Partagez | 
 

 [RP COLLECTIF] C'est Noël !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 22 Déc - 20:43

William s'était rappelé au dernier moment qu'il ne fallait pas qu'il s'éloigne trop de la maison. De toute façon, nous diriez-vous, dans ce froid, où aurait-il pû aller ? Cette question avait bien plus de réponses qu'on ne pourrait le croire. Mais il était resté en tentant de calmer sa respiration et les battements affolés de son coeur. Le froid pénétrait ses poumons comme des milliers d'aiguilles glacées, et son souffle saccadé formait de fins nuages devant lui. Il caillait, mais ça vallait mieux que de rester à l'intérieur. William avait les nerfs à fleur de peau, et devait se canalyser avant de perdre totalement le controle. Après quelques aller-retour sous le porche, il arrêta de faire les cent pas et s'assit sur les marches, un poignard trouvant naturellement le chemin de ses paumes. Il se mit à jouer avec, sans pouvoir évacuer le stress qui le tenaillait, laissant ses yeux parcourir le jardin des particuliers plongé dans le noir. La neige habillait les silhouettes sombres des arbres et la lune éclairait le tout, malheureusement, William était bien incapable d'apprécier le spectacle à sa juste valeur. Soudain, une voix le fit violemment sursauter et il brandit sa lame avant de reconnaître Anaïs.

"Ah, c'est toi," fit-il d'une voix qui lui sembla brusque et éteinte.

Il rangea son arme d'un geste fluide et se rassit en fuyant son regard. Le sol froid lui arracha un frisson et il se mordilla nerveusement la lèvre inférieure. Il ne voulait pas voir la déception dans ses yeux. Merde, elle avait dû croire que tout ça c'était fini puisqu'il était sorti. Il avait parcouru du chemin, mais il était encore loin du compte. Sans pouvoir s'en empêcher, William se remit à jouer avec son poignard.

"Désolé. J'ai paniqué."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 22 Déc - 23:14

J'aurai du prévenir avant d'arriver ? J'avais un peu reculé, par réflexe, ne tenant pas à me faire découper en rondelle ce soir. J'y avais échappé depuis longtemps, je préfèrerais que ça continu ainsi. J'observais la lame entre ses doigts, où la lumière du porche se reflétait lorsqu'il l'inclinait de telle ou telle façon. Mon regard remonta jusqu'au sien, qui lui demeurait rivé loin. Que faire ? Je n'en avais aucune idée, déjà j'estimais que ses excuses étaient inutiles, qu'il n'était pas en tord. Il aurait pu rester dix secondes de plus pour dire que ça n'allait pas ou quelque chose comme ça, mais ce n'était pas la mort. La première fois il était resté, il aurait tout aussi bien partir, et aller dans la forêt en plus. Alors que là, il était quand même ici, là où j'avais une chance de le retrouver.
Mais pour évacuer la panique, je ne voyais ce que je pouvais faire.  

- Ce n'est rien. Répondis-je avec douceur.

Je me rapprochais de lui pour que mon épaule soit accolée à la sienne. Il devait se les peler. Et c'était peu dire. Il avait été d'une pièce très chauffée, pour passer subitement au zéro degrés, la différence devait être impressionnante. J'irai bien lui chercher quelque chose en plus pour lui tenir chaud, mais ça ferait ridicule, puis le froid l'aidait peut-être à se calmer.
Je remarquais soudainement, qu'avec la lumière, ma peau était de nouveau très clairement visible. Je ne pus m'empêcher de poser mes bras sur mes jambes, de manière à dissimuler les marques. J'allais vite devoir perdre cette nouvelle habitude, et le gêne qui l'accompagnait. Je ne les supporterai pas longtemps.

- Je n'aurai pas du te demander de venir, je suis désolée, je voulais juste qu'on passe du bon temps ensemble, qu'on fasse quelque chose de différent de d'habitude, pas que... enfin que tu te sentes mal comme ça.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mar 22 Déc - 23:45

    "Non."
    William avait levé les yeux et la fixait intensément. Elle avait tout faux. Elle ne devait pas s'en vouloir à cause de ça, elle ne voulait que retrouver la normalité d'une vie qui, quelque part, n'était pas la sienne, mais rien ne devait la persuader qu'elle n'y avait pas droit. Dans une autre existence, Anaïs aurait eu la chance de connaître un autre homme et aurait fondé avec lui une famille, réalisé les rêves de petite fille qu'elle aurait gardé. Elle serait revenue chez ses parents le samedi après-midi pour déjeuner avec eux et ses enfants auraient joué avec ceux de sa sœur devenue grande. Elle aurait certainement fait une mère merveilleuse, et avant ça une adolescente insouciante et pleine de joie de vivre si sa particularité ne s'était pas éveillée dans des circonstances effroyables. Ou, si ça n'avait pas été dans des circonstances effroyables, ça avait eu des répercussions terribles. Sur elle, sur sa vie.
    Alors oui, retrouver un semblant de normalité, c'était rassurant pour la plupart des gens. Simplement, la définition de normalité de William ne collait pas avec celle de la plupart des gens.
     Anaïs attendait qu'il continue sa phrase. William chercha ses mots, et pour cela il dû prendre un certain temps pour rassembler ses pensées.
    "T'as pas à te sentir coupable, je suis venu de mon plein gré."
    Sa respiration s'était calmée, il sentait la morsure du froid sur sa peau mais l'accueillait avec soulagement, il lui semblait qu'elle lui permettait de s'éclaircir les idées. Peu à peu, ses doigts gourds cessèrent de tournoyer autour de la lame étincelante et il abandonna celle-ci dans son étui.
    "Je voulais juste pas gâcher ta soirée, ajouta-t-il pensivement, avant de sourire. J'avais oublié ce que ça faisait d'évoluer parmi d'autres gens normalement."
    On aurait dit que c'était un extraterrestre qui parlait, mais d'une certaine manière William en était un : il avait été déconnecté de la vie réelle si longtemps que parfois, il avait encore du mal à faire la différence. Le jeune homme observa Anaïs à la dérobée, admirant sa peau blanche sous la lune. Il hésitait encore à propos de la conduite à tenir pour qu'elle ne s'en veuille plus.
     "Tu fais des miracles, tu sais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mer 23 Déc - 14:49

C'était donc ça. Si je comprenais, je l'avais bien vu derrière l'arbre, mais il avait utilisé son don pour partir et faire comme s'il n'y était pas. Malin, et très pratique. Sur le coup je n'y avais pas pensé. Dans ma tête il n'était tout simplement pas là. Encore une fois, le monde des particuliers cachait de nombreuses autres situations qu'il n'y aurait jamais dans le présent. ça ne m'empêchait pourtant pas de regretter mon ancien monde, étrangement. La place des particuliers était dans les boucles, pour assurer notre survie, mais il y en avait comme moi qui ne se faisait jamais à cette idée, et qui donnerait tout pour revenir comme avant. Je chassais ces idées sombres de mon esprit, et mon concentrais sur ce qu'il disait. Il parlait de ma particularité. La florakinésie, un don fréquent dans ma famille. Nous avions tous un rapport avec la nature, ma mère dirigeait les abeilles, beaucoup étaient aquakinésistes aussi, et mon arrière grand-mère avait le même don que moi. J'esquissais un sourire. Alors comme ça on ne connaissait pas ce nom ? C'était pourtant simple, et comme je le disais avant un don assez fréquent.

- La florakinésie, le contrôle des plantes aussi, tout simplement. Répondis-je alors.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 61
Date d'inscription : 24/11/2015
Localisation : Avec Swaaaaan (a)

Feuille de personnage
Avatar : George Shelley
Âge : 19 physiquement et 21 réellement
Particularité : Super vitesse
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Mer 23 Déc - 22:20

Swan & Aaron


J'écoute attentivement la réponse, pour la retenir et ne pas passer pour un idiot si jamais j'ai à ressortir ça. Ou alors je pourrais prétendre avoir une pharyngite, ou une aphonie. Ce qui, en soit serait franchement embêtant - si c'était réel - vu que j'aime bien chanter à mes heures perdues.

En parlant de ça, je suis sûre que si un jour je joue de la guitare à Swan elle sera très contente. Elle a l'air d'être le genre de fille très positive. Le simple fait qu'elle est passée une heure - plus ou moins - avec moi sans être partie est en soit un exploit. Il n'empêche que sa persévérance à payé. Je me suis ouvert à elle. Un tout petit peu, mais pour moi c'est déjà beaucoup pour l'instant.

Je me dandine un peu. La couverture au sol n'est pas assez épaisse pour que je m'y sente tout à fait bien. Je tourne la tête en faisant attention à ne pas faire tomber la tête de Swan de mon épaule et regarde le canapé derrière.

- Swan, ça te dit on va sur le canapé plutôt ? Maintenant on a plus trop besoin du feu. À part si tu veux encore des marshmallow.

Je la regarde, en attendant sa réponse. Que j'espère positive.

_________________

Oh my happy little pill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 0:08

Je me retournais vers lui suite à son "non" qui laissait sous-entendre qu'aucune contradiction n'était possible. Je le regardais, attendant qu'il développe sa réponse puisqu'avec un tel "non" je n'irai pas très loin, à part demander "pourquoi ?" et encore, ça ferait ridicule. Et sa deuxième réponse me fit sourire, à mon tour. Mais ma soirée n'était pas gâchée. Elle l'aurait été si je ne l'avais pas retrouvé, or ce n'était pas le cas. Etre avec lui suffisait. Désormais je ne demandais rien de plus. Je craignais seulement qu'il attrape la crève, mais il était suffisamment intelligent pour rentrer lorsque ce ne serait plus possible, dans ce cas là, j'étais au moins certaine de pouvoir rester aussi longtemps qu'il en avait besoin dehors. Néanmoins, sa dernière réponse resta sans réponse de ma part. Je ne voyais pas ce qu'il voulait dire par là. Je pouvais faire neiger, créer des statues de glace... Mais ce n'était pas un miracle, c'était comme un aquakinésiste qui dirigeait l'eau, rien d'exceptionnel, ni des prodiges puisque dans la boucle ça n'avait rien de hors du commun. De quoi voulait-il parler alors ? Mon caractère ? Mes réactions ?  Je réfléchissais un moment, essayant de donner un sens à ces paroles, qui demeuraient malgré tout sans. Alors je lui demandais de m'expliquer :

- Comment ça "des miracles" ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 1:31

     William observa la neige, de plus en plus engourdi par le froid, tremblant. C'était pas bon signe, les tremblements. En même temps, pour le commun des mortels (tout le monde hormis Anaïs), le froid était bien froid et le corps humain nécessitait une température un peu plus haute que zéro degré Celsius pour continuer à fonctionner correctement et durablement. C'est beau la science. William, lui, était apparemment trop bête pour obéir sagement aux lois de la nature, à moins qu'il ne se croie plus fort que la moyenne et capable d'endurer des températures extrêmes avec si peu de vêtements sur le dos. Y'en avait qui étaient bien capables de résonner ainsi. Ce n'était pas le cas de William, mais ce n'était pas pour ça que c'était moins stupide. Donc, pour la petite explication, William avait bien conscience qu'il devait se mettre au chaud, mais il ne voulait pas rentrer pour revivre ce qui venait de se passer, quand il avait tout simplement abandonner Anaïs parce qu'il était incapable de survivre quelques heures dans une pièce noire de monde, fut-ce des particuliers. ça aurait été des humains, ça aurait été exactement pareil, sa phobie ne distinguait pas les particuliers des humains, pas plus que des noirs ou des blancs, elle était universelle et laïque. ça lui faisait une belle jambe, tiens. Seule Anaïs était exemptée, et il n'avait aucune idée de ce qui avait pu se passer sur la falaise ce fameux jour pour que ça puisse être le cas. Pour qu'il y ait un déblocage, quelque part dans son cerveau surchauffé et malade, pour qu'il l'accepte sa présence comme elle avait accepté la sienne. Une preuve d'amour ? Tu parles, elle avait sûrement été là au bon moment au bon endroit, puisque c'était la seule assez folle pour fréquenter un fou désespéré. Pour croire en lui quand même lui n'y croyait plus, qui disait mieux ? Ouais, il avait trouvé la perle rare, la parfaite petite amie. Sauf quand il s'agissait de ses cicatrices, mais bon, ça, ils y travaillaient encore. Bientôt, ils n'auraient plus non plus de problèmes de ce côté-là, quand Anaïs aura accepté le fait qu'au lieu de rebuter William, ces marques lui donnaient envie de l'embrasser. Enfin non, il avait tout le temps envie de l'embrasser, mais disons que ces marques la démarquaient des autres, faisaient un peu plus d'elle la petite chose unique et blonde qu'il aimait avoir près de lui en toutes circonstances ou presque. Ouais, elle était unique, et alors ? Vallait mieux ça que de se fondre inutilement dans la masse. William ne savait pas faire les choses comme les autres, de toute façon, et Anaïs lui rendait bien la pareille.
   Elle voulait savoir en quoi elle faisait des miracles ? Oh mais, ma p'tite dame, tu es Moïse en personne, tu as soulevé les eaux troubles de l'épisode désastreux de l'invasion des Estres pour protéger William durant la traversée. Certes, quand il n'était plus avec toi, toute l'eau dégueulasse lui retombait sur la gueule, mais c'était toujours ça. Disons que, pour prendre une autre comparaison calamiteuse, que tu es son épouvantail pour éloigner les mauvais esprits, ces putains de corbeaux qui viennent bouffer ses idées, alias les graines planter dans ton champ. Elles ne germeront sûrement jamais, parce que William avait une forte tendance à ne jamais réfléchir, mais on pouvait toujours espérer maintenant qu'elles sont en sûreté grâce à toi. Maintenant que tu protèges son esprit, il faudrait lui apprendre à cogiter, non ? Qu'il lui serve au moins une fois dans sa vie.
   Ok, ok, j'exagère. William s'est déjà servi de son cerveau, même si c'est difficile à croire. Et, comme tout bon être pensant, il a trouvé une réponse pour expliquer ce qu'il avance (si si c'est vrai, quel bon garçon vraiment !) :

    « Sans toi, je s-serais plus là, tu t-te rappelles ? »

   Ouais bon, l'option « claquage de dents parce qu'il fait trop froid » a pas été désactivé, alors c'est sur que ça rend un résultat vraiment minable. Mais bon, on s'en contentera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 11:06

ça pour m'en rappeler, c'était difficilement oubliable. C'était bien une des choses qui me resterait graver pour l'éternité dans mon esprit. Ce n'était d'ailleurs pas un bon souvenir. Il était à côté du vide, moi qui avait horreur de ça, il bougeait, j'avais cru que j'allais tomber. Au final nous avions glissé, mais pas dans le vide, heureusement. Avec son état, il n'aurait sûrement pas réagi comme la fois d'avant : soit nous rattraper, nous téléporter et nous mettre en lieu sûr. Ce jour là, nous serions tombés, point final, et mort. Alors ça, oui je m'en souvenais. Je me demandais encore comment il avait pu être au bout du rouleau, au point de vouloir mettre fin à ses jours. Je n'imaginais pas qu'il en arriverait là. Mais je n'avais pas imaginé non plus qu'il déciderait de ne plus me voir avant ça. C'était prévisible, et imprévisible en même temps. On va dire que j'avais eu de la chance de passer par là ce jour là, beaucoup de chance même. A croire que quelqu'un m'avait envoyé spécialement là bas pour l'empêcher de sauter. Si c'était le cas, je le remerciais de tout cœur.
Je hochais la tête en esquissant un sourire. Là, ça pouvait être un miracle de ne pas être tombée avec lui, avec la proximité qu'il y avait entre moi, et le vide. C'était également un miracle que je ne me sois pas fixée sur la chute, incapable d'avancer plus. Pour ça, j'étais d'accord.
Il tremblait et claquait des dents, c'était bien plus visible que tout à l'heure. Son corps ne supportait plus le froid, et c'était normal. Il fallait qu'il rentre, mais il n'avait pas l'air décidé. Il ne voulait sûrement pas se retrouver dans la pièce pleine de particulier, et c'était compréhensible. Mais il ne pouvait pas rester dans le froid, ça m'étonnerait qu'il ait des chauffages dans sa cabane. Bien il ne restait qu'un endroit où nous serions au chaud, et où il n'y aurait que nous deux.

- On peut aller dans ma chambre, tu n'auras plus froid et il n'y aura personne.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 12:39

          Dans la chambre ? C'était entre quatre murs aussi, non ? Ouais mais Will, si tu veux garder tes doigts et tes orteils en état de marche va bien falloir que tu rentres à un moment où à un autre, même si l'idée te plaît pas. T'es plus à l'Institut, t'es libre d'aller où bon te semble. Et puis, il y aura Anaïs… William la regarda, en se demandant comment elle faisait pour être parfaitement à l'aise avec cette température. Son contact n'apportait aucune chaleur au jeune homme, mais n'aggravait pas non plus les choses. C'était comme si elle était faite d'un matériau invariablement constant, dont la température ne changeait pas, qui restait toujours debout quoi qu'il arrive. Il savait que ce n'était pas le cas, qu'elle était plus fragile qu'il n'y paraissait, surtout après l'Institut, lorsque le pyromane avait levé la main sur elle. Elle avait été piégé, impuissante, et il ne s'était pas arrêté malgré ses cris de douleur. William pouvait presque les entendre de nouveau. Qu'est-ce qui se serait passé s'il ne les avait pas séparé ?.. Le jeune homme frissonna, et cette fois ça n'avait rien à voir avec la température. Il ne neigeait pas souvent dans la boucle, pour ainsi dire jamais, et pour en revenir aux facultés d'Anaïs, jusqu'à présent il n'avait pas observé cet aspect de son don, sauf quand elle avait fait sortir de nul part une véritable tempête de neige. Et encore, il n'avait pas vraiment eu le temps de s’appesantir là-dessus, puisqu'il avait été pris en plein dedans. Il faisait vraiment froid, mais la beauté du paysage valait amplement le coup.
          Rentrer ?.. Et la soirée ?.. Et le bal de Noël, auquel elle avait tant voulu participé ? Elle s'était faite belle, elle y était allée, certes seule, mais William l'y avait suivi pour lui faire plaisir et être avec elle. Il ne voulait pas gâcher le bal qu'elle avait attendu, qui avait de l'importance pour elle. Sinon, elle ne s'y serait pas rendue, elle n'aurait pas insisté pour qu'il vienne, ce qu'il avait fini par faire. A quoi ça aurait servi de venir si c'était pour au final se retrouver dans la chambre, comme si c'était une soirée comme d'habitude ?.. Mais la foule, William n'était pas certain de pouvoir la supporter de nouveau, et il ne voulait pas non plus la laisser seule. Les laisser s'approcher, c'était plus qu'il ne pouvait en supporter.
         Non, ils ne retourneraient pas dans la chambre. William se leva, et tendit une main frigorifiée à Anaïs pour l'aider à se redresser. Lorsqu'elle fut debout, il respira un bon coup et rentra de nouveau dans la salle bondée.
L'énorme sapin décoré trônait au milieu de la pièce, et en face de la porte, deux escaliers, décorés pour l'occasion, partaient du sol pour se rejoindre à l'étage. Tout le monde était en bas, en les montant ils pourraient surplomber la scène tout en profitant quand même de l'ambiance. Il n'y aurait personne, William pourrait se maîtriser. Enfin, c'était ce qu'il s'efforçait de faire en longeant la piste de danse le plus rapidement possible. C'était pas facile de rester loin des gens quand ils n'étaient même pas séparés d'un mètre. William monta les escaliers, entraînant Anaïs dans son sillage. Une fois arrivée en haut, le jeune homme s'adossa à la balustrade, la jolie blonde en face de lui, reprenant son souffle. Peu à peu, la chaleur de la maison envahissait son corps, et le réchauffait. Il lui sourit.

         « Ici, on sera bien. »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 14:35

Il voulait vraiment y retourner ? Rien ne l'y obligé. Alors pourquoi ne nous téléportait-il pas directement dans ma chambre ? Il m'aida à me relever et prit la porte pour rentrer. A la place de la téléportation, nous rentrâmes dans la maison, retournâmes dans la pièce bondée puis montâmes à l'étage. Je le suivais puisque je ne n'avais aucune idée de ce qu'il voulait faire, et où il m'emmenait. J'eus bien vite une réponse, il nous arrêta à l'étage où la musique résonnait toujours, mais où tout était quand même plus calme. Nous étions seuls. Les particuliers étaient en bas, ce qui signifiait qu'il devrait pas être mal à l'aise, du moins je l'espérais. Il s'appuya contre la balustrade, souriant. Comment ne pas répondre à un tel sourire ? Je ne pus que faire de même, à mon tour, pour ensuite m'approcher de lui. Bordel qu'il était beau. Bien sur je l'avais déjà remarqué, c'était impossible de rater de telles choses, même la première fois que je l'avais vu, immédiatement je l'avais trouvé extrêmement séduisant. Alors habillé de manière beaucoup plus classe qu'à l'accoutumé, avec un sourire angélique au lèvre, et avec les lumières derrière lui, je ne pouvais qu'admirer le résultat. C'était... Wahou. Rare mais plaisant.
Je me rapprochais encore plus de lui, relevais la tête pour le regarder, tout en faisant délicatement passer mes doigts sur sa joue. Puis je l'embrassais doucement. Je m'arrêtais, m'éloignais légèrement, et dis :

- Tu devrais t'habiller comme ça plus souvent, ça te va très bien..      

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Jeu 24 Déc - 17:07

        William haussa un sourcil, perplexe. Elle faisait quoi, là, à le regarder comme ça ? Il avait un truc sur la figure ? En plus, elle s'était éloignée, alors que lui il voulait qu'elle se rapproche. Ah mais... Elle le matait ouvertement, en fait ! Bah mince alors, lui qui pensait qu'il n'y avait que lui qui était capable de regarder quelqu'un avec autant d'intensité, et de détailler son corps, il se trompait lourdement. Il se rendait compte qu'il devait regarder en permanence Anaïs comme ça, mais elle n'était nullement gêné de cette attention. Être le centre d'attention d'Anaïs, d'une Anaïs qui s'était faite belle pour lui, c'était... Étrange. Il n'avait pas l'habitude, mais il n'allait pas s'en plaindre, soyez-en surs. C'était un peu gênant, c'est tout.

         « Euh... Merci ? Tu sais, la plupart de mes chemises finissent mal en général, alors... »

         William combla la distance entre eux, histoire de pouvoir profiter pleinement de la présence de la jeune fille. Il ne se lassait pas de toucher son visage, ses traits fins, sa bouche, la fine ligne de sa clavicule dénudée par la robe. Celle-ci, qui scintillait sous ses yeux à chacun des mouvements de sa ravissante propriétaire... Il avait envie de la dévorer toute entière.

       « Disons que je la garde pour les grandes occasions. »

       William allait l'embrasser, mais à cet instant la grande horloge du salon sonna. Un coup, puis deux, puis trois, puis quatre... Ils s’enchaînèrent alors que tout le monde s'était tut, comme pour savourer ce moment passé tous ensemble dans la grande salle, à faire la fête avec ceux qui comptaient pour eux. William ne quitta pas des yeux Anaïs, un sourire toujours présent. Il se retenait pour ne pas faire de blagues stupides à propos de la belle au bois dormant. Il se demandait pourquoi tout le monde prenait ce moment avec autant de gravité, pour lui c'était un jour comme les autres dans la boucle, un trois septembre comme il y en avait toujours. Mais il respecta malgré tout l'instant. Lorsque tout le monde se remit à parler après le dernier coup de minuit, il glissa à Anaïs, moqueur :

     « Bonne année ? »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 25 Déc - 1:33

- On va essayer de la garder en bon état ce soir alors.

D'un sourire malicieux, je fis passer mon doigt du haut de sa chemise pour descendre lentement, jusqu'en bas de sa poitrine. Je relevais ensuite les yeux vers lui, en me mordant la lèvre. Quel corps ! Sérieusement, même avec les complications de son passé, et son caractère, il avait forcément du trouver d'autres filles rien qu'avec son physique. Son corps de Dieu qui ferait rêver n'importe qui d'autre. Il était grand, musclé, athlétique, avait un charme fou : soit un physique très très avantageux. J'avais envie de laisser libre cours à mes petites mains baladeuses, malgré tout je ne le fis pas. Comment le prendrait-il ? Peut-être n'aimerait-il pas, ou serait contre. Ce sujet n'avait jamais été grandement étudié. Avec sa phobie du contact nous ne risquions pas de parler de ça, quant à l'institut c'était impossible. En parler ne ferait plus mal que de bien. Alors nous nous étions retenus, même si à certain moment ça avait été les conséquences qui nous en avaient empêchés. C'était une bonne chose en fait.
L'horloge résonna dans toute la pièce avec ses douze coups nous signifiant qu'il était minuit. J'avais détourné mon regard de William, pour essayer de voir les autres particuliers en bas quelques secondes. C'était le silence le plus total. Je regardais donc de nouveau le jeune homme face à moi, ma main désormais en suspend, entre lui et moi. J'us un grand sourire face à son « bonne année ». Alors comme ça nous fêtions noël et nouvel an simultanément ? C'était que les choses allaient devenir encore plus intéressantes. Nous devrions alors doublement nous amuser et profiter ? Ce serait notre soirée où ces fêtes, dont nous n'avions plus parlées depuis belle lurette, seraient regroupées ? Pourquoi pas, même si les faire en une même soirée était assez étrange, il fallait bien profiter des décorations, de la musique et tout ce qui allait avec pour un soir : demain elles ne seraient plus là, il serait trop tard.

- Ouais, bonne année. Riais-je.

J'us un grand sourire, avant de refaire le même geste avant mes mains, en m'approchant plus des boutons qui fermaient la chemise. S'il avait peur qu'on l'abîme, il n'avait qu'à l'enlever, ça ne me gênerait pas du tout.
Heureusement qu'il n'était pas télépathe, sinon je n'osais même pas imaginer la tête qu'il me tirerait. M'enfin, quel était le problème ? Il avait sûrement déjà eu de telles pensée envers moi, également. C'était dans la nature de l'Homme.
Toujours aussi proche de lui, je le fixais encore.

- Si je te dis que j'ai envie de toi, tu me réponds quoi ? Murmurais-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 25 Déc - 4:24

          Elle faisait quoi, là, elle le chauffait ? Parce qu'il ne savait pas comment l'interpréter différemment, elle avait l'air de faire ça sans y penser, elle ne le touchait même pas mais ça suffisait pour éveiller en lui des envies peu catholiques. Après l'épisode bonne année – bah oui, pourquoi ne pas souhaiter le nouvel an, après tout ils ne savaient même pas si dans le présent c'était vraiment le 25 décembre, alors ils pouvaient tout aussi bien fêter Halloween ou la St Patrick, sans la neige cependant – elle recommença, cette fois avec plus d'insistance. Merde, mais elle voulait vraiment lui faire perdre les pédales, ou quoi ? Parce que là, il se retenait pour ne pas lui sauter dessus. Ça pouvait tout aussi bien ne rien signifier pour elle, alors que lui avait déjà l'esprit échauffé par la simple possibilité qu'elle en ait envie, là, maintenant. Il ne fallait pas grand-chose pour que William trouve Anaïs désirable, alors la sentir jouer avec les boutons de sa chemise… Ouais, elle allumait en lui un désir si longtemps refoulé à cause de sa phobie du contact – et à cause des événements qui se mettaient si souvent en travers de leur route. L'Institut, sa maladie qualifiée de folie, qui ressemblait plus à la peste qu'autre chose.
           Cette phrase… Si William fut surpris, il eut un temps de réaction digne des plus grands records, la couvant d'un regard lubrique. La tenue d'Anaïs qui la mettait en valeur, son air mutin, comme si elle jouait avec lui en sachant très bien mener la danse, ses joues rosies par la chaleur de la pièce, la lueur presque fiévreuse de ses yeux bleus, qui le narguait, le défiait d'aller plus loin, d'oser encore... William était certain qu'elle ne se rendait pas du tout compte de l'effet qu'elle pouvait produire sur les hommes, à moins que ce fut tout l'inverse et que justement, elle en avait soudain une parfaite conscience. En tout cas, Anaïs lui dévoilait une nouvelle facette de sa personnalité, une femme affirmée qui n'avait pas froid aux yeux. Une femme fatale au physique de rêve, qui ne demandait qu'à être dévoilé. William se mordit la lèvre. Si elle voulait jouer à ça avec lui, elle risquait de le regretter, le jeune homme n'était pas connu comme un modèle de self control. Peut-être que c'était exactement ce qu'elle voulait, et malgré la promesse qu'il s'était fait d'y aller doucement avec Anaïs, mais c'était bien plus difficile de lui résister que prévu. Respire, Will, le but est que sa première fois soit un minimum appréciable, pas que tu te jettes sur elle. Mais comment elle l'allumait !.. Et puis merde, il n'avait jamais été doué pour canaliser ses émotions.
          Elle demandait vraiment ce qu'il répondrait ?.. Dans ce cas-là, c'était pas une réponse qu'elle attendait, c'était de l'action. S'il en avait envie ? Oh que oui, depuis semblait-il toujours.
William l'embrassa sans préambule, mais ce n'était plus un toucher rempli d'amour, c'était un contact fiévreux, ampli de promesses et de certitudes. Il voulait aller plus loin, maintenant, il brûlait de désir pour elle, et tandis que leurs langues se battaient pour avoir le dessus, les mains de William parcoururent le corps d'Anaïs, effleurant ses formes, touchant ses hanches, frôlant sa peau découverte par la robe qui commençait à devenir gênante, et commencèrent à s'activer dans son dos pour lui ôter son corsage. Le jeune homme avait retenu la leçon après l'Institut, il voulait avoir Anaïs pour lui tout seul, il les téléporta dans le couloir tout proche, hors de vue, la jeune fille contre le mur tandis que ses doigts s'affairaient, agiles. Punaise, ce vêtement lui allait à ravir, mais c'était tout de même pas le truc le plus simple à enlever. Pas grave, il pouvait en profiter pour parsemer la peau d'Anaïs d'une nuées de baisers, avant de songer à la téléporter une nouvelle fois plus loin dans le couloir. Il ne pouvait pas se concentrer sur son don, occupé à ravir le plus pleinement possible la jolie femme entre ses bras, qui ne restait pas inactive de son côté. William les téléporta une nouvelle fois et ils apparurent dans un couloir, à quelques mètres de la porte de la chambre d'Anaïs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 25 Déc - 10:46

Il ne pouvait pas avoir une réponse plus précise que ce qu'il venait de me donner. Je ne demandais que ça. Je frémis en sentant ses mains caresser ma peau, se balader comme bon lui semblait. Je savourais chaque moment où sa paume entrait en contact avec mon corps, où ses baisaient devenaient plus fougueux, où il se détachait pour me toucher toujours plus. C'était la première fois, oui, et ce début me plaisait énormément. Il me dévorait la bouche et j'aimais ça. Il se collait à moi, j'adorais ça. J'étais à lui, et lui à moi. Sans comprendre ce qui nous arrivait, je me retrouvais contre le mur du couloir, et non plus à côté de la salle où se déroulait la fête. Je ne faisais aucunement attention aux décors autour de nous qui changeait relativement souvent. Je savais qu'il nous téléportait, on ratait rarement cette sensation qui m'était devenue familière. Mais j'étais beaucoup trop appliquée à répondre à nos désirs que le reste passait à la trappe. Mes mains coururent le long de son torse, jusqu'à atteindre les premiers boutons, afin de lui enlever sa chemise. Un... Deux... Je relevais des yeux comblés vers lui. Puis tout chuta.
Le mur dans mon dos, ses mains qui me parcouraient. C'était comme l'institut. La ressemblance entre les deux moments étaient trompeuses, et je sentais déjà ma future réaction. Mais non, je ne voulais pas le revoir, je ne voulais pas brûler au véritable feu du particulier. Je ressentais déjà ma peau grésiller aux contact de ses mains. Ce n'était pas possible ... J'arrêtais tout mouvement, les yeux clos. Il suffisait de les éloigner, les sensations, comme les souvenir. C'était William, pas le pyromane. William. Maintenant que nous étions lancés je ne désirais pas l'arrêter, même si mon malaise se faisait de plus en plus grand. Évidement je parvenais à le camoufler. Que croyez-vous que j'avais fait pendant ces journées à l'institut ? Une vive lueur de peur s'était allumée dans mon regard pour disparaître aussitôt, sans qu'il s'en aperçoive. Je pouvais me contrôler, j'étais en mesure de me reprendre, j'avais longtemps essayé, seule dans la chambre. J'étais bien obligée, je serais devenue folle si j'y avais pensé durant tout mon séjour là-bas. Mais ses gestes, ce contact... Trop en même trop, encore trop récent. Ma peau me picotait aux endroits où les brûlures avaient été les plus intenses, elles remplaçaient les brûlures, elles me signifiaient qu'elles étaient là, présentes, qu'elles resteront à tout jamais gravées comme le symbole de ce fameux jours.
Je me vidais l'esprit, crispée, puis me détendais pour faire comme si ne rien n'était. Tout allait bien, c'était William. Je devais bien trouver une solution pour me convaincre. Pour le moment, j'arrivais à garder la raison, m'assurer que c'était William. Mais si je n'y arrivais plus ? Cet enfer... Je ne désirais plus y penser, malgré tout il l'occupait l'esprit, me torturait comme le pyromane l'avait fait. Il... M'empêcher de faire le moindre mouvement. Ma respiration s'accélérait, pas à cause de lui, de ce qu'il faisait, à cause de ce qui arrivait. De la panique qui revenait à la charge, je n'étais pas certaine que le jeune homme s'en rende compte.
Toujours crispée, je rouvrais lentement les yeux, par peur de revoir le visage du pyromane. Bien heureusement ce ne fut pas lui. Je n'allais pas pouvoir supporter s'il continuait ainsi.

- Doucement William, je t'en supplie...


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 25 Déc - 15:47

            William ne vit pas le trouble d'Anaïs, n'entendit pas sa supplique, ne perçu pas son malaise croissant. Tout ce qu'il cherchait à faire, c'était lui enlever cette fichue robe, pour qu'elle soit plus libre de ses mouvements, et lui surtout plus libre de la toucher à sa guise. A vrai dire, il se retenait de la lui arracher, les liens entrecroisés dans son dos lui donnait du fil à retordre et le jeune homme était plutôt pressé. Mais Anaïs n'apprécierait sans doute pas ce geste commis dans l'urgence de la situation, et William ne disait pas non pour la revoir dans cette tenue, ce qui serait impossible s'il l’abîmait. En tout cas, Anaïs ne la garderait pas longtemps, c'était une certitude. Mais il n'allait pas rester dans le couloir. Reprenant ses mauvaises habitudes, William l'embrassa de nouveau, avec plus d'hardeur, plus de hargne. Il les téléporta à nouveau, cette fois dans la chambre, et le vide s'ouvrit derrière Anaïs qui bascula sur son lit. Le jeune homme la contempla quelques secondes, allongée, offerte, sa robe à peine desserrée ne demandant qu'à être totalement enlevée, ses jupes étalées sur les draps, scintillantes dans la pénombre. A cet instant, il ne se préoccupait pas de ce qu'elle pouvait ressentir, non, il admirait son corps dans son intégralité. Mon Dieu qu'elle était belle ! William avait l'impression qu'on entendait que les battements affolés de son cœur dans le silence presque religieux de la pièce. L'hommage muet à la beauté d'Anaïs prit fin aussi vite qu'il était apparut, et William se pencha vers elle, remarquant tout juste un détail gênant, un je-ne-sais-quoi qui flottait dans l'air et qu'il ne chercha pas à décrypter avant de l'embrasser, avec plus de tendresse.
          Il devait se retenir, résister à l'envie qui lui donnait envie de plus, de beaucoup plus. Une petite voix lui soufflait que c'était la bonne chose à faire, que la patience était sa meilleure arme pour que ce moment dure, qu'ils en profitent tous les deux. Tout en elle attisait la flamme, et oui, il avait envie de lui faire profiter à la fois tendrement et sauvagement. Pour d'autres ces deux adverbes pouvaient être diamétralement opposés, pourtant dans le cas de William ils se mêlaient pour former un ensemble instable, une alchimie dangereuse. Peut-être était-ce sa nature, puisqu'il était en permanence écartelé entre une fureur aux origines obscures, et son amour pour Anaïs, de connaître successivement le meilleur et le pire.
Et apparemment, c'était l'heure du pire.
          La robe d'Anaïs lui fut finalement enlevé, avec précipitation mais sans violence, glissant au sol aussi silencieusement avec un froissement discret, et William se délecta de la vue qu'elle lui offrait, du fait de pouvoir la toucher librement, la sentir... Ses doigts glissaient sur la jeune fille, s'attardant un instant sur son visage en un contact aussi doux que possible, puis poursuivirent leur exploration en descendant plus bas, vers la dernière bande de tissu bordée de dentelle qui, avait sa culotte, la couvrait encore. Il dessina ses courbes par-dessus le tissu, avide de la contempler dans son ensemble, sans brusquer les choses malgré tout. Il cachait mal son impatience, son désir, son besoin de partager ce moment avec elle, son plaisir de se savoir le premier.
         Jusqu'à ce que tout s'effondre.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Ven 25 Déc - 18:27

Zen, tout allait bien. Nous étions dans la boucle, il n'y avait aucun danger, William était là. Après avoir répétée cette phrase une bonne trentaine de fois dans ma tête, je fus en mesure de reprendre le dessus. Le calme revenait, aucune image ne se superposait au présent. La réalité s'offraient à moi, nouvelle, pleine de découverte. Encore un peu tremblante, les dernières marques de ma panique disparurent plus au moins rapidement. Néanmoins, je remarquais que le jeune homme ne s'était absolument pas repris lorsque je le lui avais demandé. M'avait-il au moins entendu ? Il y avait de grandes chances pour que non, ne m'ait pas entendu. Je m'étais débrouillée, ce n'était plus un problème. Plus qu'à espérer que cet étouffement ne revienne pas d'ici peu.
Je sentais les mains du jeune homme travailler dans mon dos, puis d'un coup, ma robe se desserra. Après mon angoisse, j'avais décroché de ce que je faisais, jusqu'à ce que je vois son torse à moitié nu devant mes yeux. Cette simple vision me laissa sans voix. Je l'avais déjà vu, mais jamais d'aussi près, ni avec la possibilité, plutôt l'audace de tendre la main. Cette fois je ne me gênais plus. Les derniers boutons partirent plus bien rapidement que les premiers, tandis que mes mains passèrent sur la peau douce de son torse. Des caresses délicates, qui suivaient tantôt ses muscles bien formés, tantôt les cicatrices que le rendaient d'autant plus sexy.  
Je fus alors surprise de ne plus sentir le mur dans mon dos. Celui-ci fut remplacé par le vide, qui à son tour fut échangé par un lit. William, au dessus de moi, me fixait, je faisais de même, incapable de détacher mes yeux de lui, un fin sourire aux lèvres, ma poitrine s'abaissant et se relevant rapidement.
Un nouveau malaise prit possession des lieux. Ma robe était tombée, ses doigts parcouraient ma peau blanche, où mes propres cicatrices refaisaient surfaces. Elles étaient moins voyantes, et pour la plupart invisible, pourtant d'autres persistaient encore. A ce malaise s'additionna une gêne, et une peur. C'était la première fois qu'il me voyait ainsi (sans aussi peu de vêtement sur le dos) ainsi que ces autres marques. Le malaise s'amplifia de nouveau, lentement. Je ne me rendis compte que je divaguais que lorsque l'homme en face de moi s'estompa pour ne devenir qu'une ombre sans grande importance, lorsque je sentis une odeur de brûlée, créée par mon esprit, lorsque ces mains changèrent de propriétaire. Il était trop tard. La scène était là, le cauchemar et l'homme en face de mes yeux, il venait de remplacer William. Ses doigts continuaient leur route, cette fois j'étais déjà déshabillée, il n'y avait aucun tissu pour me protéger un minimum de sa chaleur. Ses paumes allaient chauffer, c'était certain. Je n'étais pas capable de revivre ça.

- ARRÊTEZ !

Je reculais la main de mon corps avec dégout, tout en m'éloignant brusquement de l'homme, pour me mettre contre la tête de lit, à l'opposé de lui. Il devait avoir le plus de distance possible entre moi et lui. Je ne pouvais pas être plus vulnérable : en sous-vêtements, face à lui, il m'avait, d'autant plus, déjà touché.

- N'approchez pas, non, n'approchez pas, ne me touchez pas, pas ça, pitié...    

Je tremblais de terreur, avec de grands yeux emplis d'effroi. Mes mains devinrent plus froides, le drap sur lequel j'étais fut recouvert d'une fine couche de givre. Mes yeux posés sur l'homme que je ne reconnaissais plus, je serrais mon poignet de mon autre main, au bord des larmes.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 11:07

          Elle hurla. William ne comprit pas, n'eut pas le temps de comprendre. Comme par réflexe, il leva les yeux vers Anaïs. Il n'aurait pas dû. La panique animait ses yeux, son visage était déformé par un dégoût si puissant qu'il atteignit William en plein cœur. Celui-ci recula en trébuchant, manqua de glisser sur la robe à terre, se reprit. L'horreur, ce qu'elle voyait... C'était lui, juste lui. Le visage du jeune homme, incapable d'exprimer ce qu'il ressentait, afficha durant une poignée de secondes toute la tristesse du monde quand il comprit que c'était bien lui, l'objet de son écœurement. Il avait beau savoir qu'il n'en était pas la cause, juste une victime intermédiaire en attendant que les cicatrices douloureuses d'Anaïs se referment, ça n'aidait pas du tout. Ça ne changeait rien aux événements. C'était bien lui et son toucher qui la mettait dans cet état. D'un seul coup, il se retrouva en plein cauchemar. Qu'est-ce qu'il avait ? Pourquoi le regardait-elle comme ça ? Il avait envie de s'arracher le visage à coups d'ongles s'il le fallait, juste pour qu'elle arrête de de le voir comme ça, pour ne plus à avoir à supporter le regard affolé qu'elle portait sur lui. Pour qu'elle le reconnaisse, pour que tout redevienne comme avant. Il avait l’impression de se voir dans une glace, de reproduire le même schéma encore et encore, que l'épouvante ne quitterait jamais sa vie, que l’écœurement qu'elle ressentait était un écho du sien, à chaque fois qu'il touchait quelqu'un. Mais Anaïs était censée être épargnée ! Il s'était perdu, et la voir ainsi réveillait des blessures chez lui qui ne s'étaient jamais refermées. William baissa les yeux vers ses mains, s'attendant à les voir colorées de rouge, d'un rouge qui couvrirait tout, Vince, les soldats, et maintenant Anaïs. Qui éclabousserait les murs, qui répandrait la mort, qui s'afficherait avec sarcasme comme un étendard au-dessus de lui. C'était comme lorsqu'elle l'avait repoussé à l'Institut, mais en bien pire, parce qu'il lui avait dévoilé son être durant l'instant d'intimité précédent. Tous ceux que tu touches finissent forcément comme ça, pourquoi Anaïs devrait être l'exception, abruti ? Tu vois pas que si tu peux la toucher, c'est pour mieux l'atteindre, pour mieux lui faire mal ? Tu t'es jamais posé la question, hein ? Tu voulais y croire, et puis c'est tout. Tu vois où ça t'a mené, de vouloir trop au mauvais moment. Elle avait été d'accord. Elle était d'accord, c'était pas de sa faute. Oui, mais elle ne pouvait pas savoir que ce que tu lui ferais la rebuterait à ce point. L'esprit de William vacilla. Il avait envie de vomir tant son dégoût pour lui-même était grand. Non, ne bascule pas encore une fois. Tu n'as pas le droit. Elle a besoin de toi. Mais pour l'instant, je suis son plus grand cauchemar. C'est pas possible, je lui ai transmis ma malédiction, je...
         Non. C'est l'autre qui lui a fait ça, pas toi. Le jeune homme détacha le regard de ses paumes vides, les mêmes qui avaient fait hurler Anaïs. La voix de sa fureur criait vengeance en lui. William se sentit trembler, non pas de peur, mais de colère, de frustration. Pas seulement sexuelle, même s'il y avait un peu de ça aussi. Il était frustré car ils partageaient un bon moment, que cette fois-ci était censée être inoubliable, tant pour l'un que pour l'autre. Mais tout avait été gâché. Pas par elle, elle n'y pouvait rien, et William ne lui en voulait pas. S'il ne savait pas ce qu'il s'était passé dans sa tête, il avait vu sa détresse quand il l'avait arraché à ses griffes. Il était furieux contre le pyromane qui en avait réchappé alors qu'il méritait de mourir pour ce qu'il avait fait, pour les blessures qu'il avait ouvert en Anaïs. Furieux contre lui-même aussi, pour n'avoir pas vu qu'elle ne voulait pas. Il y avait forcément eu un moment où il avait raté quelque chose, un avant-signe, qui lui aurait évité de revivre sa tragédie personnelle. C'est ça, Will, alimente ta colère, sert-en pour repousser la peine qui t'anéantira si tu la laisses faire. Laisse-la tout détruire sur son passage si ça peut t'aider à ne pas couler. Mais la colère menait elle-aussi à ses démons, il fallait qu'il la contrôle, qu'il l'utilise sans la laisser le contrôler. Mais l'avion était lancé, et l'éminence de l'attaque était proche. Anaïs ne devait pas assister au bombardement, à toute cette destruction qu'il s'infligerait malgré lui parce qu'elle l'avait repoussé.
           Peut-être Anaïs lut-elle le combat en lui, entre la peine et la colère, là où toutes les voies menaient à la souffrance. Peut-être que, toute à son horreur à nouveau vécue, elle n'en vit rien au contraire, ou l'interpréta mal. Dans tous les cas, William n'avait pas le droit de l'exposer à ça. Il devait l'aider, pas l’entraîner avec lui. Avec un regard brûlant de haine, William quitta la pièce en claquant la porte derrière lui.
         Quelqu'un qui n'avait pas vécu ce qu'il avait vécu serait resté près d'elle, aurait séché ses larmes, attendu qu'elle se calme pour l'approcher. William en était incapable.


Dernière édition par William O'Leary le Sam 26 Déc - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 32
Date d'inscription : 19/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Tyler Posey
Âge : 20 ans (physical), 24 (reality)
Particularité : Maitrise de la lumière.
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 12:47

Arizona R. White a écrit:
Aiden & Arizona.


    Je me regardai dans le miroir de ma chambre. Je regroupai mes cheveux sur mon épaule droite, puis laissai tomber mes bras le long de mon corps. La dernière fois que j'avais porté une robe, c'était pour le mariage de mon cousin. Cela faisait parti de ma vie d'avant. Je n'avais pas l'intention d'y repenser, pas maintenant. La robe que je portais était d'un blanc pur, cintrée d'une ceinture noire cousue au tissu. Bustier, elle m'arrivait aux genoux. La "jupe" était faite de tulle, ce qui donnait du volume. Depuis je ne savais combien de temps, je me trouvais jolie. J'espérais qu'Aiden me trouve jolie. Il fallait que je sois à la hauteur. A côté d'un jeune homme aussi charmant que lui, je ne pouvais pas ressembler à n'importe quoi. Cette tenue était discrète, cela me correspondait bien. Je ne voulais pas que tout le monde me remarque, je voulais me fondre dans la masse. Je souhaitais que seul Aiden me regarde.Aiden. Noël. C'était sans doute son dernier. Par la suite, je ne le reverrai que très peu. Voir pas du tout... Je soupirai. Il avait fait son choix, il allait partir et cela ne servait à rien d'essayer de le retenir. Ça ne servait à rien de se lamenter. C'était ce qu'il voulait, et je devais l'accepter. Je pris des mèches de cheveux de chaque côté de mon visage et en fit une tresse. Au bout de quelques minutes, je les regroupai à l'arrière de ma tête grâce à une barrette. Je remis mes cheveux sur le côté. Je n'étais pas du tout bonne coiffeuse. A l'école, quand quelqu'un me demandait de le coiffer, je me contentais juste de brosser les cheveux jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un nœud. A côté de ça, j'étais complètement nulle. J'ouvris un tiroir de la commode et sortis le collier de ma mère. Avant de partir pour la boucle, j'en avais hérité. Il était tellement magnifique que je me devais de le porter, ce soir. Quelqu'un toqua à la porte. C'était sûrement Aiden. Je mis mes chaussures blanches qui avaient de légers talons, et me dirigeai vers l'entrée. Je remis mes cheveux en place et dépoussiérai ma robe -c'était bien la première fois que je faisais ça, avant d'ouvrir la porte.- Salut ! dis-je, émerveillée de le voir dans cette tenue.


J'esquissai un sourire. Il se voulait timide mais en fait, j'étais certain qu'il s'étendait jusqu'à mes oreilles. Arizona était belle. Je n'avais pas l'habitude de la voir comme ça, et cette robe lui allait merveilleusement bien. Je soupirai, avant de me rapprocher d'elle pour lui faire la bise.

- Tu es magnifique, ma belle, murmurai-je.

Et c'était vrai, elle était impressionnante, vêtue comme ça. D'une beauté à faire pâlir les plus grandes stars. Arizona était mon étoile, et pour moi c'était la femme idéale. Elle était parfaite à mes yeux.

- Tu aimes mon costume ? Je l'ai sorti pour que je sois à ta hauteur, avec une telle beauté il faut que le cavalier soit plutôt pas mal..., rigolai-je.

C'était bon de plaisanter avec Arizona. D'être avec elle, tout simplement. J'eus soudain envie de l'embrasser, mais pas un de ces baisers furtifs. Un vrai, quelque chose dont elle se rappellerait. Je voulais qu'elle se souvienne de cette soirée toute sa vie. Je l'enlaçai à la taille, et tout en caressant son dos du bout de mes doigts je posai mes lèvres sur les siennes. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. J'eus l'impression que le temps s'était arrêté, que nous étions seuls au monde. Seuls sur des nuages.

- Viens, on va en bas, danser un peu.

Je pris sa main en souriant. Grâce à elle je vivais, et non survivais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1056
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 17:02

L'homme s'éloigna de moi, du lit. Je le regardais, comme une proie qui venait d'être capturée, faible, démunie, apeurée, terrorisée. Il était là, ne bougeait pas. Moi non plus, mais je remarquais qu'il ne me fixait plus, non, il regardait ses mains. Qu'avaient-elles ? Ne se rendait-il pas compte de la douleur qu'elles étaient capable d'insuffler ? Ne comprenait-il pas que j'en souffrais à chaque fois ? L'odeur de bougie que l'on venait d'éteindre s'estompa peu à peu, comme si un coup de vent venait d'emporter toute les émanations cauchemardesques de celle-ci, afin de afin de rendre mon air plus respirable. Mon cœur ne ralentissait pas pour autant. Ma peur restait présente, indélébile sur mon visage pâle, comme mes marques sur les bras. Elle était là, et on ne pouvait rien y faire.
Ce n'est pas lui. Tu vois bien que c'est William.
En fait, moi je pouvais faire quelque chose. Comme j'avais longuement essayé de le faire durant mes journées à l'institut : reprendre le contrôle de soi-même. Je comptais bien le refaire ce soir, peu importait que je ne dorme pas de la nuit. Je sursautais en relevant les yeux, le jeune homme venait de sortir en claquant la porte derrière lui. Il fallait que ça marche. Si ça fonctionnait avant pourquoi ça changerait ? Il était parti, la pièce allait être calme, c'était peut-être mieux ainsi. Je fixais la porte un long moment, immobile dans l'obscurité de la pièce. Le silence après mes cris étaient revenus, j'entendais à peine les rire dans la salle en bas. J'étais seule.
Près de dix minutes plus tard, je fus en état de réfléchir correctement, la première solution était de s'habiller. Rester en sous-vêtements dans sa chambre, même si j'étais seule, n'était pas la meilleure idée du siècle. Je me levais lentement et m'approchais de mon armoire. Dedans je pris un jean au hasard, au ton blanc cassé, avec un pull chaud que je pourrais toujours enlever par la suite, pour ça, je pris un t-shirt en plus à mettre en dessous. Je rentrais dans la salle de bain en vitesse, déposais les vêtements sur le porte-serviette puis m'approchais de l'évier. L'eau coula, froide, je créais un petit ravier grâce à mes mains, puis me mis l'eau récoltée sur le visage. Mon rythme cardiaque reprit une allure normale, quant à la peur elle s'effaça doucement de mon visage. Je gardais tout de même une allure peu... Rayonnante. Ça ne respirait pas la joie de vivre tout ça. Mon regard perdu me surprenait moi-même. Je n'avais jamais pris le temps de me regarder dans la glace à l'institut, je ressemblais vraiment à ça après chaque épisode similaire ? Mes yeux faisaient peur à voir, ils étaient déjà clairs, alors avec cette couche de mal-être en plus, ils devenaient ternes, sans aucun éclat. Même ma peau prenait une teinte à faire peur. Je devais vraiment arranger les choses. Comment William avait-il fait pour supporter ses cauchemars aussi longtemps ? Je me sentais déjà au bout du rouleau, en espérant ce ne soit qu'un état passager, dû à la fatigue et à cet événement. Avec un grand soupir je commençais à m'habiller.

Lorsque je rouvris la porte, la pièce était toujours vide, pas de William à l'horizon. C'était mieux ainsi, je ne voulais pas qu'il m'accompagne, de toute façon j'allais dans le froid, il ne tiendrait sûrement pas le temps nécessaire dont j'avais besoin. Je préférais ne pas me sentir obligée de rentrer à mon tour parce qu'il avait froid. Je pris ma cape me servant de manteau, l'attachais et sortais enfin de la chambre, en refermant la porte derrière moi.
Les couloirs étaient déserts, sombres dans la nuit. Toutes les lumières étaient éteintes. Ce n'était pas très festif ici. Bon, de toute façon je n'avais ni envie de rire, ni de sourire, juste de résoudre ce foutu problème. Je comptais passe par la porte de derrière, par peur de rencontrer des gens et leurs questions, ainsi que William. Je me mis même à courir dans les couloirs de la maison pour atteindre l'extérieur au plus vite. Les cuisines étaient vides, et la porte pas fermée à clé, heureusement. Je la refermais directement derrière moi pour ne pas laisser entrer l'air froid de la neige. Mon souffle formait de fins nuages blancs dans l'air, les étoiles scintillaient dans la voûte, le paysage était apaisant. Mes bottes aux pieds, je m'enfonçais directement dans la neige blanche pour m'éloigner de la maison. Je voulais être seule, loin de tout et de tout le monde. Ce qui était assez facile, la plupart des particuliers étaient dans la salle, ou du moins dans un endroit chaud. Qui chercherait à se balader dans le noir, dans le froid, alors qu'il y avait une fête, qui plus est à l'intérieur ? Autre que moi ? Je courais, mes pas laissant des traces dans l'étendue blanche, vers le bord de la forêt, là où naissaient les premiers arbres. Je serais au calme, avec un peu de chance William n'y sera pas. Les premiers signes de la forêt apparurent dans mon champ de vision, je décidais qu'ici, ce serait bien. Pas un seul bruit, même les oiseaux s'étaient tus, ne venait briser le silence. C'était beau, blanc, froid. Chez moi en somme, pas si différent qu'à l'institut.
Je m'arrêtais entre deux arbres, créais une sorte de banc et m'assis dessus en priant pour ne pas être dérangée. Les coudes sur les genoux, la tête baissée vers le sol, je fixais les flocons scintillants du sol. Il avait cessé de neiger depuis longtemps, dommage, j'aurai aimé voir ceux tomber du ciel. Ils étaient toujours propres, presque doux au toucher... Je soupirais bruyamment et me vidais l'esprit. À cause de ce cauchemar j'avais tout arrêté. William avait du reculer alors que... Nous voulions... C'était triste, mais pas étonnant. J'aurai du m'en douter, le prévenir, lui dire. Je n'y avais pas pensé, c'était pourtant tellement prévisible. La première fois que les gestes se ressemblaient autant, il était évident que mon esprit ne supporterait pas. Au début j'avais réussi, j'avais su tenir dans cette situation, mais ça n'avait plus été possible par la suite. Ce serait mieux pour tout le monde que je me débarrasse de ça une bonne fois pour toute. Le problème était que je ne savais pas comment. J'avais fait tous les efforts possibles, je m'en croyais débarrassé, finalement il revenait au galop à ce moment. Je me sentais désormais coupable. C'était ma faute si nous n'avions pas pu continuer, entièrement ma faute, et celle de ce souvenir. Je m'en rendais compte maintenant.
Je me mordais la lèvre, quel cercle, nous n'en sortirons jamais ou quoi ? D'abord lui, maintenant c'était moi. Au moins il pouvait le toucher, je devais remercier les Dieux pour ça ? À croire que nous n'en sortirons jamais. Je m'allongeais sur le banc, les bras derrière la tête, le visage tourné vers le ciel légèrement caché par les branches des arbres. Mon souffle était calme, à la différence de tout à l'heure, au moins ça allait mieux. Je me sentais bien ici, dans un univers froid. Mes nerfs avaient été de nombreuses fois sauvé grâce à ça dans l'Institut. J'allais rester là, je n'avais aucune envie de retourner dans la chambre ou de voir William (ce qui était rare voire une première) pour le moment. Paisible, je me reposais sans m'endormir pour autant. J'en étais bien incapable pour le moment .

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 23/05/2015

Feuille de personnage
Avatar : Cameron Dallas
Âge : 20 ans réellement, 18 ans physiquement
Particularité : Empathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 18:10


Enora et Alex.

Je suis soulagée qu'elle ne se soit pas éloignée de moi et ce qu'elle dit me donne de l'espoir.
Si c'est vital pour elle qu'on s'aime, qu'elle me pardonne, de mon côté je ne me vois plus vivre sans elle. C'est comme si à partir du moment où nos lèvres s'étaient rencontrées je ne pouvais plus me passer d'elle. Parce qu'elle est géniale. Elle m'a vraiment changé et c'est l'une des rares personnes avec laquelle je peux vraiment être moi même. Je ne sais pas, c'est étrange comme sensation. Je la comprends et j'ai l'impression qu'elle me comprend aussi. Comme si on était "connectés". Enfin je ne sais pas, peut être que c'est le froid qui me monte à la tête, que je me fais des idées. Mais franchement je ne pense pas. Je pense pas que nous deux ça soit anodin. Et pour finir je pense pas pouvoir l'oublier un jour.

Elle a cette capacité à me faire perdre tous mes moyens et en même temps à me mettre en confiance. Elle fait ressortir ma vraie personnalité. Pas le mec renfermé sur lui et un peu maladroit.

- Finalement j'ai bien fait de te laisser t'assoir sur mon banc, soufflais-je en souriant.

D'accord, là c'est sûr le froid a grillé certain de mes neurones. Les mots ont dépassés mes lèvres sans que je puisse réfléchir à leur sens. Bon tant pis, je n'ai plus qu'à prier pour qu'elle n'ai pas entendu. Je soupire et un nuage de fumée blanche sort de ma bouche pour aller se perdre dans la nuit. Je souris comme un gamin en me disant qu'on dirait que je fume. [i]Alex, le froid te rend stupide.[/b] pensais-je. Ma peau se couvre de chair de poule et je ne peux réprimer un frisson. J'espère qu'elle ne s'en rendra pas compte parce que je veux qu'on reste tous les deux comme ça, l'un contre l'autre.

_________________

Gifs and pictures **:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 18:55

      Il fallait qu'il sorte. Il fallait qu'il respire normalement, qu'il se calme, et il en était incapable dans les endroits clos qui le rendaient par nature nerveux. Il était possible qu'il soit claustrophobe, si la claustrophobie pouvait s'attraper à la suite d'un traumatisme. Bref, il voulait voir la forêt, sentir l'odeur des pins marins et de l'herbe après la pluie. Il fallait qu'il... Quand il serait dehors, tout irait bien. Il fallait qu'il se focalise là-dessus. Désorienté, il déboula en haut de l'escalier, avant de reculer en fermant les yeux. Les lumières le bruit... Le bal, il l'avait oublié. Il ne pouvait pas accéder à la porte. Personne ne l'avait vu, il ne voulait pas côtoyer la foule, c'était trop pour lui, il recula de nouveau, vacilla, son dos rencontra un mur et il s'appuya dessus. Il reconnaissait cette sensation, il avait l'impression de crever à petit feu, comme après l'un de ses cauchemars. Pourtant, ce n'était pas lui qui avait cauchemardé éveillé, mais Anaïs. C'était Anaïs, c'était Anaïs... Elle avait hurlé quand il l'avait touché, comme les autres, comme tous ceux qui avaient crevé dans d'horribles souffrances. Elle avait eu la même tonalité de ceux qui voient leurs morts arriver. Mais elle n'est pas morte. Elle n'est pas morte, William, elle est vivante, bien vivante. Ça le fit réagir. Il était hors de question qu'il se laisse gouverner par ses fantômes, là, il avait le choix, pas comme dans ses rêves dont les commandes lui échappaient inexorablement. Bouge, William ! Trouve la sortie, ou tu vas vraiment, vraiment te sentir mal. Trouve-la !
       William se redressa, repartit dans l'autre sens, s'arrêta et sentit la colère reprendre le dessus, s'accrocher à son esprit, colorer sa vision de son voile rouge. Il avait envie à la fois de tout casser et de s'effondrer sur place en chialant comme un môme, c'était assez déstabilisant. Il préférait encore tout casser, au moins ça lui permettrait de trouver la sortie. William finit par débouler dehors, et s'accouda à la balustrade, avant de tourner les talons et de frapper un grand coup dans le mur. Aïe. Ça faisait mal, il espérait que la douleur lui éclaircirait les idées, mais en fait non, pas du tout. Merde, merde, merde, MERDE ! Tout lui rappelait Anaïs et ce qui venait de se passer, la neige couvrait le paysage, c'était sa magie, sa putain de magie ! William étouffa un grognement et fixa sa main blessée quelques secondes, en pensant à ce qu'Anaïs aurait dit. Il fit craquer les jointures de ses doigts, et remarqua vaguement qu'il n'avait rien de cassé. A nouveau énervé et incapable de tenir en place, William résista à l'envie de mettre un autre coup dans le mur, parce que celui-ci était plus dur que ses os et qu'il avait encore besoin de ses mains, et s'assit par terre, contre le mur de la maison, sous le porche qu'ils arpentaient encore tous deux il y a quelques heures. Il sortit un couteau et se mit à le faire tourner entre ses doigts, incapable de faire le vide dans son esprit, et remarqua enfin le type qui le regardait, interloqué, juste à côté de lui.

       « Quoi, un problème ? » fit William, hargneux, en le fusillant du regard.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 21:44

En restant dans la boucle, j'ai fini par perdre la notion du temps. Alors apprendre qu'aujourd'hui était l'équivalent du jour de Noël m'a surpris et m'a fait réaliser que finalement le monde continu de tourner au dehors de la boucle. Ensuite, en voyant de la neige par ma fenêtre, j'avais sourie comme un gamin, en me persuadant que de toute manière personne ne pourrait me voir. Autant dire que j'adore la neige. J'avais ouvert ma fenêtre, et, en ignorant le froid glacial, j'avais passer ma main dehors. Au contacte des flocons, mon sourire c'était agrandi. Ça me rappel mon ancienne vie, les bonhommes de neige, les batailles de boule de neige avec mes sœurs. Puis ensuite on rentrait, à moitié congelés, nous mangions des cookies et buvions du lait chocolaté et fumant en rigolant.

La tout de suite, je suis dans la salle à manger, endroit où se déroule la fête de Noël. Je tiens un verre d'eau, et me trouve dans l'ombre, proche d'un mur, en observant tous les particuliers. Tout le mode à l'air de s'amuser, et des pensées joyeuses me parviennent constamment. Je souris en observant de mes propres yeux des particuliers danser, avec beaucoup de joie. Ils ont tous l'air bien. Et là, j'ai presque l'impression que tout va bien, que tout ira toujours bien dans la boucle.

Mais les particuliers qui parlent fort pour s'entendre au dessus de la musique, la musique, et toutes leurs pensées comment à me donner un puissant mal de tête. Je prends alors l'initiative de sortir prendre l'air pour me rafraîchir et m'éloigner des nuisances. Je pose donc mon verre, et zig-zag entre les particuliers pour finir par sortir. Enfin dehors, j'expire longuement en m'étirant. Je ferme les yeux. Avant d'entendre un bruit sourd à côté de moi.

J'ouvre rapidement mes yeux et tourne ma tête pour voir un jeune homme, qui regarde sa main, hébété. Je devine qu'il vient de donner un coup de poing dans le mur. Et vu sa tête, ça doit faire mal. En même temps, ça paraît normal. Sans me voir, il s'assied. Il n'est pas bien, pas besoin de réfléchir pour le voir. Il me remarque enfin, en jouant avec un couteau que je ne l'ai même pas vu sortir. J'ignore sa remarque, plutôt stressé par le fait que je pourrait lui servir de cible vivante. Je m'accroupie, j'aimerai savoir pourquoi il est comme ça. Je le fixe en essayant de voir ce qui ne va pas. Je ne pense même pas à aller voir ses pensées, trop perturbé par son attitude.

- Ta main, ça va aller ?

Je ne bouge pas. Je n'ai pas peur, je veux simplement une réponse de sa part. Mais qu'est-ce qu'il a ce mec ? J'espère en tout cas qu'il ne tape pas quotidiennement sur un mur, simplement pour le fun. Je regarde sa main. Je n'arrive pas à voir si c'est en train de saigner.

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Sam 26 Déc - 23:25

         Se rapprocher était la plus mauvaise chose qu'il aurait pu faire. Évidemment, ç'aurait été trop beau de sa part de lui éviter ça. Pourquoi les gens, quand ils voulaient vous venir en aide réduisaient forcément la distance entre vous ? C'était quoi, un réflexe fraternel parce que le contact, c'est la confiance, la réconciliation, c'est la preuve que l'on se soucie des autres ? Manque de chance, pour William le toucher ne symbolisait rien d'autre que des problèmes supplémentaires, de nouvelles cicatrices, et, si l'on osait imaginer le pire, des cadavres supplémentaires sur les bras. Pas franchement rassurant. De toute façon, à la base, ceux qui voulaient venir en aide à William étaient très, très rares, et si ce type faisait apparemment parti de ces exceptions. Qu'est-ce qu'il était, un genre de prêtre qui aidaient les brebis égarées à revenir dans le droit chemin ? Si William savait qu'il ne lui voulait pas de mal – il se fichait de ce qu'il pensait, en fait, sauf s'il s'approchait d'Anaïs – il lui était impossible de résister à l'appel du sang. Il avait une arme dans les mains (remarque, il ne l'aurait pas eu dans les mains ç'aurait été tout aussi dangereux), et ce type s'approchait ? Ça se voyait qu'il ne l'avait jamais rencontré. Ni même croisé une seule fois. Sinon, il aurait su que la seule et unique règle à observer avec lui – lorsqu'il était tout seul, quand il était avec Anaïs, ça ne comptait pas – était de ne jamais, au grand jamais, dépasser le périmètre de sécurité que William instaurait inconsciemment autour de lui. Il était environ de trois mètres. A deux mètres, il était très tendu. A un mètre... La présence de l'autre devenait insupportable et son interlocuteur était en danger de mort. C'était exactement ce qui était en train de se passer.
         William sentit qu'il commençait à perdre les pédales. La colère qui grondait en lui rugit de plaisir en comprenant que cette présence étrangère, cette intrusion dans l'espace lui donnerait l'avantage pour la suite, la chance de s'affirmer et de dicter à William sa conduite. Le jeune homme était à deux doigts de lui enfoncer son poignard dans la gorge. Les doigts de sa main gauche étaient crispées sur le manche de son arme, et ceux de son autre main l'immobilisaient, tendues à l’extrême. Non, pas de meurtre ce soir. Ne gâche pas un peu plus cette soirée déjà gâchée par tes soins. William adressa un regard terrifiant à l'inconnu. S'il ne lui obéissait pas, il ne répondrait plus de rien.

          « Éloigne. Toi. Tout de suite. »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Membre ♫
Messages : 114
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Surement la bibliothèque \o/

Feuille de personnage
Avatar : Dylan Sprayberry
Âge : 18 ans réellement et physiquement
Particularité : Télépathie
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 27 Déc - 0:05

L'inconnu - plus que perturbant - commence à perdre le contrôle. Comme s'il retenait quelque chose de toute ses forces. Et ça se voit. Sa respiration s'accélère, et ses yeux se réduisent à deux fentes. Son couteau s'est immobilisé. Il m'ordonne de m'éloigner, et je n'hésite pas longtemps. Il faut que je recule. Mais quand même, ça me donne encore plus envie de savoir ce qui l'a mis dans cet état de colère profonde. Je suis aussi persuadé qu'il n'y a pas que de la colère. Je me lève précipitamment, toujours en le regardant. Oserait-il me tuer avec son couteau ? Je ne sais pas. Il en est capable en tous cas. Une fois à l'opposé de lui je m'assieds, pour finalement être à 5 mètres de lui, assis en face.

Et maintenant ? Va-t-il répondre à ma question ? Ou alors va-t-il rester assis là à laisser le temps passer ? Je ne peux pas savoir, ce mec est trop imprévisible. Et c'est là que je me rappel que j'ai un don. Je peux m'en servir. Je soupire intérieurement. Parfois je me surprends tellement je peux oublier les choses quand quelque chose d'autre accapare mon esprit. Je prends une grande inspiration, et me concentre. Je dois garder mes yeux ouverts pour pas que le jeune homme devine ce que je fais. Et j'entre dans son esprit.

Immédiatement, tout bascule mon cœur s'accélère. Je tremble. J'espère que l'inconnu mettra ça sur le compte du froid. J'ai peur, mais je continu. Je vois du noir, une maison où tout et clos, fermé, celé. Comme pour renfermer un secret. Et puis il y a ce bruit, constant. Des bruits, dans les murs, ça résonne. Des grattements, des cris, des bruissements, des griffures. Tout est mélangé. Pour finir il y a une énorme sensation d'étouffement. Omniprésente. Horrible. Il doit devenir fou si il s'imagine là dedans tout le temps.

Je me concentre encore. Il y a des corps, des personnes mortes. C'est flou, distant, mais en même temps très proche. C'en est trop. Je m'extirpe de ses pensées beaucoup trop.. cruelles pour moi. Je pourrais avoir de la peine pour lui. Ou de la pitié. Mais aucun de ses deux sentiments m'habitent. Je suis en colère. Bizarre non ? Mais là j'ai plutôt enviée d'aller parler à ceux qui l'ont rendus comme ça. Parce que si je suis bien certain de quelque chose, c'est que personne ne naît comme ça.

Immédiatement, des millions d'hypothèses m'assaillent, mais mes traits restent neutres. Je ne veux pas que cette homme voit que je cogite à son sujet - qui sait quelle pourrait être sa réaction -. J'imagine qu'il aurait pu être torturé, ou alors il peut avoir connu une guerre sans merci. Et beaucoup d'autres idées farfelues me submergent. Mais je reviens toujours au point de départ. Car ça n'explique pas pourquoi là maintenant il est comme ça.

Je fronce les sourcils en remarquant que mon cœurs s'est calmé, ainsi que ma respiration. Et je ne tremble plus de peur, mais bien de froid. Tellement préoccuper à trouver une théorie à propos de lui, que j'en ai oublié la terreur que j'ai du en découvrant son esprit. Je regarde les yeux de l'homme torturé par d'horribles pensées. Ils sont sombrent. Aussi sombre que son esprit. C'est dégeulasse. Je veux absolument savoir.

Je baisse les yeux sur sa main, et attend toujours une réponse de sa part. Ça a plutôt l'air d'aller. Soit il n'a vraiment pas mal, soit il ignore royalement la douleur. Je pencherai plutôt pour la deuxième hypothèses. Je ne pense pas qu'il soit du genre à montrer ses faiblesses, même les plus petites. En y pensant, je ne sais même pas comment je vais me débrouiller pour qu'il m'explique, qu'il crache le morceau. Je ne sais même pas si je vais réussir à avoir une conversation avec lui. Il semble renfermé, et moi qui suis trop curieux, ça ne va pas m'aider du tout.

_________________

"I smile to myself like an idiot because of you."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-limits.forumactif.org
avatar
Membre ♫
Messages : 897
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    Dim 27 Déc - 1:49

         L'inconnu réagit d'une manière que William ne pouvait qu'espérer : relativement rapidement. Les rares personnes qui ont été confronté à la même situation ont toujours une période d'interrogation idiote, un instant où il se demande bêtement s'il est sérieux ou pas, si le danger est réel, parce qu'ils n'ont jamais croisé de personnes comme William, relativement rares heureusement. Oui, être une bombe à retardement prête à scalper les autres au moindre faux pas de leur part, ça ne facilite pas les contacts avec l'extérieur. Comme quoi l'Institut était finalement fait pour lui, en théorie. Mais ça l'intriguait, d'habitude les gens n'avaient pas ce genre de réaction. Il était quoi, super entraîné ? Non, sa posture n'avait rien à voir avec un quelconque penchant pour les arts martiaux ou n'importe quoi de ce genre. Peureux, alors ? Les peureux n'ont pas un temps de réaction différent des autres. Son don, alors ? Est-ce qu'il était empathique ? Est-ce qu'il était... Était ?.. Trop tard, William avait perdu le fil de ses pensées. Le jeune homme n'arrivait plus à se concentrer sur lui, ni sur rien d'ailleurs. Sa colère contre lui-même faussait tout. Elle balançait les pendules aux oubliettes, déréglait tout son être pour ne laisser qu'une coquille vide avide de ressentir tout en sachant qu'elle détruirait tout ce qu'elle touche. Car oui, c'était ce qu'il faisait. Il détruisait tout ce qu'il touchait. Anaïs aussi... Anaïs... Non, ne pas penser à elle était la meilleure solution pour le moment. Refréner l'idée qu'il venait d'effacer leurs bons moments pour ne laisser que le pire. Ses pensées virevoltaient dans tous les sens, et William n'avait pas la capacité de les rattraper et de les mettre en ordre. Ça lui donnait plus mal au crâne qu'autre chose, et ravivait l'impression de perdre pied qui avait parcouru son être quand il avait vu le dégoût qu'il lui inspirait. Et qui depuis lui collait à la peau. C'était... Déroutant, déstabilisant, désagréable comme une couche de crasse que vous ne pouvez pas enlever à moins d'arracher votre peau avec, et qui est là en permanence. Une gêne persistante dans la réalité, et plus encore dans son esprit. Qui avait déjà été ébranlé, et n'arrivait toujours pas à se reconstruire. S'il y avait une recette miracle pour ça, William voulait la connaître tout de suite.
        William s'aperçut que l'autre n'était pas parti. A sa place, il aurait sûrement décampé. Un type qui vous parle sur ce ton est au mieux un gentil illuminé (quoique, gentil n'était pas vraiment le terme adapté), au pire un tueur en série échappé d'un asile. Après tout, ça n'était pas très loin de la vérité. Qu'est-ce qu'il avait à le fixer comme ça ? Arrête de me regarder, putain, je t'ai rien demandé, songea William au milieu de son tourment intérieur en le fixant d'un regard noir. Il se rendit finalement compte qu'il attendait toujours une réponse à sa question. C'était quoi déjà sa question ? Ah oui, la main. Tu parles. William fixa son poing écorché. C'était rien ça. Les brûlures à l'Institut étaient bien pires. Non... Il ne devait pas penser à Anaïs. Il ne devait pas. Le jeune homme avait mal d'être ce qu'il était, terriblement mal. Il ne pouvait pas l'aider comme elle l'avait fait, c'était... C'était injuste ! Elle méritait mieux ! Calme, William, calme. Juste... reste tranquille. Ça va passer. Peut-être qu'à force de te le répéter, ton ressentiment s'estompera. Peut-être.

           « Je m'en fous, de ma main, soupira-t-il finalement, abandonnant le temps d'une phrase son ton agressif. Pourquoi tu me regardes comme ça ? »

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [RP COLLECTIF] C'est Noël !    

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP COLLECTIF] C'est Noël !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» COLLECTIF METISSE
» Interrelié, collectif d'artistes et travailleurs autonomes
» Il était une fois...(jeu collectif)
» Chasseur MANURHIN (Collectif du Bataillon de Choc)
» Collectif contre l'impunité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Maison des particuliers :: Salle à manger-