Partagez | 
 

 Perdus dans la jungle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Jeu 23 Fév - 21:26

La première réaction de William fut de pester contre moi avant de lever les yeux. Il se rendit alors compte que c'était, justement, moi, et pas quelqu'un d'autre. J'eus un léger froncement de sourcil, et il s'adressa à Kaï juste après. Et hum... Pourquoi pas moi ? Enfin.. Euh, de un : ma voix avait tellement changé qu'il ne m'avait reconnue ou ..? Je n'avais pas l'impression d'avoir une voix si si changée que ça mais en réalité peut-être que... Comme quoi je n'étais pas ressortie totalement indemne de la prise du creux. En même temps c'était mieux de finir comme j'étais là que la tête séparée du reste du corps, ou alors à moitié digérée dans son estomac (ça avait un estomac ces bêtes là ?). Je me raclai une nouvelle fois la gorge comme si cela pouvait faire effet alors que tout à l'heure ça n'avait rien fait. Et de nouveau, cela ne fit rien. Seul le temps ou les pouvoirs de Victoria pourraient m'aider. Enfin, je l'espérais, manquerait plus que j'ai une voix comme ça toute ma vie. Et de deux : il ne me croyait pas capable de parler ..? Il avait justement demandé à Kaï si la jeune particulière m'avait guérie. Mais... J'étais en état de répondre non ? Il ne me laissa pas le temps de répondre quoi que ce soit, et j'adressai un regard un peu perplexe à Kaï avant de regarder une nouvelle fois William. Je choisis de répondre.

- Mais oui que je vais bien, assurai-je de ma voix rauque.

A ce moment, Birn montra le désagrément que je provoquais en attirant l'attention de son patient. Je la dérangeais elle aussi ? Bah fallait le dire avant, je serais restée dans le lit, ou alors mieux je me serais débrouillée pour que l'estre me déguste ! Franchement ! Elle pouvait être de mauvaise humeur mais moi je pouvais tout à fait me vexer à force ! La différence était que moi je faisais l'effort de la ravaler, cette mauvaise humeur ! Et effectivement, je déposai juste un regard froid -trop froid- sur Birn, et obtempérai finalement sans rien dire de plus. A croire que le mauvais caractère de William commençait à me toucher aussi. S'était-elle seulement rendue compte qu'elle aurait pu être bouffée par un creux celle-là ? Que ces bêtes si elles ont faim elles en ont plus rien à foutre que ce soit un particulier, un humain ou un lapin qu'elle se met sous la dent ? Et que donc si je n'avais rien fait elle serait sûrement morte à l'heure qu'il était ? De même pour William, j'étais certaine qu'il avait essayé de se battre à l'arrivée du sépulcreux, et donc de la défendre, sinon il n'aurait pas été dans cet état là. Donc celui qui n'arrivait pas à rester tranquille et celle qui venait justement d'attirer son attention lui avaient sauvé la vie aujourd'hui ! Et un merci ? Bien évidemment que non enfin ! J'avais failli crever en espérant vainement les protéger (et je les avais protégés un temps) mais bon ! En réalité je n'espérais pas un quelconque remerciement, de personne, je voulais juste que William aille bien (et Kaï aussi, parce qu'avec le temps, j'avais appris à bien l'aimer ce bonhomme). Ce qui n'était pas le cas pour l'instant. Je m'assis sagement à côté de lui, remerciai Kaï pour son aide bienvenue, et pris la main de William. Bon, on allait faire plaisir à Birn, et peut-être qu'elle partirait après.

- Moins tu bougeras, plus vite elle nous laissera tranquille, ok ? ajoutai-je à l'intention de William.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Jeu 23 Fév - 22:34

          Birn ne voulait que le bien de William, et pour que William aille bien, il devait éviter de perdre tout son sang et pour éviter qu'il perde tout son sang, elle était en train de le recoudre... Et quand il ne cessait de bouger impatient d'aller voir Anaïs, Birn le rappelait à l'ordre, c'était logique. Vu le regard que venait de lui lancer Anaïs, elle l'avait catalogué dans une case pas très flatteuse. Et Anaïs avait la mémoire longue et la rancœur facile. Dommage pour Birn, parce qu'elle était un bon docteur et que, même si elle avait l'esprit trop rationnel pour accepter aussi facilement que Kaï ce qui s'était passé, elle avait quand même veillé à ce que William survive aussi longtemps. Ce qui relevait de l'exploit parce que le jeune homme, casse-cou et entêté, suivait rarement ses directives. Anaïs se hissa à côté de lui sur la table métallique et il se replaça correctement pour laisser Birn finir de faire son boulot. La plaie, trait droit tracé au scalpel sur sa peau, s'étendait du bas de son pectoral gauche et s'arrêtait à la hauteur du nombril, c'était pour ça que la position assise n'était pas des plus confortables. Mais s'il s'était allongé, il aurait aussitôt sombré dans le sommeil. Il avait vraiment été sur le point de quitter la table sans la moindre considération pour Birn ni pour le trou qu'il avait dans le ventre quand il avait reconnu Anaïs. Kaï fit un signe de la main à Anaïs et William remarqua le bleu violacé qu'il avait sur la tête. Ouch, il n'y était pas allé de mainmorte. Dans le feu de l'action, il n'avait pas eu le temps de doser, et cet imbécile l'avait bien cherché, d'ailleurs.
          Le jeune homme reporta son attention sur Anaïs, pour éviter de penser à l'aiguille qui perçait sa peau. Il maintenait toujours la pression contre les points de suture tout neuf avec une compresse que lui avait passé Birn.

          "Ouais... Je crois surtout qu'elle a peur que je tombe dans les vapes," expliqua-t-il.

          Il marqua une pause. Est-ce qu'il devait ajouter "si c'est le cas, réveilles-moi à coup de baffes ?". ça serait mal vu, même par Anaïs. En plus, il y avait fort à parier qu'elle n'obéirait pas. Non, il avait des choses plus sérieuses à lui dire, et il devait le faire avant de finir shooter à la morphine sur un lit d'hôpital. Il enleva sa main de celle d'Anaïs, non pas pour la blesser mais pour éviter de trahir ses émotions. Il avait un truc à lui dire, peut-être même à lui reprocher, il ne savait pas vraiment. Il avait eu un peu de mal à suivre, mais... Il avait paniqué. Il avait cru qu'elle allait mourir. Vraiment mourir.

            "C'était dangereux. Ce que tu as fait," dit-il en baissant les yeux sur sa main qui n'était pas en train de tenir la compresse.

           Il serra le poing pour ne pas qu'elle remarque qu'il tremblait. Il avait eu peur pour elle. Pourquoi tu t'es isolée comme ça ? Tu voulais vraiment mourir ?

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Jeu 23 Fév - 23:24

S'il tombait dans les vapes tout de suite, il risquait de se casser la gueule en dehors du lit. Surtout si Birn ni moi ni Kaî n'avait le temps de le rattraper. Je pouvais toujours essayer un truc avec mon don pour atténuer voire stopper sa chute mais je doutais que cela soit bénéfique avec son genre de blessure. Donc... Il n'avait pas tord, mieux valait qu'il reste conscient au moins un temps et... Le temps qu'il guérisse... nous allions restés ici ? Ou Victor allait pousser Victoria à le soigner pour que nous repartions ? Après le foutoir que nous avions mis ce matin, je doutais que nous restions encore longtemps. Il y aurait des doutes, des questions, et ça pouvait vite mal tourner pour nous. Manquerait plus qu'une rumeur se mette à tourner et... Mais ça voulait dire que j'allais devoir dire au revoir à Kaï ..? Je me mordis la lèvre en regardant le jeune homme en question. Je savais d'avance que nous ne resterions pas ici, mais Kaï avait été tout ce que j'avais ici, alors l'idée de devoir lui dire adieu... J'avais l'impression d'avoir fait une croix sur trop de gens déjà. Trop de gens que j'avais quitté et que j'étais certaine de ne plus jamais revoir. Je baissai les yeux, et fis comme si rien ne me perturbait réellement, comme si c'était simplement de la fatigue. Puis je tressaillis.
Il y aurait forcément eu un moment où le sujet de mes actes serait abordé. J'avais simplement espéré que ce ne soit pas trop tôt. Et là... C'était à peine quelques minutes après m'être réveillée. Trop tôt, beaucoup trop tôt. Je gardai mon calme (j'étais d'ailleurs tout à fait calme et sereine) même si, si j'avais pu, je serais partie à ce moment précis de la conversation pour éviter d'avoir à y répondre. Je jouais avec le bout de mon t-shirt un peu trop large, les yeux baissés sur mes doigts. Oui, ce que j'avais fait été dangereux, oui j'en avais conscience, mais non je n'avais pas eu le choix. Aux dernière nouvelles ce n'était pas avec deux humains sur le dos et un particulier déjà à moitié K.O (dont Victor que je pensais mort) que l'on tuait un sépulcreux. Les deux humains étaient surtout des poids lourds qui feraient des conneries, et l'autre déjà blessé se ferait avaler tout rond. Sur une équipe de composé de cinq particuliers à l'origine, il n'en restait plus que moi. Alors je devais bien faire quelque chose pour les protéger. Pour tous les protéger.

- Je sais. Mais tu ne pouvais pas te battre contre un creux, tu es toujours faible, donc c'était vous ou moi. Et le choix est vite fait.

Toujours. C'était une réaction habituelle chez moi. Entre ma propre personne et les autres hé bien... La vie des autres primait, toujours. Peut-être valaient-ils plus. Ou alors simplement que j'avais déjà trop perdu pour avoir un autre mort sur la conscience et que je préférais mourir plutôt que de devoir assister de nouveau à la mort d'une personne chère. Je finis par jouer avec mes doigts qui se tintèrent légèrement de blanc parce que je le voulais, et m'occupais d'enlever les petits flocons qui se trouvaient.

- Je voulais juste vous protéger, et l'immobiliser. J'aurais réussi s'il ne m'avait pas attrapée, conclus-je finalement.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Sam 25 Fév - 10:39

             Le jeune homme sentit ses émotions, exacerbées par la fatigue, refaire surface. Il n'allait pas accepter comme ça qu'elle se mette en danger "pour les autres". Il se foutait bien des autres, il voulait la survie d'Anaïs. Il éleva dangereusement la voix.

              "C'était pas une raison pour t'isoler comme ça ! Tu serais morte si tes barrières de glace n'avaient pas cédé ! Je pouvais pas t'aider ! J'étais là à te regarder te faire étrangler !"

              Tu réalises ce que ça fait ?!
              William savait bien qu'il était faible, c'était assez pénible à supporter comme ça, merci bien. S'il avait pu utiliser son don correctement tout aurait été bien plus simple, la glace qu'elle avait érigée entre elle et les autres ne l'aurait pas mis en danger puisqu'il aurait pu passer outre. Mais là il avait juste cru devenir dingue en la regardant se faire massacrer à l'autre bout de la pièce sans rien pouvoir faire. Il y avait des fois où il aurait tout donner pour ne plus ressentir ce sentiment d'impuissance et de terreur devant la mort imminente de celle qu'il aimait. Mais peu importe où ils allaient, c'était toujours le même schéma. L'un des deux se faisait blesser, certaines fois ils se tenaient à l'article de la mort. Ce genre de situation était une spécialité de William, peu importe ce qu'il faisait le danger lui collait à la peau. S'il n'avait pas été là, Anaïs n'aurait pas eu à revenir dans cette fichue infirmerie. Elle n'aurait pas couru le risque de se faire étrangler par un creux qui avait été attiré par le sang de William. Elle n'aurait pas non plus rencontrer Victor, elle ne se serait pas engager dans cette stupide mission pour des foutus documents dont ils ne connaissaient même pas la nature. Elle serait toujours bien tranquillement dans la boucle de Miss Tit. Peut-être avec une vie moins trépidante, un peu terne avec un goût de trop peu, mais au moins elle serait en vie et en sureté. Il ne pouvait pas en dire autant lorsqu'elle était dans le monde des humains, exposée.
            William ferma les yeux. Il avait chaud, ses oreilles bourdonnaient et brutalement, tout ceci lui apparut comme une vaste mascarade. Un théâtre macabre où des pantins ridicules s'agitaient en tentant d'échapper à leurs ennemis mortels. Tout était foutu, tout était décidé en avance, et il avait la sensation qu'après avoir été brisé par les estres une fois, les sépulcreux allait lui enlever ce à quoi il tenait plus que tout au monde. Que désirait-il vraiment ? C'était simple, vivre avec Anaïs. Simplement vivre. Pourquoi n'était-ce pas possible ? Pourquoi peu importe où il allait, les tragédies le suivaient comme des ombres qui n'attendaient qu'à dévorer ceux qui s'approchaient un peu trop près ? Il se remettait à peine de ce qui venait de se passer il y a presque vingt ans ! William n'en pouvait plus de son corps casser, de son karma lamentable. Pourquoi entraînait-il Anaïs là-dedans ? Pourquoi croyait-il s'en sortir alors qu'il ne faisait que s'enfoncer un peu plus à chaque pas ? Il finirait par être englouti pas la culpabilité, par mourir seul et désespéré. Il n'y avait pas d'autres issues pour les tueurs comme lui... Pourquoi Anaïs s'attachait à ce point à lui ?

            "William ? Oh, William ?"

            La voix lui parvint de bien loin. Il cligna des paupières, revenant à la réalité. Anaïs était toujours à côté de lui, une main sur son épaule pour l'empêcher de tomber. Birn avait fini son pansement et s'était apparemment absentée pour aller chercher quelque chose. Lui avait la main tellement serrée sur le bord de la table que ses jointures étaient blanches. Il la desserra et jeta un coup d’œil vers Anaïs. Si elle avait répondu quelque chose, il ne l'avait pas entendu. Il était en train de perdre les pédales, le trop-plein d'émotion et l'épuisement avaient raison de lui. Il l'avait proprement engueulé, et s'il pensait tout ce qu'il avait dit - c'était rare qu'il ne pense pas ce qu'il dise - ça ne servait à rien de revenir sur les faits accomplis. Il étouffa momentanément ses angoisses. Elles revenaient au galop quand il était crevé, et ce contexte était particulièrement favorable à leur apparition. Il passa sa main valide sur son visage pour s'éclaircir les idées. Il se sentait particulièrement vulnérable, heureusement que c'était Anaïs qui se tenait à ses côtés. Il n'aurait pas supporter que ce soit quelqu'un d'autre.

            "Désolé. J'ai eu peur pour toi, c'est tout."

             Il faisait des progrès en ce qui concernait exprimer ses sentiments, même s'il ne s'en rendait pas vraiment compte. Il ne savait pas trop ce qu'il attendait comme réponse, parole ou geste... Il lui livrait juste la vérité.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Sam 25 Fév - 15:21

William haussa le ton. Je baissai les yeux en l'entendant. Il avait raison, et j'en avais simplement conscience, beaucoup trop conscience. Peut-être parce que je l'avais vécu, cette situation, il n'y a pas plus longtemps que cinq jours. Que je l'avais vu, allongé dans son lit, et qu'on ne cessait de me répéter qu'il allait mourir. Je n'avais pas le don de Victoria, je ne pouvais pas l'aider ou le soigner. Moi j'étais là, à le regarder crever petit à petit à cause d'un estre. Est-ce que c'était mieux ? J'avais supporté cette peur, cette intolérable peur durant trois jours, voire plus en comptant dans la jungle. J'avais tout supporté, j'avais tout porté avec comme seule aide un homme qui m'avait été parfaitement inconnu au début et à qui je pouvais pas tout dire. Etait-ce mieux ? De faire durer ce supplice jour et nuit ? D'avoir envie d'en vomir en sentant les autres en parler, de ne pas dormir, d'être détruite par ses propres pensées ..? Je le comprenais parfaitement, mais je ne pouvais pas lui dire ça. Il était en colère, c'était son droit, et puis c'était William mais... Je me mordis les lèvres sans lui répondre. Je n'avais rien à répondre à ça et... Quand je levai les yeux vers William il paraissait... ailleurs. Je m'inquiétai tout de suite, et posai une main hésitante sur son épaule nue en essayant d'attirer son attention. Je l'interpellai plusieurs fois, et il sembla revenir parmi nous. Il avait vacillé dangereusement comme il l'avait dit tout à l'heure. Je crus un instant qu'il allait tomber dans les pommes avant qu'il ne cligne des yeux et se reprenne. Il s'excusa. Je baissai une seconde fois les yeux, sans répondre. Qu'est-ce que je pouvais dire, hein ? Moi aussi j'avais eu peur, pour lui, pour moi, mais une fois qu'il me tenait dans ses langues je ne pouvais plus faire grand chose. Si j'avais gelé sa langue j'aurais moi aussi finie congelée. Et là, j'en serais sûrement morte aussi. Sur le coup je n'y avais pas pensé, et William serait horrifié de savoir que j'y pensais maintenant. J'aurais pu mourir délibérément, par moi-même, et là ils n'auraient rien pu faire. Je fronçai les sourcils en secouant légèrement la tête. Pas bonne idée. Pas bonne idée du tout ça, il valait mieux oublier. Je n'avais pas forcément envie de mourir tout de suite et le jeune homme serait du même avis. Donc... Je ne dis rien, je ne fis rien pour répondre à ses excuses qui n'avaient pas grand intérêt puisque j'estimais qu'il avait raison.

- J'ai eu peur moi aussi quand Birn m'a dit que tu ne passerais pas la nuit, et je ne pouvais que te regarder mourir dans ton lit, sauf que ça a duré quatre jours, soufflai-je d'une voix basse, à peine audible à cause de ce que m'avait fait le creux.

Je me raclai une nouvelle fois la gorge et me levai (plus au moins). Birn n'était pas encore revenue, c'était moi qui allais lui ordonner de se reposer. Je prenais ce rôle très à coeur, surtout dans son état. Bien que le moins ne soit pas non plus génial génial.

- Tu devrais aller te reposer, avant de tomber dans les vapes, même dormir le temps que je revienne. Je vais aller parler à Victor, terminai-je à voix haute, pour qu'il m'entende cette fois.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 13 Mar - 0:13

          Dormir ? Qui pourrait dormir dans un lieu pareil ? La parois de la tente était fines et les bruits du camps leur parvenaient distinctement. Six ou sept infirmiers (ou médecins, à part Birn William n'en connaissait pas et ne faisait pas de différence) allaient et venaient juste à côté en discutant entre eux. Il n'y avait que Birn et son apprenti qui avait été autorisé à entrer dans cette partie de tente. N'empêche que ça en faisait, du raffut, un feu sciemment déclenché. Victor avait intérêt à avoir prévu son coup parce que la dernière chose dont ils avaient besoin serait qu'ils découvrent que l'incendie était criminel. Et là, tout de suite, William ne se sentait même pas capable de poser un pied par terre, alors courir pour échapper à toute une tripotée de militaires, c'était même pas la peine d'y penser.
         Pour le reste... Elle avait raison. Il ne pouvait pas imaginer ce qu'elle avait vécu non plus, mais c'était plus l'attente de son dernier souffle qu'une décision délibérée de se mettre en danger. C'était une peur tenace, qui vous rongeait sur le long terme, alors ce que lui avait ressenti une terreur insoutenable pendant des minutes qui lui avaient semblé durer des heures. Anaïs allait devoir essayer d'oublier. C'était plus simple ainsi, et puis les moments horribles s'effaçaient plus vite qu'on y pense une fois que le quotidien le remplaçait. Il y avait juste une période, quelques jours, semaines ou mois, où toute la suite allait se jouer. Une période qui déterminait si oui ou non on était assez fort pour tourner la page, pour vivre dans le présent sans se retourner. Un dilemme où, lorsqu'on a plongé dans une rivière de souffrance, on voit le chemin droit devant nous, et alors il nous faut choisir : avancer, ou se laisser emporter par le torrent noir qu'est devenu notre vie pendant quelques instants. Ne pas réagir est l'erreur fatal, la peur de l'échec et le sentiment de ne plus jamais être heureux peuvent alors vous paralyser... Il avait déjà vécu ça. Il savait ce que ça faisait, de plonger. Il ne voulait pas ça pour Anaïs. Et, l'autre jour, quand il l'avait vu tirer pour la première fois... Il avait l'impression de se revoir. Le parallèle était douloureux, quand on savait comment l'histoire s'était terminée. Il ne voulait pas ça pour elle. Elle méritait beaucoup mieux. Mais ce n'était pas le bon moment pour parler. S'il s'énervait - et il y avait de fortes chances pour qu'il s'énerve -, alors qu'il était déjà à bout, physiquement comme psychiquement, ça allait mal finir.
        William hocha la tête. Il allait ouvrir la bouche quand Victoria surgit devant lui et posa les mains là où il avait mal. Surpris, le jeune homme laissa échapper un grognement de douleur étouffé, qui fit se retourner quelques têtes.

        "Chut ! fit Victoria en regardant autour d'elle. Je ne pouvais pas agir tant que Birn était dans les parages, mais il me reste un peu de don et..."

       Une ride de concentration se forma sur son visage et William eut l'impression qu'on l'anesthésiait un peu plus à chaque seconde. La douleur disparut tout à fait. Il accusa le coup et eut la présence d'esprit de refermer ses doigts sur le bord de la table pour ne pas s'écraser lamentablement par terre. Il n'était pas le seul à être à deux doigts de tomber dans les vapes : le teint de la guérisseuse, à une vingtaine de centimètres de lui, avait viré au blanc cireux qui n'augurait rien de bon. Heureusement, avec l'acquis de l'expérience, Kaï présenta une chaise derrière elle quand elle commença à vaciller. Victoria marmonna un "merci" et enfouit la tête dans ses mains, ses boucles blondes dégringolant sur ses épaules. Mais William avait déjà reporté son attention sur Anaïs, toujours à côté de lui. Vu comment la situation évoluait, ils allaient vraiment être obligé de le récupérer à la petite cuillère. Alors autant qu'il dise ce qu'il avait à dire tout de suite.

         "Vas-y, dit-il avec un petit signe de tête vers Victor. J'vais me débrouiller."

        Et, alors qu'elle s'était levée en l'abandonnant momentanément, il la rappela.

        "Anaïs ?.. Pense un peu à toi."

        Repose-toi, t'as failli te faire étrangler aujourd'hui. Alors que moi j'étais déjà KO à cause d'un foutu lit. Dure réalité des choses.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 13 Mar - 19:52

Sans savoir d'où elle venait, une Victoria sortit de nulle part et déposa ses mains sur blessure de William. Je me crispai en voyant son visage se contracter de douleur. Bordel. J'avais envie de rentrer. Je ne demandais plus que ça : rentrer à la maison une bonne fois pour toute et arrêter tout ça. Il souffrait encore et encore... Combien de fois allait-elle devoir oeuvrer sur lui avant qu'il ne soit de nouveau en pleine possession de ses moyens, hein ? Combien ..? Je détournai les yeux pour regarder Kaï. Celui-ci revint rapidement muni d'une chaise qu'il plaça à côté de Victoria lorsqu'elle lâcha le jeune homme. Elle était elle aussi épuisée, car elle s'écroula sur cette dite chaise en se prenant le visage entre les mains. William, lui, parut s'accrocher à la table afin d'éviter de tomber. La moitié des particuliers de cette salle n'allait plus tenir très longtemps, voire elle ne tenait plus du tout. Les derniers en presque état étaient moi et Victor, et encore... pour tout dire, je me sentais mieux. Ma voix était toujours aussi navrante (et c'était normal) mais j'arrivais à tenir debout, et j'étais certaine de pouvoir marcher maintenant remise du choc. Je posai mes yeux sur Kaï, et d'un accord commun, je m'assurais qu'il allait rester avec eux le temps que je revienne. Je ne voulais pas laisser William seul et Victoria allait elle aussi avoir besoin que quelqu'un soit là. Je me serais bien occupée d'eux, mais j'avais besoin de parler à Victor, à propos de ce qui s'était passé mais aussi de la suite des événements. Repartir immédiatement n'allait pas être possible, j'espérais qu'il en avait conscience ; nous aurions de la compote de particuliers au retour dans leur état. J'allais me retourner, quand William m'appela de nouveau et... ce qu'il dit n'était pas réellement dans mes intentions. La pensée qui me traversa l'esprit en cet instant ne lui aurait certainement pas plu. Elle se résumait à « toi avant tout » et « je ne ferai pas la même erreur qu'avec Louis », plus jamais. Alors je commencerais à penser à moi quand il n'y aura plus aucun danger. Comme... vraiment aucun danger. Peut-être quand nous serions morts alors. C'était possible. Ce qui n'était pas le cas pour le moment (et heureusement non ?). Je ne voulais pas le voir couvert de sang, je ne voulais pas lui dire adieu comme il l'avait voulu, comme je l'avais tant redouté dans la jungle, et comme j'avais failli le faire si Victor n'était pas venu avec Victoria... Je pinçai les lèvres, peu encline à répondre, et tournai le dos à William bien que cela me soit douloureux. Que répondre hein ? Rien. Il n'y avait rien à répondre. Rien... Je mis mes mains dans mes poches de veste pour cacher mes poings serrés et m'avançai vers Victor. J'étais certaine qu'il m'avait entendue, mais il ne se retourna pas pour autant. Je dus signaler ma présence d'un toussotement qui sonnait comme si j'étais enrhumée avec ma voix discorde. Quelle magnifique entrée en scène encore.

- Victor ? Je peux vous parler, mais en privé si possible ? fis-je en regardant avec insistance l'infirmier de l'Institut qui lui avait parlé jusque là pour lui signifier que j'allais devoir emprunter son collègue quelques temps.


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 40
Date d'inscription : 02/09/2015
Localisation : Institut des Particuliers, lieu inconnu

Feuille de personnage
Avatar : Léonardo DiCaprio
Âge : 21 ans physiquement, 203 ans réellement.
Particularité : Régénération
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 13 Mar - 22:26

          J'avais parfaitement entendu la voix de Miss Young, et, à vrai dire, je me doutais que ce moment finirait par arriver. Les autres lui avaient raconté ce qui s'était passé après son évanouissement et cela ne correspondait pas avec ce que je lui avais dit. J'allais donc avoir apparemment droit à un interrogatoire en bonne et due forme, mais avant il fallait que je finisse de mettre au clair ce qui s'était passé avec le colonel. Il avait réussi à s'éclipser et n'avait pas beaucoup de temps. Notre évacuation devait s'effectuer vite et dans la discrétion absolue. Un sépulcreux nous avait trouvé au milieu de nulle part, il y avait fort à parier qu'il n'était pas là par hasard. Il était impératif de quitter ces lieux au plus vite. Le colonel était parti peut après et Frédérick m'avait rejoint. Il était capable de voir les monstres invisibles à mes yeux, c'était pour cela que je lui avais demandé de venir avec moi et Miss Dyron afin de porter secours au sujet numéro trente-trois et à Miss Young. Je savais que si l'on restait trop longtemps à un endroit, il y avait de grandes chances de croiser nos ennemis jurés. Et j'aurais apprécié d'avoir tort, mais ce n'était pas le cas. J'échangeai quelques mots avec Frédérick lorsque Miss Young vint nous rejoindre.

          "Bien sûr. Venez."

          Nous sortîmes de la tente après être passés par la porte arrière, si on peut l'appeler ainsi. Je stoppai notre marche avant qu'elle ne se dirige vers l'un des bâtiments. Il n'était pas dans mes plans de rester trop longtemps de mon équipe, si on peut l'appeler ainsi, en tout cas des particuliers dont j'avais la charge et que j'avais envoyé ici. Et s'il y avait peu de chance qu'on nous remarque, je n'allais pas courir le risque. Nous parlerons donc ici.

          "Je présume que vous voulez savoir pourquoi je ne vous ai pas dit la vérité à propos de mon don, je me trompe ?" demandai-je sans détour.

           Avait-elle digéré notre discussion musclée qui avait eu lieu lorsque le patient numéro trente-trois était dans un état critique ? Je n'avais pas à me justifier, je ne devais de compte à personne. Mais j'étais curieux d'entendre ce qu'elle avait à dire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mar 14 Mar - 18:52

Victor m'invita à le suivre. Il passa par la porte de derrière et je le suivis calmement en vérifiant si William était toujours sur le lit. Il l'était. J'espérais qu'il ne bougerait pas avant mon retour et que donc, pas conséquent, la conversation ne durerait pas trop trop longtemps. Mais bon, avec Victor cela serait-il sûrement de l'expéditif ; le connaissant. Je refermai la porte derrière moi et attendis sagement qu'il me dise où il désirait aller. Voulait-il s'éloigner plus ? Ou alors rester là ? Se doutait-il de ce que j'allais lui demander ? Mh... sûrement, même si je n'en étais pas certaine. Apparemment il désirait rester ici, bien qu'il fasse quelque pas de plus pour mettre de l'espace entre nous et la porte et donc des possibles oreilles indiscrètes, puis s'arrêta et se tourna vers moi. Je fis de même en me rendant compte de l'imbécilité de la situation.
Victor se doutait donc bien de la question que j'allais lui poser. Je n'en fus que peu surprise. En réalité je m'y attendais. Je ne perdis pas mon aplombs et le fixai dans les yeux en hochant lentement la tête. Quelle excuse allait-il me sortir, hein ? À cette époque il avait été obligé de me mentir parce que je risquais de parler ? Et en quoi le don d'un tiers pouvait mettre en danger l'Institut ? Et à ce moment, quand je les avais rencontrés pour la première fois, il valait mieux que je me tienne à carreaux pour qu'ils soignent William. Alors c'était quoi tout ça ? Qu'est-ce que je ne savais pas encore sur l'Institut ..?

- Essentiellement étant donné qu'en prime j'ai cru pendant un long moment que le creux vous avait tout simplement éclaté la tête contre le mur, et en toute franchise... Je ne vois pas du tout l'Institut sans vous.

Je fis une pause, pesai mes mots, et fronçai les sourcils.

- Donc oui, j'aimerais être informée de ceci, mais également de l'heure à laquelle vous prévoyez notre départ, Victoria et William ne sont plus en état de bouger pour le moment.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 40
Date d'inscription : 02/09/2015
Localisation : Institut des Particuliers, lieu inconnu

Feuille de personnage
Avatar : Léonardo DiCaprio
Âge : 21 ans physiquement, 203 ans réellement.
Particularité : Régénération
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mar 14 Mar - 23:12

         Je ne relevai pas ses paroles, mais elle n'avait pas idée d'à quel point elle avait raison. L'Institut n'existerait pas sans moi, j'y avais consacré assez de temps et d'argent pour mettre ce projet sur pied et réunir les professionnels dont j'avais besoin dans le plus grand secret, ce qui n'avait pas été une mince affaire. Je m'étais arrangé pour que cet hôpital très particulier tourne sans moi durant quelque temps, car, mine de rien, j'étais très souvent en déplacement dans des époques différentes et avec des personnes différentes. Avec le temps, la planification devient une habitude et j'étais très fort à ce petit jeu-là. Cela me permettait d'avoir une longueur d'avance sur les événements qui n'était pas négligeable, et, pour l'instant, cela avait plutôt bien réussi puisque moi comme mes subordonnés et amis étions toujours debout. Ce n'était pas aujourd'hui que j'allais révéler que j'étais Vladimir - qui pourrait le deviner ? Personne n'avait jamais vu Vladimir -, ni demain, avec un peu de chance.

         "L'Institut a une force de frappe plus importante que vous ne le croyez. Certains dons gagnent à être cachés en cas d'attaque extérieure, afin de disposer de l'effet de surprise. Ils ne sont révélés qu'en cas d'absolue nécessité. Le mien en fait parti."

         L'avantage d'avoir créer le règlement, c'était qu'on le connaissait sur le bout des doigts. Bien que dans mon cas, le secret s'appliquât aussi à mon identité. Quant au départ... C'était une question plus pragmatique et tout aussi importante.

         "Le ravitaillement arrive à l'aube, demain matin. Nous partirons avec les camions lorsqu'ils auront fini de décharger."

         Peu m'importait que le patient numéro trente-trois et Miss Dyron soient en état de faire le voyage. Ils survivraient à la traversée sur piste durant de longues heures, alors que si un sépulcreux ou un estre venait de nouveau à nous trouver, il y avait de fortes chances que l'un d'eux y laissent sa peau. Je n'étais pas disposer à laisser cela arriver.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mer 15 Mar - 18:13


Je fixai Victor qui m'expliqua assez clairement la raison de son mensonge. Mh... Cela tenait plus au moins debout, mais je ne comprenais pas pourquoi m'avoir menti. Certes il ne me connaissait pas à cette époque et je comprenais parfaitement que, dans le cadre du Centre certaines règles devaient être appliquées, comme celle-ci apparemment. Mais je n'étais aucunement une ennemie, même à cette époque. Qu'est-ce que ça pouvait donc bien leur rapporter de mentir sur le don dans des missions de "récupération de particuliers dégénérés" ? Cela m'aurait épargné une inquiétude inutile. Je fronçai les sourcils et hochai plus au moins la tête. Le regard dans le vide je me mis à réfléchir à notre départ. Après près de deux semaines dans ce campement j'allais enfin le quitter. C'était une idée à ma fois rassurante et douloureuse. J'allais rentrer à la maison avec William ! Il était temps. Il me tardait de sentir de nouveau la forêt de pins, l'air de la mer et la bonne odeur de la maison que Miss Barn Owl se tuait à entretenir jour après jour. Et surtout ma chambre et mes (quelques) affaires. J'allais porter mes vêtements à ma taille et pourrais peut-être même prendre un bain ! Les draps du lit seraient doux et j'aurais droit à une vraie couverture. Et puis surtout, il y avait William avec moi. Nous pourrions dormir à deux de nouveau (comme ça m'avait manqué !). Mais rentrer à la maison ça voulait aussi dire adieu à Kaï. J'y avais déjà pensé. Je ne le connaissais que depuis quelques temps et pourtant j'avais l'impression de toujours l'avoir connu. Ces jours où il m'avait tenue compagnie, supportée et aidée. Les premiers temps me semblaient si loin désormais, entre temps une foule de chose s'était passée. Je rangeai cette idée dans un coin de mon esprit parce que je n'y trouvais pas de solution pour le moment, puis reportai mon attention sur Victor. Demain dans le chargement alors. Nous repartons en véhicule (évidemment) c'était plus commode que venir à pieds comme nous avions dû le faire. Donc cela serait plus simple pour William et ses blessure. Notre retour était prévu... enfin. J'acquiesçai lentement et sortis mes mains de mes poches pour toucher une gourmette en une mimique inquiète.

- Ouais... D'accord, je vous laisse tranquille, merci, dis-je sans préciser si c'était pour ses réponses ou d'avoir sauvé William.

Je me retournai pour me diriger vers l'infirmerie de fortune et y entrai une nouvelle fois, en me dirigeant vers William, le regard assombri.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mer 15 Mar - 23:57

          William avait tenu à attendre Anaïs. C'était peut-être stupide compte tenu qu'il pouvait à tout moment s'endormir sur place, basculer et s'étaler par terre. Birn était revenue, s'était arrangé pour qu'il descende de la table et monte sur le lit juste en face, puis lui avait tendu des barres énergétiques qu'il avait laissé à côté de lui et aussitôt oublier. L'une était censée être pour Anaïs, et puis de toute façon il n'avait pas faim. Tout ce qu'il souhaitait c'était fermer les yeux et se laisser aller dans les bras de Morphée. Mais où ? Il ne savait même pas s'il y avait des chambres de libre quelque part et dans l'immédiat il était bien incapable d'y aller. Il était fort probable qu'il reste dormir là quelques heures avant de déménager là où on lui indiquera, histoire de ne pas y aller en civière. Il était probable qu'il ait une tête qui réflétait son état d'esprit parce que Kaï, qui parlait avec Victoria (qui aussitôt remise de son étourdissement avait répété à William qu'il allait falloir demander à Birn d'enlever les points de suture qui ne servaient à rien) tout en gardant un œil sur lui. Ils ne prenaient même pas la peine de lui adresser la parole, au point où il en était William s'en fichait bien. (Il s'en fichait déjà d'habitude mais là encore plus). Son cerveau embrumé tournait lentement, mais se posait néanmoins des questions. Quand est-ce qu'ils allaient repartir ? Comment ? Où ? Il priait pour que ce ne soit pas l'Institut, il avait passé trop de temps là-bas dans le rôle du cinglé enfermé pour y demeurer encore. Dans la boucle de Miss Tit ? Peut-être, William ne voyait pas trop où ils pourraient aller autrement, mais... Le jeune homme perdit le fil de ses pensées. Il luttait toujours contre le sommeil. Il avait l'habitude de faire ça, même si ça n'était pas une bonne chose de pousser constamment son corps jusqu'à ses limites. S'il reposait son dos contre une quelconque surface ou pire, s'il s'allongeait, il allait être parti pour pas mal d'heures de blanc. Or, il voulait voir Anaïs et s'assurer qu'elle allait bien, et puis juste lui parler, aussi. Un petit peu de normalité au milieu de ces événements de dingue.
         Elle revint enfin vers lui et cela suffit à le réveiller un peu.

          "Alors ? s'enquit William dans un éclair de lucidité. Tu lui voulais quoi ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Jeu 16 Mar - 19:13

William était assis sur un lit. Son regard semblait perdu dans le vide, ses yeux papillonnaient sans réel but, si ce n'était essayer de ne pas s'endormir. De larges cernes entouraient ses yeux , prouvant de nouveau cette immense fatigue qui lui pesait sur les épaules. Je m'approchai et m'assis à côté de lui, doucement, en scrutant son visage. Il devait dormir et se reposer. Mais quelle heure était-il ? J'avais perdu toute notion du temps avec... ça. En même temps je n'avais déjà plus grande idée de l'heure quand Victor est venu nous chercher ce matin, alors désormais... Pfiou, entre midi et dix heures, peut-être. J'avais envie de l'embrasser pour lui montrer à quel point j'avais eu peur, à quel point il m'avait manquée et... à quel point j'avais eu peur pour lui, ouais. Essentiellement. Mais cela me semblait déplacé avec les récents événements et l'endroit. Trop déplacé. Alors je collai mon épaule à la sienne et y déposai ma tête, silencieusement, trouvant dans cette position un maigre réconfort par rapport à tout ce que j'avais enduré jusque ici. Ce n'était pas grand chose mais... j'allais devoir le forcer à se forcer, sinon il n'y aurait jamais. Maintenant que l'infirmerie était brûlée, où allait-il dormir ? Dans le dortoir des hommes sûrement. Alors je ne pourrais pas y rentrer avant qu'il ne soit réveillé et sorti. Une bien maigre consolation en soit, d'avoir juste la tête contre lui pendant un court instant. Mais que valait mon confort par rapport au sien ? Pour l'instant pas grand chose, voire rien. Il devait se reposer, il n'allait plus tenir très longtemps. Je soupirai.

- Savoir quand nous allions repartir, répondis-je, puis j'ajoutai : Demain à l'aube, histoire de répondre à la question.

Je caressai son bras avec délicatesse.

- Kaï peut sûrement te trouver un lit dans le dortoir des hommes, tu devrais y aller, tu es épuisé.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Sam 18 Mar - 22:53

        "Hum..."

        Ce fut tout ce que William répondit aux paroles d'Anaïs. Il avait arrêté d'écouter quand elle avait abordé le sujet de sa fatigue personnelle qu'il ne connaissait que trop bien. Il avait enregistré dans un coin de sa mémoire qu'ils partaient tous le lendemain dès l'aube mais pas sûr qu'il s'en souvienne d'ici son réveil. Son corps était comme une machine qui économisait le moindre souffle depuis quelques très longues minutes - depuis plus d'une heure ? Il ne savait pas, il avait perdu toute notion du temps - et cette mise en veille des fonctions non vitales comprenaient notamment sa capacité de réflexion et de réaction. Si un tremblement de terre avait surgi, William n'aurait pas bouger d'un millimètre. Il aurait certainement fermé les yeux et ç'aurait été le noir complet. Juste le noir, rien que le noir sans conscience, sans ce corps lourd et le poids de l'épuisement sur ses épaules. Mais aussi sans la présence d'Anaïs à ses côtés, qui venait de reprendre place sur le lit. Sauf que s'il se laissait aller, il allait juste s'endormir sur place, ou bien tomber dans les pommes, ce qui revenait au même : il allait finir par l'écraser et puis c'est tout.
         A l'instant où il se disait que ce serait une bonne idée de suivre le conseil d'Anaïs mais qu'il ne pouvait pas rester sur place qu'il se retrouva debout sans trop comprendre comment. Il fronça les sourcils sans comprendre et la pièce tourna à peine cinq secondes plus tard, le plafond et le sol s'inversaient dangereusement. Ses yeux se révulsèrent et il s'effondra.
         Il fut rattrapé en partie par Kaï et Henson qui vint aider le militaire, mais ça, il ne le vit pas.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Sam 18 Mar - 23:58

Sa seule réaction fut de se relever brusquement, sans attendre plus longtemps. Je fus contrainte et forcée de le lâcher rapidement, et à peine un quart de seconde passa avant que ses épaules ne s'affaissent et qu'il se mette à tanguer dangereusement, trop dangereuse. Je me mis moi aussi sur mes jambes dès que mon cerveau fit les connexions nerveuses, et tendis les bras pour le tenir. Pour être franche, ça n'aurait servi à rien du tout parce que je n'avais pas assez de force, et pas non plus une bonne prise. Ce fut Kaï et Birn qui le rattrapèrent in extremis avant qu'il ne finisse sa route au sol. Tant bien que mal ils parvinrent à l'amener dans le dortoir des hommes, comme je l'avais proposé, sans être certaine plus que ça quant-à la lucidité de William. Ses yeux papillonnaient, ou alors fixaient un point indéfini, en somme : il n'était plus vraiment là. Ce fut un miracle lorsqu'il fut déposé dans son lit, la tête complètement ailleurs. Je restai un temps avec lui, au bout de son lit, et à côté pour ne pas gêner ses jambes, et je me demandai s'il ne dormait pas déjà quand Birn et Kaï avaient passé le pas de la porte en le tenant tant bien que mal. Je l'observai, silencieusement. Il n'y avait personne d'autre dans la pièce, j'étais seule. Et l'après-midi ne faisait que commencer... ç'allait être long d'attendre le lendemain matin, encore. Il n'était pas là, et j'avais usé mon quota de paroles. Je n'avais plus qu'une envie : me taire et, à la rigueur, dormir moi aussi. Dormir et ne pas me réveiller en fait. Je pris mon courage à deux mains, et partis du dortoir pour le laisser seul.
L'après-midi fut - comme je le redoutais - aussi long que rapide. Nous avions mangé avec les membres de l'Institut et Kaï, puis nous étions retournés à la salle de tir, puis j'avais tourné en rond avec le jeune militaire, en étant redoutant la journée de demain. Après quelques activités militaire, une douche, et un nouveau manger, nous nous séparés pour aller nous coucher, histoire d'être prêt pour demain. J'étais la première dans le dortoir des femmes, Victoria ne vint que peu de temps après ; je ne dormais toujours pas. Puis les autres femmes militaires arrivèrent elles-aussi ; je ne dormais toujours pas. Mon esprit persistait à rester éveillé alors que je savais pertinemment que j'avais besoin de sommeil sinon je ne tiendrais pas le coup demain matin. Et pourtant, rien à faire, mes yeux étaient clos, mais Morphée ne venait pas me prendre dans ses bras. Pas foutu d'être à l'heure celle-là, jamais. Et une idée saugrenue vint me donner encore moins envie de dormir. Je tournais et retournais dans les draps, en me demandant si je le faisais ou pas. Si cette idée était sensée ou pas. Et finalement, le fatigue eut gain de cause : j'en avais assez de ne pas trouver le sommeil, et j'étais certaine que les choses s'arrangeraient une fois... Je sortis du lit et, connaissant la disposition des lits de cette pièce, parvint à m'en extraire assez facilement. La porte dut refermée avec délicatesse en sans aucun bruit. Les couloirs étaient vides, je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était. Par contre il faisait très sombre, au point que je peinai à trouver la porte du dortoir des hommes. Des ronflements s'en échappaient, des bruits de respiration aussi, mais surtout... des ronflements. Qu'est-ce que c'est bruyant un homme c'est pas possible. Je posai ma main sur la poignet, doutai, fis un mouvement de recul en me disant que ce que je fais est stupide, avant de finalement ouvrir la porte malgré tout et de me faufiler dans l'obscurité. Cette fois, j'eus plus de mal avant de retrouver son lit. Il y en avait beaucoup plus que chez les femmes, et je devais éviter de m'en prendre pour éviter les... soupçons. Au pire on me prendrait pour un mec rentré plus tard pour je ne sais quelle raison, mais sinon... ils lèveraient la tête et verraient une petite tête blonde. Peu à l'aise dans cette pièce étouffante, je finis par trouver - par miracle encore - son lit. Mes yeux s'étaient habitués au noir mais quand même... Et je restai quelques secondes au dessus de lui pour être certaine je ne pas me mettre à côté d'un parfait inconnu. Mais c'était bien lui et j'en eus la confirmation lorsque son parfum familier m'envahit. Je me fis une toute toute petite place contre lui pour ne pas le réveiller (ouais, fin bon, je n'étais pas certaine qu'il se soit réveillé même si je n'avais pas fait attention) et posai ma tête contre lui avant de fermer les yeux. Là, j'étais un peu plus à ma place, un tout petit peu plus. Je soufflai lentement, et le sommeil m'emporta par lui-même au bout de quelques instants, preuve de mon immense fatigue.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2016

