Partagez | 
 

 Voler une banque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Voler une banque   Lun 30 Oct - 18:16

Ivy avait été contactée il y a déjà quelques semaines avant ce jour. Contactée par cette fameuse organisation qui tenait une place à la fois importante et omniprésente dans sa vie. On lui avait demandé de voler la banque de Boston, un pari risqué s'ils se faisaient choper, mais également accessible pour eux, être aux grands pouvoirs. Le "mais" se cachait dans ceux qui devaient les accompagner. Deux sbires et un humain en prime, qu'il fallait garder en vie, tout en l'emmenant avec eux. Ivy avait habituellement sa petite équipe déjà formée avec Rose, Théo, Jack, Ambre, Raphaël, Maddison et Ezio. Equipe qu'elle avait parfaitement entraînée comme Thony l'avait fait avec elle. Alors devoir se taper trois autres incompétents qui allaient juste leur mettre des bâtons dans les roues, non merci. La voleuse était sceptique, mais elle ne pouvait dire non de but en blanc à cette organisation si puissante. Elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Alors elle dut mettre au courant son escouade qui s'occupèrent de ranger les chambres d'amis. Trois en tout. Deux pour les sbires de Vladimir, et une autre pour l'humain.
Ils devaient arriver aujourd'hui. Le temps de faire un petit topo sur la situation, de voir à qui ils avaient à faire concernant ces inconnus.. Plus qu'à attendre, les autres étaient déjà près.

*****

Ils arrivèrent vers vingt heure. Se présentèrent alors un jeune homme brun qui attaqua directement la rétine de la jeune femme et qui le fixa peut-être trop longtemps au début, une petite blonde ne sortant pas de l'ordinaire, et un gars plus vieux à la barbe naissante et aux cheveux gris. Une équipe de bras cassés, jugea Ivy. Maaais, ce n'était pas désagréable de jauger un peu le garçon, dont on devinait plutôt bien un corps bien foutu en dessous.
La voleuse sourit, engageante, mais elle ne se prit qu'un mur d'impassibilité. On verra après mon beau, on a deux jours devant nous c'est laaaargement assez. Ivy les conduit jusque dans la salle principale, entourée de plusieurs portes avec le nom de chaque particulier dessus, pour ceux vivant ici. La pièce était large, avec une table et plein de chaises autour, et de l'autre un canapé avec une télé. Le coin boulot et le coin détente, oui. Là, c'était le moment boulot. Elle leur présenta des places libres, puis nomma un à un toute son équipe, de la plus jeune au plus vieux, puis enfin, elle se présenta elle-même.

- Moi c'est Ivy Oak, celle qui conduira l'entreprise du début à la fin. Les autres que vous voyez là obéiront à mes ordres, ils sont sous ma directive et sous ma protection, donc il en sera de même pour vous. Vous êtes par extension de l'Institut sous ma direction. Une fois cet entretien fini, je vous conduirai à vos chambres respectives, et si vous avez des questions, ou des requêtes à faire, n'importe quoi...  Vous n'aurez qu'à me demander.

Ivy sourit une nouvelle fois, craquante, en regardant le jeune brun. Puis elle claqua dans ses mains.

- Bien, maintenant parlons de cette banque, vous savez déjà ce que nous allons faire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 12:24

         Victor était venu les trouver au Chalet pour leur proposer une mission. Sachant que l'Institut avait mis à leur disposition le Chalet, après discussion et méfiance il les avait convaincu de s'allier une nouvelle fois à lui pour cette fois, cambrioler une banque. Cette fois-ci, ils feraient équipe avec "une bonne amie de l'Institut", une énième connaissance mystérieuse. Victor semblait toutes les connaître, sans doute était-il là depuis longtemps. C'est grâce ou à cause de lui qu'ils se retrouvaient ici, dans une époque récente en compagnie d'un ami de l'Institut, humain au réseau important qu'il était intéressant d'avoir dans la poche, avait compris William. Après cette opération, il leur devrait une faveur que l'Institut allait bien sûr exploiter à sa juste valeur. William commençait à comprendre comment fonctionnait une telle organisation, qui était bien plus qu'un simple hôpital. Une véritable pieuvre qui avait des tentacules dans toutes les époques, partout dans le monde, et un accès qui paraissait illimité aux boucles. Une pieuvre dangereuse qui pouvait étrangler ses ennemis comme sauver d'une mort certaine ses alliés. Si tous les membres de l'Institut étaient comme Victor, sans cesse à l'autre bout du monde à parler une autre langue (il l'avait entendu parler russe à une infirmière une fois), pas étonnant que l'Institut fonctionne aussi bien. C'était une véritable fourmilière avec plein de petits soldats prêts à mourir pour elle - William et Anaïs l'avaient assez bien expérimenté la dernière fois, ces missions pouvaient aller très loin. L'humain qu'ils avaient rencontré une quarantaine de minutes avant d'échouer dans cet entrepôt, s'appelait Marcus. A première vue, il avait l'air d'un mec banal, dans la quarantaine, avec des vêtements passe-partout. Mais il y avait dans sa manière de parler, en baroudeur extraverti, une lueur dangereuse qu'on percevait parfois. Il noyait souvent le poisson et ne révélait jamais rien de personnel, malgré son bagou. Se savoir au milieu de particuliers aux pouvoirs surhumains n'avait pas l'air de l'inquiéter le moins du monde, pourtant, ceux-ci pouvaient avoir raison de lui en trois secondes. Comment était-il arrivé à savoir tout cela et pourquoi l'avait-on laissé en vie malgré ce secret révélé ? Mystère, ils ne le sauraient sans doute jamais. La ville s'était déployée autour d'eux et à travers les vitres teintées, William avait observé les rues grouillantes de monde sans grand intérêt. Ils courraient tous derrière leur vie en espérant rattraper le temps. Les particuliers n'avaient pas ce problème-là, et la forêt manquait déjà à William. Tant pis, il prendrait sur lui pour le moment, il était avec Anaïs, ce n'était pas si terrible. Il avait fait des progrès quant à sa phobie du contact, lentement la distance à laquelle il paniquait se réduisait peu à peu. C'était long, très long, mais nécessaire. Il verrait bien pendant cette mission si cet entrainement porterait ses fruits. Anaïs avait l'air d'attendre que ça se passe aussi, sans sentiment particulier. Le chauffeur les déposa sur un trottoir, à deux pas d'une impasse où s'élevait un hangar énorme qui paraissait désaffecté. Un type vint leur ouvrir et les fit entrer dans ce qui ressemblait à un parking énorme fait de béton et de taule, puis ils montèrent et débouchèrent dans une salle radicalement différente, aménagée en espace de vie en toute clandestinité. Cet endroit avait tout d'un repaire bien rodé, et la fille qui vint les accueillir, très sûre d'elle, les cheveux coupés court, entra directement dans le vif du sujet. William écouta, les mains dans les poches, en essayant vaguement d'intégrer les prénoms, ce pour quoi de toute façon il n'était pas très doué. Les regards et sourires d'Ivy lui passèrent clairement au-dessus de la tête, il essayait surtout de combattre la pointe de paranoïa qui le suivait partout dans un lieu inconnu et lui disait de repérer vite te bien les portes de sortie. Tss... Impossible d'être tranquille avec un cerveau normal. Marcus prit aussitôt la parole, nullement gêné d'empiéter sur le territoire d'Ivy. De toute façon, en soi toute l'équipe bossait pour lui, alors... Il déplia aussitôt les plans qu'il avait apporté.

          "Ici, l'entrée, de nuit les patrouilles ne sont jamais loin surtout quand un gros pactole vient d'être transféré. Le premier coffre à visiter est ici, dit-il en changeant de plan pour montrer le septième. L'autre est au sous-sol. C'est truffé de caméras, de détecteur de mouvement, de métaux et il y a une zone avec caméras thermiques. Il y aura sûrement un ou deux veilleurs ici. Il faut que l'assaut ait lieu à 1h47, juste après la troisième ronde et qu'il dure moins de quarante-cinq minutes, le temps de se coordonner. Il se peut qu'on ait des visiteurs juste après, donc il faut se prévoir des portes de sortie rapides et efficaces. J'ai cru comprendre que tu traversais les murs, tu peux donc nous ouvrir de l'intérieur, peut-être en volant une carte magnétique d'un des employés, nous verrons. Toi, dit-il en s'adressant à une fille dont William avait déjà oublié les caractéristiques, tu peux t'arranger pour dévier les caméras ? Se téléporter, ce sera notre porte de sortie idéale. On devrait se séparer en quatre équipes, une pour faire le guet, une pour voler le pactole, moi j'ai un truc à récupérer au sous-sol et il faut que quelqu'un neutralise les gardes. Vous pouvez faire quoi déjà vous ?
         - Maîtrise de la glace,
répondit Anaïs.
         - Téléportation. Et je risque de sonner aux détecteurs de métaux," précisa William.

         Un ange passa, durant lequel William ne donna pas d'autres explication que "longue histoire" en haussant les épaules. Il n'était pas là pour déballer toute sa vie, tout de même. Marcus reprit sans plus tarder :

         "Bon, alors la glace pour les caméras thermiques, c'est intéressant, tu te penses capable de les neutraliser ? Elles sont ici, mais c'est un passage obligé pour le coffre du septième..."

         Ils se mirent d'accord pour la première partie de l'opération, Théo resterait en contact avec Madison, la fille pyrokinésiste, qui montera la garde et donnera le change si la patrouille de dehors revenait. En attendant, Théo irait avec Anaïs et Ivy récupérer le cash au septième, et William et Marcus se rendraient au sous-sol, pendant que Jack, le persuadeur, et Ambre, la technopathe, prendraient possession de la salle de contrôle pour un quart d'heure histoire d'ouvrir les bonnes portes. Il y avait encore beaucoup de détails techniques à régler et il était déjà tard quand la réunion se finit, et la fille aux cheveux noirs - Ivy - les invita comme promis à monter.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 13:02

C'est Marcus, le vieux qui venait de l'Institut, qui prit les commandes sous le regard à la fois surpris et dérangé de Ivy. Ah d'accord, mais le vieux il allait se calmer un peu ? Ce n'était pas lui qui dirigeait, et à preuve du contraire c'était son escouade. Elle dévisagea l'homme durant toutes les explications, et Ezio ne se gêna pas pour lui lancé des oeillades amusées auquel la jeune femme répondit par un regard foudroyant. Non mais oh, bientôt ils allaient tous rire ouvertement et elle aurait l'air bien tiens. Malgré tout, sachant les informations du vieux importantes, elle prêta une oreille attentive à tout ce qu'il disait, et visualisa le plan et les étapes. Son groupe serait donc séparé en plusieurs petites équipes, elle-même serait avec la petite blonde et Théo. Mh, elle avait intérêt à se bouger le cul la sbire de l'Institut, car il était hors de question qu'Ivy la tire ou la porte.
Étonnamment, Marcus se révéla tout de même être un bon dirigeant car, après réflexion, son plan semblait tenir debout et accessible. Ils allaient devoir être organisés, très organisés à cause du temps, mais tout était faisable. Et au pire, il y aurait du danger, et Ivy s'en amuserait. Ils parlèrent encore un long moment pour des détails et des problèmes - comme le brun qui s'appelait William dont le problème était de ne pas pouvoir passer les détecteurs de métaux - et cela dura jusque tard dans la nuit.
Quand Ivy se releva, ils avaient mangé, de simples sandwich achetés à côtés, mais c'était déjà ça dans le ventre. Il était au moins vingt-trois heures, et il était sûrement temps de rejoindre sa chambre. Les membres de son groupe allaient rejoindre leur propre logement pour ceux qui en avaient, et Ivy leur dit au revoir un à un, comme d'habitude. Puis elle se retourna vers les sbires de l'Institut. Et le vieux. Ouais, ne l'oublions pas c'lui là.

- Bon, venez, je vais vous montrer vos chambres.

Elle les entraîna vers trois portes, chacune à égale distance de l'autre.

- Ici, pour Marcus, fit-elle en désignant la première porte.

Ivy continua d'avancer, montra la seconde porte.

- Là, pour William.

En enfin la dernière :

- Et pour Anaïs.

La voleuse retourna au centre, espérant sûrement une discussion avec William, mais attendant également que la petite blonde accepte de rentrer dans sa chambre, une bonne fois pour toute. Mais non, elle attendait, adossée au cadre de la porte, les bras croisés. Ivy déposa un regard lourd sur elle, mais la jeune femme le soutint, ne pipa mot et resta à sa place. Bon bah tant pis hein, si tu veux rester reste.

- Si besoin cette nuit, d'une compagnie ou d'autre chose... Ma porte est juste là, elle désigna la porte de sa chambre en question, avant de lui adresser un léger clin d'oeil et de s'y diriger, laissant les sbires à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 13:32

Victor nous avait emmené dans une ville d'Amérique. Boston. Et quel dépaysement. Des voitures partout, des bruits, des gens, jamais de calme, jamais de pause, une vie en continu et incessante. De quoi donner mal au crâne.
Nous y rencontrâmes une grande aux cheveux sombres et tout un groupe de particuliers qui semblaient sous ses ordres. Il y avait également Marcus, un homme plutôt âgé, mais doté d'une intelligence remarquable. Il présenta de manière à la fois succincte et détaillée le plan et le déroulement de l'opération. Apparemment, il connaissait les lieux, ce qu'il fallait y faire  et je fus bientôt intégrée au groupe qui devait aller chercher de l'argent. Je lançai un regard à William, assis juste à côté de moi. Pourquoi je devais toujours être séparée de son équipe, hein ? Bon, je devais juste espérer qu'il ne finisse pas dans la même état que la jungle, mauvais souvenir ça, très mauvais, donc si on pouvait l'éviter, ça m'arrangerait.
Marcus explique également les caméras thermiques. Je pouvais aisément les passer et  en plus apparaître dessus en refroidissant mon corps, puis les trouver et les faire disjoncter. Oui oui, c'était largement faisable. Ainsi donc notre entrée dans la banque ne dépendait que de moi. Sympa, je n'avais pas droit à l'erreur quoi. J'eus d'ailleurs quelques difficultés à retenir les noms des autres particuliers et leur don. Je retins vaguement qu'il y avait une technopathe et une pyromane (mh mh) et une autre personne pouvant se téléporter comme William, c'est à peu près tout. Après les noms... Théo, Ambre et, c'est tout. Il me faudrait plusieurs jours avant de parvenir à les assimiler.
Quand la réunion prit fin, Ivy, la grande aux cheveux sombres, nous amena à nos chambres et resta devant la porte de William. Mhh, si elle espérait que je rentre docilement dans ma chambre, or de question. Je pouvais encore parler à mon petit ami, non ? Alors j'attendis qu'elle parte, la fixant froidement, adossée au cadre de la porte. Marcus était déjà rentré dans ses appartements. Elle glissa quelque chose à William que je ne pus entendre, et je arquai un sourcil. Quand elle partit enfin, je la dévisageai longuement avant de m'avancer vers William. Bref, ce n'était pas important... Enfin, je l'espérais. Je le questionnai du regard avant de finalement hausser les épaules. Ils nous avaient placé dans deux chambres séparées, et je savais que c'était plutôt de mauvaise augure. Les nuits seuls ne nous réussissaient que rarement.

- Tu ne vas pas faire de cauchemar ..?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 14:12

          Non, bien sûr que non, mais tant pis. D'habitude, il se passait bien d'une nuit de sommeil. Peut-être que depuis le temps, ça allait se passer un peu mieux pour lui. Ou pas, m'enfin on pouvait toujours rêver. Cette baraque était leur lieu de résidence improvisé, ils n'avaient pas trop le choix, et puis ça suffirait amplement. En ouvrant la porte, il découvrit une petite pièce pourvue d'un lit simple, d'une armoire qui ne servirait à rien vu le peu de ses affaires, et une lampe qui éclairerait tout ça quand il aura rassurer Anaïs. Les chiottes étaient certainement dehors, la douche aussi, ils verraient bien, pour le peu qu'ils resteraient. Improvisation. Ses cauchemars...

         "ça va aller, t'inquiète pas," lui sourit-il.

         Il l'embrassa brièvement et se sauva dans sa "chambre" exigüe et sans fenêtres... ça promettait. Il espérait qu'Anaïs allait quand même passer une bonne nuit, parce que ça risquait de ne pas être son cas. Après avoir balancer son sac sur le lit, il se laissa lui-aussi tomber dessus, les mains derrière la tête. Le lit grinça sous son poids. La lampe au-dessus de lui lui grillait les yeux et il en était encore à se demander pourquoi Ivy lui avait tranquillement proposé de passer dans sa chambre. Elle voulait discuter de quelque chose ou y'avait un sous-entendu ?.. Boarf, le cerveau de William se mit en pause de lui-même et il s'endormit tout habillé.
********************************


           Le Vince défiguré lui faisait face, il s'enfuyait à travers la maison tandis que les coups résonnaient sur les murs. Ils allaient entrer ! Les portes qu'il passait le menaient toujours dans la même pièce, la pièce maudite, là où les cadavres rodaient. Du rouge colorait ses mains, l'odeur du sang le prenait à la gorge, il essayait désespérément de s'enfuir mais les fenêtres étaient barricadées. Il était enfermé et il suffoquait de terreur, la voix de Vince résonnait dans son crâne. La porte qu'il passa le mena dans une autre pièce. Une silhouette blonde à peine visible dans la pénombre lui tournait le dos. C'était Anaïs ! Un visage connu dans cet enfer ! Il tendit la main vers elle, mais lorsqu'il la toucha, elle tomba par terre, elle-aussi mutilée.

            "NOOOOOOOOOOOOON !"

          William se réveilla en sursaut, en sueur. Il mit plusieurs secondes à se rappeler où il était. Peu importait, il fallait qu'il sorte de cette chambre exigüe. Il remonta le couloir à l'aveuglette tandis que dans les autres chambres, certaines lumières s'allumaient. Il n'avait pas envie de rendre de compte, il était trop sur les nerfs pour ça, à chaque fois qu'il fermait les yeux il voyait le visage d'Anaïs... qui n'avait plus de visage justement. Il se laissa guider par son instinct qui cherchait l'air libre, et déboucha sur le toit du bâtiment. Enfin, de l'air ! Il n'en pouvait plus. Il s'appuya contre la rambarde, la tête dans les mains, pendant quelques instants. Bon, bon point, pas de crise de panique pour cette fois. Il risquait juste d'avoir réveillé tout le monde, m'enfin. Ce qui comptait maintenant, c'était se calmer avant tout. Il leva les yeux vers la ville, toujours allumée. La brise lui fit du bien. Après un temps indéterminé, il entendit une porte claquer derrière lui et ne prit même pas la peine de se retourner.

          "Je vais bien, Ana."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 14:30

Un hurlement tira à peu près toute la maison du sommeil. Un hurlement terrible, dégoulinant de désespoir et de souffrance. Ivy sortit de sa chambre rapidement, prise d'ancien réflexe mais elle ne vit rien. Il faisait encore noir dans la pièce, elle dut allumer la lumière qui attaqua sa rétine et elle cligna des yeux à plusieurs reprises pour s'habituer à la luminosité. La petite blonde, Anaïs, était elle aussi sortie de sa chambre et sortait déjà de celle du garçon. Elle semblait mal réveillée, et inquiète.

- Il n'est plus dans sa chambre, il a du partir !

Mais oui, et partir où, hein ? se demanda Ivy. Ils ne connaissaient absolument pas les locaux, et elle doutait fortement qu'ils connaissent Boston. La voleuse partit dans la chambre du garçon vérifia qu'il avait bel et bien disparu (oui, elle préférait voir de ses propres yeux si la blonde ne racontait pas des conneries, mais il s'était réellement volatilisé). La jeune Rose était sortie de sa chambre, les cheveux ébouriffés, à la recherche d'un sens à ce qui se passait. Raphaël s'avança également, sorti d'une pièce adjacente.

- Qu'est-ce qui se passe, il est deux heures du matin, demanda-t-il, avec des yeux encore bouffis de sommeil.
- William a disparu, il a du partir quelque part aux alentours du hangar.

C'est à cet instant que Anaïs débarqua dans la conversation sans demander son reste.

- Il a du sortir, je dois aller voir !

Ivy leva les yeux, exaspérée par cette gamine de seize ans bien trop sûre d'elle et envahissante. Elle désigna pourtant Raphaël.

- Accompagne-la dehors,on sait jamais, qu'elle n'aille pas trop loin.
- Euh, d'accord, viens, fit-il à l'intention d'Anaïs.

Les deux particuliers s'éloignèrent, et Ivy s'attela à ses propres recherches. Elle fouilla le hangar, convaincue qu'il n'était pas loin. Et c'est en prenant l'escalier menant au toit qu'elle vit la silhouette du garçon, contre la rambarde. Il s'appela "Ana" et Ivy fit vite le lien entre Anaïs et ce surnom. La blonde s'occupait donc beaucoup du brun ? Mh...
Quoi qu'il en soit, elle s'approcha légèrement de lui, et s'appuya à son tour à la rambarde.

- C'est pas Ana. Elle te cherche dans la rue, elle ne sait pas qu'il y a un accès au toit je pense, elle fit une légère pose. Alors, la raison de cette soudaine sortie en pleine nuit ? Et du hurlement d'ailleurs.

Ivy sortit son paquet de clopes de sa poche, en sortit une et l’alluma, puis jeta un coup d’oeil au garçon. Elle lui tendit le paquet.

- Tu veux ?


Dernière édition par Ivy Oak le Mar 31 Oct - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 16:05

           Ah. Merde. Il fallait qu'il la rejoigne, qu'il la rassure, elle était sûrement en panique. Lui serait en train de péter un câble à sa place. Avec quelques minutes de recul, William se dit que sortir en coup de vent sans dire où il allait n'avait pas été la chose la plus intelligente à faire. En même temps, affronter tous les gens qui sortaient de leurs chambres parce qu'il n'avait pas pu se contrôler, c'était trop. Maintenant qu'il était un peu calmé, il devait aller la voir. Quant à Ivy qui l'avait trouvé la première... Qu'avait-il à lui répondre ? Que ça faisait vingt ans que la mort de potes à lui le poursuivaient sans répit, qu'il avait tendance à se méfier à cause de ça, que ça l'avait transformé pour toujours ? Qu'elle ne devait pas trop s'approcher à cause de ça ? La panique passé, une immense lassitude s'abattit sur les épaules de William. Qu'est-ce qu'il était censé faire, aller s'excuser de cauchemarder encore d'une tragédie d'il y a dix ans ? Ici, personne ne le connaissait à part Anaïs. Elle était son point d'ancrage, il fallait qu'il la rejoigne... Et pourtant, le jeune homme ne se sentait pas d'attaque pour une confrontation. Il avait l'impression d'avoir régresser, gêné de laisser encore une fois ses problèmes personnels prendre le dessus. C'était un gamin qui ne voulait pas retourner dormir tout de suite, effrayé par les fantômes qui rodaient dans le noir. Et pas n'importe quels fantômes. Les siens, qui semblaient vouloir inviter Anaïs dans la danse.

          "Ouais, merci."

          William fit tourner la cigarette entre ses doigts, il n'avait pas l'habitude. Il avait quoi, fumer une fois pour faire comme les grands quand il était gosse, c'est tout. Il accepta le briquet d'Ivy qui venait d'allumer sa cigarette et se reprit plusieurs fois avant de l'allumer, ses doigts tremblaient. Il ignora le regard de la brune, se tournant vers le panorama avant de s'essayer à tirer sur sa clope. La fumée qui glissait dans ses poumons l'apaisa étrangement, même si quelque part il savait que ce n'était pas très sain de se reposer sur un morceau de tabac pour calmer ses nerfs. Tant pis. Pour le moment, il souhaitait juste tout oublier ne serait-ce qu'un instant.

          "Cauchemar. ça arrive parfois, désolé. J'imagine que y'a bien des gens dans votre groupe qui ont vécu des trucs pas drôles."

           Il regarda la clope, puis la porte restée ouverte.

           "Faut que j'aille rejoindre Anaïs."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 16:54

William saisit la cigarette et s'y reprit plusiurs fois avant de parvenir à l'allumer. Ivy l'observa un long moment... Objection, elle ne cessa pas de la dévisager, toujours intéressée par ce garçon si mystérieux dont le passé se révélait houleux et inquiétant. D'abord ce fait de sonner aux détecteurs de métaux, ensuite ces cauchemars virulants... Il y avait définitivement quelque chose de louche derrière ce garçon, et Ivy savait reconnaître les âmes brisées pour en être elle-même une. Cela le rendait plus attirant, plus énigmatique. Ivy avait envie de le connaître, de savoir ce qu'il cachait. Quand il parla de trucs pas drôles, les sourcils de la jeune femme se froncèrent. Evidémment qu'ils avaient connu des trucs moches, très moches, dès le début. Ivy la première, qui avait eu une vie de merde du début à la fin, mais qui se battait pour faire de son existence ce qu'elle veut, et non ce qu'on lui dit dêtre. Elle essayait toujours, encore aujourd'hui, de se débarasser de l'image de son frère, baignant dans un bain de sang, des obsèques de Thony, de sa mère totalement défoncée proche du coma éthylique. Alors elle aussi, se faisait réveiller parfois par de mauvais rêve mais... une fois tous les ans peut-être.
Ivy continua de tirer lentement sur sa cigarette, regardant le garçon fumer la sienne. Puis elle parla, sans trop savoir pourquoi juste... elle parla.

- J'ai vu mon frère mourir à mes neuf ans, puis mon tuteur est mort à cause de moi, elle eut un léger rire de désespoir. Rose, la plus petite s'est faite battre par ses parents avant que je ne la receuille, donc oui, je comprends que la nuit puisse être la scène de funestes souvenirs...  

Elle se rendit compte de ce qu'elle venait de dire et prit une grande inspiration sur sa cigarette, avant de relâcher la fumée pour se détendre. Puis Il se mit à parler de la blonde, alors Ivy fronça les sourcils.

- Vous êtes proches ? Genre, amis d'enfance ? Frère et soeur ? Cousins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 17:18

          William jaugea la situation. Ivy ne semblait pas vouloir le laisser filer tout de suite, voulant en savoir plus. Les réponses laconiques, loin de la décourager, semblaient plutôt attiser son désir de connaître les faits. Pourquoi posaient-ils tous tant de questions ? Elle avait révélé une partie de son histoire, en contrepartie elle attendait certainement celle de William. Charmante histoire, ceci dit en passant. On pouvait voir à son ton fonceur et à sa façon d'aborder les choses qu'elle aimait avoir tout sous contrôle, sans faiblesse apparente. Souvent, c'était synonyme de drame, cette froideur apparente, ce masque qui ne s'autorisait que rarement à sourire. Chacun réagit différemment à la douleur, certains se replient, d'autres tentent de l'affronter. ça ne finit jamais bien, sauf s'il existe quelqu'un pour vous tendre la main au moment où vous êtes disposés à l'accepter, sauf si vous avez encore assez d'espoir pour vous relever malgré tout. La rage est un bon moteur, mais attise la peine, et explose lorsque vous vous y attendez le moins. C'est une bombe alimentée par un chagrin incendiaire qui, si vous le refoulez, finit par tout ravager. Anaïs, elle, avait réussi à l'éteindre.

           "... J'ai survécu à une attaque d'estres. Les autres non. Tout a été détruit, y compris celui que je considérais comme mon père."

           Sa question le fit brièvement sourire. Ce qu'elle était pour lui ? Ce qu'ils étaient l'un pour l'autre ? Elle était tout, une lumière, une conseillère, la source de son bonheur. C'était drôle qu'elle insinue qu'ils étaient de la même famille. Ils ne se ressemblaient pas.

              "C'est plutôt mon ange gardien. A chaque fois que j'ai failli crever, elle était là. On est ensemble."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 20:39

William n’était pas dans la rue, première déduction après avoir passé plusieurs longues minutes à le rechercher dans les petites rues et après m’être presque prise une voiture sur le passage piéton. Oui bah hein, elle n’avait qu’à pas être sur la route celle-là tiens ! Non mais j’vous jure ! Alors je dus questionner Raphaël qui pensa plusieurs minutes après que - révélation ! - il y avait un accès au toit ! Bordel de merde mais ils réfléchissaient avec leur cerveau parfois à cet époque ?
Je repartis en courant dans le hangar, suivie par Raphaël, montai les escaliers quatre à quatre. Le jeune homme m’indiqua la porte qui menait à son tour sur un escalier puis le toit. J’y montai.
La porte sur l’extérieur était déjà ouverte, et je vis deux silhouette. L’une d’elle m’était plus que familière. Je savais reconnaître William à des kilomètres, et c’était bien lui. L’autre... L’autre je vis quand elle se retourna qu’il s’agissait de Ivy. Ah. Alors comme ça elle l’avait trouvé avant moi. Mais qu’est-ce que j’avais foutu, pourquoi je n’avais pas réagi plus tôt ..? Je trottinai vers William et passai mes bras autour de lui pour le serrer contre moi, sans prendre en compte le mauvais regard que posait la brune sur moi. Je ne vis qu’en cet instant la cigarette qu’ils avaient dans leur main, mais je n’en tins pas rigueur, plutôt soulagée de l’avoir retrouvé.

