Partagez | 
 

 Le Chalet - Home sweet home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Le Chalet - Home sweet home   Sam 15 Avr - 10:22

J'avais été ébahie par le Chalet dans lequel Victor nous avait conduit. Un Chalet... pour nous ? Pour... pour... Je ne connaissais pas le système employé pour voyager d'une boucle à une autre en traversant un mur et c'est pour cela que je me demandai durant plus de cinq minutes si tout cela était réel. C'était incroyable. Encore plus : Victor nous laissait notre propre habitation. Notre. Pas pour toujours, j'en avais conscience, juste le temps de se remettre d'aplomb. Mais tout de même... William n'avait plus les capacités de tenir, c'est pourquoi il s'effondra dans le canapé une fois arrivé, et que je posai mon regard inquiet sur lui. Les questions telles que « ça va ? » étaient inutiles et de toute façon Victor m'emmenait un peu plus loin en désignant des choses que je ne connaissais pas du tout. Un... groupe électrogène ? Mh... Un micro-onde ...? Oui oui, évidemment ..! Bon Dieu c'était quoi tout ça et... il y avait des choses... Si j'avais fait un saut dans le passé en arrivant en 1940 par rapport à mes années 1960 ou 1970, je fis en quelques secondes un immense bond dans le futur qui me laissa pantelante. Tellement de choses que je n'avais jamais imaginées... Des choses dont le fonctionnement m'échappait totalement, aussi. Comment ça fonctionnait ? Il n'y avait pas de mode d'emploi ? Si William était allé dans le présent, peut-être qu'il s'y connaîtrait mieux. Mais c'était il y a tellement, tellement longtemps...


*****


Je savais où trouver les principales affaires de William - bien qu'ils faillent traverser la forêt - mais je ne savais pas s'il avait des objets précieux qu'il voulait prendre ou qu'il cachait. Je ne pouvais pas lui demander par télépathie, donc je pris surtout les vêtements (oui c'était mieux), ses quelques affaires matérielles que je pus trouver comme essentiellement des couteaux et je fis de même avec mes affaires en les fourrant le mieux possible dans mes sacs. Les seules autres affaires que je pris pour moi se résumèrent facilement : mon carnet, ma trousse de crayon, une brosse à cheveux. Ce fut tout. J'avais quand même des sacs plutôt lourds pour mes frêles épaules douloureuses que je transportai tant bien que mal jusqu'à Emily. Je lui souris, elle fit de même, lui tendis la main, et elle nous téléporta une nouvelle fois dans le Chalet, cette fois avec nos affaires que j'avais tant bien que mal portée.

Je lui adressai un « merci » sincère, auquel Emily répondît d'un nouveau sourire avant de me faire un petit signe de main et de se téléporter de nouveau, me laissant seule avec mes bagages et mon William. Je me regardai, encombrée, et décidai de monter pour voir ce qu'il y avait.    Si le premier étage était déjà, pour moi, incroyablement... beau ? Je n'aurais jamais imaginé vivre quelques jours dans une telle chose après avoir passé tant de temps chez Miss Tit. Les escaliers menaient à une pièce en mezzanine, pièce qui s'avérait être une petite chambre, avec un grand lit - un lit double ! DOUBLE ! - et d'énormes couvertures et de coussins. Je me serais jetée dedans si je n'avais pas eu l'idée d'aller chercher immédiatement les sacs. Par contre ils ne seraient pas vidées aujourd'hui. Même pas en rêve. Je les montai, les posai à côté du lit, lui lançai un regard désolé (et promis en même temps que nous nous reverrons sous peu) et redescendis. William était toujours affalé dans le canapé. Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était, ni même de ce que j'étais censée faire maintenant. Je n'avais qu'une envie : me blottir contre lui et ne plus bouger. C'est ce que je fis. J'enlevai mes chaussures et me posai sur une de ses cuisses avant de passer un bras derrière son cou et de déposer ma tête entre son épaule et son cou. Je me serrai contre lui, en y nichant ma tête et ne pus m'empêcher de déposer quelques baisers contre sa peau.

- Il y a un lit en haut... Si tu as besoin de quelque chose dis-le moi.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 15 Avr - 14:43

          William avait eu tout le mal du monde à rester éveillé durant la fin du voyage. Il n'en pouvait plus, il voulait juste qu'on le laisse tranquille. Il fronça les sourcils sans vraiment percuter ce qui se passait quand ils arrivèrent dans une salle ronde. C'était lui qui voyait trouble en plus d'avoir des vertiges ou il y avait pleins de portes parfaitement identiques face à eux ? Il secoua la tête sans comprendre, cherchant à garder les idées claires. Il se força à avancer, s'engouffra dans la matière lumineuse et toujours en mouvement sans se poser de questions. Apathique, il n'était plus qu'un automate qui marchait mal faute d'avoir été correctement remonter. Ils entrèrent dans une pièce... Une pièce haute, une pièce dont la lumière l'éblouit. Il marmonna un truc, se sentant à deux doigts de tourner de l’œil, et tituba jusqu'au canapé avant de s'écrouler dessus. Pour la suite... Semi-conscient, il ne chercha pas à bouger. Même s'il l'avait voulu, il n'en aurait pas été capable.
         Plongé dans un demi-sommeil, il ouvrit lentement les yeux en sentant un froissement de tissu et un poids sur lui, qui annonçait le retour d'Anaïs. Elle lui parla tout prêt et il sentit des mèches de cheveux lui chatouiller le menton.

         "Si ça te dérange pas, j'pense que... J'vais rester là un petit moment," souffla-t-il avant de s'endormir tout à fait.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 15 Avr - 16:10

Et William s'endormit. J'esquissai un maigre sourire, sans bouger d'un millimètre. Je dus m'endormir à mon tour, lentement, contre lui et ne me réveillai qu'un certain temps plus tard. La preuve, lorsque je regardai l'horloge de la cuisine elle indiquait quinze heures. Tout s'était passé bien vite. William dormait toujours, je ne voulus pas le déranger alors je me relevai en le laissant tranquille. Il ne bougea qu'après, peut-être pour trouver une meilleure position. Je pris le plaid proprement plié à côté de nous et le déposai sur ses jambes, en hésitant en même temps à essayer de l'allonger. Après réflexion je choisis de le laisser ainsi, je ne voulais pas le déranger et risquer de le réveiller.
Quand je me tournai, je vis ce qui devait être une télé. Mes lèvres se serrèrent : je n'avais aucune idée de comment cela fonctionnait, et je ne voulais pas paraître plus ridicule que maintenant. Je ne cherchai même pas à l'allumer et je sortis. Le Chalet, comme l'avait appelé Victor, menait directement sur les rives d'un lac, lui-même entouré d'une grande forêt qui sentait bon le pin, et par-delà cette forêt je pouvais voir de grandes montagnes encore enneigées au sommet. Et pourtant je n'avais pas froid, pas grâce à mon don, non, il faisait doux. Et cela se comprenait car le soleil brillait intensément, et le ciel était d'un magnifique bleu. Ils se reflétaient dans le lac qui devait lui être frais, mais cela ne pouvait être qu'agréable. Je ne m'enfonçai pas dans la forêt pour aujourd'hui - je n'étais pas très rassurée dans ce territoire inconnu - je me contentai d'enlever mes chaussettes, de passer sur le ponton, et de glisser mes petits pieds dans l'eau claire. Je pus confirmer en cet instant que l'eau fraîche mais pas trop était tout à fait agréable. Je m'y allongeai, et fixai le ciel. Je ne connaissais pas ces nuages, ni cette eau et encore moins cette forêt. C'était tellement étrange d'arriver dans une boucle qui m'était totalement inconnue comme celle-ci. J'avais l'impression d'être seule, seule au monde. Il n'y avait presque pas de bruit, c'était tellement calme et... J'avais vraiment le sentiment d'être perdue, seule, dans milieu caché où personne ne me retrouverait. Et je finis par pleurer, doucement, discrètement, en repensant à Kaï et au sépulcreux, mais aussi à toute la pression de ces dernières semaines. Avec les larmes mes muscles se relâchèrent. Mes sanglots apaisèrent mon esprit à bout. Cela faisait du bien de tout libérer. Et puis personne ne pouvait m'entendre ni me voir. J'étais seule, terriblement seule.


Quand je revins dans le Chalet, l'horloge indiquait dix-huit heures. Je sentais mon estomac crier famine et je sus que personne n'allait venir nous livrer notre repas. Je fronçai les sourcils. Cela faisait presque trente ans que je n'avais pas eu affaire à une vraie cuisine dans laquelle je faisais à manger. Pourtant j'allais bien être obligée. C'était étrange ça aussi. Je ne me voyais absolument pas avec une toque de chef, un tablier blanc et des gants. Pas du tout mais... Miss Tit ou Miss Barn Owl ne pouvaient-elles pas venir ..? Non non, évidemment qu'elles ne pouvaient pas. J'ouvris les placards un à un, et tombai sur un paquet de pâtes. Mh... Je retournai le paquet en lisant les annotations et - quelle chance ! - il y avait une sorte de mode d'emploi avec. C'était génial les pâtes. Bientôt la casserole fut emplie d'eau, mais avec beaucoup d'hésitation. Et maintenant les... plaques de cuisson comme l'avait dit Victor. J'appuyai sur le bouton "on/off" et il y eu une petite lumière rouge, je touchai le carré désignant la première plaque à ma gauche. Elle s'alluma à son tour, je déposai la casserole pleine dessus. Mais la température, comment on la connaissait ..? Par doute, j'appuyai trois fois sur le "plus" qui désignait la montée de température. Je m'inquiétai parce que l'eau ne bouillit pas, alors j'augmentai une nouvelle fois. Puis il y eu enfin les petites bulles et je versai les pâtes au hasard. On verra bien. Je n'avais pas de minuterie sous la main. Sept minutes il était écrit. Mh... je dus le faire une nouvelle fois à la louche en regardant l'horloge. Quand j'estimai les sept minutes passées je les sortis de la casserole, les égouttai en parvenant à me brûler la main (quoi c'était un crime d'avoir mis trop d'eau et de ne pas réussir à soulever la casserole ? Non ? Tant mieux parce que c'est ce que je venais de faire, et cela m'avait éclaboussé sur la main). La vapeur rougit mes pommettes, et malgré tout les pâtes arrivèrent dans le grand ravier toujours fumantes. Je mis du froid sur ma main, trouvai le placard aux assiettes avec les couverts puis mis la table. Des choses que je n'avais plus faite depuis une éternité. Trente ans pour être exacte. Et ensuite j'allais devoir faire la vaisselle, oui aussi. Ma main était devenue rouge, je remis de la glace et cessai d'y faire attention. Je sortis du frigo une boîte de jambon fumé, il ferait l'affaire. Ce n'était pas du luxe, mais pour un premier repas ce n'était pas si mal que ça. Je lançai un regard plein de perplexité vers ce que j'avais fait avec difficulté et me tournai vers William. Sa tête dépassait du haut du canapé, ce Chalet était beaucoup trop silencieux, surtout s'il dormait. Je ne me sentais pas chez moi, bien que cela soit normal ça ne faisait que quelques heures que j'étais ici. Que quelques heures de long et douloureux silence, de grande solitude. Je déposai enfin les verres devant les assiettes et m'approchai du canapé, où il ronflait discrètement. Je m'assis à côté de lui.

- William ? William réveille-toi, fis-je avec douceur. Tu comptes manger un peu, non ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 0:02

William dormait bien. Profondément. Délivré de tout le bordel qu'était sa vie depuis cette putain de guerre. Sauf que ce n'était plus l'heure, une petite voix lui disait de se lever. Il ne l'entendit pas tout de suite, ce n'était qu'un chuchotis, à peine un souffle de vent qui lui chatouillait la joue. Et puis il s'est fait plus audible, plus appuyé, presque bruyant. En une fraction de secondes, il ne put plu l'ignorer et fut projeter en avant... Tout droit vers la réalité.
Le jeune homme émergea difficilement, et plissa les yeux avant de distinguer le visage d'Anaïs. Il se rendit compte qu'il avait glissé sur le côté et se redressa, ankylosé. L'esprit embrumé, il détailla la pièce qu'il avait autour de lui. Il n'avait pas pris le temps de le faire en arrivant ici, il se souvenait surtout de la lumière aveuglante quand ils étaient entrés dans cette pièce. Il était moins gêné, la luminosité avait baissée, quelle heure était-il ? Il regarda autour de lui. Ils étaient dans une putain de baraque. Des murs blancs, une table basse en verre, un tapis épais, des étagères posées avec goût, une télévision. Ils avaient une télévision ici ?! William arqua un sourcil en se demandant s'il ne rêvait pas encore, en fin de compte. Il se frotta la joue qui commençait à se couvrir de duvet et dévisagea le plus intéressant dans la pièce superbe où il se tenait : la jolie blonde qui l'avait tiré du sommeil.

"Punaise mais... On a gagné au loto pour habiter dans une baraque pareille ?" demanda-t-il.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 12:14

William se réveilla lentement. Il ouvrit une première fois les yeux et les referma presque complètement, juste assez pour que ses yeux puissent s'habituer mais qu'il puisse voir quand même son environnement. Je l'observais, moi aussi, un sourire discret venant de paraître sur mes lèvres. Il se redressa et quand il fut droit je pus me mettre mieux à côté de lui. Alors il observa ce chalet, qui nous faisait office de logement. Et il eut une réaction plutôt semblable à la mienne : "un endroit aussi luxueux ? Pour nous ?" Apparemment oui, et je ne doutais pas que Victor ait beaucoup d'autres lieux comme celui-ci. Sinon il n'aurait pas accepté de nous en laisser un et… Il devait nous faire confiance. Pour remettre un tel lieu et le laisser sans surveillance. En même temps, malgré l'état dans lequel nous étions revenus, nous avions rapporté ses documents. N'était-ce pas là une preuve de notre loyauté ? Si, enfin, j'espère qu'il le prenait lui aussi comme ça, et que c'était la raison de notre présence ici. Une certaine confiance installée… Même si j'avais vraiment cru qu'il allait abandonner William à son sort et que je retournerai dans la boucle de Miss Tit seule, en ayant tout perdu. Je serrai les lèvres en y repensant, et tentai vainement de faire taire ces pensées inutiles. Bon, j'avais bougé depuis tout à l'heure et avais réussi à échapper à ces sombres réflexions, donc conclusion : je devais bouger. Ainsi je n'y penserai plus, et je me porterai pour le mieux. Exactement, trouver des occupations, c'était ce dont j'avais besoin.
Je me rendis compte que je n'avais pas encore répondu à William, alors que je m'étais brusquement levée. Il allait se rendre compte de quelque chose si je continuais à réagir d'une manière aussi inhabituelle. Pfff. Je devais être normale. Sur cette idée, je regardai la grande baie vitrée en face de nous, puis le visage de William, en essayant de faire apparaître une lueur plutôt joyeuse dans les yeux. Mh, mouais, j'allais devoir travailler cette "lueur joyeuse" elle sonnait étrangement et j'en avais conscience.

- T'as pas encore vu comment c'est dehors,  fis-je avec un "sourire". Tu viens ? 

Je lui tendis la main en désignant d'un hochement de tête la cuisine avec les assiettes que j'avais tant bien que mal préparées.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 


Dernière édition par Anaïs Young le Sam 22 Avr - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 13:18

      "Anaïs ? Qu'est-ce qu'il y a ?"

            La jeune fille venait de s'asseoir à côté de lui sur le canapé avant de se relever aussitôt, comme un automate. William était fatigué, pas bigleux. Ce n'était pas le comportement normal d'une personne. Quoique, question comportement, il n'eût rien à dire là-dessus. Elle s'empressa d'embrayer sur l'extérieur et William suivit le mouvement. A la longue, il devinerait bien si quelque chose de grave la préoccupait. William tourna la tête à gauche. Le crépuscule s'était installé et il n'y voyait pas grand chose, mais il ouvrit de grand yeux en apercevant un reflet caractéristique en contrebas de la petite terrasse en bois. Une rivière, comme dans la boucle de Miss Tit ? Non, c'était trop immobile, la surface était trop parfaite pour que ce soit de ça qu'il s'agisse. Un lac, alors ? Le jeune homme aurait voulu coller son nez à la vitre pour mieux voir, ou, mieux que ça, aller dehors directement. Qui sait de quoi avaient l'air les lieux en plein jour ! Il dut tempérer son enthousiasme en songeant que ce n'était pas demain qu'il allait aller dehors. Même pas sûr qu'il puisse se téléporter. Mais bientôt, il pourrait faire le tour de la boucle avec Anaïs, découvrir ! (Il eut un doute en ce qui concernait le mot "boucle", ils étaient bien dans une boucle, non ? C'était un peu flou dans sa mémoire).

           "Ouais, allons voir ce que tu as préparé, sourit-il, ça faisait combien de temps que tu ne t'étais pas cuisinée quelque chose ?" ajouta-t-il, malicieux.

           Il prit appui sur le dossier du canapé pour s'y extraire et marcha plus ou moins jusqu'à la table. Son équilibre était précaire, mais bon, quand faut y aller, faut y aller, s'il tombait tant pis.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 14:34

Je ne répondis pas, volontairement, faisant comme si je n'avais pas entendu sa question. C'était sûrement lâche alors qu'il s'inquiétait pour moi, mais je ne voulais pas parler de quelque chose que je n'arrivais pas à définir moi-même. Ces réactions étaient la conséquence de certains sentiments passés et très mal ressentis, pas vraiment de pensées. C'est pourquoi qu'importe les mots que je pourrais poser dessus : ils ne seraient jamais exacts. Et jamais je ne répondrais vraiment à la question. Il y avait peut-être aussi trop de choses qui s'étaient accumulées depuis trop longtemps et qui ne demandaient plus qu'à sortir. Elles demandaient, et moi je refusais. Mais il arriverait un moment où elles ne demanderont plus, elles forceront la porte. Je ne voulais pas arriver à ce moment, je n'étais pas prête, pas plus qu'à lui en parler. Donc pour le moment, le plus simple était de ne pas répondre, de ne pas attiser la curiosité ni l'inquiétude. Et tout irait pour le mieux, bien évidemment.
William se leva en ayant demandé juste avant depuis combien de temps je ne m'étais pas cuisinée quelque chose. La vraie question était "depuis combien de temps n'avais-je pas utilisé un ustensile de cuisine ?". Mh, bah disons que les ombrunes faisaient à manger pour tous les particuliers (ce qui était un de leur grand secret parce que personne ne les avait jamais vues cuisiner, mais pourtant tous les soirs il y avait suffisamment de plats pour tous, et jamais un de trop d'ailleurs). De ce fait les cuisines n'étaient pas vraiment un endroit où j'allais beaucoup, si ce n'était pour les nettoyer ou apporter les courses de Miss Tit. Et puis bon, les cuisines de 1940 n'avaient pas la même technologie que celle-ci qui caractérisait tout à fait l'Institut et leur matériel supra moderne. Je n'avais pas touché à un four ou une spatule depuis que j'étais partie de chez moi soit un long moment... William s'aida de ce qui était à sa portée pour avancer avec lenteur, et sa faiblesse me fit mal au coeur. Mais je n'étais pas Victoria, je ne pouvais pas le soigner miraculeusement. Le seul remède était le repos. Bref.

- Trente ans que je suis dans une boucle, en prenant en compte qu'à seize ans c'était mes parents qui faisaient à manger le plus souvent, tu te rends compte ? Si j'avais su j'aurais plus écoute ma mère. Et puis en plus les cuisines ne sont plus du tout pareil, tout a... évolué, , commentai-je sans cacher mes difficultés à juste faire un ravier de pâtes. Donc ça te dérange pas qu'on se contente des choses presque simples à faire pour le moment ?, proposai-je avec humour.

Je lui tirai la chaise pour lui faciliter l'assise et m'assis moi-même sur la chaise en face de lui, un peu mal à l'aise, pour tout vous dire, d'être dans cette situation de devoir faire à manger et d'ensuite devoir proposer ce manger. Si ce n'était que moi, à la rigueur c'était possible, personne ne critiquerait que ce soit mauvais, mais là... Qu'est-ce que je devais être ridicule encore ..! M'enfin, tant pis.

- J'ai fait comme j'ai pu, on va dire.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 15:17

          William s'assit, soulagé malgré tout d'être arrivé à bon port. Un coude posé sur la table et la tête posé sur la main il écouta Anaïs sans vraiment prêter attention au plat qu'il avait devant lui. Elle était adorable. Elle s'excusait presque de lui avoir fait à manger, c'est vous dire ! Il apprenait des choses en même temps : la cuisine était moderne, mais ça tombait sous le sens, s'il y avait un poste de télévision dans le salon, il était logique qu'il y ait aussi une hotte, des plaques à induction, un four électrique et tout le bordel qu'Anaïs ne connaissait pas et que William voyait ressurgir dans des souvenirs un peu incertains. C'était une sensation étrange de se remémorer tout ça. Mais ça devait être encore plus étrange de débarquer ici et d'être livré à soi-même dans un environnement pareil. Penaud, il fut désolé de ne pas avoir été éveillé pour l'aider un peu mais ne fit pas de commentaire sur le sujet. La tête embarrassée d'Anaïs lui changea vite les idées : il avait envie de rire, mais elle allait croire qu'il se moquait d'elle alors que ce n'était pas le cas du tout. Il se fichait bien de ce qu'elle cuisinait, et du fait que ce soit un peu raté au début, tant qu'elle avait fait l'effort de le cuisiner, il mangerait. C'était déjà un luxe qu'on lui fasse la cuisine, alors il n'allait pas demander la lune. Et puis là, ce qui l'intéressait n'était pas vraiment ce qu'il avait dans son assiette mais la bouche de la fille qu'il avait devant lui. ça tombe bien, en se penchant un peu en avant elle était à porter.
          William se pencha en avant et faillit mettre le coude dans son bol de pâtes mais évita la catastrophe de justesse. Il était d'ailleurs trop occupé à embrasser Anaïs pour s'en préoccuper.
          Quand ils se séparèrent, ses pommettes avaient rosi. 'Fallait qu'il fasse gaffe, il allait finir par avoir envie de beaucoup plus s'il continuait comme ça.
          "Je m'en contenterai, sourit-il de toutes ses dents en reculant un peu (il s'était tellement penché qu'il faillit tomber à la renverse.) C'est déjà un honneur d'être convié à votre table, mademoiselle."
            L'équilibre de la chaise rétabli, il se réavança un peu sans la quitter des yeux. A un moment, il avait été à deux doigts d'ajouter qu'il voulait bien ajouter le dessert appétissant qu'il venait de gouter au menu, mais ça aurait été sans doute déplacé. Malgré tout, il ne pouvait pas s'empêcher de la dévorer du regard. C'était plus fort que lui, il y avait une éternité qu'ils ne s'étaient pas retrouvés seule, et elle n'avait pas qu'à être si belle ! Lui, avec sa barbe naissante, ses cheveux en bataille et la poussière accumulée le long du voyage devait faire pâle figure à côté d'elle.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 16:11

Quand il se releva, je me mordis la lèvre, les yeux fermés, pour savourer encore un petit peu le baiser. Et mes yeux restèrent fermés encore un moment, pendant que je débattais plusieurs points de vue contre moi-même. J'avais terriblement envie d'en demander plus, de me rapprocher encore une fois, en me disant qu'il était bien plus appétissant que mes pâtes. Mais de l'autre côté, ma raison me disait qu'il était trop fatigué, que ce n'était pas une bonne idée, que ce n'était pas bien. Mais j'en avais envie, zut à la fin ! Pourquoi je devais toujours penser pour deux, faire des choix rectitudes et me refuser ce que je désirais intensément ? ça faisant trop longtemps, beaucoup trop longtemps, et dans un sens peut-être que mes peurs s’apaiseront du même coup. Ma mâchoire se serra. Il me brisait en morceaux dans ces moments, il faisait voler en éclat toutes mes barrièrse, toute ma force, tous mes désirs en les rendant plus influents, plus profonds, plus redoutables. J'arrivais toujours à me contenir d'habitude, à faire un choix et à le respecter, sans faillir. Je me posais sur mes certitudes et la raison, et ainsi je ne flanchais pas. J'étais têtue et bornée, je n'étais pas toujours écartelée entre des choix qui... Mais je n'y arrivais pas ! Je ne savais pas quoi choisir, je ne savais pas résister. Pas quand... Pas quand je le sentais me fixer alors que j'avais les yeux fermés, pas quand j'avais son odeur qui m'entourait et brouillait tous mes sens. Pas quand j'avais encore le goût de ses lèvres contre les miennes et que j'avais l'impression de ne pas les avoir embrassées depuis des siècles. Je lâchai un soupir d'irritation, preuve du combat que je menais dans mon esprit, de mon déchirement.
Je rouvris mes yeux. J'avais fait mon choix, et bordel qu'il me plaisait ce choix. Pour une fois, j'allais accepter mes désirs. Je descendis de ma chaise, calmement presque placidement, fis le tour de la table, sereinement, et restai un temps face à William qui ne m'avait pas quittée des yeux. Sans attendre une quelconque réaction de sa part je montai sur ses cuisses en l'embrassant avec passion, une main sur son t-shirt. Je lui dévorais la bouche, parce que je n'en pouvais plus de toute cette distance, de ces horreurs que nous avions traversées, de la peur de le perdre dont je sentais toujours les relents autour de moi. De ma seconde main, je pris une des siennes et la déposai contre mon corps, haut, tout près de ma poitrine. Le repas complètement oublié, je ne pensais plus qu'à son contact, qu'à sa bouche, qu'à son étreinte qui m'avait beaucoup trop manquée. Qu'à lui tout entier que j'avais envie de dévorer. Mon coeur battait vite, tellement vite, c'était tellement bon ! Il avait conservé un battement trop régulier trop longtemps, trop paisible. Et le sentir s'accélérer me donnait l'impression de revivre, de renaître enfin.
Je fis un maigre espace entre nous durant quelques secondes, juste pour pouvoir souffler à son oreille :

- Je t'avais dit que je voulais t'en faire des choses...  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 17:24

        William fit pivoter sa chaise en comprenant qu'elle allait faire le tour de la table. Elle le surprenait, elle avait l'air d'avoir pris subitement une décision... Laquelle ? Celle de répondre à ses avances qu'il avait bien du mal à réfréner ? Il y eut un instant de flottement, durant lequel ils se dévisagèrent tous deux. Le jeune homme se mordilla la lèvre, se demandant ce qui allait se passer ensuite. Il était bête, si elle avait fait le tour de la table, ce n'était pas pour rien... Mais il ne savait toujours pas ce qu'elle allait faire dans l'immédiat. Serait-il capable d'assurer ? Était-ce une bonne idée ? Ne s'emballaient-ils pas trop vite ? William avait bien conscience que, d'une certaine façon, ils se jetaient dans les bras l'un de l'autre pour rattraper le temps perdu. Mais il ne fallait pas oublier une chose : ils étaient sortis d'affaire. Ils auraient le loisir de passer de nouveau du temps ensemble, d'oublier tout ça. Les discussions viendraient après, aussi longues qu'il le faudrait. Mais pour l'instant, ce qu'il sentait, c'était le désir de montrer qu'ils s'appartenaient toujours mutuellement, quelque chose qui ne pouvait pas être exprimer par de simples mots. Elle vint s'asseoir sur lui et l'embrasser à pleine bouche. Avec la ferveur qu'elle y mettait, difficile de ne pas dire que ça lui avait manqué aussi. Elle posa une main contre son torse, l'autre le guida vers sa poitrine. William ne se fit pas prier : tout en lui rendant son baiser, ses mains se baladèrent sur elle, jusqu'à saisir le bas de son tee-shirt. Elle comprit et leva les bras. Un instant plus tard, le tee-shirt gisait sur le sol et le jeune homme s'attaquait à son soutien-gorge, qui le rejoignit prestement. Tout en la caressant, il tenta de reprendre le dessus sur ses émotions. Peine perdue. Il avait envie d'elle à un point... Elle devait le sentir, assise qu'elle était sur ses genoux. Elle le rendait fou. Leurs bouches se désynchronisèrent un instant et William posa sur elle ses yeux noirs de désir :

         "J'suis crevé, pas rasé, pas coiffé, poussiéreux... Tu veux toujours de moi ?" chuchota-t-il à quelques centimètres d'elle.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 18:40

Ses mains montèrent, puis redescendirent. Il s'empara du bas de mon t-shirt, et je compris bien vite ce qu'il réclamait. Je ne lui opposai aucune résistance, aucune, et même si j'avais voulu j'aurais bien été incapable. J'en avais trop envie, je me sentais trop assujettie, incapable de combattre l'attirance pour lui, son influence, ou bien simplement ce corps qui réclamait plus que tout toucher son corps. C'était à la fois agréable et insoutenable de se savoir si indépendante, si... charmée. Mon t-shirt glissa alors sur le sol, dévoilant ma peau claire, nue, parsemée à certains endroit de cicatrices de brûlures ou d'autres choses auxquelles je ne voulais même pas penser en cet instant. Et William ne s'arrêta pas là, il passa ses mains dans mon dos une nouvelle fois. Je ne regardai pas ce qu'il faisait, trop occupée à apprécier, mais bientôt il me libéra de mon soutien-gorge qui tomba à son tour au pied de la table, avec mon t-shirt. Je fus prise d'un frisson quand ses mains vinrent caresser ma peau, mes seins, et fis tous les efforts du monde pour ne pas en demander encore plus. L'envie ne manquait pas. Non, là, il y avait de l'envie des deux côtés, du désir, tellement de plaisir. Et je le sentais chez William aussi. Ses gestes, son contact, sa bouche, son pantalon… Il cessa de m'embrasser, et j'en profitai pour reprendre un peu ma respiration, essoufflée par tous ces sentiments, ces pensées imprévisibles et incontrôlables, ces caresses à la fois délicieuses et insuffisantes tant j'en ressentais le besoin, tant elles m'avaient manqué, tant je les aimais. J'aurais aimé vivre pour toujours entre ses bras, contre lui, avec mes lèvres entre les siennes, et rester là pour l'éternité, même si je n'estimais pas encore cela suffisant.
Et William me demanda si je voulais toujours de lui malgré son état actuel. Comme si ça avait quelque chose à faire là ! Aux dernières nouvelles c'étaient moi qui avais réclamé en première, si son état physique m'avait créé un blocage je ne serais pas venue, je ne l'aurais pas embrassée, je n'aurais pas réclamée plus, et je ne réclamerais pas encore plus. Non, rien de tout cela ne me donnait envie d'arrêter, je m'en fichais. Je m'en fichais éperdument, de tout même, sauf de ses paumes contre les pores de ma peau et de son visage proche du mien. ça, je ne voulais pas que cela disparaisse, ça j'y faisais attention, et je ne voulais pas que cela s'arrête. Que croyait-il ? Comme si je ne l'avais pas déjà vu dans un pire état. Comme s'il n'était pas horriblement attirant malgré tout. Comme si je ne l'aimais pas, tiens.

- Je veux tout le temps de toi, William, tout le temps…, répondis-je à mon tour à voix basse, en me mordant la lèvre inférieure pour m'empêcher de l'embrasser une nouvelle fois. Viens avec moi, , susurrai-je.

Je me levai de la chaise, lui pris une main, et attrapai le haut de son jean de l'autre pour le tirer vers moi. Je l'attirai alors vers le canapé, chose la plus proche pour l'instant. Je ne lui laissai pas le temps de tomber sur la route qu'il fut déjà à côté du canapé, où, là, j'acceptai qu'il tombe. Je me mis au dessus de lui, en reprenant là où nous nous étions arrêtés : en l'embrassant avec énergie. Je lui enlevai du même coup son t-shirt, et l'abandonnai au sol en déposant mes mains contre son torse, désormais assise sur lui.

