Partagez | 
 

 Voler une banque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 22 Aoû - 20:24

C'est les chatouilles de William qui me tirèrent d'un sommeil particulièrement sombre et profond. Je devais être particulièrement fatiguée, et je me sentais d'ailleurs toujours lourde de fatigue, pour dormir autant sans faire de rêve. Mon nez me chatouillait encore alors qu'il avait arrêté, et je basculai sur le côté mon nicher mon visage contre son t-shirt. Je soupirai et bougeai un peu pour être mieux installée. Il avait fait à manger ? Après réflexion, oui, ça sentait la cuisine dans le chalet, jusque dans la chambre. Je souris, cachée. Enfin la bonne nourriture de William dans ma maison avec lui et Orion ! Cette idée me mit de bonne humeur et j'en oubliais presque que je n'étais pas capable de descendre dans la cuisine pour me servir. C'est pas grave, au pire, William allait me porter.
Je ne savais pas d'où venait ce soudain optimisme qui n'avait pas pointé le bout de son nez depuis un long moment, mais tant qu'il restait ça, ça m'allait. Je crois que j'étais juste contente d'être rentrée chez moi. Je respirai son odeur de crème hydratante (il avait une odeur assez féminine de fait c'était un poil perturbant) et ne pus m'empêcher de râler pour la forme :

- Nooon, je veux rester là.

Sous-entendu : contre lui.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 22 Aoû - 23:19

Anaïs se retourna pour se blottir contre son tee-shirt. William ne s'était toujours pas habitué à la sensation collante de la crème, ni à son odeur particulière, d'ailleurs, mais elle ça n'avait pas l'air de la déranger outre mesure. Elle fit disparaître son visage dans le tissu en protestant comme une gosse, conduite immature et touchante qui fit rire William. Depuis quand était-il l'adulte ici ? Certainement depuis qu'il l'avait ramenée de l'Institut avec lequel qui avait dû s'expliquer pour ne pas être catalogué comme récalcitrant et/ou complice d'évasion pas du tout planifié d'un élément dangereux, à savoir sa copine. Et parfois avant, parce qu'il ne pouvait pas toujours se conduire en enfant, tout de même. Mais ça prenait parfois Anaïs de temps en temps, et elle était heureuse d'être ici, c'était tout ce qui importait. Si même Hisoka et Orion ne l'avait pas réveillée, c'était qu'elle avait eu grandement besoin de ces heures de sommeil et William culpabilisa un instant de l'en avoir tiré, avant de se dire que c'était pour la bonne cause. La presser de descendre parce que Thomas était déjà en train de l'attendre sans la mettre au courant de rien ni la laisser souffler aurait été une très mauvaise idée. Et puis il avait envie de manger avec elle, si elle le voulait. Elle n'avait d'ailleurs pas répondu à sa demande, mais il laissa couler et rentra dans son jeu.

"D'accord... Dans ce cas je dis à Thomas de repartir quand il viendra te voir tout à l'heure." dit-il en jouant avec une de ded mèches rebelles, guettant sa réaction du coin de l'œil.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 23 Aoû - 0:13

Je sentis ses mains dans mes cheveux, jouer avec. Vraiment, si je restais trop longtemps comme ça, j'allais me rendormir, et je doutais que ce soit ce qu'il voulait. Normalement, il voudrait que nous mangions et... Mais que venais faire Thomas dans cette histoire ? Un peu perplexe, je relevai la tête pour le dévisager, sans comprendre. Quoi il était jaloux de Thomas ? Mais pourquoi ? Aux dernière nouvelles que j'étais pas dans ses bras en ce moment même, aux dernières nouvelles il ne dormait pas avec moi, aux dernières nouvelles que j'avais pas de sentiment pour lui. William sentait sa place menacée ? Oh, je savais bien qu'il avait toujours ce penchant possessif et jaloux, il l'avait toujours eu et ça m'étonnerait que ça change un jour, mais ce n'était pas un problème, je l'aimais tel qu'il était, mais Thomas tout de même... Encore Louis je comprenais, nous étions de propre, l'amitié fille garçon avait souvent de lourd penchant vers l'amour, pourtant tout avait toujours été clair dans ma tête : il y avait William et personne d'autre.

- Si tu veux, mais pourquoi tu me parles de lui ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 23 Aoû - 9:20

Elle était perdue, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Qui aurait pu lui en vouloir ? Elle avait loupé le dernier scoop de l'Institut, à savoir qu'elle restait ici, même si Hisoka n'avait pas donné véritablement son accord. Chose que, de toute façon, William n'aurait jamais obtenu même avec toute la bonne volonté du monde. Anaïs n'avait pas réagi au fait que Thomas n'était pas censé venir avant qu'elle s'endorme, en même temps ils avaient été dans le flou quant à la suite des événements. Il lui fit un bisou sur le front avant d'éclairer sa lanterne.

"Parce que je l'ai croisé à l'Institut quand je suis allé causer à Hidoka et qu'il a dit qu'il viendrait jusqu'ici pour la prochaine séance. Tu restes ici, tu comprends ? C'est pas officiel parce que ça leur écorcherait la gueule de l'avouer, mais je te garde au Chalet."

Il avisa le chien qui les regardait depuis le tapis, la langue pendante.

"Enfin, on te garde."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 24 Aoû - 0:26

Je clignai plusieurs fois des yeux, comme s’il venait se me sortir une bonne blague que je peinais à comprendre, puis je fronçai les sourcils, l’air de demander s’il était sérieux. Et apparemment... Il l’était. De quel point avait-il frapper pour se faire entendre d’Hisoka ? Même de l’Institut en général. Bouche bée je mis plusieurs secondes avant de trouver quoi dire. Plus de chambre à l’écart ? Plus de lit froid et solitaire ? Plus d’infirmières qui surveillaient consciencieusement ce que je mangeais ? Bon, pour ça, j’avais William, qui allait certainement veiller au grain pour que je mange correctement, mais je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas alors soit. Je récupérais ainsi définitivement Orion, mon lit, notre salle de bain, mes habits, notre canapé, l’en dehors aussi ! Je me sentis respirer encore mieux, carrément mieux. C’était finalement une bonne journée en perspective.
Je me redressai un peu à l’aide de mon coude droit et l’embrassai avant de me laisser tomber dans le lit.