Feuille de personnage
Avatar :
Âge :
Particularité :
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Dim 19 Mar - 11:21

           Il était tôt. Trop tôt pour se lever normalement. Mais Kaï s'extirpa tant bien que mal de son lit, s'habilla comme un automate (à force d'habitude, il ne se trompait plus même dans la pénombre) et descendit d'un étage pour réveiller William. Il s'en allait ce matin, avec le reste de sa petite clique. Le chirurgien surdoué qui faisait peur, la fille-guérisseuse au caractère de cochon, l'espèce de hipster sorti d'on ne sait où, le type à l'article de la mort qui était encore sacrément KO, et Anaïs. Ils avaient dû ramasser William à la petite cuillère la veille et il n'avait pas bougé depuis. Soit les lits du dortoir étaient très confortables, soit il était vraiment, vraiment crevé. Il allait mettre du temps à se remettre de ce bordel. Et Anaïs allait devoir l'attendre, comme elle le faisait depuis qu'elle était ici. Où allaient-ils aller ? Où vivaient-ils d'habitude ? Comment se faisait-il qu'ils soient tous si jeunes ? Beaucoup de questions resteraient en suspens, certainement pour le reste de la vie de Kaï. Il avait bien conscience que, dans moins d'une heure, les adieux seront de mise. Ça allait lui faire bizarre de ne plus être entouré par des fou furieux capables de faire des choses impossibles. Heureusement que le jeune homme savait où était le lit de William, parce que sinon il aurait dû réveiller toute la rangée pour le trouver. Seulement, quand il souleva la couverture pour réveiller le type HS, une tête blonde apparue, blottie contre le dormeur.

        "Anaïs ?.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Dim 19 Mar - 15:32

Finalement, la nuit passa plus vite que prévu, contre William, au chaud et toi tranquille le sommeil fut plus rapide, et calme aussi. Beaucoup plus calme que toutes les nuits que j'avais passé jusque ici. Il n'était certes pas tout à fait conscient, mais c'était mieux que rien, mieux que tout ce qui s'était passé durant ces deux épuisantes semaines. Je fronçai les sourcils lorsque l'on retira les draps dans lesquels je m'étais glissée et me recroquevillai contre lui. Je fus pourtant contrainte et forcée de d'ouvrir les yeux en entendant une voix bien connue m'appeler. Kaï ..? Lentement et à cause de la soudaine lumière ambiante je finis par regarder le jeune homme au dessus de moi en clignant des paupières, sans faire attention à la tête de déterrée que je présentais. Ouais c'était moi et ? Qu'il me laisse dormir maintenant que j'y arrivais enfin, j'étais bien là. Pourquoi il était là d'ailleurs ? Mes pensées firent silence un petit moment avant qu'elles ne fusionnent toutes en même temps pour répondre à cette question. S'il était venu c'était pour nous réveiller parce que nous allions partir ! Mh... partir. L'information mit de nouveau un certain temps avant d'atteindre les neurones. Partir ça voulait dire sortir du lit - se lever - j'étais habillée et n'avais rien à prendre mais je devais tout de même réagir en conséquence et... William aussi devait se lever. La surprise passa rapidement, sans que moi je n'aie vraiment agi et Kaï m'informa que je devais réveiller William. Ouais, effectivement, mais ça allait être un peu compliqué là. Il ne s'était pas réveillé cette nuit quand je m'étais mise contre lui alors là... Fatiguée et un peu à la ramasse, je levai la tête avec difficulté et m'assis en enlevant un peu plus les draps. Mon corps était tellement lourd... ouais, la nuit avait été vraiment courte. Il allait falloir me laisser le temps d'émerger. Je passai une main sur mon visage, et retournai mon attention vers le jeune homme endormi. Ça n'allait pas être une mince affaire ça non plus.

- Bon, William, on va y aller.


J'étais consciente de l'inutilité de mes paroles et j'étais tout aussi consciente qu'il ne m'entendait pas. En somme : je me parlais à moi-même, mais bon.
Je caressai sa joue, l'esprit un peu ailleurs, et me rendis compte seulement après que ma voix n'avait toujours pas retrouvé son timbre habituel. Tant pis. Son manque de réaction flagrant me contraint à lui tapoter la joue - je n'avais plus de patience, j'étais fatiguée et un peu désespérée par cette situation, alors bon, je n'allais pas lui briser la mâchoire en faisant ça - et l'appelai.

- William ? Williaaaaam ? William on doit y aller, lève-toi.


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Dim 19 Mar - 16:57

William sentit qu'on le tirait du monde des rêves. Il y avait un contact sur sa joue. Il émergea lentement, il ne savait pas où il était ni quelle heure il était, ni qui était au-dessus de lui. D'ailleurs, pourquoi y avait-il quelqu'un au-dessus de lui ? Le jeune homme ouvrit les yeux, constata qu'il n'y avait aucune lumière, et les referma en se disant que par conséquent il pouvait continuer à dormir. Sauf que la voix d'Anaïs se fit entendre et qu'elle l'empêcha in extremis de se rendormir sur le champ. Il avait la bouche pâteuse, les paupières qui pesaient comme du plomb, bref pas du tout envie de quitter le cocon moelleux du sommeil qui l'avait accueilli à bras ouverts. Pourquoi revenir à la réalité d'ailleurs ? Pour être aussi faible qu'un nouveau-né, pour subir les répercussions de jours entiers à tirer sur la corde pour arriver entier jusqu'à ce fichu camps ? Pour se rendre compte que, finalement, l'Institut ce n'était pas si mal comparé à ce qui pouvait guetter à l'extérieur ? Il ne savait pas combien de temps s'était écoulé depuis la dernière fois, mais ce qui était sûr, c'était que la rémission n'était pas pour aujourd'hui.
William rouvrit les yeux devant l'insistance d'Anaïs sans comprendre.

"Ana ?.. marmonna-t-il en empêchant ses yeux de se fermer. ... Quelle heure il est ?"

Pourquoi tu me réveilles ? Qu'est-ce que tu fais là ? Qu'est-ce que je fais là ? Autant de questions qui resteraient pour l'instant sans réponses.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 20 Mar - 9:19

Je lui souris et mon sourire mourut sur le bout de mes lèvres. L'heure ? Je n'en avais strictement aucune idée. Kaï m'avait réveillée et c'était tout. Je ne savais pas à quelle heure je m'étais endormie, ni à quelle heure le jeune militaire était arrivé dans la chambre et donc je n'avais aucune idée de mon temps de sommeil total. Par contre William dormait depuis hier midi, je pouvais donc au moins lui compter une bonne douzaine d'heures récupérées et... ouais si Kaï était là c'était au début pour le réveiller et donc partir. Or Victor m'avait dit que nous partions à l'aube, ce qui signifie qu'il devait être entre quatre et six heures du matin, en prenant en compte que le réveil normal du camp est de six heures et que nous avions à nous lever avant que la zone militaire ne s'éveille à son tour. Je pris une mine soucieuse et passai mes mains sur son visage comme j'avais l'habitude de le faire depuis deux semaines où il n'avait pas bougé des lits de l'infirmerie et que j'avais dû l'attendre. Ça devenait un réflexe et une façon d'agir réconfortante dans le sens où je savais que je pouvais prendre soin de lui et que j'étais toujours à sa disposition. Je lançai un regard à Kaï qui demandait « on fait quoi ? ». William n'avait toujours pas l'air en état de bouger, déjà que le réveiller relevait d'un miracle ..! Mais il allait pourtant falloir qu'il se mette sur ses jambes pour au moins aller au transport. Je me mordis la lèvre. Combien de temps le voyage allait-il durer ? Où allions-nous ? Nous rentrions bien à l'Institut n'est-ce pas ? L'idée de ne pas directement rentrer ne m'avait pas effleuré l'esprit, mais qu'avait décidé Victor ..? J'aurais peut-être dû approfondir la conversation et demander des détails hier, pour être sûre et certaine de notre situation. J'étais sûrement trop secouée pour y penser sur le moment. Je pris une grande respiration, ce qui eut comme effet de me faire bailler avant de répondre :

- Je n'en n'ai aucune idée, peut-être cinq heures du matin, je ne suis pas sûre, je sais juste qu'on doit y aller. Tu pourras dormir dans le camion.

Personnellement je n'avais aucune affaire à récupérer nulle part, ni dans la chambre ni ailleurs. La seule chose dont je refusais de me séparer était allongé sur le lit, là, et semblait lutter de toutes ses forces contre le sommeil. Nous serions bientôt chez nous William, bientôt. 

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 960
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 20 Mar - 22:25

William aurait dû demander si on était le matin ou l'après-midi, ça aurait été plus instructif pour lui. Anaïs avait l'air aussi perdue que lui, ce qui se comprenait avec les récents événements mais n'expliquait pas sa présence avec lui sous les couvertures. William mit un moment avant d'aborder l'hypothèse qu'elle se soit glissée dans le dortoir des hommes en pleine nuit (sinon elle ne serait pas restée longtemps avant qu'on la mette dehors). Ah ouais, elle se tapait carrément l'incruste comme ça ? William, en plissant les yeux, distingua une silhouette qui se dandinait d'un pied sur l'autre et comprit que Kaï venait d'écourter leur nuit (enfin, nuit-jour pour lui mais il avait l'impression que ça ne faisait qu'un seconde qu'il avait fermé les yeux). Bon, s'il avait bien compris il fallait qu'il bouge. Sauf qu'avec une Anaïs sur lui ça n'allait pas être facile. La jeune fille avait anticipé son geste et se mit sur ses pieds à côté du lui, pendant que lui se concentrait pour mobiliser les bons muscles et se préparer mentalement à mettre un pied devant l'autre.
Quelques (longs) instants plus tard ils furent dehors. L'espace de l'entrée avait été investi par trois camions militaires qui vomissaient leurs cargaisons par caisses entières. Le déchargement n'allait pas prendre très longtemps, les gars avaient l'habitude. William comprit qu'ils allaient partir là-dedans, et à l'instant où son teint virait au vert, il fut embrigadé par Birn qui le asseoir dans la tente infirmerie, délaissant Anaïs et Kaï. William n'arrivait pas à chasser les points noirs de son champ de vision et sentait son cœur lui remonter dans la gorge à la simple idée de monter dans un engin à roues.
Birn, qui était bien la seule à avoir l'air parfaitement réveillée, s'arrêta net, muette de stupeur, quand elle vit la "blessure" de William. Grâce à Victoria, les points de suture étaient inutiles depuis la veille, et le jeune homme ne l'avait pas prévenu de cet état de fait. Birn se reprit rapidement en main et enleva lesdits points de suture tout en gardant les sourcils froncés. Elle diagnostiqua ensuite - avec raison - qu'il fallait impérativement qu'il mange avant de partir. Elle partit aussitôt chercher de quoi faire. William se laissa aller contre le dossier de sa chaise, en se demandant ce que pouvait faire Anaïs là-dehors. Quoique tout à fait sensée, sa réflexion tourna court quand il continua sa nuit là.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mar 21 Mar - 19:12

William eut des difficultés pour se lever, comme je m'y étais attendue. Je voulus l'aider, en sachant très bien que s'il tombait je serais écrasée, mais il y parvint tout de même et avec Kaï nous quittâmes le bâtiment des dortoirs et donc le dortoir des mecs pour atteindre le dehors. Le soleil commençait à peine à se lever, genre, à peine à peine, il faisait encore assez sombre sur les trois quart du ciel. Vers la tente pour manger, plusieurs camions déversaient les fournitures pour les semaines à venir, et plusieurs caisses se faisaient porter et amener dans le compartiment à réserve. J'entendais d'ici les bruits de la jungle dans lesquels je m'étais endormie durant plus d'une semaine, et j'allais maintenant les quitter. Je ne vis pas immédiatement Victor mais j'étais certaine de sa présence quelque part pas très loin. Birn vint chercher William, sûrement pour une vérification de dernière minute avant notre départ. En savait-elle plus, elle, sur la durée du trajet ? Non ça m'étonnerait, Victor ne lui en aura pas parlé pour la simple et bonne raison que notre voyage vers les boucles allaient être plus au moins... différent de la manière qu'ils ont eu de voyager. Il n'y avait donc aucune réponse à ma question. Je me retrouvai seule avec Kaï. Et je sus que c'était le dernier moment où nous ne serions plus qu'à deux. Le dernier moment ensemble après ces semaines de calvaire. D'abord mal à l'aise à cause du silence qui s'éternisait, je fixais mes pieds et touchais ma gourmette en cherchant quoi dire. Birn sortit de la tente de fortune où elle avait emmené William et j'hésitai entre retourner avec lui ou rester avec Kaï. Mais... allions nous quitter comme ça ? Sans rien dire de plus ..? Je me mordis la lèvre, hésitante. C'était un geste qui pouvait être pris étrangement, et William le verrait mal, très mal. En même temps c'était William, mais quand même. Bon, il n'était pas là, et puis je ne pouvais pas partir sans dire à Kaï ce que j'avais à lui dire. Je me tournai alors vers lui, et sans attendre qu'il comprenne que je voulais lui parler je le pris dans mes bras.

- Merci pour tout Kaï, et... désolée de t'en avoir autant montré, tu risques d'être pris pour un fou si tu oses dire des choses sur nous à cause de moi, souris-je en plaisantant.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2016

Feuille de personnage
Avatar :
Âge :
Particularité :
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Sam 8 Avr - 23:47

          Kaï ne s'était pas du tout attendu à ce que Anaïs infiltre le dortoir des garçons pour dormir avec William. Heureusement qu'il avait dit qu'il se chargerait de réveiller William sinon des sanctions auraient pu tomber à l'encontre d'Anaïs. Il était formellement interdit d'inviter qui que ce soit du sexe opposé dans les dortoirs et on comprenait vite pourquoi. La vie collective, ça dépend du respect des règles, encore plus quand on parle d'une installation militaire. Mais le jeune homme ne fit pas de commentaire. Ils savaient déjà que c'était prohibé et de toute façon, leur départ était imminent. Après avoir laborieusement descendu les escaliers, William fut pris à part par Birn. Kaï resta au milieu du camp, un peu perdu. Il n'avait pas grand chose à faire, sa mission de réveiller William et Anaïs était remplie, il se retrouvait sur le pas de la porte... Mais Anaïs ne rejoignait pas William, contrairement à ce que pensait Kaï. Elle semblait hésiter. Kaï se rendit alors compte que c'était la dernière fois qu'ils pouvaient parlé seul à seul. A peine avait-il fait ce constat que Anaïs se serra contre lui. Surpris, il mit un peu de temps à lui rendre la pareille. Il ne s'attendait pas à une telle marque d'affection, mais il était heureux qu'elle ait pris cette initiative. Kaï dût se rendre à l'évidence : il s'était attaché à elle, à cette fille qui était arrivé comme ça en pleine nuit et qui lui avait révélé plus de secrets sur le monde en trois jours qu'il n'en avait découvert dans sa courte vie. Alors oui, ça faisait une énorme expérience qu'il n'avait pas encore digéré. Plus tard, s'il en sortait, peut-être qu'il raconterait ça à ses enfants ou ses petits-enfants, qui sait ?

        "De rien, je faisais qu'obéir aux ordres, sauf pour la partie avec le monstre invisible," plaisanta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 10 Avr - 22:11

- On se serait bien passé de cette partie, commentai-je.

Je me rappelai en même temps de la manière avec laquelle je l'avais bloqué comme un vulgaire hamster dans une cage. Je n'avais pas réellement réfléchi à mes actes durant cet instant, le plus important avait été de le mettre hors de danger, de l'éloigner du sépulcreux pour qu'il ne finisse pas en apéritif, un amuse-gueule avant qu'il ne déguste le reste de la troupe. M'enfin, les choses s'étaient plutôt terminées, apparemment, même si la fin m'avait échappée, et avec raison. Mais bon, nous étions vivants, et nous rentrions à la maison. Et... je devais dire adieu à Kaï. Un adieu définitif. Je faisais comme si le sourire sur mes lèvres était sincère, mais en réalité mon coeur était lourd. Plus lourd que ce que j'avais imaginé. En arrivant ici je n'aurais jamais cru m'attacher à un quelconque militaire, faut dire que l'ambiance était assez macabre et funeste à mon arrivée, avec la possible mort de William... Kaï mit un certain temps avant de me serrer à son tour contre lui, et cela me fit penser au premier soir, lorsque je m'étais écroulée et qu'il m'avait relevée du mieux qu'il pouvait en me prenant dans ses bras. C'était moi qui avait été prise de court cette fois là. J'en souris toute seule ; les rôles s'échangeaient pour les au revoir. Allions-nous nous revoir d'ailleurs ? Kaï n'avait qu'à être muté dans le futur, et qu'une autre mission nous y amène. Dans ce cas là il aurait sûrement vieilli, alors que nous nous resterions toujours jeunes. Allait-il avoir une belle vie ? Une femme et des enfants ? Ou alors mourrait-t-il demain ..? Son avenir était encore plus indécis que le notre, mais peut-être que Victor savait ce qu'il adviendrait. Je devrais lui demander, Kaï était quelqu'un de bien, il méritait une longue et belle histoire, un bel avenir. Pas comme ce qui avait pu lui arriver si le sépulcreux avait posé sa langue sur lui... Je me rendis compte en cet instant que nous étions des dangers ambulants pour les humains, qu'un rien pouvait leur ôter la vie et qu'ils n'étaient pas équipés pour affronter notre monde. Et même maintenant Kaï n'était pas en mesure d'intégrer un monde tel que le notre, qu'importe ses entraînements militaires, sans les gènes qui allaient avec il ne s'en serait pas sorti vivant. Il valait donc mieux que nous partions, ainsi ils retourneraient tous à leur vie "normale" sans danger surnaturel leur rodant autour. C'était mieux comme ça. Je passai avec douceur (beaucoup de douceur) sur son hématome toujours un peu gonflé provoqué par William, et lui fis un bisou sur la joue. Toute l'équipe de l'Institut venait de sortir, c'était comme le retentissement de l'alarme qui avertissait du grand départ. Le grand départ, c'était exactement ça... Je fronçai les sourcils, et bizarrement eus envie de rester un peu plus longtemps dans ses bras. Je savais qu'il allait me manquer, beaucoup me manquer. Dire adieu à quelqu'un et que cette personne meure revenait exactement à la même chose : je ne le verrai plus jamais, je ne lui parlerai plus jamais, je n'aurai plus jamais de nouvelle. En somme plus jamais nous ne serions de nouveau à dieux, c'était une chose définitive que l'on ne pouvait plus arranger, plus maintenant. Sauf que c'était comme si j'abandonnais une nouvelle fois quelqu'un, comme si un petit morceau de moi-même se détachait de nouveau. Comme à la mort de... Je grimaçai furtivement et relevai la tête.

- T'as intérêt à profiter de ta vie toi, je veux que tu trouves la plus belle femme du monde, que tu l'épouses et que tu sois le plus heureux possible, d'accord ? Sinon je te jure que je sors de la boucle en personne et je viens t'engueuler, assurai-je d'un ton très très sérieux avant d'éclater de rire.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2016

Feuille de personnage
Avatar :
Âge :
Particularité :
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Lun 10 Avr - 23:25

          Kaï était assez attentif pour remarquer le léger trouble de la jeune fille. Il devinait qu'il y avait nombre de choses qu'elle ne lui avait pas révélé sur son passé, sur son quotidien et celui des siens. La frontière entre les humains comme lui et ceux qu'on appelait les particuliers ne lui avait jamais paru aussi nette, et pourtant il avait suffit d'un geste d'amitié pour la balayer. Cependant, lorsqu'ils se séparèrent, elle était de nouveau en place, brillante, invisible à ses yeux mais rendue tellement présente par l'instant d'adieu qu'il se demanda comment il pourrait l'oublier un jour. Cette limite qu'il avait brièvement dépassé durant un instant, alors qu'il se dressait entre Anaïs et un monstre qui dépassait son imagination et qui pourtant était plus réelle que la plupart des principes qu'on lui avait inculquer. Il était en train de comprendre peu à peu que son monde ne pouvait pas cohabiter avec celui des particuliers, sinon, il allait y laisser des plumes. Alors, tous ces gens aux pouvoirs inconnus et effrayants, étaient-ils perpétuellement condamnés à l'exil ? Savaient-ils dès la naissance qu'ils avaient un don, qu'ils n'étaient pas seuls ? Comment appréhende-t-on la vie quand on découvre qu'on est différent à ce point ? Si des parents normaux avaient un enfant particulier, comment donc gérer un adolescent aux pouvoirs surnaturels ? Autant de questions qui lui venaient en tête maintenant et qui resteraient sans réponse. Pourrait-il reprendre une vie normale après avoir entrevu ce petit bout d'univers inconnu qui pouvait se cacher n'importe où ? Le pire, c'était qu'il ne doutait pas que s'il réfléchissait, il en avait des milliers d'autres en réserve.
          Kaï se demanda si elle était sérieuse - parce qu'elle avait vraiment l'air sérieuse et qu'elle pouvait faire peur si elle le pouvait. Heureusement, ce n'était pas le cas. Avoir une femme, se marier, avoir des enfants, trouver un métier ou rester dans l'armée... Elle discutait de son métier comme si elle, elle n'en aurait jamais. C'était en rapport avec le fait qu'il soit tous excessivement jeune, y compris Victor, le chirurgien blond qui semblait tirer les ficelles. Y avait-il des grades, dans les boucles ? Des armées ? Non, ils ne pouvaient pas être si nombreux... Mais l'un d'entre eux équivalait à une armée. Anaïs et sa glace, Victoria et sa guérison, William et ses couteaux (quoi, c'était pas un pouvoir ? Et alors ? Kaï était bien placé pour se rappeler de ses couteaux et de ses poings), Victor et son pouvoir de guérison qui permettait de survivre n'importe où, le type à la barbe rousse - Fred - on savait pas trop à quoi il servait mais bon, il devait être utile puisqu'il était là.

            "Compte sur moi," répondit Kaï avec un grand sourire.

           Il ne savait pas s'il pouvait relever ce défi, mais il allait s'y employer. Déjà, les autres revenaient. Victoria vint le serrer dans ses bras, ce qui le surprit encore plus qu'Anaïs, Victor, lui, se contenta d'un signe de tête avant d'aller échanger quelques mots avec un gradé, puis il aperçut Birn qui trainait William hors de la tente. Le pauvre avait l'air à moitié shooté. Une fois qu'ils furent tous à l'arrière du camion, Kaï tapota le genou d'Anaïs - le camion était sacrément haut et lui était debout devant.

            "Prends soin de toi."

           Sur ce, il recula, et prit place à côté de Birn.
           Il ne put s'empêcher d'avoir un pincement au cœur en regardant le camion disparaître sur la piste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1128
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   Mar 11 Avr - 0:08

Kaï acquiesça, c'était le mieux que je puisse faire dans ma situation. Je ne pouvais pas lui promettre son avenir, je n'avais pas de vision moi, mais je pouvais le pousser à avoir ce qu'il désirait. C'était mieux que rien, c'était ce que feraient des amis. Le reste approcha encore, et je m'éloignai un peu de Kaï pour les laisser passer. Victoria prit à son tour le jeune militaire dans ses bras, Victor se contenta d'un hochement poli de la tête et je vis Birn, au loin, revenir avec William qui peinait à tenir debout. Il fut immédiatement conduit dans le camion, et s'assit là où il pouvait. Je finis par le rejoindre à me mettre à côté de lui, en vérifiant s'il était toujours éveillé. Les autres prirent eux aussi place, et bientôt nous fûmes tous à l'arrière du camion, à attendre le départ. Je regardai une dernière fois le camp qui m'avait bien gentiment hébergé durant tout ce temps, puis de nouveau Kaï, qui avait fait quelque pas vers le camion et venait de me tapoter le genou pour attirer mon attention. Je n'avais pas envie de le laisser là bordel, il ne pouvait pas venir avec nous ? Dans la boucle ? Franchement, il y serait en sécurité et... était-ce ce qu'il voulait au moins ? Non, certainement pas, il était, je pense, mieux là, chez lui avec ses amis. Sa vie était ici, pas avec nous, et William ne serait pas d'accord à mon avis. Non, je n'avais pas le choix, et je sais depuis déjà longtemps qu'avoir le choix ou ne pas l'avoir, quoi qu'on fasse, les deux sont douloureux. Ça s'appelle la tragédie, choisir une chose non pas parce que c'est la meilleure, mais plutôt qu'elle entraîne plus ou moins de conséquences que l'autre. Ou alors être emprisonné par le destin, et ne pouvoir s'en libérer qu'avec la mort...

- J'essayerai, mais je dois prendre soin d'autre chose pour le moment, fis-je avec un faible sourire qui risquait de se briser d'ici peu, et en jetant un léger coup d'œil à William pour le désigner avec discrétion.

Le moteur mit en marche. Kaï se recula pour se mettre à côté de Birn, et je sentis mon cœur se crisper. Un petit poids venait alourdir ma respiration, et je me détestai un instant d'être si sensible, de donner tellement d'importance aux autres, et de m'attacher autant. Il ne fallait pas pourtant, je n'aurais pas dû ..! Je le savais, c'est toujours comme ça, je finis tous par les perdre, la seule différence ici était que je savais depuis le début dans quoi je m'embarquais. Je le savais, mais je n'en avais pas pleinement conscience. Et je le sentais maintenant... Le camion démarra totalement, et nous commençâmes à nous éloigner. Kaï et Birn devinrent de plus en plus petits, ma résistance à mes sentiments aussi. J'avais envie de pleurer pour un million de choses aussi futiles qu'importantes. Mais je me retins, et ils disparurent totalement de mon champ de vision. Un nouveau départ, de nouvelles séparations... mais envers et contre tout, j'avais toujours mon William à côté de moi, c'était le principal. D'ailleurs, il allait bientôt se rendormir, c'était certain. Je lui adressai quelques mots, tout en contrant mon propre ressenti. Comme depuis déjà un long moment déjà.

- Allonge-toi, et pose ta tête sur mes jambes, je te réveillerai quand on sera arrivé.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Perdus dans la jungle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perdus dans la jungle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]
» Cachés dans la jungle [PV Tore Ae]
» Dans la jungle, terrible jungle...
» (kopa) dans la jungle, qui pue qui schlingue, le lion est mort ce soir.
» « Les yeux perdus dans l'vide. » ft. Dougal Wennolds.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles-