Partagez | 
 

 "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Mer 5 Juil - 21:46



Grâce aux boucles, nous avions accès à tous les mondes possibles, toutes les époques, tous les pays même. Et pourtant, je n'en étais pas sortie depuis des années. Jamais je n'avais remis les pieds en dehors de cette boucle, excepté à l'Institut, et la boucle où Louis était mort. Louis... J'aurais aimé avoir cette idée avec lui, j'aurais aimé sortir d'ici avec lui, et découvrir le monde. J'étais certaine qu'il m'aurait présenté les choses avec une autre vision, totalement différente de la mienne. Et William ? Je ne lui avais jamais vraiment parlé de mon envie de sortir de la boucle, en 1940. Après tout, ce n'était même pas mon époque, non, j'étais née après la guerre moi, bien après, en aucun cas je n'avais connu les bombardements, les morts, les armes, du moins, de cette façon. Etais-je suicidaire de vouloir découvrir le monde sous son plus mauvais jour ? Sûrement, mais ce n'était pas nouveau, je devais être sado à mes heures perdues, qu'est-ce que j'y pouvais ? Le danger m'attirait, et après je m'en mordais les doigts. Comme toujours. Mais pour l'instant, je n'en avais pas grand chose à faire, tout comme l'idée de me remettre à vieillir en sortant d'ici. J'avais passé plus de quarante ans de ma vie à avoir seize ans physiquement, ça n'aidait pas à se faire respecter, alors je n'allais pas dire non pour prendre un an ou deux, à la rigueur. Mais pour ça, je devrais rester très longtemps en dehors de la boucle, deux ans quoi, et ça, ce n'était pas dans mes plans. Pas immédiatement...
J'avais traversé la boucle, étais maintenant au port. Normalement, il fallait sortir de la boucle très souvent pour la garder intacte, on ne m'attribuait que rarement ce travail, car je savais que trouver une "époque" normale sans pouvoir m'y plonger m'inciterait à une certaine forme de mélancolie que je préférais éviter, tout simplement. Je sais que j'aurais envie d'avoir une vraie vie normale, même de revoir mes parents. Et que ce soit l'une comme l'autre : ces deux choses m'étaient interdites. Pourtant, jamais personne n'avait refusé un tout petit voyage dans le temps, n'est-ce pas ? J'étais descendue au village, sans oser entre dans les magasins ou le bar. Nous étions le 3 septembre 1940, je connaissais cette journée, par cœur, je savais ce qu'ils allaient faire. Non, ce que je voulais voir, c'était demain. Je voulais que cette journée ait un demain comme demain aura un hier. Je voulais voir l'après-demain aussi. Je voulais vivre, au jour le jour, en une suite, non dans une boucle. Les autres enfants, ne trouvaient-ils pas ça rébarbatif, toujours et toujours la même chose ..? Moi si, et jamais je n'aurais osé sortir. Jamais avant de rencontrer William, d'arriver à l'Institut. Jamais je ne n'aurais pris mes affaires, un sac avec des vêtements et de l'argent volé chez ces pauvres citoyens de Cairnholm, et serais sortie de la maison pour arriver ici. Dans le passé au présent. Je voulais prendre le bateau, aussi, aller autre part que cette petite île qui m'enserrait le cœur. Il y avait tellement de souvenirs ici, tellement de choses, tellement de regrets, tellement de beaux mauvais souvenirs. Il y avait des rires, des morts, il y avait eu Louis, il y avait William.
Au fond, cette île était ma vie, je ne pouvais la renier entièrement. Mais j'avais besoin de respirer un autre air, de me sentir vivre, d'être surprise par une pluie soudaine, de connaître une neige naturelle, le tonnerre et ses éclairs, je voulais voir un ciel nuageux, un ciel bleu, une eau turquoise et du sable blanc, pas des galets. Je voulais trouver de nouveaux visages, de nouvelles langues, rencontrer des gens et vivre comme si j'allais mourir demain, comme s'il y avait un demain différent d'aujourd'hui.
J'avais fait mon deuil. De ma toute première vie, de mes parents, de Louis, de tout ce que j'avais connu. Il était grand temps de tout redémarrer, prendre un nouveau départ, comme on dit. Pas en reniant mes racines, elles faisaient ce que j'étais aujourd'hui, elles étaient désormais si profondes... Mais je pouvais trouver aller vers une nouvelle branche, prendre un autre livre au lieu de tourner les pages. Alors partir un temps, quelques jours, même. Tout ce que je désirais, c'était voir de nouvelles choses, aller sur d'autres terres. M'éloigner d'ici. Exactement.
J'avais laissé sur mon bureau, deux lettres. L'une pour William, lui proposant de me rejoindre et lui expliquant brièvement les raisons de cette soudaine sortie. J'avais un peu précipité les choses, sans rien préparer à l'avance, au point que je ne lui en avais jamais parlé. Mais s'il venait, nous le ferions. J'avais de l'argent pour payer le bateau, et Miss Barn Owl avait fouillé la maison, m'en apportant un peu plus, pour manger et se loger. Oh, je n'avais pas une bourse pleine, mais je ferais avec. Après tout, c'était l'aventure non ? Une fluette voix me disait aussi que c'était du suicide, mais je ne l'écoutais guère. Le suicide, je connaissais à force, il ne me faisait plus peur. Pas même un frisson. La seconde lettre était adressée à l'ombrune, afin qu'elle ne s'inquiète pas de mon absence. Elle l'avait déjà lue, vue l'oiseau qui volait au dessus de moi. Je ne doutais pas de son identité. J'en souris, assise sur le quai, les pieds au dessus de l'eau à fixer l'horizon. J'avais deux billets en mains, aussi, achetés ce matin, tout frais. Mon sac était posé à côté de moi lui aussi, remplis par mes besoins primaires nécessaires pour survivre dans la vraie vie. Je nommais cela ainsi. "Vraie vie", parce que je voyais ce que nous menions dans la boucle comme une "fausse vie". Etrange, non ? Simplement une question de point de vue, de point de vie aussi.
Qu'est-ce que ça faisait d'avoir la sensation de prendre un nouveau départ ? Mon coeur se gonflait de joie, ou alors d'impatience, je n'arrivais plus vraiment à les différencier. J'avais hâte de monter sur le bateau, hâte de voir ce qu'il y avait derrière cet océan, hâte de voir ce qu'était le monde avant ma naissance, hâte de vieillir. Hâte de sortir enfin de ce cocon qui m'avait bercée presque quarante ans, hâte de découvrir de nouvelles choses, un nouveau monde... Avec lui.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Mer 5 Juil - 22:26




    William,
    Tu vas sûrement me prendre pour une folle, à faire ça. Oh, je n'en doute pas qu'en lisant cette lettre tu te poses des questions. Et avant même que tu paniques, attends, finis de lire, je t'attends, ne t'inquiète pas. Je ne sais pas pourquoi j'ai soudainement eu envie de partir, pourquoi je ne t'en ai pas parlé avant non plus. Enfin, on en a sûrement un peu parlé, mais d'une vague façon, sans jamais prendre les choses au sérieux, n'est-ce pas ? Mais sache que cette envie était très sérieuse, et qu'après tout ce qui nous est arrivé... on mérite bien des vacances, non ? Bon, d'accord, c'est pas une île paradisiaque avec du soleil, et de belles plages, mais c'est déjà un premier voyage, tu ne trouves pas ? On s'organisera mieux pour en refaire un. J'ai de l'argent, et à l'heure qu'il est, j'ai normalement acheté deux billets pour prendre le bateau. On peut aller en Ecosse, et en économisant, pourquoi pas pousser jusque l'Angleterre ? 1940 n'est pas non plus une date très avantageuse pour un voyage, mais on se débrouillera, on l'a toujours fait, on restera éloignés des villes sinon.
    Je sais que tu vas venir dans ma chambre me chercher normalement, ne l'es-tu d'ailleurs pas, en lisant ces mots ? Pour une fois, c'est moi qui avais quelque chose de prévu pour nous, c'est amusant.
    Je suis au port, prends des affaires, à moins que tu ne veuilles mettre mes vêtements, mais je pense qu'ils seront légèrement trop petits, et que demain on ne sera pas de retour. Donc peut-être vaut-il mieux que tu prennes des affaires. J'ai avec moi de l'argent, si ça peut te rassurer, et à manger pour le voyage. J'espère n'avoir rien oublié, pour ne pas tout gâcher. J'espère aussi que tu t'es remis de ta surprise sans faire un arrêt cardiaque dans ma chambre, je t'attends moi, on n'a plus qu'à partir.

    Je t'aime,
    Anaïs.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Sam 8 Juil - 0:03

           Elle était seule, une silhouette abandonnée sur l'horizon infini de la mer. Ses cheveux blonds brillaient sous la lumière du soleil. De temps à autre, la brise soufflait et soulevait quelques mèches rebelles. Le port de Cairnholm était désert, il faisait chaud et les badauds qui n'étaient pas en mer se reposaient à l'ombre de leurs maisons de pierre. L'unique navette de la journée n'allait pas tarder et se signala d'un klaxon sonore. Il n'y avait plus qu'une vingtaine de minutes avant son départ, une demi-heure si le conducteur s'attardait plus que de raison au bistrot du coin. Il ne venait pas grand monde par ici, et encore moins en temps de guerre.
La guerre... Tout ceci paraissait si flou, si lointain. Il y avait eu des cris, des bombes, des sirènes, des étrangers, il y avait eu des douleurs, des pertes, un manque et une soif de liberté. Mais les photos anciennes avaient soit été brûlées, soit emballées précautionneusement puis enterrées dans une malle abandonnée au bord du chemin de son existence. Il n'avait plus en tête que quelques souvenirs marquants, le reste avait disparu sous la pluie de cendre qu'avait produit son âme en s'embrasant. Pour qui, pour quoi ? La douleur d'être seul et de devoir répondre de ses actes devant le jugement de son propre cœur. De quoi insinuer la folie dans n'importe quel esprit sain. Alors, oui, il avait oublié... Et il ne s'attendait pas du tout à être mis face à son passé aujourd'hui.
          William venait d'arriver, son sac sur l'épaule. Il avait aperçu Anaïs, sur le quai, seule, et il s'était surpris à penser qu'elle paraissait bien petite face à cette immensité. Il avait encore sa lettre ouverte à la main, la lettre qu'il avait trouvée dans une chambre vide, sagement posée sur son bureau de bois. Il l'avait relu plusieurs fois, en faisant les cent pas puis en s'arrêtant à chaque fois en lisant sa signature en lettres manuscrites comme si Anaïs n'était jamais sortie de l'école. Non, il n'avait pas la berlue. Elle avait vraiment entrepris ce qu'elle avait écrit : une grande aventure vers l'inconnu, en surpassant ses peurs. Et, surtout en chassant de son esprit la peur que chaque particulier vivant dans une boucle depuis des années avait expérimenté, la peur du présent qui a continué à évolué sans eux, de l'histoire qui s'est écrite, du temps qui est resté en mouvement alors que, pour eux, il avait ralenti, s'était étiré encore et encore jusqu'à ne former qu'un seul jour durant des décennies entières. Ils y étaient restés, les petits particuliers. Ils y demeuraient encore, pour la plupart. Seule Anaïs avait eu une étincelle de folie qui l'avait menée ici, sur ce quai, et qui l'avait poussée à en faire part à William, un peu tardivement peut-être.
Le jeune homme n'avait pas vraiment réfléchi. Elle ne lui avait pas laissé le choix, en partant devant lui : il ne lui restait plus qu'à la rattraper, et c'était ce qu'il avait fait. Il s'était contenté de se téléporter et de rassembler le peu d'affaires qu'il possédait. C'était un avantage, lors d'un voyage vers l'inconnu. Il avait peu d'attache matérielle et sociale, seule la forêt lui manquerait peut-être, comme une vieille amie à qui on pense avec nostalgie. Il lui avait jeté un dernier regard avant de se diriger vers le village en longeant les falaises.
Le cri d'un goéland le ramena à la réalité. Il esquissa un sourire en levant les yeux, puis se dirigea vers Anaïs. Il avança jusqu'à contempler la mer juste à côté d'elle. Il connaissait bien la sensation de l'air marin sur son visage et la chaleur du soleil qui se réverbérait sur l'océan. Mais, aujourd'hui, il quittait la terre ferme pour voguer vers l'inconnu.

         "Bon, je suis là. J'ai même pas fait d'arrêt cardiaque. On part quand ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Sam 8 Juil - 21:59

Sa voix. Un sourire. Il était là. Pile à l'heure, comme je l'avais prévu. Il y avait d'abord eu des bruits de pas, sur le bois du quai, puis j'avais ressenti, sans même le voir, sa présence rassurante à mes côtés. Je levai des yeux brillants vers lui, plus qu'heureuse de sa venue. S'il n'était pas arrivé... Je ne savais pas vraiment ce que j'aurais fait. Serais-je partie sans lui ? Non non, impensable, mais j'aurais pu remettre l'aventure à demain, et lui en parler dans la soirée. L'aventure aurait pourtant perdu de son mystère et de ses incertitudes. Qu'il vienne avait été la première de mes incertitudes, il y en avait encore beaucoup d'autres qui jonchaient la route, et je voulais avoir des réponses à ces incertitudes, savoir quelles voix avait choisi le destin, quelles voix nous allions emprunter. Oui, l'inconnu, il me faisait peur et m'attirait à la fois. Seule, au fond, je n'y serais peut-être pas allée. Mais s'il était là, tout changeait, tout se chamboulait, et j'avais l'impression de pouvoir traverser les océans à la nage, de pouvoir faire le tour du monde à pieds. À partir du moment où il était là, tout était possible.
Je me levai, en mettant mon sac sur mes épaules. Il était venu, j'avais terriblement envie de l'embrasser. Je restai un peu à fixer l'horizon à ses côtés, en retenant ma précipitation. Je me sentais dans la peau d'un enfant, à trépigner d'impatience de partir, d'aller sur le bateau. Je n'avais jamais pris la mer qu'une fois, et dieu savait à quel point j'avais envie d'y eemonter ! C'est en pinçant les lèvres que je parvins à contenir mon calme et à me tourner vers lui. Je souris, heureuse.

- Tant mieux, j'avais peur de te tuer avec une lettre, tu te rends compte ?

Je me mis sur la pointe des pieds, et l'embrassai sans aucune retenue, lui dévoilant ainsi mon état d'esprit du moment. Quand l'alarme annonciatrice du prochain départ se fit entendre une seconde fois ; le capitaine était revenu. Je sursautai, et tournai ma tête dans tous les sens pour me relocaliser.

- Maintenant.

Je tirai sa main vers l'embarcadère, nous montâmes, je donnai les deux billets au premier homme du bateau que je trouvai puis partir m'asseoir contre un des bords, sans jamais lâcher sa main. William n'avait pas son mot à dire, certes, mais je n'y pensais pas en cet instant. À la place je passai mes bras autour de son cou et le serrai contre moi.

- C'est parti ..! murmurai-je avec émotion.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Dim 9 Juil - 8:47

"Peuh, je suis plus solide que ça tout de même," répliqua William sur le ton de l'humour avant de reporter son attention sur leur véhicule.

Les vieilles planches du rafiot lui paraissaient à peine soudées et William s'étonna qu'il ne prenne pas l'eau. La peinture écaillée faisaot peine à voir, mais c'était un bateau, et, somme toute, le seul qui venait faire escale sur ce coin d'île perdue. Cela suffisait à Anaïs qui n'hésita pas une seconde avant de poser le pied sur ce tas de bois et de ferraille à l'étanchéité presque surnaturelle. Il n'était même pas certain qu'elle ait remarqué le septicisme de son compagnon, dans l'enthousiasme du moment. De toute façon, c'était trop tard pour faire machine arrière, et Anaïs le traina dans son sillage sans lui donner le temps de réfléchir. Le jeune homme se laissa faire et ne fut pas surpris qu'ils soient les seuls à tenter l'aventure. D'ailleurs, le vieux loup de mer un peu ivre à l'hygiène douteuse qui leur servait de chauffeur leur jeta un coup d'œil dubitatif. Ils étaient de parfaits inconnus pour lui comme pour tout ceux du village, alors que cela faisait vingt ans au moins qu'ils étaient voisins, plutôt ironique, non ? On ne pouvait pas les blâmer : ils ne revivaient pas perpétuellement le 3 septembre 1940, eux.
William ne se souvenait pas d'être jamais monté sur un bateau. Pourtant, il était bien arrivé jusqu'ici, il était logique qu'il ait déjà fait l'expérience, mais il ne s'en souvenait plus. Cela allait être une nouveauté pour lui. Anaïs, après l'avoir entraîné sur le flanc avant, l'embrassa, elle était heureuse, et cela suffisait au bonheur du jeune homme. Le soleil se reflétait dans ses cheveux dorés, elle était magnifique. Le moteur fit un bruit sifflant de cafetière avant de se mettre en branle et de vrombir. Ils restèrent silencieux pour assister au départ et prendre pleinement la mesure de ce qu'ils étaient en train d'accomplir. Le bateau se mit à tanguer de façon monocorde, mais cela ne sembla pas déranger toute mesure les occupants. À une quinzaine de mètres du bord, alors que les falaises blanchies par le soleil, s'éloignaient doucement mais sûrement, William se sentit donc bien seul, parce de son côté, son estomac prenait un malin plaisir à danser la polka. Finalement, peut-être que ce voyage ne serait pas si plaisant que ce qu'elle avait imaginé.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Dim 16 Juil - 1:00

Au début, William avait son teint un peu bronzé qu'il avait toujours eu, puis le truc, c'est quand le bateau s'ébranla et que nous commençâmes à nous éloigner du bord, que William se mit à changer de couleur. D'abord du gris, puis petit à petit un teint un peu verdâtre. Je n'avais pas remarqué ce dégradé immédiatement, occupée à regarder la mer. Je m'étais penchée sur le bord, et je fixai les vagues qui s'éclataient sur la coque de notre rafiot. En fait j'allais l'appeler pour qu'il vienne voir l'île qui devenait plus petite à chaque seconde, mais je fus stoppée dans mon élan quand je vis son visage un peu patraque. Oh. Soit il avait mangé une moule pas fraîche (ce qui n'était pas vraiment possible) soit il avait le mal de mer. Je m'inquiétais, et m'assis à côté de lui. Pas en face, non, au cas où il vomirait réellement.
Je pris ses mains dans les miennes, et cherchai à capter son regard. Il n'allait vraiment pas bien. Et je me mis enfin à douter de mon aventure hasardeuse. Et si finalement nous demandions au capitaine du navire de nous reprendre au retour ..? S'il était déjà malade alors que le voyage n'avait commencé qu'il y a deux minutes... Je me mordis la lèvre, une lueur de remise en question dans les yeux. Le truc, c'était que je n'avals aucune idée de quoi faire en cas de mal de mer.

- Euh, tu veux t'allonger William ? Dormir ? Ou alors te mettre sur le bord au cas où tu dois vomir ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Dim 16 Juil - 12:43

            Pourquoi fallait-il qu'il fiche tout en l'air alors qu'ils venaient juste de partir de ce foutu quai ? William s'assit sur une caisse qui trainait à l'avant du bateau et s'adossa sur le côté de la cabine. Au moins comme ça il pouvait voir l'horizon. Anaïs lui prit les mains et il la dévisagea rapidement avant de rétablir son regard sur l'horizon. Apparemment, son mal être se lisait sur son visage, si elle l'avait remarqué. Il réfléchit à la meilleure option. Il n'avait pas sommeil et n'avait pas non plus l'impression que le mal allait passer en fermant les yeux. Il n'avait pas envie de vomir devant elle, il n'avait pas envie de vomir tout court, en fait. Mais son ventre n'en faisait qu'à sa tête, et pensait apparemment le contraire. Cette situation imprévue n'était pas des plus agréables. Il connaissait les embruns, le vent salé venu de la mer, mais il lui semblait tout à coup mordant. Heureusement, le soleil brillait et le réchauffait un peu. Pour sa première traversée, ce n'était pas fameux, il n'était pas certain d'aimer tant que ça l'océan, finalement.

            "Bon, maintenant on est fixé, j'ai le mal de mer," dit-il, un peu pour lui-même, un peu pour Anaïs.

            Et t'inquiète, si je dois vomir je réagirais bien assez vite. Il fallait bien le faire pour aller sur le continent, ce n'était qu'un mauvais moment à passer, le plus long moment de sa vie, mais quand même. William sentit de la bile lui brûler la gorge, et frissonna.

            "Laisse, ça va aller. Et je trouve ça injuste, pourquoi tu vas bien toi ?" bougonna-t-il.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Mer 26 Juil - 1:03

J'arrêtai de me mordre les lèvres pour les pincer cette fois-ci. Je voulais l'aider mais je savais pas quoi faire ! J'aurais dû emmener une Victoria de poche, ça aurait été tellement pratique ! De cette manière plus de crainte d'être blessé ou d'avoir le mal de mer. Quoi que, je n'avais pas certaine à cent pour-cent que la guérison avait un impact sur ce genre de mal-être. Donc la Victoria de poche n'aurait peut-être fait aucun effet au final. Dommage, c'était une bonne idée pourtant. Le pire était que le voyage s'annonçait plutôt long, d'après ma montre encore une bonne trentaine de minutes. Je passai un bras autour de ses épaules pour le serrer contre moi, et je déposai ma tête contre son épaule, en tenant toujours de ma main droite sa main gauche. Pauvre William, le début du voyage s'annonçait déjà difficile, et nous n'en avions fait qu'une dizaine de minutes. Sa constatation me fit hausser les épaules. J'étais moins touchée par les aléas des transports, sûrement, moins... sensible aux ballonnements ? Non plus sérieusement, je n'en avais aucune idée, c'était comme demander pourquoi une personne était droitière plutôt que gauchère ou vice versa. C'est un fait, une constatation, une façon d'être. Je ne pouvais rien y faire, ni même en connaître la raison. Alors quoi répondre... c'était plutôt difficile.

- Si ça peut te consoler, je peux te dire que la première fois que tu m'as téléportée, c'était pas la forme bon plus.

Remarque dépourvue d'utilité, merci Anaïs. Mon nez se fronça durant quelques secondes, s'accordant parfaitement avec le pli que formaient mes lèvres.

- Parlons d'autre chose, ça sera mieux. Tu veux aller où quand on sera arrivé ? Rester un peu dans les villes ou vadrouiller dans les campagnes ? C'est comment le Pays de Galle en fait ? J'y suis jamais allée, c'est beau tu penses ? Dans les livres c'était très vert... Mais les maisons étaient mignonnes, ça doit être amusant de dormir, d'en avoir une. Tu imagines si un jour on a notre propre petite maison ? Rien que nous deux ! Je ferais sûrement une très mauvaise mère au foyer. Je sais faire un lit, et passer le balai, c'est pas grand chose franchement. Mais je ferais au moins le principal si on se trouve une petite chambre dans une auberge. Si on en trouve...

Je parlais pour ne rien dire, en partant du principe que si j'occupais son esprit, peut-être y penserait-il moins, et donc serait moins touché par son mal de mer. Je n'attendais pas vraiment de réponse, juste qu'il aille mieux en fait.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Ven 4 Aoû - 23:11

         William fronça les sourcils. Il ne se souvenait pas en détails de la première fois qu'il l'avait téléportée, ni de si oui ou non il l'avait fait par surprise, mais il comprenait très bien qu'elle ait pu être mal à l'aise ou avoir la nausée durant les dixièmes de secondes que le voyage avait duré. D'ailleurs, William aurait préféré que ce voyage-ci dure un instant, mais il n'était pas homme à se plaindre. De toute façon, ce n'était pas la faute d'Anaïs s'il n'avait pas le pied marin et si la traversée durait longtemps. Ils n'étaient pas sur un yacht et ils n'allaient pas faire demi-tour pour ça... Donc ils n'avaient plus qu'à être patients. Même si de temps à autres William devenait un peu (beaucoup) plus vert que la normal. Il était reconnaissant à Anaïs de lui changer les idées, ou d'au moins essayer. Il penserait moins à ce qui se passait dans son ventre. Il secoua la tête quand elle dit qu'elle ferait une "très mauvaise mère au foyer". De un, William ne se voyait pas du tout avoir des enfants dans l'état actuel des choses, et ce n'était certainement pas parce qu'il doutait des capacités d'Anaïs à être mère mais plutôt des siennes à engendrer un enfant normal, de deux... Y'avait pas de deux en fait, elle racontait n'importe quoi.

          "Tu dis des bêtises, tu ferais une très bonne mère. Et si on trouve comme tu dis, (il fit une pause en réprimant une grimace, heureusement ça se calma) une auberge, c'est pas à nous de faire le ménage, non ? J'ai aucune idée d'à quoi ressemble le Pays de Galles en 1940. La France, je sais, mais le Pays de Galles... T'inquiète, on... On va trouver, de toute manière on est partis, c'est ça l'aventure, pas savoir où on va, sourit-il brièvement. J'espère que ce sont pas des sauvages cannibales, on sait jamais."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Lun 7 Aoû - 21:51

Un minimum quand même, nous devions rendre la chambre de l'auberge aussi propre que nous l'avions reçue. Donc ménage à faire. Et beaucoup d'autres responsabilités : compter l'argent, nous nourrir, nous habiller, nettoyer nos vêtements, nous loger. La bourse pesait lourd dans mon sac, et mon cœur se serra subitement « était-ce suffisant ? ». Nous allions voir, sinon il faudrait improviser. J'allais devoir improviser moi-même car l'argent c'était moi qui allait devoir gérer.
Je levai les yeux vers l'horizon où le Pays de Galles commençait à apparaître doucement, sur les genoux. De grandes montagnes vertes se dressaient au dessus de l'eau, le vent fouettait mes cheveux. Je fis une tête bizarre quand je mis à les manger et je dus les retirer pour pouvoir voir William de nouveau. Je me serrai contre lui, toujours rendue perplexe par son malaise croissant. Sans trop savoir pourquoi, je lui fis un bisou sur le haut du crâne, serrant toujours sa main dans la mienne.
Puis il me fit rire. Bon, déjà non, moi mère ? J'allais avoir du mal, je doutais fortement de mes capacités à élever un enfant, ensuite, des sauvages cannibales ..? Ils étaient civilisés en 1940 quand même, on ne retournait pas au Moyen Age !

- Des cannibales ? Je t'emmène pas en Amérique du Sud quand même ! ris-je. Quoi que... c'est l'aventure me dis-tu répliquai-je d'un ton taquin.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Lun 7 Aoû - 22:10

          Bah, déjà, pour William il était plus naturel d'imaginer Anaïs remplir son rôle de mère plutôt que lui devenir père. En se posant la question, il ne trouvait que des choses négatives à transmettre à son gamin : sa phobie des contacts qui en gros réduisait considérablement les rapports humains, ses terreurs nocturnes ou pas, son amabilité à toute épreuve et son singulier manque de courtoisie. Ah, et il avait aussi oublié la paranoïa dans le lot, tiens. Et un goût certain pour le risque et un penchant pour les addictions. Avec ça, le gamin démarrait mal dans la vie, c'était sûr. Anaïs, elle, savait ce que c'était d'être abandonnée, donc il l'imaginait plus en mère ferme mais aimante. Égale à elle-même. Certes, ce ne serait pas parfait, mais rien qu'avec ses bons sentiments elle était capable de belles choses. La preuve, elle l'avait en quelque sorte ramassé dans le caniveau, donc bon. L'Amérique du Sud ? Même en Amérique du Sud, en 1940, tu risques plus de croiser des cultivateurs péruviens plutôt que des cannibales. Bon, d'accord, il exagérait un peu. Mais c'était pour la faire rire et il était content que ça ait marché, même s'il avait la gorge nouée et des sueurs froides à cause de son estomac en compote. Il décrocha en quelque sorte de la conversation, mais fit de son mieux pour lui répondre avec entrain.

         "Même en Amérique du Sud je crois pas que y'ait des cannibales à cette époque. Qui sait, y'a peut-être des boucles au temps des coupeurs de tête. Ou des romains, tiens. Et t'inquiète pas, je te laisserais pas te faire manger par un méchant Gallois au fond de sa campagne."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Mer 9 Aoû - 0:17

Oui bah hein, je ne connaissais pas la date exacte de la disparition des mayas, des incas et de tout ce tintouin. J'avais arrêté d'aller à l'école plutôt rapidement à cause de la lâcheté de mes parents, donc forcément certaines notions étaient chez moi un peu... érodées. Comme ne pas savoir ça désolée ! En plus ce n'était pas spécialement le thème que je cherchais le plus dans la bibliothèque de Miss Tit donc bon. Et puis je n'étais pas de 1940 moi, ces années de guerre, je ne les connaissais pas pour les avoir vécu. Hé oui.
Je souris à la fin de sa remarque. Quel gentilhomme qui m'accompagnait ! Près à me sauver des méchants Gallois ! Ce serait tout de même le comble qu'il n'essaye pas de sauver sa propre petite amie quand même, à moins qu'il en ait d'autres en stock ? Mouais mouais. Je me retins de dire que la moindre personne mal attentionnée qui s'approcherait de moi risquerait fort d'en payer le prix. Il m'avait dit que je pouvais choisir qui je voulais être, après notre première fois, et j'avais pris ma décision. Je ne serais plus la petite Anaïs contrôlée par le pyromane, pas non plus celle regardant son meilleur ami se faire tuer. C'était hors de question.
Toujours aussi inquiète pour son état de « je supporte ça va » j'étais également toujours aussi démunie. Puis j'avais bien fait le capitaine nous regarder l'air de dire « s'il gerbe, c'est ta responsabilité, tu nettoies » chose que je ferai sûrement d'ailleurs mais... évitons qu'il vomisse, vous voulez bien ? L'occuper, je devais l'occuper et lui changer les idées, ce que j'essayais de faire depuis tout à l'heure.

- Quel gentleman tu fais ! Je me sens bien plus en sécurité maintenant que tu me le dis, le raillai-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 985
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Lun 11 Sep - 22:07

           William arqua un sourcil.

           "Je n'en doute pas. De toute façon c'est eux qui vont finir en glaçons exotiques s'ils s'approchent trop près," ricana-t-il sans faire attention au regard du chauffeur.

           Il avait parlé trop fort, et alors ? S'il n'écoutait pas leur conversation aussi, il ne serait pas si surpris. Le jeune homme avait hâte d'arriver, rien que pour ne plus le voir plisser ses petits yeux de maquereau, et aussi pour une raison plus qu'évidente vu son teint pour gris que beige. D'accord, il ne devait pas prendre beaucoup de monde dans son rafiot qui avait du mal à avancer, m'enfin.

          "Tu peux faire le tour du "bateau", si tu veux. C'est pas tous les jours qu'on quitte Cairnholm sur un coup de tête en bateau, ajouta-t-il. Remarque, ce sera vite fait."

         Pour la dernière phrase, il parlait du tour du bateau. Bah ouais, fallait le suivre. Même si c'était pas lui qui allait le faire, le tour du bateau en question. Pourtant y'avait pas grand chose d'autre à faire, à part causer.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1151
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    Sam 23 Sep - 23:25

Pas faux. Ils seraient transformés en glaçon avant de comprendre ce qu'ils avaient sous le nez. Ce serait la première fois qu'ils feraient face à une particulière, mais en Gallois au fond de sa campagne... Peut-être me prendrait-il pour une sorte d'élément humanisé, une déesse mythologie. C'était quoi ma déesse de la glace déjà ? Chioné si ma mémoire était bonne. Enfin, c'est plus la déesse de la neige que de la glace, mais tout était lié. Non ?
William me proposa de faire le tour du bateau. Je tournai ma tête vers la petite cabine où se trouvait le capitaine puis tout le reste. J'en avais fait le tour du regard, je ne ressentais pas le besoin imminent de me lever pour faire le tour. Et puis, il était petit ce rafiot, pas besoin de faire dix kilomètres pour le découvrir. Je ne préférais même pas aller dans les cales, on sait jamais ce qu'on pouvait y trouver en 1940 dans un bateau. Non, définitivement, je voulais juste rester contre lui.

- Non je préfère rester avec toi.

Je souris.

- T'es plus intéressant qu'un bateau quand même !

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."    

Revenir en haut Aller en bas
 
"Tu as vu ? Dis ! Tu as vu ? J'ai vu un demain différent d'aujourd'hui, c'est c'est... magnifique."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Le Royaume perdu d'Arnor
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: 1940-