- C’est vrai vous acceptez de me loger dans votre humble demeure ? ris-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 24 Aoû - 21:45

         Elle resta abasourdie un peu trop longtemps, si bien que l'idée vint à William qu'elle avait peut-être fait une attaque cardiaque face à cette annonce. Mais non, un sourire revint flotter sur ses lèvres et l'hypothèse de la crise cardiaque s'éloigna à grands pas, au grand soulagement du jeune homme. Elle se redressa un peu, l'embrassa du bout des lèvres et se rallongea. Il sentait son souffle sur son menton. William arqua un sourcil. Son "humble demeure" ? ça sortait d'où ça ? Il eut subitement l'impression d'être le propriétaire d'un château. Ses connaissances en château étant très limitées, il était bien incapable de nommer ne serait-ce qu'un seul nom de châtelain ou de lieu à tours connu. Ceci dit, si leur château à eux était une petite maison en bois perchée au milieu des montagnes qui le dominaient de toute leur hauteur, alors ça lui allait.

        "C'est ta demeure autant que la mienne, princesse."

        Son surnom prenait plus de sens que d'habitude dans ce genre de phrases. Il se retint à ses bras pour ne pas l'écraser en se déplaçant au-dessus d'elle. Il fit un bisou sur son front, puis sur sa joue, puis sur sa bouche.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 26 Aoû - 0:37

Je glissai mes mains sur ses joues pour garder ses lèvres contre les miennes, et il se releva, affirmant que c'était autant à lui qu'à moi, cette demeure. Heureusement d'ailleurs, sinon je n'aurais pas de maison. Je me demandai ce que nous serions devenus, si nous ne nous étions pas rencontrés. Je serais restée dans la maison, est-ce que j'aurais eu le courage d'aider à la libération de la boucle de la tour, pire, est-ce que Louis serait mort ? Je pense que j'étais bien plus fragile et bien moins courageuse avant de rencontrer William, donc je n'y serais peut-être pas allée. Mais j'aurais raté tant de choses, de belles choses, et j'aurais raté ces rares instants où j'étais parfaitement heureuse, et qui ont duré plusieurs mois après la jungle, pour simple exemple. Je n'aurais pas eu ma propre maison, Orion, et le plus important donc, pas William.
J'allais chercher à l'embrasser encore, désireuse de son contact, dans mon ventre gronda. Désabusée, je levai les yeux au ciel. Vraiment ? Vous pensez que c'était vraiment le moment pour faire ce genre de borborygmes ? Et William allait se moquer de moi. Ce n'était pas ma faute aussi ! ça sentait bon dans tout le chalet à cause de lui... Je fronçai les sourcis en voyant ses lèvres s'étirer. Pff, aller, rigole bien. J'allais faire ma princesse alors, et réclamer qu'on me serve comme tel.

- Arrête de rigoler toi, et donne moi à manger plus tôt, tu vois bien que je vais tomber dans les pommes et que je suis en hypoglycémie à cause de toi.

Oui oui, je rejetais toute la faute sur lui, puis... lui tirai la langue, espiègle.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 30 Aoû - 20:49

          Effectivement, William ne put retenir un éclat de rire. L'instant se prolongea, augmentant apparemment la honte ressentie par Anaïs. L'estomac de la jeune fille savait choisir son moment pour se manifester ! Un peu tue-l'amour, mais ça n'avait pas d'importance, il leur fallait bien ça pour décoller du lit à temps et éviter de rester glander (même si c'était très agréable) et lui aussi avait faim. William arqua un sourcil quand elle dit qu'il l'affamait. Tss c'est pour ça qu'il avait fait à manger et que ça attendait en bas depuis de longues minutes déjà peut-être ? Il fallait qu'elle reprenne des forces, de toute façon. Il s'arracha au lit et lui tendit la main, sans pouvoir retenir son sourire.

         "Tu parles que je t'affame, qui c'est qui voulait rester dans le lit, hein ? Viens, on va manger."

          Il lui tendit la main et une fois qu'elle l'eut saisi, la releva avant de se téléporter en bas où la table était mise.

          "Bon appétit ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 1 Sep - 1:14

William nous téléporta en bas une fois m’avoir aidé à me relever. Sur la table dressée, les assiettes trônaient vides, mais ah centre se trouvait le casserole avec les pâtes mélangées à des légumes. Ça sentait vraiment bon. Je posai une main sur mon ventre en sentant mon estomac réclamer. J’acquiesçai, en lâchant son bras pour me retenir à la table.

- Bon appétit.

Une fois assisse, je me rendis compte que ce n’était peut-être pas une si bonne idée de me mettre à table. Je ne savais pas si mon dos allait tenir le temps d’un repas. Au pire il y avait le dos de la chaise pour me soutenir, mais c’était compliqué pour manger, et je ne voulais pas inquiéter William, que si je faisais l’effort de rester parfaitement droite peut-être ne s’en rendrait-il même pas compte. Je devais faire ça, j’en avais assez d’être allongée dans un lit.
William nous servit, et je posai mes coudes sur la table en attendant, avant de saisir les couverts et de commencer à manger en soupirant. Enfin une habitude, enfin quelque chose que je faisais presque normalement, enfin quelque chose qui avait le goût sucré de la plénitude. Je lui souris. Ma jauge de bonheur avait pris des hauteurs par rapport à la moyenne de ces derniers jours. Mais plus nous mangions, plus la douleur dans mon coccyx remontait dans ma colonne. De marbre, je ne montrai rien, et c’est seulement une fois que j’eus fini mon assiette que je m’octroyai une pause en m’appuyant sur le dossier. Repue, je baillai en mettant ma main devant ma bouche.

- T’as quelque chose de prévu en fair cet après-midi ? m’intéressai-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Jeu 6 Sep - 21:59

           Au moins elle avait gardé son appétit. William ne tenait pas vraiment à voir Thomas manipuler les muscles endoloris d'Anaïs sous ses yeux, surtout si ladite chose consistait à la masser consciencieusement. De toute façon, ils n'avaient pas de matelas en bas, se dit-il avec mauvaise foi. C'était un peu bête parce que si Thomas décrétait qu'Anaïs avait besoin d'un support où il pourrait la masser ils allaient soit s'en procurer un soit retourner à l'Institut, et alors les instants de liberté d'Anaïs auraient été bien courts, parce que ce n'était pas certain qu'ils la laissent revenir chez elle. William haussa donc les épaules, se demandant du même coup ce qu'il pourrait bien trouver à faire pendant que le kiné serait présent. La solution serait d'aller dehors, il trouverait bien une occupation. Aller courir ? Il n'en avait pas envie, peut-être dormir un peu mais il ne voulait pas non plus faire de cauchemars.

          "Non, rien de prévu... Je vais vous laisser quand Thomas sera là mais sinon je reste."

           Ils échangèrent quelques mots et il la laissa se poser tranquillement et fit rapidement la vaisselle pendant qu'elle jouait avec le chien sur le canapé, et puis Thomas se pointa alors qu'il avait à peine fini. Il avait amené avec lui de petits poids et il expliqua que la séance d'aujourd'hui serait divisée en deux parties, des exercices de détente des muscles et puis un peu d'effort avec des poids et de petites balles. Il avait tout un attirail dans son sac. William s'éclipsa en se promettant d'être revenu avant le départ de Thomas. Il fit un bisou sur le crâne d'Anaïs juste avant de passer les baies vitrées :

          "Bon, je te laisse entre de bonnes mains. A tout à l'heure !"

         Elle devait être soulagée de savoir qu'elle n'était pas obligée de revenir à l'Institut pour ses séances de kiné.
Il sortit avec Orion, et arrivé aux abords du lac, dans les sous-bois, sa mémoire se fit plus floue. Il se réveilla sur un rocher au soleil, avec un mal de tête naissant qui s'affirma quand il chercha le chien et s'inquiéta de l'heure. Le soleil avait quand même bien baissé depuis qu'il était parti, enfin c'est ce qui lui semblait. Les cheveux en pétard et les yeux douloureux, il franchit les baies vitrées au moment où la porte claquait. Ouf, il n'était pas complètement à la ramasse au point d'arriver en retard.

         "Alors, cette séance ? Pas trop crevée ?" demanda-t-il en allant se servir un cachet de paracétamol.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 9 Sep - 20:39

C’était dur, et lourd, et fastidieux, et déprimant, de se voir à peine capable de se plier pour récupérer un poids au sol et de se redresser normalement, sans avoir l’impression d’être un poteau tordu. Thomas m’encourageait, et aucun de nous deux ne parla de ce qui s’était passé ce matin à l’Institut, malgré tout, je vis à ses lèvres pincées qu’il aurait largement préféré rester là-bas. Ça devait être plus pratique et plus conventionnel. Il n’avait pas pu me faire le massage habituel, donc nous passâmes directement aux autres exercices et William partit avec Orion dans la forêt - sûrement - pendant ce temps.

Quand Thomas partit, j’allongeai dans le canapé, Orion sur mes jambes. Le chien était rentré pendant les exercices, sans William, mais je ne m’en étais pas inquiétée, un peu trop occupée sur les efforts que me demandait Thomas sur l’instant. J’étais de nouveau fatiguée, Un coussin sur les yeux, je baillai et m’étirai un peu, quand j’entendis la baie vitrée se rouvrir. Ce devait être William (c’était forcément William) qui poursuit son trajet jusqu’à la cuisine. Je m’attendais à ce qu’il vienne me rejoindre dans le canapé mais peut-être avait-il soif ou faim. Qu’importe. Je glissai ma main dans les poils d’Orion et les lissai un peu pour m’occuper les mains. J’allais devoir me laver encore, pas toute seule, bien que si nous nous dépêchions, mes muscles pourraient être encore chauds et par conséquent faciliter mes mouvements pour le déshabiller et me laver. À ce moment, William me demanda si je n’étais pas trop fatiguée de la séance. Je répondis d’un long soupir significatif et exagéré avant de me relever un peu en retirant le coussin de mes yeux et de le poser sur Orion pour l’embêter. D’un regard par dessus le canapé je vis William boire un verre dans la cuisine. À son attention, je haussai les épaules. C’était demain que je sentirai encore plus de courbatures, ou ce soir si nous nous couchions tard, chose dont je doutais réellement : dans un tel état, je ne pouvais pas faire grand chose de plus que dormir.
Je posai mon menton sur le dossier du canapé.

- Un peu fatiguée, mais je crois que j’ai surtout besoin de le laver,, insinuai-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 10 Sep - 8:32

         Elle soupira et William leva la tête pour la regarder. Apparemment la séance n'avait pas été de tout repos, encore une fois. En même temps, le but était de se remettre en forme et de travailler les muscles dont elle peinait actuellement à se servir, donc ce n'était pas forcément très agréable pour elle. Thomas savait ce qu'il faisait, donc elle verrait normalement vite des progrès dans sa motricité. William finit son verre d'eau en priant pour que le médicament agisse vite, et arqua un sourcil en entendant la dernière phrase d'Anaïs. Se laver, hein ? Évidemment elle ne pouvait pas le faire seule pour le moment, donc... Un sourire naquit sur les lèvres de William, qui s'appuya sur la table derrière lui. Elle avait l'air d'une gosse qui réclame un câlin, là, tout de suite, et le jeune homme pouvait difficilement résister à une demande pareille. En prime, il allait la voir toute nue, que demander de plus au bon Dieu ? Par contre, il fallait qu'il soit sage... Mais il n'était pas certain qu'elle veuille l'être. ça promettait.
         William fit comme s'il venait de comprendre.

         "Hum hum, et j'imagine qu'il te faut un assistant pour ça, non ?"

         Il posa son verre sur la table et alla jusqu'à elle avant de lui tendre la main.

         "Aller viens, on y va."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 12 Sep - 20:32

La main prévue pour m’aider à me relever se tendit, et il me tira vers lui. Une fois sur pieds, je passai mes bras autour de son cou et déposai mes lèvres contre les siennes, l’embrassant longuement, comme j’en avais envie depuis un bon moment déjà. Orion descendit lui aussi du canapé et je sentis sa queue frapper ma jambe. En tournant les yeux vers lui, je le vis, tout joyeux, la langue pendante, sûrement à la recherche de caresse. Désolée Orion, tu vas devoir rester un peu tout seul le temps que William et moi nous nous lavions. Bizarrement, j’avais envie de William, mais pas dans le sens sexuel du terme. Non j’avais plus envie dans le sens : sentir sa peau contre la mienne, pouvoir l’embrasser comme bon me semble, m’allonger sur lui sans rien faire d’autre que dormir, me reposer, profiter.
William m’aida à me relever et me demanda, peu certain, si j’étais apte à marcher correctement. Bien sur. J’opinai et il nous emmena dans la salle de bain. Moi, toujours accrochée à son bras (par pur plaisir) je m’assis sur le banc à côté de l’évier, et entrepris de retirer mon t-shirt, et William m’aida, bien heureusement, juste après avoir mis l’eau à couler. Il dégrafa ensuite mon soutien-gorge, puis fit glisser ma culotte le long de mes jambes. Je savais très bien que la situation pouvait déraper, comme la dernière fois d’ailleurs, à mon insu. C’était un détail compliqué parce que j’avais juste envie d’aller me coucher, de me mettre en boule dans les draps et de profiter du sommeil.
Naturellement, il se désapa à son tour, abandonnant t-shirt, pantalon et caleçon à côté de mes affaires. Et en attendant que l’eau finisse de couler, je m’assis sur lui, perpendiculaire à ses cuisses, et posai mon crâne sur ses clavicules en baillant. Quand mes yeux commencèrent à se fermer, il me retint se peu en riant, et m’annonça que l’eau était à bonne hauteur. Il m’aida à me lever, se glissa dans l’eau en me tenant par les hanches, et je pus m’adosser à lui, en souriant. Je lui fis un bisou sur le menton, puis sur ses mains mouillés.

