Partagez | 
 

 « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Jeu 12 Mai - 18:58


« »

J'ai l'impression de courir dans la nuit, mais pourtant, il fait toujours jour. Le soleil tape encore sur l'île, sur les arbres, leurs feuilles. Le soleil se reflète sur chaque parcelle de Cainrholm, illuminant ses habitants.
J'aurais bien besoin de soleil, moi aussi.
Tandis que je cours telle une furie, les branches des arbres me griffent les joues. Je ne fais même pas attention à la douleur. A vrai dire, je ne la ressens même pas. Après tout ce que j'ai vécu, une souffrance comme celle-ci n'est rien du tout.
Après tout ce que j'ai vécu, je ne peux pas mourir entre les mains d'un estre.
Il est quelque part derrière moi, je le sens. Je ne peux rien faire contre lui. La particularité du vent ? Génial ! Juste bon pour faire du parapente.
Je ne sais pas réellement depuis combien de temps je cours, combien de centaines de mètres j'ai parcouru, mais c'est bien la dernière de mes préoccupations. Un estre est à mes trousses, voulant à tout prix me tuer, et je dois me cacher. Je n'ai pas vraiment l'intention de finir à moitié déchiquetée entre ses mains de monstre. Je serais bien partie vers la Maison des particuliers, mais elle est complètement dans la direction opposée, et faire demi-tour signerait mon arrêt de mort. Je me contente donc de courir devant moi, tournant la tête quelque fois.
Je m'arrête, en reprenant pour reprendre le plus discrètement possible mon souffle. Je tourne sur moi-même, mon regard cherchant l'estre dans la semi-pénombre. Mais je ne le vois pas. Peut-être a-t-il laissé tomber.
Mais un estre ne laisse jamais tomber.
Le vent se lève, alors je le stoppe d'un geste du bras. Plus aucun bruit dans la forêt. Même les oiseaux ne chantent plus. J'attends un mouvement, un bruissement. Quand un craquement de branche déchire ce silence assourdissant.
Je me contente de me coller contre le tronc d'un gros arbre, stoppant ma respiration. Je dois faire le moins de bruit possible. Alors j'attends, j'attends qu'il parte ou qu'il continue son chemin sans me voir. En espérant que je ne serais pas morte à la fin de la journée.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Derrière toi ×
Messages : 14
Date d'inscription : 31/12/2014
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Jeu 12 Mai - 19:47

L'estre courrait derrière une jeune particulière, esquivant les branches d'arbre, sautant au dessus des buissons, baissant la tête pour éviter les feuilles, vous l'aurez compris : il se faufilait dans la nature, comme un traqueur, comme les félins qui n'abandonnaient jamais. Sa tenue de civile datant de 1940 le gênait un peu, l'empêchant de faire les mouvements qu'il voudrait, de courir comme il le voudrait, mais s'il n'avait pas eu ces vêtements, il se serait fait immédiatement repérer dans la boucle, donc dans un sens, heureusement qu'il les avait. Georges, car c'était le nom de l'estre, la tenait, il l'avait dans son champ de vision, et il ne lui laisserait pas la possibilité de s'échapper. Son "collègue" avait échoué, la dernière fois, dans cette boucle, et les particuliers s'étaient enfuis. Cette fois, il ne n'allait pas faire de quartier. Il n'était même pas fatigué, non, il faisait son boulot pour donner la chance à un sépulcreux de devenir ce qu'il était, cette tâche ne le fatiguait jamais, au contraire, l'idée d'avoir un futur compagnon qui aidera à chasser les particuliers lui reconnait courage. Les trois derniers étaient passés dans les mailles du filet, mais pas cette fois.
Il s'aperçut que la jeune femme s'était arrêtée, plus aucun bruit de fuite, et il l'avait perdue de vue. Il tenta d'avancer, mais ne faisant pas attention, marcha sur une branche qui craqua sous son poids. Le seul bruit qui fut ensuite perceptible fut un juron, qu'il n'essaya même pas de retenir : elle savait qu'il était là, alors pourquoi essayer de se faire encore discret ? Sur ses yeux se trouvaient des lentilles d'un marron sombre qui cachaient qui il était vraiment, allons donc, disons que ses faux yeux ratissaient la forêt présente en face de lui, à la recherche de la petite particulière.

- Je sais que tu es là, je te trouverai tu sais, pourquoi essayes-tu de m'échapper alors que c'est peine perdue ?

Et il pensait vraiment ce qu'il disait. Dans la tête de Georges, elle n'avait aucune chance, il allait la trouver, et la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Sam 14 Mai - 9:10

Quand sa voix transperce ce silence mortuaire, mon échine est parcourue d'un frisson glacial. L'estre n'est pas loin, le seul problème est que je n'ai aucun moyen de savoir où il se trouve. Il peut très bien être à une dizaine de mètres comme à un seul. Pendant une seconde, je ne sais pas quoi faire.
Je peux m'échapper, courir comme une furie pour le semer, mais je n'y arriverais jamais. Il me rattrapera quoiqu'il arrive. Il me cherchera, ma traquera. Et si je retourne à la maison des particuliers, tous les enfants seront en danger.
En baissant les yeux, je découvre une pierre au bout pointu, qui me fait rendre compte du seul échappatoire. L'unique moyen est de le combattre.
J'inspire profondément, puis expire. Je ne mets que quelques fractions de secondes pour sortir de ma cachette et être face à face au monstre. Ce dernier se trouve à environ six mètres de moi. Il est grand, plus grand que moi, les yeux marrons, les cheveux bruns. Il porte des vêtements de l'année 1940.
Je n'ai presque aucune chance contre lui. Pas toute seule.
Je pense à Sean, et c'est sans doute grâce à lui que je trouve la force de parler.

- Tu ne m'auras pas.

Mes paroles sont sûres, mon ton est sec. Lentement, je sors la pierre que j'ai trouvé quelques instants plus tôt. Elle est ma seule chance de réussir à le vaincre.
Je ne compte pas faire la conversation à l'estre pendant des heures. Je respire un grand coup, sûre de moi. Tant pis si je n'y arrive pas, tant pis si je dois y laisser ma vie, mais si j'arrive à le combattre, il ne pourra plus faire de mal à un particulier.
J'avance lentement vers lui, l'arme au poing. Plus que quatre mètres. Trois. Deux. Je m'arrête. Le monstre est vraiment très laid. Si je survis à ça, je sais déjà quels cauchemars m'attendront la nuit.
Sans un mot, je m'élance vers lui. L'estre tombe sur le dos, et le plus rapidement possible, je m'assieds sur lui pour l'immobiliser. Je lève la pierre, prête à lui asséner un coup au visage.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Derrière toi ×
Messages : 14
Date d'inscription : 31/12/2014
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Sam 14 Mai - 13:47

Tiens tiens, la petite particulière sortit de sa cachette, pour se placer juste en face de lui. Elle marcha dans la direction de Georges, qui la fixait, le visage sans expression. Elle en avait marre de courir, elle abandonnait ? Sage décision. En fait non, certes elle avançait, mais elle voulait encore se battre : elle tenait dans sa main une pauvre petite pierre pointue. L'estre aurait ri tellement elle était ridicule ! Elle voulait savoir ce qu'il y avait dans ses poches ? Il n'avait rien sorti, par peur de faire du bruit, ou de laisser des traces, mais s'il le devait, il le ferait. Donc elle voulait vraiment se battre avec un caillou ? Dans toute sa vie d'estre, il n'avait jamais vu ça, d'habitude les particuliers tentaient de fuir, tout simplement, et ils finissaient tous dans le même paquet. Dans cette boucle, ils étaient plus téméraires, plus difficile à attraper.
L'estre tomba, la fille au dessus de lui, et alors qu'elle allait le frapper avec sa pierre, il attrapa avec force son poignet. Elle parut surprise de sa force, qui l'empêchait de finir son mouvement. C'était bête, hein ? De mourir d'une manière aussi stupide. Sans lui laisser le temps de réagir, l'homme lui attrapa la gorge de sa seconde main. Elle avait dû rater des choses, comme le fait qu'il ait deux bras et qu'il pouvait s'en servir. Mais aussi que quand on attaque quelqu'un, il va forcément se protéger, ou alors relancer l'assaut. Son pauvre caillou vola pour aller se perdre dans les buissons en un geste. Il la bloqua, elle n'avait aucun moyen de s'en sortir. Le manque d'air la rendait faible, et elle avait beau se débattre, il tenait bon, jusqu'au moment où il la vira tout simplement de lui, en l'envoyant sur le côté. C'était simple, elle était faible, fragile. Il se releva avec nonchalance et épousseta sa veste d'époque, et, toujours aussi tranquillement, s'avança vers la particulière qui reprenait de l'oxygène avec difficulté, allongée au sol. Le sale espoir de s'en sortir, alors que la fatalité joue déjà son rôle.


- Tu n'as aucune chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Sam 14 Mai - 21:59

Une de ses mains attrape mon bras, tandis que l'autre se serre autour de mon cou. Mon souffle se coupe, je ne peux plus respirer. La douleur qui me prend à la gorge est plus forte que tout. J'essaie d'enlever la main de l'estre autour de mon cou grâce à la mienne encore libre. Mais je n'y arrive pas, il a beaucoup trop de force. Plus aucun air ne fait le chemin jusqu'à mes poumons.
Les larmes aux yeux, ma vision se brouille. Puis le monstre lâche sa prise et je finis allongée sur le sol, me battant pour reprendre de l'oxygène. Il aurait pu me tuer sur le coup, en m'étranglant, mais il ne l'a pas fait. Il veut me voir souffrir le plus possible, il veut savourer. Quelle idée avais-je eu en m'attaquant à lui avec l'aide d'une simple pierre ? C'était perdu d'avance.
Mon souffle presque entièrement repris, mais avec encore un horrible mal de gorge, je me relève avec difficulté. L'estre est debout, époussetant tranquillement sa veste, comme si je n'étais pas juste à deux doigts de mourir sous ses mains.
Tant pis, au point d'être lâche, je préfère m'enfuir en courant. Malgré mon coeur qui bat à cent à l'heure, j'essaie de courir le plus vite possible pour m'échapper de l'estre. Cette course effrénée me fait penser à celle que j'ai eue avec Sean dans la maison des particuliers, il y a peut de temps de cela. Si je vais bientôt mourir, je préfère songer aux choses qui m'ont rendues heureuse.
D'un seul coup, à ma droite, j'aperçois une grotte. Je regarde derrière moi et ne vois pas l'estre. Essouflée, je me remets à courir mais cette fois, vers la caverne. J'espère me cacher à l'intérieur et que le monstre ne me voit pas.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Derrière toi ×
Messages : 14
Date d'inscription : 31/12/2014
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Sam 14 Mai - 22:28

La particulière se releva et partit en courant. Petit coriace qui cherchait à survivre. Georges esquissa un sourire en secouant la tête. Sa conduite était désespérante, avait-elle écouté ce qu'il avait dit ? Il avait étudié cette boucle avant de venir, il savait où, comment la coincer, elle voulait le perdre alors qu'il savait où ils arrivaient. Apparemment non, elle n'avait pas écouté. C'est vrai quoi, pourquoi écouter la voix de la raison ? Il n'y a qu'elle qui fait mal.
Bon, bah il ne lui restait plus qu'à la rattraper, elle se fatiguerait bien à un moment ou à un autre. L'estre se remit à courir derrière la jeune fille. Il avait l'image des lapins coincés dans les pièges des chasseurs, à essayer en vain de fuir, à s'ensanglanter les pattes à tirer sur la corde, à se fatiguer pour rien. Elle faisait la même chose, elle était le petit lapin, et même si elle ne le savait pas, il la tenait, ne la lâchait pas. Elle souffrait pour un rien. L'estre se cachait le plus possible, pour l'avoir par surprise, mais qu'importe où il aille, il ne la lâchait pas du regard, ça non. Il commençait à s'amuser même, en fait. Il la fixait quand il courait, il voyait la peur dans son regard... Même qu'il la vit très clairement entrer dans une grotte cachée là. ça, il ne s'en souvenait plus. Merde, cette cachette pouvait compromettre ses plans, manquait plus qu'elle arrive à sortir une fois qu'il serait dedans, et il se retrouverait à chercher dans une grotte vide, sa proie partie. Merde merde merde, elle irait avertir l'ombrune et ... Il fallait qu'il la sorte et l'achève, la partie de plaisir était finie ! Georges sortit des buissons et des arbres, pour s'engager en courant vers l'entrée, sans aucune précaution.

- Tu vas finir acculée et tu ne pourras plus espérer me fuir ! cria t-il en espérant qu'elle prenne peur et sorte tout de suite.

En attendant, il s'enfonça dans la grotte sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Dim 15 Mai - 11:51

Presque dans le noir complet, je ne respire plus quand les paroles glaciales de l'estre fendent l'air. Je n'ai aucune chance contre lui. Maintenant, c'est sûr et certain. Le monstre est rapide, je suis incapable de le semer. Sans doute que sa vue est six fois meilleure que la mienne et que son odorat peut me repérer à des kilomètres. Pour l'ouïe... Je n'ai jamais été très discrète, de toute façon.
Je suis plaquée contre la paroi de la grotte, cachée dans l'ombre. Je ne respire plus. Mon cou me fait un mal de chien. Je n'ai jamais été une proie aussi facile. Je vois l'estre courir vers l'entrée de la grotte avant qu'il disparaisse dans la pénombre. Je n'ai aucune idée d'où il se trouve. Peut-être qu'il est à l'autre bout de la caverne. Peut-être qu'il est juste à côté de moi.
D'un seul coup, je sens un souffle froid contre mon cou.
Le vent à l'extérieur se met à souffler en rafales, plus fort qu'il ne l'a jamais été. L'estre est juste devant moi, et en une fraction de seconde, je lève les mains vers lui et une rafale de mistral s'engouffre dans la grotte. Le monstre s'envole à l'extérieur, et je cours pour l'envoyer le plus loin possible de l'entrée. Je suis toujours à l'intérieur, l'estre à l'extérieur. Ce que je viens de faire ne sert strictement à rien, puisqu'il peut toujours rentrer. De toute façon, pourquoi s'acharner à m'enfuir alors qu'il va me tuer d'un instant à l'autre ?
J'ai tout à coup l'impression que la terre tremble. Le vent au dehors est tellement fort que le tronc d'un arbre se fracasse et tombe à côté de l'estre. Manqué. Je n'ai jamais utilisé aussi fortement ma particularité, le vent soufflant à sûrement plus de 200km/h. Mais peut-être que je n'aurais pas dû le laisser aller au delà.
Mon dernier regard se porte sur l'estre, prêt à m'égorger. Soudain, une pierre tombe de la grotte tombe à côté de moi. Que faire ? Se retrouver dans la gueule du loup ou espérer qu'aucune autre pierre ne tombe ? Je n'ai même pas le temps de réfléchir à la réponse qu'une autre se fracasse sur le sol, puis une autre, et ensuite une autre.
Je me retrouve en une fraction de seconde dans le noir complet. Je ne distingue rien, mais en tâtant avec mes mains, je devine que l'entrée a été bloquée par un éboulis. Et je suis coincée dans la grotte. Ne voyant rien, j'essaie tout de même de déplacer une grosse pierre, mais elle pèse une tonne. Je me rends compte tout à coup que je ne peux même pas me lever.
Ma jambe est coincée sous l'éboulis.
J'essaie de la ramener vers moi de toutes mes forces. Elle bouge d'un millimètre, et cette minuscule distante permet de raviver une douleur aiguë. Un cri de souffrance m'échappe. Me voilant dans de beaux draps : enfermée dans une autre où il fait noir complet, l'impossibilité de me lever à cause de ma jambe droite coincée sous un monticules d'énormes pierres, et une douleur vive sur celle-ci. Donc, en conclusion, même si l'estre ne m'a pas tuée, je vais mourir de faim et de soif dans un caverne. C'est décidément mon heure.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Derrière toi ×
Messages : 14
Date d'inscription : 31/12/2014
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Dim 15 Mai - 12:33

Georges sentit bien le vent qui commençait à devenir de plus en plus fort, au point qu'il le sentait de là où il était. Et, brusquement, il se retrouva projeté au dehors de la grotte par une énorme rafale, il vint heurter le sol dans un bruit mat. Son cœur manqua un battement en voyant l'arbre au dessus de lui se briser au niveau du tronc et tomber dans sa direction. D'une roulade sur le côté et d'un saut, il fut debout avant que l'arbre ne l'écrase, de justesse. Ok, d'accord, il était dans la mouise, elle avait presque réussi à se débarrasser de lui, ce n'était pas bon, pas bon du tout. Il s'écarta le plus possible, les cheveux dans le vent, ayant même du mal à rester sur place tant le vent était violent.
Un grondement le fit froncer les sourcils, et il vit les pierres de la grotte bouger à cause du la tempête qui régnait. Comme une avalanche, elles tombèrent une à une provoquant un bruit insupportable pour qui se trouvait à proximité, dont l'estre, qui crut qu'une allait se téléporter pour l'écraser à son tour. Il fixait, ébahi, l'entrée bouchée, il n'avait toujours pas bougé jusqu'à que le silence revienne. Wahou, fallait le faire. Elle avait réussi à s’emmurer elle-même dans cette grotte. Félicitation ! Il n'avait même pas eu à se salir les mains !
Georges s'avança prudemment, pour tout vous dire, il n'en revenait pas. Il ne l'aura pas eue pour donner à un sépulcreux, mais elle allait quand même mourir, si elle n'avait pas été écrasée sous les roches, la faim et la déshydratation auraient raison d'elle. Personne n'irait la chercher ici.
Il fit tout du même le tour, vérifiant s'il n'y avait pas d'autre entrée (ou sortie), et voyant que non, l'estre essuya ses mains sur son costume sali, prêt à rentrer. Il avait fait la moitié de son boulot, au moins une victime, c'était mieux que l'autre qui était mort. Sa tâche s'arrêtait ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Dim 15 Mai - 22:15

J'ai constamment cette impression que l'oxygène ne va pas jusqu'à mes poumons. L'air dans la grotte n'a même pas l'air sein. Je vais finir par mourir étouffée au lieu de la déshydratation.
Allongée sur le dos, la tête posée contre le sol, je réfléchis aux moyens de m'en sortir. Mais, le seul problème, c'est que les possibilités sont très limitées. J'ai déjà essayé plusieurs fois de sortir ma jambe de sous les gravats, mais plus j'essaie et plus la douleur est fulgurante. La dernière fois où j'ai essayé, des étoiles ont dansé devant mes yeux et j'ai bien cru que j'allais tomber dans les pommes.
J'ai la gorge atrocement sèche, mon estomac crie famine et je meurs de soif. Il fait horriblement chaud dans cette caverne, mes cheveux sont trempés de sueur. J'ai la terrible sensation que je vais réellement mourir dans cette grotte.
J'ignore combien de temps s'est écoulé depuis que je suis enfermée, mais à la vue de ma faim, de ma soif et de ma fatigue, j'imagine que quelques jours sont passés. Je ne m'en rends pas compte, mais je vais bientôt finir complètement déshydratée et à ce moment là, je serais dans un très mauvais état.
Un frisson me parcoure l'échine et je croise les bras. Il fait extrêmement chaud et j'ai pourtant froid. Il me semble que c'est le premier signe de fièvre. Ma jambe me fait continuellement mal, et plus le temps passe, moins j'arrive à la supporter. Je me suis peut-être cassée la jambe sous le poids des pierres, ou peut-être est-ce une infection suite à une blessure. Je l'ignore entièrement. Dans un élan d'énergie, je m'assois.

- A l'aide ! hurlai-je de tous mes poumons.

Je tousse. Personne ne peut m'entendre. Je suis trop éloignée de la maison des particuliers et de Cainrholm. Et même si quelqu'un passe pas là, sans doute que l'éboulis est trop épais pour laisser passer le moindre son.
Je suis définitivement condamnée.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Lun 16 Mai - 16:16

      La forêt, toutes ces odeurs, ces couleurs... Elles lui avaient manqué à un point !.. William n'aurait pas su décrire avec exactitude ce qu'il avait ressenti lorsqu'on l'avait parachuté de nouveau ici après un séjour si loin, dans un univers blanc vidé de tout contenu. Le décor lui avait semblé à la fois si familier et si étranger, c'était bien le lieu où le jeune homme avait vécu quinze ans de sa vie mais il n'en faisait plus parti. Il contemplait l'endroit et la liberté qu'il avait rêvé de retrouver avec un goût d'incertitude dans la bouche. Arriverait-il à réapprivoiser les bois, à se faire de nouveau aimer par les arbres et les plantes qu'il côtoyait jadis à longueur de temps ? Cette forêt, c'était chez lui, bien plus que la maison des particuliers. Et il était heureux, très heureux de retrouver le soleil, le vent marin et l'odeur des sous-bois. Et le ciel... Bon sang, il en aurait pleuré. Comment avait-il pu passer autant de temps terré dans l'Institut à cause de putains de cauchemars ? Il en avait même oublié le bonheur de la sensation de chaleur due aux rayons du soleil sur sa peau. Il avait perdu beaucoup en partant d'ici, il était temps de tout reconstruire.
      William, de jour en jour, avait retrouver sa routine. Il était levé à l'aube, et observait les va et viens des animaux, qu'il connaissait par cœur. Il avait repris ses exercices quotidiens, avec un peu de difficulté à cause du manque d'espace de l'Institut mais avec plaisir. Les plongeons dans l'océan, et dans la rivière, la chasse et la traque, tout cela formait un décor rassurant et lui convenait tout à fait. Il ne manquait qu'une chose : Anaïs, mais il lui fallait retrouver un semblant de calme dans sa vie avant de pouvoir l'aborder de nouveau. Ils avaient tout les deux souffert et évolués, et William ne voulait pas aller trop vite. Se réapproprier son chez-soi était une étape importante pour lui, et il devait le faire seul. C'est pour cela qu'il sillonnait la boucle depuis son retour, s'enfonçant de plus en plus loin dans les bois pour retracer les chemins qu'il avait si souvent emprunté.
      Il courrait depuis une bonne heure déjà dans les hauteurs de la boucle quand il passa devant des éboulis qui retinrent son attention. D'après lui, lorsqu'il était parti, il n'y avait qu'un trou sans issu, une grotte profonde tout au plus de sept mètres. Il gambergea là-dessus durant tout le reste de son parcours et, une fois celui-ci finit, piqua une tête dans la rivière, se rhabilla et décida d'aller voir pour en avoir le cœur net. C'est donc en une fraction de secondes qu'il se retrouva sur les lieux. Après une inspection de quelques minutes, il en conclut que l'éboulement était tout récent et il ne lui fallu pas longtemps pour trouver des traces de quelques jours de quelqu'un qui fuyait quelque chose.
Ou plutôt - c'est là que ça devenait étrange - de quelqu'un qui fuyait quelqu'un d'autre. Un particulier aurait tenté d'en tuer un autre ? Le prédateur était un adulte, c'était un estre, William en aurait mis sa main à couper. Il sentit la colère flamber en lui et fit les cent pas pendant un certain temps avant de retrouver un semblant de calme, incapable de penser à autre chose qu'à la haine abyssale qu'il vouait à ces créatures. Il ne fallait pas qu'il replonge pour si peu, l'estre n'était plus là, et faut savoir garder son calme dans la vie. William, après un instant d'hésitation, se téléporta à l'intérieur de la grotte.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Mer 15 Juin - 19:10

Sans doute complètement déshydratée, je me préparai à mourir d'un instant à l'autre. Je savais que ça n'arriverait pas avant quelques heures, parce que j'étais encore entièrement consciente d'où j'étais et je n'avais pas la tête qui tournait -à part si ce n'était pas un des nombreux symptômes de la mort. En fait, je ne savais même pas quels étaient les symptômes de la mort. J'étais sûrement en train de les vivre, mais je n'arrivais pas à les distinguer les uns des autres.
J'étais allongée dans la grotte, sur le dos, en train d'observer le plafond que je ne voyais même pas. Je pensais à ce qu'il y avait après la vie. L'Enfer ? Le Paradis ? Peut-être une autre planète ? Un monde parallèle au nôtre ? Les boucles et les particuliers existaient bien, alors pourquoi pas un endroit où seuls les morts peuvent se rendre ? Ou alors qu'il n'y avait rien, que notre esprit était condamné à jamais.
Mes pensées se dirigèrent vers Eden, ma meilleure amie. Je ne l'avais plus trop vue ces derniers temps, et à présent, je le regrettais. Elle, si talentueuse de pouvoir se transformer en n'importe quoi. Je l'avais toujours admirée. Je ne pourrais jamais le lui avouer.
Puis il y avait Sean. Tous les deux étaient sûrement en train de me chercher, à part s'ils pensaient que j'étais juste partie en randonnée quelques jours -ce qui aurait pu être probable car j'en faisais énormément dans mon ancienne vie- ou que j'étais enfermée dans ma chambre pour n'importe quelle raison et que j'en ressortirais quand je l'aurais décidé.
Ce n'était pas une situation très simple, d'être enfermée dans une grotte où l'air passait à peine. Je respirai fort, puis je me mis soudain à pleurer. Je sentis les sanglots dans ma gorge, mais les larmes ne coulèrent pas. Je n'avais plus d'eau dans le corps. Mes yeux étaient secs et brûlants avec la poussière. La douleur était tellement forte dans ma jambe que je la ressentais plus. C'était devenu une habitude.
Je mourrai ici.
J'allais fermer les yeux quand un bruit me les fit rouvrir d'un seul coup. Je me redressai assise, un mal lancinant au dos me prenant. Tournant la tête, je distinguai une silhouette. Impossible de voir son visage, mais il était calme, il ne faisait aucun bruit.
L'estre.
La peur me prit soudain, mon coeur battant à cent à l'heure. Mon don s'activa tout seul et la silhouette s'envola à quelques mètres dans les airs. J'entendis un bruit et je devinai que l'estre s'était prit le mur. C'était bien la première fois que ma particularité se déclenchait sans que j'y pense.
C'est alors qu'un "Aïe" étouffé me fit ouvrir grand les yeux. Ce n'était pas un estre.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Mer 15 Juin - 19:24

      On y voyait rien, et il lui aurait fallu quelques secondes pour habituer ses yeux à la lumière. Tout juste entendit-il une respiration : un animal endormi ? Peut-être, mais William n'eut pas le temps de le vérifier, une bourrasque le projeta dans les airs et il heurta une des parois de pierre. La douleur lui vrilla le crâne et il eut le réflexe de tendre ses mains devant lui en tombant. Ses bras et genoux amortirent le choc et il s'effondra sur le côté.
     Une fraction de seconde plus tard, allongé contre la pierre froide, il reprit conscience, une odeur de sang flottant dans l'air. Il palpa sa tête. Ok, une coupure qu'avait pas l'air profonde, pas grave. Tant que ça ne se mettait pas à pisser le sang, ça lui allait.

     "Oooh putain," grogna-t-il en se passant une main sur le visage, un tintement résonnant encore dans sa tête.

     Il se rappela alors brusquement de la présence et se remit sur ses pieds en un clin d’œil, alerté, à demi-accroupi, un couteau en main, scrutant les ténèbres - ses yeux ne s'étaient pas encore habitués. Qu'est-ce qui se cachait dans un trou pareil, qui plus est, muré ? Ce n'était pas un animal, il n'avait rien senti le heurter en étant soulevé de terre. Comment diable avait-il fait pour accomplir un truc pareil ? La première pensée du jeune homme fut que c'était sans doute un particulier, mais qu'est-ce qu'un particulier viendrait faire dans une grotte perdue au milieu des bois, à des lieues de la maison ? A part lui, personne ne venait jamais par ici. William distingua enfin une silhouette recroquevillée, à l'opposé de lui. Presque aussi méfiant que surpris, il demanda :

     "Tu es qui ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Ven 17 Juin - 22:24

Quand j'entendis cette voix planer dans le silence de la grotte, je restai muette, complètement stupéfaite. J'avais tellement pris l'habitude de ce mutisme, qu'à présent, cela sonnait comme une musique à mes oreilles.
Je reconnus cette voix. Je ne l'avais pas entendu très souvent, certes, mais dans une situation telle que celle-ci, elle ne s'oubliait pas facilement.

- William ? demandai-je d'une voix rauque.

Si c'était lui, il fallait absolument qu'il m'aide. D'ailleurs, même si ce n'était pas lui, il fallait qu'il m'aime quand même. Franchement, j'en avais pas de la chance ?

- Ecoute, faut que tu m'aides, j'ai la jambe coincée sous les rochers, je peux pas bouger... dis-je, me rendant compte du mal de gorge que j'avais.

Bon, en fait, j'avais pas vraiment de chance. Ca faisait combien, trois fois que je passais à côté de la mort ? Et encore, là, j'étais pas encore sortie de l'auberge. J'avais super soif, super faim. Enfin bref, j'étais toujours coincée.
Je bougeai légèrement ma jambe, espérant ne plus avoir mal et pouvoir la sortir, mais j'échappai un cri de douleur. Faisant la grimace, je tâtai le dessus de mon genou et ma main en sortit en sang.

- Bordel...

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Sam 18 Juin - 10:35

       Elle connaissait son nom ? C'était bien une particulière de la maison de Miss Tit, mais comment avait-elle fait pour en arriver là ? Si elle possédait la particularité de l'air c'était... Mince, William ne se souvenait plus du nom de la fille plutôt pas mal qui l'avait balancé contre le mur de sa chambre. C'était... Bon, pas la peine d'insister sa mémoire lui jouait des tours, ça faisait surement deux ans qu'il ne l'avait pas revu (et pour cause, il s'en était passé des choses) pas étonnant qu'il ne s'en souvienne pas. Et puis c'était une particulière de la maison, elle n'était pas comme Anaïs à vadrouiller par monts et par vaux pour aller rencontrer un ermite au fond d'une forêt. A sa voix sèche, William devina qu'elle devait être là depuis un moment déjà, et donc en manque d'eau, et de nourriture parce qu'il ne voyait pas l'ombre d'une gourde ou de quelque chose de ce genre dans l'étroite grotte. Elle était blessée, vu son cri de douleur. La jambe coincée ? Ouille, ça devait faire mal, et elle ne pouvait pas se téléporter n'importe où, elle. Voilà une chose que William ne connaitra jamais : être coincé quelque part. A part dans sa tête, où là il ne pouvait pas fuir. Bon sang, la grotte était étroite, William n'aimait pas du tout être enfermé et tout ce qu'il devait faire, c'était garder son calme, ne pas faire de gestes trop brusques (comme tenter de la tuer à cause de la distance trop peu présente pour lui) et l'aider.

      "Ouais, c'est moi. Je vais te sortir de là. Tu es là depuis combien de temps ?"

       Tout en parlant, il rangea sa lame et contourna Hope en restant le plus long possible d'elle (ce qui n'était pas facile dans un environnement pareil) pour constater enfin l'état de sa jambe. Il ne voyait pas grand chose dans la pénombre mais l'odeur du sang était omniprésente, et sa jambe finissait coincée sous les rochers. Elle s'était certainement débattue pour la tirer de là, ce que n'importe qui aurait fait dans cette situation, aggravant les choses. Inutile de le lui dire pour le moment, il fallait la rassurer pour éviter qu'elle panique. William leva les yeux vers elle.

       "Je vais aller te chercher de l'eau et on va trouver comment te libérer, ok ? Rappelle-moi juste ton prénom s'il te plait."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Mar 21 Juin - 22:40

Je n'allais pas me vexer qu'il ait oublié mon prénom, j'étais un peu dans une mauvaise condition pour ça. Au contraire ! Il ne manquait plus qu'il me laisse tomber ici et que je meure pour avoir été stupide.
Quand j'entendis le mot "eau" sortir de sa bouche, la douleur dans ma gorge se fit plus forte. Il attendait quoi pour se téléporter ? La connaissance de mon nom pouvait attendre quelques secondes ! Mais bon, puisque monsieur le voulait.

- C'est Hope. Je veux pas te presser, mais si tu pouvais...

Je me mis à tousser. C'était vraiment une torture. Je voulais boire, manger un peu, partir de cet endroit, ne plus avoir mal. Mais je devinai déjà que ça n'allait pas être une mince affaire, et que la douleur ne s'en irait pas avant très longtemps.
Pour le moment, je n'avais qu'à attendre qu'il se téléporte à la maison des particuliers ou dans le lieu qu'il voulait, et qu'il me ramène une bouteille d'eau. En espérant que l'estre ne lui tombe pas dessus, sinon nous serions tous les deux dans le pétrin.
Je me tournai vers ma jambe coincée. Avec le temps passé dans le noir, mes yeux avaient pris l'habitude de cette noirceur. Comment allais-je me déguerpir de cette situation ? Impossible de tirer ma jambe sans l'arracher au reste de mon corps (ou alors juste mourir de souffrance). Le seul moyen était d'enlever les pierres, mais elles étaient extrêmement lourdes.

-On est pas encore sortis de là... marmonnai-je avant de tousser.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Ven 24 Juin - 22:45

     William n'entendit pas la fin de la phrase. Dès l'instant où il sut son prénom, il se téléporta là où il avait laissé son sac et le ramena en une seconde dans la grotte. Il lui tendit sa gourde et se rendit à l'évidence : il devait l'approcher pour l'aider, ou même pour la téléporter si besoin. Le jeune homme avala sa salive et se rassura plus ou moins en se disant que tant qu'il gardait les idées claires, tout irait bien (ce qui, en soit, était assez logique). Ok, il devait, disons, inspecter les dégâts, pendant qu'Hope se désaltérait (bon Dieu, mais depuis combien de temps était-elle coincée là-dedans ?), et choisit l'option lampe de poche plutôt que celle du briquet, beaucoup moins pratique quand il s'agissait d'évaluer la situation. Il tapota l'objet contre sa paume histoire de s'assurer qu'elle marche bien et prévint sommairement :

     "'Tention, j'allume."

      ... Avant d'appuyer sur le bouton. En ayant tout de même le bon sens de ne pas la braquer sur la blessée. Subitement, il prit conscience de l'étroitesse de la grotte et réprima un élan de panique. Ok, se focaliser sur la jambe blessée. L'ennui, c'est que s'il ne peux pas l'approcher à moins d'un mètre il allait être bien. Si elle paniquait en le voyant sortir un couteau ou faire pire, ils n'allaient pas s'en sortir indemne. William avait une peur monstre mais s'efforça de cacher sa nervosité. Et il y arrivait bien, ma foi. Il suffisait qu'elle l'écoute, et tout irait bien. Il fallait s'en convaincre sinon il n'allait pas pouvoir l'aider. Plus que jamais, William maudit son incapacité à toucher les autres et à laisser les autres l'approcher. Pourquoi Anaïs n'était donc pas là ? Tout serait plus facile avec elle.

      "S'il te plait, ne fais pas un geste."

      Sinon je risque de t'achever, finit-il pour lui-même en approchant la lampe de l'éboulis où sa jambe était coincée. William releva les yeux un dernier instant vers le visage rongé par la fatigue et le manque de nourriture et d'eau, et ajouta :

       "Et ne regarde pas si tu ne veux pas voir."

       ça risquait de ne pas être vraiment beau, en fait.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ★
Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2014
Localisation : Dans un hamac avec Josh.

Feuille de personnage
Avatar : Jennifer Lawrence.
Âge : 17 ans physiquement, 56 ans réellement.
Particularité : Maîtrise de l'air.
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   Dim 25 Sep - 15:41

William me tendit sa gourde d'eau et je l'attrapai sans attendre avant de la porter à mes lèvres. Au début, l'eau me fit mal à la gorge, mais je m'en fichai. Cela faisait tellement du bien de s'hydrater ! Je me sentis tout de suite un peu mieux, même si la douleur dans ma jambe persistait. Quand allais-je finir par sortir de là ?
La lampe allumée, les larmes aux yeux par cette lumière, j'observai William. Il avait l'air soucieux, et peut-être un peu flippé. Il me conseilla de ne pas regarder la blessure et je fermai les yeux. Si c'était vraiment moche, je ne voulais pas tomber dans les pommes à la vue du sang, ce serait vraiment compliqué. Je me contentai de forcer mes paupières à rester closes et à bien respirer. Il faisait une chaleur étouffante dans la grotte, bien que j'avais à quelques reprises des frissons qui me parcouraient les bras et les jambes.

-Alors ? C'est moche ? demandai-je, les yeux toujours fermés.

J'avais vraiment envie d'ouvrir les paupières pour voir à quoi ça ressemblait, mais je sentais déjà mon coeur se soulever face au silence de William. Comment allions-nous s'en sortir ?
J'avais besoin de Sean. J'avais besoin de son courage dans ce genre de situation, j'avais besoin de son humour et de voir son visage. C'était la seule chose qui m'importait, qu'on m'arrache la jambe s'il le fallait, je voulais le voir coûte que coûte.

-Sors-moi de là, William, je veux pas moisir ici, s'il te plait... l'implorai-je.

_________________


« Il est possible de fuir celui que l’on craint, de lutter contre celui que l’on hait. Lorsque l'on aime son assassin, on n’a plus le choix. Car comment fuir et lutter si cela signifie blesser l’aimé ? Si la vie est la seule chose à lui donner, comment la lui refuser ? Quand on l’aime réellement ? »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Where are you now ? The monster's running wild inside of me, I'm faded. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» Monster Hunter Orage
» Monster Combo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Forêt-