Partagez | 
 

 Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 896
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Dim 19 Juin - 21:11

       William fronça les sourcils en constatant la présence d'Anaïs au-dessus de lui. Oula, si elle ne l'aidait pas il n'allait jamais bouger de là et il avait encore conscience qu'il était allongé en plein milieu d'un couloir. S'il ne bougeait pas tout de suite, il allait s'enraciner là et ils auraient l'air fin, tiens. Le jeune homme amorça une manœuvre de remontée en grimaçant (il avait vraiment la tête grosse comme une citrouille), le sang battant à ses tempes, et il s'aida du mur pour se remettre sur ses jambes. Adossé à celui-ci, il se passa encore une fois la main sur le visage, l'esprit pas très clair, et ferma les yeux le temps que le sol arrête de bouger. C'était à la fois déroutant, agaçant et inquiétant d'avoir de tels vertiges. Non pas que c'était la première fois que ça lui arrivait, loin de là, en général il finissait (comme ici) à ramasser à la petite cuillère, c'en était pas moins bizarre et peu pratique de ne plus pouvoir compter sur son sens de l'équilibre. Bon, il était arrivé jusqu'ici il pouvait bien repartir. Et il n'allait pas s'aider Anaïs, elle allait pas supporter un poids mort comme lui. Mais pour l'équilibre, elle pouvait aider.
       Heureusement qu'ils n'étaient pas loin. Enfin arrivé dans cette putain de chambre, William se laissa tomber sur le lit, essoufflé et à bout de forces. Assis au bord du lit, les coudes sur les genoux, il parcourut vaguement la chambre du regard et se rappela qu'Elsa était là quand il était parti. Elle avait vidé les lieux et il n'allait certainement pas le faire remarquer à Anaïs, qu'il avait perdu de vu, occupé à se dire que le sol était plat en attendant que sa tête cesse de tourner.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1054
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Dim 19 Juin - 22:05

William se releva, il s'aida du mur et j'eus peur que ses jambes ne tiennent pas le coup et qu'il retombe comme la première fois, ce qui serait malheureux maintenant qu'il était debout. Je pris son bras comme pour l'encourager, et dus l'aider à garder l'équilibre. Ce n'était pas loin, pas loin du tout, mais j'avais l'impression de mettre cent ans pour rejoindre ma chambre, je ne savais pas si c'était parce qu'il était très lent pour avancer, ou parce que plus il passait du temps debout, plus il risquait de rencontrer une nouvelle fois le sol. A chaque fois qu'il faisait un pas, je craignais qu'il ne se fracasse au sol, une nouvelle fois, mais heureusement il atteignit ma chambre, et s'assit immédiatement sur mon lit. Je refermais ma porte et remarquais l'absence d'Elsa. Partie, envolée. Aucun risque pour que j'aille la chercher, et j'espérais que William ne le veuille pas non plus, car je le clouerais au sol s'il le fallait pour le forcer à rester immobile, comme s'il n'était pas assez mal comme ça. Je n'arrivais pas à comprendre si j'étais heureuse, rassurée, ou totalement indifférente de ce constat. Je verrais ça plus tard, ouais, plus tard, et puis de toute façon, maintenant qu'elle était partie, j'étais tranquille non ?
Bon, j'avais fait quoi la dernière fois ..? La dernière fois qui n'était d'autre que la semaine dernière, mais passons : il avait mangé, et bu, ouais, après la fièvre il devait être déshydraté, il devait boire. Ce fut la première chose qui me vint à l'esprit en cet instant. Je n'avais rien à se mettre sous la dent dans ma chambre, et je n'avais pas envie de le laisser tout seul maintenant pour passer aux cuisines, alors le casse dalle allait attendre encore un peu. Je pris ma bouteille d'eau sur ma table de chevet, l'ouvris, et la lui tendis en m'asseyant à côté de lui. Il semblerait que, pour le moment, je puisse l'approcher un minimum, tant mieux. Je passais mes doigts sur sa tempe, et détaillais son visage.

- Allonge-toi. murmurais-je quand il eut fini.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 896
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Sam 2 Juil - 0:43

        William saisit la bouteille d'eau et la vida d'un trait, les mains tremblantes. Bon Dieu que c'était bon de sentir la fraîcheur inonder sa gorge sèche, il en avait grandement besoin, tout comme de sommeil et de nourriture, mais il avait la conviction que s'il s'était trouvé devant un repas maintenant, il n'aurait pas été capable d'avaler quoi que ce soit. La bouteille d'eau était tombée comme un cadeau du ciel, Anaïs avait eu la bonne idée qui lui rendait l'existence plus facile, comme d'habitude. Ce « comme d'habitude » pourrait être mal interprété : on le prononce d'ordinaire d'une façon peu reluisante, comme un soupir manifeste de la lassitude que l'on ressent lorsque quelqu'un nous déçoit, mais non, bien au contraire… William trouvait ces habitudes passionnantes. Vous savez, la manie d'observer en détail chacune des réactions de son partenaire de discussion, qu'on flirte avec lui ou pas, cette attention particulière car l'on veut que tout se passe pour le mieux, qu'il ou elle aille bien, et se sente bien. Cette attention qui ne se perd que si la passion s'affaiblit, que lorsque l'ennui ou le doute parasite les pensées, lorsque la colère brouille les idées et annonce les prémices du  cataclysme de la séparation. Oui, lors de ces tempêtes, l'harmonie est gâchée et l'équilibre se rompt. L'un secoue le fil et les deux tombent, si la confiance était vraiment réciproque. Si le pardon est considéré comme une faiblesse, l'orgueil vient défier la sincérité en duel et gagne.
Toutes ces choses, tous ces situations humaines, William les avait oublié. Il les avait jeté aux orties, il y a longtemps. Aujourd'hui encore, ou peut-être hier, il y avait eu une crise. Et quelle crise !.. Ils avaient tous les deux tangué au-dessus du vide, en invitant une troisième personne à entrer dans la danse. Anaïs lui avait-elle vraiment pardonné, en fin de compte ? Sa situation physique n'avait-elle pas pesé au moins un peu dans la balance ? Le jeune homme n'en avait aucune idée. Il avait conscience que leur réconciliation n'était qu'un bandage sommaire, juste un début tout de même prometteur vers la guérison de la blessure infligée par lui-même sur le cœur d'Anaïs. Il fallait voir ce que l'avenir leur réservait.
      Mais tout de même… Il y avait des fois où il se demandait si elle n'était pas télépathe à ses heures. Ou peut-être que, lorsqu'on connaît une personne aussi bien qu'ils se connaissaient, on finissait par décoder ses envies avant même de les formuler… Plus sérieusement, c'était certainement un simple raisonnement partant du fait qu'il était en mauvais état physiquement.
      William, contre toute attente, sourit. Il se trouvait particulièrement stupide de les avoir mené dans cette situation, et c'était on ne peut plus frustrant d'avoir une mémoire défaillante, et il lui avait fait mal, on ne peut plus mal, mais ce qui comptait, c'était qu'ils soient encore entiers physiquement et mentalement, du moins assez pour pouvoir s'en remettre avec un peu de temps. Alors, oui, il avait mal partout, il était crevé et il venait par-dessus tout d'apprendre qu'il avait fait des choses plutôt horribles, et Anaïs, Elsa et lui avaient certainement passé la nuit la plus merdique de leur vie, mais il croyait en eux, plus que tout, tant qu'Anaïs y croyait aussi ça lui allait. Pour l'instant, il avait la tête dans les nuages, embrumée par la fatigue et l'énergie dépensée lors d'aventures dont il n'avait aucun souvenir à partir du départ de cette pièce. Il avait juste vaguement conscience de la présence d'Anaïs dans cette chambre qui était la sienne, et ça lui suffisait pour se sentir bien. Il sentit à peine le contact des doigts de la jeune fille sur sa tête, et ne réagit pas.
      Posant la bouteille vide et rebouchée sur le sol devant lui, il rit doucement.

       « Putain, on a quand même le chic pour se mettre dans des situations impossibles, tu crois pas ? »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1054
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Jeu 28 Juil - 11:36

William sourit, déposa la bouteille sur le plancher, et se mit à rire, sous mon regard surpris. Je ne voyais pas ce qu'il y avait de drôle, d'amusant dans le fait d'avoir croisé un estre, de l'avoir vu embrasser Elsa, de se débrouiller dans les douches pour essayer de le décrasser, et de se décrasser soi-même, par la même occasion, d'être tous passés à un poil de la mort, de de... Tant de choses s'étaient passées ! Dont il ne se souvenait même plus, en plus ! C'était peut-être mieux ainsi, ne pas s'en souvenir, ne pas se souvenir de chaque détail, de mon effroi en le voyant tomber, entrain de se battre avec le monstre, ou alors lorsqu'ils étaient tous les deux inconscients, et que l'estre, lui, était encore vivant face à moi. Alors si, on avait le chic pour se mettre dans des situations impossibles, et encore maintenant. Nous cherchions à nous reposer alors que nous devrions aller prévenir l'ombrune que les Estres avaient trouvé la boucle, et que nous étions tous en danger. Mais au lieu de ça, je m'appuyais contre le mur dans mon dos, croisais mes bras sur ma poitrine, en fixant la porte de la salle de bain et face de moi, sans aucune intention de sortir de ma chambre. Par peur de m'écrouler, ou de laisser William seul. Je ne savais pas s'il était capable de se téléporter maintenant et de me fausser compagnie, je préférais donc ne pas prendre le risque et rester proche de lui. Et puis j'en avais besoin, besoin de sentir qu'il n'était pas parti avec Elsa, qu'il était dans ma chambre, qu'il ne m'avait pas laissée tomber. Par contre, il avançait sur un terrain dangereux, sur lequel je n'avais pas grande envie de m'y risquer.

- Je crois surtout que j'aimerais ne plus y penser, soupirais-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 896
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Dim 7 Aoû - 23:26

        Bravo William, essaye encore d'alimenter la conversation, cette fois sans revenir sur les conneries que tu as enchaîné hier, ce serait plus intelligent et moins pénible pour ton entourage si tu ne mettais pas systématiquement les pieds dans le plat dès que tu en avais l'occasion. Pour sa gouverne, William était passablement faible et épuisé, et ne se souvenait en rien de ce qui s'était passé. Il voulait malgré tout se racheter, même s'il se doutait bien qu'Anaïs ne pardonnerait pas tout du jour au lendemain, loin de là. S'il avait été à sa place... Le mec qui l'aurait embrassé, avec son consentement ou pas, ne s'en serait pas tiré vivant. William se savait assez violent et perturbé pour le tuer sur le coup. Aider par son don, ça aurait été facile, si facile... Il y avait des fois, comme là, où il avait conscience du danger qu'il représentait pour les autres. La plupart du temps, il en avait vaguement idée, sans mesurer l'impact qu'il pourrait engendrer sur les personnes alentours. Tout le monde le fuyait plus ou moins comme la peste, ou plutôt il évitait plus ou moins tout le monde comme s'ils avaient tous la maladie de la sociabilité, et que lui y était imperméable. Sauf que ce virus était essentiel pour vivre, gros benêt. Tant pis pour toi, reste dans ton coin jusqu'à la fin de tes jours, ça vaut mieux pour tout le monde. William n'était rien d'autre qu'une bombe à retardement, prête à exploser dès la plus petite étincelle de rancœur. Plus que jamais, il se demanda comment faisait Anaïs pour le supporter, pour accepter de rester dans la même pièce que lui après tout ce qui s'était passé, spécialement après Elsa. Mon Dieu qu'il aurait été mal à sa place. La culpabilité lui collait déjà à la peau sans vouloir s'ôter, mais ce n'était rien par rapport à ce que devait ressentir Anaïs. William la regarda. Elle était sur le lit, pas à côté de lui mais pas très loin non plus. Il recula jusqu'à sentir le mur dans son dos, jusqu'à demeurer à sa hauteur, jusqu'à l'attirer contre lui, son dos contre son torse. Il somnolait déjà, mais il glissa à son oreille :

        "Si ça avait été toi, je ne sais pas ce que j'aurais fait..."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1054
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Mar 23 Aoû - 19:18

Tu aurais sûrement découpé en rondelles celui qui s'était approché, comme la plupart des hommes qui s'étaient tenus un peu trop proche. Comme Alec, qui n'avait pourtant pas fait grand chose d'inquiétant au début, jusqu'à ce qu'il s'en mêle. Même Elsa, au tout début, elle avait eu le couteau sous la gorge. Comme la majeur partie de ceux qui l'approchait pour la première fois.
Dans mon esprit, il valait mieux que je m'abstienne de répondre. Il pourrait le prendre mal, et puis de toute façon qu'est-ce que je pouvais bien dire, hein ? Il le savait lui-même, je ne comprenais même pas pourquoi il posait la question. Je m'étais laissée faire lorsque ses bras avaient entouré mon ventre pour l'attirer contre lui. Ce n'était pas que l'envie n'y était pas, mais plutôt que j'avais l'impression de pardonner trop facilement. Pas que c'était impardonnable, mais juste dur à digérer. Il fallait du temps, et ce temps il ne me le laissait pas. La preuve, il me tenait dans ses bras alors que c'était peut-être la dernière chose dont j'avais envie... D'une grande respiration, je fis le vide dans mon esprit, et posais ma tête contre lui en fermant les yeux. De toute façon tout était fini maintenant, hein ? William allait aller mieux une fois qu'il aurait dormi, l'estre était mort, et Elsa partie. La seule chose qui pouvait nous arriver pour le moment était de tomber du lit. Les quelques bosses que ça ferait ne nous tueraient plus, oh non. D'ailleurs j'avais encore mal à la cheville (hé oui, malheureusement je ne pouvais pas me régénérer comme par magie) donc même si je ne montrais rien, ce n'était pas pour autant que je ne serrais pas les lèvres. Il y avait plus important, il y avait toujours plus important. Je posais mes mains sur les siennes en me disant qu'une fois réveillé tout à l'heure il risquait de me renvoyer un peu brutalement, mais bon, comme d’habitude, me diriez-vous. Lasse, je haussais les épaules, fermais mes yeux, et me reposais contre lui.   

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 896
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   Dim 28 Aoû - 20:53

     William se mordit l'intérieur de la joue en une mimique de gamin qui ne retrouve plus ce qu'il voulait dire, sauf que lui, ce n'était pas que ce qu'il voulait dire qui lui avait échappé. Franchement, cette histoire de perte de mémoire, enfin perte de lucidité, peu importait, c'était pas un cadeau, surtout depuis qu'il exposait Anaïs à ses bévues (plus que bévues, pour le coup, à chaque fois qu'il croyait avoir fait le pire, le pire du pire montrait le bout de son nez) et la culpabilité le mordait à pleine dent. A croire qu'il était très appétissant. Il s'en voulait surtout d'agir comme ça quand il était malade (d'ailleurs, comment il réussissait à agir comme ça, même en étant malade ?! C'était dingue tout de même !), et de ne pas s'en souvenir. Alors oui, il était tout penaud de faire du mal à Anaïs à chaque fois que la même situation se représentait, et plus que tout il donnerait cher pour savoir quel capharnaüm régnait dans sa tête pour faire des truc pareils (à quel moment son cerveau avait considéré Elsa comme une candidate à la hauteur d'Anaïs sérieux ? Il n'avait toujours vu que la jolie blonde !)
      Sincèrement désolé pour tout ce qui s'était passé, il fit un bisou sur l'arrière du crâne d'Anaïs. Perdu dans ses pensées, il laissa le silence s'installer un peu plus qu'il ne l'aurait du parce qu'il s'endormit finalement, épuisé.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre 24 [Anaïs Young, Elsa Whitenay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Maison des particuliers :: Chambres des particuliers-