Partagez | 
 

 [RP COLLECTIF] C'est Noël !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mer 17 Fév - 22:54

Aaron & Swan


Je souriais en secouant la tête, c'était ma façon de lui dire que je rigolais, et qu'en aucun cas, il devait prendre mes paroles au sérieux. Apparemment je n'étais pas tombée sur un susceptible qui se crispait au moindre pic lancé sans réfléchir, et heureusement, parce que je n'étais pas ces personnes qui pesaient le pour et le contre dans leur tête avant d'ouvrir la bouche. Oh non, pas de ça avec moi, même si ce trop de franchise pouvait avoir des répercussions par la suite. Pour moi, il valait mieux être franc, plutôt que de cacher trop de choses.
Aaron se mit de manière à être assis plus confortablement sur le canapé. Son "viens" fut suivi d'une silence, d'un large sourire de ma part, et d'une très grande surprise. Nous venions de nous embrasser, en même temps, alors pourquoi ne pas aller dans ses bras ? Ma tête devait être totalement illogique, c'était ça.
Je me mis dans ses bras, trouvant parfaitement ma place contre lui, en espérant ne pas lui faire mal. Il y avait toujours cette vieille chose que disait les parents comme quoi "on avait les os des fesses pointus" y avait de quoi se poser des questions. Qui avait les os de cet endroit, réellement pointu ? Après ça, y avait de quoi traumatiser les enfants et se poser des questions, en voulant savoir si l'on faisait vraiment mal ou pas.
Bref, il n'avait pas l'air de se plaindre, il avait même plus l'air de s'endormir qu'autre chose. Je déposais ma tête contre son épaule et fermais à mon tour les yeux, me laissant aller dans le sommeil.

Le silence s'abattit progressivement sur la pièce, le feu s'éteignant peu à peu. La neige continua de tomber toute la nuit, et le silence se fit, petit à petit que la fête se finit.
La maison des particuliers allait retrouver sa vie habituelle, et paisible.    

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 27 Fév - 17:55

      
William le dévisagea un instant, comme pour tenter de lire dans ses pensées - attitude plutôt ironique, quand on y pense - ou pour jauger le degré de véracité de ce qu'il disait. Il faisait affreusement froid, dehors. Non pas que le jeune homme ne l'ait pas remarqué avant ça, c'était juste que ça venait de lui sauter aux yeux. Le manteau blanc était pour le commun des mortels synonyme de mort si l'on n'y faisait pas attention. C'était peut-être ce qui rendait Anaïs si différente; si dangereuse. Oh, ne vous méprenez pas, Anaïs n'était pas animée de mauvaises intentions, elle ne l'avait jamais été. Elle était juste la drogue dont il ne pouvait plus se passer, son nirvana, la seule chose qui le calmait, qui le faisait tenir en équilibre. Et parfois, l'intensité de ce qu'il ressentait lui faisait peur. William ne s'y connaissait pas vraiment en liens affectifs, mais il suffisait de très peu de choses pour qu'une relation soit toxique, non ? Il fallait espérer que la leur ne le devienne jamais, s'il n'était pas déjà trop tard. William trainait avec lui des images à côté desquelles un petit problème sentimental faisait pâle figure. Et il fallait bien croire en quelque chose, alors William avait choisi de croire en Anaïs.
         Ce type avait peur de lui. Tout le monde avait peur de lui, c'est l'instinct de survie qui parle. Quand on voit un mec instable sortir un couteau, ou une bête sauvage apparaître, mieux vaut se la fermer et courir. Malgré ça, il lui avait tout de même répondu. Peut-être que William pouvait lui faire confiance, peut-être pas, mais être auprès d'Anaïs lui paraissait la meilleure chose qu'on lui avait proposé depuis longtemps. Subitement, les épaules de William se détendirent, sa respiration revint à la normale, et la lueur démente qui animait son regard s'éteignit. Voir Anaïs, oui, c'était ce qu'il fallait faire. William récupéra son couteau et d'un geste fluide, le remit à sa place, puis jeta un coup d’œil au type toujours par terre, tout à fait calme.
   William, surprenant ? Ouais, il avait tendance à passer rapidement d'un état d'esprit à l'autre.
   Et contre attente, il lui tendit la main, comme pour l'aider à se relever.

   « Tu vas crever de froid si tu restes là. Après tu fais comme tu veux hein. »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 5 Mar - 21:44

William reste crispé, tendu, presque perdu. Il me dévisage, et je détourne le regard, gêné. Il essaye de lire en moi. Et c'est perturbant, parce que d'habitude c'est moi qui fait ça. Si ça ce trouve, William est aussi télépathe. Je secoue doucement la tête, pour chasser cette idée. Non, sinon il aurait remarqué que je suis allé me promener dans sa tête. Très mauvaise expérience d'ailleurs. Je me remémore les coups sourds, l'ambiance malsaine, flippante. Je ne suis pas sûr de pouvoir de nouveau y entrer. William a du vivre un énorme traumatise, ou deux. Voir plus, qui sait. D'habitude, la tête des gens "normaux" -la norme, la moyenne de ceux que j'ai rencontré - ont un esprit dans lequel on se sent bien, dans lequel il fait "chaud", comme si je pouvais le sentir. Alors que celui de William... C'était froid, hostile, "piquant". Alors que celui des autres sont "doux". Tant de mots que j'essaye de placer sur des choses que je ne peux pas nommer. Je commence a avoir un sérieux mal de tête avec toute cette histoire. En même temps, il faut de tout dans un monde. Quoi que, ici : "dans cette boucle" serait plus adapté, en l'occurrence.

Du mouvement du côté de William me sort de ma torpeur. Je cligne des yeux, m'enlevant au passage l'air hagard de mon visage et tourne mes yeux vers William. Surpris, je ne crois pas directement ce que je vois. Le froid, la fatigue, et le mal de tête me font douter. Mais non. J'ai bien vu. William a tout à fait changé. Il n'est plus crispé. Il redevient normal. Et il range son couteau, comme si de rien n'était. J'hausse les sourcils, en me croyant limite dans un rêve. William me rend sa main, pour m'aider à me relever. C'est quoi ce bordel sérieusement. Mais comme je n'ai pas réellement envie de rendre William fou de nouveau, je joue le jeu et attrape ça main. Un fois debout je souris.

- Aller, allons rejoindre ta princesse !

On se met en route. Je suis William jusqu'à une porte de chambre. Je suppose que c'est soit la chambre d'Anaïs, soit la chambre de William. Bref, c'est pas vraiment intéressant. Je laisse William passer devant. Je ne sais pas si il va toquer, ou bien entrer tranquillement.

- Aller, à toi.

J'allais rajouter "courage" mais je sais pas trop comment il l'aurait pris.

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 6 Mar - 3:08

William ne s'étonna pas une seconde quand le type accepta sa main tendue. Logiquement, il aurait du, considérant comment il l'avait traité quelques minutes plus tôt. Mais non, tout semblait normal à William, et il esquissa même - juste esquissa, mais c'était déjà bien - l'ombre d'un sourire en entendant les mots qui lui étaient adressé. Apparemment, son compagnon inopiné ne semblait pas près à le quitter d'une semelle, ce qui n'était pas plus mal, car sans sa présence derrière lui, William aurait tout à fait pu prendre la poudre d'escampette - fuir une nouvelle fois ce qu'il ne tenait pas à affronter - tout en sachant qu'il ne pouvait pas le faire perpétuellement. Il se serait dégonflé ? Oui, c'était un peu près ça, parce qu'au fur et à mesure du trajet interminable le long des couloirs qui défilaient avec une lenteur exaspérante, l'image d'Anaïs qui le dévisageait une lueur terrifiée dans les yeux se précisait, de plus en plus nette, de plus en plus difficile à supporter. Et avec elle revenait l'angoisse d'avoir à faire face à cette situation à nouveau. Pourquoi n'utilisait-il pas simplement son don pour se rendre devant cette porte au plus vite ? Surement parce que, pour une fois, il sentait cette présence étrangère dans son dos qui (malgré son instinct qui lui hurlait de temps en temps de faire face et de l'affronter) dénuée d'aminuosité qui le poussait à aller faire ce qu'il avait à faire et l'empêchait ainsi de se défiler. C'était destabilisant et en même temps... Agréable. Comme si, pour une fois, il ne portait pas tout sur ses épaules et acceptait de déléguer à un tiers, de laisser une partie de son angoisse s'évaporer. Même si, une fois arrivé devant cette porte, cette angoisse était toujours intacte. William prit une inspiration et ouvrit la porte en douceur, comme s'il craignait de la briser. Il n'avait aucune idée de ce qu'il allait trouver derrière.

"Anaïs ?.." appela-t-il en refermant la porte derrière lui dans un bruit discret.

Bien, il avait réussi à controler sa voix, c'était déjà ça. Les yeux du jeune homme balayèrent la pièce à la recherche d'une silhouette blonde recroquevillée. Il s'attendait à la trouver sur le lit, peut-être - dans le pire des cas - dans l'état où il l'avait laissé, mais elle n'y était pas. En constatant cela, William sentit un très, très mauvais présentiment l'envahir.

"ANAÏS !"

Réfléchis William, ça sert à rien de hurler, où peut-elle être ? C'était simple, il n'y avait qu'une pièce adjacente. Il s'y rua sans attendre et ouvrit la porte de la salle de bains à toutes volées. Elle n'est pas là, elle n'est pas là ! Ce constat acheva son esprit déjà chamboulé et la panique couplée à sa paranoïa presque pathologique prit le dessus. Il imagina les pires des scénarios, était-elle aux prises avec un estre ? L'image d'une Anaïs éventrée lui retourna l'estomac et il aurait vomit s'il avait eu quelque chose à vomir. En attendant, le goût de bile lui rappelait qu'elle pouvait être n'importe où avec cette bête. Merde, les estres lui avaient pris tout ce qui comptait et quand il parvenait à trouver un (semblant) d'équilibre tout volait juste en morceaux ?..

"C'est pas possible... Ça peut pas être possible... marmonna-t-il pour lui-même, avant de foncer dans le couloir où se trouvait encore le garçon de tout à l'heure.

Il se mit à le secouer comme un prunier, dans un état de panique totale.

"ELLE EST PAS LÀ ! ELLE EST PAS LÀ PUTAIN !

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 6 Mar - 10:46

William ouvre la porte tout doucement. Comme s'il craignait d'effrayer Anaïs, qui se trouve dans la pièce. Une fois qu'il est entré et qu'il a refermé tout aussi doucement la porte, je peux enfin respirer normalement. Il me fait toujours peur : qui sait quand William le bipolaire se dira que je l'ai assez accompagné et que je mérite de mourir ? Personne ne le sait, sauf peut-être sa princesse Anaïs.
Bon assez rigolé, j'entends du bruit...
Je sursaute brusquement, en entendant William pousser un cri. Je colle mon oreille sur la porte et entends un bruit de pas, et d'autre trucs que je n'arrive pas à cerner. J'expire longuement et m'éloigne de la porte, en m'adossant au mur. Je suppose qu'ils se disputent. Et que Anaïs n'ose pas crier. Ou un truc du style. Sinon elle est peut-être morte, mais évitons de s'imaginer les pires scénarios tout de suite, sinon je vais paniquer.

Une nouvelle fois, je sursaute. La porte s'ouvre violemment devant moi, et William sort de la chambre tel une furie. Il me fonce dessus, m'attrape les épaules en me gueulant que Anaïs n'est pas là. Je cligne des yeux, attends qu'il arrête de me secouer, et réfléchie.
Alors Anaïs. Son don ? La neige. Bon, simple et rapide déduction, elle est sans doute dehors. C'est son environnement. Ça fait partie d'elle. Elle ne peut pas avoir froid, d'après ce que je sais, donc elle ne peut pas mourir d'hypothermie. Bon, on est sur la bonne voie. J'esquisse un pas pour partir, avant de me rappeler soudainement que je ne suis pas seul. En voyant les yeux remplie de panique de William, je me dis que le temps presse quand même un petit peu. Il faut que je lui explique rapidement ce que j'ai déduis, parce que lui ne semble absolument pas en état d'émettre une quelconque déduction ou même réflexion.
Je m'efforce de na pas crier. Je n'en vois pas le besoin. Il ne faut pas paniquer, Anaïs va bien. Et si j'arrive près de l'endroit où elle est, je pourrai capter ses pensées. En plus. Donc il ne faut pas que je cris.

- Anaïs est surement dehors, la neige c'est son truc. J'sais pas, tu connais pas un endroit où elle aime bien aller, je sais pas, par exemple les fermes, ou le champ, ou la forêt ? Je sais pas trop moi, je la connais pas aussi bien que toi William.

Je parcours le couloir du regard. Personne. À croire qu'ils dorment tous en bas. Enfin d'ici, je suis sûr que d'ici, si je faisais attention je pourrais entendre la musique et les particuliers. Mais mon esprit est plutôt occupé à autre chose. J'attends plutôt impatiemment la réponse de William. Je ne suis pas forcément inquiet pour Anaïs. Mais plutôt pour William. J'ai l'impression plutôt dérangeante qu'il va explosé. Il a l'air à bout de nerfs le pauvre.
Aller on va la retrouver ta princesse. Mais jsi on pouvait éviter mon meurtre au passage aussi s'il te plait...

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 6 Mar - 22:00

        Mais comment diable faisait-il pour garder son calme ?! Ne voyait-il pas que n'importe qui aurait pu la forcer à sortir ? T'aurais jamais du la quitter d'une semelle mon vieux. Merde, merde, merde et remerde, cette situation lui en rappelait une autre, une Anaïs perdue je ne sais où, hors d'atteinte, et lui laisser en arrière en sachant que des malades se baladaient généralement dans les boucles où il se trouvait. Calme, ici y'a pas de fou furieux, tu es le seul. Pas de pyromane, rien qu'un ou deux estres. Sérieusement, comment est-ce que cette pensée était censée rassurer quiconque ?! Pourquoi fallait-il qu'elle sorte en pleine nuit, toute seule, dans la neige ? Oui, parce qu'un petit morceau du cerveau de William, celui qui n'était pas occupé à imaginer le pire en milles situations différentes, avait bel et bien entendu ce qu'avait dit le mec qu'il secouait toujours. L'autre partie était guidée par sa paranoïa légendaire et il espérait de tout cœur – même s'il n'arrivait pas du tout à refréner son imagination – qu'il se trompait lourdement.
       William parut se rendre compte que le secouer comme un prunier n'allait pas faire avancer les choses. Il le lâcha brusquement et se mit à faire les cent pas dans le couloir, horrifié, tout en marmonnant un semblant de paroles dans sa barbe. Il fallait qu'il se calme, qu'il arrive à raisonner correctement, elle ne pouvait pas être loin, il ne… Bordel, il ne pouvait pas la perdre, c'était même pas imaginable, pas humain d'infliger ça à quelqu'un. Si jamais elle était partie définitivement… Non, elle ne ferait pas ça, mais ses yeux… Ok ok ok tu penses n'importe quoi concentre-toi, laisse pas le désespoir te couler avant de l'avoir vu de tes yeux. Et pour la voir, il faut la retrouver. C'est pas comme la dernière fois, William. Tu n'as pas de menottes, tu es libre et tu peux lui venir en aide avant que le monstre ne se… Ne lui… Putain, agis, tu sais faire que ça, fais quelque chose ! William se tourna vers le garçon qui lui avait parlé. Il n'avait retenu que la partie de la neige, ça lui suffisait, elle devait être dehors en plein nuit. C'était la seule piste qu'ils avaient, il fallait aller vérifier tout de suite. Il l'empoigna par le bras, et en un instant, ils étaient derrière la maison, sous la neige. William n'aimait pas du tout ce silence d’outre-tombe. C'était comme si… La forêt s'était tut pour mieux avaler Anaïs et la chose qui l'avait emporté.

        « On est dehors, elle doit pas être loin. Elle doit pas être loin, » répéta William sans vraiment s'adresser à son compagnon de route.

       Le froid était aussi mordant que la détresse qu'il ressentait. La nuit ne lui faisait pas peur, il avait appris à craindre des choses bien plus permanentes. Mais Anaïs était là, quelque part. Et toujours cette neige qui maquillait tout…

        « Putain, Ana, qu'est-ce que t'es allée foutre là ?.. »

         Faites qu'elle soit encore vivante… William ferma douloureusement les yeux une demi-seconde, le temps de se dire que les cris de douleur d'Anaïs qu'il entendait résonner dans son crâne n'étaient qu'un souvenir, un souvenir bien enterré. La migraine qui se pointait ne facilitait pas les choses.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 6 Mar - 22:35

William me lâche, et fait les cents pas. Pour la deuxième fois en moins d'une heure - où deux, j'ai pas trop la notion du temps quand on tente de me tuer. À croire que c'est un tic chez lui. Il marmonne, et je le regarde, ne sachant pas comment réagir. Je le suis des yeux, en contrôlant ma respiration. Je ne veux pas paniquer, il ne faut pas, même si le comportement de William rend les choses compliquées. Au moment où William était redevenu normal, il a fallu que sa princesse adorée devienne une princesse perdue et peut-être en détresse.

Soudain, William se retourne. Je sursaute - ça va devenir une habitude - par peur, mais en voyant qu'il prend simplement mon bras sans couteau dans la main j'expire en fermant les yeux. Quand je les rouvre je ne suis plus dans la maison.
C'est quoi ce bordel ?!
Je manque de m'évanouir. Je comprends pas ce qu'il se passe. Je reste figé sur place, tandis que William dit quelque chose en avançant de quelques pas. Je titube, avant de secouer vivement la tête pour me remettre les idées en place. Et là je comprends. William doit pouvoir se téléporter.
Trop cool... Aussi bien que ma particularité je dirais...
Je fronce l'arrêté de mon nez en me retenant de me taper. Nan mais sérieux, pourquoi je pense à ça moi, c'est vraiment pas le moment là.

Je suis William, qui avance doucement. La neige qui tomber doucement tout à l'heure semble se transformer en véritable tempête. En tout cas c'est l'impression que ça me fait. J'ai froid, très froid même, et un frisson me parcoure l'échine. Je m'arrête, sans m'intéresser à William qui s'exprime de nouveau. Je ferme les yeux très fort pour oublier tout ce qui m'entour et projète mon esprit aux alentours en priant pour rencontrer l'esprit d'Anaïs. Je continu. Dix mètres. Vingts mètres. Trente. Cinquante.
J'ouvre brusquement les yeux. Je l'ai trouvée ! Elle est pas loin en plus. Je commence à m'élancer vers elle, en criant à William :

- Vient ! Je sais où elle est, fait moi confiance OK ?

Je sais que Anaïs n'est pas en danger. Son esprit n'était pas affolés. Plutôt calme, reposé. Elle réfléchissait, pas de doute. Après, je ne me suis pas vraiment attardé la dessus. Je me retourne et vois William me suivre. Je ne sais pas si il m'a cru, mais en tout cas il me suit. Peut-être qu'il me fait vraiment confiance, qui sait.

Plus que dix petit mètres. Je continu d'avancer, en marchant maintenant, la neige ralentissant tous mes mouvements. Mes cheveux doivent être tout blancs maintenant. Mon t-shirt semble collé à ma peau, et j'ai l'impression qu'il commence à geler. William est à côté de moi, il marche aussi. Je mets un bras au dessus de mes yeux plissés. Ils me piquent, mon nez coule, et il doit surement être tout rouge. Anaïs va surement prendre peur en nous voyant tous les deux débarquer. D'ailleurs, comment va-t-elle réagir ? Vu ce que m'a raconter William, j'espère vraiment que ça va bien se passer.

Cinq mètres. Je projète de nouveau mon esprit pour être sûr que je.. Pardon : nous nous dirigeons vers la bonne direction. Mais oui, pas de doute, Anaïs est droit devant. Justement, une forme noir est devant moi. La neige est tellement dense ici que je ne vois pas à trois mètres. Mais elle est là, pas de doute. Je tourne la tête vers William en souriant, mais lui ne me regarde pas. J'hausse les épaules et continu.

- Hé Anaïs !

Espérons qu'elle réagisse bien. Pitié pitié...

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Lun 7 Mar - 19:43

On ne voyait même plus le ciel, tant les nuages recouvraient tout. Mais, perdue dans mes pensées, je n'y fais absolument pas attention. Pourquoi avait-il fallu que le pyromane me tombe dessus ? Que je sois arrivée pile à ce moment ? Et pourquoi n'avais-je pas su me contrôler ? Éloigner le tout, ne pas repousser William. Pourquoi n'avais-je pas réussi à me contrôler ? Et s'il m'en voulait ? Était-il retourné dans la forêt ? Devais-je rentrer à la maison ? Si oui y serait-il, reviendrait-il ?
Et tandis que ces questions ne cessaient de me tourmenter, je ne fis pas en sorte de calmer la tempête qui régnait autour de moi. Tout aurait été tellement plus simple sans l'Institut, sans le pyromane, sans ces cauchemars. Et me voilà en pleine forêt, perdue dans ma tête. Où était William ? Qu'avait-il fait après être parti ? D'un soupir las, je me frottais le visage quand j'entendis mon nom dans la forêt. Une forêt qui parlait, et elle m'appelait en plus ? Mais qu'est ce que je pouvais faire bon Dieu ?
Deux personnes se détachèrent de la tempête blanche, et seulement à ce moment là, mon esprit se rattacha à la réalité. Je me relevais surprise, et remarquais enfin les flocons qui virevoltaient autour de moi. Subitement, tout cessa, je me mis sur pieds d'un coup ; je pus enfin voir correctement qui approchait.
D'abord Louis, c'était lui qui m'avait interpelée, sûrement, parce que j'aurai reconnu la voix de William quoi qu'il arrive. Et à ma plus grande surprise, celui-ci arriva juste derrière mon ami. Mais qu'est ce qu'ils faisaient là ? Ils allaient mourir de froid, ils devaient retourner dans la maison ! William avait encore sa chemise ouverte, quant à Louis il portait lui aussi une chemise, mais elle fermée (et heureusement, sinon y aurait de quoi se poser des question). Ils ne devaient pas avoir bien chaud avec juste ça. Je les dévisageais, et l'idée de répondre à Louis m'effleura l'esprit. Mais juste l'idée de répondre, ce n'est pas pour autant que je trouvais quoi dire. Je les fixais un à un, encore plus perdue, et sans trouver de réaction adéquate. Oh si, une chose s'accrocha pour se séparer du reste : ils allaient attraper la crève à coup sûr. Ils ne pouvaient pas réfléchir trente secondes avant de venir dans la neige dans une telle tenue ? Et ... Comment ... Pourquoi étaient-ils à deux ? Ils ne connaissaient et ..? Bon, arrêter les questions, et se bouger un peu. Je m'approchais de William, et entrepris de fermer sa chemise grand-ouverte. Ce n'était pas ça qui l'empêcherait d'être malade, mais c'était mieux que rien. Nouvelle surprise lorsqu'il sursauta, je retirais donc brusquement mes doigts. Qu'est ce que j'avais fait ? Il ne voulait plus que je le touche ou ..? C'était quoi le problème ? Je me mordais fortement la lèvre et finissais de remettre correctement sa chemise mouillée par la neige, tout en faisant fondre une bonne partie de la glace qui se trouvait autour de nous. Et après des tentatives peu convaincantes, je réussis à faire monter la température. Suicidaires, ils étaient suicidaires de sortir comme ça. William j'aurai pu m'y attendre, mais si j'avais su qu'il croiserait Louis sur sa route, j'aurai espéré qu'il le retienne et ne le laisse pas sortir ainsi.
J'adressais un regard à plusieurs sens aux deux jeunes hommes : un désolée sous-entendu, une lourde fatigue, une ancienne blessure éveillée, une culpabilité envers William. Et comme si c'était soudainement trop lourd à porter à moi, je me rasseyais sur le banc, en prenant mon visage entre mes mains, pour tenter de trouver une solution. Je n'avais aucune envie de rentrer, la présence de William en face de moi me déstabilisait, il n'avait rien dit, il avait juste sursauté quand je m'étais approchée. Qu'il fasse quelque chose au lieu de rester là ! Et Louis... Qu'est ce que je pouvais lui dire à lui, hein ? "T'occupes pas de nos problèmes c'est déjà assez difficile comme ça" ? Il m'en voudrait, c'était certain. Et nous, tout ce que nous avions voulu c'était essayer... Qu'est-ce j'avais envie de me mettre dans ses bras là, maintenant !

- Je suis désolée, mais... mais..., suite à un long silence sans ajout de ma part, je continuais enfin : Rentrez, vous allez être malade, vous pouvez pas rester là.  

Je les fixais un moment avec regret, avant de baisser une nouvelle fois la tête, pour la remettre dans mes mains.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Lun 28 Mar - 14:41

        Son compagnon de route l'avait interpellé, et William l'avait suivi sans le moindre doute, toute méfiance envolée devant l'urgence de la situation. Peu importe qui il était, s'il avait le pouvoir de trouver Anaïs, William ne posait plus de questions. Le jeune homme marchait devant lui, pour ne pas dire courrait, et le froid les assaillait tous les deux, comme une gifle glacée, qui leur mordait la peau comme s'ils n'étaient pas destinés à être ici. William avait une résistance étonnante à la douleur comme au froid, peur-être parce que son esprit était si tortueux, qu'il était tellement occupé avec ce qui se passait dans sa tête, que quelques fois, il se déconnectait tout simplement du présent. Comme un interrupteur qu'on éteint, ce pouvoir pouvait tout aussi bien être un atout pour un moment, mais aussi un outil autodestructeur. Car, si l'on ne se sent pas souffrir, on ne sent pas non plus la mort approcher. Ici, le froid agressif anesthésiait les sens comme pour mieux les encourager à abandonner. Abandonner quoi ? Mais tout ! Il y avait toujours tellement à sacrifier, même lorsqu'on ne croyait ne plus rien avoir à perdre ! Au fur à mesure de cette marche, ils s'enfonçaient dans la forêt vers un inconnu qui pouvait tout aussi bien être une porte vers le salue que vers l'enfer. Et plus ils avançaient, plus William ralentissait. Les bois, sa maison... Ils ne lui appartenaient plus. Ils lui paraissaient étrangers à cette boucle, endormis dans un sommeil sans fin. Tout semblait... Irréel. Comme s'il était plongé dans un rêve, un rêve enneigé. C'était peut-être pour ça, à cause de cette neige, qui ne devrait pas être ici, qui rendait les choses si floues, si calmes, si belles... La nuit, par la même occasion, camouflait sa fuite, et offrait un contraste saisissant avec la blancheur de la neige. William contemplait les bois éteints de toute vie, qui, comme des gardiens dressés, alertait en ce moment-même leur reine de l'approche des envahisseurs. Le doute s'insinua dans son esprit. Ce soir, pour une nuit, les bois n'étaient plus siens, mais à elle. Le froid la protégeait des intrus, et il n'était pas différent d'eux. Elle ne voulait pas d'eux, pas de lui ici. Pour une fois, n'était-ce pas mieux de la laisser en paix ? Car oui, elle était en paix, sinon la neige et la glace se seraient déjà révoltées contre son assaillant, quel qu'il soit. Elle avait trouver refuge entre les arbres, et il était le mieux placé pour la comprendre. Qui était-il pour lui demander de quitter son univers ? William ne pouvait pas s'empêcher d'être émerveillé par la beauté des flocons qui tombaient sur terre, et leva les yeux quelques secondes vers le ciel dont dégringolaient les minuscules particules de glace. L'immensité de la nuit lui apparut toute entière, et il referma le poing sur un morceau de cette eau gelée. Le cri du type qui l'accompagnait le ramena à la réalité, et il accéléra le pas vers l'endroit où les flocons se concentraient, où se trouvait à coup sûr Anaïs. Elle était là, ou ?.. De nouveau, l'attention de William dévia vers la forêt, scrutant les sous-bois avec curiosité. Il avait du mal à reconnaître les yeux tant la neige tapissait tout. C'était comme si la neige cherchait une fois de plus à l'éloigner, à le désorienter -comme s'il n'était pas assez confus au départ- et, en même tant, qu'elle voulait qu'il soit en paix, qu'il se résigne à son sort et à la solitude qui en résultait. Comme si le pouvoir d'Anaïs lui transmettait un message pour la protéger : passe ton chemin, elle n'est pas prête à te recevoir.
        C'était trop tard, le particulier qu'il avait embarqué avec lui avait réussi à la trouver, et d'ailleurs, elle n'était plu sur son banc ?.. William cligna des yeux, et sursauta violemment en sentant des doigts le toucher, surpris, et dévisagea Anaïs qui s'était matérialisée devant lui pendant son absence. La jeune fille évita son regard en baissant les yeux, gênée, ou honteuse, ou blessée, et William continua à la fier lorsqu'elle retourna s'asseoir sur son banc, sans savoir s'il était vraiment destiné à la convaincre de ce qu'il était bon pour elle. Elle avait l'air si... Désemparée. Comme il l'était à cet instant, à la fois heureux de la voir saine et sauve et confus, comme si ce qui le maintenait au sol était si lourd qu'il était incapable de bouger, de manifester la moindre réaction, de montrer ses émotions, parce qu'il ne savait pas ce qu'il ressentait. Il y avait tant de désespoir dans la conduite d'Anaïs, une cicatrice qui ne s'était jamais refermée, et dont il avait été témoin. Encore une fois, il ne savait pas comment l'aider, il ne voyait pas quel était le bon chemin à suivre, et s'il devait partir, ce ne serait certainement pas pour ces conneries de froid. Il faudrait qu'Anaïs le veuille vraiment. Il faudrait qu'elle sache que c'était la bonne solution pour qu'elle se remette de cette épreuve. Elle croyait l'avoir traversé mais il n'en était rien, et William était très bien placé pour comprendre ce sentiment, cette désillusion douloureuse.
       Il ne savait pas comment la guérir, la soulager de ses peines. Et cette force incommensurable qui ne clouait sur place, il venait de la reconnaître. C'était de l'impuissance.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 29 Mar - 13:03

Aucun des deux ne bougeait. Les deux hommes me fixaient comme s'il n'y croyaient pas. Pas croire à quoi ? Ma présence en pleine forêt, ou ce que j'étais en ce moment ? Mais qu'est-ce qu'ils voulaient ? Je venais de leur dire de rentrer, ils ne comprenaient pas quoi dans cette phrase ? Je ne demandais qu'une chose, qu'ils me laissent, qu'ils rentrent ! C'était trop dur de m'écouter et de, pour une fois, faire ce que je demandais ?! Apparement oui, car ils ne bougèrent pas, du moins William ne bougeait pas, et Louis voulait peut-être voir ce qu'il faisait pour se décider à son tour.
Je refusais de croiser leur regard. Je n'en pouvais plus de son silence, de ses yeux que je sentais, posés sur moi. Il ne faisait que me fixer, il ne faisait rien d'autre. Le plus dur, c'était sûrement la honte et la gêne de le voir là, de sentir son cœur se serrer et de se dire : « je n'ai pas su, je n'ai pas réussi, je l'ai repoussé ». William, j'avais repoussé William, et je sentais la honte me brûler. Je n'avais pas été assez forte cette fois-ci. Ma faiblesse se voyait ici, il me retrouvait là, dans un état lamentable, mais il ne bougeait pas, comme s'il fixait simplement le paysage, ou bien ma peine, et non pas moi. Était-ce mal d'échouer pour une fois ? De ne pas être assez forte pour se relever après tout ce qui s'était passé ? De chuter de nouveau à cause des racines qui nous faisaient trébucher ? Je n'avais pas fait attention, je ne m'y attendais pas. Et c'était justement parce que je ne pensais pas être de nouveau touchée que j'avais tout laissé aller. Erreur. Erreur erreur et toujours l'erreur. Échouer, partir, sombrer. Repousser, abandonner. Perdre et retrouver, pour enfin être blessée. Même pas par lui, à cause de moi-même, et du pyromane. À cause de ce que je cachais, et qui ressortait maintenant.
Jugeait-il mes réactions ? Devais-je essayer de, à mon tour, répondre à ma question, pour savoir si c'était mal d'échouer ? Peut-être qu'un jour, nous serons assez en paix pour trouver la réponse. Sauf que ce n'était pas le cas en ce moment. Et son silence n'aidait pas, il accentuait le doute, il me donnait la chaire de poule, il faisait glisser la balance du mauvais côté. Son silence pesant, ses yeux fixés sur moi qui ne reflétaient rien. Ne comprenait-il pas qu'en faisant simplement ça, il me mettait encore mal à l'aise ? Ne voyait-il pas qu'il me perturbait à rester immobile ?
Supporter leur présence une minute de plus n'était plus possible. Ça ne mènerait à rien, à rien, comme toujours, comme l'erreur, comme la peur, comme le malheur. Si je partais, ils partiraient aussi, avec un peu de chance à la maison.
Brusquement, je me relevais, sans croiser son regard une seule fois, je me détournais et partais dans la forêt. Peut-être pour essayer d'enterrer ma peur et mon malaise, essayer de trouver un semblant de calme. Tenter une nouvelle fois de retrouver ce que j'avais perdu. Perdu quoi ? Je ne savais pas, ce qui était là avant le pyromane et qui avait l'air d'avoir changé, et d'avoir disparu. Mais ce que je cherchais, je venais de le laisser derrière moi, près du banc, de l'abandonner sans un mot, ni explication ; j'étais trop mal pour comprendre cette simple chose.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 31 Mar - 22:44

       Anaïs s'en allait. Alors quoi, c'était aussi simple que ça ? Il devait interpréter son départ comment, comme un au revoir passager ou comme un adieu ? C'était aussi stupide que ça, tout s'était vraiment écroulé en quelques secondes où il avait merdé et où elle avait eu peur ? Non, ça ne pouvait pas être la fin, pour la simple et bonne raison que William ne le permettrait pas. Certes, cette issue venait de lui traverser l'esprit mais il était hors de question de signer leur fin maintenant. William lui collerait aux basques comme une sangsue s'il le fallait pour savoir si elle allait bien même si elle refusait de le voir (ça serait un peu plus difficile mais il y arriverait quand même, au risque de se prendre une ou deux gifles glacées puissance dix mille, mais au point où il en était, il avait vu pire). A tout bien y réfléchir, William avait failli mourir par balle ou encore d'épuisement, noyé (dans la rivière ou dans la mer, au choix), poignardé, écrabouillé après une chute de trente mètres, centrifugé par une vague, cramé vif, poignardé par sa copine, éventré par un estre, et il y avait certainement quantité d'autres occasions dont lui-même ne se souvenait plus (vivre longtemps, ça n'aide pas), sans parler d'Anaïs qui partageait la bonne moitié de ses aventures pour le moins... Mouvementées ? Même de ce point de vue là, ils étaient fait pour s'entendre, c'est vous dire à quel point.
        William voulait lui laisser le temps qu'il lui fallait pour se remettre de... Peu importe ce que c'était, il comprenait qu'elle ait besoin de solitude pour faire le point. Mais elle faisait le point depuis ce qui lui semblait des heures, et lui demander de la laisser dehors en pleine nuit sachant qu'elle n'allait pas bien - et qui lui non plus, de son côté, n'allait pas bien - c'était trop lui demander. Comment était-il censé faire pour respecter son point de vue, ses besoins, et en même temps
trouver la bonne chose à faire ? Malheureusement, celle-ci n'apparaissait pas comme pas magie, mais William cessa de se poser des questions en la voyant se lever pour les éviter (en l’occurrence, plus l'éviter lui) de nouveau. Il lui saisit le bras et demanda simplement :

         « C'est vraiment ce que tu veux ? »

       Être encore seule ?..
       Sa propre sincérité et son propre calme le surprit. Il n'y avait pas de colère, pas de tristesse dans cette question, juste un désir réel de connaître la réponse. Quelques minutes auparavant, la panique était de mise parce qu'elle avait disparu. Maintenant, il se sentait juste aussi calme que s'il l'avait toujours été.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 1 Avr - 19:32

Sa main me tint le bras. Il avait bougé, parlé. J'avais l'impression de le revoir après des jours d'absence. Comme si cette séparation plutôt particulière avait duré dans le temps, plus que nous le pensions. C'était le revoir après un étrange passage, après un cauchemar qui venait de moi, pour une fois. Difficile de s'exprimer sur une telle chose. J'étais totalement à la ramasse, perdue dans une fatigue psychique, secouée par le cauchemar et leur venue. Je n'avais aucune réponse à lui donner, rien qui collait à ce que je voulais vraiment comme il le demandait, à part peut-être qu'ils rentrent. Je ressassais ça depuis bien dix minutes, n'était-ce pas juste parce que j'avais peur qu'il soit malade (qu'ils soient malades, n'oublions pas Louis quand même) et non pas parce que je voulais être seule ? Qu'est-ce que je ferais dans cette forêt, sans personne à qui parler ? Sans savoir quoi faire, ni où aller ? Je finirai par sauter de la falaise avant que le soleil ne se relève. Lui demander de partir serait faire face à ma peur d'être seule, d'être abandonnée, ça serait me faire souffrir moi-même. Etais-je tellement mal que j'allais le repousser une seconde fois ? Lui dire de partir, de me laisser, de ne plus approcher ?
En fait, ce n'était pas de solitude dont j'avais besoin, mais plutôt de calme, et de lui. De lui pour me rassurer, de lui pour m'aider, de lui pour m'apporter un soutien que j'avais moi aussi essayé de lui donner à l'Institut.
Je me tournais bien vers lui, et osais enfin le regarder. Il avait l'air fatigué, comme moi, les fêtes ça ne nous réussissaient pas tant que ça finalement.

- Si c'est-ce que je veux ? Mais ce que je veux, c'est toi William.

C'est ce que l'on appelle également passer du coq à l'âne. Je lui avais demandé de rentrer, et maintenant de rester là, que c'était vraiment ce que je voulais. Je ferais mieux d'aller me coucher.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mer 13 Avr - 20:03

        Lui ?.. Mais alors, pourquoi ?.. Bon sang, il y avait tellement de choses à dire, à expliquer, avec en première ligne leurs réactions respectives après cette altercation qui avait mal tourné. Ils étaient partis pour faire quelque chose d'agréable, de normal dans n'importe quel couple, ils étaient liés depuis assez longtemps pour avoir conscience des besoins de l'autre, du moins l'avaient-ils pensé jusqu'à être confronté à un des cauchemars réels d'Anaïs. Enfin, c'était ce que William avait supposé après s'être enfui comme un voleur de la chambre qui n'était pas la sienne et de tomber sur l'inconnu dont, pour l'instant, il avait oublié l'existence, concentré sur Anaïs. William ne cherchait même plus à comprendre le raisonnement de la jeune fille, le seul élément qui comptait était ce qu'elle venait de formuler à voix haute. Il allait choper une migraine à réfléchir au moindre de ses agissements. Parfois, les gens agissaient sous le coup de la colère, de la peur, ou de n'importe quelle émotions, et comme chacun réagit différemment aux émotions fortes, il était impossible de prévoir les actions qui allaient être menées. Anaïs avait eu le même genre de réaction que William avait à longueur de temps, elle s'était isolée, voilà tout.
       William était gelé. Et il y avait fort à parier que le type qui l'avait inexplicablement conduit ici était dans le même état. Le jeune homme ne voulait pas brusqué Anaïs, mais il était un peu près certain qu'elle avait conscience du paradoxe que représentait ses propres paroles. Ce qui était sur, c'était que William ne pouvait pas rester ici, alors, si elle voulait être avec lui, elle allait devoir rentrer. Puisque les rôles étaient inversés, c'était à lui de la raccrocher au monde réel. Son univers enneigé n'était pas éternel, Anaïs allait forcément devoir réintégrer la maison des particuliers à un moment ou un autre. William pouvait faire en sorte que la transition se fasse en douceur, qu'elle se sente dans son élément, et il voulait qu'elle le sache. Mais... Il ne pouvait pas prendre le risque de la prendre dans ses bras maintenant, il avait peur qu'elle ne s'enfuit à nouveau. Le jeune homme relâcha sa prise et sa main retomba.
    "Rentrons, alors."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 15 Avr - 22:56

Pendant un long, bon d'accord, très long moment, ni William, ni Anaïs, ni moi n'avons esquissé le moindre mouvement. William parait désemparé, ne sachant que faire. Ses yeux fixés sur Anaïs semblent imprimer tout le physique de cette dernière jusqu'aux plus petits détails.
Je pense que troublé est aussi correct pour définir son état.
Anaïs, elle, fixe ses pieds comme s'ils étaient soudainement devenus la huitième merveille du monde. Plongée dans un profond malaise, la pauvre Anaïs. L'envie de la prendre dans mes bras m'a affleuré, mais la présence de William, pas forcément dans son meilleur état, à mon côté m'a remis les idées en place. Ne pas toucher Anaïs devant lui. Que si c'est une question de vie ou de mort. Youpi.
Blague à part, Anaïs me donne l'impression d'être au bord de craquer et de fondre en larme. Ça me fait de la peine pour elle, même si de mon côté j'ai tout le mal du monde à comprendre comment j'en suis arrivé là le soir de Noël. Et je n'ai toujours pas bien compris le concept du violeur. Et je ne me remets toujours pas du fait qu'Anaïs soit amoureuse d'un mec comme William. Je ne la voyais pas du tout avec quelqu'un comme lui. Je fronce les sourcils, le regard fixé sur un point aléatoire dans la forêt. Non. En fait je ne peux pas juger. Je ne peux pas juger William, je ne le connais pas. Je l'ai rencontré à un moment plutôt horrible de sa vie. Donc en fait, peut-être est-il incroyablement doux et attentifs aux besoins de sa copine. Ou pas. J'en sais rien, je ne peux qu'émettre des hypothèses.

Brusquement, je tourne la tête vers Anaïs, sursautant presque. Cette dernière se lève et part, sans un regard. De mon côté, un petit malaise s'insinue doucement en moi, autant qu'une appréhension de la réaction de William. Je ne bouge pas, mais immédiatement, je me tourne vers William, pour voir sa réaction. Va-t-il la suivre ou la laisser partir ? Au départ, ne voyant aucune réaction de sa part, j'ai failli le pousser un peu pour qu'il la suive, mais il prend sur lui-même et la rattrape. Curieux, je le suis, et le vois agripper le bras d'Anaïs. En parti à cause de la tempête, et de l'envie de me faire le plus discret possible. Je reste là juste pour intervenir en cas de débordement. Et pour consoler Anaïs si William décide de partir. J'ai froid, je tremble, je suis trempé, et je dois sûrement avoir les lèvres bleutées. Mais pour l'instant, c'est le cadet de mes soucis. Mon regard fait bien attention aux moindres mouvements des deux particuliers. Leurs lèvres bougent, c'est déjà ça, ils ont une discussion. Puis William finit par laisser tomber son bras. Je me rapproche des deux, et sentant les tensions retomber, je m'approche d'eux.

- Bon, c'est pas tout ça, mais moi je me les gèle. Vraiment désolé, j'espère vraiment du fond du cœur que ça va aller pour vous.

J'adresse un signe de tête à William, embrasse doucement le front d'Anaïs - assez rapidement pour ne pas me faire tuer par William. En vitesse, j'étends mon esprit et entre dans celui d'Anaïs. Toujours aussi vite, mais avec une voix douce, je lui dis par télépathie : "J'espère qu'on pourra bientôt parler. À plus Anaïs.".
Puis, après un sourire, je fais  demie-tour et me dirige en trottinant vers la maison. Une fois à l'intérieur, je mon directement dans ma chambre, montant les marches quatre par quatre. Arrivé dans ma chambre je me déshabille rapidement, prends une douche chaude, enfile un caleçon et un t-shirt, et me jète sous ma couette, encore frigorifié. Et surtout : exténué. Après une dernière pensée pour Anaïs, ma longue soirée a raison de moi, et je me laisse tomber dans les bras de Morphée.

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 16 Avr - 0:32

Je tournais la tête vers Louis qui était là. Ah oui c'est vrai. Je l'avais presque oublié, obnubilée par la présence de William et la gêne qu'elle causait. Il annonçait qu'il partait, qu'il avait froid. Je l'avais dit aussi ! Sauf qu'il était assez intelligent pour comprendre qu'il devait rentrer avant d'attraper la crève. Au moins un être conscient sur trois, on allait aller loin ce soir putain !
Il me fit un bisou sur le front comme le ferait un père à ses enfants, ce qui me surpris énormément. Par le geste, comme le fait que William n'avait pas réagi (sur ce point je fus contente, je refusais qu'il fasse du mal à Louis.) Et sa voix résonna une dernière fois dans ma tête. Si j'avais été dans un état moins ... Pitoyable je n'aurai pas sursauté comme une idiote, mais là, l'esprit totalement ailleurs, je ne m'étais pas attendue à l'avoir dans mon crâne pour me dire qu'on parlerait. William lui avait parlé du ... Du pyromane ? Il voulait que je lui raconte ? Naaan... Je n'eus rien à redire lorsque mon cerveau se reconnecta à la réalité il était déjà parti. Je soupirais bruyamment et secouais la tête avant de la relever plus au moins brusquement. Je fixais William, la bouche à demie ouverte. C'est tout ? Juste qu'on devait rentrer ? Il me lâchait pour me dire qu'il était temps ? Mais non, je ... Je voulais qu'il vienne. Enfin je ... Perdue par mes pensées, je fronçais les sourcils, une lueur de peur persistante, qui collait à mes prunelles comme un vêtement mouillé sur la peau. Pourquoi il parlait ? Pourquoi il me lâchait ? Je n'avais pas de problème à propos du contact, je n'allais pas lui couper la main pour l'écarter. Je ... Putain merde ! Mais aller, c'était pas compliqué ! Réfléchir revenir à la vraie vie et avancer c'était pas compliqué ! Suite à mon ... Auto-engueulade, je m'avançais pour me mettre face à lui et passer mes bras autour de son cou. Il tremblait, normal, il devait avoir très froid. Ayant retrouvé presque toutes mes capacités, je fus en état de faire fondre toute la neige présente autour de nous et de faire remonter la température pour qu'elle soit plus supportable.

- Ne pars plus, plus jamais. murmurais-je à son oreille en resserrant mon étreinte.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 16 Avr - 1:23

     William sentit tout son être gronder quand le type s'approcha d'Anaïs. Il sortit de sa léthargie, faillit bondir pour le mettre par terre directement puis en voyant qu'il ne faisait qu'un bisou sur le front d'Anaïs, regarda ailleurs en serrant les poings, essayant de réprimer l'envie de lui casser la gueule. Anaïs n'avait pas besoin de ça en plus pour douter de lui, ses sautes d'humeur leur avaient déjà causer assez d'ennui, mais putain que c'était dur de prendre sur lui à ce point, au point d'avoir envie de tuer quelqu'un et de n'en faire rien paraître ou presque. Finalement, le jeune homme s'écarta, au grand soulagement de William qui évita par la même occasion de lui éclater la tête. Voir quelqu'un entourer Anaïs était déjà dur pour lui, mais un homme qu'elle connaissait très bien, au point qu'il se permette ce genre de geste - qui certes, témoignait d'un amour fraternel, mais d'un amour quand même, qui pouvait tellement facilement tourner au drame pour William - c'était carrément de la torture. Ce n'est que lorsqu'ils furent seuls, après avoir entendu une porte claquée à une certaine distance car Anaïs avait calmé la tempête au moins un peu, que William se détendit, reportant malgré lui son attention sur lui-même (il avait froid, très froid, et ses doigts bleuissaient à vue d’œil) et sur quelque chose de bien plus intéressant, Anaïs. Il fallait se dire que elle, elle n'avait pas froid, et que donc cet argument ne tenait pas, la jeune fille éprouvée n'avait aucune raison de vouloir rentrer dans la maison des particuliers, dans une fête dont l'atmosphère ne l'enchantait plus après ce qui s'était passé. Mais... C'était simple, il ne voulait pas la laisser là, dans son élément ou pas, c'était à lui de la ramener au présent maintenant. Et il ne pouvait le faire que si elle le désirait, que si elle lui laissait assez de marge pour la libérer de ses chaînes, de ses cauchemars éveillés qu'il comprenait si bien. Comment la faire ployer si elle résistait, si elle s'enfermait en elle-même et jetait la clé pour ne plus rien ressentir, allait-il devoir attendre l'explosion des ténèbres qu'elle renfermait, en sachant que, peut-être, il sera trop tard ?
       Non. William ne la laisserait pas faire. Anaïs n'avait pas à réagir comme lui, elle n'était pas seule, c'était toute la différence. Il l'aiderait même si ça l'amènerait à le haïr pour ça, parce que mieux valait qu'elle continue sa vie en le détestant que de la laisser s'enfermer avec la nouvelle noirceur de ses cauchemars. Peut-être ne pouvait-il pas comprendre précisément ce qu'elle avait ressenti au moment où elle avait hurlé, mais il avait son propre passé de tragédies et ne voulait surtout pas ajouter celle-ci à sa liste. Perdre Anaïs était sa hantise depuis le jour où il s'était aperçu de la place qu'elle avait pris dans sa vie. William était-il en train de la perdre ? Son contact était-il si empoisonné ? Il ne... Dans une détresse profonde, le jeune homme se retint de regarder ses mains encore une fois. Anaïs était la seule personne qu'il pouvait toucher, que se passerait-il si elle ne pouvait pas le toucher à cause de ce qu'elle avait subi ? Survivrait-il encore une fois à l'absence de tout contact humain ? Et si il était déjà trop tard ? Soudain, un contact froid dans son cou le ramena à la réalité - lui qui avait déjà froid... - et il faillit sursauter violemment, tout occupé à trembler avant qu'Anaïs ne lui saute au coup. Ce geste balaya tous ses doutes d'un coup et il la serra contre lui presque à l'en étouffer, savourant la chaleur de sa présence. Le soulagement qu'il ressentait était presque palpable.

        "Promis," murmura-t-il tout bas.

        Ils restèrent enlacés un moment avant que William ne se décide à relâcher un peu la pression sur Anaïs pour lui permettre de respirer. Le nez enfoui dans ses cheveux piqueté de neige, il les embrassa et contempla le paysage encore neigeux sans la lâcher.

     "Bordel, j'ai cru... chuchota-t-il d'une voix enraillée par le froid, j'ai cru que je t'avais maudite toi-aussi."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 16 Avr - 20:09

Il me serra enfin dans ses bras, il était temps qu'il réagisse. Je pris plusieurs grandes inspirations, la tête dans son cou, appréciant son étreinte, quoi que un peu trop serrée à mon goût (à ma respiration) mais j'en avais besoin. Je souriais de nouveau, savourant le moment où nous restâmes enlacés, avec sa promesse. Après cette soirée, les choses allaient-elles changer ? Nous avions déjà fait du chemin en sortant tous deux de l'institut, mais nous avons bien vu qu'il restaient encore beaucoup à parcourir avant d'avoir une vie calme (je rajouterais bien « sans histoire » mais ça j'y crois pas trop, alors restons sur une vie ... Une belle vie voilà.)
Perplexe je voulus m'éloigner un peu pour pouvoir le regarder mais il me serrait trop fort contre lui. On allait faire avec tant pis. Sa dernière phrase laissait entendre des choses que je ne comprenais pas tout à fait. Je ne pensais pas William que croirait aux malédictions. A propos de quoi ? Les catastrophes qui nous tombaient deux dessus ou le contact ? Les catastrophes arrivaient à tous les particuliers, que ce soit durant son enfance ou même dans la boucle, voire les deux, comme nous. Mais en temps que particulier, c'était normal non ? De réagir différemment, avec nos dons, ce que nous avons vécu. Les situations prenaient donc forcément d'autres tournures. Sa phobie du contact c'était ... Autre chose, de plus énigmatique ? Mouais, on va dire ça comme ça. Bref, il croyait que j'avais eu un problème dans le genre ? Nan, dieu merci non. Qu'est-ce que je ferais si je ne pouvais plus l'approcher et le toucher ? Prise d'un frisson en l'imaginant je secouais brusquement la tête. Non, à par être frappée par mes cauchemars je n'avais rien de bien méchant.

- Me maudire ? Mais non c'est ma faute, ça n'a rien à voir avec toi, je suis désolée de t'avoir repoussé tout à l'heure... C'est... J'ai pas réussi, je suis vraiment désolée.

Ça devait être la première fois que j'essayais de m'excuser d'une manière aussi... Pathétique. Tout en reprenant du poil de la bête dans ses bras, je pris la ferme décision qu'il était temps d'arrêter de s'apitoyer sur son sort de la sorte. Et pour ça, je devais relever la tête et penser à autre chose. Je l'embrassais, comme ça, pour lui dire que j'allais mieux, que j'étais heureuse qu'il soit là et qu'il fallait bouger. Il était trempé et je le sentais encore trembler contre moi.

- Aller, on y va sinon je serais obligée de jouer le rôle d'infirmière demain.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 17 Avr - 22:40

           William déserra son étreinte, se maudissant une demi-seconde d'avoir eu l'air si vulnérable auprès d'Anaïs. Elle n'avait pas pu voir son visage à ce moment-là, mais ça ne l'excusait pas. Il n'avait plus l'habitude de s'épancher ainsi. A vrai dire, il n'avait jamais été très doué avec les sentiments. C'est juste que maintenant qu'il était (enfin) sorti de l'Institut, il était censé faire preuve d'une nouvelle force qui était elle censée avoir réparé ses nombreuses failles. L'édifice était fragile parce que le ciment manquait. William n'avait jamais eu de don du ciel qui lui avait permis de mettre un pied devant l'autre, il avait du le faire lui même, avancer en faisant à chaque pas trois pas en arrière, mais c'était toujours mieux que de rester immobile. La force, il fallait qu'il la trouve en lui, et il fallait espérer qu'il en avait sans le savoir une réserve suffisante parce que le chemin qui restait à parcourir s'annonçait ardu. Après tout, l'intensité des sentiments, inhérente à l'Homme, le caractérisait bel et bien et William en était le parfait exemple. Et les paroles que lui adressaient Anaïs le rassuraient à un point qu'il n'aurait jamais reconnu de lui-même.
      Le jeune homme, frigorifié, s'écarta d'Anaïs. Elle n'avait pas tort, elle était la seule en mesure de supporter le froid polaire que la nuit diffusait encore comme une effluve enchanteresse qui nous emporterait dans la mort sans qu'on s'en aperçoive si on la laissait faire. William n'avait pas forcément envie de finir en glaçon, et il avait encore besoin de ses doigts.

     "Ouais, frissonna-t-il, t'as pas tort."

      Il mit les mains dans ses poches et rentra la tête dans les épaules, dans un réflexe illusoire pour avoir moins froid, son souffle formant de petits nuages devant ses lèvres. Jetant un coup d’œil à Anaïs, il se mit en marche vers la maison, avec elle à ses côtés. Il respira un bon coup avant de rentrer, il avait trop froid pour se défiler cette fois-ci. Sa chemise était à essorer mais il n'allait pas se balader torse nu au milieu de tous ces particuliers en habits de fête. Il devait être aux environs d'une heure et demie du matin, et la fête battait toujours son plein, bien que les convives commençaient à être moins nombreuses : les particuliers les plus jeunes avaient été envoyé se coucher après avoir ouvert leurs cadeaux. Les victuailles disposées un peu partout, bien que clairsemées, avaient toujours l'air aussi appétissantes, mais tout ce qui intéressait William en cet instant, c'était d'éviter les personnes toujours présentes (ce qui n'était pas une mince affaire, certaines étaient un peu pompettes) et de se rapprocher de la grande cheminée dans laquelle brûlait pour l'occasion un bon feu. William allait certainement doucher le sol sur lequel il était debout avec ses vêtements trempés, mais à vrai dire, c'était le cadet de ses soucis. C'est en là qu'il remarqua qu'elle s'était changée avant d'aller dehors - elle était intelligente, elle - et qu'elle était elle-aussi mouillée. Cependant, ça lui donnait une bonne raison de l'attirer à lui.

       "On ira à ton rythme, la prochaine fois, fit-il en restant sérieux encore une demi-minute. Mais je peux pas dire que je ne regrette pas la robe."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Lun 18 Avr - 20:37

J'aurais presque ri en le voyant rentrer sa tête en espérant avoir plus chaud comme ça, il était comique quand même. il y avait des moments comme ça où sa tête me faisait bien rire, qu'il le fasse exprès ou parfois pas, comme ici. Comme je disais : j'en aurais presque ri si je ne savais pas à quel point le froid pouvait les agresser, ces pauvres particuliers sensibles aux basses températures. Et William en faisait parti. C'est que j'avais dit tout à l'heure, il n'avait pas écouté, alors maintenant, il se les caillait... Je ne pouvais pas lui en vouloir : il était resté pour moi. Mais j'étais pourtant certaine que j'étais capable de lui rapprocher de ne pas assez faire attention à lui-même, puisque encore un peu et il gèlerait comme les arbres autour de nous. C'est pourquoi j'avais fait en sorte d'avancer un peu plus vite que d'habitude. Oh, j'aurais bien aimé le faire courir tiens, ça l'aurait réchauffé. La maison était toujours aussi bruyante, donc sûrement encore pleine de monde, et j'en eus la confirmation lorsque nous entrâmes à l'intérieur, une fois que William ait pris une grande inspiration pour se jeter dans le monde beaucoup plus chaud que celui dont il venait. A mon avis, c'était la première et dernière fois que je lui demandais ça, vu l'effort qu'il devait faire pour réussir à rerentrer. Si on avait réussi à venir à bout de sa phobie du contact (d'une manière qui nous échappaient un peu, oui, mais le principal était quelle ne soit plus là non ?) alors nous trouverons bien quelque chose pour ces moments de fêtes, une petite soirée, plus intime, entre nous. Nous passâmes entres les particuliers rougis par la chaleur de la fête (et pas que ça) pour nous approcher du coin du feu. Feu dont William avait bien besoin, mais dont je ne m'approcherais pas tant que ça. Ouais, le feu et moi, on allait garder nos distances un moment, mouillée ou pas mouillée, plus j'en serais loin, mieux je me porterais.
A ma plus grande joie, je me retrouvais de nouveau contre lui, l'esprit vidé de toute pensée négative. La seule chose qui persistait fut la conviction qu'à cette prochaine fois, je serai prête, qu'on aille à mon rythme au pas. Je ne laisserai pas les choses se redérouler de la même façon quand on voyait tous les impacts que ça avait eu sur la soirée. Oui, je serai prête la prochaine fois.
Je souris en repensant à ma robe, restée sur le sol de la chambre après qu'il me l'ait enlevée. Les occasions où je pouvais la mettre étaient rares, très rares même. Les fêtes de Noël et de nouvel an, mais après... Oh, je pouvais bien faire des exceptions et la remettre s'il le voulait mais là, je n'avais plus le courage ni l'envie, mon pull était bien plus confortable quand même, c'était aussi plus facile de bouger avec ça. Je secouais la tête, les yeux tournés vers le feu qui crépitait doucement.

- Fallait pas me l'enlever, riais-je en levant la tête pour lui tirer la langue.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Lun 18 Avr - 22:31

     Y'avait pas à dire, le retour dans le monde des hommes (ou plutôt dans une pièce chauffée) ça avait du bon. William n'aurait jamais cru dire ça un jour, mais on y était. La douce tiédeur du feu dans son dos lui faisait un bien fou, mais il lui faudrait du temps avant de pouvoir se faufiler sous sa chemise trempée qui lui collait à la peau comme une sangsue affamée. Y'avait plus agréable, mais il passerait outre, et puis, ça durerait juste le temps de sécher. Il avait des fourmillements dans les doigts, signe qu'ils se réchauffaient et qu'il allait donc par chance les garder (c'est pratique dans la vie courante, une main, vous savez). Si elle n'avait pas eu la faculté de la glace et que le froid avait de l'emprise sur elle, Anaïs aurait tremblé dans les bras de William mais puisque ce n'était pas le cas, le jeune homme ne se privait pas pour l'abriter entre ses bras. En le touchant ainsi, elle le rassurait et l'apaisait un peu. William, s'il n'avait pas eu un esprit perpétuellement focalisé sur le présent et à qui les changements de situation ne faisait ni chaud ni froid, bref, s'il avait été un peu plus normal, se serait étonné de la facilité avec laquelle cette soirée avait plongé dans la joie puis dans l'horreur en une poignée d'heures. Être sur le territoire d'Anaïs était tout nouveau pour leur... Couple ? En tout cas, ils commençaient à avoir l'habitude des situations extrêmes dans la forêt (quoique, cela faisait un certain temps qu'ils ne s'étaient pas retrouvés là-bas, le séjour à l'Institut avait été long et il fallait du temps à William pour retrouver son rythme de vie des bois, pour se réapprivoiser ces arbres et ces rivières) et à la limite à l'Institut, mais dans la maison des particuliers... C'était définitivement une première, et cette fête n'avait pas l'air d'avoir dit son dernier mot. Pour l'instant, seul le cauchemar éveillé d'Anaïs avait réussi à les séparer, et il fallait espérer que ça allait continuer dans cette voie.
       William chercha du regard le type, là, qui l'avait amené jusqu'à Anaïs (qui connaissait Anaïs, et ça faisait grincer des dents à William) et s'était montré relativement patient avec le jeune homme étant donné qu'il avait légèrement essayé de le tuer. Disons qu'il avait marché sur des œufs en lui causant de la jeune fille alors que William était déjà sur les nerfs, et que ça s'était vite remarqué. Il n'était pas dans la salle... Parti se coucher ? Au fait, William ne connaissait même pas son nom, mais il l'avait aidé malgré tout, donc ses sentiments à son sujet divergeaient (William qui réfléchit à comment il appréhende une personne, ouh, y'a du progrès !), ça oscillait entre la rancœur (comme n'importe qui qui s'approcherait d'Anaïs), la suspicion et un peu de reconnaissance, il fallait l'avouer. D'ailleurs, il ne connaissait même pas son nom. Mais ça n'avait pas d'importance, puisqu'il n'était plus là. William reporta son attention sur Anaïs qui venait de lui répondre avec un éclat de rire. Il était heureux qu'elle ait retrouvé sa confiance en elle et sa joie de vivre, et même si le jeune homme ne savait pas toujours comment appréhender ses réactions, s'ils continuaient dans cette voie il y avait très bon espoir qu'elle s'en sorte, et elle s'en sortira de toute façon, c'était une certitude. Il ne savait pas encore avec précision comment il allait l'aider, mais ses séquelles allaient se gommer jusqu'à ce que ce funeste événement soit reléguer aux oubliettes.
     Hé mais c'est qu'elle était insolente cette petite !
     William répondit avec un sourire lubrique qui ne cachait rien de son désir pour elle :

     "Pas de ma faute, tu donnais trop envie."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 19 Avr - 22:43


Je souriais de plus belle. C'était le genre de réponse qui donnait envie de réessayer quoi qu'il arrive, cauchemar ou pas cauchemar, de tenter une nouvelle fois le coup, d'y arriver, de passer le cap de de... Mon sourire se déforme face à la triste réalité : je n'étais pas prête, j'étais incapable de réagir correctement si les cauchemars sévissaient de nouveau. Nan, tous ces espoirs de pouvoir le faire ce soir passaient à la trappe, définitivement. Et ces simples paroles que l'on s'échangeait pourtant d'habitude avec autant de simplicité et de normalité que si l'on avait une conversation tout à faire banale, se transformaient en conversation présente pour nous rappeler que non, que même si lui pouvait me toucher, l'accès était toujours interdit, hors de portée. Alors certes, c'était touchant, agréable à attendre, et ça donnait envie, mais je pouvais rarement faire ce que je voulais réellement. De nouveau la barrière se dressait, j'étais pourtant bien décidée à l'abattre sous peu, je commençais à en avoir marre moi, de ces foutues barrières.
J'aurai dû arrêter, je le savais, mais c'était trop tentant, trop d'envie, trop de sensations qui jaillissaient malgré cette réalité qui nous enchaînait.

- Et dire que moi, j'ai même pas réussi à t'enlever cette chemise... dis-je avec une pointe de déception, en faisant glisser mes mains sur son vêtement mouillé.

Et bordel, ça moulait un truc de bien, les chemises mouillées ! Mon regard passa au peigne fin son corps parfait, pour s'arrêter à son visage. Comment voulez-vous que je ne fasse pas de commentaire à ce sujet avec ça devant les yeux aussi ? C'est impossible ! Je n'avais envie que d'une chose, c'était de passer discrètement ma main sous son t-shirt là et... Je me mordais brusquement la lèvre. Je me faisais du mal pour rien, puisque c'était impossible impossible. Ma tête avait pas l'air du même avis, car elle continuait de me faire tourner en bourrique avec ça. Reporter son attention sur autre chose, aller... A part William en face de moi qui me narguait peut-être sans même s'en rendre compte, je vis la table des repas qui me faisait de l’œil au loin, au loin dans la masse de particuliers. Je n'avais rien mangé depuis le midi, puis-qu’avant son arrivée j'avais l'estomac noué. Ce qui n'était plus le cas, et la faim se faisait sentir depuis quelques minutes déjà. Et il s'en était passé des choses entre temps, et nous n'en avions pas profité tout à l'heure, du repas, donc j'avais bien le droit d'aller chercher des petits trucs pour combler mon estomac non ? D'autant plus que je ne devais pas être la seule à avoir faim. Je jetais un coup d'œil au jeune homme, mon sourire de nouveau présent.

- Je vais chercher quelque chose à manger, reste près du feu, j'arrive.

Et sans attendre son accord ou son désaccord, je réussis à me libérer de ses bras pour partir vers le buffet. De toute façon, il avait intérêt à rester près du feu, au moins le temps de sécher, sinon je le clouais au mur en attendant d'être certaine qu'il ne soit pas malade après. Bref, je partis le plus vite possible pour ne pas le faire attendre, essayant d'éviter le plus possible les particuliers autour de moi, et je pus ainsi atteindre très rapidement les tables où se trouvait la nourriture. Ici et là du saumon, après des brochettes, des toasts au jambon, au pâté, au foie gras et un tas d'autres choses qui donnaient l'eau à la bouche. Miss Tit avait tout préparé.
Je pris en tous quatre toast (en en chipant un en plus déjà dans ma bouche) puis revins vers William pour lui tendre les petits apéritifs que je tenais. La soirée allait bien continuer.  


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 24 Avr - 17:08

      William frissonna autant de froid que de désir en sentant les doigts d'Anaïs s'attarder sur lui. Il allait calmer doucement leurs ardeurs (en essayant d'agir avec tact, au moins une fois dans sa vie) pour leur éviter de se retrouve dans la situation de tout à l'heure (tout plutôt que de revoir Anaïs comme ça) quant elle s'esquiva rapidement en se dirigeant vers une des nombreuses tables sur lesquelles étaient disposé un buffet. William, laissé seul au milieu des convives, mis ses mains derrière son dos et s'appuya au montant de la cheminée, dos aux flammes. Il préférait encore brûler vif (quoique, ça ne doit pas être très agréable, de toute façon, avec des vêtements mouillés ça allait être dur) que de toucher quelqu'un. Mauvais jeu de mot, le "brûler vif", il grimaça en se frottant les poignets, manie qu'il avait quand il ne voulait pas sortir ses couteaux. En public, dans une salle noire de monde, un mec inexplicablement trempé jusqu'aux os qui se balade armé jusqu'aux dents, c'était pas une bonne idée. Il ferma les yeux (contre son gré, mais c'était un sacrifice nécessaire pour garder son calme en territoire ennemi) et s'efforça d'oublier les conversations autour de lui et de ne plus penser qu'au montant de la cheminée et au bon feu qu'elle abritait, qui diffusait une chaleur revigorante derrière lui. C'était difficile. Mais Anaïs était là, à quelques mètres, et il devait lui faire confiance. Il devait lui montrer ses progrès. Ce qui était déjà fait, même si ses nerfs étaient mis à rude épreuve dans cet environnement. Il fallait se dire que certains étaient déjà sûrement partis se coucher, et que d'autres allaient les suivre jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une dizaine de personnes dans quelques heures. Les enfants particuliers de 1940 étaient habitués à se coucher tôt et à se lever tôt, un rythme diurne qui ne les invitaient pas à veiller jusqu'à quatre heures du matin. La plupart s'étaient surement levés très tôt. Plus que quelques heures, donc. William rouvrit les yeux, s'aperçut qu'il était en apnée, et respira un bon coup en cherchant Anaïs des yeux. Elle était en train de retracer son chemin vers elle et le jeune homme se désintéressa pour un moment de ceux qui l'entouraient et qu'il ne pouvait pas s'empêcher de trouver bien trop proches pour lui, pour baisser les yeux vers ce qu'elle lui tendait. Il gouta sans trop s'y intéresser, pas difficile pour un sou, et apprécia même la simplicité de manger en bonne compagnie des mets normaux. Anaïs croquait dans les siens avec insouciance et il ne put s'empêcher de sourire.

      "Si tu t'en fous partout, je rigole."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 26 Avr - 22:31

J'épiais William, du coin de l’œil, pour voir sa réaction à ce que je lui avais donné. Dans une vie normale, une femme (dans le cas ici, la petite amie) connaissait les goûts de l'homme. Je venais de remarquer que moi non. Il ne m'avait jamais fait part de ce qu'il aimait gustativement parlant, je m'étais donc retrouvée bien devant le buffet en me demandant "Il aime ça ?", "Et ça ?". Je le connaissais depuis bien deux ans avec tous les mois passés à l'Institut, qui nous avaient séparés. Nous n'allions pas parler de nourriture là-bas, même si c'était très bon, je ne disais pas le contraire ! Mais il y avait d'autres sujets plus importants. Avant l’Institut, je n'étais même pas en mesure de l'approcher, et d'après mes souvenirs, nous n'avions mangé que quelques fois ensemble. Des pommes, du pain, des fruits, rien de très cuisiné quoi, des choses simples qui ne demandaient aucune préparation. Ce qui différenciait ce soir, de d'habitude : les mets étaient plus délicats, préparés et mitonnés pour la soirée. J'en revenais donc au problème de ne pas connaître ses goûts, pareil pour lui trouver un cadeau de Noël. J'avais finalement abandonné l'idée comme il n'était pas censé venir (au fond j'avais bien envisagé demander à Miss Tit d'aller dans le présent pour acheter quelque chose de bien précis, puis l'idée était partie à la poubelle). Et dire que nous étions ensemble depuis pourtant un bon bout de temps, et il demeurait toujours un grand secret insondable. Il gardait des choses qui m'échappaient encore, n'ayez crainte, j'avais bien l'intention de trouver de nouvelles petites choses sur lui chaque jour, à mon avis nous en avions bien pour l'éternité !
Je souriais à son sourire. Il voulait me tuer. Il se rendait compte au moins qu'il était sacrément beau rien qu'en souriant ? Je ne serais pas étonnée de voir le regard d'autres filles sur lui, petite pensée pour Elsa, que je n'avais pas vue de la soirée d'ailleurs, qui s'était intéressée d'un peu trop près (beaucoup trop près, je l'aurais tuée) à William. S'il était très possessif avec moi, j'imaginais pouvoir faire pareil, et la première qui tenterait une nouvelle fois de se placer entre nous deux, elle finirait en statue de glace puis au fond de la mer. J'allais faire une remarque sur son sourire, justement, lorsqu'il me coupa, pour tourner la situation au ridicule. Je me mordais la lèvre en secouant la tête, avalant en même temps pour ne pas parler la bouche pleine.

- Ouais, vas-y, rigole et tu dors pas dans mon lit, dis-je sur un ton faussement vexé.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 6 Mai - 22:34

      Il fallait dire qu'elle se démerdait plutôt bien, la petiote, pour justement ne pas en foutre partout. Il y avait de la pratique, même si le lui faire remarquer pouvait peut-être faire remonter de mauvais souvenirs, du genre dans la cuisine de son enfance avec la mère qui l'avait renié et que ce n'était pas du tout le moment de la replonger dans l'histoire familiale qui avait laissé des séquelles. Elle était rayonnante, même en pull et jean dans une salle où tout le monde paradait dans leurs plus beaux atours (peut-être parce que William ne la regardait qu'elle, dans ce bazar, mais en même temps c'était la seule qui valait le coup d’œil). Il n'était pas méprisant envers les autres particuliers, loin de là, ils représentaient juste... Ce qu'il avait perdu, ce qu'il n'arrivait toujours pas à gérer correctement. Une phobie du contact ne s'oublie pas facilement, en particulier quand on est entourés de personnes étrangères qui certes ne veulent pas forcément mal faire mais ignorent complètement qu'il sortait d'un hôpital psychiatrique. Peut-être aurait-il dû leur dire ça, histoire de subitement vider les alentours et le laisser respirer. Mais en même temps, il ne voulait pas attirer l'attention sur lui - sentir tous ces regards le scruter... Rien qu'à l'idée, il se tendit en glissant un regard à la ronde, en espérant qu'Anaïs n'ait rien remarqué de son manège - c'était au-dessus de ses forces. Et d'ailleurs, ça pourrait porter à préjudices pour Anaïs. Tout le monde serait alors qu'elle était avec un mec vraiment pas clair et que le fait qu'elle ait tenu avec lui jusqu'ici deviendrait un fardeau. Non, il ne pouvait pas lui imposer ça, et donc ne devait surtout pas faire de vagues. Bon Dieu que c'était difficile de vivre en société !
        Anaïs happa son attention en lui répondant sur un ton taquin, et il sourit à son tour - un sourire un peu faiblard, mais sincère quand même.

         "Ah oui ? demanda-t-il en arquant un sourcil, et je dors où alors ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 13 Mai - 21:33

Ouais, dormir dans la forêt alors qu'il neigeait encore, ce n'était pas l'idée du siècle. Je doutais qu'il y ait des chauffages, dans ses cabanes en bois, alors à moins de prendre un nombre important de couvertures et de s'habiller très chaudement, il risquait d'avoir bien froid cette nuit, voire d'être malade (si ce n'était pas déjà fait avec le temps que nous avions passé tout à l'heure, je verrai demain). Donc, de ma grande bonté, j'acceptais de partager mon lit un soir. Oui, oui il pouvait me remercier, ce n'était pas du tout comme si j'allais dormir contre lui et que ça allait horriblement me plaire, nooon, absolument pas.
Je réfléchissais vraiment à sa question. Où pouvait-il dormir ? Oh, j'étais certaine qu'il pouvait trouver ne chambre vacante, dans le grenier sinon, ou les canapés, dans le pire des cas, qui irait le déranger ? Mais j'avais peur qu'en disant ces possibilités, il décide d'opter pour une et que je me retrouve vraiment toute seule ce soir, (ce serait ballot quand même). De me retrouver toute seule, ouais, toujours cette peur qui s'est accentuée au fur et à mesure. Evidemment, on craint plus d'être de nouveau avec soi-même lorsque l'on a enfin trouvé quelqu'un. C'est une peur commune à tous, moi, elle se mélange désormais avec celle de le perdre, pour donner un résultat plus angoissant, plus délicat. Donc au lieu de les énoncer à voix haute, je haussais les épaule, comme si je n'avais aucune réponse à cette question, ce qui était un peu le cas. Je ne voulais pas prendre de risque, pas prendre ce risque qu'il me dise qu'il allait partir, même si c'était pour plaisanter. C'était peut-être idiot, mais j'avais besoin de la certitude qu'il ne partirait pas.

- Je sais pas, donc raison de plus.

Une réponse vague, mais ce fut les seuls mots qui me passèrent par la tête pour le moment.
Je m'appuyais contre le mur, les mains dans le dos, en essayant de garder un sourire joyeux.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP COLLECTIF] C'est Noël !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» COLLECTIF METISSE
» Interrelié, collectif d'artistes et travailleurs autonomes
» Il était une fois...(jeu collectif)
» Chasseur MANURHIN (Collectif du Bataillon de Choc)
» Collectif contre l'impunité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Maison des particuliers :: Salle à manger-