Partagez | 
 

 L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 31 Juil - 23:41

Apparemment l'information mis un certain temps avant d'arriver à destination, William semblait perdu et ça se vit à la surprise qui s'était peinte sur son visage. Je souriais : il ne s'était pas attendu à ça. Avait-il compris où je voulais en venir ? Se souvenait-il de la fois avec Elsa, avant que la fièvre ne reprenne le dessus ? Il n'avait peut-être pas encore fait le lien, ou il était trop subjugué par la neige qui teintait cet endroit de blanc. Mais nous étions dehors, nous étions tous les deux dehors, entièrement libres, et cette fois avec la certitude de ne pas être surveillés. Comme dans la boucle. ça faisait si longtemps... Tellement longtemps que nous n'avions pas été dans la forêt, rien qu'à deux, au calme de ce qui était sa maison, c'était maintenant la même chose, mais dans ce qui se rapportait plus à un chez moi que chez lui. Je passais mes mains autour de son cou pour me serrer contre lui, le nez dans son cou. Oula, s'il n'avait pas compris ce que j'avais dit, il ne risquait pas de capter grand chose maintenant, mais j'avais juste envie de faire ça, de le prendre dans mes bras, comme ça, comme une pulsion pour lui montrer que j'étais heureuse d'être ici avec lui. Pas grave s'il ne réagissait pas immédiatement, voire pas du tout, je m'assurais du même coup que je tenais sa température en main, qui devint un peu plus stable au fil des minutes. Si je ne faisais pas bien mon job il allait attraper la crève encore plus vite, alors autant que je le fasse bien, que je maîtrise totalement la situation, pour son bien. C'était étrange de tenir les rênes du corps de quelqu'un, comme ça. De se dire qu'il pourrait finir congeler si on ne faisait rien, et qu'on avait le pouvoir de le faire survivre. Certes, ce n'était pas comme pouvoir le diriger à sa guise, mais c'était quand même avoir la main, en quelque sorte, sur sa vie... Il fallait avoir sacrément confiance en la personne, et sacrément confiance en moi-même pour essayer une nouvelle fois après tout ce qui s'était passé... Pour le moment la fatigue ne pointait pas encore le bout de son nom, tant mieux, mais je savais très bien qu'elle allait se faire voir, et sûrement d'ici peu. Alors je devais profiter, le plus possible.
Je le serrais encore un peu plus contre moi.

- Rien, rien, je suis contente, susurrais-je.

Une fois que je fus certaine de tenir le coup (par "tenir le coup" je voulais dire tenir sa température à un degrés raisonnable même à distance, ce qui me coûta un temps conséquent pour trouver comment faire), je m'écartais, tout sourire, et... lui balançais une boule de neige dans la figure avant de m'écarter en courant dans la neige, comme une gamine heureuse.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 1 Aoû - 0:10

        William accueillit avec surprise Anaïs dans ses bras. Euh... Pas de problème, il était toujours partant si elle voulait des bras où se réfugier, ça allait juste un peu trop vite pour lui, tout ça. Être perdu au beau milieu de montagnes enneigées, ça lui avait fichu un coup. Un coup du genre quand on se sent tout petit devant l'immensité du ciel et des pics qui nous dominent de toute leur hauteur, et si loin, tellement loin de chez soi. Tant qu'Anaïs était là, elle lui apportait son chez-soi à chaque fois qu'il la voyait, mais qu'adviendra-t-il lorsqu'elle partira ?.. Alors, serait-il en mesure d'ignorer ce sentiment qui s'infiltrait dans ses veines, jusque dans ses os, ce sentiment d'abandon total et de solitude accablante qu'il n'avait pas été en mesure de véritablement connaître avant cet instant ? William, l'esprit ailleurs, serra Anaïs dans ses bras, en se rendant compte que c'était exactement ce dont il avait besoin en cet instant, de ses bras autour d'elle, de sa présence rassurante. Ses paroles lui attirèrent un sourire sans parvenir à le faire tout à fait revenir sur terre. Il y avait quelque chose qu'il ne parvenait pas à saisir, ce picotement diffus qui continuait malgré tout pour interagir entre eux... William avait plus ou moins compris ce dont il s'agissait, ou le comprendrait d'ici peu s'il daignait y réfléchir un tant soit peu, c'est juste qu'il ne le faisait pas. Toute son attention était tournée vers l'extérieur. L'extérieur non pas abominable, mais... Hostile. Ce n'était pas un milieu clément, mais un espace vide de toute vie, abandonné et balayé par les vents. Le coin idéal pour cacher un asile de dégénérés paranormaux, diriez-vous. Le souffle de William formait de petits nuages devant sa bouche tandis qu'il libérait Anaïs sans pouvoir s'empêcher de fixer les hauts sommets autour de lui. Avait-il espéré de la verdure, les embruns venant du large, l'odeur diffuse de pin et la sensation de l'écorce contre ses paumes ? Peut-être bien, oui, dans tous les cas il ne...
      Il fut coupé en pleine réflexion par une masse froide qui venait de percuter sa joue et se tourna vers une Anaïs hilare, de la neige sur la tête. Ah ça, pour le ramener sur terre elle avait pas à trouver mieux, il était soudainement parfaitement réveillé. Pourtant, il y avait quelque chose de bizarre : à son contact, la neige se mit à fondre, comme s'il irradiait de chaleur. Et d'ailleurs, il était en manches courtes en plein hiver montagneux et il n'avait pas froid ?! (William ne fait pas très attention à sa propre tenue en toutes circonstances, et pas très attention à lui en général, on va donc dire que c'est normal qu'il ne se soit pas aperçu de ce détail avant maintenant. Par contre, si il n'avait pas su Anaïs insensible au froid et qu'elle était sortie dans la même tenue que lui, elle en aurait entendu parler.) Il y était, c'était ça ce fameux picotement ! De la chaleur, il ne savait pas comment elle faisait mais elle lui offrait une possibilité de rester avec elle, dans un univers qu'elle chérissait, du moins pour un moment. Ce n'était pas l'environnement qu'aurait choisi William, loin de là, mais pour la première fois depuis semblait-il une éternité, Anaïs s'amusait. Vraiment. Pas un vague sourire, non, elle était véritablement redevenue une petite fille heureuse et insouciante, qui se fichait de lui, sans doute, mais il était aussi là pour ça.

      "Fais gaffe, la provoqua-t-il en souriant vicieusement, à la dernière bataille, c'est moi qui ait gagné."

        William ferait n'importe quoi pour que le sourire qui éclairait son visage ne s'efface pas. Elle allait voir de quel bois il se chauffait, tiens. Le jeune homme ramassa un paquet de neige (chose qu'il n'avait pas fait depuis des décennies) et façonna une boule, avant de se lancer à la poursuite de la jeune fille.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 1 Aoû - 21:26

- Ouais, mais j'étais acculée et tu utilisais ton don ! Cette fois j'ai plus de chance !

Sauf s'il commençait à se téléporter de partout comme à notre rencontre. Et dans ce cas là, je serais dans la mouise, parce que où que j'aille il m'attraperait en quelques secondes, que je sois dans la neige ou pas, ça ne ferait aucune différence. J'avais juste plus d'espace et n'étais plus cloisonnée dans une infirmerie. Je pouvais laisser mon don se déchaîner si j'en avais envie, ou besoin, aucun risque qu'il ne touche quoi que ce soit, d'où l'intérêt d'avoir la boucle en plein milieu d'une zone inaccessible : si un particulier arrivait à sortir, ou si une catastrophe parvenait, elle ne toucherait pas les humains, bien trop éloignés, ou peut-être inexistants sur ce territoire. Aucun risque qu'une population soit touchée. Même si la boucle en elle-même protégeait les humains. L'entrée de celle-ci devait être bien cachée par la neige et les montagne, inaccessible, on ne voyait même pas où elle se terminait.
Dans la course poursuite qui venait de prendre place, je me retournais au trois quart pour voir où en était William. Il avait en sa possession une boule fraîchement formée, dont j'étais la cible, comme si nous étions des enfants juste avant Noël, qui s'amusaient dans la rue enneigée de leur quartier. On va dire que le quartier s'était... élargi pour laisser place au Pôle Nord, ou qu'importe je ne savais pas où on était précisément. Puis, soudainement, une évidence me sauta aux yeux : si j'étais entourée de neige, je pouvais tout contrôler, donc.... J'étais bien une des seule à pouvoir tout contrôler, personne ne pouvait sortir et survivre, personne ne pouvait avoir une pleine possession des lieux, excepté moi... La neige au sol se releva pour l'aveugler sans prévenir, comme un voile qu'on lèverait sur une scène, et j'en profitais pour courir encore plus vite. Je fis voler les blancs flocons autour de nous, qui changèrent petit à petit le décor, et s’amassèrent sur des rochers, derrière lesquels je partis me cacher. La brume de neige se dispersa lentement pour le laisser enfin voir les environs à William, que j'avais laissé là, en plan.
Cachée derrière mon petit amont de neige, je préparais des boules de neige que j'enverrai dès qu'il s'approcherait d'un peu trop près.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 1 Aoû - 22:12

     Heureusement, Anaïs n'avait en rien remarqué son mal-être et courrait dans la neige dans son champs de vision, comme une gamine qui avait enfin retrouver son univers à elle. Par contre, la neige, c'était pas le mieux question rapidité et confort : ils s'enfonçaient de plusieurs centimètres à chaque pas comme dans du beurre, et le jeune homme avait l'impression qu'on entendait que les "scratch scratch" de ses pas à des kilomètres. A peine avait-il jeté un coup d’œil à ses chaussures qu'un nuage de neige lui barra la route, l'aveuglant momentanément. William pesta tout haut de bon cœur, juste pour la forme. Ah ouais, elle le prenait comme ça ? Elle allait voir de quel bois il se chauffait, tiens ! (Ironique de la part d'un mec qui ne maitrise rien du tout perdu dans un mini-brouillard de flocons.) Encore fallait-il la retrouver, difficile quand on ne voyait même pas ses pieds pour se repérer. William avança donc à l'aveuglette au milieu de ce truc, toujours aussi surpris de ne pas ressentir le froid même dans ces conditions. C'était grisant. Bon, ok il était un peu paumé, mais c'était grisant quand même, la sensation de dominer, de ne faire qu'un avec la nature pendant un laps de temps inconnu. Oui, c'est le type dont le paysage avait fait horreur il y a quelques minutes, William était un homme plein de contradictions. Au moins, maintenant, il voyait comment Anaïs devait percevoir cet environnement, du côté opposé à lui. D'ailleurs, il était toujours en train d'essayer d'apercevoir sa tignasse blonde quand le brouillard artificiel se dissipa. Euh... Bon, niveau efficacité c'était pas top : il était revenu en zigzaguant sur ses pas, mais ça n'allait pas l'empêcher de retrouver Anaïs et de se venger aussi sec ! William se retourna, scrutant le paysage. Anaïs avait oublié un détail dans son super plan pour le surprendre, et William eut un grand sourire en apercevant des traces de pas qui menaient à des bosses blanches, certainement des pierres tombées de la montagne la plus proche.

     "Trouvée !"

      C'était crier victoire trop tôt, parce qu'à peine fut-il à portée de tir qu'il fut bombarder impitoyablement... A coup de magie, donc, évidemment, elle fit mouche presque à chaque fois. Touché en pleine tête, William se laissa tomber en arrière dans la neige, les bras en croix.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 1 Aoû - 23:08

Je vis enfin les cheveux de William contraster avec le blanc de la neige et qui cria un "trouvé !" Au moins, ça, c'était fait, aucun doute à avoir dessus. A peine eut-il fini de parler, que j'utilisais mon don pour le mitrailler de boules de neiges, qui atteignirent leur cible presque à chaque coup. William tomba en arrière (il aurait pu faire un ange des neiges, tiens, vu sa position), je ne cessais de le cribler de boules d'une fois au sol, et donc inoffensif : je le tenais toujours en joue. Il avait de la neige plein les cheveux, dans le t-shirt et plein de visage aussi, encore un peu et il aurait été enterré sous des couches blanches, jusqu'à devenir invisible. Je me levais en époussetant mon jean, qui était maintenant mouillé aux genoux et en bas, hé oui, je ne pouvais rien faire contre ça. Au moins je ne risquais pas d'attraper la crève. Je fixais William, un grand sourire aux lèvres, fière de ma victoire. Je venais de prendre ma revanche contre la bataille d'oreillers de l'infirmerie. Score : un, un. Et si je comptais quand juste après je l'avais chauffé, peut-être même deux, un. Bah alors William, on se ramollissait ..? Une fois au dessus de lui, je m'assis sur son torse, sans me détacher de mon grand sourire heureux. Quoi ? On ne pouvait plus se permettre de profiter un peu de la situation ? Surtout celle-ci ..? Oh, qui ne ferait pas comme moi, hein ? Franchement, avec un William en dessous de moi, en plus, on ne pouvait pas demander mieux.
Je passais une main dans ses cheveux pour y enlever la neige, et, suivit d'un grand sourire malicieux, soulevais le bas de son t-shirt et y passais ma main, pour enlever également les flocons qui s'y étaient glissés aussi. Non, pas d'arrières pensées, nooooooon, absolument pas, enfin, vous me connaissez. Ce n'était pas du tout comme si j'en profitais pour le toucher un peu (un peu plus que un peu) aussi, nooon, que dîtes-vous enfin ? Pour qui me prenez-vous ..? Je n'étais qu'une petite fille innocente qui voulait l'aider en enlevant la neige froide qui s'était mise sous son t-shirt. Pour prouver ma sincérité, je remis son haut en place en y enlevant mes mains. Hum... Mon grand sourire malicieux démontrait tout ce que je venais de dire. Bon, pas grave. J'approchais mon visage du sien, en faisant pianoter mes doigts sur son épaule, comme si j'étais impatiente.

- Gagné ! Et... sans grandes difficultés.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 1 Aoû - 23:59

        Pas si innocente que ça, la fille. Lui qui s'était laissé faire du début jusqu'à la fin sans utiliser son don était dans de beaux draps, à présent. Trempé, avec de la neige partout et Anaïs qui s'amusait un peu trop, c'était réussi. Mais il n'allait pas dire que ça ne lui plaisait pas, cette promiscuité. Au moins, il savait maintenant que l'altercation avec le pyromane ne l'avait définitivement pas dégoûté de lui, ce qui était un vrai soulagement.  Ils étaient couchés dans au moins trente centimètres de neige, lui en dessous, mais ça ne l'empêcherait certainement pas de reprendre le dessus sur une Anaïs jusqu'à présent invaincue sur son propre territoire. Mais d'abord... Son visage était si proche qu'il sentait son souffle sur sa clavicule, et le jeune homme s'empressa de redresser son menton vers et de combler la distance qui les séparait pour l'embrasser. ça, c'était gratuit mais tellement agréable. Il se redressa du même coup, ce qui obligea Anaïs à glisser jusqu'à être assise sur ses genoux. Là déjà, assis les mains sur ses hanches, il avait l'avantage de la taille. Et de la force... Il les sépara, la laissant essouffler.

     "T'es sûre de ça ?" demanda-t-il, une lueur malicieuse dans les yeux.

      Sur ce, avant qu'elle n'ait eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, il les fit basculer sur le côté dans la neige. A présent, c'était elle qui était en dessous, entre ses genoux. Il fit tout de même gaffe de ne pas l'écrabouiller.

      "Alors, qui c'est qui a gagné ?" rit-il en levant les mains, goguenard.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 2 Aoû - 0:57


William se redressa en m'embrassant et je ne pus que suivre le mouvement, c'est à dire être finalement assise sur ses jambes et... Je n'allais pas dire non à ce qu'on s'embrasse, c'était déjà bien trop tentant tout à l'heure, je me laissais faire, toute contente. C'était le moment parfait, en même temps : nous étions coupés du monde un moment, à deux, sans règles ni loi, à s'amuser (moi personnellement, oui je m'amusais, j'espérais que ce soit également son cas, sinon j'allais devoir remédier à tout ça et y trouver une solution. Mais avec ce que je voyais, il avait l'air de lui aussi savourer le moment, alors tout allait pour le mieux.) Sa question et son regard ne laissaient rien présager de bon, nous nous étions séparés, moi encore un peu sous le choc de cette drogue, lorsqu'il nous retourna comme des crêpes, et il finit à cheval sur moi. Les rôles venaient de s'inverser et voilà qu'il me narguait. Je lui tirais la langue et bougeais comme un asticot sous lui pour essayer de me dégager, mais il serrait trop. J'étais coincée et sans utiliser mon don, quelque chose me disait que oui, il gagnerait. Et même, à moins de faire un bonhomme de neige qui le ferait bouger de là, je ne voyais pas ce que je pouvais faire... Merde, il avait peut-être vraiment gagné... La dernière option que j'avais, n'était pas forcément une excellente idée, et je n'avais aucune idée des répercussions, mais bon, autant essayer. Sinon je ne saurais jamais. Rapidement, un vent froid amena de gros flocons à notre rencontre, et fit bouger la neige autour de nous, qui vint nous recouvrir petit à petit, jusqu'à finir totalement recouverts. Non, non, il n'avait pas encore gagné.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 2 Aoû - 12:10

        "Anaïs ? Anaïs !"

        William perdit très vite de sa superbe. C'était quoi cette neige qui était en train d'ensevelir Anaïs ?! Elle allait étouffer là-dessous ! Pourquoi elle ne réagissait pas ?! Le jeune homme se mit à déblayer pour dégager son visage, qui restait impassible malgré la neige qui s'infiltrait partout à vitesse grand v. Il y arriva une fois, deux fois, il avait beau creuser rien n'y faisait les éléments étaient contre lui et les recouvrait bien plus vite que ce qu'il pouvait déblayer et il vit le visage d'Anaïs disparaitre sous la blancheur satinée qui semblait vouloir leur mort. Ok, si elle restait alors lui-aussi, la neige l'encerclait déjà comme un étau, ses bras, son torse, bientôt tout son buste fut emprisonné, et le poids de la neige le comprimait de toute part. William luttait pour garder son calme, et la neige ne s'arrêta pas là, elle atteignit bientôt son menton, sa bouche, son nez, ses cheveux, s'infiltra dans ses oreilles, ses poumons, il en avait partout, il ne pouvait plus rien voir, il ne pouvait respirer, il étouffait, il, il...
       William, incapable d'en supporter plus, se téléporta.
        Il n'alla pas bien loin, juste hors de cet étau mortel, et apparut au milieu de cette blancheur qui lui donnait à présent envie de vomir, en détresse. Il s'assit sur l'un des rochers recouvert de neige et se prit la tête entre les mains en se balançant d'avant en arrière, au bord de la crise de nerfs. Non, non, non, non, pas ici, pas maintenant, Anaïs est à côté, il faut que tu ais l'air normal pour elle, que tu sois normal, il ne faut pas gâcher le moment qu'elle adorait tellement jusqu'à ce que cette neige... Cette... Neige... Ce poids sur lui, comme celui d'un corps, il était trempé, ce liquide partout, partout sur lui, cette sensation il l'avait déjà vécu une fois, une seule, et il s'était juré que plus jamais, plus jamais ça... Non, c'est de la neige William, rien que de la... Comme cette fois-là, exactement comme cette fois-là, tu étais couché, coincé sous le corps d'un Vince éviscéré, tu te souviens ? Bien sur que tu t'en souviens, tu étais là, trop faible pour réagir, trop faible pour supporter ce qui c'était passé, trop faible pour... Reprends-toi ! C'est fini tout ça, lutte, reprends le contrôle William !
      Il n'y arrivait pas. Tout lui échappait, il n'arrivait pas à respirer, il suffoquait, exactement comme cette fois-là, il sentait encore le poids énorme sur lui qui l'empêchait de fuir, de s'échapper de cette vision d'horreur, de son cauchemar personnel, il sentait encore le liquide poisseux partout sur lui, et Vince qui le regardait de ses yeux vides dans la mort, défiguré par des monstres dont il ne valait pas mieux. Et Anaïs, elle était où Anaïs ? Tu l'as laissé tomber comme les autres, pas vrai ? Tu l'as laissé enfoui sous la neige pour sauver ta pomme, comme d'habitude ? Non, je, j'ai juste... Tu l'as laissé tomber, tout simplement, avoue-le !  Anaïs maitrisait la neige, tout irait bien pour elle, se rassura-t-il, les yeux clos. Évidemment, Vince vint s'imprimer sur sa rétine, jamais enclin à le laisser en paix. Le gamin qu'il était lorsque tout ça s'était passé lui hurlait en vain de s'en aller, de le laisser tranquille, et ça ne marchait pas, comme d'habitude, tous ces cris, ces chocs sourds qui se répercutaient dans sa tête, l'ignorance de ce qu'était devenu Anaïs, la culpabilité cuisante due à sa lâcheté de l'avoir laissé sous la neige toute seule (pourquoi ne l'avait-il pas téléporté en même temps que lui ?)... William allait craquer.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 2 Aoû - 19:44

William se téléporta, il n'était donc plus au dessus de moi. Héhé, gagné ! Je repris ma respiration une fois toute la neige dégagée, et pour ça rien de plus simple : elle s'écarta d'elle même, comme si un coup de vent avait tout fait disparaître. J'étais maintenant mouillée de la tête aux pieds (se faire recouvrir de neige, ça n'aidait pas vraiment à sécher) et je devais avouer que c'était assez dérangeant, de sentir ses habits coller et... de se sentir mouillé tout court, même sans sentir le froid qui allait avec. Je me remis à penser aux hivers en famille, en particulier à ceux avant l'apparition de mon don. C'était une époque tellement ancienne... J'avais beau essayer de me souvenir, je ne parvenais pas à me rappeler que ça faisait de sentir la neige fondre sur ses vêtements, le froid qu'elle provoquait, si les gants arrivaient à empêcher aussi bien que mon don de retenir la neige. Pourtant ils étaient forcément mouiller, eux aussi, au bout du compte. Et dans l'Institut ? D'autres personnes se risquaient-elles dehors ? Pour l'électricité et l'eau, étaient-ce des particuliers qui les fournissaient ? Ou bien une centrale cachée quelque part sous ces couches de neiges... Bon, William s'était téléporté, mais il était où, avec tout ça ? Je tournais sur moi-même, en souriant. Sourire qui s'envola en voyant William, assis sur des rochers à se balancer d'avant en arrière, la tête entre les mains. ça ne devait pas se passer comme ça... Je ne m'étais pas attendue à un tel état de panique c'était... Non, pas le but, je... Pourquoi ..? Juste pourquoi ? Qu'est-ce qui avait déclenché tout ça ? Dès que j'avais une idée, elle devait forcément avoir des répercussions... gênantes ? Je m'avançais en courant vers lui et le pris dans mes bras, tremblante de culpabilité.

- Hé William ! Je suis là, je suis là ! ça va, ça va aller, murmurais-je, en adoucissant son balancement, pour faire comme un bercement. Tout va bien, tout va bien, il n'y a aucun danger ici, il n'y a que nous deux...

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 2 Aoû - 23:28

        William ne se rendit pas tout de suite compte du contact d'Anaïs sur ses épaules, mais quand ce fut le cas, il l'accueillit à bras ouverts, ou plutôt il s'y accrocha pour reprendre son calme. Elle lui disait qu'il n'était pas seul. Personne ne pouvait le toucher hormis elle, donc c'était forcément elle, quelqu'un qui ne lui voulait pas de mal. Juste... Elle. Lentement, très lentement, pendant ce qui lui sembla une éternité, William reprit le contrôle de lui-même. Anaïs ne s'était-elle jamais demandé pourquoi il n'aimait pas la maison des particuliers ? Parce qu'il y avait des gens, bien sur, mais aussi parce qu'il n'aimait pas les environnements clos. Ils lui rappelaient trop la première boucle et la tragédie, et il suffisait d'un petit incident pour le faire paniquer. Vivre au grand air avait été la seule solution qu'il avait trouvé. Malgré tout, il avait réussi à s'habituer à venir rendre visite à Anaïs, du moins lorsqu'il y avait seulement elle. Grâce à elle, il était devenu un peu plus civilisé. En arrivant à l'Institut, où l'enfermement était obligatoire, ça n'avait pas été facile. Un euphémisme par rapport à ce qui s'était passé, mais il n'en parlerait certainement pas à Anaïs. Elle l'avait suffisamment vu en mauvais état pour toute une vie, même une vie de particulier. Quand il sentit ses fantômes enfin lâcher prise, il leva les yeux vers Anaïs qui le regardait toujours, ou plutôt qui le tenait contre elle comme un gamin perdu - ce qu'il était en quelque sorte - mais... Il ne voulait pas être son gamin, pas le môme à sa charge, il voulait être son compagnon, et il lui prouva de la meilleure façon possible : puisqu'elle était si proche, il lui fut facile de combler la distance qui les séparait pour l'embrasser, comme pour évacuer le stress et la tension, comme pour se faire pardonner d'avoir tout gâché, une nouvelle fois. Ils roulèrent l'un sur l'autre, ce que William n'avait pas prévu, c'était la fin du rocher : ils basculèrent et tombèrent dans la neige, Anaïs sur lui.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mer 3 Aoû - 21:12

Je sentis William relever la tête, et ses lèvres rencontrèrent les miennes. Nous roulâmes et basculâmes à côté du rocher pour atterrir dans la neige dans laquelle s'imprima la forme de son corps. J'étais de nouveau sur lui, cette fois allongée, accompagnée d'un petit sourire rassuré. Il allait mieux, il n'avait pas paniqué (enfin pas plus) et ce fut moins grave que dans l'infirmerie. J'avais au moins su réparer ma boulette. Je l'embrassais avec ardeur et fis glisser ma main jusqu'à son visage pour y caresser sa joue. Je nous séparais avec douceur, sans pour autant détacher ma main, et la montais jusqu'à son front pour remettre se cheveux en place et y enlever la neige. Puis je devins immobile, sans détacher mon regard de lui, parfaitement à l'aise dans ma position. Au fond de moi même, j'en vins à penser que, au final, j'étais de nouveau au dessus de lui, donc.... J'avais gagné ? Oh, oui, j'avais été vexée par ma défaite contre les oreillers, et oui j'essayais de me rattraper. Mais quelque chose me disait que le dire à haute voix ne ferait que rendre cette ambiance déjà bien refroidie, glaciale (et sans jeu de mot par rapport à la neige extérieur). C'est pourquoi je me retins de faire un commentaire malicieux à ce sujet, de même que sur le fait d'être allongée sur lui (et ça, franchement, je l'aurais bien dit mais... comme je  ne savais pas exactement ce qu'il allait dire suite à cette nouvelle crise, je préférais faire attention). Il n'avait rien dit après s'être remis, ce qui me laissait un peu perplexe et ouvrait un large choix de possibilités par la suite : s'il allait dire quelque chose, s'il faisait semblant d'aller bien, et c'était compliqué de trouver quelque chose à dire dans cette situation.
Je mis un petit moment pour chercher quoi dire, et ce fut en sentant un début de fatigue m'atteindre, que je réussis à trouver quelque chose. C'était déjà un miracle que, sans entraînement, j'arrive à tenir. La première fois ça n'avait duré que le temps de faire baisser la fièvre, là, j'avais utilisé cette partie de mon don plus longtemps, et je commençais à en ressentir les effets.

- ça va, pas trop froid ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Ven 19 Aoû - 13:27

        William avait besoin de temps. D'arrêter le sablier juste quelques instants pour faire le point et continuer à avancer en sachant ce qu'il ressentait. Il secoua la tête autant pour se débarrasser de la neige dans ses cheveux que pour remettre ses idées en place. Et la décision qu'il prit fut la suivante : "on verra plus tard". Comme d'habitude, donc, mieux valait enterrer les mauvaises réactions et les terreurs plutôt que de prendre le temps de les affronter. N'y avait-il pas meilleur moyen de profiter du présent ? Là, ils étaient dehors, dans la neige, bien vivants tous les deux, et l'extérieur était une chose rare qu'il ne fallait pas gâcher. Alors, tant pis pour les états d'âme, William choisissait de profiter avec Anaïs. Il leva les yeux quand elle posa sa question, si proche. Le souffle des deux jeunes gens formait de petits nuages entre eux, ce qui rappela à William que oui, il faisait froid, et qu'il était toujours en tee-shirt par une température d'après lui largement en dessous de zéro. Il avait presque oublié le picotement du début, absorbé par ce qui se passait, mais il était toujours bel et bien présent... Et c'était Anaïs qui lui donnait la liberté, un petit bout de son don pour lui permettre d'être avec elle.

       "Non, sourit-il. Pas du tout."

      Et c'est magique.
      Il attira Anaïs à lui, et approcha sa bouche de la sienne... Avant d'au dernier moment esquiver et la faire rouler pour se redresser. Il lui tendit la main pour qu'elle aussi se relève, joueur.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 20 Aoû - 22:16

Je ne m'attendais pas à ça. Au contraire, je pensais que William allait m'embrasser, et là, hop ! Petite roulade sur le côté en mode esquive. J'allais commençais à croire qu'il adorait rouler dans la neige franchement ! Je devais lui expliquer qu'on ne devait pas faire des saucissons dans la neige mais des anges de neiges ? Que les deux étaient tout à fait différents, et que l'intérêt n'était pas le même ? Parce que à force j'allais commencer à croire qu'il adorait avoir de la neige sur lui, ou alors que ça l'amusait de faire des galipettes dans la neige, et dans ce cas, j'allais devoir le prévenir que les galipettes ça ne se faisaient pas dans la neige, mais dans le lit, et que pour le moment c'était un peu compliqué dans l'Institut. Il allait devoir attendre un peu, histoire que les choses se tassent et qu'on sorte d'ici : je me voyais très mal le faire ici, même nous avions déjà été à deux doigts de passer le cap, et qu'il y avait de fortes chances pour que ça se reproduise. Il s'était déjà relevé sous mon regard faussement choqué. La bouche à moitié ouverte, je le fixais avec un regard qui voulait dire "fooooooooourbe", et qui assurait aussi de belles représailles, pour la suite. Non mais, comme si j'allais me laisser faire. Je me levais par moi-même, et enlevais la neige qui me repeignait de blanc (évidemment à faire des tours dans la neige, il fallait s'en douter, à la rigueur trouver une grande colline, et là ça sera drôle, surtout à l'arrivée, une fois transformés en brochettes de neige). Une fois debout, je m'approchais de lui, espiègle.

- Si je t'avais fait ça t'aurais râlé, non ?

Je m'avançais encore un tout petit peu, pour que nos visages soient proches, déposais une main sur son torse, main qui remonta pour caresser sa joue avec douceur, et de la seconde, jouais avec le bas de son t-shirt, sans me retenir de frôler sa peau assez souvent. Et puis je tournais les talons, en nous séparant brusquement, pour marcher un peu.

- Tu viens ?, demandais-je d'un air innocent.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 23 Aoû - 1:06

William haussa un sourcil en voyant Anaïs refuser sa main et se relever toute seule en le foudroyant du regard. Perplexe, il se demanda s'il avait fait quelque chose de mal puis se secoua un peu en voyant la neige qui le recouvrait. Comme il ne sentait pas le froid, il avait tendance à oublier qu'elle était là et qu'elle s'infiltrait partout, y compris sous les vêtements. Il remarqua une énième fois l'absence de sa chaîne militaire : l'absence de cliquetis, d'éclat froid métallique sur sa peau. Elle lui manquait, et... Il se demanda si Anaïs s'était posée la question de sa gourmette, si elle avait remarqué qu'il ne l'avait plus. Que lui dirait-il, si c'était le cas ? Que c'était le personnel de l'Institut qui, par un malheureux concours de circonstances, l'avait récupéré ? Que...
William perdit le fil de ses pensées quand Anaïs lui adressa la parole. Il la fixa sans comprendre, il aurait râlé pour quoi ?.. William n'eut pas le loisir d'y réfléchir plus longtemps, parce qu'Anaïs s'approcha dangeureusement de lui, jusqu'à appuyer ses mains sur lui tout en le fixant. Comme d'habitude, il ne put pas s'empêcher de réagir plus que bien à sa présence, son pouls s'accéléra, sa respiration s'emballa, et lorqu'elle toucha son visage, il n'attendait plus qu'une chose, qu'elle l'embrasse une fois pour toute. Et puis elle le planta là en s'éloignant... Bon Dieu mais à quoi elle jouait ?

"J'arrive," marmonna-t-il, chamboulé et un peu frustré.

Il avait juste une chose à faire avant de repartir : il vint vers elle, passa rapidement un bras derrière son cou pour l'attirer à lui et l'embrassa.
Cela lui parut une petite éternité mais il y eut bien un moment où ils durent se séparer, faute d'air.
William, tout sourire, regarda les joues rougies d'Anaïs, content de lui.

"... Maintenant, on peut y aller."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Jeu 8 Sep - 21:21

Si je n'avais pas eu mes lèvres contre les siennes, je crois sérieusement que j'aurai ri en sentant son bras passer autour de mon cou pour rapprocher nos visages. Il était pire que moi, et ça me faisait rire. Lorsqu'il releva la tête, je ne pouvais m'empêcher de laisser ce grand sourire apparaître sur mes lèvres. Je l'avais cherché, certes, mais au moins j'avais eu ce que je voulais... Ahah ! Il ne pouvait pas me résister ! Et moi non plus d'ailleurs, c'était bien là la première raison de pourquoi j'avais réagi ainsi mais c'était inutile de le préciser n'est-ce pas ? Il avait l'air très fier de lui, en plus, je l'imaginais tout à fait se mettre à se pavaner, tout content de sa surprise, devant moi, mais il se contenta d'un "maintenant on peut y aller", qui laissait entendre que le spectacle était fini, et que maintenant on pouvait se mettre en marche. Pour aller où ? Aucune idée, mais on allait bien trouver quelque chose, enfin, même s'il y avait de la neige au quatre coins de cette boucle, on pouvait imaginer que, potentiellement, une mine d'or (au sens métaphorique) pouvait se terrer quelque part, et qu'il y avait des chances pour que l'on tombe dessus. Et après, s'il n'y avait vraiment rien d'autre que des collines de neige encore et encore hé bien... Il y aura toujours la serre, que je n'avais pas visitée entièrement, obnubilée par ce dehors que je n'avais pas vu depuis quelques jours.

- Alors allons-y, déclarais-je en lui lançant un regard amusé.

Et comme dit, nous nous mîmes en marche, dans l'étendue blanche. Si j'avais besoin un jour de me défouler, je savais où aller : pas de regard, mais pas non plus de danger ou de possibilité que je blesse quelqu'un avec mon don, il n'y avait rien à des kilomètres, si ce n'était l'Institut, qui échappait aux dégâts grâce à sa place sous terre. Et j'étais certaine de ne croiser aucun pyromane, ou autres particuliers déséquilibrés qui pouvaient roder dans les couloirs, puisque au moindre pied mis dehors, ils gèleraient en quelques secondes. Je jetais un coup d'oeil, pour voir d'où nous venions et fus rassurée de voir que la sorte de voûte qui formait une grotte où se logeait la serre était toujours visible d'ici, pour le peu qu'on se perde ici, je n'osais même pas imaginer la galère. Et alors que nous arrivâmes enfin en haut de la colline (non sans quelques difficultés à cause des couches profondes de neige qui gênaient notre avancée, en même temps, lever les jambes avec de la neige presque jusqu'aux genoux, en montée, c'était plutôt difficile), nous vîmes enfin un lac geler briller au soleil, faisant miroiter l'étoile de feu, entouré de montagne. Bouche-bée, je gardais un moment le silence, avant de lancer :

- Il faut qu'on y aille !

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 13 Sep - 9:00

         William maudit la couche de neige épaisse qui les empêchaient de marcher à la même allure que d'habitude. Ici, tu fais un pas, tu te dépenses comme si tu en faisais dix, c'est fou tout de même ! Sans compter que la neige pouvait masquer beaucoup de choses. S'il y avait des crevasses ou ce genre de trucs, ils se retrouveraient bien tiens, aveuglés par la neige. Il semblait à William que ce décor était très inhospitalier, il n'y avait pas âme qui vive. Décidément, il était plus à l'aise dans une forêt sous la cime des arbres qu'en plein désert de glace. Mais il fallait reconnaitre que la vue n'avait rien à voir avec tout ce qu'il avait pu contempler comme paysage jusqu'à lors. La vallée en contrebas était à couper le souffle, et une surface polie comme un miroir, qui reflétait le ciel, se dessinait au milieu de l'étendue blanche. William ne retint pas un sifflement d'admiration devant ce spectacle, et Anaïs voulut, sans surprise, y aller. Le jeune homme masqua un sourire, il y avait beaucoup de "aller", dans ses phrases, ces temps-ci. Il lui tendit la main et lorsqu'elle la saisit, il les téléporta non pas sur le lac (il n'était pas fou, non plus) mais juste sur la rive. William jeta un coup d’œil circulaire, histoire de prévoir un danger éventuel, sans rien détecter (mais il était relativement ignorant et dépourvu dans ce genre de paysage, donc bon), et reporta son attention sur Anaïs.

         "Tu veux faire quoi, avec ton lac ?"

        Il était bien curieux de savoir ce qu'elle allait répondre, parce que lui, hormis le regarder - un lac gelé en hiver était certes très beau - il ne voyait pas trop d'autre option.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 25 Sep - 0:04

William nous téléporta juste à côté, à quelque pas de la surface gelée du lac. Il ne voyait pas où je voulais en venir, et pour tout dire : moi non plus. L'envie de s'approcher était venue spontanément, et j'avais ensuite parlé sans vraiment réfléchir aux possibilités qui s'offraient à nous. Mais maintenant qu'on y était... Je ne répondis pas tout de suite, mais risquais plutôt un pied sur la glace, et m'appuyais doucement dessus pour voir si elle tenait le coup. Apparemment oui, elle ne craqua pas, resta telle quelle, et je mis mon second pied dessus, en faisant attention à ne pas glisser. Si elle ne résistait pas, j'aurai toujours mon don pour rattraper le coup ce n'était pas un problème. Alors je m'avançais un peu plus, lentement, avant de tourner sur moi-même, pour être face à William, et le regarder avec un grand sourire. Vue l'endroit où nous étions, ce n'était pas le brin de fatigue que je ressentais à force de retenir sa température qui allait m'empêcher de l'utiliser, oh non. Je plissais les yeux un instant, et après quelques secondes de réflexion (et de concentration), lentement, un arbre de glace naquit de la couche blanche que formait l'eau, et s'épanouit comme un vrai. Et ce ne fut pas le seul, quelques uns suivirent, pour donner une petite (très légère mais bon, on faisait avec) impression de forêt. Je n'étais pas capable de faire autant d'arbre en si peu de temps, mais au moins une dizaine vit le jour, tout aussi scintillants que du cristal. Et moi je me tenais juste en dessous, à lui sourire.

- Je ne peux pas te ramener ta forêt, mais je peux au moins essayer de t'en faire une avec mes moyens, déclarais-je.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 8 Oct - 23:05

William regardait la surface polie comme un miroir avec un mélange de prudence et de méfiance. Il n'allait certainement pas risquer un seul pied sur ce truc, même si, avec Anaïs à ses côtés, la glace ne céderait pas. On pouvait par contre aisément se casser une jambe en voulant présomptueusement faire parti de cet univers à la beauté aussi changeante que le ciel qui le surplombait. Qui sait ce qui se cachait sous la glace ? On pouvait imaginer mille et une chose, toute aussi féeriques les unes que les autres... Ou au contraire un vide abyssal, une bouche béante conduisant tout droit au centre de la terre, ce qui ne rassurait pas William. Il grognait dans sa barbe quand Anaïs l'entraina beaucoup trop près de la glace à son goût mais n'eut pas le temps de protester qu'elle faisait déjà naître devant lui des plantes gelées, comme germant d'une graine magique. C'était magnifique de voir jaillir du sol de tels trésors de finesse et de beauté, et William, bouche-bée, regarda ces cimes translucides monter, monter... Jusqu'à dépasser sa taille et se déployer un peu plus haut. Waouh, c'était quelque chose ! William n'en revenait pas et souriait comme un imbécile heureux, émerveillé.

"Tu... Waouh ! C'est génial ! Comment tu fais ça ? Mais tu te fatigues pas trop ?"

Il avança de quelques pas en oubliant qu'il était sur de la glace qui glissait et faillit se ratatiner, mais se rattrapa sur un des arbres sans la moindre once d'élégance en jurant comme un charretier, pestant contre l'hiver qui était froid et qui foutait du verglas partout... Avant de lever les yeux vers les stalagtites des branches au-dessus de lui qui tanguaient dangereusement.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 9 Oct - 20:48

Le sourire de William valait bien tout l'or du monde. Je balayais la question de la fatigue du revers de la main. J'avais encore de l'énergie en stock, il n'avait pas à s'inquiéter à ce sujet, non, je ne voulais pas m'en inquiéter non plus. Mais plutôt faire comme si tout était infini, tout éternité, que nous n'avions aucune barrière, aucune limite. Croire en la liberté absolue. Pour le moment, tout semblait possible. Alors non, je ne répondis pas à sa question, estimant qu'elle n'en valait pas la peine.
Il fit quelque pas en avant, sans faire attention à la surface glissante, qui le rappela bien vite à l'ordre lorsque qu'il bascula en avant, et se rattrape in extremis sur l'arbre devant lui, et en évitant miraculeusement une branche qui était à sa hauteur. Finalement, les arbres, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle : il allait réussir à s'empaler sur une des branches, je vous jure... Je fronçais les sourcils en voyant les stalactites peu rassurant bouger d'une manière encore moins rassurante au dessus de la tête de William. Avant que l'un ne puisse se briser complètement et donc se détacher de la branche d'arbre auquel il était normalement rattaché, je les immobilisais, simplement, en renforçant les couches de glace qui les retenaient aux branches. Vraiment pas une bonne idée. Sinon, il n'y avait pas le loch ness qui voulait sortir de ce lac, et venir nous avaler non ? ça serait le comble du comble. Une fois certaine que plus rien ne risquait de venir se planter dans sa jolie tête, je m'avançais vers lui, lentement pour ne pas tomber à mon tour.

- On va essayer de te garder entier quand même, qu'est-ce que je ferais sans toi, hein ? , riais-je.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 9 Oct - 22:08

        Les pics glacés cessèrent de trembler, au grand soulagement de William qui put respirer normalement. Non pas que se retrouver empaler sur l'une des créations le dérangerait (bien que ce soit particulièrement ironique de se retrouver achever par un cadeau spontané dont on était le destinataire), mais il aimerait bien - pour l'instant - garder sa tête entière. Il en avait encore besoin, pour réfléchir, avoir des sentiments, des émotions, ressentir la douleur et la fatigue, tout ça tout ça... Pour ne pas devenir un légume, en somme. Ce serait plus pratique, comme le souligna judicieusement Anaïs... Qui venait manifestement d’œuvrer pour la sauvegarde des William, dont le spécimen le plus emblématique - ou du moins l'un des plus étranges - se tenait accrocher à un arbre de glace, ses deux bras nus entourant le tronc. Ledit spécimen regardait Anaïs se rapprocher de lui... Avec prudence, en pesant chacun de ses pas. Enfin un moment où elle était aussi démunie que lui, là, ils étaient à égalité !
        William, sans se décoller de son arbre, eut une mimique de gamin.

        "Ta vie serait bien moins palpitante, si tu veux mon avis !"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 11 Oct - 20:13

- Oh que oui ! Ce n'est pas tous les jours qu'on voit un William embrasser un arbre !

Parce que oui, il se tenait toujours d'une manière tout à fait viril à cet arbre de glace, au point que je commençais à avoir l'impression qu'il allait l'embrasser. Evidemment je le taquinais, et ça me faisait bien rire, mais sa posture était à mourir de rire. Une fois un peu plus proche de lui, j'attrapais une branche d'arbre entre mes mains, doucement pour éviter qu'elle ne se brise, et m'en servis pour garder un équilibre, même s'il était un peu précaire. Il n'y avait pas des patins à glace dans le coin ? Ils nous seraient bien utile parce que là, c'était la galère totale. On ne pouvait pas trouver terrain plus fiable pour se vautrer en beauté, ce que William avait déjà failli faire il y a quelques secondes, et qui risquais très fortement de m'arriver à mon tour également. Je ne me faisais pas d'illusion, maîtriser la glace ne me permettait pas de ne pas glisser dessus, j'avais autant de chance de me retrouver le cul à terre que William.  C'est pourquoi, je fis toujours autant attention, en m'aidant des branches, pour avancer lentement mais sûrement vers lui. Nous étions ridicules, mais personne ne pouvait nous voir, personne ne pouvait juste imaginer où nous étions en ce moment.

- Tu vas le lâcher quand même ? Je crois que je vais être jalouse après, fis-je avec une moue presque triste.


_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Jeu 27 Oct - 23:22

      Non mais comment elle disait ça "un William" comme s'ils étaient une espèce de spécimen rare exotique qu'elle étudiait à longueur de temps. Très drôle tiens, elle avait plus qu'à prendre des notes et à l'empailler dans son salon, devant sa cheminée. Et puis dis donc, elle pouvait parler, vu son hésitation et sa prudence avant de faire un pas, ou encore ses gestes pour s'accrocher à ses créations de glace (ce qui était plutôt ambitieux vu que lui-même venait de manquer de se retrouver avec la figure trouée par ces jolis poignards translucides). Elle était aussi à l'aise que lui sur la glace, c'est-à-dire qu'elle avait autant l'air d'un pingouin drogué qui se rattrapait là où il pouvait. William rit et rétablit un peu près son équilibre, ce qui lui permis de lâcher le tronc. Il ouvrit les bras tout grand et arqua un sourcil.

        "Essaye donc de le remplacer si t'es capable de pas te casser la gueule avant !"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Jeu 27 Oct - 23:49

Ouuuh, ce qu'il disait était ma foi fort tentant. Je répondis par un regard joueur, et empli de défi. J'avais déjà ma petite idée sur la question de remplacer l'arbre. Parce que oui, William s'était redressé avec les grandes difficultés de la glace, et avait désormais les bras grand ouvert, prêt à m'acceuillir ! Encore un peu et il aurait ressemblé à un épouvantail avec sa posture et la neige qu'il avait un peu partout (c'était aussi mon cas, mais je ne me tenais pas les bras écartés à attendre le dégel, qui serait un peu long à venir dans cette boucle). Il ne me prenait sûrement pas au sérieux, alors que je l'étais complètement, et rien que pour ça il mériterait de manger une bonne dose de neige… Mais je n'allais pas être aussi méchante, parce que si j'utilisais mon don trop fort, il risquait de tomber en arrière. Oui il allait tomber, mais pas tout de suite. Pourvue d'un gentil petit sourire innocent, j'avançais lentement mais sûrement vers lui, tout en m'aidant des branches de glace qui brillaient au soleil. Et derrière lui, lentement naissait de la glace d'abord un cube, cube qui prit ensuite lentement la forme d'un fauteuil, qui normalement était parfaitement dans l'axe de William. Et une fois que j'eus estimé être assez proche, je me lançais : en lâchant les branches, et en mi-courant, mi-marchant, je me jetais dans ses bras. Comme prévu, William tomba en arrière, mais fut rattrapé par le siège de glace. Nous nous tenions désormais dans un équilibre très très précaire puisque la chute n'avait pas été parfaite, mais je me raccrochais toujours à lui, avec un grand sourire.

- Défi réussi !, fis-je en lui tirant la langue.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 948
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 10 Déc - 19:32

       Anaïs atterrit finalement dans ses bras, et William avait pressenti leur chute commune, Il bascula donc en arrière... Et fut arrêté bien plus tôt que prévu par une construction de glace. Voilà pourquoi elle avait mis tant de temps à se décider ! Le jeune homme ne sentait toujours pas le froid et cela lui faisait un drôle d'effet, d'être assis dans une espèce de fauteuil de glace tout en sentant la chaleur d'Anaïs dans ses bras, mais ma foi, c'était agréable... Et elle était bien contente d'avoir réussi son coup ! William arqua un sourcil et la taquina :

        "Tu t'es servie de ton don, tricheuse."

        Mais il était bien content de ne pas être tomber sur la surface lisse du lac, ce qui aurait été autrement plus douloureux. Ce qui arriva par malheur lorsqu'il fit un mouvement de trop : ils glissèrent tous les deux et William tomba dos à la glace, Anaïs sur lui. Il se mit à rire de leur talent pour décidément ne jamais faire les choses comme il faut. Mais si c'était pour qu'elle se retrouve collée à lui, lui il voulait bien que ça se produise tous les jours.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1112
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 12 Déc - 18:13

- Tu veux que je te rapp…

-elle qui a utilisé le sien dans l'infirmerie ? A ce moment précis, William bougea son bras, tenta de déposer sa main contre la glace, mais son corps l'entraîna dans sa chute lorsqu'elle glissa. Nous tombâmes une nouvelle fois au sol, et je me rattrapai en catastrophe à lui, en passant mes bras autour de son torse pour ne pas valdinguer sa glissage. J'avais cru un instant que ma tête allait se cogner contre lui, mais par le plus grand des miracles, elle était déjà collée, et, étant crispée, je ne reçus aucun coup et finis juste complètement accrochée à lui. Et puis il se mit à rire, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde dans cette situation.
Je relevai la tête lentement et souris légèrement, une fois la surprise passée. Dis William, tu te rends compte ? Tu te rends compte que je suis allongée sur toi et que tu me supportes ? Dis, tu te rends compte de ce brusque changement, dis, tu te rends compte de tout ça ? Que d'un coup comme ça tu peux me toucher, que je peux approcher, que c'est juste un miracle et que je n'aurais jamais pu espérer une telle chose, et même si je ne comprends pas comment cela s'est fait je m'en fiche, je m'en fiche complètement, tant que tu peux toujours me prendre dans tes bras ? Je reposai ma tête contre son t-shirt humide, et finis par sourire à moi-même sans enlever mes bras qui me retenaient à lui. Je n'avais pas envie de me détacher de lui, oh que non ! Ce n'était pas la première fois que je me retrouvais dans cette situation mais je l'adorais toujours autant. C'est pourquoi, toujours immobile comme un paresseux à sa branche (oh, on ne juge pas les comparaisons, je ne prends que ce que j'ai sous la main) je ne fis que poser mon menton sur son torse.

- Parce que en plus tu te plains que je triche, mais bon, tu m'as l'air bien content de m'avoir sur toi quand même...

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bienvenue chez nous
» Un soin très particulier [Pv Ella Nicholson]
» Bienvenue chez moi...
» [Event] Bienvenue chez Rose
» Tadadam ! Joy ! Serpentard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles :: Institut-