- On devrait se faire ça plus souvent, je veux dire, même quand je peux me laver toute seule.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 12 Sep - 22:01

          Eh bien, il y avait du progrès ! Quoiqu'en puisse dire Anaïs, elle allait mieux peu à peu, et cela réjouissait William. Thomas servait à quelque chose, et elle était bien mieux loin de l'Institut. En prime, sa migraine s'était dissipée. Il commençait à avoir l'habitude, il ne laissa pas le savon glisser dans l'eau comme la dernière fois. Anaïs s'assit sur ses genoux et William fit en sorte qu'ils ne basculent pas tous les deux. Il apprenait au fur et à mesure. De mémoire, cette baignoire n'avait pas servi beaucoup. Anaïs l'utilisait peut-être pour ses longs bains mais William, lui, préférait les douches, froides en général, qui ne prenait pas plus de cinq minutes même quand il frottait bien. Il ne savait plus d'où lui venait cette habitude, si ça datait de la forêt où il se servait plus du lac comme douche, ou de plus loin encore lorsque le régime militaire régissait plus ou moins sa vie. Bon sang que c'était loin tout ça ! Il ne se souvenait que des grandes lignes, il fallait dire qu'il avait voulu l'oublier pendant de longues années. Ce qui était fait, apparemment... Déjà gosse il avait le vague souvenir d'un bac d'eau en ferraille derrière la maison. ça plus souvent ? Il ne l'avait jamais envisagé. Les bains, c'est long à la préparation, il faut réfléchir parce que l'eau doit être très chaude au début parce qu'elle refroidit super vite, enfin bref, beaucoup de temps perdu pour pas grand chose. Mais bon, il voulait bien faire un effort si elle était là. Elle avait l'air bien contente assise dans le bain... C'était l'essentiel.

         "Hum... Ouais, ça me va si t'es là."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 21 Oct - 21:52

Ses mains toujours dans les miennes, je caressai ses doigts et ses paumes calleuses pour m'occuper, et me défaire aussi de toute cette tendresse que j'avais besoin d'extérioriser. C'était ça, la plupart du temps, un besoin impérieux de fournir de l'affection, d'être doux avec lui, de m'en occuper, afin d'être sûre qu'il se sente bien. Normal, non ?
Sa réponse ne laissait que peu de possibilité de réponse, c'est pourquoi je crus sûrement y répondre avant de sentir mes yeux de fatigues. Je baillai discrètement et laissai reposer ma tête sur son torse en serrant ses doigts dans les miens. Mais c'est lorsqu'il bougea un peu, que je me rendis que, attendez, il manquait quelque chose. Je ne savais plus vraiment si je lui avais répondu, et vu le silence présent dans la pièce, ça ne devait pas être le cas. Je me relevai comme je le pouvais en me raclant la gorge, histoire de me réveiller un peu. Ouais. Il disait quoi déjà ? Ah oui, quelque chose avec moi, et lui, avec ma présence. Mais le reste de la conversation m'avait échappé. J'allais répondre quelque chose de basique qui ne nécessitait aucune relation avec les précédents propos.

- Bien sur que je suis là, souris-je toute seule, en sachant pertinemment qu'il ne pouvait pas le voir, assis comme nous l'étions.

Effectivement, ça ne faisait pas trop avancer la conversation dont j'avais totalement perdue le fil.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Ven 16 Nov - 19:39

          Sa voix se faisait plus hésitante, et William était presque certain que ses yeux se fermaient peu à peu. Il était aussi un peu près sûr qu'il parlait tout seul. Le jeune homme amorça un mouvement pour se lever, la fit se décaler pour pouvoir sortir de l'eau et saisit une serviette pour se sécher avant de s'habiller rapidement et de l'aider à sortir du bain. Il l'enveloppa d'une grande serviette.
 
          "Allez viens, je te ramène dans le lit."

*******************************************


          Quelques jours plus tard...
          William ouvrit son sac et commença à s'équiper. Il devait y aller. Il devait trouver un moyen de partir, de s'éclipser en douce, pour aller... Pour aller où ? Ah oui, il devait aller le rencontrer, il était temps, il devait faire son rapport, il était temps. Il était temps. Cette phrase tournait dans sa tête depuis un certain temps. Quand il sera temps, tu viendras à moi. C'était un ordre. Alors William allait suivre les ordres, il n'y avait pas de doute là-dessus. Si seulement cette migraine le laissait en paix... Il se sentait un peu mieux quand il agissait sans réfléchir, mais il ne dormait plus beaucoup, enfin il se sentait fatigué en permanence. Et ces trous de mémoire... Ces flash-back où il se voyait arpenter l'Institut, étaient-ils des rêves, ou ?.. William gémit. Saleté de maux de tête. Il ouvrit un des placards en hauteur de la cuisine, en sortit la boîte de paracétamol. Vide.

          "Merde," jura-t-il tout bas avant de se retourner en entendant des bruits de pas.

         Il glissa discrètement la boîte vide dans sa poche pendant la manœuvre. Elle ne devait pas savoir.
          Anaïs se tenait en bas de l'escalier. Elle avait repris des couleurs depuis son retour. Et des forces aussi. C'était un plaisir de la voir aller de mieux en mieux. Thomas ne passait plus que tous les trois ou quatre jours pour vérifier que tout allait bien et bosser un peu avec elle.

         "Anaïs. Je croyais que tu dormais."

          Son cerveau tournait à toute allure. Il devait trouver une raison suffisamment convaincante pour qu'elle y croie, pour que toute cette entreprise lui semble le plus normal possible. Actuellement, il hésitait entre l'enfermement qu'il supportait plutôt mal et... Eh bien, il cherchait encore. Dans tous les cas, il voulait être honnête. Enfin, aussi honnête que possible.

          "Je vais faire un tour pour quelques jours dans les bois."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Sam 17 Nov - 20:06

- William ?

Pas encore réellement réveillée, je me tenais en bas des escaliers, droite, et me frottai un oeil pour arrêter de voir flou. Orion était à mes pieds, et en voyant William proche de la cuisine, il s'y avança, pensant sûrement recevoir une petite friandise. Mais ce qui m'interloquait le plus, c'était qu'il avait un sac, sur la table, ouvert, avec quelques affaires dedans, nourriture, et je ne voyais pas le reste. Pourquoi y avait-il un sac ? Pourquoi n'y en avait-il qu'un ? Il partait ? Attendez, comment ça partir ? Confuse, je m'avançai un peu vers lui. Il avait un peu de cernes, et je savais qu'il n'était pas au summum de sa force en ce moment, mais je mettais cela sur les derniers événements, qu'il n'avait peut-être pas digérés en totalité. Et puis, il avait des phases comme ça, après tout, où le sommeil se faisait difficile et où les fantômes se réveillaient parfois. J'étais en quelque sorte habituée, je savais que je ne devais pas poser de question et simplement laisser aller, m'occuper de lui et être là pour lui. Je me disais que ça allait passer de soi-même. Mais apparemment ce n'était pas le cas ? Il avait besoin de prendre l'air ? Il se sentait enfermé avec moi ? Faut dire qu'il avait dû rester ici plusieurs jours, pour être à mon service et m'aider dans les tâches les plus basiques. Maintenant ça allait mieux, oui, grâce à Thomas et lui, je serai bientôt entièrement autonome. Mais je l'étouffais à ce point ? Loin de me laisser démonter par ces pensées, je fronçai les sourcils et m'assis sur l'accoudoir du canapé en le fixant.

- C'est Orion qui m'a réveillée. J'avisai son sac du regard. Quelques jours ? Tout seul ..?

ça voulait dire que j'allais devoir rester toute seule dans la maison, j'allais faire quoi à part m'ennuyer fermement ? Bon, je n'allais juste pas y penser tout de suite. Je verrai plus tard et m'occuper de l'instant.

- Tu ne veux pas que je vienne ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 18 Nov - 0:50

          Non, tu ne peux pas venir. Elle ne doit pas savoir. C'était l'une des conditions sine qua none, ou toute son entreprise serait vouée à l'échec. Après tout, tout cela n'était qu'une mascarade pour qu'elle ne s'aperçoive pas qu'il partait le voir, lui rendre des comptes. C'était pour cela qu'il faisait mine d'avoir besoin de grand air, de partir explorer la forêt. Alors qu'il n'en avait strictement rien à battre de ces arbres. Mais on a pas d'omelettes sans casser des œufs, et cette entreprise était le meilleur prétexte qu'il avait trouvé. Devait-il se montrer agité pour prouver ses dires ? Il était un peu tard pour cela, à quelques heures de son départ. S'il se faisait remarquer maintenant, ce n'était plus aussi crédible. Il avait fait en sorte d'éloigner des yeux d'Anaïs sa confusion et le stress qu'engendrait ses questionnements de plus en plus nombreux, ce n'était pas pour prétendre l'enfermement maintenant. William venait d'avoir une autre idée, mais il n'était pas certain qu'elle soit meilleure. Ou alors, il faisait un mix des deux. Il ignora Orion qui quémandait je ne sais quoi en lui faisant les yeux doux.


        "ça fait un moment que je songe à faire le tour de la boucle du côté est, mais je ne voulais pas partir avant que tu sois rétablie suffisamment... Non, je pense pas que ce soit une bonne chose que tu viennes. Je sais que ça te fait encore mal. Tu dois éviter les mouvements brusques."

         Il était curieux de savoir ce qu'elle allait trouvé à répondre à ça.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Dim 25 Nov - 21:18

Je laissai échapper un "Ah" discret et un peu penaud. Il voulait explorer la boucle sans moi ? Ne pouvait-il pas m'attendre ? L'épisode des loups avait du refroidir ses ardeurs assez radicalement, mais ce n'était pas parce que mes muscles pouvaient se faire encore rigide que j'étais incapable de me défendre ? Pourtant, je me sentais lasse d'avoir à me battre contre lui, contre le monde entier en réalité. Je n'avais simplement pas le courage, pas la force. Peut-être était-ce encore les effets secondaires des médicaments bien que je n'en prenne presque plus, voire carrément plus, disons que c'était les effets secondaires en général de cette vie et de cette période de ma vie en particulier, une preuve qui appuyait ses dires : je n'étais peut-être pas entièrement remise. Alors, pour une fois, au lieu de nier, j'acceptais ma défaite, enfin non, pas ma défaite, mais je ne le contredis pas, je concédais à l'écouter, à être raisonnée pour une première fois dans ma vie.
J'allais juste rester... seule. Mais, repensant aux loups justement, et à tous les événements tragiques semés sur notre route, je croisai mes bras sur ma poitrine et le soumis à une condition :

- D'accord (il tira une tête surprise, je haussai les épaules) mais à une seule condition : laisse Orion t'accompagner, ça me rassurera pour savoir que tu vas bien.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 26 Nov - 22:56

        A la grande surprise de William, Anaïs n'opposa pas de résistance. Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes, elle était une vraie tête de mule quand elle n'y mettait. Le jeune homme ne savait pas s'il devait s'en réjouir ou plutôt s'inquiéter de ce manque de réactivité, en attendant ça servait bien ses plans. Mais tout de même, est-ce qu'elle allait vraiment bien ?.. Il fit taire ses doutes et s'assura de donner le change. Orion n'était pas une grosse contrainte, c'était un marché plus qu'acceptable. Il l'attacherait quelque part avant d'aller lui rendre des comptes. En lui laissant de quoi boire et se nourrir, son escapade pour le voir passerait inaperçu. Il haussa les épaules.

          "D'accord, comme tu voudras."

           Il laissa tomber une gourde dans son sac et elle finit par briser le silence qui s'installait entre eux en demandant s'il avait besoin de quelque chose. Il alla jusqu'à elle et l'embrassa. Elle se laissa faire.

         "Non, ne t'inquiète pas. Je suis content que tu me laisses faire. Mais tu es sûre qu'Orion ne serait pas mieux ici pour te tenir compagnie ? Thomas devrait venir demain matin, de toute façon."

          Comme elle pouvait gérer comme elle le disait, il l'enlaça et l'entraîna vers la chambre... Pour profiter un peu l'un de l'autre avant de s'en aller, le lendemain matin. Et peut-être un peu pour lui faire oublier cette drôle d'idée, aussi.

         Le lendemain, alors que le jour pointait tout juste le bout de son nez, il laissa à regret une Anaïs endormie dans leur lit et descendit prendre une douche. Cela faisait des nuits qu'il n'avait pas aussi bien dormi. Il était prêt pour sa petite virée en solitaire... Ou presque, puisque Orion se présenta, la langue pendante, devant lui, tout jouasse à l'idée d'aller dehors.

         "T'emballes pas trop mon gros, chuchota-t-il en lui caressant l'échine. Toi tu vas pas aller bien loin."

        Il quitta la maison. Il faisait frais le matin, les sous-bois étaient trempés de rosée. William quitta son sentier habituel au bout de deux heures pour s'enfoncer dans la montagne. Si par hasard Anaïs le cherchait, elle serait a priori incapable de le trouver là. Il cacha par précaution son pseudo sac, et attrapa le collier du chien avant de l'accrocher à un arbre. Orion n'apprécia pas d'être entravé, ruant pour aller vers lui. Son collier et la corde le retiendraient un moment. Il lui laissa de l'eau et des croquettes à proximité. Il s'accroupit et lui gratta le cou.

         "Eh eh eh le chien, je serai là bientôt, ok ? T'inquiète pas."

        Orion se calma un peu et s'assit sagement.

        "C'est bien. Aller, à plus."

         Et William se téléporta.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 7 Jan - 14:57

Et William partit, tout simplement, avec Orion, laissant un grand vide dans le chalet.
Je fus perdue pendant plusieurs minutes, sans top savoir quoi faire. Ma vie était accordée à celle de William et suiviait son cours depuis plusieurs années déjà et, avec les derniers événements ma dépendance ne s'était pas réellemet améliorée. Alors je fis comme j'avais l'habitude de faire quand plus aucune occupation ne m'occupait ; je pris un livre dans l'étagère, m'assis dans le renfoncement de la fenêtre, et y restai jusqu'au soir.
Tout était si... silencieux. En me levant, il n'y eut que le froissement de mes vêtements contre les coussins. Il commençait à se faire tard, d'ailleurs le soleil se couchait sur le lac. Il fallait que je mange quelque chose, puis j'allais certainement aller me coucher, en emmenant le livre avec moi dans le lit. J'ouvris le réfrigérateur, pris des tomates, des pâtes qui dataient un peu, de la salade, et entrepris de tout mélanger en y ajoutant un peu de vinaigrette. ça allait faire l'affaire, je ne m'en faisais pas. Mon repas finit, je rangeai tout dans le lave vaisselle et éteins les dernières lumières du chalet avant de monter. J'étais entrain de me déshabiller quand des aboiements retentirent au loin. Alertée, j'ouvris l'oeil de boeuf qui servait de fenêtre à côté du lit. Mais le soleil avait fini de se coucher et je n'y voyais goutte. C'était Orion, je connaissais ses aboiements. William était déjà rentré alors ?
Je remis un pantalon un peu à la va vite, mis mes bottes et sortis du chalet, laissant la baie vitrée un peu ouverte. Je descendis le petit chemin de terre vers le ponton. Les aboiements continuaient, et je vis Orion courir comme un fou en sortant de la forêt vers moi. Il était seul. Seul. Il me sauta dessus, recouvrant mon pantalon de tâche marron. Loin d'être dégoutée, mais plutôt inquiétée, je m'agenouillai, et caressai son poil. Il n'avait pas l'air blessé. Mais William n'était pas là. Il n'était pas avec, et Orion ne serait jamais parti sans lui. Et s'il était retombé sur des loups ? S'il avait eu un accident quelconque ? Et si il y avait des estres dans la boucle qui l'avait attrapé ?
Plus le temps passait, plus des idées noires, improbables et carrément flippantes me venaient à l'esprit. C'était pas possible c'était un rêve ce n'était pas réel. Je devais aller chercher William, c'était impératif, mais mon corps était encore faible et non préparé à une excursion en pleine forêt qui pourrait durer longtemps. Surtout que le terrain n'était pas plat, et les montées, je n'avais pas encore récupéré un parfait équilibre. Je me mordis la lèvre, fort. Réfléchis. Réfléchis. Réfléchis.
En tournant la tête vers le chalet, je vis grâce à la lueur du salon la petite partie adjacente à la cuisine : des écuries, pour un ou deux chevaux maximum. Ce lieu devait être un lieu de vacances où les touristes passaient du bon temps et voyagaient à cheval. Ils étaient vides. Certes. Mais peut-être que Victor pourrait m'aider.


*****


Il était midi, et le l'ancien "propriétaire" (celui qui surveillait la boucle aux animaux d'où Orion venait) d'Orion, entra avec ce qu'il appelait un islandais parfaitement blanc, aux poils longs. Grelot, elle s'appelait, m'a-t-il dit. Il me montra comment la nourir, avec quoi, me disant qu'il mettrait ce qu'il fallait dans le sas entre la salle des portes et la porte de notre chalet. Il me donna une selle et tout ce qui allait avec, puis m'enseigna sur comment la mettre, la serrer. Grelot semblait douce et calme, c'est pour ça qu'il l'avait choisie elle.
Quand il fut parti, je pris un sac, des vêtements, à manger,  un sac de couchage, tout comme avec William, puis avec Orion, et Grelot, je pris la route de la montagne, en suivant le flaire du border collie, censé me conduire directement à William.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Lun 7 Jan - 23:04

        Aussitôt arrivé au lieu de rendez-vous, dans la même pièce où il s'était fait endoctriné, dans l’entrepôt miteux attenant à la salle de torture d'Anaïs, William se mit à déballer tout ce qu'il avait pu apprendre sur l'Institut. Cela faisait une grosse demi-heure qu'il déblatérait, et son attention diminuait exponentiellement, tout le contraire de la fièvre qui le consumait. Jack tournait en rond. Il s'énervait, il voulait plus d'informations que son espion ne pouvait en donner. William s'efforça encore une fois de rester concentré, se massant les tempes pour faire passer... Ce qui de toute façon ne s'arrangerait pas avant plusieurs jours. Il poussa un soupir fatigué et tenta d'argumenter calmement, tandis que ses idées se brouillaient :

         "Je ne peux pas te mentir, c'est tout ce que je sais.
        - Attends une seconde... Qu'est-ce qui ne tourne pas rond avec toi, t'as chopé la grippe ou un truc de ce genre ?
        - Non, je... C'est ce qui se produit quand je vais trop loin avec mon don.
        - Merde ! Pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?
        - Vous ne l'avez pas demandé.
        - Tu peux faire le chemin retour ?
        - Je ne sais pas, je...
        - Tu vas faire le chemin retour. Nous n'avons jamais eu cette conversation, trouve un prétexte convaincant pour cette fois-ci, et rappelle-toi des consignes d'urgence. Trouve le maximum d'information, je veux le lieu et la carte des boucles. Aller, repars dans la boucle."

       William se leva, se retint à la table. Son instinct lui criait de ne pas le faire, que c'était dangereux. Peut-être plus dangereux que tout ce qu'il avait tenté jusqu'ici, parce qu'il n'en avait pas la force. Il était malade comme un chien, tenter une téléportation entre la réalité et une boucle, dans un autre endroit mais aussi dans un autre moment, c'était du suicide. William luttait de toutes ses forces pour rester éveillé, plus que tout pour contrer cet ordre qui signait pratiquement son arrêt de mort. Son cerveau allait exploser tant il tenait à la vie. Il leva les yeux en grimaçant.

        "Je ne...
       - Repars."

         Incapable de résister, William activa son don.

***************************************************



          Etait-on capable de mourir à cause de son don ? William n'y avait jamais cru, mais à présent il savait. Il savait que c'était possible, même très fortement plausible. Il avait encore la tête en vrac et dormirait bien trois siècles d'affilée pour compenser ce qu'il venait de vivre. Le temps avait filé sans qu'il en ait conscience et son retard n'avait que trop duré, mais les sédatifs de l'Institut mettaient du temps à être digérés par l'organisme et il devait encore y avoir des traces dans son sang. Les secondes précieuses qui avaient suivi son retour en catastrophe dans l'établissement avaient été décisives, et heureusement pour lui, salutaires. Cela et les nombreuses heures suivantes. Il devait y avoir un paradis pour les traîtres à la solde des autres, ou du moins un dieu qui veillait sur eux. Tant mieux. Il tenait encore à sa peau, elle lui était bien utile.
        Il avait la tête dans le coton, et ne savait pas encore si c'était une bonne ou mauvaise chose. Mais en attendant, il était encore assez stone pour ne pas avoir mal à la tête, ni nul part ailleurs malgré tout ce que son corps avait enduré. Se heurter littéralement au mur de la réalité sans en subir de désastreuses conséquences n'était pas physiquement possible, qu'on se le tienne pour dit.
       Mais lorsqu'il pénétra dans le Chalet après s'être changé (la robe chirurgicale des hôpitaux, très peu pour lui), sans avoir pensé à récupérer son équipement - peu importait, tout ce qu'il voulait, c'était retrouver Anaïs et s'assurer qu'elle allait bien - il ne s'attendait pas à grand chose, mais tout de même à trouver Anaïs.
       Première constatation : elle n'était pas chez eux. Il en fut sûr et certain après avoir visiter toutes les pièces.
       Trois fois. D'ailleurs, heureusement qu'il était sous le coup des médocs, parce que sinon il aurait certainement tout saccagé sans prendre en compte le fait qu'elle ne pourrait certainement pas se cacher dans un tiroir, aussi menue qu'elle soit.
       Deuxième constatation : en sortant pour fumer une clope (oui oui, il avait ramené un paquet de ses chers amis qui avaient failli faire tuer Anaïs), il remarqua de très curieuses traces qui descendaient vers le lac puis s'enfonçaient vraisemblablement dans la forêt. Elles dataient de plusieurs jours mais la fine pluie du milieu de la nuit n'avait pas réussi à les effacer tout à fait.
       William évalua ses forces physiques et décida de les suivre, après avoir remonté pour enfiler une veste. Mais bon dieu, qu'est-ce qu'un poney faisait ici ? Il était plutôt petit, d'après l'espacement des traces. Le jeune homme renonça à comprendre et les suivit, sortant une clope de son paquet en chemin. Il ne comptait pas se téléporter mais finit par essayer son don parce que c'était nettement plus rapide et moins chiant que de marcher dans la forêt. Quoique, imaginer Anaïs sur un poney était plutôt comique. Il finit par la repérer sur la berge de la rivière, non loin de l'endroit où elle se jetait dans le lac. De là où il était, il voyait ses cheveux blonds se détacher sur le vert de la forêt ensoleillée. Il s'aperçut qu'il tenait encore sa cigarette qu'il avait oublié d'allumer entre ses doigts. Il se dit qu'il était légèrement à côté de la plaque, décida que ça n'avait pas d'importance et la rangea. Il visualisa un gros rocher non loin d'Anaïs et n'eut même pas besoin de se concentrer vraiment.

       Un instant plus tard, il était devant elle, accroupi sur ce même rocher. Il n'attendit pas qu'elle le repère, parce que lui avait repéré autre chose. Il plissa des paupières, cherchant à savoir si ce n'était pas un effet d'optique (ou espérant secrètement que c'en soit un) en regardant la bestiole derrière Anaïs.

       "Bon sang de bois, qu'est-ce que c'est que ce truc ?"

      ça, il le savait, ce que c'était. Ce qu'il voulait vraiment savoir, c'est ce qu'un poney fichait dans leur boucle. Il secoua la tête, comme si finalement il ne voulait pas connaître la réponse à cette question, et dévisagea Anaïs tandis qu'Orion jappait de joie en le voyant.

       "Tu vas bien ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mar 8 Jan - 21:24

Pas moyen. Ma joyeuse bande n’arrivait à rien. Orion m’avait guidé jusqu’à un arbre avant d’aboyer et de tourner en rond sur lui-même et autour de l'arbre. Ce qui n'avait strictement aucun sens. Désespérée, j’avais cherché des traces, quelque chose, mais je ne m’y connaissais absolument pas et ce fut un échec total. Rien ne menait à rien. J’avais laissé Grelot un peu en contrebas, m’aventurant ainsi plus en profondeur dans la forêt en appelant William à de nombreuses reprises, je faillis tomber aussi à de nombreuses reprises et, quadrillant le périmètre, je mis un bon moment avant de me dire que non, il ne pouvait pas être là. Rien de vivait ne pouvait être là.
Alors je remontai sur Grelot et nous allions plus loin, plus haut dans la montagne, jusqu’à ce que je n’en puisse plus, que mon dos m’impose une pause avant de se briser en deux. Je faisais alors un camp de fortune avec Grelot, dormant peu et continuant mes recherches dès que je pouvais. Mais deux jours passèrent quand je décidai enfin de retourner vers l’arbre qu’Orion m’avait montré et puis finalement de me rapprocher du chalet. J’étais impuissante. William était perdu dans la forêt. Enfin, normalement. Prise d’un doute, je retournai rapidement au chalet. Peut-être serait-il rentré. Peut-être. Sûrement. Il devait être rentré. Mais la déception fut au rendez-vous quand, en ouvrant la baie vitrée et l’appelant de nouveau à plusieurs reprises, je n’eus aucune réponse. Je montai malgré tout dans la chambre. Mais rien. Toujours rien. Toujours pas là. William était introuvable.
Perdue, je ne savais plus quoi faire. Rien ne menait à rien. William avait disparu. Et s’il était ..? Je serrai les dents pour dissiper cette idée. N’importe quoi. Il ne pouvait pas l’être c’était impossible, pas comme ça. Il devait être quelque part. Dans une veine tentative, je pris un de ses t-shirts et le fis renifler à Orion, qui tourna en rond et alla s’allonger dans le lit. Je ne savais plus quoi faire, vraiment. Rien ne menait à rien ? Je n'y comprenais rien quand je sentis des larmes couler le long de mes joues. Elles étaient chaudes, cela me surpris un peu, mais finit par être salvateur car doux et libérateur, quoi qu'on en dise, et je m'endormis, les bras autour d'Orion.

En me réveillant, je retournai voir Grelot, la brossai, lui donnai à manger, puis nous repartîmes, loin de m'avouer vaincue. Et c'était parti pour de nouveau passer des jours en forêt, même si j'entrepris de balayer un plus grand périmètre de forêt. Orion m'aidait à chercher, mais il ne ramenait que des bestioles mortes, ce qui était loin de m'enchanter. Et de nouveau, Grelot et moi firent face au lac, le lendemain. Je n'avais pas le courage de rentrer dans le chalet. J'avais la tête vide, je ne pensais à rien. Je voulais ne rien penser, parce que je n'osais pas imaginer ce qui pouvait lui être arrivé après tout ce temps. L'impuissance et l'ignorance me rongeaient tellement, et l'inquiétude avait atteint un stade difficilement envisageable et agréable. Je craignais que mon coeur s'arrête à tout instant, sans que je ne m'en rende compte. Quand j'ai compris que je n'étais déjà plus tout à fait vivante. Après tout ça, je crois que j'avais implosé intérieurement, silencieusement, sans m'en rendre compte. Personne ne l'avait vu, pas même moi. Je nous fis arrêter là, au bord de l'eau, retirai les affaires du dos de Grelot, et m'assis dans la terre en fixant la surface du lac. Je ne sus pas combien de temps j'y restai. Je prenais une pause, sur toute ma vie. J'arrêtais tout.
Ce qui me sortit de ma léthargie fut un mouvement, en face de moi. Je relevai les yeux vers lui, et tiquai.

- William ?

Surprise, je le fixai, retardant de plus en plus une quelconque réaction. Je me sentais vide, la surprise passée. Pas même en colère ou désabusée, pas même triste juste... déphasée. Ailleurs. Pas dans mon corps. Mes lèvres s'entrouvrirent plusieurs fois, en quête de quelque chose à dire. Je ne savais plus.

- Pourquoi... Pourquoi tu m’as abandonné pendant quatre jours ..?

Je sentais que j'avais de nouveau les larmes aux yeux.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prince des Vagabonds ♛
Messages : 1163
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Voler une banque   Mer 9 Jan - 12:00

        William cligna des paupières. Il s’apprêtait à ouvrir la bouche pour se défendre, mais resta en arrêt devant le terme "quatre jours". Quatre jours, vraiment ? ça lui avait paru une seconde. Bon, peut-être plus, il n'avait pas vraiment compter. Tout cela s'était passé si vite... Pourquoi l'avait-elle cherché ? Pourquoi avait-elle quitté le Chalet ? Elle ne savait pas bien s'orienter en forêt, elle aurait pu se perdre en un rien de temps. Et le poney demeurait toujours une question à éclaircir. Il prit le temps d'étudier le visage d'Anaïs. Elle avait l'air perdue, comme une enfant. ses cheveux blonds étaient ébouriffés, mais elle n'avait pas l'air plus sale que ça. Elle n'avait pas passé énormément de temps dans la forêt, sauf erreur de sa part. Ou alors elle s'était baigné dans le lac... En l'imaginant toute nue dans ces eaux troubles, William masqua un sourire. Il avait envie de la sentir près de lui. Il avait envie de l'embrasser. William se reprit : il se laissait un peu trop déconcentré à son goût. Apparemment, des explications étaient de mises. Comme le disait ses yeux bleus qui reflétaient une douleur particulière. Elle avait déjà connu l'abandon, il y a longtemps. La culpabilité pointa son nez dans l'esprit de William, à travers le voile agréable de la drogue.
         "Je... Je suis allé en forêt, comme je te l'ai dit."
          C'était bien ce qu'il avait fait, non ? Il se souvenait vaguement d'arbres. Oui, il en était sûr maintenant, il y était bien allé. Et puis après, il y avait eu une couille dans le pâté parce qu'il s'était retrouvé à l'Institut. Enfin, c'était là qu'il s'était réveillé, en tout cas. Il regarda ses mains, encore tremblantes. Contrecoup du choc qu'il avait imposé à son corps, peut-être.
         "J'ai de petits problèmes de mémoire, expliqua-t-il. (un euphémisme), J'ai dû mal négocié quelque chose parce que je me suis retrouvé à l'Institut. Mais ça va, je vais bien."
          Il laissa passer un silence. Un ange passa entre eux.
          "Je suis désolé de t'avoir causé du soucis," ajouta-t-il avec sincérité en la dévisageant.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Voler une banque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voler une banque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Explication banque
» Le FMI s’interroge sur la viabilité de la Banque du Sud
» Banque : Cala' Dyplouf
» Il n'y a pas que les oiseaux qui savent voler [Terminé]
» Compte en banque de Salamander Kyoke Loki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles-