Partagez | 
 

 Let's fight ! {ft. Kerry}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Let's fight ! {ft. Kerry}   Dim 18 Déc - 13:43

Alwin était dans sa chambre. Une pièce relativement exigüe, coincée entre plusieurs autres pièces, au mobilier spartiate et un espace juste suffisant pour lui permettre d’aller et venir sans tourner en rond. Cela ne le dérangeait pas. La maison de Cainrholm était certes très grande, mais l’afflux massif de particuliers de la Tour en avait surpeuplé les chambres. Le Gallois s’était donné de la peine pour ne pas à avoir partager la sienne, et il n’allait pas s’en plaindre. De toute manière, la moitié des réfugiés partirait dans quelques jours, lorsque l’Ombrune aurait recréé une boucle pour eux. Et c’était bien là le problème.
Alwin, allongé sur son lit, lançait et rattrapait un pull roulé en boule depuis plus d’une vingtaine de minutes. Ces mouvements répétitifs, inlassables, activaient ses mains tandis qu’il réfléchissait. Rester ? Partir ? Il ne s’était pas encore décidé ; pourtant, tous ceux qui suivraient leur directrice partiraient dans les deux jours qui suivraient. Oh, il n’y avait pas de doute que le particulier pourrait les rejoindre par la suite. Ça, il en était sûr. Mais les voyages entre boucles étaient à éviter, surtout les plus massifs ou les plus répétitifs. Il ne fallait pas se leurrer. Ils avaient beau eu pouvoir s’échapper de la boucle de la Tour, ce n’était pas pour autant que les Estres avaient totalement perdu leur trace. Alwin eut un rictus amer. On aurait pu penser que ces pourritures s’éteindraient avec le temps, qu’ils disparaîtraient au fil des années. Il leur était impossible de créer d’autres créatures telles qu’eux – d’après ce qu’ils savaient du moins – ; pourtant, leurs attaques ne cessaient de se multiplier. Toujours plus habiles, toujours plus puissantes et de plus en plus organisées. Bientôt, il leur serait impossible de se protéger, et on doutait encore sur la stratégie à adopter. Se regrouper ? Cela diminuait les boucles que leurs ennemis étaient susceptibles d’attaquer, mais ne faisaient-ils pas d’autant plus une meilleure proie, tous réunis ainsi dans un même et unique lieu ? Si l’une de leur cachète était révélée, elle devenait un véritable danger pour les autres si les Estres réussissaient à faire parler les survivants. Alors quoi, se diviser en plus petits groupes ? Ils seraient alors totalement sans défense si leurs ennemis leur tombaient dessus.
Alwin souffla soudainement. Son pull, projeté par mégarde sur la commode en face du lit, s’y écrasa avant de retomber au sol avec un petit bruit. Le particulier attendit sur son lit quelques secondes, avant de se lever avec un soupir. Il délaissa le vêtement et se dirigea plutôt vers la porte. Il n’allait pas resté cloîtré dans sa chambre, pas pour comme seuls compagnons quatre mètres carrés d’espace libre, ses pensées et ses souvenirs. Une fois descendu au rez-de-chaussée, il se dirigea d’un pas sûr vers les cuisines. Un coup de chance que sa mémoire ne fût pas des plus mauvaises et qu’il ait déjà retenu la majorité des plans de la maison, immense au demeurant. Cela lui évitait ainsi de perdre son temps – ô combien précieux, vous pouvez vous en douter – et, là, tout de suite, de mourir de soif. Le particulier trouva la pièce vide. C’était normal, après tout. À trois heures de l’après-midi, les enfants avaient autre chose à faire que de tenir compagnie aux cuillères et à la farine. D’autant que pour les plus petits, la venue massive de nouvelles personnes les avait excités au plus haut point et ils en avaient profité pour découvrir tout ce beau monde – et par conséquent, devenir encore plus ingérables. C’était dans ces moments comme ça qu’il était bien content de ne pas avoir à s’en occuper.
Il se saisit d’un verre totalement au hasard et avisa la cruche d’eau. Normal pour boire, vous allez me dire. Il eut à peine fini son verre qu’il entendit quelqu’un arriver. Curieux, il lança son regard vers le nouveau venu. Ou plutôt, la nouvelle venue. Une petite asiatique qui devait avoisiner les douze, treize ans. Alwin fronça soudainement les sourcils. Il l’avait déjà vue, et pas lors d’un des plus agréables moments de sa vie. Brièvement, semblait-il, mais… était-ce possible qu’elle ait participé à la prise de la boucle ? Cela paraissait assez improbable, vu son âge, mais tout dépendait de son don. Il déposa son verre.

« Salut. »

Entrée en matière très originale, n’est-il pas ?

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Lun 19 Déc - 23:17

Le pas traînant, Kerry s’engagea dans le couloir menant à la cuisine, après avoir descendu laconiquement les marches de l’escalier en marbre. Elle devait aller faire la vaisselle du repas du midi. Pour une cause totalement irrationnelle. Le gosse l’avait bien mérité. D’ailleurs la jeune fille n’était même pas sûre de reconnaître le gamin qui lui avait tiré les cheveux… Et à qui elle avait répondu à l’aide d’un bon coup de poing au beau milieu de son visage rondouillard. Mais son acte n’était guère longtemps resté impuni. Le petit garçon l’avait balancé et l’asiatique devait maintenant réparer, au lieu de rester tranquillement dans sa chambre.

Sa seule consolation était de ne pas se trouver dans un lieu très peuplé en dehors des heures de pointes. Les jours post-mission s’étaient mués en calvaire la concernant : trop de monde, trop de bruits, trop de pièges. Kerry restait donc la majeure partie de son temps planquée sous son lit, à se tourner les pouces. L’agitation la rendait folle et lui donnait un mal de crâne à n’en pas finir. En y repensant, peut-être que la punition aurait été évitée si elle avait eu l’aplomb de servir cela en tant qu’excuse, mais… Hors de question de paraître fragile devant ces gens là. Elle s’était déjà faite suffisamment remarquée à son arrivée en s’enfuyant dans la forêt, quelques temps auparavant. Le souvenir humiliant était encore cuisant. Trop impulsive pour ce lieu censé être paisible et protecteur.

La jeune fille poussa la lourde porte de la cuisine reliée à la salle à manger, avant de remettre directement les mains dans les poches de son sweat - qu’elle n’avait pas quitté depuis son arrivée ici. Elle n’était guère pressée et balaya nonchalamment la table de travail du bras. Quelques ustensiles de bois s’éparpillèrent par terre. De toute manière personne n’était présent pour lui demander de les ramasser.

- Salut.

Kerry releva la tête en sursaut, effrayée. Elle découvrit avec désapointement un garçon nettement plus vieux et de trois tête de plus qu'elle même. Mauvais plan. Mais...

- Si t'es venu jusqu'à ici pour te foutre de ma gueule, tu peux repartir direct, grand père, siffla-t-elle en grognant.

Et encore une fois, la jeune fille n'avait pas filtré ses paroles...

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mar 20 Déc - 0:46

La jeune fille sursauta brusquement et leva vivement la tête en entendant Alwin. Celui-ci se retint d’arborer un petit sourire amusé. Il se savait, bien sûr, surprenant, mais tout de même… La mine de la particulière se fronça rapidement en un rictus méprisant alors qu’on la sentait à deux doigts de sauter au visage de son interlocuteur (enfin, il le deviendrait pour le peu qu’elle ouvre la bouche). Vraisemblablement, elle aurait préféré trouver la cuisine vide, ce qui aurait été le cas si l’enfant était arrivée cinq minutes plus tôt. Toute une question de timing. Son expression hostile en disait long sur son animosité, et les paroles qui gerbèrent âprement de sa bouche ne firent qu’intensifier son côté « Va crever en enfers ». Assez inattendu par ailleurs, mais qui chassa rapidement les anciennes préoccupations de l’esprit du Gallois. Ce dernier, amusé, leva un sourcil amusé à l’apostrophe de la particulière et leva les mains en signe de fausse reddition.

« Oh, tout doux ! Je ne suis pas là pour me moquer de toi, juste pour un verre d’eau… »

Il indiqua du nez le verre posé vide posé sur la table. Baissant les mains, il fourra négligemment la gauche dans la poche de son pantalon.

« Et tu peux m’appeler grand-père si tu veux, mais tu ne crois pas qu’il faudrait d’abord attendre que j’aie des cheveux blancs ? »

Techniquement, il avait plus que l’âge de les avoir, comme à peu près les deux tiers des « jeunes » dans la boucle. Et ça ne l’étonnerait pas que l’asiatique ne fasse pas partie cette majorité, ni qu’elle n’ait quitté son ancienne vie il y a très peu de temps. Soit la particulière était d’un naturel extrêmement méfiant, auquel cas il ne pouvait rien y faire, soit elle venait à peine de débarquer dans la boucle et peinait encore à y imposer sa marque ainsi qu’à faire confiance à ses habitants. Mais Alwin penchait plus pour la seconde option (bien qu'elle n'exclue pas la première), puisque rares seraient ceux – imbéciles – à oser traiter le premier venu de grand-père alors qu’ils étaient eux-mêmes hors-circuit depuis longtemps. Et dans ce cas de figure, il était fort possible qu’eux-mêmes soient les aïeuls desdits inconnus.
Cependant, la réplique de la particulière avait au moins eu le mérite d’attiser la curiosité d’Alwin (et de l’éloigner de ses souvenirs, Dieu la bénisse). Dommage pour la jeune fille, il n’était pas prêt à la lâcher.

« Sinon, tu sais qu’à la base c’est toi qui t’es pointée dans la cuisine ? D’ailleurs, pourquoi es-tu ici ? Je veux dire, ce n’est pas l’endroit le plus palpitant de la boucle. »

Au moins, il avait évité le « Tu as probablement autre chose à faire » qui sonnait faux à ses oreilles. Dans leur quotidien, ces autres choses à faire se bornaient dans la majeure partie du temps à le gâcher en jouant au ballon pour les plus petits, lire, entraîner son don, se battre pour les plus grands (et aussi les plus stupides, au passage), jouer à la poupée pour les vraiment plus petites. Ou petits, il n’est pas sexiste le coco. Hors, Alwin voyait – étrangement – mal cette drôle de gamine en train de discourir et servir le thé à ses amis de chiffons. D’autant qu’à son âge, cela faisait un sacré retard mental. Toutefois, il se représenta un instant l'asiatique comme dans l’imaginaire collectif, avec deux nattes juchées haut sur sa tête, une robe à volants d’un rose pâle. Cette image, elle le fit presque sourire. Mais Alwin s'appliqua à ne rien laisser paraître, ce qui aurait tôt fait de raviver l'exaspération de la fille. Au fait, c'était quoi son nom ?

« Au fait, c'est quoi ton nom ? »

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mar 20 Déc - 11:46

L’ « intrus » se retourna et leva les sourcils, l’air étonné, en agitant ses mains dans l’air.

- Oh, tout doux ! Je ne suis pas là pour me moquer de toi, juste pour un verre d’eau…

Le garçon semblait avoir l’âge des pensionnaires quittant l’orphelinat à leur majorité. Donc dans les environs de 18 ou 19 ans, d’après Kerry. Sans surprise, il ne paraissait pas le moins du monde effrayé lorsqu’il désigna un verre vide posé sur la table, avant d’ajouter :

- Et tu peux m’appeler grand-père si tu veux, mais tu ne crois pas qu’il faudrait d’abord attendre que j’aie des cheveux blancs ?

Son expression et ses yeux bleus rappelèrent alors vaguement un sentiment de « déjà-vu » datant de quelques jours. Mais Kerry se raidit davantage en voyant le jeune homme fourrer sa main gauche dans une de ses poches, ne pouvant s’empêcher d’imaginer qu’il préparait quelque chose. Elle en avait eu, des surprises, ces derniers jours en découvrant les particularités de chacun –souvent non intentionnellement. Elle recula vers l’extrémité la plus lointaine de la table et s’appliqua à rejoindre l’évier du côté extérieur au garçon, prête à plonger sous le meuble au moindre geste suspect. Tout en ignorant consciencieusement sa réplique.

- Sinon, tu sais qu’à la base c’est toi qui t’es pointée dans la cuisine ? D’ailleurs, pourquoi es-tu ici ? Je veux dire, ce n’est pas l’endroit le plus palpitant de la boucle.

La jeune fille ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Bon sang, il va me lâcher lui, oui…?, songea-t-elle avec agacement. Comme si elle était venue ici de son propre gré… Passer du temps seule dans sa chambre ou à l’extérieur du manoir aurait été bien mieux, pour repenser aux derniers évènements. Kerry se sentait totalement déconnectée des autres en y repensant, sa nature solitaire l’avait rattrapée sans lui laisser une chance de se faire à sa nouvelle habitation. Alors qu’elle s’apprêtait à saisir la pile d’assiettes sales posées en travers sur l’évier, une nouvelle question lui parvint aux oreilles.

- Au fait, c'est quoi ton nom ?

Pour se donner une contenance à la gêne se faisant de plus en plus persistante dans son esprit, l’asiatique soupira bruyamment. Elle se retourna vers le garçon, comprenant qu’il ne la lâcherait pas tant qu’elle serait avare de réponses.

- Je m’appelle Kerry. Et je suis là car je suis punie, te fais pas d’illusions, grogna-t-elle.

La jeune fille ouvrit ensuite le robinet et commença à frotter les assiettes avec dégoût, elle haïssait le contact froid et mouillé, doux agrément de la vaisselle. Ce genre de corvées était la pire pour elle, trop de souvenir d’avant. Quoique… Au bout du cinquième couvert brisé volontairement, les pions avaient finis par lui épargner cette tâche. Mais l’hypothèse que cette technique fonctionne ici était hautement discutable. Tout était si différent, autant dans la mentalité des personnes que du fonctionnement de ce drôle de pensionnat. Mieux ? Oui… Du moins pour ceux qui s’adaptent. Kerry ne savait toujours pas si elle pouvait y être heureuse, elle aussi. Si elle en avait le droit.

Agacée davantage, sans savoir pourquoi, elle donna un coup de pied contre les tiroirs sous l’évier. Un fracas métallique se fit entendre, mais l’asiatique n’y prêta pas attention.

- Sérieux, ils pourraient pas investir dans un lave-vaisselle…, gronda-t-elle. Ah oui, j’oubliais, on est en 1940, continua-t-elle en imitant l’accent des ombrunes.

Se rappelant soudain de la présence de son interlocuteur, la jeune fille s’empourpra. Il ne paraissait pas être méchant…Et elle ne voulait pas se prendre son pouvoir dans sa face. Autant essayer de rester un minimum diplomatique.

- Et toi, c’est quoi ton nom ? , marmonna-t-elle en baissant les yeux, soudainement captivée par la vaisselle.

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mer 21 Déc - 1:43

La jeune fille soupira bruyamment, ce qui n’étonna pas beaucoup Alwin. Les gens avaient très souvent tendance à soupirer en sa présence, étonnant n’est-ce pas ? Sans doute en rapport avec son caractère – mais il avait encore des doutes là-dessus. À force, pourtant, il s’y était habitué, malgré qu’ici le particulier ne voyait que très mal ce qui aurait pu la vexer. À bien y réfléchir, cela s’était peut-être produit auparavant. Cette impression était d’autant plus renforcée à la vue du large cercle décrit par l’Asiatique. Celle-ci, devant l’évier, daigna tout de même se retourner vers le garçon et lui lâcher du bout des lèvres son nom. Le Gallois se retint de lever un sourcil, surpris. Ce n’était pas le genre de patronyme auquel il s’attendait, pas avec cette consonance si… anglaise. Mais après tout, la jeune fille semblait tout à fait parler couramment la langue du pays. Il était donc fort probable qu’elle en soit originaire, et donc dotée de l’identité qui allait avec.
L’enfant, Kerry donc, grogna ensuite autre chose qui aurait presque fait rire le particulier. Il ne voyait pas trop où il aurait pu s’inventer des choses à son sujet. Soif ? Boulimie ? Envie furieuse d’aider la communauté ? Folie passagère ? Rites sataniques ? Le dernier cas aurait été bien original, si tous les objets à sa disposition dans la cuisine se résumaient à des fourchettes sales, des poires et des patates. Mais pas de doute, cela serait bien sorti du commun.

« Je ne me fais pas d’illusions. Je suis certain que les assiettes sales et les couverts, c’est pas ton truc. », sortit Alwin.

L’asiatique ignora sa remarque, pour la deuxième fois. À croire que ce particulier ne servait à rien dans cette boucle, dis-donc. Remarque, c’est probablement le cas, se fit-il alors la remarque avec amusement. Ce qui, en soi, n’était pas totalement faux. Le Gallois, déjà rarement productif au sein de la communauté, atteignait des sommets d’inutilité depuis son arrivée à Cairnholm. Cependant, cela ne semblait visiblement pas être le cas de Kerry qui, avec une exaspération évidente, entreprit une vaisselle. Pour une punition, c’était assez logique. L’eau se mit à s’échapper furieusement du robinet, en aspergeant par la même occasion le monceau d’assiettes que la particulière commença à frotter vigoureusement. Elle avait l’air d’y passer toute sa rage. Contre qui, ou quoi, ça Alwin en avait bien une petite idée – le comble aurait été qu’il soit l’unique source de problèmes de la jeune fille. Cette dernière avait été sanctionnée, donc il devait forcément y avoir une raison. Laquelle, il suffisait de lui demander.
Le Gallois commençait à peine à parler qu’il fut brusquement interrompu par l’asiatique. Celle-ci projeta impulsivement sa jambe contre les tiroirs de l’évier et secoua ainsi violemment les couverts encore propres qui produisirent un désagréable cliquetis. La particulière, sans y prendre gare, pesta contre l’époque dans laquelle elle était coincée tout en ridiculisant les ombrunes de par une imitation très approximative de leur ton – ce qui fit bien rire Alwin. En même temps, à quoi s’attendait-elle en arrivant en pleine guerre mondiale ? Les inventeurs ne courraient pas les rues puisqu’envoyés sur les champs de bataille, et les quelques septante ans de progrès qui les séparaient du présent n’avaient, justement, pas encore amené leur lot de petites merveilles. Oui, vous savez, les smartphones, les lave-vaisselles, les cigarettes électroniques, le réchauffement climatique, les insecticides utilisés en masse, les bombes atomiques…
Le futur est vraiment prospère.

« Toi, heureusement que tu n’as pas atterri au seizième siècle, remarqua le particulier. Ni en Afrique. Ou pire, les deux en même temps. »

Alwin se représenta un instant la scène. La savane encore libre de toute domination humaine, les animaux paisibles, les tribus regroupées dans des cases familiales, obligées de se prémunir contre les attaques des moustiques et fuyant les colonisations européennes – telle était du moins sa représentation de cette époque-là sur le continent africain. De plus, il n’osait imaginer toutes les péripéties entraînées par les dons des particuliers, surtout en ce qui concernait les incendies provoqués par les pyrokinésistes. Imaginez : d’un coup, la boucle qui flambe à cause d’un feu de camp pour divertir les petits et qui se propage à la vitesse de la lumière aux toits des maisons, puis finalement à tout le village. Dommage que les pompiers n’existent pas encore à cette époque… Mais non, suis-je bête : les aquakinésistes sont là pour ça, tels de vaillants petits soldats africains venus secourir leurs frères non moins africains. Sortis tout droit de l'enfer environnant, les voilà qui sortent de la fumée ! Regardez l'eau qui fuse de leurs paumes, admirez comment ils sauvent tout le monde ! Ce sont des héros ! Que dis-je, de super-héros !

La question de Kerry sortit Alwin de ses pensées – aux tournures très étranges soit dit en passant – et le surprit agréablement. Wah, mademoiselle était donc décidément capable d’autre chose que de l’animosité ! Fabuleux ! D'accord, il fallait encore passer le cap du « Je te regarde quand je te parle », mais c'était déjà un début ! Le Gallois imita une petite révérence en tirant bas un chapeau tout droit sorti de son imaginaire (Vous rigolez, mais c’est probablement comme ça qu’il aurait dû se présenter à son époque. Heureusement que les mœurs changent…)

« Alwin, pour te servir. »

En parlant de servir, le particulier s’approcha de l’évier. Déjà, quelques assiettes, couverts et verres – assez mal lavées mais passons – s’empilaient sur l’égouttoir dans un enchevêtrement à l’équilibre précaire. Tant qu’il était là, autant se rendre utile non ? Le Gallois avisa un chiffon et, sans consulter la jeune fille, se mit en quête de l’aider – en essayant de ne pas faire dégringoler le fruit de son travail au sol. Tenant dans son poing gauche un ballot de couteaux qu’il essuyait distraitement de l'autre main, Alwin questionna :

« Sinon, pourquoi tu es punie ? Vu ton état d’énervement, soit on t'a vraiment emmerdée, soit tu as été réprimandée pour avoir foutu un beau bordel. »

Excusez ce langage de charretier ; grand-père n'est pas spécialement synonyme de courtois voyez-vous...

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mer 21 Déc - 22:41

- Toi, heureusement que tu n’as pas atterri au seizième siècle. Ni en Afrique. Ou pire, les deux en même temps, commenta le garçon.

Kerry roula des yeux ébahis. En Afrique ! Et puis quoi encore ? Il n’y avait que quelques girafes et éléphants dans ses lointaines contrées. Elle ne s’était jamais sentie de nature altruisme avec les pauvres gens mourants de fin sur ce continent, ni même avec personne d’autre… Et n’avait participé aux œuvres caritatives de ses foyers qu’à contrecœur, jusqu’à pouvoir s’éclipser discrètement dans la salle de jeux, pour le seul moment où les consoles étaient libres.  Dire qu’elle n’allait plus jamais pouvoir toucher une seule console. Déprimant. Ces jeux étaient dotés d’un curieux pouvoir de lui faire oublier toute notion du temps… Jusqu’à ce que le fatidique « GAME OVER » se dessine sur les pixels et que la manette part à l’autre bout de la salle. Mais la jeune fille adorait tout de même ça.

Quand au seizième siècle… Bah elle avait certainement du dormir ou mettre le bazar durant ce cours là en primaire, vu que cette période ne lui évoquait pas grand-chose. Sauf que c’était loin, oui.

- Alwin, pour te servir.

Kerry se retourna à l’annonce de ce nom très anglais juste à l’instant où le dénommé Alwin tirai une révérence de son chapeau invisible. Les douces paroles du type Mais quel bouffon ! qu’elle n’aurait jamais manqué de lâcher avant lui vinrent au bout des lèvres, mais sans s’en délivrer. Bizarre. Peut-être était-ce parce que ce garçon ne paraissait pas foncièrement mauvais, une première.

Ensuite, à la grande surprise de l’asiatique, Alwin s’approcha de l’évier et se saisit des couverts plus ou moins propres et commença à les sécher soigneusement. Kerry ne put s’empêcher de faire un bon en arrière, en feulant, avant de comprendre qu’il souhaitait juste l’aider. Mais ses réflexes étaient incontrôlables et c’est encore plus gênée qu’elle se concentra à nouveau sur ses assiettes. Faisant tomber ses cheveux devant ses yeux pour cacher sa honte, elle attendit que son rythme cardiaque se régule à nouveau, la respiration chancelante.

- Sinon, pourquoi tu es punie ? Vu ton état d’énervement, soit on t'a vraiment emmerdée, soit tu as été réprimandée pour avoir foutu un beau bordel., la questionna au même moment Alwin.

Kerry se tordit les doigts comme à son habitude à l’évocation de sa punition. Voila qu’elle l’avait presque oublié et qu’il remettait le sujet sur le tapis. Mais c’était logique et même plutôt sympathique de sa part de lui poser cette question. Le seul regret qu’elle en tenait était qu’elle n’avait pas frappé assez fort, ni assez discrètement. Trop nul.

- Un gamin m’a embêtée. J’ai failli lui casser le nez en échange. C’est totalement injuste que je prenne tout… ‘Fin c’est pas comme si j’avais pas l’habitude…, répondit-elle amèrement.

- Et puis, j’aime bien taper les gens, même si ça fait chelou de dire ça…, ajouta l’asiatique sans remarquer qu’elle parlait à voix haute.

A force de frotter toutes les assiettes et grâce à la main secourable d’Alwin, le tas s’était considérablement aminci. Kerry considéra avec contentement sa tâche presque accomplie. Elle commença à regarder discrètement son interlocuteur, pour évaluer la dangerosité de sa particularité. Avait-il une bouche derrière la tête capable de lui arracher un bras ? Ou des cornes capable de cracher du venin sur quiconque d’agaçant ? La jeune fille en avait vu de toutes sortes et de toutes les couleurs, mais ne parvenait pas à deviner le don du garçon.

Quand au sien… L’asiatique n’avait que trop de mal à le définir et le considérait comme un handicap, ni plus, ni moins. Rien de bien glorieux, en toute somme.

Désireuse de remercier d’une manière ou d’un autre Alwin, elle se retourna vers lui, mais en fixant ses chaussures. Un simple  « merci » lui semblait hors de portée. Pourquoi ne pouvait-elle jamais aller au plus simple.

- Au fait, t’es arrivé comment ici, toi ? , lâcha-t-elle au hasard, tout en maudissant ses maigres capacités sociables.

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Jeu 22 Déc - 0:14

La réponse vint rapidement, amère et faisant parfaitement écho à la finesse des précédentes paroles d’Alwin. Ce dernier fronça les sourcils. Cette fille était décidément bien surprenante. Ou plutôt, elle dévoilait de plus en plus cette espèce de rage incontrôlée qui risquait de lui causer bien des problèmes. À elle, ou aux autres – il suffisait de regarder ce qu’elle se vantait presque d’avoir infligé à un gamin de la boucle. Non pas que le Gallois soit un modèle de tempérance, mais il avait au moins toujours évité de s’en prendre aux plus petits. Au lieu de ça, Alwin s’engageait personnellement à les protéger en cas de (gros) problèmes. Un peu comme les super-héros aquakinésistes, oui. Mais en plus stylé – il fallait juste qu’il partage l’affiche avec ses trois élémentaires.
Kerry continua de parler sans attendre la réponse de son interlocuteur (qui se serait de toute manière abstenu de tout commentaire pour une fois, vous pouvez le féliciter). À vrai dire, il n’aurait pas été là qu’ils en auraient été au même point. En tout cas, Alwin eut soudainement un doute après les paroles de la jeune fille. Oui, il en connaissait aussi des tas, des personnes qui aimaient bien taper des inconnus juste comme ça. Des connards, pour la plupart (voire pour l’écrasante majorité), mais surtout des gens avec un léger problème de supériorité, le genre qui empoisonne la vie.  Certes, le Gallois ne pouvait pas exclure que Kerry n’appartienne pas à ces deux catégories, puisqu'ils ne se connaissaient que depuis une dizaine de minutes à tout casser. Cependant, si l'Asiatique faisait partie de ces groupes d'emmerdeurs à effacer de la surface de la Terre, il pouvait aussi supposer qu’elle aurait été recadrée d’une manière autrement plus sévère par les Ombrunes. Non pas que ces dernières aimaient spécialement punir leur pupilles par pur plaisir, mais si l’Asiatique était aussi nouvelle dans la boucle que ce qu’il pensait, alors elles auraient essayé de rééquilibrer ses attitudes le plus tôt possible, et pas uniquement en l’envoyant laver des assiettes et des couverts. Se pouvait-il alors qu’il y ait un autre facteur qui explique leur relative compréhension ? Sa particularité, par exemple ? Alwin n’en voyait qu’une susceptible d’excuser l’impulsivité de la jeune fille aux yeux des Oiseaux, mais il n'était pas sûr. Lui-même n'avait jamais côtoyé une personne avec un pareil don et il ne savait donc pas vraiment s'il déteignait sur le caractère au quotidien.
Le Gallois ne se rendit pas compte qu’il examinait la gamine, les sourcils légèrement froncés. Le particulier ne se détourna pas non plus lorsqu’il attrapa à la volée une discrète œillade de l’Asiatique, mais fut en revanche forcé de se bouger pour ranger la vaisselle encore chaude de l’eau de lavage. Il se contenta de les disposer sur un plan de travail libre, n’étant pas plus à même que la jeune fille de replacer avec justesse les affaires dans les bons tiroirs – c’était pour ainsi dire la première fois qu’il s’intéressait d’aussi près aux ustensiles de cuisine de la boucle, si vous voulez tout savoir. Il était toujours occupé à empiler plusieurs assiettes lorsque la voix de la particulière retentit brusquement dans son dos. Le Gallois ne put empêcher un petit sourire en coin. Les difficultés que Kerry éprouvait manifestement à lui adresser la parole l’amusait ; elle lui rappelait sa propre situation au même âge, alors volontairement éloigné des potins de son village par ses parents.
Le particulier lâcha avec un petit soupire son essuie auprès de la pile. Se retournant pour s’appuyer sur le plan de travail, il croisa les bras. La tâche de l’Asiatique avait été expédié en un rien de temps, réduit de moitié grâce à son aide. Le peu qu’il restait à faire, Kerry s’en occuperait bien. Et puis, Alwin n’aimait pas la vaisselle.  

« Aussi étrange que cela puisse paraître, par le Cairn. » répondit-il laconiquement en sachant pertinemment que cela ne répondait pas du tout à sa question.

Le Gallois n’avait pas envie d’y penser. Il n’avait pas envie de se replonger dans ces quelques jours d’épuisement et de tension, ni davantage sur leur dénouement. D’autant que, s’il était dans le juste, l'Asiatique y avait aussi participé – restait à voir si Kerry se souvenait de lui. Elle n’avait pas vraiment l’air d’avoir eu de graves blessures bien que cela ne signifie rien ici – la particulière au touché curatif de la boucle pouvait très bien s’en être occupée. Mais peut-être n’avait-elle pas eu besoin de ça, finalement, peut-être avait-elle été suffisamment puissante ou forte pour ne pas être blessée. Les comportements impulsifs de la jeune fille revinrent à l’esprit d’Alwin qui se demanda alors si elle avait une aptitude au combat pour contrebalancer sa témérité. Puisqu’il fallait au moins ça pour convaincre les directrices de l’envoyer dans la boucle – sauf si elle était dotée d’un solide don.

« Aussi non, tu sais te battre ? Ou tu te contentes de balancer ton poing dans la figure des autres ? »

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Jeu 22 Déc - 22:54

La vaisselle était presque terminée au grand soulagement de Kerry, non sans l’aide précieuse d’Alwin. Elle remarqua du coin de l’œil que ce dernier s’était immobilisé, et croisait maintenant ses bras le long du corps. En guise de remerciement, elle hocha la tête timidement, peu habituée à se trouver dans une situation de reconnaissance.

- Aussi étrange que cela puisse paraître, par le Cairn, répondit soudain le garçon, d’un ton morne.

Kerry n’insista pas. Bien qu’elle n’était vraiment pas aidée en relations sociales, il était ici clair qu’Alwin ne souhaitait pas en parler. De vagues souvenirs de la mission lui revinrent doucement en mémoire, confirmant alors son sentiment de déjà vu… Mais cela paraissait si lointain. Troublant, car la jeune fille n’était plus qu’à deux doigts de se convaincre que ce n’était qu’un simple cauchemar, avant cette rencontre. Vous savez, lorsque vous vous réveillez le matin avec l’étrange impression d’avoir vécu quelque chose de particulier… Avant de réaliser que ce n’était qu’un rêve. Eh bien, ce fut exactement le sentiment de l’asiatique, au lendemain de la mission… Et elle ne comprenait absolument pas pourquoi.

Serrant les dents, elle balança la dernière assiette sur une pile déjà instable… Qui oscilla de plus bel. Heureusement, la vaisselle était terminée, plus rien à ajouter. La jeune fille en profita pour commencer à faire des tours dans la pièce, balançant ses bras pour essayer de se détendre.

- Aussi non, tu sais te battre ? Ou tu te contentes de balancer ton poing dans la figure des autres ?, demanda Alwin.

Kerry se retourna, un peu étonnée de cette question. Elle ? Savoir se battre ? Non, pas du tout… Bien qu’elle aurait souhaité prendre des cours d’arts martiaux. Par exemple de taekwondo, art martial de Corée, le pays dont elle venait –du moins d’après les enquêtes à son arrivée dans son premier centre d’accueil. Le reste n’était guère glorieux, mais la jeune fille aurait aimé avoir l’occasion de connaître davantage son pays… Et puis même de peut-être retrouver sa mère. Quoique, si elle l’avait abandonnée, il y avait certainement de bonnes raisons.

- Pffff, trop énervant , râla-t-elle, tout en tirant nerveusement sur un des cordons de son sweat.

Se rappelant soudain de la présence d’Alwin, l’asiatique s’immobilisa. Elle détestait, plus que tout, perdre ses moyens ne serait-ce qu’une seconde devant quelqu’un. D’autant plus que ça lui arrivait si souvent. Se retournant lentement, mais en continuant d’éviter son regard, elle répondit un peu plus brusquement que voulu.

- Nah, je ne sais. Balancer le poing c’est plus simple et pas besoin d’être un génie pour le faire, dit-elle d’un ton aigre.

Kerry se souvenait une fois avoir demandé à apprendre à se battre à la direction d’un orphelinat. La secrétaire lui avait tout simplement répondu qu’il serait suicidaire de lui faire faire cela. Depuis, toute évocation d’activités de ce genre lui laissait un goût amer dans la bouche.

Mais cela n’éteignait néanmoins point son intérêt. Loin de là.

- Et toi ? Tu sais faire des trucs ? , demanda-t-elle. Comme quoi ?

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Sam 24 Déc - 1:30

Elle souffla un coup, irritée par la remarque du jeune homme. Non pas à cause de celle-ci en temps que telle, semblait-il, mais plus à l’idée de devoir se plier aux règles compliquées de l’art du combat. Kerry avait l’air de mieux apprécier la puissance brute, celle qui répandait soudainement dans ses veines de l'adrénaline à la moindre provocation et qui se traduisait irrémédiablement par un violent coup sur n’importe quelle partie de l’anatomie de son « agresseur ». En témoigna ses remarques – mordantes comme à chaque fois, bien entendu. Alwin commençait doucement à s’habituer aux réactions impulsives de la gamine, à force de toujours se prendre un mur dans la tête – non pas que ça l’ennuyait, mais il ne fallait tout de même pas que la petite y prenne goût, non mais.
D’un côté, il y avait fort à parier que cela ne faisait pas longtemps que l’Asiatique avait le temps de travailler sur sa fougue et ses capacités sociales. De l’autre, il était aussi probable que son envie de s’améliorer était peut-être un peu bancale. Voire fort branlante.
Le particulier, sans s’en apercevoir vraiment, venait de se faire piéger. Encore. Une autre petite qui avait des « problèmes » et qu’il avait furieusement envie d’aider. Ou plutôt, l’instinct irrépressible de ne pas la laisser s’enfoncer davantage. Le pressentiment que si elle merdait, il s’en voudrait - beaucoup. D’autant plus qu’ici, la jeune fille risquait de ne pas se contenter de se foutre en l’air ; d'autres couleraient à cause de ses actes, Alwin en aurait mis sa main à couper.
Il la soupesa un moment du regard. Une petite fille aux traits durs, assez maigre et chétive (elle ne dépassait pas ses épaules). Une gamine frêle mais dont la rage intérieure était là, bien perceptible, qui profitait de la moindre provocation pour se révéler au grand jour. Et pas toujours d’une façon adéquate si on jugeait tous les ennuis qu’elle s’était attirés depuis son arrivée. Une idée germait lentement dans l’esprit du Gallois. Un début d’intuition qu’il attrapa au vol et emprisonna au sol, des lambeaux de fumée qui s’épaississaient de secondes en secondes jusqu'à former un dessin net. Se pouvait-il que le jeune homme puisse l’aider ? Commencer… ça… lui faisait risquer l’attention définitivement désapprobatrice des Ombrunes si cela tournait mal, cependant il ne voyait pas trop bien comment. L’Asiatique ne pourrait très certainement pas le blesser (sauf peut-être si son pouvoir le lui permettait), encore moins mortellement, et de son côté cela faisait bien longtemps qu’il pouvait maîtriser quelqu’un sans faire mal (surtout une personne inexpérimentée). Oh, après tout, pourquoi pas ? Le particulier n’avait rien à perdre et rien à faire sinon se décider s’il restait oui ou non dans la maison. Ce que le jeune homme n’était pas en mesure de faire tout de suite. Peut-être que ce début de projet l’aiderait à faire tomber le verdict, après tout. Rester parce que ça marche, ou partir parce que ça ne marche pas - même si dans ce cas-là les Oiseaux l'y obligeraient.

Le Gallois, qui était resté quelques longues secondes silencieux, sourit à la fille d’un air mystérieux. Bon, que fallait-il faire d’abord, en tout premier lieu ? S’éloigner de la cuisine et de tout autre particulier potentiellement blessable (oui je sais ce mot n'existe pas c'est totalement délibéré). Les moindres dégâts, tant bien matériels qu’humains, signifieraient la mort immédiate de son dessein. Et de sa survie dans la boucle de Cainrholm, accessoirement.
Il y avait deux portes dans cette pièce : celle conduisant à l’intérieur de la maison, et une autre, plus petite et modeste, intercalée entre deux plans de travail. De ce qu’Alwin pouvait apercevoir, elle menait à l’arrière du bâtiment, dans un espace visiblement inoccupé par les enfants – en témoignait la relative quiétude qui leur parvenait par la fenêtre entrebâillée. Parfait.

« Des trucs. Des tas de trucs. » dévoila-t-il d’un ton neutre en rompant le silence méditatif.

Il se leva soudainement, comme s’il avait une chose à faire. Se dirigeant d’un pas tranquille vers la sortie, le Gallois ne prit même pas le temps d’observer la réaction de Kerry. La porte gémit et protesta sous sa poigne mais, après un bon coup, elle s’ouvrit en grand. Alwin sortit presque entièrement dehors mais, au dernier moment, se ravisa comme s’il se rappelait soudainement de la présence de l’Asiatique.

« Mais tu es trop petite pour que je te les explique. Je te laisse ranger la vaisselle, p'tit génie. » la nargua-t-il alors délibérément, à moitié sorti dehors.

La porte de service menait à l’arrière de la maison, dans une espèce de petite cour intérieure totalement déserte et éloignée de toute fenêtre ou accès à la demeure – excepté bien entendu les cuisines. Un espace relativement petit, mais largement suffisant pour leur permettre une bonne amplitude de mouvements au cas où Kerry… s’emballerait. Alwin n’avait pas l’intention de lui prouver de quoi il était capable. Le particulier souhaitait juste voir si ce qui lui avait permis, lui, de ne pas devenir totalement fou serait d’une quelconque utilité à la jeune fille. D’ailleurs, le Gallois entendait déjà ses pas lourds. Il s'abstint de ne pas la regarder par pur défi – se leurrer en se surestimant n’était heureusement pas dans ses habitudes – et se retourna, totalement à l’aise d’apparence mais sur ses gardes.

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Lun 26 Déc - 22:42

- Des trucs. Des tas de trucs, répondit Alwin d’une voix neutre.

Ses paroles ne ramenèrent pas Kerry au présent. Elle sentait toujours cette rage, ce sentiment insidieux, qui l’éloignait de la réalité. Un rapide coup d’œil vers la vaisselle quasiment finie permettait seulement de contrôler partiellement son envie de tout casser. La jeune fille ne se rendit donc pas tout de suite compte que le garçon s’éclipsait par la porte de derrière.

- Mais tu es trop petite pour que je te les explique. Je te laisse ranger la vaisselle, p'tit génie, se fit entendre la voix du jeune homme tandis qu’il ouvrait la petite porte grinçante.

Sur ce coup, Kerry vit rouge. Elle se précipita vers une des piles de vaisselle et la balaya sauvagement du bras. Un lourd fracas se fit entendre par les assiettes brisées et une ribambelle de brisures semblant à du cristal s’élevèrent dans les airs… Avant de retomber dans un concert de cliquetis déçus. Du verre crissa sous ses chaussures et éraflèrent ses mains, mais la fillette avait une autre cible en tête. Alwin.

L’asiatique se redressa et s’élança vers la petite porte. L'espace délivré par cet accès était une simple cour dépouvue de qui que ce soit, hormis le garçon. Manquant de trébucher sur le perron elle fonça à la hauteur d’Alwin, sans se préoccuper de la différence de taille et de musculature. Elle tapa contre son torse de ses deux mains tout en lui hurlant :

- ALORS COMME CA JE SUIS TROP PETITE ?!

Kerry n'avait vraiment, au grand jamais, supporté la provocation.

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Lun 26 Déc - 23:48

Vous vous souvenez, de l’autre fois quand le bruit de couverts avait surpris Alwin ? Quand il avait dit que c’était un « désagréable cliquetis », pour reprendre ses mots ? Eh bien, ce qui suivit sa pique provocatrice fut un peu pareil. Si bien sûr vous le multipliez par vingt. Aisément. Autant pour la vaisselle. Bon, au moins éviteraient-ils avec un peu de chance les autres enfants. Oui, celle-là était assez mince mais le Gallois était prêt à intervenir pour qu’elle ne fasse pas de noise à ces gamins. En attendant, le particulier attendait la sienne (Non, pas à la manière d’un père, vous vous croyez où là ? Alwin n’a pas le quart de la réflexion pour en avoir une... et l'éduquer correctement, bien sûr). La première phase de la crise passée, Kerry déboula dans la cours en se ramassant à moitié sur le perron et fonça comme un boulet de canon asiatique sur le jeune homme. Celui-ci, une micro-seconde avant l’impact, se fit la fulgurante réflexion qu’il avait peut-être un peu poussé le bouchon trop loin – comme d’habitude, bravo grand-père. Les mains de l’enfant se propulsèrent sur le torse du Gallois, qui en aurait presque grimacé pour le coup. Non pas qu’il était une petite nature, mais il avait un peu sous-estimé la force de celle qui semblait dorénavant son adversaire. Quoiqu’il en soit, il y vit une occasion parfaite pour la stimuler encore un peu plus et lui agrippa le poignet droit. Elle cria suffisamment fort pour alerter toute la maison, voire éventuellement toute la boucle. Alwin espéra que ses vociférations n’attireraient personne, mais il y avait fort peu de chances pour que cela arrive. Visiblement, il n’y avait pas que ses congénères, que l'Asiatique ne pouvait supporter.
Le particulier, tenant toujours la jeune fille, lui retourna rapidement le poignet dans une clé de bras, pas douloureuse mais suffisamment contraignante et vigoureuse pour que Kerry ne puisse pas le bouger.

« Peut-être » lui souffla-t-il d’une voix toujours moqueuse.

Le jeune homme la lâche brusquement et recula de quelques pas. Procédant à une rapide observation, il découvrit ses traits déformés peints avec une rage assez compréhensible. Alwin se demandait quel degré de détermination se cachait en-dessous. Détermination à faire quoi, ça il s’en fichait pas mal, bien que le particulier se doute qu’elle ne veuille que lui montrer de quel bois elle se chauffait. Du moment que ça la conduisait à se défouler sur lui. Ne pensez pas qu’il soit masochiste, mais au moins à lui ça ne lui ferait ni chaud ni froid, alors que sur les autres il y avait fort à parier que ce serait nettement plus douloureux. Pour la victime autant que pour Kerry une fois que les Ombrunes lui tomberaient dessus.

« Montre-moi ce que tu sais faire. Peut-être que je verrai si tu mérites d’être appelée “p’tit génie”. »

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mar 27 Déc - 16:01

Alwin resta de marbre devant l’attaque de Kerry. Il saisit le poignet droit de la fillette sans qu’elle y prenne garde. Elle se mit à hurler de toutes ses forces, tout en le tambourinant de ses pieds. Son cri devrait pour sûr alerter tout le monde mais… Qui viendrait ? Depuis le début, la jeune fille ne s’était attirée que des ennuis. Il serait fort étonnant que quelqu’un l’apprécie au point de lui porter secours.

- Peut-être..., lui murmura-t-il.

Le garçon lui tordit ensuite sa prise pour lui faire une clé de bras, non douloureuse. Mais Kerry  continua de se débattre, essayant désespérément de se retourner sans se casser le bras. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait : d’habitude ceux qu’elle attaquait pleuraient, ou se défendaient de la même manière qu’elle-même. Jamais d’une telle sorte, en somme. Visiblement, la jeune fille s'était trompée de personne à attaquer. Non pas qu'elle était lâche, mais jamais elle n'avait été confrontée à un virtuose du combat. Celui ci l'était peut-être, malheureusement.

- Montre-moi ce que tu sais faire. Peut-être que je verrai si tu mérites d’être appelée “p’tit génie”, lui souffla à l’oreille Alwin.

Ses paroles n’arrangèrent rien à la colère de Kerry. Elle se sentait littéralement trompée. Le garçon lui avait plutôt semblé sympathique à l’origine, il ne l’avait pas fuit comme la peste en apprenant ce qu’elle avait fait et même aidé à finir sa punition. Et voila que lui aussi, maintenant, il la piégeait sournoisement.

A sa grande incompréhension, Alwin la lâcha ensuite pour reculer de quelques pas, sans abandonner son regard moqueur. Excédée par cette traîtrise, Kerry ne perdit pas une seconde et fonça sur lui à nouveau. Elle lui saisit violemment le bras gauche et le mordit de toutes ses forces. Son unique souhait était maintenant qu'il se torde de douleur à tout jamais.

- Je te faisais presque confiance, lui cracha la jeune fille à la figure. Tu n’es qu’un sale traître, comme tous les autres !

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mer 28 Déc - 0:17

Une foule d’émotions passaient sur le visage de Kerry, et pas des plus joyeuses. En même temps, il fallait s’y attendre. Jouer avec une fille aussi impulsive et rageuse, c’était un peu comme essayer de traverser un fleuve rempli de crocodiles. Long, périlleux, un peu stupide et valant la peine uniquement s’il y a un trésor de l’autre côté.
La jeune fille bondit de nouveau sur Alwin et lui saisit le bras dans le même mouvement. Sans plus laisser le temps au Gallois d’anticiper, sa tête s’écrasa sur sa peau et ses dents s’y enfoncèrent profondément. Il retint à la dernière seconde un cri surpris de douleur, qui se mua en un grognement sourd et une grimace peu harmonieuse. Elle avait de la poigne, cette fille ! Il arracha son bras de l’emprise d’un geste vif, ce qui eut pour don de faire encore cracher Kerry toute sa rage. Il répliqua du tac au tac, enlevant toute trace de moquerie dans sa voix :

« Je n’ai jamais dit que tu pouvais me faire conscience. »

Il ne prit pas la peine de regarder la blessure, meurtrissure rougeâtre, sanguinolente, baveuse – bonjour la fraîcheur. Alwin se contenta de rabattre par-dessus sa manche relevée pour la vaisselle. Oh, il était à peu près certain qu’elle se teinterait rapidement d’un rouge révélateur. Cependant, ce n’était qu’un inconvénient mineur et facile à cacher. Le frottement avec le tissu réveilla la douleur et il fronça brièvement les sourcils. Les élancements prenants se diffusèrent un peu partout dans son bras mais, rapidement, ils se firent moins présents jusqu’à s’assourdir. Il s’agissait d’une sensation familière, retrouvée presque avec indifférence. Les picotements resteraient là, oui, mais inoffensifs pendant encore quelques heures.

« Mais tu aimerais bien, hein ? siffla-t-il. Tu aimerais bien croire en quelqu’un qui ne se méfie pas de toi. Pas de bol, la plupart des gens te trouvent trop dangereuse pour ça. Félicitation ! Si tu veux, je te donne un badge, ou une place sur le tableau d’honneur. »

À vrai dire, lui aussi commençait à sentir son mécontentement monter. Loin d’être à la mesure de celui de l’Asiatique, il menaçait cependant de rendre le jeune homme acide et incorrect – enfin, encore plus. En un sens, il comprenait parfaitement la particulière. Toujours trop brutale pour les autres, jamais assez sobre ni empathique. Surtout à son âge, cette vie sociale anormale pouvait devenir un véritable enfer. Cependant, il ne cautionnait pas du tout le fait qu’elle s’en prenne aux autres gamins. À des adultes passe encore, mais les petits n’avaient pas des masses de protection. Certes, ils pouvaient la rudoyer ou la craindre jusqu’à la rejeter. Et c’était pas cool. Cependant, de là à les envoyer dans les roses pour un oui un pour un non était assez expéditif. Et puis, il y avait plusieurs manières d’évacuer la frustration. Le tricot, les échecs, le yoga… Pour le jeune homme, ça avait été les sports de combat. Oui, se battre pour éviter de cogner partout, c’était assez bizarre. Mais au moins, les sacs de boxe et les arbres protestaient moins que les gens. Souvent.
Alwin évita de souffler, sentant son agacement fondre sous ses pensées plus légères. Il ne fallait pas qu’il oublie qu’il voulait surtout l’aider, pas la mettre en colère au point de lui faire détruire l’île entière. Alors, que faire ? La première méthode d’approchement avait eu des résultats assez… mitigés, pour que l’Asiatique lui accorde sa confiance. Donc, quoi ?
Le particulier recula au bout de quelques secondes plutôt calmes, comparé aux réactions furieuses de Kerry. Il buta, comme il l’avait prédit, sur le banc vermoulu qui faisait la jonction entre la cour et la partie isolée du jardin. Lorsqu’il s’assit dessus, le soleil l’aveugla un moment, juste le temps de trouver l’ombre de la tête de l’Asiatique, dorénavant plus haute que lui. Comme quoi, ce genre de personnes sert et à se bagarrer, et à défier, et comme parasol. Une sorte de multi-usage, si vous préférez.
Alwin resta un instant ainsi, le visage dénué d’expression, à observer la jeune fille. Il reprit enfin la parole, usant un ton neutre et sincère.

« Mais tu as raison. Je suis un traître. Un gros connard, si tu veux tout savoir. »

Génial, il venait de passer par trois comportements radicalement différents en moins de trois minutes (et tous plus ou moins factices), ce qui n'était pas très rassurant. Mais bon, s'il fallait ça pour convaincre l'autre de ne plus taper les petits... Alwin déplacerait des montagnes pour elle (De petites montages, poussez pas non plus).

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mer 28 Déc - 20:13

Kerry mordit de toutes ses forces dans le bras de Alwin, y mettant toute sa colère. Ce dernier laissa échapper un grognement sourd avant d’agiter son bras dans tous les sens, faisant lâcher prise à la fillette. Celle-ci cracha au sol, folle de rage.

- Je n’ai jamais dit que tu pouvais me faire confiance, répliqua le garçon en délaissant son ton moqueur.

Pour toute réponse, l’asiatique le fusilla du regard. Elle ne supportait pas le sentiment que depuis le début, l’adolescent se jouait d’elle. Il devait maintenant pâtir de sa vengeance, peu lui importait les conséquences. A cet instant précis, la jeune fille n’en avait que faire des conséquences de ses actes. Les Ombrunes pourraient bien la renvoyer, cela ne lui ferait ni chaud ni froid. Peut-être qu’elle n’était tout simplement pas faite pour la vie en communauté, après tout jamais rien s’était correctement passé depuis que sa mère l’avait abandonné. Avait trahi sa confiance aveugle. Depuis, le même schéma n’avait de cesse à se répéter. C’était si injuste, selon elle. Si sa mère avait su la garder, il était évident qu’elle ne serait pas ici, à essayer de se montrer la plus forte.

Prête à saisir la moindre occasion, la gamine fixait son adversaire avec intensité. Elle put constater, assez étonné, que la morsure n’eut l’air de lui faire ni chaud ni froid : il ne se contenta que de rabattre sa manche pour la dissimuler, sans montrer un quelconque signe de douleur. Etrange. Elle fronça les sourcils. Il n’avait peut-être pas mal, mais un énervement croissant s’émanait de sa silhouette.

- Mais tu aimerais bien, hein ? siffla-t-il. Tu aimerais bien croire en quelqu’un qui ne se méfie pas de toi. Pas de bol, la plupart des gens te trouvent trop dangereuse pour ça. Félicitation ! Si tu veux, je te donne un badge, ou une place sur le tableau d’honneur.

Kerry se figea, les bras ballants, le regard vide. Jamais qui que ce soit lui avait parlé sur un tel ton. Jamais on ne lui avait présenté la situation de cette manière. La désagréable impression de s’être faite analysée jusqu’à l’os lui enserra le cœur, de dégoût. Sa respiration s’accéléra, ses yeux se mirent à lui piquer et une sueur froide coula dans son dos. La dernière fois qu’elle avait ressenti cela, c’était lorsqu’elle avait cru que Miss Barn Owl l’avait envoyé dans un hôpital psychiatrique. Elle qui sentait rarement l’inquiétude, était alors en proie à de fortes angoisses. Tout comme aujourd’hui.

Comme un robot, elle fit quelques pas, tandis qu’Alwin reculait. Elle hésitait, encore tenter de l’attaquer ? Pour lui démontrer le non sens de ses paroles ? Ou était-ce la mauvaise solution. La fillette se pencha en avant, s’appuyant contre ses genoux pour essayer de reprendre son souffle, sans se soucier de potentielles représailles de la part du garçon : celui là venait de se laisser tomber contre un banc se trouvant miraculeusement derrière lui, sans doute pour tester ses nerfs. Tout comme il semblait parfaitement connaître cet endroit, à l’inverse de Kerry.

Attaquer ? Ou non ? Alors que la jeune fille tentait de retrouver le contrôle de ses émotions, sa vision se brouilla à nouveau. Elle se redressa brusquement, n’ayant à nouveau plus que l’envie de tordre le coup au jeune homme. Les réflexions, c’est secondaire.

- Mais tu as raison. Je suis un traître. Un gros connard, si tu veux tout savoir, reprit Alwin avec sincérité.

Ce fut l'instant que saisit Kerry pour lui sauter dessus, en serrant son cou avec ses jambes. Elle s'assit sur lui, prête à lui massacrer le visage avant de se rappeler de ses paroles.

- Ah ? Tu l'admets finalement ?, demanda-t-elle d'un ton presque candide.

Elle se sentit un peu bête d'avoir encore montré une telle impulsion, sans trop savoir pourquoi.

- Bon en même temps c'était vraiment méchant ce que tu m'as dit, poursuivit-elle d'un ton défensif. Sérieux, pourquoi ? Jamais personne ne m'avait parlé comme ça auparavant.

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Ven 30 Déc - 23:32

Apparemment, ce n’était pas non plus la chose à dire. Alwin vit le rouge monter encore une fois aux joues de la particulière avant que cette dernière ne supprime hâtivement le mètre et demi qui les séparaient. De nouveau, elle se précipitait sur lui. Le premier réflexe du jeune homme fut de l’éviter en s’écartant, cependant il y résista au dernier moment pour ne pas la faire valser par-dessus bord (un vrai gentleman). Et d’au passage la faire définitivement bouillir de rage, même si cette fois-là elle n’aurait pu s’en prendre qu’à elle-même. Comme il s’était déjà soulevé du banc, les paumes de Kerry s’écrasèrent contre son ventre et le firent basculer. Le Gallois sentit son dos heurter de plein fouet la terre à moitié dénudée. Il parvint de justesse à retenir sa tête de s’éclater au sol mais l’impact fit courir une très désagréable vague de douleur dans sa colonne vertébrale. Le soleil l’éblouit encore une fois brièvement, et une ombre l’obscurcit presque instantanément. C’était l’Asiatique qui, dans son impulsion, venait d’enjamber l’obstacle du banc. La jeune fille, les chevilles à une distance très, très négligeable du cou d’Alwin, se laissa tomber sans plus de façon sur son torse. D’où la gêne inconfortable qu’il ressentit par la suite. Encore une fois pourtant, le Gallois n’y prêta pas attention le moins du monde. Tout ce à quoi son cerveau – dérangé par ailleurs, mais c’est secret – voyait, c’était leur position assez... bizarre. Rappelons qu’étant tombé aux pieds du banc, ses mollets y reposaient toujours. Si Kerry ressentait un brusque coup de fatigue, elle pourrait presque se reposer sur les jambes d’Alwin. Mais celui-ci, au lieu de la sentir s’y appuyer, observa en se contorsionnant les émotions changer encore une fois sur le visage de la jeune fille. La compréhension – ou plutôt le contraire – s’afficha alors qu’elle semblait à deux doigts de le frapper. Avec un peu de chance, pouvait-il espérer… Oui, Kerry se résignait. Bien, une chose de gagné. L’Asiatique demanda alors s’il admettait réellement être un traître, d’une façon tellement puérile que le particulier en aurait bien ri. Il retint avec précaution cette impulsion, cependant sa réponse manqua légèrement de sérieux comme à l'habitude :

« Bah, étant donné que tu es assise sur moi, là tout de suite, je ne vois vraiment pas de raisons de prétendre le contraire. »

La particulière ne lui répondit pas pendant un bref moment durant lequel il se contenta d’attendre la suite. Elle réagirait forcément, soit en crachant de rage sur sa face, soit en se défendant, soit en lui exigeant d’autres explications – des vraies. Finalement, la deuxième supposition fut la bonne.

« Parce que c’est la vérité, répondit-il avec simplicité. Je veux voir ce dont tu es capable, pas pour me moquer de toi – te provoquer n’était qu’une façon de me rendre compte de ta puissance. Et si personne ne t’a parlé comme ça avant, c’est peut-être parce qu’ils ne voulaient justement pas te faire sortir de tes gonds. »

Le jeune homme marqua ensuite un bref arrêt, pour scruter ses réactions. Les probabilités que la particulière le croie étaient encore bien minces, il en était pleinement conscient. Cependant, il vint à bout de ses pensées :

« Personne n'a jamais voulu te montrer des trucs en terme de compat. »

Oh, le Gallois n'était pas assez stupide pour penser que cela la convaincrait. Surtout avec leur position qu'il prenait soin de ne pas tout de suite inverser. S'il commençait tout de suite à tester ses capacités sur elle, il y avait de fortes chances pour que Kerry l'envoie péter. Au mieux.
Mais au moins, elle ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir été sincère.

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Lun 9 Jan - 22:29


- Bah, étant donné que tu es assise sur moi, là tout de suite, je ne vois vraiment pas de raisons de prétendre le contraire, expliqua le jeune homme.

L’asiatique, toujours à califourchon sur Alwin, sembla ignorer délibérément sa remarque quand à leur position abracadabrantesque (long mot huhuhu). Elle ne savait plus quoi penser, et choisis donc l’option de la passivité : attendre des explications plus claires.  Le garçon allait-il combler ses espérances ? Dans le cas contraire, la jeune fille en serait à jamais mortifiée, au souvenir des aigres paroles de l’anglais.

- Parce que c’est la vérité, répondit simplement ce dernier. Je veux voir ce dont tu es capable, pas pour me moquer de toi – te provoquer n’était qu’une façon de me rendre compte de ta puissance. Et si personne ne t’a parlé comme ça avant, c’est peut-être parce qu’ils ne voulaient justement pas te faire sortir de tes gonds.


Kerry haussa les sourcils, guère convaincue… Les raisons la poussant à ne pas envoyer balader le garçon lui restaient inconnues. En temps normal, elle se serait déjà enfuie en courant, pour moins de contraintes que celles-ci. Décidément, cet endroit l’exaspérait. Ses regrets journaliers de ne pas avoir réussi à s’échapper atteignaient ses pensées tous les matins, lorsque la grosse pendule sonnait. Le 3 Septembre 1940. Et puis quoi encore ? Le début Septembre correspondait à la rentrée. Mais quelle importance ? Plus aucune école ne voulait d’elle. C’est bien pour cela qu’une chouette effraie l’avait percuté de plein fouet avant de l’envoyer dans cet endroit bien étrange.

- Pffff…, souffla-t-elle en se tortillant les cheveux d’un geste compulsif. Cet endroit me rend dingue…

- Personne n'a jamais voulu te montrer des trucs en termes de combat, continuait Alwin.

Il avait totalement raison. Pourtant c’était bien une des rares choses qui avaient pu intéresser la jeune fille. Mais elle n’était clairement pas une priorité dans l’esprit de ses éducateurs. En y repensant, voila bien un certain temps qu’elle n’avait pas entretenu une conversation aussi longue avec quelqu’un –aussi mouvementée puisse-t-elle être.

- Bon... Je t'en veux pas. Pas trop, marmonna la fillette à contre cœur.

Ses paroles lui coûtaient beaucoup... Comme si le peu d’ascendance qu'elle aurait éventuellement pu conserver sur le garçon s'envolait en fumée. Ce sentiment était bien détestable.

- Et non en combat je connais rien. Je fais comme je pense, point, admit-elle.

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Mer 18 Jan - 22:23

Il y eut naturellement par la suite un petit moment de latence, où Alwin s’amusa brièvement à imaginer toutes les pensées qui devaient abonder dans la tête de l’autre. « De quoi il se mêle, cet abruti fini, il m’emmerde déjà assez bien comme cela… » C'était assez fort probable, d’après l’analyse certes un peu restreinte de sa psychologie mais quand bien même cohérente. Remarquez que « Va te faire voire » marchait tout aussi bien. Des expressions telles que « Bisque, bisque rage ! » ou « Quel goujat, quel malappris, quel nodocéphale ! » étaient assez peu envisageables bien que traduisant les mêmes idées. Du vieux temps d'où Alwin était sorti, ces exclamations auraient pu être admises. Cependant, il était clair qu'elles n'étaient plus d'actualité, même dans la bouche des plus anciens.
Malgré toutes ces supputations, aucune n’avaient admis l’espèce de semi-pardon de Kerry. Elle eut vraisemblablement du mal à le faire sortir, d'admettre qu'elle était capable d'indifférence. Pourtant, il n’y avait pas de quoi blesser son égo… si ? Pardonnez cette hésitation, mais le Gallois en étant relativement dépourvu dans la plupart des cas, ce n’était pas un expert en la matière. De loin. Ce qui expliquait assez bien l'aisance indéniable avec laquelle il réussissait d'une parole à indisposer son interlocuteur.
L’Asiatique poursuivit ensuite avec un petit commentaire sur sa manière de combattre, c’est-à-dire justement en faisant comme elle le sentait. Donc probablement frapper comme un sourd jusqu’à ce que blessures s’en suive. C’étaient dans ces moments-là que le jeune homme était tenté de lever les yeux au ciel et de souffler dédaigneusement du coin de la bouche en pensant « amateur ». Procédé qu'il se retenait d'appliquer à l'occasion, comme par exemple dans ce cas. Il n'y eut qu'un petit haussement de sourcil qui s'échappa.
Le silence s’étira une petite dizaine de secondes, au terme desquelles le particulier lança négligemment :

« Bon, tu me libères ou je dois le faire moi-même ? »

Oui, mesdames et messieurs, vous pouvez penser à raison que cet excentrique spécimen gallois est bel et bien un glandeur en bonne et due forme, quand ça lui prend.

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 20
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Kim Ah Ron
Âge : 12 ans
Particularité : Instinct de prédateurs
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Dim 19 Fév - 19:55

« Bon, tu me libères ou je dois le faire moi-même ? »
Kerry se rendit compte qu’elle se tenait encore à califourchon sur le garçon (hem hem ça fait bizarre dit comme ça xD ) et se releva brusquement, pour s’asseoir sur le banc. D’habitude, lorsqu’une personne l’énervait, la jeune fille se contentait de le laisser de côté, une fois que l’un des deux se trouvait bien amoché. Mais pour une fois, elle n’en fit rien. Alwin avait réussi à faire naître dans son esprit indifférent un peu d’intérêt.

En repensant à son comportement presque énigmatique, de l’avoir aidé à boucler sa punition puis ensuite de la pousser dans ses retranchements, elle trouvait qu’il ne collait absolument pas aux idées préconçues par ses soins sur les pensionnaires de ce manoir. Balayant le sol avec ses chaussures poussiéreuses, elle lui dit, l’air de rien :
« C’est étrange quand même. Tu n’es vraiment pas comme les autres gens d’ici. Pourquoi ? »

_________________


Marki à Ana pour cette superbe signature ! x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 36
Date d'inscription : 12/11/2016

Feuille de personnage
Avatar : Keegan Allen
Âge : (RÉEL) 106 ANS → (PHYSIQUE) 18 ANS
Particularité : Contrôle d'élémentaires
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   Jeu 29 Juin - 22:47

La fille se leva brusquement sous la demande d’Alwin, et la pression qui s’ôtait lui arracha un petit sourire satisfait. Il replia ses jambes sur lui avant de se remettre debout, l’air de rien, en secouant son T-shirt encore chaud (on ne se soucie jamais assez des pauvres fauteuils sur lesquels on pose ses fesses et qui faiblissent sous la chaleur). Vu tout ce qu’il avait dit de bizarre, le Gaulois s’attendait vraiment à voir l’Asiatique dégager de ce pas, aller se plaindre à l’ombrune, le faire passer pour un sale psychopathe en puissance et provoquer un cataclysme. Rien qu’à y penser, ça lui collait déjà une angoisse des jours à venir et il se serait bien passé la main sur le visage. Pourtant la fille n’avait rien fait, strictement rien, sinon… s’asseoir. Ça arracha un maigre sourire au particulier, qui pensa que finalement les comportements bizarres ne devaient plus être si bizarres chez les générations du vingt-et-unième siècle. Il contourna le banc tout en fixant son occupante, et s’assit de nouveau sur la pierre blanche à l’opposée, histoire de ne pas donner envahir l’espace personnel de l’autre – et titiller sa susceptibilité, surtout. Même assis, le dos bas, il dépassait encore largement la tête noire. Bon, ce n’était pas excessivement difficile mais cela souligna dans son esprit leur différence d’âge. Autant physique que mentale. Alwin fixa longtemps la jeune fille tout en ignorant la pensée que, bon dieu, il devait vachement paraître bizarre. Il ne lui avait pas demandé. Depuis combien de temps elle était dans la boucle. Pas suffisamment en tout cas pour se rendre du piège que c’était, de rester, de s’enfermer dans cette routine, et de ne vouloir en sortir que quand c’était trop tard. Certains en perdaient la tête, d’autres également sans s’en rendre compte, et plusieurs fois ça créait des dommages. Elle assurément ne devait pas en faire partie, et il se demanda combien de temps elle tiendrait.
La question de Kerry balaya ses sombres pensées et il secoua légèrement la tête. Faut que j’arrête de me poser ces questions. Sérieux.

« Si "les autres gens d’ici" n’inclue que les résidents de Cainrholm, alors c’est normal. Je viens d’arriver ici après la destruction de la boucle de la Tour. J’sais pas si tu y étais. »

Une ombre passa dans le regard d’Alwin, un pli soucieux se creusa entre ses sourcils. La boucle, il s’en rappelait parfaitement. Plus de cinquante ans qu’il y avait élu résidence. Plus de cinquante ans dont il avait usé pour se reforger une armure après la chute de la boucle des champs, celle que connaissait son père et sa mère. Un sacré paquet d’années auxquelles s’additionnaient un nombre incalculable de souvenirs et de rires, de relations. Parties en fumée après l’attaque des Estres et des Sépulcreux. Cinquante-six années d’existence fausse, irréelle, préservée hors du temps. Quand il fermait les yeux, il pouvait le revoir ce film en accéléré, sous ses paupières, tangible. Sauf que quand ses paupières se rouvraient, la réalité se reformait et la Tour s’effondrait à nouveau.
Et là, il était sur le point de tout recommencer. À nouveau. Il s’éclaircit la gorge. Reprit son sarcasme et s’en revêtit.

« Par contre, si tu veux parler des particuliers en général, alors je sais pas. L’anormalité doit déjà être une maladie inhérente à cette catégorie-là de l’espèce humaine. Je dois être fameusement touché, peut-être. »

Il bougea un peu sur le banc, en se tournant plus vers la fille avec un petit air intrigué sur le visage.

« Mais à ce jeu-là, tu n’es pas mal aussi tu sais. À montrer les crocs au lieu de sourire. Te taper le torse et me sauter dessus en hurlant à cause de ma provocation, que nonante pourcents des gens ici aurait prise par de l’indifférence. Je sais qu’entre la mentalité des nouveaux particuliers et des anciens il y a un fossé, mais tout de même. Si c’est la réaction de tout le monde dans le présent, les relations doivent être sacrément difficiles. Alors je te retourne la question. Pourquoi ? »

_________________

the basic formula of life...
SURVIVE. EAT. SHIT. FUCK. BUY A HOUSE and DIE. It's all been scripted. But there's no need to see the second act. You already know how the play ends, don't you?
(c) hedgekey

Ce très cher Alwin (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let's fight ! {ft. Kerry}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's fight ! {ft. Kerry}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» PREVAL ET MULLET DANS LE COLLIMATEUR DU SÉNATEUR DEMOCRATE JOHN KERRY
» Davy Back Fight !
» Dino Fight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Maison des particuliers :: Salle à manger-