- Et le pire c'est que je devrais te laisser te reposer, au lieu d'être... Là, au dessus de toi, ajoutai-je avec un réel pardon derrière la voix, qui se transforma vite en un ton malicieux.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 20:08

         C'était une question rhétorique. Il savait bien que son sex appeal était toujours à son apogée, quelles que soient les circonstances, voyons. Trêve de plaisanterie, il savait qu'elle allait répondre qu'elle en avait envie tout autant que lui et c'est ce qu'il voulait entendre. Et non, William n'avait pas conscience de son charme, et pensait sincèrement que si Anaïs était aussi réceptive, c'était avant tout parce qu'elle était amoureuse. Surtout quand il était à moitié effondré de fatigue. Quoique, là, maintenant, avec Anaïs assise à califourchon sur lui, il se sentit tout à fait réveillé. L'adrénaline, sûrement. Et l'excitation, parce que même un eunuque ne serait pas resté insensible devant elle. Elle lui enleva son tee-shirt et il l'aida volontiers, avant de se redresser pour l'embrasser encore, lui faire des bisous dans le cou, et s'attaquer à ses seins qu'il suçota l'un après l'autre. Il n'en revenait toujours pas d'avoir une telle fille comme copine, Il gémit quand Anaïs se frotta un peu plus contre son bas-ventre. Il n'en pouvait déjà plus... Il voulait la sentir contre lui. Et ils avaient encore trop de vêtements. Il ne fallait pas aller trop vite... William avait envie de la faire languir. Il remonta jusqu'à sa bouche en traçant un sillon de baisers, sur son poitrail, puis son cou et la ligne fine de son menton.

         "C'est... Une thérapie originale, rit-il. J'aurais tout le temps de me reposer après..."



         J'peux pas résister à une beauté pareille, c'est pas de ma faute...

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 21:28

J'étais au dessus de lui quand il décida de se s'attaquer à autre chose que ma bouche. Redressé, je sentais sa respiration plonger contre ma peau accompagnant son visage dans mon cou et me provoquer d'inexprimables frissons. Je frissonnais d'une manière incontrôlable, c'était grisant, étourdissant car à chaque passage de ses mains, de son visage je brûlais un peu entre ses bras, inéluctablement.Je devenais juste un brasier qui se consumait sous son contact. Puis il aborda la question de mes seins, en s'y approchant et ma respiration se fit plus saccadée, plus hachée. J'avais envie de gémir, mais à la place je me mordis la lèvre sans même chercher à retenir les frissons qui m'électrisaient de toute part. Il allait me rendre folle, comme à chaque fois. Il y parvenait si bien, sans jamais s'en rendre compte, mais son pouvoir sur moi était immense, et j'étais tellement vulnérable dans ces moments là. J'étais sans défense, parce que je ne réfléchissais plus, plus du tout. Je m'abandonnais corps et âme, je savourais le moindre souffle venant de lui, je perdais mon autonomie et ne dépendais plus que de lui. Et et ...! Comme c'était agréable ! Plus rien ne pesait sur mes épaules, elles étaient aussi légères que libérées, toutes mes pensées néfastes avaient disparues, balayées par d'autres pensées disons plus... fantaisistes. C'était le meilleur moyen l'aimer, et de cette façon il arrivait sans le savoir à me guérir de tous mes maux. Lui qui parlait juste d'une "thérapie originale", il n'imaginait même pas à quel point il avait raison. Je serrai un peu plus mes jambes contre lui, et il laissa mes seins pour remonter vers mes clavicules puis dans mon cou et enfin mon menton. Je passai une main dans ses cheveux, et me dis avec amusement que même s'il avait été coiffé, il ne le serait pas resté très longtemps, pas dans ces conditions en tout cas.

- Tu trouves ? Je risque de t'épuiser pourtant, mais... Si ça te plait...

Je le poussai pour qu'il se rallonge et me mis à embrasser son torse de haut en bas et en parlant de bas... J'embrassai jusqu'à la dernière parcelle de peau dont j'avais l'accès, et pris le temps de libérer d'autres parcelles. Je glissais les doigts dans les sangles de sa ceinture et la retirai lentement avant de la laisser au sol. Puis je déboutonnai son jean et pus passer mes doigts entre son caleçon et le tissu pour faire descendre son pantalon. Je lui ôtai définitivement, et revins l'embrasser, une seule fois, sur les lèvres au préalable, pour finalement attraper son caleçon sur les côtés et l'enlever progressivement, avec lenteur. Je jetai un coup d'oeil sur ce qu'il s'y trouvait, et eus un sourire malicieux pour William. Après toute la douleur qu'il avait endurée pendant ces jours il méritait bien tous les délices que je pouvais lui apporter. Je l'empoignai sans brutalité et commençai à le manier de bas en haut en regardant le jeune homme et les conséquences de mes actes.    

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 22:07

            Son souffle saccadé sous ses lèvres était le plus beau des cadeaux. Elle ne gémissait pas encore, il allait devoir y aller plus fort pour l'entendre, mais nul doute qu'il y parviendrait à force de persuasion. Il voulait faire les choses bien, prendre le temps de la faire languir, de la redécouvrir comme à chaque fois qu'ils le faisaient. Son corps, sa peau, son odeur, il était accro à elle, tout en elle le rendait fou de désir. Elle était comme une drogue dont il ne pouvait pas se passer, et après cette période d'abstinence forcée, sa soif d'elle n'en était que plus vive. Il voulait la goûter partout, la savourer comme un met raffiné, la dévorer tout entière. Ses longs cheveux lui chatouillaient le torse, sa poitrine dénudée était un appel au sexe, mais le pire, c'était ses yeux... Ils renfermaient tant de désir qu'il aurait pu se noyer dedans. Son regard était-il animé de la même fougue, de la même malice qui lui donnait envie de céder à toutes ses avances, d'entrer en elle sur le champ ? Calme-toi... C'est trop tôt, un peu de contrôle. Le sang de William bouillait dans ses veines. Elle allumait en lui un brasier presque incontrôlable, une flamme ardente qui n'était pas près de s'éteindre. Il voulait la combler.
          Il sentit la main dans ses cheveux puis la même main le repousser sur le canapé. William se laissa faire, interrogateur. Il fut vite récompensé en sentant ses lèvres sur lui. En même temps, un cliquetis significatif l'informa qu'elle était en train de défaire sa ceinture. Il l'aida à enlever son pantalon en soulevant un peu le bassin. Elle avait été plus rapide que lui sur ce coup-là, lui qui avait dans l'idée d'inverser les rôles pour qu'il puisse lui faire plaisir oublia tout en sentant sa main sur sa virilité. Il émit un grognement surpris qui se mua en gémissement et ferma les yeux presque aussitôt, laissant aller sa tête sur le canapé. Il n'en avait foutrement rien à faire de devenir aussi vulnérable en montrant que ce qu'elle faisait lui plaisait énormément. Elle le tenait complètement à sa merci.

          "Ah putain Ana..."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 22:48

William soupira et déposa sa tête dans le canapé, se laissant aller au plaisir. J'en fus moi-même heureuse de voir à quel point cela lui faisait du bien. C'était le but en même temps de ma manœuvre : lui faire autant de bien possible, m'occuper de lui le mieux possible. Je le faisais souvent, pour ne pas dire tout le temps, mais je n'y pouvais rien. C'était dans mon caractère, dans mes gênes, j'avais pour habitude de faire passer son bonheur avant le mien, et j'avais enfin une situation où le bonheur était forcément partagé. Sauf que pour l'instant j'avais décidé de prendre moi-même les choses en main (hum, sans sous-entendu salace s'il vous plait), c'est pourquoi je continuais le doux va et vient de ma main. Je voyais le visage aux yeux fermés de William, et j'eus envie de l'embrasser, encore et encore, de me presser contre lui, d'en demander plus, de demander à ce qu'il me retire ces dernières couches de vêtements, de lui dire à quel point j'avais eu peur, à quel point je l'aimais, qu'il n'avait pas intérêt à me refaire un coup pareil sinon je venais l'achever moi-même, mais aussi qu'il m'avait terriblement manqué. Terriblement.
Je serrai un peu plus ma main, et décidai d'accélérer le rythme, pour améliorer un peu plus les choses, pour le pousser un peu plus vers le Grand plaisir.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Sam 22 Avr - 23:16

          Sa main contre sa fine peau, juste à cet endroit là... C'était jouissif. William ne pouvait plus penser à grand chose d'autre que le plaisir qui montait au creux de ses reins à vitesse grand v. Il allait devoir l'arrêter dans peu de temps, ça faisait longtemps qu'ils ne l'avaient pas fait, elle l'excitait beaucoup et il ne voulait pas venir trop vite. William était à deux doigts de jouir quand il se redressa et prit doucement son poignet pour l'éloigner de sa verge devenue beaucoup trop sensible.

          "Arrête, sinon... J'vais pas être d'attaque pour la suite..."

          Il fallait faire retomber la pression. Pour cela, rien de mieux qu'un problème très simple à résoudre : il était nu, elle avait encore des vêtements. Il s’attela à le résoudre en appliquant une solution toute trouvée : la déshabiller. Il l'embrassa en faisant du même coup sauter son bouton de jean. Le jeune homme fit glisser le pantalon jusqu'à ce qu'elle en soit débarrassée. Un vêtement de moins... Il ne restait plus que la culotte. Il allait prendre le temps de lui faire plaisir avant de l'enlever. Il descendit du canapé et s'assit sur le tapis avant de guider Anaïs jusqu'au bord. Il lui décocha un sourire qui n'augurait rien de bon pour elle et se mit au travail : calé entre ses jambes, il commença à faire courir ses lèvres sur la peau fine de l'intérieur de ses cuisses. Il la mordilla légèrement, tout juste assez fort pour laisser de petites traces rouges qui s'estompaient aussitôt. Tout cela sans jamais toucher son intimité. Il la faisait languir d'une façon qui, d'après ce qu'il comprenait, ne la laissait pas indifférente. Il rapprocha peu à peu la bouche de sa culotte, joua avec l'élastique, puis, devant son insistance pas très discrète pour qu'il aille plus loin, fit glisser son sous-vêtement. Il se décala pour qu'elle joigne les jambes et l'enleva complètement, avant de retourner à son affaire. Il n'avait pas terminé. Il se replaça exactement à la même place, nez-à-nez avec son intimité. Il souffla dessus, provoquant des frissons chez sa victime. A ce qu'il voyait tous ces préliminaires ne l'avaient pas laissé de glace. Il n'en fut que plus content. Il repéra son bouton d'amour dont il s'occuperait bien assez tôt, passa les doigts sur son intimité avec légèreté, sans la pénétrer... Plusieurs fois. Il guettait son regard, voulait voir combien elle perdait pied quand il la touchait, surtout à cet endroit-là. Un brin sadique ? Peut-être. L'orgasme d'Anaïs n'en serait que plus puissant. Il la fit attendre jusqu'à ce qu'il sente qu'elle n'en pouvait plus d'être ainsi frustrée. Puis y mit la bouche.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 0:09

William se redressa, et j'en fus surprise. Quoi ça ne lui plaisait plus ? Pourtant son regard me disait le contraire ! Il retira ma main avec délicatesse en expliquant la raison, qui démontait mes doutes et mes craintes. Pas d'attaque ? C'est à dire ? Je n'eus pas le temps de poser la question qu'il m'embrassa, et une main baladeuse vint déboutonner mon propre pantalon, qui glissa le long de mes cuisses. Il me le retira totalement et je n'eus pas mon mot à dire : cette fois c'était lui qui menait la danse, je n'avais plus le droit de contrer la chose. Il me guida vers le bord du canapé et lui s'installa sur le tapis, juste en face. À sourire... je compris bien vite ce qui m'attendait. Je me mordis la lèvre, et en même temps écartai légèrement les jambes. Je fermai les yeux, et c'est alors que je sentis William mordiller la peau entre mes cuisses. C'est moi qui me mordis un peu plus les lèvres en contractant mes jambes. Mon souffle avait repris un rythme inhabituel, et je savais que je n'allais pas tenir longtemps dans ces conditions. Le pire fut quand sa bouche se rapprocha un peu plus de ma culotte mais qu'il ne l'enleva pas. Non, ce fourbe... jouait avec. C'était diablement agaçant et... diablement irrésistible, il n'avait pas idée. Il n'avait pas idée de l'envie qu'il venait de faire apparaître en un temps record, de cette envie qui me tordait et me conseillait à l'oreille de réclamer ce que je voulais. Je me tortillai sur moi-même, les yeux maintenant grand ouverts, à essayer de capter son regard. Il le capta et apparemment William semblait d'accord pour réaliser ma prière silencieuse : il m'enleva aussi la culotte. Ce fut comme une délivrance, je pensais que ma torture était finie alors, que nous allions passer à l'acte. Mais en fait non, et j'étais loin de douter que ma torture venait en fait de commencer.
Il se repositionna au même endroit, et je tremblai. Il venait de souffler entre mes cuisses et... ce n'était bel et bien que le début. Bordel, j'étais complètement assujettie cette fois, ce n'était plus qu'une impression. Il le savait en plus, il le savait et ..!

- William... parvins-je à articuler avec difficulté lorsqu'il caressa mon intimité sans aller plus loin.

Et ça il le fit plusieurs fois, à mon plus grand désespoir. Je sentais mon désir décupler, prendre toujours plus d'ampleur et jamais le jeune homme n'acceptait de... de continuer ! Sur l'instant cela me mit autant en colère que cela me fit fondre, et il ne fallut pas très longtemps pour que je ne tienne plus. Je capitulais, d'accord d'accord je capitulais, je n'en pouvais plus, je le voulais désespérément, je n'en pouvais plus ! Et pourtant ..! Il passa une nouvelle fois son doigt, sans rien faire, ce fut trop, je ne savais plus lutter contre lui, j'en avais terriblement envie. Je n'avais jamais réussi à résister très longtemps, pas alors qu'il était si proche de mon intimité, et que je perdais tout mon self-control.

- William ! aboyai-je, n'en pouvant plus, au bord du gouffre.

Et c'est à cet instant précis qu'il décida enfin approcher sa bouche, et j'eus un hoquet de surprise, et un discret sourire de contentement. J'en gémis.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 0:30

          William adorait la voir perdre pied, être contrôlée par sa passion. Lui donner du plaisir était presque aussi irrésistible que d'en recevoir. Elle était belle, les joues rosies, la bouche entre-ouverte qui répétait son prénom, quelques mèches désordonnées lui balayaient le front... Elle cherchait à retenir la boule de chaleur qui grossissait dans son ventre. Elle était sur le point de se faire balayer par son orgasme et il allait l'y aider. Elle gémissait son nom tandis qu'il continuait sa tâche très importante : la faire décoller le plus vite possible. Il usait de sa langue pour explorer Anaïs qui s'ouvrait à lui, et y ajouta un puis deux doigts. Elle appréciait et ça ne faisait qu'augmenter un peu plus la température de la pièce qui avait comme grimpée de plusieurs degrés depuis qu'ils avaient commencé leurs petites affaires. William mettait du cœur à l'affaire, à l'écoute du corps parfait dont il s'occupait, de ses mouvements saccadés. Son bassin allait à sa rencontre, il dût utiliser une main pour la maintenir dans la même position et accéléra le mouvement, jouant avec son bouton d'amour, la faisant vibrer de plaisir. Elle était toute proche... Il accéléra encore et elle fut parcourut de spasmes, le retenant prisonnier contre son intimité. Il attendit qu'elle se calme et recula, tout sourire, tout content de lui.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 0:52

Il y eut un moment où tout ça ne fut plus supportable. Toutes les sensations avaient atteint leur paroxysme et je savais pertinemment ce qui m'attendait. Mon cœur allait exploser en un millier de sensations, j'en étais certaine. Je me débattais avec mes sensations, et William ne faisait pas grand chose pour m'aider, non, il les intensifiait, les rendait toutes un peu plus sauvages et ça il le savait. Il le savait, il le savait ! Il avait au moins accepté mes précédents désirs en passant sa langue, et petit à petit ses doigts dans mon intimité. Ça n'aidait pas, ça non plus. J'avais des gémissements incontrôlés, des frissons désordonnés et l'impression de me consumer entre ses doigts n'avait jamais été aussi forte. Bientôt elle fut remplacée par une immense chaleur et un sentiment de plénitude sans précédent, une douce euphorie qui fit naître un doux sourire béât. William, lui, s'était éloigné, sûrement fier de son œuvre et d'avoir constaté que j'étais incapable de lui résister très longtemps. La douce chaleur s'atténua, et j'avais retrouvé une respiration presque normale. Pourtant, je déposai un regard sur William, qui exprimaient très clairement ces mots : on n'en a pas fini. Je m'approchai de lui, et me remis à l'embrasser, tout en me retenant du mieux que je pouvais de me presser contre lui. Je l'obligeai à se lever, et le ramenai contre le canapé, en dévorant son corps parfait du regard. Je me rassis à califourchon sur lui, l'embrassais encore, et finalement, déposai mon intimité contre la sienne. Je fus prise d'un nouveau frisson, et dus me calmer pour ne pas faire les choses trop rapidement. D'abord lui faire payer ce qu'il m'avait fait... en faisant attention à ne pas aller trop loin, je me contentais de me frotter doucement contre lui, sans jamais aller au bout du désir. C'était dur pour lui, mais c'était dur pour moi aussi. C'est pourquoi cela ne dura pas aussi longtemps que je l'avais espéré. Alors, accédant à nos désirs, je n'eus qu'à donner un coup de hanche pour qu'il soit en moi. Et s'ensuivit le va et vient que je maîtrisais à ma guise. Je scrutais son visage, à la recherche du rythme parfait, à la recherche de l'orgasme que je n'avais pas pu conclure chez lui tout à l'heure. Et en même temps, je me faisais tout autant plaisir, en gémissant à intervalles réguliers de satisfaction, et pas que.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 1:19

          Anaïs n'en avait pas terminé avec lui. C'était ce que disait son regard posé sur William. Il s'attendait au meilleur. Elle lui tendit la main et il la saisit pour l'aider à se relever, et ils échangèrent de nouveau les rôles. William grogna de frustration en sentant comment elle jouait avec lui. Il voulait être en elle, ce n'était pas plus compliqué que ça, il la voulait, ici et maintenant, et elle s'amusait à jouer avec lui, à lui présenter son corps magnifique sans passer à l'acte. Sauf que... Elle aussi avait envie de lui. Elle finit par s'empaler sur lui et William se sentit aspiré dans son corps. Enfin, il ne faisait plus qu'un. C'était la meilleure sensation du monde que de s'unir à la femme qu'il aimait. Et voir cette femme se déhancher sur lui augmentait encore d'un cran la passion qu'elle allumait chez lui. Elle bougeait savamment, variant les rythmes pour les mener tous deux au plus près du ciel. Il était mauvais élève, et s'appliquait à la déconcentrer par des manœuvres qui augmentaient le plaisir de la jeune fille : il l'embrassait et la touchait sur toutes les parties du corps qui lui étaient offerte, savourant ses gémissements, chuchotait qu'il aimait ce qu'elle faisait et quelques paroles salaces. Lui-même était loin d'être insensible au charme de la jolie diablesse qui dansait sur lui. Sa respiration en était la meilleure preuve. Elle lui offrit ainsi une petite éternité de plaisir, et le feu entre eux montait doucement. Elle s'appliquait à le faire durer, à lui montrer ce qu'elle savait faire et William appréciait d'autant plus. Lorsqu'il sentit qu'elle fatiguait, et qu'ils étaient si proches tous les deux, le jeune homme prit le relai et l'attira à lui avant de l'embrasser sauvagement, puis la fit tomber du côté des cousins. Il vint sur elle et, s'il commença à un rythme assez lent, il accéléra bien vite en poursuivant ce qu'ils attendaient tous les deux : la délivrance. Il marmonnait son nom sans fin, en proie à un désir débordant. Le feu entre ses reins n'attendait que d'être éteint mais il voulait qu'elle y arrive avec lui. Aller, Ana, s'il te plaît... Il n'allait pas pouvoir se retenir éternellement. Quand enfin elle atteignit l'orgasme, il se libéra en elle en la sentant se serrer autour de lui. Les membres tremblants, il prit sur lui pour ne pas s'écrouler sur elle et se laissa tomber à côté, le souffle court. Heureusement que le canapé était large. Un ange passa, les yeux mi-clos, il l'observait sans s'en lasser. Il l'aimait tellement... Et il se remémora ce pourquoi il avait été réveillé à l'origine.

          "Et les pâtes ?" demanda-t-il d'une voix un peu rauque.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 12:52

Pendant que je m'occupais de notre petite affaire, William prenait un malin plaisir à m'embrasser et me perturber en effleurant mon corps offert à lui. J'étais parcourue à chaque seconde de frisson, et perdais mon souffle de plus en plus rapidement, perdue dans les torrents qui se déversaient dans mon coeur et me faisaient perdre un peu plus la tête. Je gémissais, j'avais déjà perdu la notion du temps et de l'espace, je ne voyais plus rien du décor qui nous entourait seulement William, en dessous de moi, qui appréciait tout autant mes mouvements. Je faisais bien mon travail alors, peut-être trop bien justement, parce que au bout d'un moment mon souffle se fit plus sec, plus court. Je m'essoufflais plus vite que prévu, et même en essayant de reprendre de l'ardeur en accélérant, rien n'y faisait. William vit ma fatigue malgré nos incessants tremblements, et il me surprit une nouvelle fois en plaçant ses mains dans mon dos pour m'attirer vers lui. Je répondis à ses baisers avec autant d'emportement alors qu'il en profita pour passer au dessus de moi. Maintenant sur le dos, lui au dessus de moi, je n'avais de nouveau plus la main mise sur la situation, et mes gémissements n'en furent que plus profonds. A son tour il accéléra le rythme, procurant plus de sensations, plus de passions et... Je passai mes jambes autour de lui, et plantai mes ongles dans le tissu du canapé. Mon prénom était soufflé entre ses lèvres, personnellement j'étais trop occupée à chercher de l'air et à gémir, mais cela ne m'empêchait pas d'articuler le sien plusieurs fois, sans parvenir à sortir des syllabes concordantes. Et je sentis l’apaisante chaleur revenir au galop. J'étais certaine que William aussi. Je serrai un peu plus mes cuisses contre lui et le plénitude m'envahit de nouveau.  
J'avais fermé les yeux durant ces quelques secondes, et quand je les rouvris je me sentis parfaitement sereine. Il y avait William, qui venait de se rallonger à côté de moi, il était là, bien là et vivant - parfaitement vivant même - il ne m'avait pas abandonnée non plus. Nous étions dans une belle petite maison qui nous avait accueilli à bras ouverts et surtout... Ouais, il était là, juste là, et rien que ça me rassérénait. Je me tournai vers lui, et déposai mes lèvres contre l'arête de son nez, puis les fis descendre jusqu'à ses lèvres, que j'effleurai avec douceur. 

- Elles seront toujours là demain tu sais, sauf si t'as vraiment faim je peux te les amener, continuai-je à voix basse, comme si j'avais peur de briser quelque chose en parlant trop fort.


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 15:24

          Les parties de jambes en l'air avec Anaïs étaient toujours un délice. Mais il commençait à ressentir le contrecoup de cette dépense d'énergie à bon escient. Tant pis, ça avait été trop bon pour qu'il regrette quoi que ce soit... Et il ne risquait pas de changer d'avis sur ce point-ci même s'il allait certainement déchanter question forme physique dans les minutes à venir. Anaïs s'était tournée face à lui, il avait envie de l'embrasser, elle était si proche... Obligé, ils étaient collés l'un à l'autre : c'était un canapé, pas un lit XXL sur lequel ils venaient de le faire. Il avait encore envie de l'embrasser partout, tellement elle était belle. Suite à sa question par rapport au repas - qui avait été légèrement interrompu - Anaïs chuchota que la nourriture pouvait encore attendre demain. William ne se souvenait plus de son dernier vrai repas. Il fronça les sourcils pour s'en remémorer. Ce matin, Birn l'avait forcé à avaler deux ou trois tranches de pain qu'il avait à peine mâchés, peu enclin à manger à la perspective du trajet en camion qui les attendait alors. Avant... Il avait dormi. Longtemps. Il ne savait plus. Mais oui, il avait faim. Très faim, et il s'en aperçut à ce moment-même, de ce creux persistant dans l'estomac auquel il s'était plus ou moins habitué. Mais en même temps... Il n'avait pas envie qu'elle se lève de ce canapé pour rejoindre la cuisine à deux pas, ça laisserait un grand vide à la place où elle s'était tenue. Dilemme cornélien... Son ventre parla pour lui en manifestant son mécontentement. William leva les yeux au ciel comme pour dire : "putain, c'est bien le moment". Il allait falloir réchauffer les pâtes. Anaïs l'embrassa, et puis se leva. William se redressa aussi, trop vite parce que sa vue se flouta et il porta la main à sa tête. Mal de crâne ou pas mal de crâne, fatigue ou pas fatigue, il allait la suivre. Sauf qu'elle devina ses intentions.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 16:23

Ce n'est pas William qui répondit à la question, mais son ventre qui criait famine. Et cela me fit sourire parce que la situation était quelque peu comique. J'avais dit que j'allais l'épuiser, il ne m'avait pas écoutée ! Bon, d'accord, je l'avoue et je l'assume que je n'aurais pas fait un autre choix si nous avions pu revenir en arrière, je n'aurais pas décidé de soudainement m'arrêter. L'aimer d'une manière plus physique était beaucoup trop agréable. Donc dans tous les cas il aurait été fatigué. Par contre j'avais ma réponse quant-au sujet des pâtes : William avait faim. Je pris la décision de manger sur le canapé, et pour ça j'allais devoir aller chercher les bols, restés sur la table avant nos ébats. Je l'embrassai encore une fois et sortis du canapé en passant au dessus de lui. Sauf que lui, là, comme un entêté, il essaya de se lever et apparemment beaucoup trop brusquement car il porta sa main à son front. Je fronçai les sourcils. Il voulait se lever ? Il y arrivait déjà à peine tout à l'heure, comment voulait-il le faire maintenant alors qu'il était lessivé ? Je secouai lentement la tête et déposai mes mains sur son torse pour le rallonger avant qu'il ne réessaye.  

- Toi, tu restes là, je reviens et pas le droit de discuter !, ordonnai-je avec malice.

Je pris le plaide de l'autre côté et lui lançai dessus avant de m'enfuir dans la cuisine. Je pris les deux bols sur la table, et les fourrai dans le micro onde. Bon, ça c'était plus simple, il n'y avait que quelques boutons. Je me contentai du "on" sur lequel j'appuyai deux fois afin de mettre en tout une minute. En attendant, je m'appuyai sur le plan de travail en regardant le canapé, et la tête que je voyais dépasser de là-bas. Le profond calme ne m'avait pas quitté, mais je savais que ce n'était plus l'orgasme. C'était juste de savoir que nous l'avions refait, et le souvenir que cela me procurait. C'était tellement bon ..! Il était tellement important pour moi, tellement, tellement... Le micro onde sonna, je sortis les deux récipients, pris les couverts, et revins vers William, qui m'avait miraculeusement écouté et qui était donc toujours à la même place. Je m'assis tout proche de lui et tendis un des bols dans sa direction avec les couverts qui allaient avec.
Je le regardais, en me demandant comment j'avais un jour pu avoir assez de chance pour lui tomber dessus, et comment j'avais pu avoir autant de chose de me lier avec lui. Je souris.

- Tu m'as manqué, tu sais.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 958
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 16:59

           "Je suis pas complètement impotent, hein !"

           William arqua un sourcil. Lui, rester le cul vissé sur un canapé alors qu'elle déambulait à poil dans la pièce ? Non mais elle l'avait bien vu ? Par contre quand le regard de William la détailla, lui s'aperçut qu'il avait un excellent point de vue sur ses fesses d'où il était, ce qui le décida à rester sur place. ça et la conviction qu'il allait sans doute se casser la figure sur le champ s'il faisait trois pas. Au lieu de ça, il s'enroula dans le plaid qu'elle lui avait gentiment passé, tout en lui gardant une place à côté de lui - on sait jamais. Il commençait à avoir la tête dans le brouillard. Ceci dit, mater Anaïs dans son plus simple appareil était un passe-temps qu'il adoptait volontiers. Le bip du micro-ondes était tellement inhabituel qu'il le fit sursauter (Anaïs savait utiliser le micro-ondes ?) et le réveilla un peu du même coup. Elle revint avec ses deux bols de pâtes et William lui passa une partie du plaid sur les épaules lorsqu'elle s'assit à côté de lui.

          "Sauf si tu veux bien être mon infirmière, compléta-t-il avec un sourire craquant avant de prendre son bol. Merci."

          Il avait déjà commencé à manger les pâtes - trop cuites, mais il avait trop faim pour s'en formaliser - quand Anaïs fit sa superbe déclaration, l'air de rien. Il avala sa bouchée avant de l'attirer contre lui et de l'embrasser. A ce rythme, ils allaient remettre le couvert, et les pâtes allaient finir écraser par terre. Il allait falloir se calmer, William n'était pas certain de tenir un deuxième round. Mais elle lui faisait envie, aussi.

            "Toi aussi, princesse."

           Oublié, le sentiment atroce de se voir mourir à petit feu, de se rendre compte qu'on était décharné à un peu irrémédiable. Seule subsistait une fatigue immense et une cicatrice chirurgicalement verticale du côté gauche de son corps. Avec elle, il se sentait plus vivant que jamais. C'était le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1126
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   Dim 23 Avr - 18:30

William passa la partie qu'il m'avait reservé du plaide sur mes épaules, et je frissonai de plaisir en sentant ma peau toujours nue contre la sienne. Je soupirai d'aise, et déposai le bol entre mes cuisses pour avoir les mains libres et ainsi abaisser le plaide un peu plus sur moi. J'avais à peine fini ma phrase qu'il m'attrapa pour m'approcher de lui, et alors que je levais les yeux pour le questionner du regard, il m'embrassa encore. J'avais droit à du supplément ce soir dis donc ! Il me réchauffa encore un peu plus le coeur en affirmant que c'était réciproque. Je me retins de justesse de replonger dans mes idées sombres, et d'un clignement de paupières les chassa en me replongeant dans l'instant présent. C'était ça mon problème : je prêtais trop d'importance au passé sans prendre garde au présent. Alors pour éviter cette malheureuse mémoire, je me mis à manger lentement. Les pâtes étaient trop cuites, elles collaient en les croquant, dans mes souvenirs ce n'était pas comme ça. Je fronçai les sourcils une nouvelle fois, jetai un coup d'oeil à la nourriture puis finir par me dire toute seule que tant pis, je ferai mieux la prochaine fois. De toute façon il fallait manger, nous devions reprendre des forces après ces dernières semaines. Enfin surtout lui, qui avait repris et s'était de nouveau fatigué... Mais c'était pour la bonne cause ! Oui oui, je nommais ça comme une bonne cause, une très bonne cause d'ailleurs, et il partagerait mon avis sur la chose, j'en étais certaine. Après tout nous avions passé un très bon moment, n'est-ce pas ? Je devais avoué que ça m'avait moi-même vannée, et que je dormirais bien un très long moment, et contre lui, de préférence ! Il suffisait que je me pose contre son épaule et ne dise plus rien, et nous nous endormirions sans même le remarquer. C'était ce qui se passait à chaque fois, et c'est ce qui se passerait ce soir de nouveau, j'en étais certaine.
Je me serrai un peu plus contre lui et repris une fourchette de pâtes. Je lui lançai un regard coquin.

- J'accepte ce rôle d'infirmière avec honneur mon cher, surtout si j'ai droit à quelques extras en plus.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Chalet - Home sweet home   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chalet - Home sweet home
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles :: Institut-