Partagez | 
 

 L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Jeu 12 Mai - 22:10

      William dormait si bien qu'il aurait bien laissé duré ce sommeil pendant un siècle ou deux, histoire de rattraper le nombre d'heures qu'il avait en retard. Il ne pouvait pas faire grève de réalité pour un temps ? Non ? Dommage, ça aurait franchement été bienvenue. Il en avait marre de ces cauchemars qui persistaient à venir le tourmenter toutes les nuits. C'était usant, et William était usé jusqu'à la corde de ces trucs là. On penserait aisément qu'on s'y habituait, à force - il aurait aimé s'y habituer, à force - mais il n'en était rien. A chaque fois, c'était juste... Une nuit d'insomnie de plus, une nuit où son corps rejetait ce qui ne cessait de vouloir le détruire. Si seulement il pouvait dire à ses fantômes de se taire une fois pour toute, ou plutôt, si seulement ils lui obéissaient enfin, ça l'arrangerait. Ils semblaient obéir au doigt et à l’œil à Anaïs, en tout cas. En y réfléchissant, en sa présence directe, il n'avait jamais fait de cauchemar. William s'en doutait mais ne se l'était pas encore avoué. Cette nuit n'allait être qu'une preuve supplémentaire en faveur de cette théorie hasardeuse. Il haïssait l'idée de dépendre à ce point de quelqu'un, même si le fait que ce soit Anaïs rendait les choses plus faciles. Si ça avait été quelqu'un d'autre, il ne l'aurait pas supporté. Le problème, c'était que le sommeil rythme la vie, l'équilibre des jours, et que si on le perdait, il était impossible de s'y retrouver. William en avait fait l'expérience plusieurs fois (et en faisait encore l'expérience).
      Tout cela pour vous faire comprendre qu'il n'allait pas se réveiller pour si peu. Une véritable masse.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 16 Mai - 11:36

William ne se réveilla même pas. Il lâcha un profond soupir, ce fut tout. Il ne bougea pas non plus. Wow, je pensais pas qu'il aurait un sommeil aussi profond... Depuis combien de temps n'avait-il pas dormi ..? Comme dans la boucle, lorsqu'il s'était endormi sur moi et qu'il ne s'était pas réveillé même en tombant. Ah je vous jure, je n'étais pas tombée sur un lève-tôt. Et comment faire pour réveiller un ours pareil, hein ? Le pousser du lit ne marche pas, essayer en douceur non plus... J'allais m'ennuyer moi. Je pouvais le regarder pendant des heures, oui, mais je préférais passer du temps avec lui quand il était debout. Vous savez, parler, faire des choses, bouger... Lui pouvait sortir maintenant, moi je ne risquerais pas un pied dehors. Je n'étais pas encore sortie, et je ne m'en sentais pas l'envie. Revoir d'autres fous qui pourraient me tuer avez leur don (ou même sans), essayer de me... Bref, je n'étais plus cantonnée dans l'infirmerie, mais dans une chambre, c'était déjà mieux, non ?
Sans changer de position, posais ma tête contre lui, et fis refroidir mes mains, avant d'en passer une en dessous de son t-shirt, caressant doucement sa peau, du bout des doigts. Je ne savais pas si le froid allait le réveiller, en toute logique oui, mais je pouvais m'attendre à tout. Je n'avais jamais eu la sensation de froid plus de quelques heures, lorsque j'avais utilisé trop longuement mon don, et franchement, ce n'était pas agréable, mais une fois endormie, ce n'est pas ça qui me réveillait. Ouais, mais de ce fait ça devait être différent pour eux. Je l'espérais, sinon je ne savais pas quoi faire.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 16 Mai - 21:42

         William dormait bien. Jusqu'à ce que une sensation de fraicheur le sorte de sa douce torpeur. Non, plus que de la fraîcheur, c'était un véritable frigo qui le tirait de toutes ses forces vers la réalité qu'il ne voulait pas retrouver. William bougea plus paniqua en comprenant que ce n'était non pas un frigo qu'on avait posé sur lui, mais des mains. Le contact était la chose qu'il redoutait le plus dans son quotidien, bien plus embêtant que les cauchemars récurrents, et pourtant ceux-ci lui menaient la vie dure. Et lorsqu'il panique, son don se charge de le mettre en sureté. Heureusement, le jeune homme ne se téléporta pas à l'autre bout de la boucle (ce qu'il pouvait faire depuis peu) mais juste au bout du lit. Assis, la tête entre les mains, il tenta de se remettre de cette frayeur. Il avait cru... Il avait cru que quelqu'un, n'importe qui, avait les mains posées sur lui un instant. Mais il avait entrevu de jolis yeux et une crinière blonde. C'était Anaïs, c'était Anaïs bordel, on se calme. Il n'y avait personne d'autre dans la chambre, il avait juste eu la peur de sa vie en se réveillant. Pour être réveillé, il était réveillé. Le temps de se calmer et il irait s'excuser. Le temps de se calmer...

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 16 Mai - 22:00

Les mains froides avaient eu l'effet espéré, mais en même temps... Pas totalement. Du moins si, il s'était réveillé, c'est la suite qui n'avait pas été prévue. Je m'attendais à quelque de moins... Violent ? Oui voilà, pas qu'il se téléporte subitement à l'autre bout du lit, tourné pour ne pas me voir. J'avais sursauté, et puis je m'étais reculée, ne sachant quoi faire. J'avais fait quelque chose de mal ? Je ne pouvais pas le toucher, il refusait ? Je devais rester loin ? Je.. Je... Perdue, totalement perdue par cette réaction, je me retrouvais le dos collé à la tête de lit les jambes repliées conte moi-même, le plus loin possible de lui. D'accord, pas de contact ? Périmètre de sécurité, il avait besoin ? Comme avant ? S'il voulait pas... Pas de problème. J'avais les bras croisés, comme pour me tenir, et mes cheveux cachaient la moitié de mon visage pâle. Je le scrutais de temps à autre, sans relever tout à fait la tête heureuse de pouvoir cacher ma mine perdue et ... Apeurée ..? Non, plutôt... Choquée, blessée, touchée, et c'était peu dire. Si je m'attendais à ça, je ne me serais même pas approchée. Je croyais que c'était fini, que je pouvais le toucher, que que... Je fermais les yeux plusieurs longues secondes et calais ma tête entre mes genoux en soufflant à peine un :

- Je suis désolée.

Absolument pas audible, surtout pour lui à l'autre bout du lit.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 17 Mai - 18:42

William se passa la main dans les cheveux, ayant retrouvé un semblant de sang-froid. Il se tourna vers Anaïs, à l'autre bout du lit. Comme il le craignait, sa réaction n'avait pas été bien prise. En même temps, si c'était Anaïs qui l'avait repoussé, il aurait eu l'envie furieuse de frapper quelque chose. Il ne l'aurait pas bien pris, mais il se serait fait une raison. Était-on plus apte à pardonner lorsqu'on voulait absolument que la personne en face de soi aille mieux ? Il semblerait que oui. William frissonna en se remémorant la sensation de froid générée par les mains de la jeune femme. Elle avait certainement fait au mieux, il avait réagi excessivement, et maintenant il devait réparer ses conneries. Panser la plaie qu'il venait de rouvrir. William se maudit une nouvelle fois : Anaïs n'avait vraiment pas besoin de ça. Il se déplaça jusqu'à elle sur les draps. Elle était recroquevillée, le menton sur les genoux, le regard dans le vide, et semblait prête à fondre en larmes.

"Je suis désolé, j'ai cru que c'était pas toi. C'est ma faute, pas la tienne... Viens là," finit-il après un instant d'hésitation.

Le jeune homme entoura son ventre de ses bras avec lenteur et précaution, au cas où elle ne le voudrait pas. Mais non, elle le laissa faire et il lui fit une place entre ses jambes, dos contre son torse. Il parsema son cou de bisous et se mit à souffler sur une mèche blonde rebelle, les bras toujours autour d'elle.
Une question ne mit pas longtemps à franchir ses lèvres.

"Pourquoi ils ne t'ont pas raccompagné dans la boucle de Miss Tit ?"

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 17 Mai - 20:44

William s'approcha, avec des paroles destinées à être douces et rassurantes. Il était dans ma chambre, qui cela pouvait être d'autre ? Qui pouvait venir le matin, se mettre dans le même lit, se coller à lui et le toucher ainsi ? Il n'y avait aucune chance pour que ce soit un infirmier, quant-au reste je ne savais pas. Je ne bougeais pas, il le fit à ma place, m'amenant contre lui, les bras serrés autour de mon ventre, et je trouvais une place parfaite entre son torse et ses mains. J'étais contente qu'il l'ait fait par lui-même : je n'aurai jamais osé après ce réveil en catastrophe. C'est donc avec soulagement, que je posais mes mains sur les siennes, et frissonnais au contact de ses lèvres dans mon cou. J'avais envie de l'embrasser, moi aussi, lui montrer que j'étais là pour lui. Je mis ma tête contre lui, légèrement relevée, comme si j'étais déjà fatiguée à cause de ce qui venait de se passer. J'aurais volontiers fermé mes yeux, là maintenant tout de suite, rien que pour le plaisir d'arrêter le temps pour un moment. Peu de particuliers y arrivaient, à jouer avec le temps, mais si j'avais eu ce don, je l'aurais utilisé un nombre incalculable de fois, rien que pour quand j'étais venue ici pour la première fois et que j'étais aussi vite repartie, ou bien empêcher le pyromane... Et puis... Il me demanda pourquoi je n'étais pas retournée dans la boucle. Quoi, il voulait que je reparte ? Non, aller, il voulait juste savoir, il n'y avait rien de mal à ça. Je n'allais pas commencer à tout prendre mal et à ma méfier, ce n'était pas mon genre, surtout avec William. Il n'y avait rien de méchant, pourquoi le serait-il alors que je me tenais dans ses bras ? Je fronçais les sourcils, et me retins de fourrer un peu plus ma tête contre lui pour éviter la question.

- Pour que je me repose, et me remette de... ça, dis-je en relevant mes mains pour laisser voir mes cicatrices, que je fuyais du regard, je les recachais aussitôt, je crois qu'ils vont me faire passer des testes pour savoir si tout est bon, quelque chose comme ça...

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mar 17 Mai - 21:32

William ne put retenir un rire un rien sarcastique. Non sans blague ? Pourtant être violée en danger de mort par un pyromane cinglé dans un hôpital psychiatrique pour particulier était tout à fait normal, pas traumatisant pour un sou. Quel genre de test pouvait-on lui faire subir ? Que voulaient-ils savoir, l'étendue des dommages causés par une expérience pareille, une tragédie purement dûe à leur incompétence ? Au risque de se répéter, William pensa de nouveau qu'elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Pourquoi la garder dans un environnement qu'elle détestait à présent donc elle avait peur ? C'était quoi, une espèce d'expérience morbide, une idée de Vladimir peut-être ? Mieux valait qu'elle rentre chez elle - chez eux - dans la boucle de Miss Tit, non ? William se fit la réflexion possessive et égoïste que non, il la garderait près de lui quoiqu'on en dise, mais vu où ça les avait mené... Le jeune homme poussa un soupir, et remarqua la gêne d'Anaïs, qu'il voulut bien sur dissipée aussitôt.

"Les cache pas, j'en ai plein des comme ça regarde."

Il montra son bras gauche, sur lequel courraient de fines lignes blanches, qui ressortaient beaucoup plus sur sa peau lorsqu'il habitait dans la forêt. Son séjour prolongé sous terre lui avait fait perdre des couleurs, mais on pouvait voir les cicatrices si l'on faisait attention.

"Celle-ci, téléportation ratée, fracture ouverte. Celle-là, je me suis coupé dans la scierie du bout de la rue. Elle, ça doit être un truc comme une chute de quelques mètres, énuméra-t-il en montrant les trois plus épaisses. Les autres, je sais plus."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mer 18 Mai - 18:07

Je fis courir ma main sur son bras qu'il venait de relever, pour me montrer les traces plus claires que le reste de sa peau. Elles avaient toutes une signification, une histoire, un souvenir qu'elles conservaient par leur présence. Il les énuméra tandis que je les fixais, à l'écoute. Il ne comprenait pas que pour les hommes les cicatrices, ça donnait quelque chose en plus... Et puis, je l'avais toujours vu avec des cicatrices. Il pourrait mettre à ses pieds n'importe quelle fille, juste pour son corps, et une fois le problème du contact passé, encore plus. Sur une femme, c'était autre chose. Je souriais tristement, en tenant toujours son bras, mon pouce passait doucement sur les fines lignes. Ils en avaient des similaires sur le torse, je les avais vues sur la plage, je ne m'étais pas gênée pour le regarder. Mes mains descendirent pour prendre la sienne, et je me mis à jouer avec, laissant le silence planer quelque minutes. J'avais peur de ces marques comme lui avait peur du contact, je ne voulais pas qu'il les voit, ainsi le problème était réglé. Il n'y avait pas à tergiverser des heures, sachant que le sujet ne ferait que me déplaire un peu plus à chaque mot qui sortirait de sa bouche.
Je ne savais pas encore ce que j'allais faire pour le moment ici. Aucun infirmier n'était venu, mais je m'attendais à tout moment à voir Victor entrer pour me dire de venir, voir quelqu'un, ou aller dans une autre chambre. Peut-être m’observaient-ils comme ils observaient William, comme ils nous avaient observé dans l’infirmerie. L'idée d'être prise comme une folle, et vue grâce à des caméras me donnait la chaire de poule.

- Mais toi, ça te rend plus... Sexy.

Moi, c'est juste moche, et puis, toi, ça s'est fait petit à petit. Alors que je me suis réveillée il y a deux jours, et c'était là, sur mes bras, comme ça. Je n'avais pas eu mon mot à dire, ça s'était mis à mon insu. Je ne l'avais pas vu venir, je n'avais pas imaginé les avoir. Peut-être que le fait de ne pas avoir eu conscience de ce changement sur le moment avait un impact sur ma réaction, ma vision de les voir, d'y penser, de les accepter.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 21 Mai - 22:59

     William sourit en pensant que décidément, elle était têtue. Il y avait sur sa langue comme un goût amer dont elle n'arrivait pas à se débarrasser, une ombre de regret qui n'était que la partie émergé de l'iceberg. C'était évident qu'elle voulait éluder le sujet. William avait fait exprès de mettre le doigt où ça faisait mal, mais il sentait que peu importe ce qu'il dirait, elle le contredirait quoi qu'il arrive. Anaïs s'était persuadée que ses cicatrices étaient laides, horribles, et elle se sentait sale rien qu'à les regarder. Les choses changeraient peut-être, mais il fallait lui laisser le temps. C'était encore bien trop tôt pour espérer une quelconque évolution. Ce qui n'empêchait pas William de dire ce qu'il pensait de ses marques qui n'étaient rien du tout. Elles témoignaient juste de ce qu'elle avait vécu, comme lui et les siennes. Il en avait même sur la tête, et quelques unes s'étaient ajoutées à sa collection, comme celle qui lui coupait verticalement le sourcil, ou celles de ses poignets qui en avaient vu de belles. Il finissait toujours par les massacrer d'une manière ou d'une autre, de toute façon. alors trois lignes blanches sur les bras, c'était rien, pour ce qu'il en avait à foutre. William avait hâte de la voir s'accepter de nouveau. ça te rendra sexy, tu n'as pas idée, quand tu te seras retrouver...

       "Et t'es pas sexy, peut-être ? chuchota-t-il dans son oreille. Je peux te dire le contraire..."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 29 Mai - 22:56

J'esquissais un sourire un peu triste. Non, je ne savais pas si j'étais sexy. Si je le savais je n'aurais pas aussi peur de sa réaction à propos de mes cicatrices, qu'elles le repoussent, qu'il ne le supporte pas. C'était simple à comprendre pourtant. Apparement ça ne lui venait pas à l'esprit, qu'après tout ma plus grande crainte était de le perdre. Je lui avais pourtant dit à l'infirmerie avant-hier. Avait-il déjà oublié ? N'y croyait-il pas ?  Bon, je voulais parler d'autre chose, il y avait forcément quelque chose à dire qui ne nous ramènerait pas à ce sujet. A moins qu'il ne le fasse exprès, j'espérais que ce ne soit pas le cas car je ne le supporterais pas longtemps. Il y avait forcément quelque chose. Je tournais la tête pour le voir, le regarder et lui sourire en fermant les yeux. Juste pour profiter de sa chaleur, de sa présence, de le savoir là, que c'était bien lui et personne d'autre. Parfois j'en venais à me demander s'il était une bête féroce ou un Gardien. La bête féroce quand quelqu'un le touchait, quand sa colère prenait le dessus, quand il se battait. Un Gardien, mon Gardien quand il me sortait des pires situations, quand il me protégeait, me rassurait, me redonnait courage, quand il était là, tout simplement. Le parfait mélange. Je caressais son cou sans lâcher son autre main, j'avais besoin de me savoir soutenue.

- Chut... Je veux pas savoir... Tant que tu restes tout me va.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Lun 6 Juin - 21:44

          À propos de ça... Il ne pouvait pas rester. Ça allait leur attirer des problèmes à tous les deux et William ne voulait pas qu'ils la transfèrent dans une autre pièce, qu'ils leur interdissent de se voir, car ils en avaient le pouvoir, soyez-en sûrs. Apparemment, ils laissaient à William une marge de manœuvre maintenant qu'il pouvait circuler en toute liberté, sinon ils seraient déjà là. Mais le jeune homme avait un traitement à suivre, dont il ne pouvait pas se passer pour l'instant, il lui était impossible de passer tout son temps avec Anaïs. Chaque minute qui passait accroissait leurs chances de se faire violemment séparer et William préférait largement partir de son plein gré que laisser ça arriver. Nerveux, le jeune homme jeta un coup d'œil vers la porte pour l'instant close. Ils n'avaient toujours pas allumer la lumière dans la pièce, mais Anaïs s'étant déplacée pour ouvrir, il était évident qu'elle était réveillée. Devait-il partir tout de suite ?
        Cependant, la vulnérabilité qui résonnait dans les paroles d'Anaïs était on ne peut plus claire : elle avait besoin de lui, maintenant plus que jamais. Elle devait être rassurée, confortée dans la route à suivre qu'elle ne distinguait plus. Comment lui dire que justement, il ne pouvait pas passer la journée avec elle ? Qu'il risquait de devenir aussi imprévisible que lors de leur dispute, et de la rendre radicalement dingue si elle devait supporter ses crises d'angoisse ou de colère ? Non... ça n'allait pas se passer comme ça. Mais William ne pouvait pas la laisser... Écartelé par une décision qu'il ne pouvait pas formuler parce qu'elle risquait de plonger Anaïs dans l'épouvante, William laissa le silence se prolonger, longtemps... Et s'il se mettait à trembler, les soubresauts annonceraient qu'il était en manque de médicaments, que dirait-elle ?.. William se résolut à lui en parler, mais avant, il avait quelque chose à dire, quelque chose d'important.

     "Je te fais confiance," fit-il après un long moment.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Ven 10 Juin - 23:50

En fait, le silence avait dû durer trop longtemps. Ça devait être ça. J'aurai volontiers mis en prime une couverture sur moi, et ça aurait été parfait. Dans ses bras, avec sa chaleur rassurante. Le fait de savoir qu'il était juste dans mon dos, sa main que je tenais fermement pour ne plus m'éloigner de lui. Et puis juste le calme qu'il transférait. Que ce soit dans la pièce ou en moi. J'étais parfaitement détendue depuis que j'étais dans ses bras et ce n'était pas arrivé depuis le réveil brusque à l'infirmerie. Mes yeux se fermèrent petit à petit, le nez et la joue contre son t-shirt pour respirer lentement l'odeur qui le caractérisait. C'est fou comment un mélange de choses... Confortables et agréables pouvaient avoir raison de moi et que je me laisse ainsi aller dans le sommeil. C'était comme si les batteries s'étaient rechargées, puis déchargées subitement sans que je n'en comprenne la raison, et que j'avais fortement envie de m'endormir ici, comme ça. Ce que je fis, doucement, car il ne répondit rien pendant un long moment, le silence eut donc raison de moi. En m'en rendant à peine compte, (je m'étais dit que j'allais juste fermer les yeux quelques minutes, mais finalement ces minutes se transformèrent en heures), je sombrais de nouveau dans le sommeil, sans le lâcher.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Mer 15 Juin - 22:20

      William n'eut jamais de réponse, et pour cause, elle s'était assoupie. Ce qui expliquait pourquoi elle avait peu à peu reposé tout son poids sur lui. William soupira. La tentation était forte : au lieu de bouger, il pouvait tout simplement rester ici, avec Anaïs blottie contre lui, à écouter sa respiration tranquille, et à attendre sagement qu'elle se réveille. Dieu savait comme il en avait envie ! Mais il fallait qu'il parte, et qu'elle se soit endormie était l'opportunité d'éviter les au revoir mal vécus par l'un comme par l'autre. Mieux valait qu'il s'éclipse sans bruit, elle se réveillerait tout simplement dans la pénombre de sa chambre, tranquillement, et ce sera très bien comme ça. Et puis, il reviendrait la voir dans les jours qui viennent, elle ne sera pas totalement seule, Victor devait bien passer de temps à autre.
       Tout en se trouvant des prétextes, des raisons de partir, William batailla pour se libérer de l'emprise d'Anaïs. Sans la réveiller, ce n'était pas facile, à croire qu'elle avait deviné ses projets avant que lui-même n'en ait l'idée. Une fois que ce fut fait, il rabattit les couvertures sur elle et, après un dernier regard, se téléporta dans sa chambre.

********************************************


       Il était quelque chose comme dix-sept heures trente lorsque William se téléporta dans la chambre d'Anaïs.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Jeu 16 Juin - 21:25

« Je veux oublier. Et en même temps, si j'oublie, je n'aurais plus cette haine pour me faire avancer. » Ces mots étaient marqués sur une sorte de carnet, trouvés dans les tiroirs du bureau. Mais également un vieux stylo plume fait de bois juste à côté, comme s'ils m'attendaient. J'avais dû demander un pot avec de l'encre (je n'allais pas écrire grand chose sinon), et Victor me l'apporta assez rapidement. Prise dans un subit élan, j'avais décidé d'écrire tout ce qui nous était arrivé depuis que William et moi nous étions rencontrés. Au fil du temps, je savais que je perdrai petit à petit des détails, même s'ils me sautaient aux yeux pour le moment. Le temps avait le don de brouiller les souvenirs, or je ne voulais rien oublier, aussi horrible soit la situation. Dans quarante ans, je voulais me rappeler tous les recoins de cette chambre qui n'était pas la mienne, des longs couloirs de l'Institut, des événements qui avaient précédé l'arrivée du pyromane. Et tout ça, je le couchais sur papier. Cela m'occupait, au moins, je repensais à la boucle qui me manquait déjà, à la rencontre avec William que je ne bénirais jamais assez. Il m'arrivait de m'arrêter, de relever la tête, pour revoir les feuilles et leur doux bruissement, la plage, la disposition de ma chambre. Je n'étais pas très avancée dans ma tâche, mais je savais que mon séjour ici allait durer, alors je faisais en sorte de m'appliquer, d'écrire tout ce que je pouvais pour en conserver tout ce que regroupait mon cerveau.
J'étais assise au bureau, occupée avec ma plume et mon carnet quand William se téléporta dans ma chambre. Je n'avais pas réfléchi à si oui ou non j'allais le mettre au courant de son existence, c'est pourquoi sa venue me pris de court. Je sursautais brusquement, en refermant le carnet à tout volée, la chaise du bureau émit un grincement peu agréable à l'oreille. J'ouvrais brutalement le tiroir et le fourrais dedans, en balançant plus ou moins le crayon avec, et le refermais. Je n'étais pas habituée à ce que l'on s'occupe de mes affaires, je faisais ce que j'avais à faire, ce qui n'avait rarement concerné d'autres personnes que moi-même. Alors que là, c'était autre chose.
Je lui souris en faisant comme s'il ne s'était rien passé et, maintenant la surprise passée, m'approchais pour l'embrasser.

- ça va ? demandais-je sans me détacher de mon sourire.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 18 Juin - 10:01

         William n'eut pas le temps de voir précisément ce qu'elle était en train de faire, parce qu'elle cacha le plus vite possible un espèce de carnet hors de sa vue dans un tiroir. De toute façon, ça ne l'intéressait pas, il avait plus important à lui montrer. Enfin, ce n'était pas que ça ne l'intéressait pas, il était curieux de savoir ce qu'elle faisait de ses heures de temps libres mais elle n'avait clairement pas envie qu'il fouille dans ses affaires et lui ne voyait pas l'intérêt de le faire, si elle voulait en parler elle le ferait d'elle-même, bref. Excité comme un gamin qui a découvert une carte au trésor, il lui sortit un sourire en coin sans même s'en rendre compte, les yeux pétillants de malice :

       "Toujours ! Et toi ?"

      Elle l'embrassa et il se laissa faire sans problèmes, puis il lui prit la main.

     "Viens, j'ai quelque chose à te montrer, il faut se dépêcher ! On va sortir par la porte, par contre, sinon c'est pas du jeu."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 18 Juin - 12:37

William était en forme, c'était le moins qu'on puisse dire. Toujours était un bien grand mot, ce n'était pas le cas tout le temps, mais je n'allais pas faire de remarque, il avait l'air bien trop heureux pour ça. Ce qui devait être communicatif, d'ailleurs, car mon sourire s'agrandit aussi, je m'empêchais même de rire devant ce William surexcité comme un enfant. J'avais presque l'impression que si j'étais trop lente, il commencerait à me tirer derrière lui pour accélérer le pas et me faire avancer. C'était rare de le voir péter la forme ainsi, je n'en connaissais pas la cause, mais ce ne saurait tarder. Je répondis à la question d'un hochement de tête, mon sourire devait déjà y répondre depuis longtemps. Comment aller mal face à lui ? Enfin, modification : face à lui qui sautait littéralement sur place ?
Sa joie ne fit plus effet en annonçant que nous allions sortir. Depuis que j'étais ici, je n'avais jamais risqué un pied dehors et là ...? Mon sourire s'évapora pour laisser une mine inquiète, peu convaincue. Encore, s'il nous téléportait, ça pouvait encore aller, mais déambuler comme ça dans les couloirs... La dernière fois j'avais fait une rencontre que je ne risquais pas d'oublier et je ne voulais pas en recroiser.

- « Sortir » , sortir, aller dans les couloirs de l'institut comme ça ? demandais-je, angoissée, je ne sais pas si c'est une bonne idée.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 18 Juin - 15:24

         William comprenait qu'elle ait peur, mais il voulait vraiment qu'elle fasse ce premier pas dehors, ce serait un petit pas pour l'Homme, un grand pas pour Anaïs ! Elle ne pouvait de toute façon pas rester dans cette chambre le reste de ses jours, et plus elle attendait plus elle réfléchissait et plus la possibilité de sortir lui paraitrait insurmontable, non ? Elle ne pouvait pas rester prostrée ici à psychoter toute seule ! Bon, ce n'était pas ce qu'elle était en train de faire quand il était arrivé, mais William était certain que ça lui arrivait très souvent de repenser en tremblant à ce qui s'était passé. Il la dévisagea avec de grands yeux :

       "Ne t'inquiète pas, il peut rien t'arriver je serais avec toi, et puis, ça va être drôle, tu vas voir !"

      Sans la lâcher, il les dirigea vers la porte, lui lâcha la main, l'ouvrit et sortit à l'extérieur. Il tendit alors la main à Anaïs. C'était à elle de faire son choix. Rester dans la chambre, ou, au contraire, prendre le risque de sortir. Courage, Anaïs.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 18 Juin - 16:14

Je blêmis lorsqu'il me tira vers la porte. Non non non, je ne pouvais pas. C'était plein de fous aussi vicieux et malsains les un que les autres. Si je sortais, qu'est-ce qui me disait qu'un autre n'allait pas me sauter dessus ? Avec un don encore pire que la pyrokinésie ? Il y en avait plein, plein, plein... Je déglutissais et enlevais ma main de celle de William, qui ouvrit la porte et sortit dans le couloir. Il connaissait l'Institut, lui, il était une bête féroce qui ne laisserait jamais personne lui faire du mal, il ne laisserait jamais personne l'approcher, en fait. Le problème était réglé. Alors que moi, le pyromane m'avait attrapée trop vite, je n'avais pas réussi, je n'étais pas comme lui. Je ne voulais pas sortir. Cette chambre c'était en quelque sorte une bulle où rien ne pouvait m'arriver, même si au fond, je savais que tout pouvait arriver. Ce n'était qu'une illusion, mais en même temps, cette chambre était le seul endroit que je commençais à connaître, le seul endroit rassurant.
Mon regard était accroché à William, qui m'attendait dehors, en me certifiant que rien ne pouvait me tomber dessus. Je devais lui dire que je n'y croyais absolument pas ou ça le vexerait ? Je n'allais pas prendre le risque, on sait jamais, je ne voulais pas faire baisser son enthousiasme. Je jetais un coup d’œil au couloir vide, il n'y avait aucun bruit, c'était aussi silencieux qu'un cimetière. Comparaison tout à fait rassurante. Je grimaçais. Il était là, tant qu'il restait avec moi, je pouvais le faire. Juste sortir d'une pièce, et puis j'avais mon don. Cette fois je ne laisserai plus personne me toucher. Je devais le faire pour William, hein, il essayait de s'en sortir pour moi, je ne pouvais pas lui refuser ça. Je pris une grande inspiration et sortais me rattacher à William. Je pris sa main avec brusquerie et me collais limite à lui, en vérifiant derrière nous s'il n'y avait rien.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 18 Juin - 18:08

      William regarda Anaïs se décider après quelques secondes. Elle ressemblait à un petit animal effarouché, qui avait peur qu'un prédateur venu de nulle part ne lui tombe dessus. Elle se raccrocha à lui comme un enfant qui a peur du noir à ses parents. T'inquiète pas, y'a aucune chance que je laisse quelqu'un d'autre que moi t'approcher, songea William en souriant. Elle allait être contente de sa découverte, ça allait lui changer les idées c'était mieux. Et puis, elle allait découvrir comment il s'y prenait pour visiter peu à peu tout l'Institut, et ce n'était pas vraiment simple, même si en dernier recours, il avait son don. De toute façon, les caméras situées dans les couloirs avaient des angles morts. Il fallait prendre le temps de vérifier et de contourner s'il le fallait. Heureusement qu'il avait bonne mémoire pour les itinéraires, sinon il aurait été foutu dès le premier jour, cet établissement était un vrai labyrinthe.

       "On va y aller sans se faire voir. C'est simple, il suffit que tu fasses comme moi, quand je m'arrête, tu t'arrêtes, quand je vais vite, tu vas vite. Tout va bien se passer."

        C'était un vrai jeu de rôle dans lequel il passait pour un espion infiltré. C'était d'autant plus excitant qu'en général il n'avait aucune idée d'où il allait déboucher. Les sens aux aguets, William la conduisit au bout du couloir et tourna à gauche, la main d'Anaïs toujours dans la sienne. Il ne risquait pas de la lâcher. Après deux virages s'annonçait le plus compliqué. Il s'accroupit auprès d'Anaïs, concentré :

       "Il y a deux caméras, braquées vers la gauche parce que c'est un couloir qui mène à la section dangereuse, et trois infirmiers de garde dans la pièce de droite. Tu vois la vitre ? C'est par là qu'ils peuvent nous voir, chuchota-t-il. Ils sont en pause, ils doivent prendre un café sans faire attention. On va longer le mur de droite en se baissant pour ne pas être vu."

      Les instructions données, il n'attendit pas plus longtemps et se redressa. Après un dernier coup d’œil à la ronde, William traversa le couloir, entrainant Anaïs à sa suite. Il se baissa et elle fit de même, passant juste sous la vitre, et se redressa juste après avant de se diriger comme vers le bout du couloir. Concentré mais souriant, William et Anaïs continuèrent ainsi leur parcours à travers l'Institut. William l'arrêta deux fois, l'entrainant dans un couloir adjacent un doigts sur la bouche parce que quelqu'un arrivait, et Anaïs eut l'intelligence de ne pas dire un mot. Elle se retenait peut-être, d'ailleurs, mais ils auraient tout le loisir de parler une fois arrivé.
      L'arrivée, justement. Au bout du énième couloir, il y avait comme un cul-de-sac, William désigna le plafond. Un trou rectangulaire d'environ un mètre sur un mètre y trônait. Il fit la courte échelle à Anaïs qui n'était pas aussi grande que lui et se propulsa de lui-même, attrapant le rebord et se hissant de lui-même en haut. Encore un couloir - désert. En face d'eux, une porte. Qui s'ouvrait avec une carte magnétique. William en tendit une qu'il avait chipé à Anaïs et lui fit une pseudo révérence :

      "On est arrivés ! A toi l'honneur, ma chère."

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 19 Juin - 13:46

J'avais presque oublié que, en fait, nous, nous n'avions pas le droit d'être là. Pour William, c'était certain, alors que moi, ils ne me croyaient sûrement pas capable de sortir de ma chambre pour le moment, alors ils n'avaient pas mis les choses au claire. Bon, je devais avouer que l'idée de sortir ne m'avait même pas effleuré l'esprit jusqu'à ce qu'il me dise qu'il avait un truc à me montrer. Je hochais la tête d'un air distrait, je me doutais bien que le seul moyen de rester avec lui était de le suivre au doigt et à l'œil, et puis je n'avais aucunement l'intention de le perdre de vue, imaginez sur quoi je pourrais tomber et... Prise d'un frisson, j'essayais d'arrêter ces pensées qui n'allaient pas m'aider à me faire avancer. Avec ça je retournerais plutôt dans ma chambre, me tapir sous les draps. Il s'engagea dans un des couloirs, je sursautais au moins bruit de claquement de porte, me retournais avec inquiétude dans les tournants, et... Et faisais tout ce qu'il me disait, par peur de faire une bêtise, même si à mon avis, s'il y avait quelqu'un, il nous téléporterait, tout simplement. Je me crispais à la mention de la "section dangereuse". Alors c'est là que mon vieille ami le pyromane avait été enfermé ? Ou alors y avait-il d'autres sections dangereuses ? William faisait parti de quelle section lui ?
Je me détendis légèrement en pensant qu'il s'amusait vraiment comme un gamin,  il était dans son élément, il s'amusait et ça se voyait, ce qui me fit sourire à mon tour. Je jetais un coup d’œil à la vitre dont il me parlait, et imaginais les hommes en blouses blanches, un verre en plastique en main, entrain de parler. Si un seul s'approchait un peu trop près de la vitre, il nous verrait à coup-sûr, mais apparemment William avait déjà prévu le coup, à croire qu'il avait un emploi du temps dans sa tête avec tous les mouvements des infirmiers de l'Institut. Nous passâmes sous la vitre. Si quelqu'un arrivait par le couloir à côté, il se poserait des questions, voir deux personnes qui ne devraient pas être là passer sous cette fenêtre comme des crabes, il nous prendrait pour des fous. Oh, en fait il ne serait pas trop surpris étant donné le lieu où nous étions. A deux reprises nous nous arrêtâmes et passâmes dans un couloir : un infirmier passait. Je trouvais cette situation assez étrange, et rare également, comme en mission d'infiltration, William était très doué. Il m'amena ensuite dans un couloir qui se finissait par un mur, et indiqua le plafond où une des plaques avait été enlevée, il m'aida à y monter et je fus face à une porte qui nécessitait une carte que les membres de l'Institut avaient en leur possession pas nous et... Avant que je ne puisse finir mes pensées, William m'en tendit une, que je fixais avec de grands yeux écarquillés. Ah ouais, il était très fort. Je la pris du bout de doigts, et la glissais dans le boitier. La porte s'ouvrit.
Je la poussais doucement, et une multitude de couleurs vint se placer dans mon champ de vision. Rapidement, une odeur fraîche, le parfum de toutes les fleurs remplaça celle des hôpitaux. Je lançais un regard à William, et entrais. C'était une grande serre, une grande vitre en hauteur laissait passer suffisamment de lumière pour illuminer toute la pièce. Un escalier menait à un étage supérieur, on pouvait sûrement voir à travers la vitre à partir de  là et s'imaginer l'extérieur de la boucle. Et, partout, absolument partout il y avait des fleurs, roses, rouges, jaunes, oranges, bleues, dans des parterres, parfois au mur, accrochées au fer forgé. C'était un travail titanesque, pour un résultat splendide, qui me laissait sans voix.
Je fis quelques pas jusqu'à arriver au centre de la grande serre et me tournais vers William, le yeux brillants.

- Wahou, c'est beau... dis-je, émerveillée.  

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 19 Juin - 19:22

       William, émerveillé comme un gamin qui vient de recevoir son cadeau de Noël, entendit le bip sonore qui déclenchait l'ouverture de la porte et laissa Anaïs ouvrir. Il coinça un morceau de métal dans la porte pour qu'elle évite de se refermer au cas où. Et voilà, ils avaient environ deux heures devant eux, cette période était creuse, il n'y avait personne dans la serre et pas une caméra en vue. Cette salle était gigantesque : le plafond devait culminé à trois ou quatre mètres de hauteur, et avait été construit en coupole pour optimiser la lumière qui provenait d'une seule et unique fenêtre qui surplombait des allées de plantes. De la clarté naturelle, enfin ! William ne savait pas comment les ingénieurs de Vladimir s'y étaient pris pour construire pareil havre de paix mais il était subjugué. C'était une installation immense, mais cette partie n'avait rien de l'exploitation agricole qui se trouvait plus loin sur la gauche, non, c'était juste un jardin rempli de plantes exotiques. Pour la plupart, William ne les avait jamais vu mais elles étaient un plaisir pour les sens. Lui qui avait été coupé brutalement de la nature qui l'avait pourtant accueilli dans la forêt de la boucle. Certes, cette serre n'avait strictement rien à voir avec la forêt de Cairnholm mais c'était quand même un réel plaisir de comparer toutes ces couleurs et ces formes qui provenaient de culture dont il ne savait rien. Là, un petit arbre niché dans un pot mais qui avait l'air d'avoir cent ans, ici, une fleur très colorée qui semblait venir d'un pays équatoriale. La température variait légèrement lorsqu'on se déplaçait dans la pièce, il le sentit en rejoignant Anaïs.

       "T'as vu ça ?" fit William, tout aussi heureux qu'elle. ça vaut le coup d’œil ! Celui qui a fait ça est un génie ! On va voir ?" demanda-t-il en refermant les doigts sur les siens.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Ven 24 Juin - 22:47

J'étais contente d'être ici, ça changeait de la chambre froide, même si aucune porte ne nous permettait d'accéder à l'extérieur, je respirais mieux. L'air des fleurs ? La différence entre ces deux endroits pourtant construits sous le même toit ? Quoi qu'il en soit, je respirais profondément, heureuse de sa découverte, ce n'était plus une odeur diffuse de désinfectants et de.. de médicaments. C'était ressortir dans le monde vivant après avoir été enfermé dans une boite. Je n'aurais jamais imaginé trouver ceci à l'Institut. Autant de fleurs, d'arbres, alors que dehors il avait de la neige à perte de vue, c'était juste hallucinant, et wahou... Comment avaient-ils fait pour regrouper autant de plantes ici ..? Pour les entretenir ainsi que tout ce qui se trouvait dans cette immense pièce. Un florakinésiste peut-être, dans le cas contraire (où la personne n'aurait pas ce don) on peut dire qu'il avait énormément de talent, et de patience, aussi. Tout ceci demandait forcément énormément d'entretien.  
William prit ma main, je lui souris et serrais la sienne. Un escalier menait à l'étage supérieur qui contenait à coup-sûr un nombre incalculable d'autres fleurs de toutes sortes comme le rez de chaussée. Sauf qu'à partir de là, nous pourrions voir l'immensité et l'étendue de cette salle. Je ne détachais pas mon regard de ce qui nous passait petit à petit à côté, et mon regard scintilla en voyant que grâce à la grande fenêtre (l'unique puits de lumière, car c'était de là que provenaient les rayons du soleil) nous pouvions voir le dehors. J'y avais déjà été, mais William ne l'avait peut-être pas vu. Comment aurait-il pu ? Aucune autre sortie ne pourrait lui permettre d'apercevoir l'environnement de la boucle. Et même si il y en avait, elles lui serraient interdit, par peur qu'il ne s'enfuit. Maintenant c'était un peu... trop tard.
Je me séparais du contexte tropical, pour aller déposer une main sur le carreau de la vitre. Hum, y avait-il une possibilité pour que nous sortions ..? Personnellement une petite sortie en dehors de cette hôpital me tentait bien. Je tournais ma tête de son côté.

- Tu crois que tu pourrais nous faire sortir d'ici ?

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Sam 2 Juil - 1:27

        William aurait certainement passé des heures entièrement à observer toutes les merveilles que renfermait ce jardin, écrin de verdure pétillant au milieu d'une cage de murs blancs et opaques. Il n'y connaissait rien en ce qui concernait les plantes paradisiaques, et ne s'intéressait pas particulièrement à la botanique, mais rien que les couleurs le ravissaient. Il fallait reconnaître que cet endroit était une véritable invitation à l'évasion de l'âme. Le jeune homme ne savait plus où donner de la tête, la pièce semblait si grande, il y avait tellement de choses à voir ! Rien qu'imaginer les multiples lieux qui pouvaient abriter les milliers de spécimens différents qui habitaient dans ce jardin semi-souterrain l'éloignait de l'ennui mortel et du dégoût qu'imprimait en lui l'Institut par moment. Oui, cette serre était définitivement un endroit qui lui inspirait de l'espoir, un je-ne-sais-quoi d'assez convainquant et distrayant pour pouvoir continuer d'avancer. Anaïs l'attira vers la fenêtre. Le dehors. Quelque chose qu'il avait presque oublié. Sentir l'air frais, celui qui n'était pas ventilé par les bouches d'aérations sécurisées, c'était possible ? A cette idée, William reporta enfin son attention sur l'objet de la demande de la jeune fille. La fenêtre était énorme, cela allait sans dire, mais elle les surplombait, il ne savait même pas sur quoi elle débouchait. S'il y avait une fenêtre ici, alors pourquoi l'Institut avait-il était construit de manière souterraine ? La thèse de la discrétion ne tenait pas avec une telle fenêtre qui donnait sur l'extérieur ! Elle ne devait pas passer inaperçue, à moins que… William rejoignit Anaïs en un clin d’œil, très intéressé. Dehors, il y avait du blanc partout, mais l'environnement était anormalement sombre pour cette heure de la journée, et pour cause : la fenêtre de la serre ne débouchait pas directement à découvert, mais plutôt dans un cours tunnel de quelques mètres, histoire qu'elle n'attire pas les regards indiscrets venus du ciel. Le bâtiment était-il donc aussi construit dans la montagne ? C'était un projet gigantesque que Vladimir avait mis en place ici : il s'était même adapté à l'environnement ? Mais combien avait-il dépensé pour fonder une telle institution ? William sentait qu'il n'était pas au bout de ses surprises : combien de salles mystère comme celle-ci l'Institut renfermait-il encore ? Et toutes ces portes sécurisées qu'il n'avait pas réussi à craquées, où menait-elle ? Vladimir était décidément un drôle de bonhomme, qui d'ailleurs était totalement absent à l'appel… Mais il avait accès à des ressources colossales, c'était certain.
Dehors… La vitre était froide. William devina qu'elle était très bien isolée, épaisse et renforcée, comme un peu près tous les composants de ce bâtiment. Mais il lui était possible de franchir des barrières que bien peu de gens pouvaient franchir, grâce à son don. Même si leur exploration avait porté ses fruits, et que l'Institut n'était pas la boucle de Miss Tit, le jeune homme avait imaginé ses retrouvailles avec le monde extérieur autrement. Il allait faire froid, intensément froid. William était malgré tout assez fou pour réessayer, et plus encore : il était prêt à tout pour revoir ce soleil qui l'obsédait depuis un certain temps, il ne demandait qu'un instant à l'air libre, libéré de son rôle de fou furieux dangereux.
      Le jeune homme tendit la main à Anaïs et fixa le bout du tunnel qui renvoyait la lumière de l'extérieur à l'immense fenêtre sur le monde de la serre.


        « Tant que je vois, je peux, » souffla-t-il avec émotion avant de les téléporter dehors.


      La première chose qu'il perçut fut la lumière réverbérée par la neige qui lui brûla la rétine après des mois passés sous terre, si bien qu'il fut obligé de se protéger les yeux avec ses mains. La seconde, le froid mordant qui semblait vouloir le voir six pieds sous terre.

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 1114
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Emma Louise
Âge : 16 ans
Particularité : Maîtrise de la glace
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 3 Juil - 21:14

Je souris à sa réponse, et nous fûmes moins de vingt secondes après dehors, dans le froid de l'Institut. William se cacha les yeux, je fis de même et me détournais pour me mettre face à lui. Ce terrain était fort différent de celui de la boucle, c'était certain, mais après tout... Sur le moment, il ne s'était même pas rendu compte qu'il la quittait, la boucle de Miss Tit, il ne l'avait d'ailleurs pas vue depuis un long moment, alors malgré les températures un peu précaires, être ici, dehors, à l'air libre, c'était mieux que rien, non ? Même si il avait été un peu suicidaire (une nouvelle fois) d'accepter sans hésiter, alors qu'il n'avait qu'un t-shirt à manche courte et un jean qui le couvraient, je ne pouvais nier que c'était de ma faute : je lui avais demandé, si je n'avais rien dit, peut-être qu'il ne l'aurait pas fait. En temps normal il serait mort de froid avant de faire dix pas pour s'éloigner encore un peu plus, mais là...
La neige recouvrait tout, une montagne se trouvait juste derrière nous, à part ça, je ne voyais strictement rien d'autre qu'une longue étendue blanche et plate. Comme une gamine, j'avais envie de mettre les deux pieds dedans étant donné qu'elle était toute propre toute belle, cette neige. C'était éblouissant, et personne d'autre ne viendrait ici, non personne ne viendrait nous déranger, tout était à nous.
Avant qu'il ne fasse un mouvement, je l'arrêtais :

- Attend attend, ne bouge pas.

Je raffermis ma prise sur sa main en fermant les yeux. J'avais eu l'idée avant de lui demander si c'était possible de se téléporter dehors. Mais de là à savoir si c'était faisable... Je n'étais sûre de rien. Bon, je l'avais déjà fait une fois, ça n'avait pas été aussi terrible, excepté ce qui s'était passé ensuite, et avant. Il n'avait pas de fièvre en plus, ça devrait être plus simple, ce n'était même pas une urgence. L'inconvénient était que ce que j'avais fait était pour le refroidir car il avait de la fièvre, ici, ça serait plutôt empêcher le froid de l'atteindre. Cela me semblait plus délicat, moins naturel. C'était comme si... À la place d'insuffler du froid, j'en arrivais à l'extraire, ça me paraissait plus compliqué. Je me concentrais, sa chaleur se représentait un peu dans mon esprit comme une sphère, plus ou moins froide, dont, à ce moment, la température baissait lentement. Donc trouver le moyen pour retirer le froid qui le touchait. Je pris une grande respiration et avec hésitation commençait à... C'était comme aspirer le vent qui glaçait sa peau, et l'attraper, sauf qu'à moi il ne me causait aucun dégât puisqu'il ne m'était pas nuisible. Une sensation assez étrange, encore plus que la toute première fois. Et je sentais petit à petit la sphère se réchauffer pour reprendre sa température d'origine. Mon don se mit à opérer tout seul.

- Ça marche ce que je fais au moins ..? et sans attendre sa réponse je continuais pensive : Me lâche pas pour le moment, j'arriverais pas encore à le faire sans contact.

_________________




♥:
 

Les clubs du soir, avec Chaty ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ♫
Messages : 950
Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Avatar : Hayden Christensen
Âge : 18 ans
Particularité : Téléportation
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   Dim 31 Juil - 20:16

       Le froid… C'était comme un étau qui l'étranglait tandis qu'il les avait précipiter vers la lumière, la beauté de ce paysage dépassait l'entendement, et ce silence… Un silence de plombs, un silence magnifique, d'une nature endormie et forte, tellement forte… Les montagnes échevelées laissaient apparaître leur crâne blanchi par une vieillesse magnifique, leurs rides creusaient crevasses et cours d'eau en un instant, la blancheur merveilleuse de leurs traits contrastaient avec la couleur de la peau craquelée de rochers, de la pierre taillée à vif par les éléments. Parfois, un de leurs enfants voulait descendre la montagne, et ils déchaînaient leur colère sous forme de glaciers qui dévastaient tout sur leur passage, emportant les rochers sur des milliers de kilomètres. Les hommes se voyaient reconduit dans leur vallée, hors de cette terre inhospitalière où quelqu'un, ce Vladimir, avait malgré tout réussi à contrer ce pouvoir énorme assez longtemps pour arriver à ses fins. Jusqu'ici, William n'était pas sorti de l'Institut. Pas une fois il n'avait contemplé ces énormes sommets qui les écrasaient de toute leur hauteur. Pas une fois il n'avait réalisé dans quel trou sauvage on l'avait embarqué de force, dans quel décor faramineux on avait enfermé les plus terribles malades de la terre. Les humains n'avaient aucune idée de ce qui se jouait ici. Si ne serait-ce qu'un seul des internés parvenait à s'enfuir, que deviendrait le monde, à l'époque où ils étaient ? L'histoire en serait changé à jamais, et des centaines, peut-être même des milliers de vies menacées.
         Il ne savait pas trop à quoi il s'était attendu, mais certainement pas à cette vue. C'est là que William se rendit compte qu'Anaïs était en train de lui parler, et qu'il n'avait rien suivi à ce qu'elle disait.

      « Je...  fit-il, stupéfait, encore sur le choc du désert de glace et de roche qu'il avait devant les yeux, quoi ?.. »

       Elle le tenait par le bras, son contact lui transmettait de drôles de picotements, comme si quelque chose bougeait physiquement de l'un à l'autre. Difficile à expliquer. Elle essayait de faire quoi ?..  Maintenant qu'il faisait attention, il avait tantôt chaud, tantôt la température redescendait comme elle l'était réellement, en dessous de zéro, et il tremblait comme une feuille. ça ne se stabilisait pas ? C'était vraiment, vraiment étrange, et ça semblait demander une grande concentration de la part d'Anaïs. Qu'est-ce qu'elle fabriquait donc ?

_________________

« Elle est mon plus grand péché, et j'irai avec joie en enfer pour elle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Institut - Bienvenue chez les particuliers très particuliers - Entrevue 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bienvenue chez nous
» Un soin très particulier [Pv Ella Nicholson]
» Bienvenue chez moi...
» [Event] Bienvenue chez Rose
» Tadadam ! Joy ! Serpentard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Autres boucles :: Institut-