dessus de moi, et je me débattis avant que Jack ne m'explique l'estre... l'estre n'était pas un estre, mais William. Bordel William. Je me rallongeai, sous le choc, les sourcils froncés par l'incompréhension. Jack avait utilisé son don sur nous, et résultat... Je m'étais faite poignarder par William ..? Mais Raphaël était venu en catastrophe guérir tout ça... Je passai une main dans mon dos, et effectivement, mon pull était plein de sang. Donc, c'était réel ? Je dirigeai mon regard vers William qui paraissait autant sous le choc que moi. Oh mon Dieu, je voulais juste rentrer au chalet, je ne voulais plus de cette mission...
Je poussai sur mes avant-bras pour m'asseoir, et être au niveau de William. Ses mans étaient couvertes de sang, de mon sang, et je frémis en le constatant. William était le plus fort de nous tous, il n'y avait aucun doute là dessus, il les aurait tous démonté si le but était de tuer, et moi aussi par la même occasion, comme il venait de le démontrer. Je saisis ses mains et utilisai de la neige qui fondit progressivement pour nettoyer les nettoyer du rouge qui s'était incrusté dans ses paumes. J'étais étrangement calme, à croire que toute ma colère avait été brûlée par mon don tout à l'heure. Puis je déposai mes mains sur son visage pour le ramener à moi, pour qu'il me regarde et sorte de cet état de choc.

- Regarde-moi William, regarde-moi, je vais bien, tu ne m'as pas blessée, je suis parfaitement vivante, d'accord ? Aller, réponds-moi, ça va...

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 17:49

         William hurlait intérieurement. Dans sa tête, tous les cris des morts se confondaient dans une sorte de litanie incessante qui, ajouté à son mal de crâne, lui donnait juste envie de s'évanouir sous le coup de la douleur pour ne plus les entendre. S'il avait réagit normalement, il se serait bouché les oreilles alors qu'on ne criait que dans sa tête, il se serait taper la tête contre le mur dans l'espoir de tout faire cesser. Mais voilà, il était dans une impasse, il n'arrivait à revenir à la réalité, tout ce qu'il voyait c'était que son dernier cauchemar s'était réalisé, il ne voyait plus Anaïs en face de lui mais la Anaïs baignant dans son propre sang qui l'appelait en vain, sa bouche s'ouvrant pour chercher de l'air dans un cri muet. Putain, il avait du sang sur les mains, encore une fois. Il pleurait tellement, il subissait, il se noyait dans cette souffrance qu'il provoquait à tout le monde, encore et encore, à ces inconnus tués et à ses seconds parents mutilés, à Anaïs qu'il torturait encore et encore. Peut-être allait-elle devenir folle à force. Peut-être n'allait-elle pas survivre. Que ferait-il alors, avec cette poupée cassée qui avait ressuscité son bourreau plus d'une fois ? Quelle machine de la mort, quel prince de l'horreur sommeillait en lui pour guider ainsi ses gestes et détruire sans cesse ? Qu'avait-il engendré, quelle était cette partie de lui qu'il ne contrôlait plus, cette sauvagerie latente qu'il essayait vainement de dompter mais qui finissait toujours par ressortir ? William regardait dans le vide, il aurait tellement aimer fermer les yeux pour tout oublier. C'était trop pour lui, d'assumer la douleur qu'il causait.
          Une fraîcheur sur son visage l'éveilla, lui qui était dans un état demi-conscient. C'était Anaïs, elle était là, elle le regardait. Mais alors, elle était vivante ?.. En tout cas, ses mains apaisait un peu le feu qui brûlait en lui. Ses sens se réveillèrent, il entendit la cacophonie qui régnait, Madison qui engueulait copieusement Jack d'avoir tenté un truc pareil et reprochait à Ivy de vouloir que quelqu'un crève dans ce hangar avant la fin de la journée, Raphaël qui soupirait de soulagement, Ivy qui répondait par monosyllabes et Jack qui n'arrêtait pas de s'excuser. On n'entendait pas Marcus, mais William sentait des regards dans son dos, lourds de sens. Ils avaient vu qu'il était capable d'enlever une vie très facilement. Comment allaient-ils le voir maintenant ?.. Le marteau piqueur dans la tête de William le rappela à l'ordre. Il s'occuperait de ça plus tard. Pour l'instant, Anaïs était vivante, et les morceaux de puzzle se mettaient peu à peu en place. Il l'avait bien poignardé, c'était un de ses couteaux qui était un peu plus loin sur le sol, taché du sang de la jeune fille. Il regarda ses mains, constata qu'il n'y avait plus rien dessus, mais ses genoux baignaient dans le sang qui avait taché le sol. Il leva les yeux vers la jeune fille.

           "J'suis désolé, Anaïs. Je suis tellement, tellement désolé."

          Qu'est-ce que... Comment se faisait-il qu'il l'avait prise pour quelqu'un d'autre, assez pour l'attaque ? C'était Jack ? C'était Jack et Ivy putain, comment ils pouvaient ordonner un truc pareil ? Hum... Quoi qu'il tente de faire, son mal de tête était déterminé à l'en empêcher et là tout ce qu'il avait envie de faire, à part casser la gueule aux deux jeunes gens, c'était de s'allonger dans le noir loin de tous ces gens qui parlaient et d'essayer d'oublier qu'il avait l'impression que sa tête allait exploser.

           "Viens, faut que tu enlèves tout ce sang," fit-il d'une voix peu convaincante, conscient qu'il devait avoir une mine à faire peur.

          Ces dix dernières minutes étaient trop pour son cerveau échauffé, il disait stop.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 19:28

William était sacrément plus chamboulé que moi faut dire que, si j'avais été à sa place, je n'aurais pas bien réagi non plus. Son teint était blafard, j'avais envie de le prendre dans mes bras et d'aller me recoucher. Je n'avais pas encore essayé de me lever, mais quelque chose me disait que les forces allaient me manquer. Entre ce nouvel aspect de mon pouvoir, auquel je n'avais pu y réfléchir sérieusement pour l'instant, cette histoire de couteau, la guérison de Raphaël qui brûlait également l'énergie du blessé et ma très récente perte de sang ... J'avais juste envie de dormir, et c'était tout. William s'excusa, chose inutile. Je secouai la tête, l'air attristé, et continuai de caresser ses joues.

- Ce n'est pas ta faute enfin, arrête, tu ne pouvais pas savoir, essayai-je de le rassurer. 

Il me dit que je devais me laver et effectivement... il n'avait pas tord. Mais lui aussi devait se laver, se changer, parce que lui aussi était couvert de mon sang. Sympa, oui. Je ramenai mes jambes contre ma poitrine et me tins à ses épaules pour m’aider à me relever. Mes jambes tremblaient et heureusement que William était là pour me soutenir. Ma tête tournait légèrement et ma main se crispa sur lui. Je la fis pourtant descendre pour prendre la sienne et l’aider à se relever.

- Viens avec moi alors.

William me suivit jusque dans la salle de bain, je fermai la porte derrière nous. Bien, retirer ces habits troués et plein de sang. Je me débarrassai en premier de mon t-shirt puis de mon pantalon, William, lui, était déjà nu, et je dus me tenir au mur pour enlever ma culotte et mon soutien-gorge. J’entrai dans la douche et cherchai l’eau chaude. En même temps, je vis William grimacer et je me mordis la lèvre.

- Qu’est-ce que tu as ..? m’inquiétai-je en m’avançant un peu plus près de lui dans la douche.

Je déposai mes mains sur son torse et m’accrochai à lui pour me hisser sur la pointe des pieds et l’embrasser. Je mis ma main devant ma bouche quelques secondes après pour bâiller.

- Je vais... Je vais dormir après, tu viendras avec moi hein ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 19:53

           William aida Anaïs à passer l'escalier qui menait à l'étage. Heureusement, les chambres n'étaient pas loin, et avec elles, la salle de bains. Les autres étaient toujours en train de discuter entre eux, mais le jeune homme s'en foutait. Il avait vraiment mal à la tête, et ce coup dur juste là où ça faisait mal, c'est-à-dire ce qu'il craignait de faire le plus, il avait beaucoup de mal à l'encaisser. Et ce sang... Putain il avait envie de l'enlever, de se frotter la peau à s'en arracher pour l'enlever, il le poursuivait toujours, il  y en avait partout où il allait, et... Sans un mot, sitôt dans la salle de bains avec les vêtements adéquats, il se déshabilla et ouvrit le jet sans attendre Anaïs. Les gouttes coulaient sur sa peau, plaquaient ses cheveux sur son front, mais n'apaisait pas son mal être comme son mal de crâne. Elles enlèveraient le sang, mais n'avaient aucun effet sur ce qui se passait à l'intérieur de sa tête. A propos de ça, c'était trop difficile à expliquer pour l'énoncer clairement. Il en avait juste marre, il se sentait cassé, fêlé et laissait passé trop d'émotions contradictoires. Le soulagement, la colère, la haine même, la terreur de lui-même et de ses frayeurs nocturnes, à laquelle s'ajoutait ce fait : il en avait rêvé et il l'avait fait. C'était étrange, il ne croyait pas du tout aux prémonitions, ce qu'il en retenait c'était surtout que ses cauchemars pouvaient se réaliser. Qu'il pouvait passer à l'acte peu importe combien il tentait de résister à cette partie de lui. Et cette constatation ouvrait un vide en lui qu'il n'était pas sûr de pouvoir assumer.
         Anaïs vint le rejoindre, toute frêle. Elle semblait fragile comme du verre, elle avait usé beaucoup d'énergie ce soir, il fallait qu'elle se repose. William s'en voulut de laisser ses tourments prendre le dessus comme ça. Elle lui demanda ce qui n'allait pas... Et l'embrassa.

          "Je... Rien, une grosse migraine, dit-il à voix basse pour ne pas aggraver son mal déjà bien présent. ça va passer, t'inquiète pas."

          S'il n'y avait que ça... Il n'arrivait pas à l'exprimer clairement. Il avait peur qu'elle se brise entre ses doigts, qu'elle s'effrite et ne revienne jamais. C'était ridicule. Il ferma les yeux, puis les rouvrit lorsqu'elle posa sa question, inquiète, et lui sourit. Le cœur y était, pas la joie.

          "Oui, bien sûr."

          Ils se lavèrent et sortirent de la douche. William garda un œil sur Anaïs, l'aidant quand c'était nécessaire, lui faisant des bisous parce qu'il en avait envie. Quand il remit un tee-shirt propre en se massant discrètement les tempes dans l'espoir de faire passer son mal de tête, il énonça plus ou moins "ce qu'il y avait", comme elle avait demandé.

          "Dans mon dernier cauchemar, tu es morte à cause de moi..."

         Il ne put s'empêcher de grimacer.

         "C'est pas passé loin aujourd'hui," articula-t-il ensuite douloureusement.

          ça va aller, ça va aller. Il avait l'impression de ne répéter que ça, y compris à lui-même. Il fallait juste qu'il le croie au moins une fois. Les traits tirés, il sortit de la salle de bains et se dirigea vers la chambre d'Anaïs. Ils dormiraient là aujourd'hui. Il n'alluma pas la lumière, laissant à Anaïs le soin de décider si elle l'allumait ou pas, sachant que lui ça ne ferait que pulser plus douloureusement dans son crâne. Comment on fait pour faire passer une migraine ? C'était hyper pénible ! William expira lentement, s'enjoignant au calme en s'asseyant sur le lit. Que pouvait-il faire d'autre, de toute manière ?

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 4 Nov - 12:43

William expliqua la raison de son malaise et la cause semblait d’être une migraine persistante. Il lui fallait un doliprane, ou quelque chose comme ça, non ? Y en avait-il ici ? J’irai demander. Nous terminâmes de nous laver, William sortit et je le suivis peu après. Des vêtements de rechange nous attendait et je dus avouer que pour mettre culotte puis pantalon, je dus me retenir à William pour ne pas tomber. J’avais l’impression de ne plus avoir de force dans les muscles et ma tête me tournait légèrement, mais tant pis. Il allait sortir dans la salle de bain lorsqu’il énonça très clairement une nouvelle cause de son mal-être. Le cauchemar, un cauchemar qui me concernait particulièrement puisqu’il mettait en scène ma propre mort. Je jetai un coup d’oeil inquiet à William, et il sortit de la pièce en lâchant un « c’est pas passé loin » qui sonna la fin de la conversation. Je baissai les yeux vers mes vêtements salis de sang et ramassai les miens puis ceux de William avant de sortir de la salle d’eau.
Je croisai alors Raphaël, occupé à vider le lave vaisselle. Tant mieux, j’allais pouvoir lui demander.

- Raphaël ..?
- Oui ? demanda-t-il en se retournant.
- Tu aurais des dolipranes ou quelque chose dans le genre ?

Les sourcils du garçon se froncèrent, il s’inquiéta.

- T’as encore mal ? C’est pas normal laisse-moi voir...
- C’est pas pour moi, c’est pour William qui a une migraine...

Je sentis une faiblesse dans mes jambes et me tins à la table. Effectivement, ces faiblesses dans mes muscles se faisaient plus fréquentes, il était temps que j’arrête de bouger.

- Tu devrais aller t’allonger, t’es toute pâle...
- Ouais ouais ouais... Mais quand j’aurais le doliprane.

Raphaël soupira et obtempéra finalement. Le jeune homme ouvrit un tiroir de la cuisine et en ressortit une boîte déjà bien entamée de ce matin. Il prit également un verre qu’il remplit d’eau et le cachet qu’il déposa dans main.

- Aller, vas-y avant de tomber, il a bien de la chance d’avoir une nana pareille.

Je ne répondis pas au compliment sous-entendu et retournai dans la chambre. Le verre semblait peser une tonne tout comme les vêtements sur mon autre bras. Mais aucun des deux ne devaient tomber sur la route... Surtout pas le verre. Pendant ce temps, j’avais réfléchi à ce que j’allais pouvoir dire à William. Ses révélations sur son dernier cauchemars étaient quelques peu... macabres et inquiétantes mais je ne voyais pas quoi faire. J’aurais du rester avec lui cette nuit là, j’aurais du...
Quand j’entrai dans ma chambre, William était assis sur le lit, dans le noir. J’entrai à pas de velours et lui tendis le verre et le doliprane rapidement. J’étais légèrement essoufflée, sans savoir pourquoi et mon bras me fit mal dès que je cessai l’effort. Je laissai finalement tomber les vêtements, sans soin.

- Bois, ça va aller.

Une fois cela fait, je repris le verre et le déposai sur la table de chevet un peu plus loin. Je m’assis ensuite sur ses genoux, afin d’être face à lui. Ça faisait du bien de ne plus avoir à tenir sur ses jambes.
Je plantai mes yeux dans les siens.

- Tu vas m’écouter très clairement William, d’accord ? commençai-je pour entrer dans le vif du sujet. Tu m’as plus de fois sauvée qu’autre chose même si il y a des choses qui se sont parfois mal passées. Mais aujourd’hui ce n’est pas de ta faute. Même si tu avais voulu tu n’aurais pu rien faire d’autre, parce que c’est l’intérêt de ce don, ce n’est pas toi qui a fait ça, c’est Jack.

Je pris ses mains pour les déposer sur mes hanches et me mis à l’embrasser lentement, le forçant à s’allonger dans le lit. Je me relevais de quelques millimètres pour continuer ce que j’avais à dire.

- Arrête de croire que tu vas me tuer, arrête de penser que tu es nuisible, un poison et que tu finiras par signer mon arrêt de mort. Arrête de penser tout ça ! Je t’aime William, et tu peux faire n’importe quel cauchemar, n’importe quel film... Dans la réalité je suis vivante, je suis là et... et même si ne sais que tu ne me croiras pas si facilement... je me mordis la lèvre, à court d’argument. Je suis là pour toi, et vivante...  


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 4 Nov - 15:25

          William n'avait pas trop la notion du temps mais se rendit bien vite compte qu'Anaïs n'arrivait pas. Elle n'était pas tombée dans les pommes entre la salle de bains et ici, tout de même ? Inquiet, il se leva - trop vite - et alla jusqu'à la porte, traversa un couloir tout ça pour déboucher dans une salle de bains vide. Merde, où est-ce qu'elle était passée ? Il soupira, soulagé, en entendant sa voix qui provenait de la pièce commune. Peut-être que finalement elle avait décidé de faire un crochet avant de dormir. Bien que - et William fronça les sourcils - elle en ait bien besoin. Devait-il aller la chercher pour lui conseiller de se reposer ?.. Il abandonna cette idée, elle était assez grande pour décider de ce qu'elle faisait, et malgré ses doutes quant à la capacité de la jeune fille à dépasser trop longtemps ses limites, il la laissa tranquille et revint dans la chambre. Ce mal de crâne qui le poursuivait... Putain, mais comment était-on censé supporter cette impression pesante que votre tête est emprisonnée dans un étau qui s'amuse à se resserrer quand on croit qu'enfin ça ne peut pas être pire ?.. Il ferma les yeux, résistant à l'envie de s'allonger, totalement immobile pour essayer de faire passer la douleur. La porte s'ouvrit peu après sur Anaïs, et le jeune homme rouvrit les yeux en la voyant arriver dans la pénombre. Elle lui tendit un verre d'eau et un cachet. C'était donc pour ça qu'elle avait dévié vers la cuisine ?.. William secoua la tête, ce n'était pas la peine elle n'aurait pas dû. Elle était crevée, inutile de s'épuiser pour un truc pareil. Il avait juste envie de la prendre dans ses bras et de la regarder s'endormir. Cependant, maintenant qu'elle l'avait, il ne rechigna pas à l'avaler. Il priait pour que ça fasse effet vite.

          "T'aurais pas dû, viens t'asseoir on dirait que tu vas tomber dans les pommes, chuchota-t-il. Mais... Merci."

         Elle reposa le verre, et William la regarda s'asseoir. Il la voyait à peine devant lui, mais imaginait très bien ses traits tirés par la fatigue. Elle ne devait pas en faire autant, il n'en valait pas la peine, il n'en avait pas un besoin vital.
         Son discours était... Troublant. Elle avait la capacité de tout mettre à plat, sans préambule, sans détail futile. Elle disait juste ce qu'elle pensait et oui, si Jack avait bien été l'auteur de ce qui avait failli se produire, William en avait été l'instrument. Il avait été l'instrument de beaucoup de choses, de sa haine, de ses peurs, de quelqu'un d'autre ici. C'était ça qui le lassait, et même si les paroles d'Anaïs lui faisaient chaud au cœur - elles lui montraient qu'elle serait toujours là, quoi qu'il arrive - elle lui répétait des choses qu'il se disait déjà. Il le savait, tout ça. Ce qu'il avait dit précédemment n'était qu'une constatation, une constatation qui lui faisait mal parce que quelque part au fond de lui, peu importe le nombre de fois où il se ramènerait à la raison, il prenait toujours tout ce qui arrivait à Anaïs comme une erreur de sa part, comme au premier jour. Il devait apprendre à se pardonner, à lâcher prise. Il essayait, mais ça n'arriverait pas tout de suite. C'était d'ailleurs ce qui l'avait toujours freiné.
         Elle le força en quelque sorte à s'allonger, juste au-dessus de lui. Elle avait l'air tellement confiante, tellement sûre d'elle. Qu'avait-il à répondre à un tel déballage de sentiments, à une transmission d'espoir de cette qualité ?..

        "Je sais princesse. Je sais tout ça. Je sais que tu seras là pour moi, et tu l'as toujours été. Mais c'est plus fort que moi. Quand des trucs pareils t'arrivent, je... ça revient à la charge.
Je peux pas m'empêcher de vouloir te protéger, et de penser que je vais échouer parce que... ça a déjà été le cas. J'essaye, mais c'est difficile de se pardonner. De lâcher prise."

         Jusqu'ici, il avait passé une main contre sa taille, et l'autre jouait avec une des mèches courtes de la jeune femme. Il leva les yeux pour la regarder. Son regard bleu le fixait, dans l'attente de plus, puisqu'il n'avait pas fini ses confidences. Il aurait voulu dire combien elle comptait pour lui, combien elle lui faisait du bien, combien il avait toujours envie d'elle et combien l'amour qu'il lui portait était devenu sa raison de vivre. Qu'importe ce qu'en dise son mal de tête persistant.

         "Je t'aime, tu comprends ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 4 Nov - 19:39

La culpabilité le rongeait, c’était ça. Je comprenais parfaitement ce qu’il ressentait. Cette impression d’être en tord, que j’aurais du faire quelque chose, n’importe quoi, pour éviter que cela arrive. J’avais ressenti ça dans la jungle, à me dire que je ne faisais jamais assez, que à chaque fois je devais faire mieux, pour l’aider, pour le sauver. Et la culpabilité avait fait de ces jours un enfer. Rien n’allait, il semblait s’enfoncer un peu plus profondément. Il agonisait un peu plus à chaque seconde et j’étais juste... impuissante. Je ne pouvais pas lui en vouloir de ne pas me protéger, si ça ne tenait qu’à moi, je lui demanderais de ne pas le faire... Mais un coeur ne fonctionnait pas ainsi, il avait besoin de protéger à tout ce qui lui était cher. Ce n’était qu’un réflexe humain destiné à assurer sa survie et celle de son entourage. Je sentais aussi de la culpabilité en me disant que j’aurais du rester avec lui la nuit dernière, qu’il ne fasse pas de cauchemar... Mais c’était trop tard. Alors évidemment que je comprenais ce qu’il voulait dire par-là, mais... il n’existait aucun médicament contre cette aigre sensation, rien.

- Oui... Je comprends parfaitement même.

Nous disions cela comme si « je t’aime » avait un sens caché pour nous, et c’était le cas. Un « je t’aime » était la promesse d’être toujours ensemble à deux, mais aussi de dépendre affreusement de l’autre, de se sentir coupable à la moindre erreur, de vouloir protéger l’autre même si nos vies en dépendaient. C’était un double sens à la fois doux et acide.
Je déposai ma tête contre son torse, fatiguée. Je sentais mes yeux cernés qui ne demandaient plus qu’à se fermer et se laisser aller au sommeil. Et l’obscurité de la pièce n’aidait pas à rester éveiller. Je bâillai une nouvelle fois, et me recroquevillai légèrement. Il restait un sujet sur nous n’avions pas engagé... celui de cette transformation de mon don. Je n’y avais pas encore réfléchi, ni même parler à William, qui s’était pourtant mis au travers de ce monstre de glace que j’étais.

- Tu as vu mon don tout à l’heure ..? Je ne pensais pas que c’était possible, murmurai-je, pensive.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 4 Nov - 23:00

        William, soulagé de voir que oui, elle comprenait, avait fermé les yeux, attendant que le médicament fasse effet, savourant juste le silence. Il était reconnaissant à la jeune fille de chuchoter aussi, ça allait mieux quand c'était le cas. Cette mission commençait d'une façon bien peu orthodoxe, entre la virée au bar et cet entraînement foireux. Que de l'imprévu au programme, mais au moins ils étaient ensemble. Anaïs, à moitié sur lui, semblait s'endormir peu à peu. Ils n'étaient pas obligés de parler si elle voulait dormir, elle avait toutes les circonstances atténuantes pour se reposer. Bon, Anaïs était allongée un peu près normalement, mais lui avait encore les jambes en dehors du lit. Il allait falloir bouger.

        "Attends, on va s'installer mieux," chuchota-t-il.

        A regrets, William la fit bouger, se redressa, enleva son pantalon et s'installa dans le lit d'Anaïs avant de l'inviter à le rejoindre sous les couvertures. Là ils pouvaient continuer tranquillement leur conversation, et Anaïs pourrait s'endormir malgré l'heure peu avancée. Il devait être quoi, 18h, 19h au maximum ? Lui resterait allongé dans le noir avec de la caféine dans le sang. Il n'avait pas qu'à s'enfiler trois tasses de café à 16h. Tant pis, ça soulageait ses yeux et sa tête de rester là, et avoir Anaïs sur lui était plutôt agréable.
Quant à son don... Elle avait atteint un degré de puissance qu'elle n'avait jamais expérimenté auparavant. Sa peau s'était couverte de glace, le froid avait redoublé et le vent aussi. Elle aurait vraiment pu blesser sérieusement Ivy. Mais il fallait vraiment qu'elle apprenne à le contrôler, ça avait failli virer au drame et c'était pour ça qu'il s'était interposé sans réfléchir.

         "C'était... Impressionnant, mais aussi effrayant. J'ai vraiment cru que tu allais tuer Ivy, et j'ai pas réfléchi quand je me suis téléporté, désolé. En tout cas, une fois que tu maîtriseras ça, tu seras une vraie superwoman," dit-il en la câlinant.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 5 Nov - 11:54

William nous fit bouger. Effectivement, il n’était pas bien allongé, en travers du lit comme ça, ce n’était pratique et conseillé pour passer une bonne nuit de sommeil. Je fis de même, retirant d’abord mon pantalon puis mon soutien-gorge, ce qui était plus agréable pour dormir, tandis que William, de son côté, retirait son pantalon et se mettait dans les couvertures. Je retournai me cacher contre lui, fourrant mon visage contre sa peau à la recherche de sa chaleur. Il sentait encore le savon, c’était agréable comment sensation. Et puis la couverture permettait de me donner l’impression d’être dans un petit cocon... aucun doute ; j’allais m’endormir très rapidement dans ces conditions. Beaucoup trop rapidement même.
Impressionnant, oui, très impressionnant. Je savais que je pouvais influencer la température de nos corps, et surtout de mon corps pour lui faire perdre toute chaleur, mais au point qu’il devienne de glace... je n’aurais jamais imaginé ça. Mais cet aspect de mon don pouvait régler tellement de chose... pouvais-je me faire poignarder ou encore me prendre une balle sous cette forme ..? Pouvais-je rendre William de glace aussi ? Ce serait compliqué et nécessiterait une double utilisation de mon pouvoir qui demanderait énormément d’énergie : la première pour qu’il ne sente pas le froid et ne meure pas à cause de la glace, et la seconde... pour le rendre de glace ? Cela semblait à la fois dangereux et difficile à réaliser... Finalement, je ne voulais pas prendre le risque en essayant sur lui. Mais cette transformation était à approfondir une fois à l’Institut, que je sache l’utiliser à n’importe quel moment.
Cela nous amenait d’ailleurs à un nouveau sujet de conversation : Ivy.

- Ouais... Je... Quoi ? Une superwoman ..?

Il avait parlé de ça, mais je ne savais pas du tout ce que c’était et la question avait fusé d’elle meme. Bref.
Je cherchai sa main dans l’obscurité, les yeux fermés et finis par la trouver.

- J’aime pas quand Ivy est proche de toi... C’est comme... Comme si elle essayait de te séduire ..?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 5 Nov - 21:29

Ah, il était bête, elle ne connaissait ni superwoman ni aucun des héros des bandes dessinées marvel, ça tombait sous le sens. Ceci dit, difficile de faire plus explicite que superwoman comme nom de personnage. Bonjour l'originalité. Il allait ouvrir la bouche pour lui dire de laisser tomber, c'était pas grave de ne pas avoir les mêmes références, ils n'avaient pas vécu à la même époque et c'était parfois difficile de se rappeler quand chacun était né et avait vécu. Pour Anaïs, si la mémoire de William était bonne, c'était dans les années 1970, non ? Qu'est-ce qui était à la mode dans les années 70 ? William n'en avait aucune idée et au fond ça n'avait que peu d'importance. Il en était là dans ses réflexions quand Anaïs lui parla d'Ivy, en ajoutant qu'elle avait l'impression que la brune le "séduisait". Surpris, William se demanda bien pourquoi Anaïs lui sortait ça, Ivy savait bien comme le reste du groupe qu'il était avec la blonde, et puis qui pouvait s'intéresser à un taiseux dangereux comme lui ? Il l'aurait remarqué de toute façon, non ? Elle ne se faisait pas des films ? William n'aborda pas la question sous cet angle, alors qu'Anaïs lui confiait ses craintes, même s'il les pensait infondées. Mais bon, William et le tact ça faisait quatre alors il fallait espérer qu'Anaïs ne prenne pas mal ses premières paroles prononcées sans grande réflexion.

"C'est pas grave laisse tomber, c'est une héroïne très forte dans un comics. Hein ? Qu'est-ce que tu racontes ? Elle sait que je suis avec toi, non ? dit-il en suivant sa logique. J'ai de la chance de t'avoir, j'vois pas ce qu'elle pourrait me trouver."

Il réfléchit quelques instants, en conclut innocemment que Ivy se comportait amicalement avec tout le monde y compris avec les gens qui ne faisaient pas partie du groupe, comme dans le bar.

"Et puis je l'aurais remarqué, non ?" ajouta-t-il alors que déjà ça ne lui était jamais venu à l'esprit que quelqu'un d'autre qu'Anaïs s'intéresse à lui.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 17 Nov - 13:19

William ne croyait pas à mes propos. Ou il était sceptique, mais ça ne changeait pas grand chose. Évidemment que Ivy savait que nous étions ensemble, mais peut-être cela ne changeait-il rien pour elle. Qu’elle s’en fichait ou même qu’elle espérait nous briser ..? Si elle savait tout ce que nous avions traversé à deux, elle comprendra que ce n’était pas une mince affaire, de nous séparer. Enfin... Je l’espérais. Je me rendis compte que je doutais, et j’en grimaçai. Comment ne pouvais-je pas faire confiance à William ? Il m’avait toujours prouvé qu’il n’y avait la place pour une autre fille. Ou alors, je n’avais pas confiance en Ivy, et c’était plausible ça. La voleuse ne semblait pas avoir beaucoup de scrupule à ce sujet, et c’est ce qui m’inquiétait... surtout que William ne le remarquait aucunement, comme il venait de me l’annoncer. Il était innocent, de ne pas voir qu’il était beau, bien foutu, attirant. Si j’avais été intéressée par lui, avant que nous soyons ensembles, c’était que d’autres pourraient l’être aussi. Les raisons peuvent diverger mais demeurer sur une même finalité : une relation de couple. Il y avait moi, il y avait Elsa, et maintenant Ivy ? Non définitivement quelque chose clochait.

- Mh... Tu es beau, voilà ce qu’elle peut te trouver. Souviens-toi d’Elsa, elle n’était pas insensible non plus, au contraire.

Je fis glisser mon doigt le long de son torse.

- Je sais encore reconnaître le même regard que je te porte quand j’ai envie de te faire des choses et que c’est une autre qui te le porte...

Hé oui William, certains gestes chez les filles ne sont jamais là par pur hasard...

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 21 Nov - 22:12

            Anaïs était toujours installée sur lui et il y avait fort à parier qu'elle n'en bougerait pas de sitôt. Euh, quoi ? Il était beau ? S'il y avait plus de lumière, Anaïs aurait mieux vu l'air surpris de William. Malgré le temps qui avait passé il ne savait toujours pas comment réagir aux compliments, et en plus, ce n'était pas très subjectif de sa part, elle était amoureuse et on dit que l'amour rend aveugle - bien qu'il défiât qui que ce soit de trouver Anaïs moche, parce qu'elle ne l'était pas, loin de là. Et Elsa... ça remontait à très loin, William avait du mal à se souvenir de son visage, elle était, euh, brune un truc du genre ? Ce qui s'était passé cette nuit-là était toujours aussi incompréhensible pour lui, bien qu'il se souvienne de s'être réveillé dans un état plus lamentable que d'habitude. Fichue mémoire qui vous abandonne au mauvais moment... La pulpe de son doigt vint le chatouiller et il frémit. Il eut un peu de mal à comprendre la deuxième phrase que formula Anaïs. Trop de "porte" en trop peu de temps, mais quand il eut enregistrer les mots dans le bon ordre et donner un peu près du sens, il fit une drôle de tête. Euh, elle n'était pas en train d'insinuer qu'Ivy voulait coucher avec lui là ? C'était complètement irréaliste, risible même. Elle n'était pas en couple avec le barman, par hasard ? Parce que bon elle avait eu l'air proche de lui lors de la soirée au bar, il avait été obligé de le remarquer parce que Théo n'arrêtait pas de répéter qu'elle "baisait" avec lui quotidiennement. (Si au début il ne savait plus ce que ce terme voulait dire, ayant été dans un environnement tout de même beaucoup plus soft en 1940, il avait vite compris par la suite).

         "Euh... Tu sous-entends qu'elle voudrait coucher avec moi, là ?" demanda-t-il avec hésitation, presque certain d'avoir mal compris.

         Il secoua la tête en fronçant les sourcils. N'importe quoi, se dit-il avec naïveté. Comment une personne peut directement songer à faire ça ?
       Bon, il y avait ses pensées à propos d'Anaïs... Mais ce n'était pas pareil, voyons.

         "J'pense pas, mais j'fais pas trop gaffe aux autres - à part à toi - donc bon. Tu penses que tu t'entraîneras sur ton don dans les prochains jours ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 22 Nov - 22:06

- Mh... Si tu le dis.

J’avais décidé de capituler et s’il n’en voyait rien, c’était sûrement mieux ainsi. En plus, je n’avais pas envie de me prendre la tête avec lui pour un sujet aussi risible et inutile qu’Ivy. Non, définitivement, s’il ne voyait pas les sous-entendus solaces de la voleuse... c’était tant mieux. Et peut-être avait-il raison, que je me faisais des films ..?
Par ailleurs, William changea radicalement de sujet me parlant de mon don. Non, hors de question que je réessaye ici. Premièrement parce que je n’avais aucune idée de comment le faire (cette capacité était venue sous le coup de la colère et de la peur, donc involontairement et je n’avais pas du tout été concentrée sur le processus qui m’avait menée à cela. Je n’étais donc pas en mesure de le copier afin de le retrouver) et deuxièmement parce que ce hangar était beaucoup trop petit pour un tel débordement de puissance. J’avais déjà failli le blesser, or de question que cela recommence voire s’aggrave. Franchement non merci. Je verrai quand je serai à l’Institut dans les pièces spécialement conçues pour ce genre de chose : les débordements de puissance et de magie. Tout en réfléchissant; je sentis mes yeux se fermer tout seuls et je secouai pour rester éveillée, tout en étouffant un bâillement avant de répondre :

- Non, répondis-je sincèrement. Je ne sais pas comment j’ai fait ça, et c’est trop dangereux pour que je réessaye ici, dans un si petit hangar, on verra quand on rentrera à l’Institut.

Ce n’était pas une priorité non plus.

- Ça te dérange pas si je dors ..?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 10 Déc - 23:30

           William hocha la tête dans la pénombre. Oui, il comprenait tout à fait son raisonnement, c'était certainement mieux ainsi. Même lui, qui la connaissait très bien, avait eu la frousse en la voyant ainsi, la peau couverte de glace, cela avait été si soudain, parut si... Hors de contrôle. Mais elle s'était arrêtée quand il s'était interposé, et ça, c'était très important pour la suite. Cela voulait dire qu'elle avait eu assez de contrôle sur son don pour le faire, assez de force en elle pour le contrôler, et ne pas se laisser contrôler comme ça en avait eu l'apparence. Remarque, si ça n'avait pas été le cas, William aurait été dans de sales draps. Impossible de s'en sortir en se prenant une attaque de plein fouet de la part d'Anaïs quand elle utilisait de cette manière toute sa puissance. Oui, il aurait définitivement été dans la panade jusqu'au coup, et n'aurait plus eu de tête pour pouvoir donner ses impressions. D'où la fatigue qui l'habitait, et qui se voyait sur sa tête depuis... Avant qu'il ne... La poignarde. Bref. William soupira, lui sourit en passant son pouce sur sa joue. Elle avait fait un grand bond dans la maîtrise de son don aujourd'hui, elle méritait bien un peu de repos.

          "Bien sûr. Dors, princesse."
*********************************************

          William se planqua derrière un pan de mur, le flingue factice entre les mains. Théo avait bien failli l'avoir, il était sacrément bon tireur. Ivy le rejoignit peu après, remettant un nouveau chargeur en place. Et voilà, ils étaient tous les deux dans la même équipe et le but était de s'entraîner au cas où ça tournerait vraiment mal. Et maintenant ils étaient là, tous les deux derrière ce pan de mur d'un étage désaffecté, avec un téléporteur et une cryokinésiste en face d'eux. Ils verraient ce qu'ils pourraient faire par la suite, théoriquement y'avait un cessez-le-feu pendant cinq minutes où les deux camps pouvaient bouger, choisir un plan, une stratégie, etc... Il était curieux de savoir de quoi Théo et Anaïs allaient discuter pendant cinq minutes. Certes, une pointe de jalousie le traversa à l'instant où il se posa cette question, mais il faisait confiance à Anaïs pour ça. Tout comme elle pouvait lui faire confiance pour, euh, éviter les sous-entendus gênants. Il ne s'était pas vraiment retrouvé en face à face depuis la dernière fois, mais ça pouvait s'arranger. Elle lui avait raconter des bribes de sa vie, sur le toit, et un détail avait retenu son attention.

          "Alors, il s'appelait comment, ton tuteur ?"

           Il ne demandait pas ça pour meubler, ça l'intéressait de savoir comment elle avait surmonté tout ça. A elle de le rembarrer si elle le voulait, après tout, c'était son histoire.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleuse ☾
Messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 11 Déc - 20:54

Il fallait prévoir et s’entraîner. C’était ce qu’avait toujours dit Thony. Imaginer tous les détails, s’attendre à tous les accidents possibles et être en mesure de répliquer à une attaque. Ivy et Théo savaient le faire, la jeune femme avait entraîné personnellement le garçon pour qu’il soit prêt en toutes circonstances. Mais ce n’était pas le cas de William et d’Anaïs. La voleuse avait constaté avec étonnement leurs compétences dans un combat au corps à corps. Mais dans le cas d’une stratégie, d’une rapidité de réaction obligatoire et d’armes à distance ..? Elle n’avait pas vu ce qu’ils faisaient avec des armes à feu. Alors elle les avait conduits dans un immeuble désaffecté avec quatre armes à billes, à l’allure vachement réelle et aux impact... plutôt douloureux. Ivy avait déjà été touchée suffisamment de fois pour savoir qu’il valait les éviter.
Le premier round était achevé. Les deux équipes s’étaient cachés dans leurs retranchements pour instaurer la suite et voir quels plans ils allaient mettre en œuvre. Ivy avec William, elle était occupée à recharger son arme quand il lui parla de son tuteur. Elle arqua un sourcil et se désintéressa quelques secondes de son revolver.

- Il s’appelait Thony. Il s’est pris une barre de fer lors d’une bagarre qui a mal tourné. Je te laisse deviner les dégâts d’un pied de biche rouillé dans l’estomac.

C’était étrange qu’il pose cette question. Surtout qu’il demandait quelque chose d’intime alors qu’ils étaient tout sauf proches - malgré ses efforts pou régler cette situation. Et Ivy avait répondu avec calme et presque amusement, ou une simple mondanité.

- C’est les dangers du métier ! déclara-t-elle en relevant légèrement la tête au dessus pour voir si personne ne s’était introduit dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 8 Mai - 21:49

          William se secoua un peu discrètement. Depuis la veille, il avait du mal à se focaliser sur son objectif, sa peur de perdre Anaïs prenait le dessus. Le fait qu'il puisse être son bourreau l'avait ébranlé, plus qu'il n'aurait su le dire, et avait réveillé une peur très ancienne, du temps où il venait de la rencontrer et où le moindre geste mal placé aurait eu raison d'elle. Comme quand il s'était réveillé et qu'elle lui avait appris qu'il avait essayé de la tuer... Encore une fois. Le jeune homme respira calmement, tentant de se rassurer. Il était pourtant bien placé pour savoir qu'elle avait amplement les ressources nécessaires pour se défendre. Ce n'était peut-être pas une mauvaise chose qu'elle ne fasse pas équipe avec lui cette fois-ci. Cette fois-ci, il devait retrouver son efficacité habituelle, comme lors des entraînements de l'Institut. Même avant ça, il avait déjà conscience qu'avoir la tête froide était essentiel pour prendre les décisions nécessaires. Comment avait-il fait avant tout cela ? Il n'y avait pas eu tant de fois où ils avaient été séparés en courant un grave danger. Il y avait eu l'attaque du creux dans la base militaire de la jungle, mais en premier lieu ça avait été lui qui allait y passer. Même si Anaïs avait failli en payer le prix cher avec cette histoire d'étranglement. Grâce au ciel, ça n'avait pas été le cas. Avant, il y avait eu... La boucle de la Tour et la mort de Louis. C'était un des seuls épisodes où William avait choisi de faire confiance à quelqu'un d'autre pour veiller sur Anaïs. Louis avait rempli sa mission, mais à quel prix ! Si Anaïs s'en était sorti, elle avait perdu un ami très proche. Quant à l'histoire de Tony, quelque part elle lui fit mal au cœur, qui fit tout drôle à William. Depuis quand ressentait-il autant d'empathie ? C'était à s'en rendre malade. Comment faisaient les gens pour gérer un truc pareil ? Y'avait pas un mode d'emploi ?
          Aller, un peu de concentration William. Il n'y avait qu'à se ressaisir. Les doutes n'ont pas leur place sur le terrain, de toute façon. Il se décontracta et laissa parler ses sens, prenant conscience du sol sous ses pieds et contre son dos, de la prise familière de l'arme à feu qu'il tenait dans la main, de la place de Ivy à ses côtés et des issues qu'il avait repérées. Toute sa posture changea. Maintenant, il était prêt à passer à l'action.

          "'Fectivement, dit-il en réponse à l'histoire tragique d'Ivy. C'est bien con comme façon de mourir. Il aurait pu choisir, je sais pas moi, un saut de l'ange depuis une fenêtre. Non pas que ça me tente spécialement, mais c'est un peu plus classe. Ou, encore mieux, tu crèves pas avant longtemps comme ça t'as tout plein de bonnes bastons qui t'attendent encore."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleuse ☾
Messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 13 Juin - 22:38

Et pourtant, Ivy restait Ivy. Elle n'aimait toujours pas s'épancher sur sa vie, trop en parler, c'était mauvais pour la concentration, pour le boulot, pour tout en général, mieux valait s'abstenir du passé. Elle n'en voulait pas à William, loin de là, c'était normal la curiosité dans un relation, dans de nouvelles rencontres, et combien de personnes avaient pu lui poser cette même question. Elle ne s'en formalisait pas, c'était ainsi. Il était mort et rien ne le ferait revenir. Oh, elle avait déjà pensé, durant son deuil, à utiliser les boucles pour éviter la tragédie, par dévier la barre de fer, ou carrément éviter la baston. Mais à quoi ça servait ? Ivy était peut-être égoïste, mais elle n'en était pas moins humaine et consciente. S'il était mort, c'était que son heure était arrivée, et elle craignait des représailles de la vie si un jour elle faisait renaître un mort. Enfin un mort, c'était pas vraiment ça, elle ne le ferait pas renaître, elle l'empêcherait juste de mourir la première fois et... Bref. Les sourcils de la brunette se froncèrent. William la rendait mélancolique envers et contre tout, et elle détestait ça, se laisser distraire par un sujet aussi futile et antérieur à aujourd'hui.
La jeune femme regarda sa montre à son poignet, encore trois minutes. Une âme mal attentionnée aurait pu penser qu'elle profiterait de ces quelques minutes pour faire des avances au jeune homme qui lui plaisait beaucoup physiquement, mais pas dans ce genre de situation ou la concentration était de mise et qu'elle bannissait la moindre distraction possible. Et oui, le boulot avant tout, même si ce n'était qu'un entraînement. Et puis, il n'y avait pas que ça. Elle crèverait de l'avouer, mais elle refusait de perdre face à Anaïs. Elle montrait en quelque sorte sa force durant ces instants de combat, sa supériorité. Puisque, de toute façon, c'était elle qui avait tout appris aux membres de son "équipage" comme Théo en face d'elle, alors qu'elle peinait à quoi s'attendre avec William et Anaïs. Elle en avait eu un avant goût lors des combats hier où ils avaient tous les deux mis KO toute son équipe, en faisant preuve d'une force incroyable, brute, d'une capacité d'adaptation rare et prouvant à tous qu'ils étaient des dangers sur patte, aussi. Qu'importe, elle avait besoin de tels éléments, ils seraient tellement utile, surtout William.
Elle jeta un coup d'oeil par dessus les caisses, pour voir où en était les autres.

- C'est pas que ce sujet me dérange, mais plutôt que c'est juste pas le moment, tu comprends ? Donc tu veux faire quoi pour la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 13 Juin - 23:47

           On n'en parle pas, message reçu. Enfin une réaction normale, bien que la tristesse ne soit apparemment pas de mise. Non mais sérieux William qu'est-ce que tu en as à foutre, au pire ? Tant mieux pour elle si elle n'est pas triste, même si ça fait psychopathe. Tant mieux aussi si elle ne s'est pas fait interner dans un hôpital psychiatrique pour fous à lier avec des pouvoirs. Et d'ailleurs, pourquoi est-ce qu'ils vivaient tous dans le présent ? Ils ne ressentaient pas le désir mégalomane et profondément narcissique de rester jeunes pour toujours, comme s'ils avaient été plongés dans la fontaine de jouvence ? Encore une fois, c'était peut-être un signe de bonne santé mentale. On pouvait considérer de tant de points de vue différents la vie peu ordinaire qu'il menait avec Anaïs... Mais tant que cette vie leur permettait d'avoir un chez-soi sûr et agréable à vivre, l'idée plaisait à William. En comptant bien sûr l'obligation d'y revenir à chaque fois en un seul morceau.
          Ivy posa une question sur la suite du programme. Bonne question, justement.

          "Si Anaïs passe à l'attaque avec son don, elle va le faire intelligemment. Elle pourrait utiliser le sol, les murs ou le plafond. Mais il faut déjà qu'ils nous repèrent. Elle a l'habitude de mon don, mais ce n'est pas parce que Théo a le même qu'il l'utilise de la même façon. Donc pour notre part, soit on utilise une tactique plus militaire en avançant de front sans utiliser nos dons, soit on fait un tour des lieux avec nos pouvoirs. Ou on fait un mixe des deux en décidant quoi faire s'ils nous trouvent. Mais comme on est en équipe j'imagine que c'est pour une raison, on doit rester ensemble, idéalement."

          William n'avait pas l'habitude de raconter ce qui lui passait par la tête quand il réfléchissait à une stratégie. Avec Anaïs, c'était action sur le tas, en fonction de comment ça se passait et de toute façon les événements ne se déroulaient jamais comme prévu. Il avait bien essayé de faire équipe avec B, mais ce n'était pas son fort. Il avait donc beaucoup à apprendre sur ce point aussi. Restait à savoir ce que pensait la brune de ses explications.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleuse ☾
Messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 14 Juin - 16:03

Iyv analysa leurs options, leurs chances de s'en sortir, et elle en arriva vite à la conclusion que Théo les tirerait comme des lapins sans même savoir où ce chien était. Et puis de front, Anaïs saurait les arrêter par la force, à moins de l'éliminer rapidement en l'assommant directement, car même sans arme elle serait capable de les mettre hors jeu. Le seul détail problématique était que William refuserait catégoriquement de l'assommer, surtout avec ce qu'il s'était passé hier. Dans le QG, petit coin avec les recharges des balles en plastique pour chaque équipe, Ivy remplit ses poches des chargeurs et invita William à faire de même. Elle ne pouvait pas se téléporter, elle, ils auraient vite fait de l'encercle sans qu'elle puisse fuir, sa force n'égalait pas celle de William, et elle craignait que Théo change d'axe pour les toucher en se téléportant. Et puis, elle n'aurait même pas le temps de le toucher... Non, le plan de William était bancal. Il fallait agir dans leur dos, sans qu'ils ne s'en aperçoivent, pas de front, pas sur la force.

- J'vais t'apprendre à être subtile William, ok ? On va pas les attaquer de front, c'est trop évident et bourru. Si Théo nous voit, il n'aura aucune difficulté à essuyer les balles et on grillerait notre position. Au contraire, on va les obliger à se rendre. D'abord, il faut leur prendre leurs munitions, et pour ça faut les sortir de leur planque, les trouver. Je m'en occupe, pendant ce temps tu cherches leur caisse et la téléporte en bas, la notre avec, au cas où ils les prendraient. Ensuite, on va les forcer à vider leur chargeur, on sera imprévisible et inattaquable. Mais quand ils seront démunis faudra mettre Anaïs hors d'état de nuire si elle décide d'utiliser son don.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 15 Juin - 9:54

        William sourit à la remarque d'Ivy. Il ne lui avait pas proposé un plan, juste une rapide analyse de la situation. De toute façon il avait du mal à suivre les stratégies, agissant automatiquement selon son jugement de la situation. C'est pour ça que, il y a longtemps, quand on avait parlé de prendre d'assaut un manoir de particuliers, il ne s'était jamais inquiété pour lui-même. Pour ça et parce qu'à ses yeux sa vie n'avait que peu d'importance. Il n'était pourtant pas si égoïste. Mais il oubliait souvent que les gens avec qui il s'entraînait n'était pas dans sa tête, ou se retrouvait à les protéger plus qu'à avancer, et c'était là que les conneries arrivaient. Etait-ce un hasard si la seule chose pour laquelle il était doué était de taper sur les autres, ou du moins de les neutraliser ? Ou alors le karma qui lui retombait dessus et lui chuchotait "si tu avais atteint ce niveau plus tôt, il n'y aurait pas eu tous ces morts autour de toi..." ? Mieux valait ne pas y penser. Etait-il un peu trop tête brûlée ? Cela allait sans dire, mais les fois où il avait été blessé, c'était parce que ses adversaires s'étaient montrés encore plus bourrins que lui. Comme quoi, il y avait pire. L'efficacité avant tout, c'était son principe de base. Normal qu'Ivy réfléchisse avant d'agir, son don n'était pas aussi offensif que celui d'Anaïs.
         Bon, s'il avait bien appris sa leçon, il fallait que les deux autres sortent de leur planque.

         "J'ai jamais eu besoin d'être subtil, ricana-t-il. Comme tu veux, c'est toi la stratège. Juste je te ferai remarquer qu'il est possible qu'ils soient déjà sorti de leur planque, voire l'un en éclaireur et l'autre qui protège les munitions. Et ils vont faire la même chose que nous, pour les balles dans les poches. Ton Théo, il sait se battre sans flingue ou pas ?"

         William n'affectionnait pas particulièrement les armes à feu. Depuis qu'il s'était pris du plomb dans l'aile avec une carabine de chasse, particulièrement. ça avait fait un mal de chien. Pourtant il avait appris à s'en servir, et avait même passé de longues heures à s'entraîner, parce qu'à l'époque de ses quatorze ans, c'était un des seuls domaines où il pouvait égaler les adultes. Maintenant qu'il avait pratiquement sa force d'adulte, il trouvait que tirer était un peu trop facile, et même s'il n'avait pas oublié comment faire, il préférait le corps à corps. Ou les couteaux. Tiens, les couteaux à propos. 'Fallait pas qu'il blesse quelqu'un par inadvertance. Il se mit à enlever ceux qu'il avait sur lui et une, deux, trois lames tombèrent par terre. Il gardait celle qu'il avait à la cheville gauche, force de l'habitude sinon il se sentirait tout nu. Il sentit le regard d'Ivy sur lui.

         "Quoi ? J'ai pas envie de trucider l'un des deux, ok ?"

         L'image d'Anaïs mouillée de son propre sang s'imposa à lui et William grimaça en détournant le regard. Plus jamais ça.

         "Je m'occupe d'Anaïs à la fin," signala-t-il.

         Elle aurait peut-être plus de scrupules à l'attaquer lui, et il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. S'il en tremblait rien qu'à l'idée qu'il se laisse emporter, il fallait bien qu'il se retrouve face à elle à un moment ou à un autre. Autant que ce soit aujourd'hui, une bonne fois pour toute. Combattre le mal par le mal et se prouver qu'il était capable de ne pas la blesser.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voleuse ☾
Messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 16 Juin - 23:19

- Il sait se battre ouais, mais pas contre des personnes qu'il peut pas toucher.

Ivy lui adressa un fin clin d'oeil. William pouvait éviter les balles en se téléportant s'il les voyait venir, elle, elle pouvait passer à travers, tout simplement, pas d'impact, pas d'élimination directe à son sujet. D'ailleurs, le brun s'éloigna un peu, et se mit à se déshabiller de ses couteaux, les lames tintèrent faiblement sur le carrelage de l'étage ; elle les regarda, intriguée. Il y en avait beaucoup, enfin beaucoup, tout était relatif étant donné qu'il ne pouvait que les cacher entre lui et ses vêtements, ce n'était pas comme s'il avait un quelconque sac pour aider au transport, mais disons que pour un homme était simplement habillé... c'était déjà beaucoup, et elle posa un regard sur lui l'air de dire qu'elle comprenait, mais aussi qu'elle le soupçonnait d'en garder en réserve. Qu'importe, il faisait ce qu'il voulait après tout, tant qu'il ne tuait personne, et dans le pire des cas, lis avaient Raphaël sous la main en cas de sérieux problèmes.
Il annonça par la même occasion qu'il s'occuperait de sa petite copine. Tant mieux, elle allait pouvoir voir ce qu'ils donneraient face à face sans les y contrer comme la dernière fois, peut-être que le combat durerait plus longtemps, et William moins radical.

Ivy regarda une nouvelle fois sa montre ; les cinq minutes s'étaient écoulées, Théo allait demander à bouger, aucun doute avec ça, il devait même être impatient, le connaissant. Il fallait les prendre de vitesse avant que leur ennemi se téléporte et leur pose la patte dessus. Elle se retourna vers William.

- Bon, fais ce que tu veux, on a pas le temps de parler plus, te fais pas sauter en avançant.

Et, souple et agile, elle se releva sans aucun bruit et se mouva en dehors de leur petit QG sans même lui jeter un coup d'oeil supplémentaire. Elle tenait son arme d'une main, à l'affût du moindre bruissement qui pourrait trahir Théo, mais elle n'avait pas d'ouïe sur-développée malheureusement, et elle n'entendit rien. Elle se glissa dans les couloirs menant à la zone centrale de combat, longeant les murs doucement, attentive, et une fois proche, elle laissa ses chaussures claquer contre le sol, pour faire du bruit, faire savoir sa présence dans les alentours pour que Théo approche, car c'était lui qui allait pointer le bout de son nez en premier, elle en était persuadée. Elle fit mine de bouger accidentellement une caisse, qui racla le sol et assura sa position. Ivy se prépara, rendant son corps intangible à souhait et se mit à courir bruyamment dans tout l'étage. Il y eut plusieurs détonations, elle sentit l'air lui passer à travers, elle savait qu'ils étaient là, mais où ? Elle continua de courir, plus vite, plus loin, ils continuaient de tirer, quand elle vit Anaïs au détour d'une armoire dans la zone nord ouest de l'étage, mais elle continua de courir. Pas d'attaque de front pour l'instant, pas maintenant.
Après plusieurs minutes et de nombreux coups de feu, Ivy se cacha au hasard derrière une caisse et visa devant elle, tira deux coups, au cas où Théo essayerait de l'avoir ainsi. Mais il n'y était pas, les coups de feu avaient cessé. A la place, un désagréable vent froid lui caressa la cheville. Quand elle releva la tête, des flocons obstruaient sa vision, elle blêmit. Ok, ça, elle avait pas prévu, ni prémédité, ni envisagé cette solution. Ivy bougea, subitement, prise en pleine tempête, et se cacha dans une armoire en fermant les potes, quand les coups de feu résonnèrent de nouveau. Ils tiraient tous les deux, dans la neige, en espérant faire mouche. Ils étaient intelligents et fourbes, mais pas assez encore. Les balles fictives continuèrent encore et encore, et Ivy priait pour que le vieux bois ne craque pas et les laisse entrer. Mais non, et quand ils n'eurent plus de balle, ce fut le plus grand des silences. La neige estompait et absorbait tous les bruits. Elle sortit de son placard, à quatre pattes. Anaïs ne devait pas avoir bougé. Elle devait toujours être là où elle l'avait vue tout à l'heure, ou pas loin du moins.

- William ! Anaïs au nord ouest ! Je me charge de Théo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1144
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 18 Juin - 21:40

        Nord-ouest, nord-ouest, elle avait de ses indications à la mords-moi-le-noeud ! Ils étaient à l'intérieur d'une usine désaffectée, et il n'allait pas faire demi-tour pour regarder par la fenêtre où était le soleil. Pourquoi pas pôle sud, tiens ? William ne pesta pas tout haut, au cas où leurs adversaires seraient dans le coin, mais ça le démangeait furieusement. Il continua dans la direction qu'avait prise Ivy. Et comment ça, te fait pas sauter en avançant ? A moins qu'il marche sur une mine, le terme "sauter" le laissa sceptique. Il n'était pas beaucoup plus avancer que ça, avec ces instructions de qualité. Pourtant, Ivy était une meneuse de groupe, à la base. P't'être bien que William était trop con pour faire parti d'une équipe. Il allait partir du principe que ce qu'Ivy voulait dire, c'était qu'il ne devait pas se faire allumer par l'un des deux membres de l'équipe adverse. Ce n'était pas dans ses plans, heureusement. Parce que déjà recevoir des impacts de balle en caoutchouc n'était pas forcément des plus agréables, et ensuite parce que tout l'intérêt du jeu était de se donner à fond.

          Ivy avait tort sur un point : William pouvait se montrer subtil. Surtout quand il était face à quelqu'un qui possédait un don offensif. Il n'avait pas trente-six solutions, et devait utiliser le terrain à son avantage autant que possible. Le jeune homme tenait son arme à deux mains, canon baissé vers le sol pour l'instant, histoire de ne pas dégommer Ivy si par hasard il la croisait au détour d'un couloir. Le vieil entrepôt, construit de béton et de métal, était dénudé, brut, bref, sa charpente était visible et William le nota mentalement. Un froid insidieux se dégagea soudain devant lui et le jeune homme songea qu'il allait encore être bon pour des gerçures. Devant lui se formait une véritable purée de pois, mouvante et blanche, effrayante en soi. Quelques balles sifflèrent, et il sembla à William que la voix d'Ivy parvenait à l'intérieur. On n'y voyait goutte et le jeune homme n'était pas assez stupide pour se jeter là-dedans tête baissée. Il n'avait pas beaucoup de temps pour réfléchir, il lui semblait qu'elle progressait dangereusement. Anaïs comptait enfumer tout le bâtiment ou quoi ? Si le but était de les aveugler ou de les freiner, c'était réussi. Mais c'était aussi un handicap sérieux pour eux, surtout concernant Théo qui n'était pas immunisé contre le froid. Où était-il, celui-là ? ça y est, la purée de pois engloutit William. A l'intérieur c'était carrément la tempête. Il tira à l'aveuglette quatre coups, juste pour qu'ils croient savoir où il se trouve, balança son flingue par terre, décidant qu'il ne serait plus d'utilité et se téléporta. Il apparut... En l'air. Enfin, plus exactement, suspendu à une des poutres métalliques qui soutenait le plafond de taule. La charpente métallique était rouillée mais tenait bon. Il se hissa dessus, alors qu'un vent froid lui fouettait le visage. Il ne pouvait se tenir qu'accroupi, et il ne savait pas où était Anaïs, d'où ce point de vue plus dégagé sur la situation. On était au dernière étage du hangar, ainsi malgré les différents bloc de salles, il dominait plus ou moins l'étage. Plus ou moins parce que au milieu de tout cela un nuage de neige et de vent grossissait lentement. Il fallait qu'il repère Anaïs, et vite ! Heureusement, d'ici ce n'était pas trop difficile : c'était la seule silhouette encore debout dans le vent, l'épicentre de la tempête. Seul (gros) problème : il ne voyait pas le sol, et c'était risqué de se téléporter dans ses conditions, il ne savait pas comment son don allait réagir. Autant éviter de se taper de la fièvre pour rien. Comment y accéder, alors ? William se décala précautionneusement le long des poutres métalliques, puis changea de perchoir (heureusement qu'il n'était pas sujet au vertige) afin de se retrouver un peu près au-dessus de la silhouette. Le vent lui giflait les joues, et il frissonna : c'était toujours aussi impressionnant de voir Anaïs utiliser son don, elle possédait une puissance de frappe incroyable. Il respira un grand coup. Maintenant, il devait agir vite, parce que s'il se retrouvait face à elle en combat rapproché, c'était foutu. Il songea qu'il aurait dû garder son flingue pour l'assommer, ç'aurait été plus intelligent. Tant pis.
        Plonger au cœur d'une tempête de neige était une première pour lui. Les flocons lui rentraient dans le nez et les oreilles et le froid le prit un peu de cours mais il avait bien visé. Il atterrit plus ou moins sur Anaïs et ils s'écrasèrent par terre. Plus préparé qu'elle au choc, il eut tout juste le temps de repérer ses cheveux blonds pour l'assommer d'un coup sec dans la nuque. La tempête se dissipa à une rapidité phénoménale, et William, trempé par les flocons, en fut soulagé. Il fit basculer une Anaïs inerte et mit sa tête sur ses jambes, pour éviter qu'elle ne reste sur le béton sale. Il espéra qu'il n'avait pas frappé trop fort en voyant ses yeux fermés et écarta des mèches rebelles de son visage.

         "Désolé, princesse."


        A vrai dire, il avait complètement oublié la présence d'Ivy et de Théo, pour lui le jeu était fini.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1306
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 19 Juin - 22:10

Le plan avec Théo était simple. Je veux dire, nous savions tous les deux que nos chances étaient très minces, Ivy pouvait passer au travers des balles, William était insaisissable, moi j’étais lourde et incapable de changer de position si rapidement ou d’éviter les projectiles. J’étais un poids dans l’équipe et je devais me cacher, je le savais. Et Théo le savait. Alors mon rôle, c’était de le perdre, enfin, les perdre, qu’ils soient désorientés. Ainsi, Théo devrait les fumer comme des lapins. Tout fonctionna comme prévu, du moins au début, Ivy plus plongée dans la tempête tandis que j’étais plus au moins cachée derrière des caisses pour ne pas me faire voir quand nous nous mîmes à tirer à l’aveuglette dans le blizzard. Enfin, je n’avais que deux chargeurs, Théo avait tout le reste, il visait bien mieux que moi malgré les leçons de Kaï et de l’institut. Et puis j’avais ma glace si besoin. Sauf que je n’avais pas prévu que William arrive par dessus moi. Pas vraiment non. Il me tomba assez brutalement dessus et je n’eus pas le temps de réagir : je fus relevée de force et assommée avant de sombrer dans les limbes et l’inconscience.

Et Théo dut se débrouiller seul. Il était prévu qu’a partir de ce moment, nous aurions du nous rejoindre, mais évidemment, je n’étais pas vraiment là, alors il rejoint mon emplacement et vit William, au loin, me tenant dans ses bras. Il se téléporta derrière lui et tira rapidement dans son dos à deux reprises avant de se téléporter une seconde fois, rapidement. Ils étaient un contre un maintenant. Ouais. Ce fut un subtil tout de passe passe, où Théo finit vainqueur en faisant basculer une armoire sur Ivy qui dut se rendre matérielle pour la retenir tandis qu’il s’était déjà téléporté face à elle pour la cribler de balles, hilare. Accompagné de foules de jurons peu mélioratifs à son propos, elle laissa tomber l’armoire, dépitée.

Quand je me réveillais, un temps indéfini plus tard, j’étais plus ou moins allongée sur lui. Je portai une main à ma nuque un poil douloureuse vu les circonstances et reposai ma tête contre lui.

- J’espère que tu dragues pas toutes les filles en les assommant parce que c’est pas très agréable.

Je lui souris.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Voler une banque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voler une banque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Explication banque
» Le FMI s’interroge sur la viabilité de la Banque du Sud
» Banque : Cala' Dyplouf
» Il n'y a pas que les oiseaux qui savent voler [Terminé]
» Mise à Jour de la Banque d'Avatar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles-