Partagez | 
 

 "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 19 Aoû - 19:17

J'avais passé ma journée à déambuler près de l'étendue qui valait son nom à notre planète. Un vent frais créait les vagues destinée à devenir la seul mélodie présente sur la plage. La matinée : passée sur la plage, les pieds dans le sable. Midi, retour à la maison pour manger (entre nous, un macdo ne serait plus pas de refus) puis de nouveau, gambade sur l'île. C'était sur que demain j'aurais des courbatures mais en attendant c'était les seules occupations que j'avais trouvé. Avec dessiner, regarder le paysage et.... C'était tout en fait. C'était désespèrent. À peine trois semaine que j'étais ici, et je m'ennuyais déjà au plus au point. Et l'éternité : c'était long. Les pauvres particuliers qui étaient là depuis une cinquantaine d'année, je les plaignais, sincèrement. La punition d'avoir un don était donc de mourir d'ennuis ? Autant se faire tuer par un sepulcreux.
Mes pas résonnaient sur les dalles du port, accompagnés du cliquetis régulier des chaînes retenant les bateaux. La nuit, ce petit fond sonore devait être digne des films d'horreur. On avançait, on avançait puis... BAM. Une horde de crevards déboulaient d'un magasin ou même d'un bateau. Ah moins que ce soit les chaînes d'un prisonnier, fantôme, enfin quelque chose de flippant en somme.
Mais là il faisait jour. Même si le soleil descendait doucement avec un paysage magnifique à dessiner s'étendait devant mes yeux, je n'y faisais guère attention, préférant reporter mon attention sur ce qui se trouvait sur le quai puis sur le phare au loin. Mes yeux s'arrondirent et je décidais à la seconde même d'y aller. Rien que pour voir l'île de haut. M'enfin, pour ça, il faudrait que l'on n'y ait accès. Je devais aller voir.
Je continuais donc ma route, un poil plus rapidement que tout à l'heure.
Je passais sur la petite route au dessus des rochers cachés par la mousse, mais sûrement couvert de moule ou d'autre coquillage dont je ne connaissais pas le nom, pour arriver devant la porte, entre-ouverte. Je m'éloignais un peu afin de voir le haut du phare. Effectivement, il y avait une carrure qui regardait l'horizon. Monter ou pas, finalement ? Bah aller, de toute façon y aller ne tuera pas. Je passais par l'entrée, jetais un coup d'œil sur les escaliers qui y menaient et... Me dis que faire demie tour était bien aussi. J'aurai fait ma journée sport. Je montais malgré tout, sentant les muscles de mes jambes réclamer du repos, elles avaient été bien utilisées aujourd'hui !
Essoufflée je pris appui quelques instants, mains sur mes genoux, et mon regard se dirigea vers la porte pour arriver sur les "balcons". Le garçon était toujours là. Je pris le temps de reprendre ma respiration (voir une fille débarquée à moitié essoufflée en haut d'un phare, y avait mieux).
Par la suite, je m'approchais du jeune homme en question et posais mes mains sur les barres de fers qui étaient là pour nous éviter de tonter.

- ]Sympa la vue. Fut la seule chose qui me vint à l'esprit.


_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 19 Aoû - 20:28

Mon regard scrute l'horizon. J'attends patiemment que le soleil se couche, comme plongeant dans l'étendue bleue marine ressemblant vaguement à un tissu de soie brillant et ondulant légèrement. La mer est plutôt calme et de là où je suis, j'ai une vue imprenable sur le port et ses alentours.
Le port, j'y avais passé ma journée, errant sur le quai et dans les quelques boutiques qui n'avaient pas encore mis la clé sous la porte. Je le connaissais désormais par cœur à force de le visiter tous les jours. Maintenant, il va falloir me trouver une autre occupation. Ici, je peux certes utiliser mon don à ma guise mais il n'y a pas ses cavités naturelles dans les falaises ou les montagnes me permettant de créer cascades et piscines naturelles pour m'y baigner. Une bien triste et ennuyeuse éternité m'attendais. C'est la première fois que je ressentais ce qu'on appelle "l'ennui". Bien sûr, ce n'est pas l'ennui du cours de maths, non, c'est l'ennui sur le long terme. L'ennui quand on ne trouve rien à faire et que l'on ne se suffit plus à soi-même pour se "divertir". Je ne demande pas de la compagnie, ça non ! Mais juste un peu plus d'activités, d'animations. Rien que de regarder quelque chose de plus "vivant" que moi me suffirai largement, mais rien. Rien ne bouge. Le soleil arrive bientôt à la fin de sa course avec la lune et un camaïeu de couleurs chaudes remplace peu à peu le bleu cotonneux de cette journée.
Une silhouette féminine s'approche du phare dans lequel je me tiens. Elle n'a pas l'air de m'avoir vu et je prie pour qu'elle ne vienne pas ébranler ma tranquillité. Malheureusement, j'entends la porte du bas grincer et les marches craquer sous le poids de l'inconnue remarquée quelques secondes plus tôt. Ca t'étonnes Tommy ? Arrête t'as jamais était croyant, pourquoi un mec qu'on appelle Dieu écouterait tes prières ? pensais-je en mon fort intérieur.
Les marches arrêtent enfin leurs plaintes et je tourne ma tête vers la porte du haut. Personne. Elle a dut faire une pause. Je me repositionne bien, accoudé à la barre en fer censée assurer notre sécurité. J'entends enfin les pas de la silhouette résonner sur la plateforme et je la sent s'approcher de moi. Du coin de l'œil, je distingue deux mains halées sur le garde-corps. Finalement, une voix me parvient, elle constate que la vue est sympa. Quel sens de l'observation... Pourquoi ai-je l'impression qu'elle s'adresse directement à moi ? En guise de réponse, je tourne légèrement la tête sur ma droite, juste assez pour la détailler de haut en bas, ne laissant rien paraître sur mon visage, avant de reprendre mon observation de l'apparition de la nuit.
Même si elle n'a pas l'air bien méchante avec ses cheveux de feu et ses yeux noisettes, je préfèrerais être seul. M'Enfin, je ne peux pas non la faire dégager en la balançant au dessus de la barrière ; un meurtre sur les épaules n'arrangerait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 19 Aoû - 21:11

D'accord... Bonjour à toi aussi, moi c'est Swan. T'as l'air bien sympa mon gros. Si les particuliers devenaient comme ça, le reste de ma vie serait trèèèèès très longue. J'arquais un sourcil, gardant bien en mémoire ce moment où il m'avait royalement ignoré. Bien. Maintenant je devais descendre et le laisser seul ? Bah mon coco, si je voulais monter, je montais, ce n'était pas son caractère de merde qui allait me faire descendre. Je fronçais les sourcils et reportais mon attention sur la mer. Il n'était pas décidé à parler. Mais je sais pas, hocher la tête pour dire bonjour, ou juste simplement dire "salut", merde ?
Ouais, ok, j'allais loin, mais mes parents avaient toujours exigé une politesse devenue naturelle avec moi et j'étais souvent surprise de constater que certaine personne n'avait pas reçu une telle éducation. Mais quand même... Dire quelque chose n'allait pas lui brûler la gorge, ce n'était pas comme si j'allais lui verser un bol d'huile bouillante dès qu'il ouvrirait la bouche. J'appuyais mes coudes sur la barre, un moment. Le silence dura un moment où je ne prononçais plus un mot. Jusqu'au moment où j'en eu marre. Je me redressais, appuyant ma hanche contre le bord, pour regarder le garçon.

- Aurais-je l'honneur de savoir ton nom ou as-tu décidé à m'ignorer jusqu'à ce que je parte ? Demandais-je d'un ton où le sarcasme n'était pas caché.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 19 Aoû - 23:11

Elle ne lâche vraiment rien. C'est si dur que ça de laisser quelqu'un tranquille ? Enfin bref... Après s'être accoudée à la rambarde un instant, puis elle se redressa vivement et appuya sa hanche sur la barrière de fer avant de me demander mon prénom, à sa manière, d'un ton très sarcastique. Bien, autant lui répondre vite fait comme ça elle me lâchera peut être.

- Tommy, répondais-je d'un ton sec.

Je ne lui renverrais certainement pas la question, je n'ai pas envie de lui parler et j'espère que mon manque de paroles ainsi que mon ton cassant la feront déguerpir. Je me redresse à mon tour et me plaque à la paroi du phare en passant une main dans mes cheveux emmêlés par la brise fraîche et saline du bord de mer. Je fixe toujours l'horizon, attendant le changement entre le jour et la nuit. Dès que la nuit serra tombée, je partirais d'ici et je n'entendrais plus parler de cette fille si... Agaçante, persévérante et sarcastique. Elle n'a pas l'air d'être une fille qui abandonnes facilement quand elle veut quelque chose, je prie alors pour ne pas qu'elle me suive quand je m'en irai.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Jeu 20 Aoû - 0:04

Je devais le remercier d'avoir répondu ? Ça ne m'aurait pas étonné. C'était un cas ce mec. Je levais les yeux un ciel et je tournais vers la surface bleutée. Comment créer une discussion si la seconde personne qui devrait faire partie de la discussion ne faisait aucun effort pour la relancer ? Je pouvais faire tous les efforts du monde, mais s'il continuait à répondre comme ça, je n'espèrerai plus grand chose.

- Je commence à croire que ta bouche n'est faite que pour produire un nombre restreint de syllabe. Soupirais-je, déjà exaspérée par le jeune homme.

Un petite effort, rien qu'un. Sachant que ce que je venais de dire n'allait sûrement pas lui plaire. Au moins, j'aurai réussi à lui décrocher une phrase. Ça sera la fierté de ma journée. Et vous le savez déjà, vu ce qu'y avait à faire la journée, la fierté était souvent la seule chose que je faisais en fait. Me lever pouvait être ma fierté ! Bien sur ! Ne pas faire de continuelles grasses matinées, tranquille dans le lit. N'était-ce pas ce que le plupart des gens aimeraient ? Moi je préférais largement travailler, franchement. Continuer mes études, avoir une vraie vie comme ma mère quoi. Mais je pouvais rêver. Si j'étais ici maintenant, c'était pour y rester. À moins de fuguer de la boucle en passant par le Cairn. Et risquer de croiser un estre ou un sépulcreux dès l'entrée. Vive la vie des particuliers ! Je soupirais une deuxième fois en plaçant ma main sous mon menton. J'avais le mal du pays, ou de l'époque, à moins que ce soit les deux en même temps. En plus me voilà avec quelqu'un en qui je pouvais avoir confiance pour me remonter le moral. J'aurai dû croiser la route d'April, d'Elsa ou de Victoria, au moins elles savaient discuter, elle.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Jeu 20 Aoû - 17:15

Elle commence vraiment à m'agacer celle-là. Pourquoi veut-elle à ce point entamer une conversation ? J'ai beau lui montrer que je ne veux pas lui parler, elle s'accroche et continue. On peut dire qu'elle est persévérante, ça c'est sûr.

- Je n'aime pas parler, c'est tout. Surtout à des inconnus, lâchais-je avec indifférence.

Nerveusement, je mords l'intérieure de ma joue. Je la mords pour me calmer parce qu'elle commence franchement à me soûler. J'aurais pu choisir de ne rien lui répondre et de me renfermer complètement, comme à mon habitude, mais sa remarque m'a piqué au vif.
Je me redresse et marche dans la direction opposée de la fille et me réappuye sur le garde-corps, mains agrippées à la barre de fer. Je me penche légèrement vers l'avant et constate que le phare s'élève à une bonne dizaine de mètres du sol. Si je la pousse dans le vide elle ne survivrait pas mais quelque chose m'empêche de la menacer. Je ne suis pas quelqu'un de mauvais, juste quelqu'un qui veut qu'on lui fiche la paix. Pas vraiment le profil d'un tueur.
Le ciel commence à s'assombrir et le soleil va bientôt passer complètement de l'autre côté de la planète, nous laissant à la lune pour la nuit et la chassant pour ceux qui habitent de l'autre côté du monde. Je reprends ma position de départ et attend l'apparition des étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Ven 21 Aoû - 0:22

Pas parler, ok. Mais quand même. Je trouvais ça hallucinant. Genre rien. Il n'avait strictement rien dit. C'était effarant. En attendant, s'il ne parlait pas, je ne risquais pas de devenir autre chose qu'une "inconnue" comme il le disait. Comment voulait-il connaître des gens s'il ne disait rien du tout ? Il était légèrement illogique. À moins qu'il veuille parler à la mer. Ou au phare. Si je l'ennuyais vraiment, il n'avait qu'à descendre, or il s'était juste éloigné. Pour pouvoir marmonner au phare tranquillement ? Je n'avais pas l'habitude de parler avec des personnes ayant des petits problèmes de la sorte, mais ça pouvait arriver, la preuve. Je fronçais les sourcils en le regardant. Il pouvait avoir un fond de vérité là-dedans, quand même. Je haussais par la suite les épaules. Je n'avais pas grand chose à faire sans mes crayons ni mon bloc de papier dessin. Rester ici était inutile.

- Bon, mon coco, si tu veux que que je dégage pour te laisser parler seul avec le phare, fallait le dire tout de suite.

Ça devait paraître fou pour lui ce que je venais de dire, mais en suivant mes pensées, c'était assez logique. Sur ce, je me détournais, ouvrais la porte et pris l'escalier pour redescendre du phare qui faisait la causette. Je devrais peut-être essayer un jour. Parler à de la pierre.... En fait... Peut-être pas. J'étais assez saine d'esprit pour -au pire- me parler à moi même. Mais franchement, à moins que le phare lui réponde, je ne trouvais rien qui pouvait être excitant. Sauf s'il avait un don pour donner vie au objet, là, ça changeait tout.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Ven 21 Aoû - 0:48

Moi ? Parler à un phare ?  
Avant que j'ai pu répondre quoi que ce soit, madame avait déguerpi. Si ça avait été une personne qui ne m'intriguais pas, et dans d'autres circonstances, j'aurais été heureux de la voir partir. Mais, bizarrement, là non. Cette fille a touché mon orgueil, tout comme ma curiosité d'ailleurs, et je ne vais pas la laisser s'en tirer comme ça.
Je marche vers la porte de la plateforme et descend du plus vite que je peux les quelques centaines de marches de l'escalier en risquant plusieurs fois de dégringoler de ses morceaux de bois minuscules et vieillis par le temps. J'arrive enfin à la dernière marche et fait une pause de quelques secondes, mains sur les genoux et tête en avant pour reprendre mon souffle. Si je dois m'arrêter toutes les cinq minutes pour lui parler, elle va me trouver encore plus dérangé, or je veux lui démontrer le contraire.
Après ce court arrêt, j'ouvre la porte de l'entré du phare et en sort en la claquant derrière moi. J'aperçois alors les cheveux roux de l'inconnue et court vers elle, tentant de ne pas trébucher sur les rochers avoisinant. Je la rattrape enfin et la retourne par l'épaule de mon bras gauche.

- Mais qu'est ce que t'as fumé ? J'ai vraiment une tête à parler à un putain de phare vert et blanc ? Sérieux, tu me vois parler à un tas de ferrailles rouillé ? Déjà que j'ai du mal avec les humains alors un phare... Et puis je suis pas fou non plus ! Je n'aime juste pas parler, expliquais-je hâtivement.

Tout n'était pas de ma faute non plus, elle aurait pu continuer la conversation -qui était plus un monologue, je l'admets- et à un moment je lui aurais poser des questions moi aussi -ou pas. Et puis, qu'est qu'elle voulait que je lui dise ? Ça doit faire six ans que je n'ai pas eu une conversation digne de ce nom avec une quelconque personne et, contrairement au vélo, j'ai perdu les réflexes habituels à la rencontre avec quelqu'un. Bon, peut être que je pourrais commencer par lui demander son prénom... C'est comme ça que les gens "normaux" font, non ?

- Bon euh... C'est quoi ton nom ? demandais-je maladroitement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Ven 21 Aoû - 13:09

Une main m'attrapa le bras, je me retournais un sourire aux lèvres (c'est marrant comment tous le monde veut retenir mes personnages (a). Face à son discours, je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. C'était comique, il était comique. Comique et illogique ! Il n'aimait pas parler et il venait pourtant de me pondre un sacré pavé. Tout ça pour se justifier et sauver sa dignité. Comme s'il voulait faire bonne figure après m'avoir royalement ignoré.
Bien, j'avais visé le gros lot, au moins il était descendu et il parlait, c'était pas trop tôt. C'était une petite victoire par rapport à son caractère, enfin, à ce qu'il m'en avait montré, il était très peu vivable.

- J'ai rien fumé, mais ça a marché ! Et si, à te voir, j'ai cru que tu lui faisais gentiment la conversation. Expliquais-je mi-riant, mi-souriant.

Maintenant il semblait disposé à parler un temps soit peu. Même ! Il me demanda mon prénom ! Je fus tentée d'applaudir, mais il le verrait sûrement très mal (c'était même sur, mais passons). Manquerait plus que je fasse une gaffe et qu'il décide de remonter en haut de sa tour. Comme les contes pour gamins. Comment elle s'appelait ? Ah si ! Raiponce ! Coincée dans sa tour. Sauf que là il n'avait pas les même cheveux. Ah oui, ils étaient bien différents sur ce point. Puis comment j'en étais arrivée là, moi ? C'était pas le problème, il m'avait enfin posé une question, j'ai cru que toute mes tentatives seraient vaines !

- Moi, c'est Swan. Dis-je alors.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Lun 24 Aoû - 13:10

- Une personne censée comme moi ne parle pas à un phare, dis-je très sérieusement.

Je me suis mis dans de beaux draps, c'est le moins qu'on puisse dire ! Pourquoi ai-je eu le besoin de la rattraper déjà ? Ah oui, c'est vrai, elle m'intrigue un peu. Énormément même. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de connaître un peu cette fille au cheveux de feu et au tempérament tout aussi explosif et détonnant. Bien sûr, je ne vais rien lui dire de très intime sur moi, juste ce qu'il faut pour ne pas qu'elle reparte en furie et me laisse en plan ici.
Je lui lâche l'épaule et croise les bras après m'être passé une main sur le visage, autant pour me réveiller que pour réfléchir à la prochaine question à poser. Après tout, c'est elle qui veut que je lui en pose, alors autant faire ce qu'elle dit sans répondre aux siennes.

- Donc t'as quel âge Swan ? demandais-je tout en glissant les mains dans mes poches de jean.

Je décide de m'asseoir sur un des rochers présent autour de nous et fixe la mer avec intérêt. Le calme nous enveloppe et une brise légère passe dans mes cheveux, appelant ma main à s'y mettre à son tour dans le but de les recoiffer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Sam 29 Aoû - 21:28

Hallucinant. Il suffisait donc de dire quelque chose de totalement débile pour lui arracher des mots de la bouche. Bon, j'avais trouvé la technique au moins. Je levais les yeux au ciel un nouveau sourire naissant au bout de mes lèvres. Il persistait en plus ! Alors monsieur avait peur de l'image qu'il donnait de lui. C'était bon à savoir en tout cas.
Il allait s'asseoir sur un rocher face à l'eau, je fis alors de même sur celui à coté de lui. La vue était belle, mais le soleil était presque couché, laissant à la voute céleste le territoire de l'astre flamboyant pour une nuit. Mais les petites étoiles scintillantes s'accrochant aux différentes constellations avaient un certain charme dont on ne se laissait pas. Sans oublier le doux murmure des vagues. Si seulement l'on pouvait mettre un bruit dans les dessins ou les tableaux pour permettre à celui qui le regarde d'être mieux plongé dedans. À moi qu'un bon artiste sache faire écouter cette musique dans des tableaux. Ouais, ça devait être ça.
J'étendais mes jambes et m'étirais lentement savourant la fraîcheur nocturne des lieux et l'humidité de la mer.
J'esquissais un nouveau sourire à sa question.

- Devine. Lançais-je pour l'embêter.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Lun 31 Aoû - 23:49

Swan se pose à côté de moi sur le rocher qui me supporte. Pour moi, c'est presque trop prêt. Bien que je n'ai aucun problème avec les contacts physiques, je n'aime pas vraiment qu'on se rapproche trop vite de moi. Je m'éloigne donc un peu d'elle sur le côté tout en écoutant sa réponse.
Serait-ce une pointe de défi que j'entend dans sa voix si douce ? Je n'aime pas parler à la base alors jouer aux devinettes avec une fille que je viens à peine de rencontrer c'est... Comment dire ? Compliqué ou totalement inconcevable. Je la foudroie du regard, pour bien lui faire comprendre que son petit jeu commence à m'agacer.

- Je dirais plusieurs millénaires vu cette peau ridée qui pend et toutes ses tâches de vieillesse qui couvrent ton visage tombant et pâle, affirmais-je avec sérieux et scrutant sa tête.[b]

Après tout, elle pourrait être une vielle dame de mille ans. Ici, l'âge ne se voit pas même s'il est présent. On est conscient que les années passent mais dans notre tête comme pour notre corps rien ne change, tout est figé. Je ne sais pas si au bout d'un moment je me lasserai de mon "immortalité". Si je m'ennuierai de cette éternité dans laquelle nous vivons nous, particuliers. Peut être qu'à partir d'un certain âge, je repasserai dans le monde des humains et que je finirai ma petite vie tranquillement en me prenant toute ma vieillesse en pleine tête.
Mais pour l'instant, je suis bien ici à contempler le ciel étoilé qui se profile au dessus de ma tête. À admirer ces petites lampes lumineuses qui éclairent ce tapis de velours bleu foncé tirant vers le noir.
Je sors mon briquet de ma poche et commence à jouer nerveusement avec, faisant apparaître puis disparaître de petites flammes. Le manque commence à se faire plus que ressentir, c'est insoutenable. Je me suis mis un objectif : arrêter de fumer. Pas facile du tout quand on a commencé à 16 ans sans jamais s'arrêter. Avant d'entrer dans la Boucle, j'en étais à deux paquets par jour. Aujourd'hui, ça fera un mois que je n'ai pas touché à une cigarette. Le manque est trop grand, je n'arrive pas à me contrôler et craque. Je sors en vitesse mon paquet pour en tirer une avant de la coincer entre mes lèvres et de l'allumer. À la première bouffée, je me sens revivre. C'est comme si on m'avait insufflé la vie à nouveau alors que, au contraire, ça me détruit les poumons et me vole un instant d'existence. Enfin, il faut bien mourir de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mar 1 Sep - 0:28

Petit joueur. Je fis mine de réfléchir sérieusement à ses paroles dans une position digne du Penseur de Rodin avec exagération. Puis finalement je lâchais :

- T'en es pas très loin ... Moqueur.

Bah ouais avec un mec pareil fallait bien trouver de l'humour quelque part, avec ses réponses y avait de quoi lui foutre des baffes. J'observais l'étendue bleue jusqu'à ce que du mouvement se fasse et une odeur agressant les paumons apparaisse. J'écarquillais les yeux et me tournais brusquement vers Tommy qui détenait une clope en bouche. Et les autres ? Merci le respect pour ses voisins et l'environnement.
J'étudiais la barre orange et blanche fumante venant du présent, dégageant une odeur dérangeante. Du moins pour moi. Mes parents étaient de vrais écologistes et ma mère aurait fait la gueule pendant de lustres à mon père s'il avait pensé à en rallumer rien une. Bien sur qu'il avait fumé. Comme tous ceux de cette époque qui ne savait pas que ce produit était nocif, mais après avoir rencontré ma mère, il avait directement arrêté malgré le manque. Apparement mon père était plus fort que ce gamin à la résistance. Je fronçais les sourcils et me levais subitement pour lui arracher le poison de la bouche et de l'écraser au sol. Sa tête de poisson hors de l'eau me fit presque éclater de rire mais je réussis à garder une mine sévère et agacée.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 2 Sep - 19:51

Plus de cigarette. Plus de poison entre mes lèvres. J'étouffe un juron en me rendant compte que c'est Swan qui vient de retirer la barre mortelle, mais indispensables à mes yeux, de ma bouche. La colère monte en moi à la vitesse d'un cheval au galop. Si bien que je commence à serrer le poing nerveusement. Calme-toi Tommy... Respire. J'inspire et expire fortement pour tenter de m'apaiser. Tout doucement, mon poing se desserre et la tension qui m'a envahit il n'y a même pas une seconde redescend petit à petit pour finalement disparaître. Ça ne sert à rien de s'énerver si c'est pour qu'elle parte. J'ai envie de voir sa réaction quand je la provoques.
Je lui souris gentiment et ressort une cigarette de mon paquet tout en la regardant dans les yeux puis l'allume en vitesse. Je me relève pour me trouver face à elle et prends une grande bouffée avant de recracher la fumée juste à côté de sa tête. Je ne vais pas lui envoyer dans la figure, ça serait trop mesquin de ma part et je pourrai me prendre une bonne gifle, ce dont je n'ai pas grandement envie à vrai dire.

- Je n'en suis pas loin... Bien. Alors dis moi ! lançais-je avec un clin d'œil.

Puis, lui tendant mon paquet de clopes ouvert :

- T'en veux une peut être ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Mer 2 Sep - 21:43

J'observais son poing de serré, puis il retrouvait son calme. Ça sentait pas bon. J'aimais pas du tout ce sourire, il faisait froid dans le dos ! Il se relevait, rallumait une cigarette et... Alors ça mon grand, tu vas me le payer. Je coupais volontairement ma respiration refoulant une toux dut à l'odeur et relevais des yeux glacés vers lui. Donc il voulait jouer à ça ? Je n'étais pas sûre qu'il gagne.
Je pris un sourire enjôleur et arrachais sèchement des mains du garçon le paquet. Pendant qu'il me regardait, j'en profitais pour créer une plante mouvante derrière lui. Semblable à une liane, comme un serpent bondissant sur sa proie. Sauf que la plante vint gentiment lui tapoter l'épaule. Il se retourna et la fleur s'occupa de lui arracher la cigarette de la bouche. Pour qui se prenait-il ? J'avais profité de ce moment où il était retourné pour balancer son paquet à l'eau (on s'en fiche demain il ne serait plus là, donc pas de pollution). C'était à moi de sourire maintenant. Je le narguais, avec un jolie sourire carnassier et espiègle.

- Je sais pas si t'en as encore un, mais je te déconseille de le prendre où il finira comme celui là.

Je croisais les bras, ordonnant silencieusement à la plante de mettre le dernier mégot dans l'eau. Ce qu'elle fit docilement. Elle grandit et déposa la partie brûlante dans la mer, dans un crépitement habituel de l'eau avec le feu.

- Tu la reveux ?

Je fis un léger signe de la main, mon don opéra, et le mégot fut déposé aux pieds de son propriétaire. J'adorerais qu'il se retourne. Rien que pour voir sa tête.
Quant à sa question pour mon âge : il n'avait qu'à réfléchir un temps soit peu.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Ven 11 Sep - 21:55

Le paquet disparaît de mes mains et finit emprisonné dans celles de Swan quand je sens quelque chose me toucher l'épaule. Je me retourne vivement sous le coup de la surprise et découvre une plante grimpante qui m'arrache de suite la cigarette présente entre mes lèvres et plonge le bout incandescent dans l'eau salée. J'en reste totalement bouche-bée et pétrifié pendant plusieurs secondes.

- Je crois que j'ai compris madame la fleuriste, dis-je tout en me retournant.

Je remarque alors que ma cigarette est posée à mes pieds mais, bien évidemment, elle est maintenant inutilisable. Je la ramasse et la rejette dans la mer devenue noire en même temps que la nuit apparut. C'est alors qu'une idée me traverse l'esprit.
Mentalement, et en gardant un sourire scotché aux lèvres, j'ordonne à l'eau de créer une vague d'à peu près un mètre cinquante.

- Elle me paraît assoiffée cette plante alors... Autant la désaltérer à sa source non ? déclarais-je en pouffant de rire.

Rapidement et sans prévenir, la vague vint s'abattre sur Swan et j'ai à peine le temps de me décaler afin de ne pas me faire submerger par celle-ci. Je pars alors dans un fou rire incontrôlable et rallume une barre mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 13 Sep - 0:41

Madame la botaniste ça m'allait mais fleuriste... S'il le voulait. Je n'allais pas le reprendre pour quelque chose que je n'exerçais même plus. Puis ici... Il ne fallait pas trop espérer revenir dans le présent, donc reprendre mes anciennes activités étaient presque impossible, surtout après deux semaines sans nouvelle ni quoi que ce soit. Néanmoins, j'étais satisfaite de mon coup, et de la surprise que la plante avait provoquer. Il ne l'avait pas vu venir, et désormais, il me regardait avec une tête de poisson hors de l'eau. Les bras toujours croisés, je le fixais, en cherchant un sens à ses paroles. Assoiffée ? La plante ? Je plissais les yeux, me préparant à une remarque cassante, ou quelque chose y ressemblant de près ou de loin. Au lieu de ça, il s'éloigna de moi. Je me retournais donc, et écarquillais les yeux en voyant une vague importante s'approcher dangereusement de moi. Pas le temps de l'éviter. Elle s'abattit brusquement, m'emportant aau passage contre les rochers proche du bord. Je tombais à genoux, désormais écorchés, mes mains raclant la pierre sous l'eau de la vague pour ne pas tomber dans la mer. J'aurais préféré éviter d'aller me baigner maintenant. Puis une vive douleur à la cheville. Je me retiens de crier, retombant brusquement sur les roches lorsque la vague partie. Je pris une grande inspiration, les larmes aux yeux, puis me relevais en regardant mes mains abîmées, parfois même ensanglantées à certain endroit. Puis une nouvelle douleur en essayant de bouger ma jambe. Je baissais les yeux : mon pied était coincé entre deux rochers du bord. Je voyais la peau rouge et je craignais que cela saigne. Je grimaçais rapidement en essayant de déloger mon pied. La douleur se fit alors plus vive et moins supportable. Je relevais les yeux alors vers Tommy qui riait comme un imbécile sans se rendre compte de la situation.

- T'es gentil, arrête de te bidonner et viens réparer ta connerie ! Hurlais-je d'un ton plaintif.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 13 Sep - 20:28

La remarque de Swan me percute et j'arrête instantanément de rire pour me diriger vers elle. Ce que je découvre me fait grimace de l'intérieur. Je ne voulais pas lui abîmer la cheville, ni même lui faire un quelconque mal, juste l'arroser un peu. Beaucoup en fait. Je m'agenouille à côté d'elle et examine le reste de son corps. Ses mains et ses chevilles sont bien écorchés et les plaies sales ne me rassurent pas sur l'état de sa cheville qui est encore pire.

- Je voulais pas Swan. Désolé. Je vais te sortir de là mais je vais te demander de pas me taper si ça fait horriblement mal d'accord ?

Je n'attends même pas sa réponse et entreprend de lever doucement sa jambe pour voir à quel point sa cheville est coincée entre la roche. Sent une grande résistance et découvre la chair à vif de Swan.

- Ok alors... Tu pourrais pas créer une plante pour faire levier ? Pour bouger le rocher.

Je réessaye de débloquer son membre mais échoué à nouveau. Autant arrêter cette torture et attendre sa réponse qui sera beaucoup plus intelligente, j'en suis sûre, que mes vaines tentatives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 13 Sep - 20:54

Il réagissait c'était au moins un avantage. Il aurait pu resté là, immobile, puis ne réagir qu'à la nuit tombée, au moment ou l'on ne verrait plus rien. Et passer ma nuit ici n'était pas dans mes attentions. Oh, ce n'était pas que j'avais peur du noir, non, plutôt que rester dans une telle situation toute la nuit ne m'enchantait pas. Ma cheville me faisait souffrir et j'avais froid. Cet idiot m'avait trempé (oui, l'eau, ça mouille, merci pour l'information) et avec la nuit qui descendait, la fraîcheur des nuits de septembre venait au galop. Alors je me les caillais.
Ne pas le frapper ? Il était marrant. Ce n'était pas lui qui avait la cheville coincée entre des pierres à cause d'un gamin qui se croyait marrant. Tout ça pour quelque clope en plus ! Mais quel âge il avait, sérieusement. Je n'eus pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'il me prit la jambe et essaya de la déloger. Sans succès. Et moi pendant ce temps j'avais les mains refermées pour essayer de ne pas crier. Les muscles crispés, je sentais la douleur remonter le long de ma jambe jusqu'à ce qu'il s'arrête. Je pris une grande inspiration pour me concentrer. C'était qu'il avait une bonne de idée celui là. Sauf quand il retenta. Ça, c'était une énorme connerie.

- Arrête... Arrête... Le suppliais-je en murmurant, les yeux clos.

Je retirais ses mains plus brusquement que je le voulais, préférant l'éloigner. J'allais me débrouiller. Après tout j'avais vécu des mois en pleine nature. Mais j'avais une trousse de secours et un téléphone s'il le fallait dans mon sac. Là, rien. J'observais l'interstice où mon pied disparaissait, puis, grâce à une forte concentration, je fis naître de nouveau des sortes de lianes. Sauf sue cette fois, elles ressemblaient plus à de la vigne, étant donc moins fragiles. Elles s'enroulèrent avec difficulté autour des pierres, mais parvinrent tout de même à faire plusieurs tours pour bien s'accrocher.

- Prends en une, et tire.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 13 Sep - 22:43

Je regarde patiemment les sortes de lianes s'enrouler autour des roches puis m'exécute. Je prends une des tiges dans ma main et tire doucement.
Je m'en veux vraiment de lui avoir fait subir ça. Je ne veux pas faire souffrir les autres, juste reste loin d'eux, seul. Tout le contraire de ce qui est en train de se passer maintenant en somme. Je ne me pensais pas capable de parler aussi longtemps et de passer autant de temps avec quelqu'un.
Je remarque qu'elle est trempée de la tête au pied -normal quand on vient de se prendre une vague- mais surtout qu'elle grelotte à cause du froid. Il faudrait trouver un endroit pour la réchauffer un minimum et ce n'est certainement pas le phare qui fera l'affaire avec son métal glacé.
Je continue à tirer sur la liane mais rien ne se passe, je ne vois vraiment pas où elle veut en venir.

- J'ai pas l'impression que ça change grand chose... m'exprimais-je.

Je ne vais pas essayer à nouveau d'extirper sa cheville de la roche. Elle a assez souffert comme ça et sa chair ne supporterai pas un frottement de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 13 Sep - 22:47

- Si, aller, faut juste que j'arrête de penser à la douleur.

Je serrais les dents. Bien sur que j'avais vu que rien de bougeait malgré ses tentatives. Mais je n'y pouvais rien. Je sentais ma chair se réduire en lambeau sous la pierre, j'imaginais mon sang sur mon pantalon, puis la peau à vif. À partir de là, je sentais ma concentration s'amenuiser de plus en plus, jusqu'à disparaître totalement pour ne laisser qu'un mélange confus de douleur. Je secouais la tête et fermais les yeux, faisant le vide dans mon esprit. Ne penser qu'au vent. Les plantes. Les landes. La forêt et le lac de ma jeunesse. Je ne fis plus attention à rien d'autre qu'au bruit des vagues et aux différentes sensations de mon passé. Lentement, la corde se releva avec la pierre et le garçon n'eut qu'à faire quelques efforts pour libérer le reste de ma cheville. Tout s'écarta doucement, et j'enlevais précipitamment ma jambe de là, ce qui m'arracha une grimace de douleur. Je portais instinctivement ma main à la cheville ensanglantée. S'il n'avait pas essayé de l'enlever peut-être qu'elle ne serait pas si abîmée. Bon, pas la peine de lui en vouloir, il ne pouvait pas savoir. Je serrais une nouvelle fois les dents et les lianes vinrent disparaître sous terre.

- Aide moi à me relever s'il te plait. Lâchais-je.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Lun 14 Sep - 20:42

La chair ensanglantée et tombant en charpie n'est vraiment pas belle à voir. Il faut lui apporter les soins nécessaires, or, je ne suis pas médecin et la seule chose que je puisse faire c'est nettoyer les "petites" plaies de ses génoux et mains avec de l'eau et un bout de mon t-shirt que j'ai en dessous de mon sweat. Autant dire pas grand chose qui puisse nous tirer d'affaire -enfin, surtout elle.
Je passe son bras droit au dessus de mes épaules et l'attrape sous l'aisselle gauche pour la relever prudemment. Bien évidement, elle ne peut pas poser le pied au sol et je vais être obligé de la porter un minimum. Ça m'apprendra à envoyer des vagues sur une fille que je connais à peine.

- Il faut qu'on rentre à la Maison sinon tu vas tomber en hypothermie, c'est sûr. Et faut que quelqu'un soigne cette cheville... conseillais-je en grimaçant. Ça va aller... Enfin, je pense.

Mais pourquoi est ce que j'ai rajouté ces trois petits mots. Ma tentative pour la rassurer n'est plus du tout crédible maintenant. Enfin, ce qui est dit, est dit. Je tente d'avancer le plus doucement possible en direction de la Maison mais ce n'est pas une mince affaire. Surtout que le jour commence à se faire de moins en moins clair et que j'ai au moins 50 kilos à soutenir. Je ne dis pas qu'elle est grosse -loin de là !- mais elle pèse quand même son poids l'air de rien et mes épaules n'ont pas étaient soumises à ce genre de chargement depuis assez longtemps pour me faire comprendre par une faible douleur qu'elles n'aiment pas du tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Lun 14 Sep - 21:34

Le mec asociale avait vraiment l'air de s'en vouloir. J'étais très surprise. Comme quoi il avait une partie de gentillesse (ou de pitié) à moins qu'il ne voulait pas avoir de problème sur les bras, qui était causé par sa faute. C'était tout aussi possible. Le principal était qu'il ne me laissait pas là, coincée, et qu'il avait voulu m'aider, c'était l'intention qui comptait. Et je lui en étais redevable. Il m'aida à me relever. Je posais mon pied au sol, mais ne tenais pas à essayer de m'appuyer dessus, s'il me tenait, je n'avais pas à faire un effort inutile. J'avais froid et mal. Surtout froid, en fait, le reste ça passait encore plus au moins. Nous remontâmes les rochers puis arrivâmes sur le sentier menant jusqu'au port puis la forêt. Je ne me sentais pas le courage de rentrer. Il devait bien avoir quelque chose de moins loin ...

- Mais oui ça ira ! Un petit bandage et zou, c'est reparti !

Façon de parler, je n'allais pas faire une course après mais quand même. Ce n'était pas la mort. Juste de grosses égratignures, d'ici une semaine et demi la plupart des plaie auront cicatrisé, si ce n'est pas avant. Donc oui ça ira, je n'étais pas douillette (à vivre dans une forêt dès petite, on apprenait vite à ne plus se plaindre des échardes, des ronces ou des égratignures). Je levais les yeux au ciel.

- Ce n'était pas comme si elle était cassée, il faut pas dramatiser comme ça. Par contre je ne me vois pas faire toute la route jusqu'à la maison.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Dim 20 Sep - 18:46

Elle m'informe qu'elle ne pourra pas tenir jusqu'à la maison, ce qui signifie qu'on doit trouver un autre endroit où la soigner et la réchauffer.
Nous ne sommes pas loin du port et il me semble qu'il y a des hôtels sur le quai si mes souvenirs sont bons. Autant la déposer dans une des chambres le temps qu'elle se repose seule et qu'elle se remette bien de ses blessures.

- Bon... Je crois qu'il y a des hôtels sur le port. Je peux t'y déposer si tu préfères. C'est pas très loin, indiquais-je.

Je sens son corps glisser; elle est en train de tomber. Je la relève en passant malencontreusement mon avant bras sur sa poitrine mais l'enlève rapidement.

- Désolé...

Je souffle sous son poids. Cela fait seulement quelques minutes que je la transporte et la soutient mais mon bras est déjà engourdi par l'effort.
Dès que nous serons dans sa chambre je la lâche sur le lit et je m'en vais. Ce n'est pas que sa présence me dérange mais je n'ai pas l'habitude de rester trop longtemps avec une autre personne, surtout en ayant une longue conversation. Je me mets lentement en marche bien qu'elle ne m'ait pas répondu, ou même approuvé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ♫
Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2015

Feuille de personnage
Avatar : Lindsey Stirling
Âge : 20 ans
Particularité : Florakinésie
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   Sam 26 Sep - 22:14

J'haussais les épaules. Si je n'avais pas le choix je rentrerais à la maison, évidement, mais je pouvais déjà prévoir que demain j'aurais la crève, peut-être même de la fièvre en plus. Et je m'en passerais bien. Autant passer l'éternité en bonne santé et ne pas s'enrhumer à cause d'un foutu aquakinésiste qui ne réfléchissait pas avant d'agir. Ouais, mais pour la cigarette ... Bon, il n'avait qu'à pas me narguer aussi. Je ne lui avais rien fait, à moins que, dans son ancienne vie, vouloir engager la conversation avec une personne était un crime. Si c'était le cas je serais déjà en tôle depuis longtemps. Bref.
Je rougis subitement sous son "désolé" et l'acte allant avec, puis je me relevais. Il n'avait pas besoin de me porter de la sorte, j'étais parfaitement capable de me débrouiller, c'était surtout le froid qui était désagréable. Je claquais des dents sous le froid, et reportais mon attention sur la route. Puis, n'ayant pas l'habitude de réfléchir à ce que je dis, je lâchais :

- Petit conseil, évite de noyer des filles et d'essayer de les tripoter après, ça fait vraiment pas gentleman.

_________________




Aaron ♥ :
 


Power:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent" [Tommy Becker]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiches de personnage ~ Marins
» [UPTOBOX] La Polka des marins [DVDRiP]
» Dragage des fonds marins
» Le sabre des Marins
» Les fonds marins de la terre du Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PECULIAR WORLD ::  :: Plage :: Phare-