Partagez | 
 

 Le Chalet - Home sweet home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 9 Juil - 23:20

            Anaïs était-elle devenue insensible à son charme en moins de quelques minutes ? Si non, elle le cachait très bien, avec sa petite moue de pas convaincue. William retint un sourire et finit son repas en tête à tête avec le mur, puisqu'elle l'abandonna pour monter dans la chambre. Certainement pour se changer, en conclut William, bien que pour lui, la voir déambuler en culotte et tee-shirt était tout à fait supportable, et carrément plaisant. Les patates étaient froides quand il finit enfin son assiette sans se presser. Le soleil qui perçait largement à travers la baie vitrée répandait ses taches de lumière sur le tapis et le parquais et le beau temps mit William de bonne humeur. Quand à savoir où en était Anaïs... Elle en prenait, un temps, pour se changer ! La légende des femmes coquettes était donc fondée ? William sourit tout seul en se levant, débarrassa son assiette comme l'avait fait Anaïs un peu plus tôt, regarda distraitement le mur blanc où la tâche d'eau avait séché. Le bandage sur sa main avait tenu, l'infirmier avait fait ça bien. Il se demanda s'il avait vraiment vexé Anaïs, et si c'était le cas, ce qu'il était censé faire pour se rattraper. Tss... C'était juste histoire de la faire languir, pas de quoi en faire tout un plat. Bon, d'accord, il s'était légèrement foutue d'elle en voyant sa tête, mais elle avait fait de même après, non ? Alors, qui jouait avec l'autre, dans l'histoire ?
        William passait un coup d'éponge vite fait sur la table quand la voix d'Anaïs retentit. Elle n'avait pas l'air alarmée, ni rien de ce genre, et le jeune homme se demanda pourquoi elle voulait qu'il monte. Pour la regarder se demander lequel de ses hauts lui irait le mieux ? Ce n'était pas le genre d'Anaïs. William gravit tout de même les marches. La première chose qu'il vit fut le chien - il l'avait oublié, celui-là - qui l'attendait en bavant, langue pendante. La suite fut bien plus intéressante puisque dès qu'il arriva (non sans résister à l'envie de passer le chien par-dessus bord) Anaïs enleva son tee-shirt, dévoilant sa poitrine sans aucune pudeur. William en oublia le cabot. La surprise passée - il s'empêcha de justesse de rester à baver devant elle, bonjour la virilité - un grand sourire vint illuminer son visage. Elle avait de la suite dans les idées, la Anaïs ! On se demandait ce qui allait suivre, tiens. William resta debout et retira son tee-shirt qui atterrit par terre avec une facilité déconcertante. Sa chaîne cliqueta en retrouvant sa place sur son torse tandis qu'il s'approchait du lit. Il grimpa dessus et vint capturer la bouche d'Anaïs. Ses doigts, eux, ne restèrent pas inactifs et parcoururent ses seins, son ventre, ses hanches...

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Lun 10 Juil - 18:42

William arriva enfin, et eut un grand sourire en me voyant ainsi, sans t-shirt. Je lui répondis d'un même sourire lumineux, et me mordis un peu plus la lèvre lorsqu'il retira son t-shirt à lui, et l'abandonna au sol. Je dévorai son corps du regard, les yeux brillant, sans le lâcher une seule seconde jusqu'à ce qu'il arrive enfin à moi, ses lèvres rencontrant les miennes. Il posa ses mains sur mon corps, je frissonnai, heureuse, sans me l'avouer tout de suite, d'y être enfin. Je m'allongeai, l'emportant avec moi pour simplifier les choses. J'approfondis notre baiser, mes mains caressant ses joues, puis son cou et elles se calèrent enfin sur sa nuque. Je détachai les lèvres des siennes, et glissai doucement de son menton vers son torse. Il avait pas idée d'à quel point je l'avais désiré pendant qu'il m'embêtait à ne pas répondre. Oh non ! Mais j'avais trouvé les mots, cette fois, enfin, plutôt l'argument qui n'avait pas vraiment été divulgué sous forme de mots. Mais ça avait fonctionné quand même, il avait craqué cette fois, et j'avais réussi ! En ce moment même, je ne pensais pas réellement à ce genre de chose. Mh, j'avais plus envie de le déshabiller immédiatement et qu'il fasse de même avec moi. Il m'avait faite attendre pourtant... C'est sûrement ce qui me donnait envie d'y aller tout de suite, d'aller plus vite, plus fort plus... Pas de me venger, pas cette fois, non. Paradoxal, non ? Si un peu... Je le voulais, à moi, pour moi, qu'il me dévore lui aussi.

- Vous êtes bien beau monsieur, murmurai-je doucement, les yeux étincelants, proche de sa peau.

Mes doigts tracèrent de légers sillons sur ses épaules, et enfin ses clavicules. Ma respiration caressa sa chair.

- Me permettriez-vous de retirer votre pantalon ? Pour que je puisse vous regarder dans votre... intégralité, soufflai-je, en retenant ma respiration.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 


Dernière édition par Anaïs Young le Lun 10 Juil - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Lun 10 Juil - 20:05

          Des décharges électriques parcouraient la colonne vertébrale de William. Son souffle le faisait frissonner. Anaïs le rendait dingue et elle le savait parfaitement. En appuis sur les avants-bras au-dessus d'elle, il sentait sa poitrine sur son torse et la chaleur de sa peau blanche contre lui. Il n'avait qu'une idée en tête faire en sorte qu'ils ne fassent plus qu'un... Ils en avaient envie depuis le début du repas. Enfin, il avait fait languir depuis le début du repas, lui, dans l'histoire, il avait plutôt jouer avec elle, mais comme il avait envie d'elle tout le temps, alors ça revenait au même... A force de jouer au chat et à la souris, ils faisaient peu à peu monter la pression. Elle ne portait plus que sa culotte alors que lui avait encore son jean, et elle réclama d'une façon peu orthodoxe la permission pour le lui enlever. Voilà qu'elle le vouvoyait au moment où ils pouvaient à peine être plus proche l'un de l'autre ! Le contraste était drôle. Il l'adorait littéralement. Mais il n'avait pas le temps de jouer, il la voulait elle et son corps commençait à le lui faire bien sentir. William prit sur lui pour ne pas se laisser emporter par ses émotions, inutile de brusquer trop les choses... Sauf si elle était d'accord. Après tout, ils étaient entre mineurs consentants. Il ne restait plus à William qu'à lui faire sentir que lui n'allait pas tenir très longtemps son jeu de vouvoiement. De toute façon, vu comment ils étaient proches, elle devait sentir son désir. Il commença à l'embrasser furtivement partout sur son visage avant de consentir à bouger - mais seulement pour enlever ses fringues.

           "A vos ordres, princesse," chuchota-t-il d'une voix un peu rauque.
          William étouffa un grognement en quittant (momentanément, mais elle lui manquait déjà) le corps d'Anaïs, et roula sur le côté avant de soulever les fesses dans l'objectif de faire glisser son pantalon le long de ses jambes.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Lun 10 Juil - 23:12

William se décala un peu. Je profitai de l'occasion pour me redresser à mon tour. Assis comme il l'était, il se levait un peu pour retirer son pantalon, comme je lui avais demandé juste avant. Quand le vêtement eut glissé jusqu'à ses genoux, je déposai mes mains sur ses cuisses pour l'arrêter, et me penchai en avant pour l'embrasser fougueusement. Je me penchai un peu plus vers lui pour le forcer à s'allonger, collée contre lui. Je fus de nouveau au dessus de lui, à manger ses lèvres et sa bouche tout entière. Mes mains caressaient son torse nu, retraçaient les courbes durcies de ses muscles, les traces de ses cicatrices, toutes les marques qui le distinguaient des autres. Je l'aimais pour ses imperfections, ce n'était plus une nouveauté, ce n'était pas non plus un mensonge. Je l'aimais parce qu'il n'était pas comme les autres, parce que je pouvais être bizarre à ma manière et qu'il serait bizarre comme moi. Nous nous complétions tout en nous ressemblant. Je l'aimais pour ça, et pour une multitude d'autres choses, qu'il ne saurait sûrement jamais, mais j'imaginais que faire l'amour avec lui c'était comme partager toutes ces raisons. Je m'étais décalée, faisait glisser mes lèvres vers ses joues. Je souris, contre lui, puis fis glisser mes mains tous le long de son magnifique corps. Mon sourire s'élargit un peu plus. C'était mon William, rien qu'à moi, et j'étais heureuse qu'il soit là, avec moi. Sur ces belles pensées, je me décidai de ce que j'allais faire ensuite. Et ça risquait de lui plaire.
Je m'abaissai vers son entre-jambe.  Je retirai définitivement son pantalon, moi-même, et le dénudai également de son caleçon, l'envoyant valser en bas du lit. J'avais rangé la chambre juste avant, je la rangerai après, mais ça ne me dérangeait aucunement si c'était pour faire ce que nous faisions en ce moment. J'étais prête à le faire à chaque fois ! Je palpai son membre raidi de désir, un frisson me remontant le long de la nuque. C'est alors que j'y déposai mes lèvres, contre son bout, avant de le laper, d'y passer ma langue, lentement pour accroître le désir. Néanmoins, je pris garde à le mener proche du vide, sans jamais qu'il n'y tombe. Qu'il s'approche du grand plaisir sous mes mains qui le caressaient, le serraient, le maniaient dans une subtile danse de chair. Quand il arrivait trop près, je ralentissais, puis je reprenais après, plus rapidement, plus fort, pour de nouveau arrêter, sans jamais lui laisser le temps de vraiment reprendre sa respiration. Sans vraiment attendre qu'il s'en soit remis. Et parfois je calmais les choses de ma bouche, le couvrant d'effleurements doux, de salive aussi. Et malgré moi, je savourai ses frissons, ses gémissements, sa voix rauque qui m'électrifiait à chaque fois. Je le surveillais, attentive à ses désirs, attentive pour ne pas aller trop loin, attentive à son corps entier.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 0:09

            "Oh merde Ana," s'entendit-il jurer en entant tout son corps se tendre sous l'intensité des vagues qui le traversaient.

          Oh. Mon. Dieu. Si William mourrait d'une crise cardiaque à cet instant il serait l'homme le plus heureux de la Terre. Lorsque Anaïs posait ses lèvres sur sa bouche, il aimait, mais là, c'était en dehors de toute description. Quand elle le touchait de la sorte, il était entièrement à sa merci, elle le savait et maitrisait parfaitement la situation. William n'était plus maître de son corps, et ne put empêcher un gémissement de plaisir de s'échapper de sa bouche quand elle posa ses lèvres sur sa verge. Il n'avait pas vu ça venir. Merde, il était déjà bien excité par la situation, elle allait le tuer. Elle l'avait aidé à enlever son jean (en parcourant de ses mains son torse, en passant par les pectoraux, les abdominaux et tout ce qu'elle avait à disposition, bien entendu). Ses petites mains descendirent ensuite pour le saisir, et lorsqu'elle y joignit la bouche... William était au nirvana. Il s'empêchait à grand peine ses hanches de bouger toute seule, pour trouver plus de plaisir, plus de volupté. Anaïs menait la danse et bordel que c'était délicieux. Elle alternait les rythmes, lisait en William comme dans un livre ouvert tandis qu'il s'embrasait sous la violence de son plaisir. Le jeune homme avait l'impression d'être un brasier vivant, qui passait d'elle à lui et finissait par exploser dans son cerveau. Il ne pouvait contrôler ni son souffle haché, ni ses gémissements de plaisir, ni ses grognements de frustration lorsqu'elle arrêtait son affaire juste à temps pour mieux la reprendre ensuite. Mieux valait en effet qu'il s'arrête avant de jouir, mais il était si proche... Elle parvenait toujours à le laisser sur sa faim, mais c'était tellement bon. La bouche sèche, après de longues, très longues minutes de ce délicieux traitement, il se redressa, pantelant, et l'attira à lui avant de franchir la ligne interdite. Cette ligne, il voulait qu'ils la franchissent ensemble. Le plaisir qu'elle venait de lui donner avait été si beau, si bon... Il voulait lui faire connaître la même chose, maintenant, il voulait qu'ils ne fassent plus qu'un et qu'elle gémisse son nom.
           Tandis qu'il l'avait assise, nue, sur lui, il se dit que personne n'avait un corps plus beau que le sien. Il s'occupa de sa poitrine, mordilla sa peau si sensible tandis que ses doigts s'aventuraient plus bas, à proximité de l'élastique de sa culotte bien vite franchi. Il la trouva humide et commença à la masser à cet endroit si intime tandis que sa bouche s'occupait de son buste. Anaïs subit un moment cette torture avant de poser ses mains sur les joues de William pour l'embrasser. Quand ils se séparèrent, le jeune homme n'en pouvait plus de tout ce désir contenu.

          "J'ai envie de toi..." souffla-t-il en fixant ses yeux bleus embués de plaisir.

          Il allait se consumer de désir pour elle. Véritablement. C'était du désir brut, une envie irrésistible de vivre et de ressentir en communion avec elle. Un hochement de tête plus tard, il était au-dessus d'elle sur le grand lit. Il fit glisser sa culotte le long de ses jambes, lentement, la frustrant autant qu'il se frustrait lui-même, puis parcourut du doigt un chemin invisible de l'intérieur du genou au centre de son plaisir avant d'enfin s'unir à elle dans un soupir mutuel. William ferma un instant les yeux pour savourer cette sensation, puis la fixa de nouveau. Il avait envie de la couvrir de baisers, de lui montrer combien il l'aimait, de lui faire dévaler les pentes du plaisir encore et encore. Il commença à aller et venir, accélérant et ralentissant la cadence en fonction des signaux qu'elle lui envoyait. Pas sûr qu'ils tiennent longtemps, mais il voulait lui faire profiter au maximum. Et putain, qu'est-ce qu'il l'aimait !..

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 12:19

La douce torture perdura un long moment, sans que je ne m'en lasse, sans que je ne ralentisse. Ce n'est qu'après, que William parvint à se relever malgré mes mains qui le tenaient toujours et m'attira sur ses genoux. Prise d'un violent frisson, je le fixai avec une passion démesurée et incontrôlable. Il allait me briser entre ses doigts tellement je me sentais petite contre lui, tellement mon corps implosait à son encontre. Il commença à embrasser le haut de ma poitrine et descendît progressivement. Pendant ce temps, une main baladeuse se glissa sous ma lingerie qui massa mon intimité. J'hoquetai de surprise, et ne parvins à retenir de faibles gémissements, tout en me tortillant sur moi-même pour échapper au désir qui se faisait insoutenable. Quand je n'en pus plus de le sentir si proche et pourtant si loin, je saisis son visage en posant mes mains sur ses joues et le tirai vers moi, collant ma bouche à la sienne, caressant sa langue de la mienne en une danse endiablée.
Nous nous séparèrent et ses paroles me firent frémir un peu plus. Oui, moi aussi j'avais envie de lui, terriblement. N'était-ce pas ce que j'essayais de lui faire comprendre depuis le début du repas ? Qu'il m'attirait, que je le voulais, nu, contre moi ? Et, à force de persévérance, j'y étais parvenue. Il m'en comblait. William était un appel constant à la luxure, et je passerais ma vie dans un lit à ses côtés si c'était possible. En désespoir de cause, je me contentai de rester debout à ses côtés tous les jours, et de profiter le plus possible de ces moments avec lui. Je n'avais pas répondu, occupée à lui manger le cou de baisers, mais c'était tout de même une forme de réponse qui ne laissait place à aucun doute. Je relevai les yeux vers lui, brûlants de désir, et hochai la tête. Dans un même mouvement, je m'allongeai, William se mit au dessus de moi. Et je le haïs durant une demi-seconde de mettre autant de temps à retirer cette foutue culotte ! Mais comme je ne pouvais pas lui en vouloir très longtemps, c'est un gémissement d'aise qui s'échappa de mes lèvres lorsque je le sentis enfin en moi. Je serrai mes jambes autour de lui, abandonnai ma tête dans le lit, prouvant de cette façon que j'adorais ce qu'il faisait et que je ne pouvais rien faire d'autre qu'apprécier ses mouvements. Je m'accrochai à son dos, et gémissais, sans retenue, sans gêne. Le sentiment de l'avoir dans les bras, couplé à celui d'être dans ses bras, empalée à son membre n'avait plus de description. Je soufflais son prénom à n'en plus pouvoir respirer. Je l'aimais tellement bordel.

- William... Plus fort... Vas-y...

Et j'en redemandais. Je ne voulais pas qu'il s'arrête, jamais. Après ces quelques mots, les premières vagues de la douce paix pointèrent leur nez, je m'accrochai un peu plus à lui.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 13:18

Il n'en fallait pas plus à William pour accélérer la cadence, savourant la communion de leurs corps. Elle était faite pour lui, il n'y avait pas de doute possible. Il s'abreuvait de sons qui sortaient de sa bouche, elle s'offrait à lui comme si c'était leur dernière jour ensemble... Mais il y en aurait beaucoup d'autres après celui-ci, et on pouvait compter sur William pour profiter à fond du temps qu'il passait avec elle. Ils avaient déjà parcourus tant de chemin, et il y avait encore une infinité de choses à découvrir, en eux comme à l'extérieur du monde qu'ils avaient commencer à construire, un monde dans lequel seul comptait leur capacité se réunir, s'entrechoquer, faire des étincelles ensemble... Comme en cet instant. Il voulait la combler et l'amener aux portes du paradis. Il était fou d'elle, de son odeur, de sa capacité à se laisser aller quand elle était dans ses bras, de son humeur parfois maussade, de sa vie compliquée et pourtant si simple. Elle pansait ses blessures comme elle l'avait toujours fait, elle avait toujours été derrière lui pour le soutenir, même quand il se sentait terriblement démuni. Il aurait pu faire n'importe quoi pour elle, et pour l'instant, la combler était le meilleur moyen de le lui montrer. Seul leur souffle saccadé comblait le silence de la chambre, ils étaient seuls au milieu de nul part, ils pouvaient s'aimer sans que personne n'en ait à redire... William avait les idées embrouiller par le plaisir et c'était une délicieuse torture. Il lui donnait tout ce qu'il avait, l'embrassait encore et encore, manœuvrait pour les conduire aux portes du paradis, après le plaisir qu'elle lui avait donné, il le lui devait plus que tout. Elle n'en était pas très loin, elle gémissait et lui souhaitait se souvenir toujours de l'image qu'elle lui offrait, en proie à son désir, sa peau parsemée de sueur et ses cheveux courts avec quelques mèches folles, ses yeux qui parfois se fermaient sous un plaisir trop intense. Il accéléra encore, et lui donna ce qu'elle voulait : elle atteignit l'orgasme et William la sentit se resserrer convulsivement autour de lui. Ne pas se laisser aller avec elle lui demanda toute sa détermination et il gémit, essoufflé et en sueur. Merde, c'était dur, elle l'ensorcelait tellement ! Il se sépara d'elle et respira un peu mieux, il avait éviter la catastrophe de peu. C'était plus facile de reprendre le dessus sur ses émotions quand elle ne l'enserrait pas. C'était une véritable diablesse, un appel brut à la luxure à elle toute seule. Il l'embrassa, passionnément, la caressa doucement tandis qu'elle planait encore sous le coup de son orgasme. Lui avait autre chose en tête, il alla précipitamment jusqu'à la table de chevet, fouilla brièvement pour trouver ce qu'il cherchait, mais il n'y avait rien. Victor n'avait pas pensé qu'ils allaient peut-être ?.. Il fit le tour du lit et trouva enfin ce qu'il cherchait : une boîte de préservatif. Oui, Victor avait dû lire entre les lignes en ce qui les concernait.
William défit précipitamment l'emballage, les mains tremblantes, et ouvrit le préservatif avec ses dents avant de se couvrir. Il faillit le laisser tomber par terre en allant trop vite. Il avait encore le souffle court... Anaïs lui manquait vraiment trop et il n'avait pas encore jouit, lui. Enfin, il put revenir près d'elle et elle l'accueillit aussitôt en elle. La sensation du plastique entre eux était étrange. Cette fois, il n'en pouvait plus, il allait aller vite et fort, elle risquait de subir sa fougue. Il avait attendu trop longtemps, elle l'avait fait languir et il avait soif d'elle, une envie brutale, du désir incontrôlé. Il voulait juste se laisser aller, atteindre enfin le point de non-retour, et tout oublier dans ses bras... Ce fut rapide, intense, et putain de bon. William, concentré sur son plaisir, gémit le nom d'Anaïs en cédant sous les vagues qui le submergeaient à l'instant où il sentait Anaïs de nouveau atteindre le sommet avec lui. C'était magique. Epuisé, il s'allongea sur elle, encore dans les étoiles, le souffle court.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 19:09

Mon coeur rata un battement. Une douce chaleur obscurcit mes sens. Mais je n'en avais rien à faire, c'était trop bon cette douceur qui naissait vers mon bas ventre. J'avais l'impression d'être ailleurs, dans un monde onirique. Je ne sentais plus le matelas ou les coussins, seul repère matériel qui persistait : William. Oh, aucun doute sur ça :  je n'allais pas oublier la sensation de brûler entre ses doigts, ses lèvres contre ma peau, ses baisers, et ses va et vient qui m'embrasaient, son odeur envoûtante où se jumelaient le sexe et la sueur. Y'avait aussi son étreinte puissante, ses mains sur mon corps... Ces sensations étaient trop éclatantes qu'elles ne pourraient que m'éblouir. Ma respiration avait perdu tout rythme sensé, mes joues avaient rougi, aucun doute là-dessus, je perdais pied pour une autre réalité, tout aussi plaisante, où lui aussi était là, au dessus de moi, à m'embrasser, à me donner un morceau d'éternité là où tout était chronométré.
Je gémis de contrariété lorsqu'il se leva, malgré les brumes du plaisir qui m'enveloppaient tout entière. Pourquoi partait-il ? Pourquoi avait-il décidé de se lever carrément ? Non non ! Je le voulais là ! Contre moi ! Je voulais qu'il vienne encore, qu'il me prenne, qu'il m'aime, qu'il m'amène plus loin encore ! Ma vision se faisait trouble, mais je le voyais courir d'un côté, puis d'un autre de la pièce jusqu'à ce qu'il déniche... Une protection. J'eus un très léger froncement de sourcils. Effectivement, la plupart du temps nous n'en avions pas sous la main, alors étant dans des boucles, nous nous en passions. Mais il est vrai que normalement... Ces pensées n'étaient que secondaires en cet instant, je m'en fichais carrément d'être protégée ou pas, je le désirais maintenant ! Il revint, couvert, j'avais déjà ouvert les jambes pour apprécier et anticiper son retour. Cette fois ce fut brusque, ce fut rude, ce fut brut, ce fut ce que je voulais. J'avais planté mes ongles dans son dos, comme pour me retenir à la réalité qui s'évanouissait autour de moi. Il n'y allait plus de main morte, et je sentais ses coups de butoir faire trembler tout mon être, amenant l'orgasme à une vitesse effarante. C'était grisant, effroyable, incroyable, je gémissais à chaque nouveau choc, avais l'impression de me fissurer en deux, et quand le nouvel orgasme, plus violent lui aussi que la dernière fois, me traversa, je ne trouvais plus que son prénom pour exprimer les secousses de mon corps. Je sentis qu'il fut sujet au même embrasement que moi. C'en était d'autant plus jouissif.

William s'allongea sur moi, sa tête au creux de ma poitrine. Avec les dernières forces qui me restaient, je déposai mes mains sur lui, en une douce étreinte protectrice. Je le serrai contre moi, un sourire béât au coin des lèvres. Je caressai ses cheveux, tranquillement, apaisée par le contact de sa peau contre la mienne. Plus de doute, j'étais montée au ciel, et William m'avait accompagnée au paradis.

- Je t'aime, murmurai-je à la fin.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 21:08

          La tension était retombée d'un coup et William nageait dans un brouillard d'après-sexe-avec-Anaïs et c'était la meilleure sensation du monde. Il flottait sur un petit nuage en se disant que vraiment y'avait pas mieux comme occupation. Sa respiration laborieuse revenait peu à peu à la normale, il avait l'impression d'avoir couru un marathon... Le sexe avec Anaïs était vraiment une échappatoire à tout, mais une échappatoire qui lui pompait toutes ses forces. Tant pis, ça valait largement ce sacrifice. Il entendait les battements de son cœur, il sentait sa poitrine se soulever de plus en plus lentement. Lui, de son côté, sentait une torpeur d'avant sommeil l'envahir peu à peu. Il ne savait pas si Anaïs avait des projets pour l'après-midi, mais lui se sentait bien où il était, et elle n'avait pas formuler le souhait qu'il se pousse, c'était qu'il ne devait pas la gêner. De toute façon, il ne se sentait pas de bouger avant d'avoir une bonne raison de le faire. Il se mit à faire de petits cercles sur le ventre de la jeune fille, autour de son nombril.

           "M'étonnerait que tu m'aimes autant que je t'aime," sourit-il pour la titiller.

            Il allait devoir descendre pour aller jusqu'à la salle de bains. Mais William avait la flemme pour le moment. Il verrait plus tard. Par contre, il voulait savoir quelque chose.

             "C'était pas trop... Brutal, à la fin ?"

            Il s'était emporté sans trop faire gaffe à comment elle le vivait, concentré sur lui-même. Égoïste ? Oui, surtout qu'elle l'avait bien chauffé avant.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 22:13

Je souris, amusée, et levai les yeux au ciel d'un air désespéré. Si nous commencions à jouer à ce petit jeu là, nous n'en ressortirions jamais. S'il m'aimait plus que je l'aimais, je n'osais même pas croire à la grandeur de ses sentiments. Je bougeai très légèrement, chatouillée par les petits cercles qu'il dessinait sur mon ventre. Je n'avais néanmoins absolument aucune envie qu'il s'arrête, et encore moins qu'il parte. N'était-il pas bien là ? Moi j'aimais bien l'avoir sur moi, dans mes bras, et pourquoi profiter tranquillement de sa présence. Le seul bémol : je ne pouvais pas l'embrasser de là où j'étais. Tant pis, je me contenterais de ça. Calmement, je jouais avec ses mèches de cheveux trop longues, qu'il n'avait toujours pas coupé depuis notre retour de la jungle d'ailleurs, et passais doucement mes doigts sur sa peau. Elle était toujours aussi douce. Plus douce que ce qu'on imaginait la première fois en le voyant. Il avait une peau de bébé sans même le savoir. Et j'étais sûrement la seule à le savoir.
Sa question me surprit, je fronçai les sourcils et réfléchis sérieusement à la question. Brutal, ça l'avait été, mais je l'avais demandé, je m'en souvenais de ça. Je lui avais demandé d'y aller plus fort, et j'avais été servie. Et malgré la dureté dont il avait fait preuve, ça ne m'avait pas le moins du monde dérangé. Au contraire, c'était... étourdissant, plutôt plaisant. Grisant aussi, une nouvelle façon de le faire et... Je pinçai les lèvres, frustrée de ne pas réussir à poser des mots sur ce que j'avais ressenti.

- Non, c'était... merveilleux. Tu me refais ça quand tu veux, joutai-je même.

Je souris une nouvelle fois comme une idiote en soupirant d'aise.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mar 11 Juil - 23:43

          William devina le bonheur d'Anaïs quand elle parla, et l'imagina en train de sourire toute seule, ce qui le fit sourire à son tour. Ma parole, ils devenaient vraiment des imbéciles, tout ça à cause d'un plan cul. Enfin, en l'occurrence, il y avait beaucoup plus qu'un plan cul entre eux, c'était beaucoup plus compliqué et pourtant beaucoup plus simple. Mais ils étaient arrivés là ensemble dans un chalet pour eux tous seuls dans l'étonnant hasard que la vie offre parfois. Alors, ils pouvaient s'aimer comme ils le voulaient... Et tant qu'ils étaient des imbéciles heureux, ça allait à William. En plus, Anaïs avait vraiment une plastique parfaite, c'était un régal pour les yeux (et les sens en général), et il ne se lasserait jamais de le lui répéter, ni de la toucher, d'ailleurs. Elle avait aimer même sur la fin ?.. Voilà qui était intéressant, ça le soulageait du même coup, qu'elle n'ait pas apprécié à cause de la conduite de William aurait été le pompon.

         "Je note," rit-il devant tant d'enthousiasme.

         Un silence s'installa et il sentait ses paupières se fermer de plus belle. Il n'allait pas tenir très longtemps à ce rythme, et la douche alors ? Pourquoi est-ce que cette chambre ne possédait pas de douche attenante ? Il y avait encore et toujours ce foutu escalier à franchir !

        "Faut que j'aille à la salle de bains," marmonna-t-il, à demi-endormi.

       Il se secoua mentalement et se redressa à moitié, pour se réveiller comme pour se préparer mentalement à mettre un pied devant l'autre. Presque aussitôt, une tête poilue et noir et blanche se profila dans son champ de vision. Il se frotta les yeux en se demandant s'il n'avait pas la berlue avant de se rappeler du chien, qu'il avait proprement oublié.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mer 12 Juil - 0:24

- Non Williaaaam reeeeeeeste, râlai-je.

Et ce n'était pas pour la forme, je ne voulais vraiment qu'il reste contre moi. Il me servait de couverture chaude, c'était rassurant et agréable, il amenait avec lui les premières vagues de sommeils qui accompagnaient mes soupirs sereins. Bah évidemment que j'avais envie de dormir là, il m'avait vidée de toute mon énergie et je ne pouvais être plus à l'aise qu'en cet instant. Donc pourquoi diable voulait-il descendre dans la salle de bain ? C'était loin en plus, trop loin. Je fis une fausse grimace en me redressant comme si c'était l'effort le plus difficile que j'avais eu à accomplir depuis des années, et je tombai en avant, en posant ma tête sur son dos. Je passai mes mains autour de son torse et me tins à lui. Je pouvais de là respirer tranquillement son odeur, c'était encore plus agréable. Je collai ma poitrine contre lui, pas vraiment gênée d'être toute nue. Ce n'était pas la première pensée qui me traversa la tête. Et puis je me sentais pantelante, mon esprit comme mes muscles étaient au ralenti. Ils cherchaient le repos, eux aussi. Moi je voulais bien leur donner ! C'était lui qui voulait descendre ! Sachant qu'il était hors de question de le laisser aller en bas tout seul. Si je n'arrivais pas à le faire rester, j'allais devoir le suivre.
Je gémis une seconde moi.

- Je veux pas que tu partes-euuh...

Je fis une moue boudeuse, et constatai l'arrivée d'Orion sur le lit. Ah. Effectivement, je l'avais oublié celui-là. Était-ce gênant ? Ouais un peu... Je pris les mains de William dans les miennes pour l'empêcher d'attraper Orion, et m'appliquai un peu plus à la tâche de "lui occuper l'esprit". Je soufflai sur sa peau, boudeuse.

- Ou alors je viens avec toi.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mer 12 Juil - 8:21

William rit en sentant une espèce de sangsue se coller à son dos et l'encercler de ses petits bras. Qu'est-ce que c'était que cette manière d'essayer de le retenir ? Elle s'accrochait à lui comme une huître en songeant que comme ça au moins il n'avait plus le choix, rester ou l'emmener avec lui ? En temps normal il l'aurait soulevée sans trop de problènes mais là il ne pouvait pas, ses conditions physiques ne le lui permettaient pas encore, surtout qu'il y avait l'escalier, obstacle de taille. La téléportation pour aller plus vite, c'était pareil, il préférait ne pas tenter le diable alors que cette journée avait si bien démarré. En plus, c'était loin d'être désagréable de sentir le corps nu d'Anaïs contre son dos. Il sentait son souffle sur sa peau... Elle lui attrapa les mains et il lui fit un bisou sur le dos de la main, un peu embrouillé par toutes ces émotions. Sérieusement, ils étaient obligés de le garder, ce chien ?..
Tout de même un peu frustré de ne pas pouvoir improviser, William s'arracha à la tentation de rester sur place avec Anaïs comme elle le demandait (et à son étreinte machiavélique à contrecœur) et se leva. Instable, il retrouva son équilibre après quelques secondes. Ok, c'était noté, ne pas aller trop vite. Il ramassa rapidement ses fringues qui reposaient par terre, au cas où, et se demanda si Anaïs voulait s'habiller ou pas. Lui préférait qu'elle reste comme ça, mais bon. Non non, l'idée de ne pas lui apporter de vêtements pour qu'elle reste toute nue même après la douche ne lui avait pas du tout traversé l'esprit. En plus c'était bête parce que toute façon, elle pourrait toujours enfiler son tee-shirt, si elle le voulait. Les fringues dans une main, William lui tendit l'autre pour qu'elle se lève en ignorant superbement le chien.

"Aller viens, on y va."

Si elle boudait, il trouverait bien le moyen de la dérider.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Mer 12 Juil - 23:22

William se leva quand même, à mon plus grand désarroi. Je le regardai, lui et son corps qu'il me mettait sous le nez, que je trouvai toujours aussi magnifique. J'avais envie d'y passer les mains, encore, rien que pour le plaisir et... S'il voyait le regard que je posais sur lui en cet instant, il allait se poser de sérieuses questions. Il pourrait se demander aussi je n'avais pas toujours envie de lui. Sincèrement, s'il me posait cette question, j'en redemanderais, sans aucune hésitation ! J'étais prête à recommencer autant de fois qu'il le voulait. Mais je l'avais fatigué, apparemment, et je me sentais moi-même un peu moins claire que tout à l'heure, moins réactive. Il ramassa ses affaires. Bon, bah nous n'allions pas rester dans le lit, tranquillement, il avait d'autres plans, malheureusement. Je cachai ma déception, en me disant que je devrais moi aussi prendre des vêtements. Une douche s'imposait maintenant. Et dire qu'il me faisait carrément me lever...
A contre-coeur, je pris sa main, et me levai. Oui, j'avais dit que s'il ne restait pas je venais avec lui. Je comptais bien honorer mes paroles, et donc le suivre en bas, dans la salle de bain. Je soupirais bruyamment, trop bruyamment, pour bien montrer mon désespoir, et dus lâcher sa main (comprenez bien que mon petit coeur se brisa un peu plus en cet instant) pour ouvrir l'armoire, saisir des sous-vêtements et des habits. Tout de suite après, je la repris, et le prenant de court, je l'embrassai intensément, pour finalement arrêter et le tirer vers les escaliers, comme si de rien n'était. Je descendis, suivie de près par Orion, que je caressai en route d'ailleurs.
La salle de bain. J'ouvris la porte, déposai mes vêtements sur l'évier, et partis gérer la température de la douche. Puis, tout à fait sérieuse, je me tournai vers lui.

- Si tu as besoin, je peux te couper les cheveux hein, si tu les trouves trop long. Même si ça te donne un petit côté... Sauvage...

Je m'étais rapprochée de lui, une main sur son torse, mes lèvres proche des siennes.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Jeu 13 Juil - 0:14

            Anaïs se leva, prouesse de l'année. Non sans l'avoir bien maté avant, mais elle le fit tout de même... La jeune fille prit le temps de chercher des vêtements propres jusqu'à en trouver qui correspondent à ses attentes, puis fit un truc bien plus plaisant que de s'intéresser à des fringues : elle l'embrassa passionnément, comme ça, en se mettant sur la pointe des pieds. William en aurait laissé tomber ses propres vêtements. Il se pencha un peu pour lui faciliter la tâche et approfondir le tout... Quand elle décida de leur séparation parce que, il est vrai, il fallait bien bouger au bout d'un moment. Voilà que c'était William qui se surprenait à vouloir rester ici, finalement. Elle avait vraiment un don pour la tentation, ou plus précisément, une emprise sur lui dont il ne se rendait pas toujours compte. Il était certain qu'elle pouvait le mener par le bout du nez si elle s'y mettait sérieusement. Après tout, elle avait des arguments... Convaincants à sa disposition. William se laissa guider vers l'escalier, bien qu'il connaisse le chemin. Ils furent vite rendus dans la salle de bains et Anaïs se montrait beaucoup plus motivée que tout à l'heure, virevoltant d'un bout à l'autre de la pièce l'air de rien. William la regardait faire, masquant un sourire, avant qu'elle ne lui pose sa question. Ses cheveux ? En levant les yeux, c'était vrai qu'il voyait les mèches lui tomber sur le front. Ils étaient plus longs que d'habitude, c'est sûr. Mais... Elle avait la folie des grandeurs depuis qu'elle s'était coupée les cheveux ? Anaïs, apprentie-coiffeuse. Cette image arracha un véritable sourire à William, il ne la voyait pas du tout papoter avec les petites vieilles qui venaient refaire leur couleur. Mais si elle voulait tenter d'arranger sa tignasse, comme elle le voulait, tant qu'elle ne lui coupait pas l'oreille en passant, il n'y avait pas tellement de risques. Si elle se loupait, eh bien, tant pis pour elle, c'était elle qui le voyait tous les jours. Tout d'abord, il l'embrassa, par pure envie égoïste, puis arqua un sourcil en la laissant respirer.

          "Sauvage, comme un ours ? ricana-t-il en exprimant la première chose qui lui passait par la tête avant de hausser les épaules. Comme tu veux, t'façon faudra bien le faire à un moment ou un autre."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Ven 14 Juil - 1:01

William m'embrassa, comme ça, subitement. Et loin de désapprouver cette soudaine attention, je ne bougeai pas d'un pouce, bien trop occupée à lui rendre son baiser, plus ardemment encore. À ce rythme là nous ne ferions rien d'autre de notre journée, mais ça ne me dérangeait pas personnellement... Absolument pas. Ça rattrapait en quelques sorte ma précédente envie de rester avec lui dans le lit qu'il n'avait pas acceptée. Ouais, il se faisait pardonner... Un peu. Oh, bien sûr que j'allais en demander d'autres ! Beaucoup d'autres mêmes, mais j'allais juste attendre les moments importuns. Sa comparaison me fit rire. William un ours ? Bof, à part quand il était grincheux, là oui il ressemblait à une de ces grosses bêtes pleines de poils. J'aurais penché pour autre chose, niveau comparaison...

- Comme un lion !

Je souris, et m'éclipsai pour chercher les ciseaux dans la cuisine, ceux que j'avais moi-même utilisé pour couper mes propres cheveux. J'allais bientôt les renommer les ciseaux coupe-cheveux rien que pour ça. Toujours rangés, je les pris et revins dans la salle de bain. Je posai un doigt sur mes lèvres, l'air pensive, comme une peintre cherchant le parfait angle pour son tableau. Je posai les ciseaux sur le bord du lavabo, pris sa main, et le tirai devant le miroir au dessus des éviers, puis retournai dans la cuisine. Ouais, il n'avait pas rétréci à la machine à laver, le William, et s'il ne s'asseyait pas j'allais avoir beaucoup de mal à atteindre sa tignasse. Je portai une des chaises, l'abaissai, et lui tendis comme si elle était un trône, et qu'il était un roi.

- Si monsieur veut bien prendre place.

Je lui fis même une révérence, histoire d'ajouter un peu plus de... réalité. Les ciseaux revinrent dans mes mains. Bon, bah il était temps de s'y mettre. La pensée que nous étions toujours nus m'effleura un peu l'esprit, mais je n'y réfléchis pas plus que ça. Non, ce n'était pas dérangeant d'avoir un William déshabillé en face de moi...

- Bon, ne me déconcentre pas, sinon je vais vouloir t'embrasser et je veux pas te faire un gros trou sans cheveux en plein milieu du crâne.

Je regardai son reflet dans le miroir, l'air totalement sérieuse, et c'est parce que je l'étais. Justement. Puis j'entrepris de couper ses mèches trop longues, qui le dérangeraient sûrement d'ici peu. Couper, mettre à la même hauteur, rendre égale... Et ce fut le résultat obtenu à la fin. Le William qui ne sortait pas d'une jungle, celui que j'avais rencontré. À retenir : j'étais meilleure pour couper des cheveux plutôt que pour faire de la cuisine. Trop de constat. Mais bon, on fait avec ce qu'on a. Je déposai la paire sur l'évier, puis retournai derrière lui. Mh... non ce que j'allais faire n'était pas prévu, pas vraiment. Je passai une main dans ses cheveux pour retirer les dernières mèches coupées qui n'étaient pas tombées, puis je l'embrassai dans le cou, tranquillement, doucement, mes lèvres caressant délicatement sa peau.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Ven 14 Juil - 18:06

          Le lion, ce n'est pas par hasard le fauve qui laisse tout le travail à son harem de femelles ? En soit, William n'avait pas trop à se plaindre, mais pas sûr qu'Anaïs soit d'accord pour le partager... Elle n'avait plus qu'à faire le ménage, la bouffe, les gamins, et pourquoi pas aller chercher une gazelle ou deux pour le petit déjeuner pendant qu'il se prélasserait dans le lit ou sur la terrasse, au choix. Oui, William avait une drôle de façon d'interpréter les choses, et même si ça l'amusait d'imaginer tout ça il n'allait pas faire part à Anaïs de ces élucubrations hasardeuses. Il se plaça au miroir, en regardant faire Anaïs en réprimant l'envie de la toucher partout ou de rigoler, parce qu'elle avait raison, ce n'était pas vraiment l'option à choisir s'il voulait garder ses oreilles intactes. Elle se mit au travail, armée de ciseaux, et ma foi fit du bon boulot. William n'était pas très regardant, de toute façon. Il rit en sentant ses lèvres contre sa peau : décidément, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Il se leva et l'embrassa pour la distraire... Avant de la pousser sous la douche.

          "Douche-toi avant de tomber de sommeil," fit-il en refermant la porte derrière elle.

          Il la rouvrit finalement :

          "Et merci pour la coupe !"

          Avant de la refermer encore. Lui, il retourna au lavabo, fit un peu le ménage et jeta le préservatif avant de commencer à se raser en s'efforçant de ne pas se couper. Il ne se débrouillait pas trop mal, beaucoup mieux qu'hier, en fait. Il grimaça et faillit se couper. Ok, mieux valait ne pas penser à hier... Derrière lui, la douche coulait et de la vapeur apparaissait sur les vitres. Il se rinça et finit par céder à la tentation en rejoignant Anaïs.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Ven 14 Juil - 20:48

- Héé ! fis-je lorsqu'il me poussa dans la douche.

J'étais bien contre ses lèvres et ça n'avait été qu'un leurre ! Tsss... N'ayant pas trop le chaud, je levai les yeux au ciel. J'allais me rattraper de cet affront après parce que dans un sens, il avait raison. Il m'avait vannée et je tenais debout simplement parce que je n'arrêtais pas de bouger. C'était comme ça que je fonctionnais : tant que je ne m'arrêtais pas je tenais, si par malheur je me posais, alors les possibilités que je me relève se réduisait lentement. Là, je savais que si je m'asseyais, je m'y endormirais. William le savait, il me connaissait par cœur. Je fis une moue déçue, sauf que j'étais seule dans la douche, donc bon, personne pour la voir quoi.
Je me servis des savons, lavais mes cheveux - étant plus courts, c'était plus rapide et plus agréable - puis tout mon corps. Je m'apprêtai à sortir, quand la porte s'ouvrit, et c'est un William qui apparût à la place, pour entrer dans la bouche. Je fis un "o" de ma bouche, mon regard descendant puis remontant sur son corps. Mon "o" se transforma en un léger sourire ambitieux, et je le tirai dans la douche en l'embrassant. Je collai mon corps contre le sien, en le caressant de ma main droite. Puis je déposai ma tête contre lui, l'eau étant de son côté.

- Si on y réfléchit bien, on a déjà fait ça sous une cascade, mais jamais sous dans la douche. Pourquoi on fait toujours les choses les plus improbables avant de faire les normales ? demandai-je en riant.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Ven 14 Juil - 22:54

          William alluma l'eau de la douche, brûlante sur lui qui venait seulement d'y entrer. La chaleur l'enveloppa et il se sentit tellement bien qu'il savoura cette sensation pendant quelques secondes. Anaïs, elle, n'attendit pas ça pour lover son corps nu contre lui. Il commença à se savonner, avec l'envie impérieuse de poser les mains sur le corps d'Anaïs, bien que ce ne soit pas vraiment le but puisqu'elle était propre. Les cheveux trempés de la jeune fille paraissaient presque noirs, et sa peau pâle n'en ressortait que plus. Ses yeux, eux, brillaient et elle semblait parfaitement réveillée en cet instant, même si William la connaissait assez pour savoir que ça n'allait pas forcément durer. En tout cas, elle profitait allégrement du fait qu'ils soient tout deux dans la douche une nouvelle fois. Ils ne pouvaient pas prendre leur douche tout seul comme des grands, comme faisaient la plupart des gens normaux, à laquelle on pouvait rajouter la majeur partie des particuliers du monde ? Apparemment, ça leur était impossible. On pouvait les comprendre, ils revenaient de loin et se redécouvraient en quelque sorte. William allait déjà mieux, lentement mais sûrement, et s'il s'efforçait de dompter la fatigue physique, nul doute qu'elle lui retomberait à un moment ou à un autre. Le but étant que ce soit le plus tard possible. Pour l'instant, il situait l'épuisement à un degré moyen, plus proche du plus que du moins mais il pouvait tenir encore quelques heures. Ou alors, il était très fort pour s'en persuader, mais ça revenait au même. Anaïs, elle, songeait surtout à s'allonger... William sourit sous cape, il l'avait crevée à ce point-là ? Il ne se savait pas si énergivore. Elle, elle le titillait de nouveau et comme tout mec avec une telle bombe dans les bras, il avait envie de nouveau.

          "Parce que ce serait beaucoup moins drôle ?" chuchota-t-il avant de l'embrasser à pleine bouche.

         Un petit moment plus tard, William soutenait Anaïs, lui-même étant soutenu par le mur derrière lui. (On se demande bien pourquoi il ont besoin d'être soutenus, tiens). Ils se remettaient doucement de leurs émotions, le souffle court. William fit un bisou dans le cou d'Anaïs.

         "C'était magique," souffla-t-il tout bas à la fille magnifique qu'il avait dans les bras.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 15 Juil - 21:09

Pas faux. Ce serait moins drôle, moins exotique, moins... nous. Quoi ? Nous n'avions jamais rien fait normalement, de toute façon, alors pourquoi nos relations, qu'elles soient sexuelles ou pas d'ailleurs, devaient l'être ? Ça divergerait totalement de notre façon d'être, de penser et d'agir.
Collée comme je l'étais à lui, je profitais à la fois de la chaleur de l'eau, et de son corps, ce qui n'était, ma foi, pas désagréable du tout. Mais n'oublions tout de même pas que nous étions tous mes deux dans la douche, et bientôt les choses tournèrent une nouvelle fois vers des choses plus... libertines, et quand je repris ma respiration après la montée de chaleur de l'instant, j'avais ma tête calée sur lui, mes mains autour de son cou. J'eus un subit soupir de plaisir, et c'est inconsciemment que je fermai les yeux, emportée par la vague de bien être qui suivait la plupart du temps, quand deux êtres s'aimaient de la sorte. Je souris à ses mots, bien qu'ils viennent de très très loin, comateuse comme je l'étais.

- Ça l'est toujours avec toi, parvins-je à répondre tout bas.

Et toujours aussi inconsciemment, je m'endormis contre lui, pas le moins du monde dérangée par le jet de la douche ou ma position debout.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 16 Juil - 15:28

             Anaïs avait les yeux fermés, et tout son poids reposait sur William. Elle faisait une syncope ? Ce n'était pas le but premier de ce qu'ils venaient de faire, loin de là ! Après vérification, elle s'était juste... Endormie ? Sérieusement, elle dormait, là, comme ça ? Et William était censé faire quoi, dans ces conditions ? Bon, déjà, éviter qu'elle se cogne en tombant parce qu'elle lui glissait des bras. Merde, ils étaient trempés !.. William passa un bras sous ses genoux et la souleva pour sortir de la douche et la posa par terre, essoufflé par l'effort. Mais eh, c'était qu'elle dormait comme une marmotte, en plus ! Il l'enveloppa dans une grande serviette pour la sécher un minimum, sinon elle allait attraper la crève. Bon, d'accord, elle ne pouvait pas avoir froid m'enfin William ne savait pas si c'était toujours valable si elle était endormie, et puis même, il n'allait pas la laisser trempée. Il se sécha lui-même rapidement et enfila caleçon et jean en quatrième vitesse. Il releva le buste de la jeune fille, sa tête roula contre son épaule. Mince, il avait oublié ses cheveux ! Il prit une autre serviette et s'efforça de les sécher eux-aussi. Il n'était pas très doué en la matière, ils étaient ébouriffés, maintenant. Tant pis. Toujours à genoux avec Anaïs à moitié dans les bras, il s'efforça de lui enfiler un tee-shirt et une culotte, c'était comme ça qu'elle avait dormi. Il lui mit son tee-shirt, c'était plus simple, il était plus large. Elle était comme une poupée désarticulée, toute petite et fragile entre ses bras. Maintenant, c'était le plus compliqué. Il allait devoir la porter, jusqu'au canapé décida-t-il parce qu'il ne se sentait pas de se téléporter après ce qui était arrivé la veille. Mais il avait peur de lui faire mal en tombant avec elle. Il caressa sa joue, se préparant mentalement à la suite. Ses cheveux encore trempés mouillaient toute son épaule. Pas grave, il était torse nu. Finalement, il la souleva et, avant de penser à s'écrouler, franchit la porte avec elle. Heureusement que ce n'était pas loin. Il s'avachit avec soulagement dans le canapé, les muscles encore tremblants sous l'effort.

            "Sérieux, qu'est-ce que tu me fais faire toi," lui dit-il tout en sachant qu'il parlait tout seul.

           Il mit un certain temps avant de pouvoir bouger de nouveau. Il allongea Anaïs et se dégagea de son emprise. (A la base il s'était assis dans le canapé avec elle dans les bras donc bon). Avec une certaine lenteur, il alla chercher une serviette pour ses cheveux qui continuaient de dégouliner et la posa derrière sa tête avant de la couvrir avec le plaid. Il s'assit sur le peu de place qu'il restait et se remit de ses émotions. Pas trop forcer, facile à dire, moins facile à faire. Son corps se rebiffait encore et il détestait ça. Il voulut s'assoupir quelques minutes, mais quelque chose lui revint inexplicablement en mémoire, comme un couteau remué dans une plaie qui n'était plus censée existé. Il se releva (trop) précipitamment en se tenant le flanc gauche. Hum... Il fallait... Il fallait qu'il aille voir, qu'il soit sûr. En retournant dans la salle de bains, il épongea l'eau et mit à sécher la serviette, avant de se placer devant le miroir et de détailler son flanc. La peau avait été refermée, elle n'était pas tuméfiée, il n'y avait pas de douleur sourde qui pesait sur lui à chaque seconde. Ses côtes étaient en place, il pouvait se mouvoir sans problème, il n'était plus dans la moiteur de la jungle, il avait même plutôt froid. Cette impression désagréable n'était que le fruit de son imagination. Il n'y avait qu'une cicatrise plus rosie que les autres, c'était tout ce qui restait de cette aventure. ça et des souvenirs pas très drôles. Est-ce qu'il était comme les amputés qui sentaient encore leurs membres coupés ? Lui, l'espace d'une demi-seconde, il avait senti cette souffrance aiguë se réveiller dans son flanc gauche. D'où venait-elle ? Est-ce que la situation s'était inversée trop brutalement pour que son inconscient l'enregistre ? Il avait été sur le point de mourir, là-bas.
            Arrête de te poser des questions, et enterre cette sensation. C'est juste un écho de ce qui s'est passé, t'es pas encore tout à fait remis, c'est tout. William se passa de l'eau froide sur le visage, secoué. Ouais, ça devait être ça. Le jeune homme retourna dans la pièce à vivre d'un pas incertain. Son corps était fatigué mais sa tête était incapable de s'endormir. Alors qu'il allait aller voir si Anaïs allait bien, son regard se posa sur le piano. Il hésita à peine une seconde avant de changer de direction et de tirer le tabouret vers lui pour s'y asseoir. Il souleva la protection du clavier et regarda les touches. ça faisait longtemps qu'il n'avait pas jouer... Il ne savait même pas si celui-ci était accordé, d'ailleurs, peut-être qu'il ne devrait pas. Mais son angoisse à propos de ce qu'il venait de revivre le décida et il posa les doigts sur les touches noires et blanches avant d'entamer, d'abord avec hésitation, puis plus audacieusement, un des rares morceaux qu'il connaissait par cœur. La mélodie s'éleva, comme il avait l'habitude de l'entendre, et il se surprit à éprouver du bonheur en l'entendant. Il était encore capable de jouer ! Par contre, il fronça les sourcils : il y avait un décalage notable entre sa main droite et sa main gauche qui ne suivait pas le rythme. Ses doigts tremblaient, étaient plus maladroits, son poignet était rouillé, bref, ça n'allait pas. Conséquence de ce que ce bras avait subi. William resta un instant à se regarder trembler, puis s'attela à rattraper son retard, en répétant, encore et encore inlassablement, jusqu'à ce que sa main gauche s'accorde avec la droite, enfin. Il continua jusqu'à ce qu'elle rende l'âme. Lorsqu'il referma le piano, il avait mal à la main gauche et ne sentait plus ses doigts. Il n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé. Il était crevé mais ses pensées négatives avaient disparues... ça valait amplement le coup.
           William rangea avec précaution le tabouret et allait se diriger vers le canapé pour rejoindre Anaïs dans les bras de Morphée quand il faillit marcher sur le chien, couché aux pieds de la jeune fille. Il l'avait presque oublié, lui. Ils étaient censés en faire quoi ? Déjà, ça mangeait quoi ? Des croquettes ? Où était-il censé en trouver ? Ils ne savaient même pas son nom, à ce clebs. Si ça se trouvait, il avait la rage. Et évidemment, il le regardait avec cette innocence et sa langue pendante, là, beurk... Il allait le mettre dehors sans concession quand on frappa à la porte. William leva la tête. Il crut avoir mal entendu, mais le bruit se répéta, venant de la porte par laquelle l'infirmier était entré la dernière fois. William alla ouvrir, et tomba nez-à-nez avec un mec qui le fatigua rien qu'en ouvrant la bouche :

            "Bonjour, vous êtes au service de Vladimir ? Je suis éleveur dans une boucle non loin de la votre, si l'on peut dire, et je cherche Orion, un chien particulier, il paraît qu'il peut voir les estres, vous l'avez peut-être vu, lui, pas les estres, hein. C'est facile, il ne sait que fuguer, je dois le retrouver, même si ça me fait chier à chaque fois, et... Oh ! (il venait d'apercevoir le chien) Mais il est ici ! Il n'est pas parti ? D'habitude il ne reste jamais en place, il a l'air tout sage avec vous ! Vous aimez les chiens ? Vous pouvez peut-être le garder au moins pendant quelques jours ! (son regard disait plutôt "yes j'en suis enfin débarrassé")
             - Euh, je... commença William qui peinait à comprendre ce que disait ce mec tellement il parlait vite.
             - Vous n'avez pas ce qu'il faut ? Ah mais justement j'ai tout apporté, attendez c'est juste là, vous comprenez je l'aurais appâté avec les croquettes."

            Il mit déjà ce qu'il avait dans les mains (c'est-à-dire une laisse, une gamelle et un énorme paquet de croquettes qui était posé par terre) et repartit aussi sec. William posa tout sur la table et se dit que ce mec commençait franchement à lui courir sur le haricot. Le mec réapparut et lui donna des croquettes pour des années entières et posa un sac à côté de la porte.

            "Et voilà ! Je sais pas vous, mais je trouve que s'occuper d'un animal, ah la la, vous êtes bien installés ici vous, je peux entrer ? On discuterait un peu d..."

           VLAM.
           William venait de claquer la porte au nez du type. Fallait pas le chercher. Il cala une chaise sous la poignée, pendant que la poignée bougeait alors qu'on entendait vaguement des paroles étouffées de l'autre côté. William retourna s'asseoir, en bougeant les croquettes de la chaise. Mais qu'est-ce qu'il était saoulant ce mec !

           "J'comprends que tu te sois barré mon pauv' vieux, dit-il au chien affamé qui vint évidemment réclamé à manger.

           William jeta un coup d’œil à Anaïs qui dormait toujours paisiblement. Heureusement que l'autre con ne l'avait pas réveillée. D'ailleurs, le piano ne l'avait pas fait non plus. Elle dormait vraiment à poings fermés. Il n'allait tout de même pas la réveiller pour qu'elle nourrisse le chien. Et l'autre qui le regardait avec ses yeux de merlan frit, là.

           "J'ai tout de même légèrement l'impression de m'être fait avoir," songea William tout haut en regardant le cleb's et le bordel d'affaires de chien dans la cuisine.

           Il se leva, ouvrit un des paquets pendant que le chien lui tournait autour, il essaya même de lui grimper sur les jambes et William résista à l'envie de lui filer un coup de pied. Après on allait l'accuser de maltraitance sur les animaux. Il laissa le chien manger en lui disant "aller tiens, maintenant fous-moi la paix" et alla ranger tout ce bazar. Une bonne odeur vint lui chatouiller le nez quand il alla dans la réserve. Ok, le chien s'était lâché par terre. Et encore, ce n'était que du pipi. Génial. William leva les yeux au ciel. Il n'allait pas le supporter longtemps ce chien. Pourquoi Anaïs voulait-elle le garder, déjà ?.. Le jeune homme alla ouvrir la baie vitrée et mit les gamelles dehors, le chien le suivit à petits pas. William referma derrière lui, laissant le chien dehors. ça, c'était fait. Il respira un bon coup, et nettoya le sol de la réserve, avant de ranger les sacs de croquettes sur une étagère vide. Quand au sac, il le mit avec, il ne savait pas ce qu'il y avait dedans (sûrement des jouets pour chien) et il s'en fichait bien. Les muscles endoloris, il bâilla et se releva. Ok, ça, c'était fait, il faisait quoi ? Dormir ? Il en avait bien envie, mais il était tard, et puis il commençait sérieusement à avoir faim. En cherchant un peu, il trouva des haricots verts en boîte. Il ne savait même pas si Anaïs aimait ça. Boarf, il fallait espérer que oui, parce qu'il était parti pour faire ça. Il ne se compliqua pas la vie, mit les haricots dans une poêle et les fit revenir. Il chercha ensuite des herbes ou n'importe quelques condiments et ajouta des épices au jugé. Sans trop en mettre non plus, il ne comptait pas avoir l'impression de manger du piment. Il chercha encore (un jour, il connaîtra cette cuisine) et sortit une sorte de plat pour mettre tout ça dedans. Il lava la poêle, se remémorant les souvenirs de sa mère de dos qui faisait la même chose, les manches de sa chemise retroussées. Elle faisait tellement efficacement les choses à l'époque, il se sentait lourdaud à côté d'elle. Nostalgique, il essuya la poêle et puis la rangea. Il sortit du jambon et puis s'assit sur une chaise. il s'étira et observa Anaïs, un peu dans la lune, un peu sur un autre planète. Là où l'histoire s'était écrite il y avait longtemps. Ce qu'elle était jolie et paisible, comme ça... Il aurait aimé la laisser dormir, mais les haricots verts n'attendent pas. Alors il approcha, se mit à genoux et puis lui fit un bisou dans le cou, puis sur le menton, puis sur l'oreille (elle se mit à bouger), la tempe, en écartant quelques mèches de cheveux, et le front.

         "Salut princesse, dit-il en s'éloignant un peu pour être dans son champs de vision. T'as faim ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 16 Juil - 20:28

Sincèrement, si j'avais su que j'allais m'endormir de la sorte, aussi facilement et aussi rapidement, j'aurais prévenu William, et je serais sortie de la douche. Mais ce n'avait pas été le cas, et Morphée fut plus rapide que ma conscience. Ça, je ne m'en rendis compte que quand des lèvres me chatouillèrent et que j'ouvris les yeux sur un William parfaitement réveillé. En cet instant je me demandais ce qu'il s'était passé, comment j'étais arrivée dans le canapé, et je me dis, sans surprise, que j'adorais avoir William au dessus de moi comme ça. Je souris doucement, encore enchevêtrée dans les brumes du sommeil qui m'avaient emportée sans me demander mon avis.
Une nouvelle fois, ça sentait bon dans la maison. Quelle heure était-il ? Si j'avais dormi, pendant combien de temps et... Un coin de mon cerveau me fit constater que j'étais habillée, alors que normalement nous avions pris notre douche nus. En parlant de ça, mes cheveux étaient encore un peu mouillés. Je dévisageai à moitié William, et finis par rire. Je retirai mes mains cachées sous le plaid pour passer mes bras autour de son cou. Bon, vue sa question, oui il était tard. J'avais dormi tout l'après-midi. Et qu'est-ce qu'il avait fait pendant tout ce temps ? Il n'avait pas dormi ? Je n'avais aucun indice sous la main qui le permettait de répondre à cette question là. Je retenais juste que je m'étais endormie lamentablement dans ses bras. Meh... ce n'était pas si désagréable au fond, de se réveiller dans ses bras. Je caressai tranquillement ses cheveux, l'observant plutôt que lui répondre. Une chose à la fois, d'abord je profitais de ce réveil agréable, et ensuite...

- Faim de toi, oui, je crois que je pourrais te manger tout cru.

Je l'embrassai lentement, caressant subtilement ses lèvres.

- Mais... Je suppose que je vais devoir troquer cet appétit contre celui pour ce que tu as préparé. Ça ne me dérange pas, tu n'imagines pas à quel point ça creuse, de te faire l'amour.

Quoi, je poussais le bouchon un peu trop loin ? Mais non voyons !

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 16 Juil - 21:52

          Le soleil déclinait inexorablement derrière la vitre et William s'appliqua à ignorer le chien enfermé dehors. Anaïs le força à rester près d'elle, elle passa les mains dans ses cheveux (qu'elle avait coupé elle-même, soit dit en passant). Elle profitait bien de son réveil, en tout cas. Elle le dévisageait comme si elle ne l'avait jamais vu de sa vie et qu'elle avait été réveillée par le prince charmant de ses rêves, sa tête d'illuminée mal réveillée était hilarante. En tout cas, elle ne semblait pas vouloir le lâcher, ni même descendre de ce canapé où ils auront passer, décidément, beaucoup de temps, que ce soit lui ou elle, à dormir. Et à manger. Et à faire autre chose, m'enfin, on allait pas rentrer dans les détails, il y avait déjà eu assez de pensées grivoises comme ça. Pensées grivoises qui habitèrent au moins un instant la petite tête blonde qu'il avait en face de lui, vu ce qu'elle lui dit. Elle se rabattit bien vite sur l'option dîner, heureusement pour les haricots verts qui n'attendaient que d'être mangé. William lui fit un grand sourire à la mention de leurs derniers ébats, il ne pouvait pas s'en empêcher.

        "J'ai comme ma petite idée, vu le temps que tu as passé à dormir. Tu ne t'es même pas réveillée quand j'ai fait un strip-tease debout sur la table en écoutant Edith Piaf, c'est dire."

           Sur ces paroles pas sérieuses pour un sou, il se releva et lui tendit la main pour la redresser à son tour. Bien, ils étaient debout, c'était déjà ça, non ?

           "A part ça, j'espère que t'aimes les haricots verts."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1090
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 16 Juil - 22:28

L'image que j'avais de lui en cet instant était grotesque : William en boxer, sur une table à se déhancher dans tous les sens, d'une façon absolument pas sexy. Si je lui en parlais, de cette grande image de lui, aucun doute que sa fierté et sa crédibilité en prendrait un coup. Comme monnaie d'échange, je plissai les yeux et posai un regard lubrique sur son torse dépourvu de vêtements. Non, je n'allais pas l'embêter jusqu'à ce que nous le fassions une troisième fois, simplement que c'était tentant, et que c'était lui qui avait commencé à parle de strip-tease, pas moi ! Donc oui après des idées concentrées sur le désir de la chair me venaient à l'esprit. Et ce n'était pas pour ça que j'allais m'empêcher de faire une remarque.

- T'as fait un strip-tease ? Sans que je ne sois là pour le voir ? J'exige dédommagement...

William s'était levé et tendait désormais une main vers moi. Je la saisis, et une fois debout je sentis que mon t-shirt était rudement grand. Pour la simple et bonne raison qu'il me l'avait mis, et c'est pourquoi il n'avait pas le sien en cet instant. Intéressant intéressant. Je reluquai son torse d'un œil critique, histoire d'ajouter un jeu à mes paroles, comme si je cherchais le prix du dédommagement en question qu'il pouvait me fournir. Je m'approchai doucement, mesurant mes gestes, prenant garde à effleurer sa peau sans la toucher. Sur la pointe des pieds, je me plaçai à quelques millimètres de ses lèvres.

- Des bisous devraient faire l'affaire, murmurai-je.

Et sans l'embrasser, je fis demi-tour, de bonne humeur. Ce manège était légèrement fait exprès, mais franchement, je n'aurais pas été contre un strip-tease venant de sa part. Je souris toute seule, en m'approchant de la table.

- Ça me va des haricots verts ! De toute façon c'est toi le cuisinier, fis-je avec entrain.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 925
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Lun 17 Juil - 14:10

           William secoua la tête en riant, elle disait vraiment n'importe quoi. Comme si il avait vraiment fait ça un jour dans sa vie, tiens ! Et d'ailleurs, il ne comptait jamais le faire même dans l'avenir, il avait un peu de dignité, tout de même ! Taquine, elle prenait soin de ne pas le toucher directement au début, tout en sachant très bien le désir qu'elle déclenchait chez lui. Décidément, à peine réveillée et elle l'allumait déjà, elle était en forme ce soir. William allait se laisser embrasser... Quand, toute heureuse, elle se dirigea vers la table qu'il avait mise. Elle était sérieuse, là ? Il voulait son bisou lui maintenant ! Non mais sans blague ça ne se faisait pas de le faire attendre comme ça, bonjour le faux espoir ! Désireux de prendre sa revanche, William s'approcha d'elle, l'attira à lui et l'embrassa sans lui laisser l'opportunité de lui échapper encore une fois. Il se sépara d'elle avec un grand sourire, heureux d'avoir eu ce qu'il désirait.

           "J'me sens mieux tout de suite, bon aller, à table !"

          Il s'assit et elle le rejoignit, il n'y avait plus qu'à se servir, ce qu'il fit pour elle puis pour lui. Il commença lui-même à manger et leur servit de l'eau.

          "A la tienne, jolie fille," compléta-t-il en la regardant.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chalet - Home sweet home
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles :: Institut-