- Définitivement, on est trop vieux pour les soirées en solitaire, souris-je contre lui. Demain tu viens ou je viens, mais je ne laisse pas tes cauchemars se reproduire encore une fois.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 21:19

            William tirait sur sa clope quand la porte s'ouvrit tout à coup, laissant entrer une Anaïs inquiète qui se précipita vers lui. Avant qu'il n'ait pu avoir une quelconque réaction, elle l'entoura de ses bras et se blottit contre lui. Le jeune homme laissa tomber sa cigarette pas finie et l'écrasa du talon avant de répondre à son étreinte positivement, soulagé. Elle ne lui en voulait pas, il ne savait même pas pourquoi il se faisait des films pareils. Elle le connaissait depuis longtemps et jamais, au grand jamais, elle ne lui avait tenu rigueur de ce qui lui arrivait. Il lui en serait éternellement reconnaissant de l'accepter comme il était, avec ses nombreuses failles qu'il lui restait encore à combler pour ressembler à autre chose qu'un édifice branlant malmené par le temps. Là, tout de suite, il avait juste envie de lui dire "je t'aime". Mais il ne le fit pas. Il ne s'y autorisait pas, pas encore, pas devant d'autres et même s'il le pensait vraiment. Il attendrait d'être digne d'elle, plus patient, moins colérique, moins brisé. Il le deviendrait un jour. Pour l'instant il se contenta de la serrer fort contre lui.

           "Ouais, j'suis d'accord, c'était un mauvais deal."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 22:25

Ivy fit rapidement le lien entre les propos du garçon et ce qu’elle avait elle-même vécu. Ils avaient tous deux perdu celui qui représentait un père pour eux. Elle comprenait doublement ce qu’il pouvait ressentir mais elle ne le fit pas savoir. Au contraire, elle reposa son regard sur le pan de ville qu’ils pouvaient voir d’ici. Les lumières rouges et blanches de voiture suivaient les routes en un chemin tout tracé et les illuminations de la ville brillaient comme en plein jour.
William lui apprit alors qu’il était en couple avec la blonde. Ah. C’était embêtant. Donc pas de lien de parenté mais un lien amoureux... Ivy savait que les liens de ce gente était beaucoup plus fragiles que les liens du sang. Définitivement, il y avait de quoi tout briser en eux. Le ferait-elle ..? Elle devait y réfléchir, si cela en valait la peine, les risques encourus... C’est à ce moment que la jeune femme blonde débarqua pour se placer entre les bras de William. La voleuse la dévisagea avant de lever les yeux au ciel.
Ivy termina sa cigarette et annonça :

- J’vous laisse, viens Raphaël.

Sans attendre de réponse, la voleuse reprit les escaliers et disparut dans l’obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 31 Oct - 23:40

William me prit dans ses bras et me serra contre lui. J’eus un instant de perplexité léger quand, au lieu de sentir son odeur naturelle, c’est les relents de cigarette qui la remplacèrent. C’était... Étrange. De sentir quelque chose qui ne lui correspondait pas tout à fait. Mais je n’en fus pas rebutée et je ne le lâchai pas pour autant.
J’entendis dans mon dos Ivy qui signalait son depart. Je n’y répondis pas, attendant plutôt d’être certaine qu’elle soit partie. Je ne lui faisais définitivement pas confiance, et plus elle serait loin de nous mieux je m’en porterais. Mais je devais bien faire un sacrifice pour cette mission, et puis peut-être allais-je apprendre à connaître cette Ivy et m’en faire une amie ..? Mouais, je doutais légèrement de cette possibilité mais bon.
Je me séparai de William un peu après et me tournai vers la ville. Ce n’était pas moche en soi, les lumières propageaient un charme peu habituel, mais je préférais de loin la forêt, les montagnes et la boucle de Miss Tit qui se distinguait toujours en étant une sorte de point d’encrage dans ma vie même si William et moi n’y vivions plus. Je savais que si je cherchais à me retrouver, c’était là que je devais aller. J’en déduis que j’étais sourde à la beauté des villes. Je pris la main de William, et désignai la porte d’un coup d’oeil.

- Alors ça ne te dérangera pas si je m’incruste dans ton lit ..?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 1 Nov - 0:02

          William la laissa contempler la ville, les lumières et le bruit lointain qui jamais ne cessait, bien loin de la forêt, commençaient à lui donner mal à la tête. Il ne restait que la brise pour rattraper la chose. Ils devaient rentrer, mieux valait dormir, ils avaient prévu du repérage le lendemain, et peut-être qu'ils seraient de la partie, qui sait ?.. Le jeune homme voulait juste dormir à présent, et il savait qu'il avait peu de chance d'y arriver sereinement sans Anaïs. Il se dirigea vers la porte, lassé, et l'attendit quelques instants, le temps qu'elle revienne vers lui. Elle lui prit la main, et William accueillit sa proposition en souriant. Bien sûr qu'il voulait bien d'elle, c'était évident !

           "Non... Ce sera avec plaisir, princesse. Aller viens, on redescend."

           Heureusement, il s'était écoulé un certain temps depuis le cri et tout le monde était parti se coucher. Ils ne furent pas dérangé, et puis William marqua soudainement un temps d'arrêt, en se rappelant que la lumière était éteinte lorsqu'il s'était réveillé en sursaut... Alors qu'il s'était endormie quand elle était allumée. Enfin bref, qui que soit la personne, peu importait.

          "Soit quelqu'un a éteint la lumière, soit y'a un fantôme dans cette baraque, songea-t-il tout haut avant de se déshabiller plus ou moins et de s'affaler sur le lit, lui faisant une place entre les couvertures. Viens," ajouta-t-il en baillant.

          Il s'endormit aussitôt qu'elle fût dans ses bras, KO.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 1 Nov - 23:15

Ou alors quelqu'un veille sur toi qu'importe l'heure, pensai-je en souriant, étant la cause de cette lumière éteinte. Oui bah hein, j'avais eu besoin de vérifier qu'il dormait, et ç'avait été le cas, les cauchemars ne s'étaient déroulés que après, lorsque j'étais partie. William se déshabilla ensuite et se mit dans le lit, je le rejoins rapidement, me blottissant dans les couvertures et contre lui. Il s'endormit presque aussitôt et cette fois d'un sommeil paisible. Je déposai un baiser sur sa clavicule puis finis par me laisser aller une nouvelle fois au sommeil.


*****


On frappa à la porte. Une fois, deux fois, puis trois fois, bien que les frappements furent plus secs, signe d'une certaine irritation. Je clignais plusieurs fois des yeux avant de retirer les couvertures et de me lever. William était dans la même état d'émergence que moi. Mais je partis ouvrir la porte, avec juste un t-shirt et une petite culotte, oui.
C'est Ivy qui était là. Ses yeux s'agrandirent en me voyant, puis elle eut un haussement de sourcil dédaigneux en m'observant de haut en bas. Oui, et ? C'est quoi ton problème ? Ma tenue te déplaisait ou c'était que je sois dans la chambre de William, hein ? Aux dernières nouvelles je pouvais encore faire ce que je voulais avec lui, et dormir contre lui était bien une des choses les plus innocentes que nous ayons faites. Je soutins ses yeux aux reflets marron de mon regard impassible et froid. Ivy m'annonça sèchement :
   
- Levez-vous, la journée commence pas à midi. On a des choses à faire, et dormir n'est pas sur la liste.

Sur ces mots, elle se retourna aussi sec, sans me laisser répondre. Tant mieux, parce qu'elle commençait sérieusement à me faire chier celle-là. Non mais elle se prenait pour qui à me dévisager comme ça ? Et puis je lui avais fait quoi au juste pour être ainsi dans son collimateur ? Pfff, Kaï me manquait, il était un bien meilleur compagnon de mission que celle-la, là.
Je refermai la porte en levant les yeux au ciel, et regardai William, maintenant parfaitement réveillé. Mon humeur rendue maussade par la voleuse s'améliora considérablement, rien qu'en le voyant, avec ses cheveux en bordel de la nuit. Je lui souris et montai à quatre pattes sur le lit, au dessus de lui pour déposer mes lèvres contre les siennes.

- Apparemment on doit se lever, mais je serais bien tentée de rester dans ce lit avec toi... murmurai-je près de son visage.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 12:58

            William avait passé une bonne fin de nuit, ça faisait plaisir de voir qu'il était tout de même capable de dormir un peu près normalement. Ivy vint frapper à la porte pour les réveiller et ce fut Anaïs, en culotte et tee-shirt, qui lui ouvrit. Inutile de dire que oui, ça pouvait être surprenant de trouver une fille dans la chambre d'un mec, et William s'en amusa. Boarf, on était pas à l'armée et aucun règlement ne stipulait qu'il était interdit de dormir ensemble. Et non, ils n'avaient pas coucher ensemble cette nuit, avec zéro intimité, ils savaient se tenir tout de même. William, parfaitement réveillé, se laissa embrasser et eut pendant quelques instants envie de céder à la proposition alléchante d'Anaïs, à savoir rester dans le lit. Mais non, le devoir les appelait et il était temps de s'activer.
           "Proposition alléchante, mais le devoir nous appelle jolie fille," rit-il.
           Il l'embrassa de nouveau avant de se lever et de signaler qu'il allait prendre une douche. Ouais, en caleçon et alors ? On s'en foutait, les autres devaient bien savoir comment c'était foutu un homme. Par contre, inutile de dire que William verrait d'un autre œil Anaïs se balader en petite tenue. M'enfin, là n'était pas le sujet et il sortit après avoir pris une serviette, deux-trois fringues et de quoi se raser. Il croisa un brun - Théo, qu'il s'appelait - qui le regarda d'un drôle d'air avant de lui rendre son bonjour. En un rien de temps William était prêt, et il attendit qu'Anaïs le soit aussi pour rejoindre les autres, attablés.
La journée passa très vite. Dès le début, William perdit de vue Anaïs, qui n'avait pas été assigné aux mêmes tâches que lui. Il put un peu discuter avec Ezio, un mec plutôt réservé qui était en couple avec Ambre, la technopathe aux cheveux bleus avec un piercing dans le nez. Elle, aux premiers abords, semblaient très fonce-dans-le-tas, mais c'était plus une façade qu'autre chose. Ils avaient été chargé de la partie logistique et Ambre fonctionnait bien avec son mec en assistant. ça devait faire longtemps qu'il se connaissait à voir comment il anticipait ses demandes avec une facilité déconcertante. William, lui, avait aidé comme il le pouvait en interprétant les plans parce qu'il se situait bien dans l'espace. Il était surtout curieux de savoir comment Théo, l'autre téléporteur, se débrouillait avec son don, peut-être que l'occasion se présenterait vite. La petite troupe s'entraînait en bas, dans le parking désinfecté quand l'occasion se présentait. Marcus s'était joint à eux un moment avant de discuter avec Ivy plus précisément car c'était elle la référente de l'équipe.
          Le soir venu, ils improvisèrent un dîner. William avait bien demandé quand Anaïs était censée rentrer, mais Ivy restait évasive sur le sujet. Ils mangèrent tous ensemble, même si le jeune homme ne toucha presque pas à son plat, et avaient tout juste fini quand Anaïs entra dans la pièce avec Rose. William se leva aussitôt et alla vers elle. Elle avait une mine défaite.

          "Tu vas bien ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 13:48

Nos "emplois du temps" se ne rejoignaient à aucun moment. Mais vraiment, aucun moment. Quand je devais aller dehors, William entrait, et quand je rentrais, mystérieusement il n'était pas là. Et si tout le monde était en équipe, je restai la majeure partie du temps avec la petite Rose, bien que c'est parfois Raphaël qui nous rejoint ou Jack selon ce que nous devions faire : des courses dans un "supermarché" quel choc de voir... tout ça. Il y avait des choses dont je ne connaissais même pas le nom, et c'est Rose qui répondit à mes questions, en riant, et parfois Jack quand même Rose séchait. C'est le vendeur qui devait se poser des questions et se demander d'où je venais. Mais bon, je m'en fichais un peu. Nous dûmes faire également l'inventaire des sacs, des choses aussi inutiles et fatigantes... Parce que oui ! Il fallait porter les sacs avec la bouffe pour dix personnes sans voiture ! Et ce n'était pas la petite Rose qui allait tout prendre sur ses maigres épaules. Jack en porta beaucoup, moi aussi. Le supermaché n'était pas la porte à côté. L'inventaire donnait mal au dos, et toutes les autres choses inutiles me pesèrent fortement bien que la jeune particulière tente vainement de me remonter le moral. Elle était gentille Rose, alors on parla des boucles, dans lesquelles elle n'était jamais allée, l'Institut, le Chalet, Orion, j'appris alors qu'elle rêvait d'avoir un chien, et qu'elle avait un passé aussi houleux que le mien avec mes parents. Puis nous parlâmes de William, que elle, elle rêvait de rencontrer un prince charmant particulier, et qu'elle aimerait bien aller à l'école aussi. Mais elle ne pouvait pas, et c'est Ivy et les autres qui lui faisaient classe.
La petite laissa également vaguement échapper que, normalement, on n'attribuait pas ce genre de tâche. C'était Madison ou Ezio qui s'en occupaient de bon coeur... Nullement une nouvelle venue de l'Institut. Et la journée passa à un rythme lent, ennuyeux, douloureux. Où était William ? Je ne vis pas le bout de son nez de toute la journée, et cela faisait des siècles que nous n'avions pas passés une journée séparés l'un de l'autre.
C'est vers vingt-deux heures que nous terminâmes enfin tout ce que nous avions à faire. Alors nous remontâmes à l'étage supérieur. J'avais juste avant de dormir et d'oublier cette journée de merde. Quand Rose ouvrit la porte, toute contente - oui, cette enfant avait toujours de l'énergie en stock, je me demandais bien d'où elle la tirait - et se précipita dans les bras de Raphaël, celui qui faisait office de grand-frère pour elle. Moi, c'est mon William qui s'approcha, je lui souris, fatiguée.
Il me demanda si ça allait. Quoi, ça se voyait tant que ça à mon visage, que non, définitivement, je ne voulais pas revivre une telle journée ? Ne se prendre que des tâches ingrates et n'avaient qu'un faible rapport avec la mission d'origine... Merci bien mais non.

- J'sais pas toi, mais ma journée a été profondément...

Je me coupai soudainement, et regardai avec de grands yeux les membres de l'équipe d'Ivy débarrasser la table. Je me tournai vers William :
   
   - Vous avez déjà mangé ? C'est une blague ?

Non ce n'était pas une blague, ils avaient bel et bien mangé, sans nous attendre. Une colère froide brûla quelques secondes dans ma poitrine, avant d'être remplacée par l'envie de pleurer. J'étais fatiguée, un rien m'aurait faite éclater en sanglot, mais il était hors de question que je fasse cela devant les autres, surtout devant Ivy. La brune m'avait adressée d'ailleurs un regard assez froid, carrément froid en fait, suivi d'un sourire amusé.
Je soupirai. Ok, donc quelque chose clochait, et je ne savais pas quoi.

- Merci de nous avoir attendu surtout, ça fait toujours plaisir, fis-je, de mauvaise humeur, avant de passer à côté de William.

En soi... Cette réaction répondait plutôt bien à sa question, non ? J'ignorai les regards des autres occupants de la pièce, bien que je sente ma nuque me brûler, et je pris la première chose que je trouvai dans le frigo. Rose m'avait faite acheter ça, tout à l'heure il s'agissait d'une "pasta box". En gros il y avait des pâtes dedans, et il suffisait de les mettre dans le micro-ondes. Pas de bons petits plats de William ce soir non plus, ça allait sérieusement me manquer ça.
Rose vint également s'asseoir à côté de moi, elle avait eu droit à un petit bol de pâtes à la bolognaise, gardé par Raphaël. Je balançai plus ou moins la petite boite dans le micro-onde, attendis que ça chauffe, puis la sortis en me brûlant à moitié, mais ça m'était égale. J'avais juste envie de rentrer à la maison.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Petit nouveau ☻
Messages : 7
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 15:04

Anaïs s'était occupée de Rose toute la journée. C'était le but. Un but vicieux, certes, mais cela ne touchait pas la conscience de Ivy. Franchement, elle verrait pire cette gosse, au moins elle était recalée à la bonne place : tout en bas. C’était un plaisir mauvais que tira Ivy en voyant la sbire de l’Institut rentrer, le visage défait. William s’avança vers elle. Mh. Peut-être allaient-ils pouvoir faire quelque chose de leur soirée, comme sortir. Avec un peu de chance Anaïs resterait ici, trop démoralisée ou fatiguée. C'était ce qu'espérait Ivy quand elle s'avança vers Théo.

- Dîtes, vous voulez pas aller dans un bar ce soir ? Se détendre un peu !

Elle fixa Théo dont le sourire s'agrandit un peu plus - en même temps il était toujours près à sortir celui là, donc forcément elle comptait sur lui pour entraîner les autres - Ezio haussa les épaules tandis que Raphaël lâchait un "pourquoi pas" que Madison appuya en lui sautant sur le dos et s'exclamant bruyamment pour donner son approbation. Un à un, tous les membres de l'équipe donnèrent leur accord, excepté Rose, beaucoup trop jeune pour ce genre de réunion. Raphaël lui mettrait un film, et elle se serait endormie devant lorsqu'ils rentreront, comme toujours. Ne manquait plus que l'avis des sbires de l'Institut. Si Marcus avait déjà accepté l'invitation, Anaïs et William n'avaient pas encore donné leur verdict, et Ivy attendait impatiemment celui du garçon, le transpercent d'ailleurs du regard.

- Alors, vous venez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 16:32

          William soupira discrètement. Ok, mauvaise journée. Il s'était demandé tout ce temps ce qu'elle avait fait, et n'en avait d'ailleurs toujours aucune idée. Mais Anaïs était fatiguée et de mauvaise humeur, c'était compréhensible. D'ailleurs, William n'avait toujours pas compris pourquoi ils ne les avaient pas attendues, Rose et elle, rien que pour manger. Il voulait quand même profiter de ce temps avec elle, alors il s'appuya contre le mur et la regarda se servir sans rien dire. Elle commençait tout juste à manger - en se brûlant à moitié - quand Ivy et les autres se concertant signalèrent qu'ils allaient descendre dans la rue, dans un bar. Dans... Un bar ? William et Anaïs n'étaient pas vraiment comme les jeunes de leur âge physique, à force de vivre dans un endroit reculé, enfermés dans des boucles qui les contentaient tout à fait, ils s'étaient complètement détachés de la réalité. William n'avait qu'une vague idée de ce que les gens faisaient à dix-huit ans, et, en plus, en ville. Il glissa un regard vers Anaïs, ignorant l'insistance d'Ivy.

          "On verra plus tard, prends le temps de manger."

          Anaïs leva les yeux de ses pâtes et le considéra.

          "Si tu veux y aller, on y va," dit-elle.

          Un bar... Lieu bondé, avec de la musique, des gens super proches... Elle lui demandait vraiment s'il voulait y aller ? Ceci dit, ça pourrait changer les idées d'Anaïs, passer du temps avec elle et voir si William avait vraiment fait des progrès depuis le temps... Ce fut la petite Rose qui s'accrocha au bras d'Anaïs en lui disait "tu me raconteras dis, tu me raconteras ?" qui les décida, ça et Théo qui partit directement du principe qu'ils venaient en lançant "aller hop hop hop on se dépêche, let's go !". Anaïs prit quand même le temps de plus ou moins finir avant de se faire embarquer aussi. Une trentaine de minutes plus tard, ils étaient accoudés à un bar, Ivy tapait la causette au barman comme s'il était son meilleur ami, un peu comme Marcus qui s'était invitée à une autre table avec des inconnus.

           "Bon alors, je vous sers quoi ?
          - Un double whisky pour moi !
"

          Ambre, sans surprise, tandis qu'Ezio levait les yeux au ciel et commandait un Monaco plus soft. Apparemment il était prêt à ramasser la jeune fille aux cheveux bleus à la petite cuillère. Théo prit les devants avant que le reste de la troupe n'ouvre la bouche et commença à commander toutes sortes de cocktail, et des shots avec "pour les mecs". William échangea un regard avec Anaïs. Ils étaient bien barrés avec un type pareil.
          C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent avec des verres aux couleurs étranges sans trop savoir ce qu'il y avait dedans. William, qui, lui, brûlait de se casser d'ici, très mal à l'aise dans cette ambiance, se dit qu'un verre ne lui ferait pas de mal. Ambre avait l'air décidé : elle voulait absolument montrer aux mecs qu'elle tenait aussi bien l'alcool qu'eux, et s'amusa avec Ivy à boire un cocktail bleu fluo à la paille. Madison, son verre à la main, calme mais les yeux un peu trop brillants, sortit un "oui, ils sont toujours comme ça", à Anaïs à côté d'elle. Jack, Théo et Raphaël expliquèrent à William comment fonctionnait un shot de téquila, avec le sel et le citron à la fin, et décomptèrent avant de tous le prendre en même temps.
Le sel donna envie de vomir à William, l'alcool lui vrilla les sens et l'acidité du citron ajouta encore une pointe de piquant à l'ensemble. Il dut faire une grimace surprise qui fit marrer Théo. Jack, quant à lui, était écroulé devant la tête de Raphaël qui avait avalé de travers son sel. Une fois un peu remis de son fou rire, il expliqua qu'il allait voir les filles qui les "reluquaient depuis qu'ils sont entrés".
       William revint à la table, toujours accompagné de Théo qui avait apparemment décidé de l'initier, lui et pourquoi pas Anaïs, au genre de fête qu'on faisait à Boston.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 17:30

Pourquoi j'étais là, au juste ? J'aurais dû rester avec Rose, on aurait regardé un disney dans le canapé, sans souci, sans alcool, sans... sans tout ça. Mais à la place, j'étais assise à un tabouret, avec des verres d'alcool devant moi, alors que cela faisait des années que je n'avais rien bu. Même chez Miss Tit je ne prenais pas de champagne et là... Je n'osais imaginer les degrés d'alcool... En observant tout ce qu'il y avait autour de moi, je vis Ivy et Ambre ingérer une somme importante de boisson. A côté de moi, Madison, semblait la plus calme du groupe, elle les regardait avec un air mi-amusée mi-désespérée avant de se tourner vers moi et de me dire que c'était plus ou moins habituel. A gauche, je vis William qui, encadré par Théo, Jack et Raphaël, s'enfilait un verre aux reflets jaunâtres puis un citron... Euh, je ne compris pas vraiment le but de cette manoeuvre, pour dire vrai. Et moi... Moi je n'avais toujours pas touché au liquide non identifié que l'on m'avait donnée. C'est Madison qui m'incita à le boire.

- Aller vas-y ! ça ne va pas te manger !

Je lui répondis d'un regard peu convaincu avant de prendre mon verre en main et de le renifler. Mhhh, ça sentait bizarre. Mais elle insista encore, et je finis par boire une gorgée qui me brûla la gorge. Pourquoi. Pourquooooi boire ça ? C'était horrible, ça brûlait, et... même cette impression bizarre continua jusque dans mon estomac. Je fis une tête bizarre en avalant, et Madison ne se gêna pas pour rire.

- Quoi, t'avais pas bu d'alcool depuis combien de temps ? me demanda-t-elle en riant.
- Euh, environ trente cinq ans ?

A ces mots, la jeune femme écarquilla les yeux, et répéta ce nombre plusieurs fois, comme si elle n'y croyait pas.

- Mais ! Tu es ultra vieille alors ! T'as dû vivre tellement de trucs !

Je ne répondis pas. Non, valait mieux que je ne dise rien à ce sujet. William et Théo revinrent à ce moment là, je jetai un regard désespéré à William, dont les yeux commençaient à briller autant que tous les autres de la bande. C'est Théo qui m'adressa la parole en premier, constatant mon verre à peine entamé.

- Bah alors ? Tu bois pas ?
- Bah, je... C'est que... balbutiai-je.

Théo demanda un nouvel alcool au barman, qui me servit un nouveau verre.

- Tiens, goûte ça plutôt ! fit le jeune homme en prenant le verre, et me le mettant sous le nez.

Je n'eus d'autres choix que de le prendre. A la place, Théo saisit le verre que je n'avais pas fini, et déclara : "Cul sec, ok ? Aller Anaïs ! Cul sec !" Avais-je le choix ...? Il termina mon verre en une seconde trente, et je fus obligée de faire de même. C'est une quinte de toux qui remplaça l'impression de décapage dans ma gorge. C'était. Dégueulasse. Je mis ma main devant ma bouche alors que Madison et Théo riaient encore de ma réaction. Je n'avais même pas le coeur à regarder William.

- Tu vois, c'était pas compliqué ! Un autre maintenant !

Un second verre défila, tout aussi rude, quand Théo se releva et avisa Ivy et Ambre.

- Jouez pas toutes seules, venez avec nous !

Je vis parfaitement à la tête de Ivy qu'elle était prête à se mesurer à n'importe qui, et le ricanement qu'elle laissa échapper en passant à côté de moi ne m'annonçait rien que vaille.

- Un strip poker les gars !

Déjà le mot "strip" et "poker" en une même expression ne m'enchantait pas du tout. C'est Théo qui me prit le bras et m'obligea à me lever, tandis que Madison et Ambre riaient toutes les deux comme des cruches farcies. Seul Ezio semblait aussi irrité que moi à cette idée.

- Tu te souviens la raclée que je t'ai mis la dernière fois Ivy ? demanda Théo en se passant la langue sur les lèvres.

La brune rit à son tour, et lui tira la langue. Moi, perdue, et légèrement tirée par Théo et Madison, je finis à côté du Barman, quand Ivy demanda une salle plus "intime". J'avais beau répéter que je ne savais pas jouer au poker, personne ne m'écoutait, et William était loin, avec Raphaël et Jack. Bordel. Bordel. Bordel. Pas de panique Ana. Pas. De. Panique.

- Madison, je ne sais vraiment pas jouer au poker, tu comprends ? Je... Je... Je ne connais rien aux cartes !
- T'inquiète pas, je vais t'expliquer, tu vas tout comprendre !

Résultat : je ne compris rien. Mais vraiment, vraiment rien. ça parlait d'alcool, de vêtements à retirer, de carte... Leurs significations demeuraient de grands mystères pour moi, et finis avec un jeu de carte dans les mains. Non, vraiment, ça sentait pas bon pour moi. Pourquoi je n'avais pas dit non ? Pourquoi je n'étais pas restée avec Rose ? Et puis il était où William ? Williaaaaam ? Entends ma prière et viens m'aider !

- Je veux partir Madison, vraiment, s'il te plait...
- Ah non ! Tu restes avec nous c'est pas drôle sinon. Tiens bois !

Elle me tendit son verre. Je secouai la tête et le repoussai. Non non non, ce n'était vraiment pas comme ça que j'espérais la soirée, et en plus, j'étais de nouveau séparée de William, et dans une sacrée merde. Je me mordis la lèvre quand la partie débuta...  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 18:08

          Les verres s'enchaînaient, des trucs aux goûts plus étranges les uns que les autres. William regarda d'un drôle d'air Anaïs avaler le sien sous l'incitation de Théo. A vrai dire il n'était pas sûr qu'elle le fasse, mais elle le but bien cul-sec, en s'étouffant à moitié. OK William, la prochaine fois tu te démerdes pour ne pas qu'elle se sente forcer de boire. La douce chaleur dans ses membres le faisait planer, il n'avait plus aussi peur du reste du monde, c'était grisant. Par contre, les shots commençaient à lui retourner l'estomac, il refusa celui que Raphaël lui proposait. Lui était bien joyeux depuis le dernier et causait à tout le monde. Sûrement que le monde ne tournait plus rond pour lui non plus. William tanguait légèrement sur ses jambes, mais personne n'en fit rien, tous étaient alcoolisés dans ce bar. Il accepta le joint d'une inconnue, puis lui rendit en se rendant compte que le goût était tout de même bien différent d'une cigarette. Elle commença à lui taper la causette, il hochait distraitement la tête et tira sur le joint une ou deux fois de plus, sans trop s'en rendre compte. Il s'aperçut finalement que ça faisait un moment qu'il n'avait pas vu les autres, en premier lieu Raphaël qui risquait fort d'avoir fait de la merde dans l'état où il était tout à l'heure. Il prit congé de la fille qui lui parlait depuis tout à l'heure sans qu'il n'ait écouté ou compris un traître mot de ce qu'elle disait, grisé comme il était, et partit à la recherche de Raphaël.
Effectivement, celui-ci draguait lourdement une fille qui semblait particulièrement ennuyée. Ses amies, gênées, ne lui disaient pas grand chose. William arriva derrière lui, et le prit par l'épaule.

          "Hey, mec... Tu tu fous quoi làààà ? J'avais un super coup !
          - Ouais c'est ça, aller viens on va retrouver les autres. Désolé pour le dérangement," dit-il avant de tirer le particulier complètement bourré pour le relever.

          Il était temps d'intervenir, le mec de la nana qu'il draguait venait d'arriver avec ses potes, et il n'avait pas l'air très fin. William, bien qu'il n'ait pas les idées très claires, aurait bien ri de ce que lançait Raphaël par-dessus son épaule, mais là il essayait surtout de le faire sortir sans qu'il se fasse taper dessus.

          "Pardon pardon, mon frère est complètement déchiré, y pense pas à mal... Voilà voilà..."

         En y pensant, ça ne lui ressemblait pas-du-tout de jouer les pacifistes, à croire qu'il était une toute autre personne quand il avait bu. Ils finirent sur le trottoir devant le bar, comme des cons certes mais hors de l'atmosphère enfumée du lieu. William assit Raphaël et l'écouta dire de la merde en riant lui-même comme un con sous les yeux de deux-trois péquenauds qui fumaient. William finit par rentrer de nouveau dans le bar et demander au barman où étaient Ivy et les autres. Il lui indiqua une porte sur le côté. Lorsqu'il l'ouvrit, il trouva Anaïs... En soutif. Ok, soit il voyait vraiment double et hallucinait à ce point, soit elle était en sous-vêtements devant d'autre mec.

          "J'crois que j'ai besoin d'un autre verre... dit-il en refermant la porte derrière lui. Non mais oh vous foutez quoi avec ma meuf ? demanda-t-il avant d'enlever son tee-shirt pour le passer à Anaïs, penaude. Vous faites un poker ? T'inquiète, princesse, je prends ta place, ils vont moins rigoler."

           Il s'assit en lui laissant une place entre ses jambes, toute menue qu'elle était ça rentrait nickel. Il voyait trouble mais il réussit quand même à plumer Théo qui finit en caleçon, jusqu'à ce qu'il doive aussi enlever le slip... Ce qu'il fit sans problème, s'exhibant même, avant de se faire taper par Madison qui ne tenait pas à le voir déambuler à poil. Ivy ne s'en plaignait pas, elle, prête à tout enlever si il le fallait. Ambre, quant à elle, perdit aussi et était prête à enlever soutif et culotte mais Ezio prit sa place pour ce tour-là, lorsqu'elle s'effondra en riant il dit qu'il la ramenait. Ivy, elle, avait juste perdu son tee-shirt et avec William ils décidèrent que la partie était terminée d'un commun accord. Il se mit à câliner Anaïs, se moquant gentiment de son peu de talent au poker. Il la chatouilla et comme ils n'avaient plus trop d'équilibre, il finit par tomber en arrière avec elle dans les bras.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 19:08

La porte s'ouvrit, et c'est William qui entra. Il y eut un moment de silence et de stupéfaction, qui fut vite remplacée par une lourde honte. Je m'apprêtais à l'entendre crier, même m'engueuler, mais il en fut tout autre. A la place, il prit ça avec humour, à ma plus grande surprise et me tendit son t-shirt. Je le mis rapidement - pensez-vous, c'était tellement plus agréable - et me lovai entre ses jambes lorsqu'il s'assit en prenant mon jeu de carte. J'hésitai entre me barrer tellement j'avais honte, et rester dans les bras de William. Finalement, son corps eut gain de cause et j'essayai de comprendre comment jouer... Et bof, peut-être devrais-je demander à William des cours. Mais ce n'était pas le moment, car plus les tours passaient, plus les autres perdaient des vêtements alors lui... Lui restait torse-nu.
A un moment, Théo retira son caleçon sous les rires de certains, surtout quand Madison s'en plaint et que Ivy éclata de rire. Moi, je rougis sur le haut des joues et évitais de regarder le garçon, que ce soit dans les yeux ou... ailleurs. Je trouvais cette situation particulièrement gênante, et je fis mine de me concentrer sur le jeu de carte de William. Définitivement, ce genre de jeu, ce n'était pas pour moi. Surtout que, en prime, nous avions du reprendre des verres, et je sentais désormais ma tête me tourner. Je n'avais peut-être pas assez manger, parce que j'avais l'impression d'avoir bien moins bu que les autres, mais d'être tout autant déchirée... C'est ensuite Ambre qui dut se déshabiller, et Ezio prit sa place avant qu'elle ne s'effondre totalement et qu'il décide de la ramener. Ouais, on devrait tous faire ça peut-être. Ivy et William signèrent l'armistice et Théo put se rhabiller tranquillement. De mon côté, William commença à me faire des câlins, non sans rire de ma bêtise d'être venue ici. C'est sûrement l'alcool, mais je finis par rire moi aussi, la honte en partie disparue. Puis ses doigts passèrent sous son t-shirt et il commença à me chatouiller les côtes avant de tomber en arrière. Je ris, pour ses chatouilles, pour rien, pour lui, parce que nous étions sûrement bourrés, pour la première fois, peut-être trop, ou alors pas assez. Mais c'était drôle, et je l'aimais, donc ça me suffisait pour rire bêtement, à moitié sur lui.
Je finis sur son torse, au dessus de son visage à caresser les contours de sa bouche, puis à l'embrasser, de temps à autre, plus de temps que d'autre d'ailleurs et... Oula, mes pensées se dispersaient, il serait temps de rentrer... J'avais oublié cette journée merdique, noyée dans l'alcool qui me passait dans les veines. William aussi sentait, c'était... grisant. Je m'assis sur lui, et commençai à dessiner les courbes de son torse, amusée avant de m'arrêter soudainement et de froncer les sourcils. Il y avait toujours Ivy, Ezio et Madison autour de nous. Je me sentis gênée et puis... Plus du tout. Je m'en foutais, j'avais juste envie de l'embrasser.

- Je suppose que te faire l'amour devant tout le monde serait mal vu, hein ..? demandai-je tout de même, une pointe de déception dans la voix.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 2 Nov - 22:32

          Anaïs finit à califourchon sur un William qui planait encore, torse nu sur le sol froid qui lui semblait le plus beau matelas du monde. Mais l'alcool avait un avantage : s'il endormait, il pouvait aussi remettre sur pied, il suffisait de se secouer un peu les puces et il serait d'attaque pour n'importe quoi ensuite. Bon, il était un peu mort aussi, ça faisait parti du jeu surtout qu'il n'avait rien manger avant, inquiet ou agité parce qu'Anaïs n'était pas là. Ou juste lassé, il ne savait plus. C'était sûr que, actuellement, ils étaient au centre de toutes les attentions, et que leur position était légèrement encline à des sous-entendus sexuels. Mais bon, z'aviez qu'à pas les faire boire aussi. ça se voyait à des kilomètres qu'Anaïs était sous l'emprise de l'alcool, et ça lui donnait envie de rire. Et ouais, elle était toujours aussi magnifique, et très sexy au-dessus de lui. Mais ouais devant les autres... Il était pas assez pété pour ça. Il le serait jamais, en fait.

        "Ouais, je pense, rit-il.
         -  J'peux m'incruster dans votre duo ?" demanda Théo en passant, à moitié sérieux.

         William l'ignora superbement.

         "Tu m'aides ?" demanda-t-il en voulant bouger de sous elle.

         Oui, bon, parce que s'il voulait résister à l'envie d'aller plus loin avec elle, il serait temps de faire autre chose. En plus il avait une furieuse envie de faire quelque chose, là, tout de suite, et ça ne pouvait pas attendre... Mais il fallait être debout pour ça. Anaïs finit par se lever et lui tendre la main, et il se remit sur ses jambes.

          "Théo...
          - Ouais ?"

         William lui colla un pain purement et simplement. Il en avait envie depuis qu'il était rentré dans cette pièce, que ce soit lui on non l'investigateur du streap poker il tournait un peu trop près d'Anaïs, et cette dernière proposition lui confirmait la chose. L'autre téléporteur tomba de tout son long, tandis qu'Ivy éclatait de rire et que Madison vérifiait qu'il était toujours vivant tout de même. Pas sûr qu'ils - Théo et William - se souviennent de ça demain, de toute manière. Parce que oui, William était bien éméché.

         "ça me démangeait depuis un petit moment, fit-il avant de s'adresser à Anaïs. Maintenant on peut y aller."

         Madison se redressa en déclarant que Théo pionçait, en fait, et Ivy prit sa veste avant de signaler qu'elle repartait au hangar pour pioncer un coup. Elle ajouta à Madison qu'elle pouvait bien laisser Théo là, et qu'il reviendrait quand il se réveillerait. Anaïs tira sur la main de William pour le faire avancer vers le bar qui ne désemplissait pas. A quelle heure ça fermait ces machins-là ?.. Bref, trop de lumières, la musique vrillait les tympans, il allait avoir un sacré mal de crâne le lendemain. Par contre, il était où Raphaël ? William l'avait abandonné en cours de route et pas sûr que le particulier soit rentré tout seul. William résista à Anaïs qui le tirait vers la sortie et hurla par-dessus la musique qu'il fallait chercher Raphaël, avant de partir lui-même le chercher avant que la blonde ait pu répliqué. C'était un coup à se péter les cordes vocales, ce bordel. Il espérait qu'il n'était pas en train de faire un coma éthylique dans un coin, ce serait con. S'il s'était accroché à la fille de tout à l'heure, par contre... Il pouvait s'être attiré des emmerdes. D'ailleurs, c'était le cas : on entendait des cris et en s'y dirigeant, on pouvait reconnaître une silhouette qui semblait vouloir décamper, face au mec de tout à l'heure. William, échaudé par le manque de répartie de Théo, était sur le point de s'interposer et de coller une baigne à ce type mais fut arrêté à grand peine par Anaïs qui réussit à se faufiler entre lui et l'autre.

          "Qu'est-ce que tu fous ? Laisse-moi y aller, y va jamais s'en sortir tout seul !"

          Énervé par le fait qu'elle l'empêche de taper sur un mec, et encore bien alcoolisé, il ne vit pas le moins du monde Madison se glisser derrière les gens et mettre discrètement le feu au manteau d'un des mecs qui se mit à pousser de grands cris et le balança par terre avant de le piétiner (bon réflexe mon gars). Ivy, qui avait réapparu comme pas magie, empoigna Raphaël et le sortit de là, tandis que William, plus du tout énervé, suivait Anaïs qui essayait de se frayer un chemin dans la foule.

          "Attends laisse-moi faire," fit-il en la remplaçant devant, et en dégageant les gens qui ne voulaient pas se pousser à coup d'épaule et de coudes.

         Ils arrivèrent (enfin !) dehors et William, loin de se formaliser du fait qu'il était toujours torse nu et pas très lucide, se tourna vers Anaïs, manquant de se ramasser sur la mini-marche qu'il y avait dehors.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 0:01

- Pardon ? Pardon pardon pardoooon ! S'il vous plaaait ! Je vourais passer, pardon pardon !

ça ne servait à rien, la preuve, personne ne se poussait. Alors je devais moi-même les pousser, mais ma petite carcasse se faufilait plus entre la foule qu'elle ne l'écartait. C'est William qui prit les devants, et là, pas de doute, ses épaules hautes et trapues tracèrentt parfaitement notre chemin malgré le monde. Tant mieux, je le suivis, et nous sortîmes enfin du bar. Bor-del. William rata la marche et je pouffai de rire avant de finalement, me faire un croche-patte moi-même. Pas très glorieux ça, effectivement.
Ivy et Madison étaient devant et traînaient Raphaël. Nous avions perdus Ambre, Ezio, Théo, et il en manquait pas un ..? Genre, Jack, peut-être ? Je ne savais pas où il avait disparu et je m'en foutais un peu... Totalement en fait. Il y avait William à côté de moi, c'était le plus important. Je pris la main du garçon aux allures pas très nettes, mais les miennes n'étaient pas très belles non plus, je le sentais quand, au lieu de voir mes deux pieds, j'en voyais à peu près trois. Le verres du strip poker avaient vraiment été de trop, vraiment, vraiment vraiment, vraiment... Et puis, on était pas habitué à ça avec William, pas du tout. Et... Fallait que je garde les yeux rivés sur mon objectif : garder dans mon champ de vision Ivy et Madison pour pouvoir rentrer. Sinon, pas sûr que nous retrouvions la route.
Mais nous arrivâmes, tant bien que mal au hangar. Nous montâmes à l'étage. Rose dormait devant la télé, télé désormais éteinte par une mise en vieille automatique. Personne n'eut le courage de la porter jusqu'à sa chambre, tous étaient beaucoup trop alcoolisés pour prendre le risque de la soulever sans se casser la gueule. Ivy finit de porter Raphaël dans sa chambre, Madison se traîna dans la sienne, et il en fut de même pour moi et William, bien que bon, nous finissions dans tous les cas dans la même pièce. Il s'effondra dans le lit, tout habillé. Je ne trouvai rien d'autre à faire que lui retirer ses chaussures, puis les miennes, ce qui me valut un "Viens là plutôt que de me prendre pour une poupée" ou quelque chose dans ce genre. Dans tous les cas j'obéis, retirai mon soutien-gorge difficilement et ne cherchais pas à en enlever plus avant de m'effondrer à mon tour sur lui, ma tête dans le creux de son cou.

- Juste comme ça, j'crois que je tiens pas trop trop l'alcool.

Et c'est ce commentaire tout à fait inutile qui marqua le début de notre nuit bien méritée.


*****


Ce que je ne savais pas, c'était que nous étions rentrés vers six heures du matin. Or, Rose, s'était endormie tôt, et comme tout enfant, elle se levait tôt également. Trouvant ma chambre vide, elle essaya la seconde chambre ; là où j'étais avec William. Je ne doutais aucunement que nous sentions l'alcool de loin, et que nos têtes de déterrés ne donnaient pas envie de faire la causette. Mais il en fallait plus pour rebuter cette enfant, qui ouvrit en grand la porte en criant :

- Anaïs ! Anaïs ! Alors c'était comment ? Raconte moi tout !

Seulement, William et moi étions toujours KO. La nuit avait été courte, trop courte, beaucoup trop courte ! Je voulais juste me rendormir, pitié Rose, dormir, juste dormir. Mais la petite s'avança jusqu'au lit et secoua mon épaule. Elle voulait des réponses alors que moi, je voulais juste pioncer. Si je lui donnais des réponses, partirait-elle ..? Je sentis d'ailleurs William bouger contre moi, il se réveillait lui aussi, et je pouvais facilement deviner que son humeur n'allait pas être folichonne non plus. Alors j'ouvris mes yeux avec difficulté pour faire face aux grands yeux verts de la petite.

- C'était... nul, rien... rien à envier franchement...
- Et pourquoi tout le monde dort encore, hein ? Aller, t'as promis de me raconter !
- Rose... S'il te plait, je te promets que je te raconte tout, mais là... Bon Dieu laisse nous dormir s'il te plait, sinon... sinon je pourrais pas me souvenir de tout, faut que je sois en forme pour... pour ne rien oublier, tu comprends ..?

La petite ronchonna mais lâcha tout de même un "Bon d'accord... Mais je m'ennuie moi !" auquel je ne pouvais pas répondre grand chose. Alors,
n'ayant pas de solution, je répondis avec un léger rire :

- Bah va réveiller Ivy, elle saura sûrement ce que tu peux faire.

C'était une vengeance comme une autre, surtout quand la petite acquiesça et sortit de la chambre voir la brune. J'espérais vicieusement que Rose allait l'embêter pendant des heures. Mais d'un autre côté, j'étais parvenue à prolonger notre nuit. Je me remis correctement contre William, et le sommeil ne mit que quelques secondes avant de pointer une nouvelle fois le bout de son nez.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 3 Nov - 12:41

          Le café embaumait l'air, et tous avaient des têtes de déterrés. C'était pas faute d'avoir dormi, pourtant, il était plus de quinze heures et la petite troupe improvisait un petit déjeuner.

        "Quelqu'un a vu Théo ? demanda Madison, certainement, avec Ivy et Marcus, celle qui assumait le mieux.
        - Parle pas trop fort, j'ai un marteau-piqueur dans le crâne, grommela Raphaël.
        - Il est rentré y'a deux ou trois heures," signala Ivy avant de contempler son "équipe" de choc.

         Raphaël avait la tête dans les mains, Anaïs et William, assis côte à côte, n'en menaient pas large non plus, d'ailleurs William s'enfilait son deuxième café et Anaïs était à moitié en train de se rendormir sur lui. Jack n'était pas encore rentré, nul doute qu'il avait fini dans le lit d'une de ses conquêtes d'un soir. Une fois ils avaient fait un concours de celui qui draguait le mieux avec Théo, mais le don de persuasion permettait un peu trop de triche pour que ce soit équitable. Ambre et Ezio n'étaient pas rentrés, ils ne le feraient certainement pas avant demain matin. Marcus, quant à lui... Eh ben, personne ne savait où il avait été, mais il prenait tranquillement son café, frais comme un lardon.
          C'est là qu'Ivy eut une idée lumineuse.

          "Bon, session entraînement, on a encore rien fait aujourd'hui !"

          Et elle ajouta avec un air qui n'augurait rien de bon :

         "Ce sera l'occasion de tester les nouveaux ! Venez."

         Raphaël la suivit comme un zombi, et les autres lui emboitèrent le pas. Ils allèrent en bas, dans le parking énorme du hangar. Là, apparemment, ils pouvaient faire autant de dégât qu'ils le voulaient (dans la limite du raisonnable, tout de même) ils ne dérangeraient personne. Ivy croisa les bras tandis que Raphaël s'asseyait sur un banc et continuait sa nuit, accompagné par Marcus qui avait rapporté son café.

          "Bon, un contre tous hein, on va mettre le paquet. Qui veut commencer ?"

         William haussa les épaules et se proposa. Le café lui avait déjà donné un coup de fouet, il n'avait pas l'habitude. C'était la semaine des nouveautés, apparemment. Bon point : il connaissait déjà tous les dons des autres. Le seul qu'il devait neutraliser tout de suite, c'était Jack. Il n'était pas armé contre sa persuasion et s'il ne frappait pas avec effet de surprise, Jack pouvait faire de lui ce qu'il voulait. Il ne savait pas vraiment en quoi consistait le don d'Ivy, à part qu'il s'appelait "intangibilité", donc ce serait à voir. Madison, il avait déjà rencontré deux pirokinésistes et il pouvait gérer les choses. Théo, Ambre et Ezio n'étaient pas là, ça les mettaient hors jeu et ce n'était pas plus mal, quoique William aurait été curieux de voir en quoi consistait le "contrôle des molécules". Sans trop savoir quoi faire, il se posta au milieu de l'espace, les mains dans les poches. Il avait de toute manière toujours ses lames sur lui, force de l'habitude. Il sortit quand même les mains de ses poches, sachant quelle position prendre en cas de combat rapproché. Cette fois-ci, il utiliserait directement son don. Les trois autres se mirent en position, laissant une place à Anaïs... Qu'elle ne prit pas. En même temps, contre elle il ne se battrait jamais sérieusement non plus. La migraine de William ne lui facilitait pas la tâche, mais ça passerait.

         "C'est parti !"

         Et avant que Jack ait pu ouvrir la bouche, William se téléporta derrière lui et l'assomma, tandis que Madison, avec un temps de retard, bombardait de boules de feu l'endroit où il se trouvait il y a quelques instants. William se téléporta de nouveau avant qu'elle ne le vise, et comme prévu en voyant Jack évanoui par terre, elle dressa un mur de feu autour d'elle, exactement comme l'avait fait le pyromane. William jura dans sa barbe, réfléchissant à toute allure - il avait déjà mal à la tête, ça n'allait pas l'arranger de réfléchir. Il pouvait toujours se cramer les mains, mais s'il pouvait trouver mieux ça l'arrangerait. Il chercha dans l'environnement, se téléporta au milieu de meubles pourris ( ce hangar avait servi de vide grenier ?) poursuivi par les boules de feu de Madison qui courrait vers lui. Si ça continuait, elle allait faire tout cramer. Autant prendre de la hauteur. Il se téléporta sur une armoire qui céda sous son poids et... Atterrit dans une autre pièce ? C'était quoi ce bordel ? Il jura, étant tomber sur les fesses au milieu des planches de bois pourries, et regarda autour de lui.

           "Des armes ?.."

          Ivy sauta dans le trou

          "NON MAIS CA VA PAS ? Pourquoi tu te téléportes sur une armoire ?"

         Et elle enchaîna les coups digne d'un pro d'arts martiaux que William avait bien du mal à éviter. Il sortit du truc vite fait bien fait, tomba nez-à-nez avec Madison qui avait enlevé ses flammes, en profita pour lui faire un croche-pattes (c'était pas du jeu ok, m'enfin il voulait finir sans être à moitié cramé). Lorsque Ivy sortit de la cache, il se téléporta derrière elle, un couteau sur sa gorge.

         "Je t'ai eu."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Voler une banque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voler une banque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un compte en banque? C'est quoi? Sa sert à quoi?!
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» Explication banque
» Le FMI s’interroge sur la viabilité de la Banque du Sud
» Les besoins d'Haiti selon un article de la Banque Mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles-